Donméguilè Joachim MEDA, president du Comité du Forum sur la sécurité routière : 78% des accidents au Burkina sont directement imputables à l’homme

lundi 7 mai 2012 à 01h21min

Face à la recrudescence du nombre et de la gravité des accidents de circulation, le Gouvernement a instruit le Ministère des Transports, des Postes et de l’Economie (MTPEN), d’organiser un forum national sur la sécurité routière. Ce forum, qui va regrouper les acteurs de la sécurité routière sous la présidence de son Luc Adolphe TIAO Excellence Premier ministre Chef du gouvernement, se propose de trouver les voies et moyens à même d’imprimer une tendance baissière aux accidents sur les routes burkinabè.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Avant la tenue de ce forum prévu pour les 08, 09 et 10 mai 2012 à Ouagadougou, nous avons rencontré le Président du comité de cette rencontre qui n’est autre que le Secrétaire Général du Ministère des Transports, des Postes et de l’Economie numérique, Mr. Donméguilè Joachim MEDA. Dans cet entretien, Mr. MEDA nous donne son appréciation sur le rôle des différents acteurs et les attentes du forum.

Qu’est-ce qui justifie la tenue d’un tel forum et sous quel thème se tiendra-t-il ?

Donméguilè Joachim MEDA (DJM) : Avant tout propos, je voudrais vous remercier pour l’occasion que vous nous offrez de parler de cette importante rencontre qu’est le forum national sur la sécurité routière. Cette rencontre est d’autant plus importante qu’il s’agit d’asseoir plusieurs intervenants autour de la problématique de la recrudescence et la gravité des accidents sur nos routes. Il vous souviendra que les mois de février et de mars qui viennent de s’achever ont été marqués par un nombre important d’accidents graves qui ont fait une cinquantaine victimes environs. Aussi, pour trouver des solutions à l’augmentation des risques accidentogènes, le gouvernement a décidé d’organiser ce forum ; et le thème choisi résume à souhait sa préoccupation sur le sujet : Il s’intitule : « Face à la recrudescence de l’insécurité routière, quelle stratégie mettre en œuvre pour réduire le nombre et la gravité des accidents de la circulation ? »

Quels sont les participants attendus à cette rencontre ?

DJM : Vous savez, la question de l’insécurité routière est un problème qui intéresse tout le monde. C’est une préoccupation des pouvoirs publics et du citoyen lambda. C’est pourquoi nous avons veillé à une large participation de tous les acteurs intervenant dans la promotion de la sécurité routière. Ce qui représente près de quatre cent (400) personnes comprenant : les treize gouverneurs de région, les premiers responsables des institutions et des services centraux des ministères, les représentants des professionnels du secteur des transports routiers, dont auto-écoles, les associations de sécurité routière, les sociétés de transport, les syndicats des transporteurs et de chauffeurs, les organisations de la société civile, les assureurs, les services traumatologies des hôpitaux, les communicateurs. Toutes les structures étatiques, les institutions, le secteur privé, les responsables des communautés religieuses et coutumières, les experts dans la recherche en matière de sécurité des transports etc.

Quel sera le contenu de ce forum ?

DJM : Le forum va se dérouler en trois jours. Les participants vont durant ces trois jours plancher sur les thématiques liées à l’insécurité routière. On aura trois groupes de travail qui traiteront respectivement les aspects suivants :.

-  facteurs humains et institutionnels de la recrudescence de l’insécurité routière ;
-  infrastructure routières et aménagement
-  matériel roulant et prévention technique.

Les travaux des groupes thématiques seront précédés par des communications en plénière. Au total cinq communications sont prévues dans la première journée du forum, à savoir :

-  « les accidents de circulation routière, un problème de santé publique »,
-  « l’ONASER deux ans après son opérationnalisation, quel bilan ? » ;
-  « les comportements à risque dans la circulation » ;
-  « matériel roulant et sécurité routière » ;
-  « pour des infrastructures plus sûres ».

Comme vous le constatez, ces différentes communications dénotent de la diversité des facteurs accidentogènes qui doivent être prises en compte si nous voulons lutter efficacement contre les accidents de la circulation.

Quelles sont vos attentes de ce cadre de rencontre ?

DJM : Les attentes sont de trois ordre ;

-  Renforcer le niveau de prise de conscience au niveau national sur la gravité du phénomène à, travers la lecture de l’état des lieux qui sera faite ;
-  Obtenir une adhésion, voire une sorte de consensus national, autour des mesures et actions d’urgence à prendre et à mettre en œuvre, pour endiguer la tendance haussière des accidents de la circulation routière ;
-  Convenir d’un mécanisme de suivi-évaluation de la mise en ouverte des conclusions du forum

Au Burkina Faso, malgré la mise en place de structures de sécurité routière, le nombre d’accidents ne fait que prendre des proportions inquiétantes. Doit-on comprendre qu’elles sont inefficaces ?

DJM : C’est vrai que le gouvernement a pris un certain nombre de mesures pour lutter contre l’insécurité routière. Ces mesures sont soutenues par des organisations de la société civile qui s’impliquent jour et nuit dans les différentes campagnes de sensibilisation. Mais je refuse de voir en la recrudescence des accidents une inefficacité quelconque de ces différentes structures. Et la question qu’il faut se poser c’est quelle sera la situation sans ces structures ? Vous savez la lutte contre l’insécurité routière est un combat de longue haleine. 78% des accidents au Burkina sont directement imputables à l’homme, c’est vous dire toute la difficulté qu’il y a à surmonter dès lors qu’il faut agir sur les mentalités. Il est toujours facile de pointer du doigt tel ou telle structure mais, nous oublions trop souvent de nous poser la question de notre attitude dans la circulation routière au quotidien, si ce n’est notre responsabilité individuelle dans la survenance des accidents. Il que faut chacun et tous à la fois, nous ayons la volonté de changer de comportement en commençant simplement par respecter les feux tricolores, par exemple ! Le gouvernement aura beau jeu prendre des mesures, sanctionner les usagers de la route, le principal censeur dans la circulation routière restera chacun de nous. C’est pourquoi, le forum que nous organisons est une opportunité de nous asseoir ensemble et de nous interroger encore sur les attitudes, les méthodes et les résolutions à prendre de façon individuelle et collective pour faire de nos routes, un espace sûr et plus convivial.

On a tendance à croire avec certains citoyens que le Burkina « est passé maître dans la mise en scène » mais qu’en réalité les textes et autres travaux en la matière ne sont pas traduits en actes. Pouvez-vous assurer que les conclusions de ce forum serviront le Burkina ?

DJM : Comme je vous l’ai dit plus haut, la seule assurance qui tienne sera donnée par chacun et tout le monde à la fois, quant à notre volonté réelle d’infléchir à la baisse, les accidents de la route. Le gouvernement a toujours fait de son mieux pour que les résolutions qu’il prend ne dorment pas au placard. Mais l’Etat n’est pas seul dans cette affaire. Il y a les acteurs de la société civile et il ya monsieur tout le monde qui doivent aussi jouer leur partition. C’est pourquoi nous avons convié toutes les partis prenants impliqués peu ou prou à ce forum.
Du reste, un des résultats attendus du forum est la mise en place d’un système de suivi des recommandations qui en seront issues.

Qu’avez-vous à dire en guise de conclusion ?

DJM : Pour finir, j’aimerais interpeller la responsabilité de chaque usager de la circulation. Que chacun sache est qu’il d’abord responsable de propre sécurité et celle des autres dans la circulation. Le gouvernement ne cessera de ménager ses efforts pour lutter contre les accidents et protéger des vies. Ce forum marque une fois de plus la volonté du gouvernement à sécuriser nos routes. Aussi nous devons nous débarrasser de tout comportement à risque et accompagner l’Etat dans la recherche de solution à la recrudescence des accidents mortels sur nos routes.

AWD et OO

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 7 mai 2012 à 04:09
    En réponse à : Donméguilè Joachim MEDA, president du Comité du Forum sur la sécurité routière : 78% des accidents au Burkina sont directement imputables à l’homme

    J’ai connu ce jeune cadre depuis qu’ il etait a l’ Universite de Ouagadougou. Tres brillant et tres serieux. Il donne envie d’ etre fonctionnaire. Si on lui laisse les coudees franches, il a beaucoup a apporter a son pays.
    Une connaissance aux USA

    Répondre à ce message

  • Le 7 mai 2012 à 11:48
    En réponse à : Donméguilè Joachim MEDA, president du Comité du Forum sur la sécurité routière : 78% des accidents au Burkina sont directement imputables à l’homme

    Bonjour à tous,
    C’est une évidence que de dire que les accidents de circulation sont devenus un véritable problème de santé publique. C’est une initiative louable que d’en faire une question importante. Et,je pense que l’esprit de ce forum est alors à inscrire dans cette logique.
    Parlant justement de la problématique des accidents de circulation, précisément dans la ville de Ouagadougou ; c’est un thème sur lequel nous (le Laboratoire de Mathématiques et Applications, c’est un labo du CEDRES, Université Ouaga II) menons actuellement des travaux de recherche. L’axe majeur de la recherche porte justement sur le facteur humain comme facteur accidentogène majeur dans la ville de Ouagadougou. Nous avons opté pour une perspective psychosociale de cette problématique. Courant février, par un sondage et des outils psychométriques, nous avons tenté de mesurer les comportements et attitudes des usagers de la route dans la ville de Ouagadougou. Ce forum aurait été une excellente occasion de dissémination de nos résultats. Dans tous les cas, je pense, ce n’est que partie remise ! Dans les semaines à venir, nous partagerons avec tous ces acteurs, nos résultats de recherche.
    Cordialement !!!!!!
    I. KARAMA
    Statisticien Méthodologiste, LMA.

    Répondre à ce message

    • Le 7 mai 2012 à 13:31, par damis
      En réponse à : Donméguilè Joachim MEDA, president du Comité du Forum sur la sécurité routière : 78% des accidents au Burkina sont directement imputables à l’homme

      Je pense que ces statistiques données par le ministère sont erronées et trop superficielles.ça ne renseigne pas les causes profondes de l’insécurité routière. En réalité,pour moi, 100% des accidents sont directement imputables à l’homme.les causes liées à l’état des routes, aux animaux etc sont en fait imputables à l’homme.Car c’est l’homme qui construit les routes et qui est chargés de gérer les animaux.Et cet homme là, c’est d’abord les dirigeants et ensuite le peuple.Je pense que c’est une fuite en avant que de s’appuyer sur de telles statistiques.C’est l’État qui est le principal fautif ds la survenue des accidents. C’est un manque de volonté politique qui perdure depuis des dizaines d’années.C’est l’État qui devait faire respecter le code de la route, développer suffisamment le transport en commun, faire des routes adaptées, faire enseigner le code de la route à tous les usagers. Le code de la route est une loi, pourquoi on ne la fait pas respecter comme les autres lois ? Il y a eu un manque de vision de la part de nos dirigeants qui voyaient les choses s’empirer sans rien faire pour anticiper.C’est l’échec des différentes politiques du pouvoir en place.Si depuis on avait pris au sérieux le problème, on n’en serait pas là.La résolution de ce problème rime avec un véritable changement d’option de politique de gouvernementale.Sous ce régime, je n’y croit pas.

      Répondre à ce message

    • Le 7 mai 2012 à 15:12
      En réponse à : Donméguilè Joachim MEDA, president du Comité du Forum sur la sécurité routière : 78% des accidents au Burkina sont directement imputables à l’homme

      et pourquoi vous n’allez pas voir les organisateurs du forum pour proposer la communication des résultats de vos recherches au lieu d’attendre ? il y a urgence !!

      Répondre à ce message

  • Le 7 mai 2012 à 13:35, par bendatoega
    En réponse à : Donméguilè Joachim MEDA, president du Comité du Forum sur la sécurité routière : 78% des accidents au Burkina sont directement imputables à l’homme

    Sans lire l’article j’admets aussi que les accident de la routes sont imputables à l’homme. Oui, l’homme. mais je me demande à quel espèce d’homme ?
    Y a t-il des hommes censés faire la loi au faso ? Je me rend compte que non ! Emprunter une nationale et vous vous rendrez compte.
    Je commence en ville ici : aucun policier pour réprimer les infractions comme les stationnement sur les chaussée, mauvaises utilisations de sens de circulation, non respect de feux tricolores et j’en passe.
    Hors agglomération c’est de la merde ! Voyez comment ces cars de sociétés de transports roulent à tombeau ouvert, avec des feux non conventionnels la nuit.
    Les surcharges, ça vous dit quoi ? Il faut créer des brigades de surveillance en dehors des polices et gendarmeries ! C’est de l’emploi en perspective ! Juste pour interdire à ces faiseurs de morts de ne pas emprunter nos voies.
    Oui nous devons chaque jour retrouver des policiers sur nos voies même pour réprimer ceux qui ont des pneus usagés.
    Et ces tricycles qui narguent les usagers par leur méconnaissance du code e la route. A quand la fin de ce cafouillage ? Si rien n’est fait, alors l’homme que vous dites vecteur des ces cauchemars n’est de cette planète. Comprenez moi si vous me comprenez pas ! Amina yarabi !

    Répondre à ce message

  • Le 7 mai 2012 à 15:00
    En réponse à : Donméguilè Joachim MEDA, president du Comité du Forum sur la sécurité routière : 78% des accidents au Burkina sont directement imputables à l’homme

    j’ai suivi avec intérêt les propos de monsieur MEDA en qui je place toute ma confiance pour résoudre le programme de la sécurité routière qui est devenue un problème de santé publique.
    En plus de ce brillant intellectuel, il le DG de l’ONASER qui est respectable et très sérieux. Je leur souhaite bonne chance parce qu’il n’ya pas un seul burkinabè qui n’a pas perdu son parent accidentellement.
    Je leur propose rapidement la construction d’une fourrière pour mettre aux arrêts tous les véhicules dangerux parceque sans la repression nous ne pouvons pas sortir de ce fléau.

    Répondre à ce message

  • Le 7 mai 2012 à 18:00, par Yéti
    En réponse à : Donméguilè Joachim MEDA, president du Comité du Forum sur la sécurité routière : 78% des accidents au Burkina sont directement imputables à l’homme

    Il me semble qu’il s’agit d’un forum de plus. Nous aimons à faire ça mais ici l’objectif principal est de faire prendre concience du phénomène de l’insécurité routière. et le spot publicitaires ! et les reportages macabres sur les accidents mortels ! Si l’homme pouvait "homo économicus" ou homme mu par le rationnel il y a longtemps que cela aurait quitté notre pays mais ha ya !
    je pense à mon humble avis que si cette foire est juste nécessaire pour l’examen de l’état des lieux elle est inutile mais vraiment inutile malgré mon admiration pour M MEDA. Il faut mettre un contenue dans ce forum pour qu’il débouche sur du décisionnel. fouillez et ressortez les textes qui régissent la circulation pour les actualiser. Faites par exemple des spots pour faire comprendre au Ouagalais que désormais au niveau des Rond-points la priorité est à gauche pour que ceux qui ne sont pas encore dans le rond-point cède le passage. le gens et notamment les détenteurs des véhicules ne savent même pas lire le marquage au sol, les passage piétonne et ne savent par conséquence pas quels attitude et comportement adopter.

    Répondre à ce message

  • Le 7 mai 2012 à 19:02, par le che
    En réponse à : Donméguilè Joachim MEDA, president du Comité du Forum sur la sécurité routière : 78% des accidents au Burkina sont directement imputables à l’homme

    encore un autre forum j’espère cela aboutira a de bonne décision.
    Pour l’etat est aussi responsable ;la population augmente et on continu toujours a construit les route comme dans les année 80.grande axe devrait contruit avec 04 voie au lieu de 02 petite voie cela alais demunier constament le nombre d’accident

    Répondre à ce message

  • Le 7 mai 2012 à 22:20, par KG
    En réponse à : Donméguilè Joachim MEDA, president du Comité du Forum sur la sécurité routière : 78% des accidents au Burkina sont directement imputables à l’homme

    Pourquoi on aime tant tourner autour du pot ? Avant d’organiser un forum, pourquoi laisse-t-on des camions de bois sans phare rouler la nuit sur la route Ouaga Bobo par exemple ? Comment ce camion qui vient juste de tomber a Banfora a pu passer tous les postes de controle avec sa surcharge et sans visite technique ? Qui est ce gendarme qui laisse passer un vehicule de 70 places qui a 96 personnes a bord ? Dans tous les pays du monde, la limitation de vitesse est obligatoire, au Burkina c’est une option. La ceinture est une option. Puisque si tu passe le centreville de Boromo a 100Km/H, personne ne va vous arreter...

    Il faut que Gilbert Ouedraogo se montre utile. En principe un accident garve devrait entrainer la demission du minitre, c’est la preuve le plus souvent que ses services n’ont pas jouee leurs roles.

    Inutiles d’appeler les gens a etre conscients si on ne leur impose pas les rigueure s de la loi. On peut faire tous les forums du monde qu’on veut, si le ministre ne veut pas appliquer le minimum de bon sense, pas la peine.

    Répondre à ce message

  • Le 7 mai 2012 à 22:24, par sukoy
    En réponse à : Donméguilè Joachim MEDA, president du Comité du Forum sur la sécurité routière : 78% des accidents au Burkina sont directement imputables à l’homme

    cet forum est a saluer et permet encore de sensibiliser a plus de civisme dans la circulation mais il faudrait que nos autorites reprennent la main car c,est presqu.une fuite de l,autorite de l,etat surtout dans le domaine de la securite routiere c.a.d ramener les policier pour une disuasion au niveau des feux tricolore et des postes de controle routier on ne peut pas avoir peur de faire des mecontents par des controle routier et laisser les gens se faire tuer par les routes sinan ce serai la faute a l,etat une non asistance a personne en danger vivements que ces controles reprennent.

    Répondre à ce message

  • Le 7 mai 2012 à 23:19, par Sidbèè (En Quête de Verité )
    En réponse à : Donméguilè Joachim MEDA, president du Comité du Forum sur la sécurité routière : 78% des accidents au Burkina sont directement imputables à l’homme

    Ca semble chauffer hein !! Y a pas plus d’un mois et demi on parlait de forum sur la SER au Conseil de Ministre. Et voilà que nous y sommes dejà. BRAVO pour votre PROMPTITUDE.
    Faites à moi Sidbèè l’honneur de me recevoir en tant que premier E-participant à ce forum sur la Securité Routière. Ma proposition ne se fait pas attendre : reconduire TEL QUEL les téléfilms de l’ONASER jusque-là suspendus sur la RTB.
    Oui il faut que les téléfilms de l’ONASER soient REHABILITES sur les ecrans. Ils sont loin d’être aussi choquants que des feuilletons de dissection de cadavres humains sur certaines chaînes africaines gratuites à la diffusion de n’importe quel "ZAGLA" ! Et sans oublier cette "violence de l’ONASER" n’est rien d’autre qu’une violence chirurgicale, autrement au prochain soulagement de toutes les familles !
    Et ce ce n’est pas tout ! Sachez que Sidbèè detient SEUL le JOKER en matière de Securité Routière : Satisfait ou remboursé !

    Abas Dieu et Vive la Securité Routière !

    Répondre à ce message

  • Le 7 mai 2012 à 23:53, par Pierros
    En réponse à : Donméguilè Joachim MEDA, president du Comité du Forum sur la sécurité routière : 78% des accidents au Burkina sont directement imputables à l’homme

    Quel mal y a-t-il à reconnaitre ses erreurs ? J’ai l’impression qu’en Afrique reconnaitre ses erreurs ou ses faiblesses ou son échec est une fatalité. Des louanges à l’État, aux institutions pendant ce temps des burkinabè meurent sur nos routes. Il nous faut toujours accuser autrui pour nos manquements pour avoir la conscience tranquille. Un enfant meurent c’est le sorcier c’est le voisin. Ce n’est jamais nous. Quand les commerçants, les mécaniciens et autres occupent la piste piétonne et contraignent tout le monde à se retrouver sur la même chaussée ce n’est jamais la faute de l’État. Quand un ivrogne au volant tue quelqu’un et écope d’une amande de 20 000F avec sursis ce n’est pas non plus sa faute. Quand une ambulance heurte un gendarme couché et tue un enfant ce n’est pas sa faute. Quand des camions des marchandises, des vieux camions transportent des burkinabè, des marchandises et des animaux à la fois de surcroit surchargés et peuvent rouler à tombeau ouvert sur nos ruelles goudronnées ce n’est pas sa faute. C’est la faute de l’homme. Et mr MEDA...., pardon. Je comprends tu parles pour sauver ton poste.

    Répondre à ce message

  • Le 8 mai 2012 à 01:30, par Tingandé
    En réponse à : Donméguilè Joachim MEDA, president du Comité du Forum sur la sécurité routière : 78% des accidents au Burkina sont directement imputables à l’homme

    - Pourquoi pas des cours du code de la route juste après le journal de 13h15 de la rtb ?
    - Que font nos corps habillés quant ils voient les camions chargés de je ne sais quoi,et sur lesquels s’amassent des hommes pour une destination douteuse ?
    - Et ces cars de 70 places qui se retouvent avec 130 personnes à bord ?
    - 

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés