CIRCULATION ROUTIÈRE : 300 jeunes volontaires au service des usagers de la route

lundi 18 juin 2012 à 01h08min

Les jeunes volontaires pour la régulation de la circulation routière dans la ville de Ouagadougou ont achevé leur formation, le 11 juin 2012, dans les locaux de police municipale de la commune.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

« Ne cédez pas à la provocation des usagers ». C’est l’un des derniers conseils donnés aux nouveaux jeunes volontaires pour la régulation de la circulation par leur encadreur, François Soubeiga. Selon lui, les jeunes volontaires ont appris durant deux semaines, l’ordre serré, le garde-à-vous, le mouvement de gauche et de droite, le respect du supérieur. Pour ce qui est du domaine de la sécurité routière, « nous leur avons appris les mouvements des bras et le positionnement du corps en fonction de la couleur des feux tricolores : vert, jaune, rouge », a spécifié M. Soubeiga.

Ce sont au total, trois cents jeunes volontaires pour la régulation dont cent filles et deux cents garçons qui ont bénéficié de cet enseignement. Ils étaient tous de jeunes chômeurs, âgés de 18 à 35 ans, physiquement aptes et disposés à servir. Le représentant des volontaires, Aoupori Hubert Nion, a, au nom du groupe, salué les initiateurs de cette formation. « Nous avons été bien formés à la discipline, je pense que cela vise à instaurer de l’ordre au sein du groupe, voire le respect des usagers de la route que nous devons servir », a souligné M. Nion. La mission du volontaire est d’aider à la régulation de la circulation dans les artères de la capitale, car selon le commandant de la police municipale, Clément Ouango, l’insécurité routière est un problème sérieux à Ouagadougou, au vu du nombre élevé des accidents.

« Nous demandons beaucoup plus de civisme aux populations, afin qu’on puisse mieux accompagner ces jeunes qui travaillent, du matin au soir, pour réduire les accidents. », a relevé le commandant Ouango. Pour lui, les accompagner consiste à respecter leurs gestes qui déterminent la nature du mouvement qui doit suivre. « Nous condamnons ceux qui forcent le passage, malgré le geste du volontaire lui demandant un arrêt » a-t-il déploré. Le commandant a précisé que ce sont des volontaires et non des policiers. Par conséquent, si les usagers sont disposés à les encourager financièrement, qu’ils le fassent sans hésitation, car leur action rentre dans le cadre « du social ».

Antoine AKOANDAMBOU (akoantoine@yahoo.fr)

sidwaya

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés