EXAMENS DU CEP ET DE L’ENTRÉE EN 6e : Koumba Boly lance les épreuves chez les sourds-muets de Bobo-Dioulasso

mercredi 13 juin 2012 à 10h58min

La ministre de l’Education nationale et de l’alphabétisation, Koumba Boly a lancé officiellement, le 12 juin, à l’école Kuinima « B » de Bobo-Dioulasso, les épreuves de la session 2012 du CEP et de l’Entrée en 6e. 326 394 candidats au plan national, dont 36 441 dans les Hauts-Bassins, sont à la conquête de cet examen et de ce concours.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

A 6h30 déjà, l’appel avait commencé à l’école Kuinima « B » de Bobo-Dioulasso. 30 minutes après, la ministre de l’Education nationale et de l’alphabétisation, Koumba Boly y est arrivée avec ses collaborateurs et les autorités locales. Cette école qui compte 163 candidats dont 68 garçons et 95 filles, abrite quatre salles de composition. De classe en classe, la ministre a encouragé les élèves et leur a prodigué des conseils, les invitant à se départir de la peur et à considérer ces évaluations comme de « simples » devoirs. Après vérification de la toute première enveloppe, elle a procédé à son ouverture et à la lecture de la première épreuve de cette session 2012. « Durant toute l’année scolaire, tu as été le ou la meilleur(e) de ta classe.

Pour te récompenser, ton oncle te demande de choisir entre un vélo et un poste radio. Dis ce que tu préfères et les raisons de ton choix ». C’est par ce sujet de rédaction à 10 points, à traiter en une heure, que Koumba Boly a donné le top de départ de la session 2012 du CEP et de l’Entrée en 6e dans une salle de sourds-muets. Selon elle, ce sujet magnifie l’excellence et devrait galvaniser les élèves à mieux travailler pour bénéficier de cadeaux. Le lancement de ces examens à Bobo-Dioulasso, a expliqué Mme la ministre, s’inscrit dans la vision de déconcentration et de décentralisation du système éducatif national. « Pour nous, c’est très important qu’une partie des activités majeures du département se déroule hors de Ouagadougou.

Nous sommes donc là pour encourager les élèves, les parents et surtout les enseignants qui se sont mobilisés depuis plus d’un mois dans l’organisation des examens », a-t-elle soutenu. Sur l’ensemble du territoire national, a dit Mme Boly, les enseignants, les « partenaires stratégiques » que sont les syndicats, la sécurité, les associations des parents d’élèves (APE/AME) et toutes les autres structures concernées, ont donné l’assurance de s’investir dans l’organisation pour des examens apaisés. « En tous les cas, tout ce que nous avions prévu, les DREBA et DPEBA ont tous reçu les chèques pour disposer des ressources nécessaires afin de travailler dans de meilleures conditions », a-t-elle insisté.

Au niveau régional…

A son tour, la DREBA/Hauts-Bassins, Salimata Konaté, a expliqué que cette session a enregistré, dans sa région, un total de 36 441 candidats, dont 17 129 filles et 18 712 garçons contre 27 279 candidats en 2011, soit une différence de 9 162 élèves. Le dispositif en termes de personnel mobilisé se chiffre à 144 présidents de centre, 1 708 surveillants, 652 enseignants pour accompagner les candidats, 1 945 correcteurs, 245 secrétaires pour les relevés, et 33 dactylographes pour les saisies. A ceux-ci s’ajoutent 33 chefs de Circonscriptions d’éducation de base (CCEB) appuyés dans leurs tâches d’encadrement, de supervision et de coordination des examens par 50 conseillers pédagogiques itinérants.

Déjà, a ajouté la DREBA, chaque inspecteur a reçu un chèque pour faire face aux frais d’examen. « Nous sommes à la fin d’une année de dur labeur et il faut qu’ils prennent du courage et de la confiance pour bien terminer », a-t-elle soutenu. Tout en souhaitant qu’il n’y ait pas de fraude, Salimata Konaté invite les examinateurs à jouer leur rôle en rassurant les candidats qu’il ne s’agit que d’une évaluation ordinaire. Quant aux enfants, elle leur a rappelé qu’ils ont des valeurs à défendre en obtenant leur diplôme honnêtement et en prouvant aux parents, à eux-mêmes et aux enseignants qu’on peut réussir sans tricher. Pour la présente session, le déroulement des épreuves écrites, orales et physiques est prévu du 12 au 18 juin 2012. Les corrections quant à elles vont du 18 au 21 juin et les premières délibérations pourront se faire à partir du 23 jusqu’au 27 juin au plus tard.

Jean-Marie TOE (jmt16j@yahoo.fr)

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 13 juin 2012 à 10:29, par T. A.
    En réponse à : EXAMENS DU CEP ET DE L’ENTRÉE EN 6e : Koumba Boly lance les épreuves chez les sourds-muets de Bobo-Dioulasso

    Bonjour,
    Ce serai très intéressant que ce genre de lancement se poursuive au niveau du MENA. Je voudrais surtout dire que nos autorités devraient être plus présents sur le terrain pour encourager les enseignants qui peuvent et doivent faire davantage pour le système éducatif. Développer des initiatives pour accompagner les enseignants à mieux faire. Ce genre de visites doit aller au delà des grandes villes pour toucher les profondeurs du pays : DAKOLA, BATIE, BARANI, MARKOYE, KOUTOUGOU, LALGAYE par exemple. C’est surtout là qu’élèves, parents, enseignants et encadreurs ont besoin d’être remontés pour les combats futurs. Lancement réussi et bonne session à nos enfants.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés