COMMUNE RURALE DE KOMSILGA : Encore une matinée trouble à Garghin !

jeudi 9 février 2012 à 03h01min

Les populations de la zone non lotie de Garghin dans la commune rurale de Komsilga, non loin de l’hôpital Blaise Compaoré, ont encore manifesté le mercredi 8 février 2012. Après leur sortie le 11 janvier dernier pour s’opposer à la démolition de leurs maisons, cette fois-ci, elles s’opposent à la construction d’un mur de clôture par l’entreprise « Bâtiments-Travaux publics-maintenance » (BTM). Elles estiment que l’entreprise outrepasse les limites de son domaine. Chose que l’entreprise conteste, preuves documentaires à l’appui. Zoom sur les deux versions.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Ce mercredi 8 février 2012 aux environs de 8h, une alerte nous conduit dans la zone non lotie du village de Garghin, proche de la route Ouaga-Saponé, à quelques mètres de l’hôpital Blaise Compaoré. Des populations sont rassemblées dans la zone non lotie de Garghin à notre arrivée. Leur porte-parole, Seydou Traoré, président de l’Association Solidarité pour le droit au logement (ASP.DRO.L), vient à nous. Que se passe-t-il ? « BTM veut nous faire la force ! » Pourquoi ? Il livre la version des faits, selon la population. Mais avant de continuer, pour rappel, le 11 janvier 2012, les populations envahissaient la route Ouaga-Saponé pour contester le marquage au rouge par l’entreprise BTM de leurs maisons aux fins de les démolir. Le maire de Komsilga et le Directeur général de BTM, Amadou Kaboré, étaient sur les lieux et ont ensuite rencontré une délégation des populations le même jour à la mairie de Komsilga.

Mais cette rencontre n’a semble-t-il pas résolu le problème puisque Seydou Traoré était encore au devant des populations pour exprimer des revendications.

La version des populations : extension illégale et recensement illicite

Seydou Traoré, avant de commencer, explique que l’ASP.DRO.L a pour but de promouvoir le droit au logement décent et le droit à la terre. La revendication des populations, ce matin de mercredi, est la suivante : que l’entreprise arrête la construction d’un mur de clôture, qui est destiné à faire le tour d’une grande étendue de terrain qui englobe la zone non lotie. « Nous ne voulons pas être entourés ! » entendait-on crier. Autre chose, le projet de construction du mur outrepasse les limites de ce qui appartient à l’entreprise. « Regardez ces maisons rouges ! Ce sont les limites de son domaine ! On ne comprend pas pourquoi, aujourd’hui, il construit un mur pour dépasser ces maisons ! » Seydou Traoré montre les maisons en question. « Les propriétaires terriens, avant de vendre les terrains aux populations, ont bien rassuré que là où ils s’installent n’appartient pas à BTM ! », continue-t-il. Selon donc les populations, le domaine de l’entreprise a été très bien délimité par les propriétaires terriens et BTM serait en train de corrompre les autochtones pour étendre son domaine. Seconde revendication, BTM aurait commandité un recensement de la population de la zone non lotie.

Chose que Seydou Traoré dit ne pas comprendre, étant entendu que les lotissements sont suspendus, de même que les recensements, sans compter que BTM n’était pas habilitée à le faire, cette prérogative étant dévolue à la mairie. Les populations, selon Seydou Traoré, accusent donc BTM d’extension illégale de domaine et de recensement illicite. Après avoir tenu un meeting, les populations sont ensuite allées demander au chef de chantier d’arrêter la construction du mur. « Nous faisons tout pour éviter tout débordement et que les gens ne cassent. Mais nous demandons à BTM d’arrêter de construire avant qu’il y ait un débordement ! », prévient Seydou Traoré. « Regardez tout ce domaine ! Les habitants de Garghin ne veulent juste qu’une maison pour s’abriter ! », dit un habitant.

La version de Amadou Kaboré : « J’affirme : la parcelle appartient à BTM »

Après avoir quitté la zone non lotie de Garghin et les populations qui se sont dispersées aux environs de 11h, nous nous sommes rendus au siège de l’entreprise BTM. Le directeur général, Amadou Kaboré, joint au téléphone, nous a rejoints. Il sortira alors un premier document : un titre de propriété provisoire de la parcelle datant de 2003 que lui a délivré la direction de la législation et du contentieux. « J’affirme : la parcelle appartient à BTM », martèle-t-il avant d’ajouter : « S’ils disent que je ne suis pas propriétaire du terrain, qu’ils me montrent un titre de propriété ». Il sort un second document : une feuille manuscrite signée, dit-il, de quelques autochtones. Ceux-ci avaient accepté de quitter le terrain en avril 2009. II appellera ensuite au téléphone en notre présence Jean Baptiste et Madi Ilboudo (quelques-uns des signataires du document cité plus haut) pour leur indiquer que les populations contestaient son titre de propriété.

Ceux-ci diront en substance : « Vous êtes le propriétaire du terrain ». Ils indiqueront ensuite qu’ils n’étaient pas au courant de cette manifestation. Amadou Kaboré sort ensuite un autre document : un courrier daté de janvier 2010 signé de dignitaires du village de Garghin lui disant que l’installation d’une « zone d’habitation précaire » sur son domaine leur causait des dommages, notamment des vols. Ils indiquent qu’ils tiendront pour responsable l’entreprise BTM pour tout désagrément qui naîtrait de cette zone d’habitation précaire. Et, cerise sur le gâteau, le DG de BTM nous amène à Garghin où il indique les bornes délimitant sa parcelle. La zone non lotie se trouve dans cette délimitation. Concernant le recensement, Amadou Kaboré reconnaît qu’il a demandé à Madi Ilboudo d’établir la liste des habitants de la zone non-lotie.

Le DG de BTM motive cet acte en ces termes : « C’est (les habitants de la zone non-lotie, ndlr) devenu un cas social. Alors, j’ai dit aux populations que je leur trouverai des parcelles où elles pourront habiter afin que je récupère la mienne ». Il reconnaît avoir demandé au maire de Komsilga de l’aider à faire ce recensement afin de savoir qui étaient les vrais habitants de la zone. Il explique cette décision : « Quand les gens ont appris qu’il y aura des parcelles, certains ont quitté Tampouy, Pissy pour venir construire ». Pour revenir au recensement, le maire de Komsilga, selon ce qu’a dit le DG, a estimé qu’il ne pouvait pas. Amadou Kaboré a alors expliqué qu’il a introduit une demande dabs ce sens auprès de la Direction générale de l’urbanisme avec le ministre de l’Habitat comme ampliataire. Il nous a présenté le courrier en question. Mais il indique que la direction n’a pas encore répondu, « sans doute à cause de la décision faisant état de la suspension des lotissements ». Nous quittons aux environs de 13h un DG de BTM qui semble amer : « Nous avons voulu être compréhensifs, mais j’ai l’impression que nous sommes récompensés en monnaie de singe ».

Que conclure ?

A la lecture des deux versions, on reste perplexe. Les habitants pensent être dans leur bon droit et semblent décidés à user de tout moyen pour empêcher la construction du mur et la réalisation du projet immobilier de l’entreprise, au nom de leur droit au logement. BTM, quant à elle, brandit ses documents administratifs pour indiquer que le terrain lui appartient et qu’elle entend continuer son projet de construction. La question qui mérite peut-être une réponse est de savoir quel compromis trouver ?

Abdou ZOURE

Le Pays

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 9 février 2012 à 08:45, par Le révolté
    En réponse à : COMMUNE RURALE DE KOMSILGA : Encore une matinée trouble à Garghin !

    Encore des problèmes de parcelles. Je m’inquiète parce qu’ une maison immobilière dirigée par madame DAH a encaissé des centaines et des centaines de gens pour leur attribuer des parcelles à Garghin, c’est ç dire dans le secteur litigieux justement. Cela fait bientôt deux ans. Chacun a dépensé entre 1.900.000 F et 3.000.000. Cette femme nous doit des explications et les ministères de l’habitat et de l’Administration territoriale doivent chercher à comprendre, sinon cela pourrait dégénérer dans les jours à venir. Elle est joignable aux numéros suivants:78 89 43 43 et 70 50 25 25. A bon entendeur, salut !

    Répondre à ce message

    • Le 9 février 2012 à 15:07, par El Magnifico
      En réponse à : COMMUNE RURALE DE KOMSILGA : Encore une matinée trouble à Garghin !

      Le révolté, tu nous prends pour des nés percés ? Il y’a deux ans, les parcelles à Nagrin, Tengandogo se vendaient entre 1.000.000 et 1.500.000. Si vous avez 1.900.000 ou 3.000.000 à l’époque et au lieu d’aller acheter directement avec les attributaires, vous prenez pour aller faire deal, c’est votre problème. C’est à cause de gens comme vous que problèmes de parcelles va bruler ce pays-là. Vous aimez trop les deals. Par ailleurs, je suis attributaire d’une parcelle de 320 m2 à la section 982, coté sud de l’hôpital BC ( à environ 600 m) juste à côte d’une réserve. Si elle vous intéresse, je vous la cède à 3.750.000 avec tous les documents originaux et sans intermédiaire. c’est du sérieux. Je réponds au 78 82 79 68

      Répondre à ce message

  • Le 9 février 2012 à 13:15, par SONM-BOINM
    En réponse à : COMMUNE RURALE DE KOMSILGA : Encore une matinée trouble à Garghin !

    On récolte ce qu’on a semé. On peut tromper une partie du peuple tout le tps mais jamais tout le peuple tout le tps. Courage mr TRAORE

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2012 à 13:42, par Subtance Grise
    En réponse à : COMMUNE RURALE DE KOMSILGA : Encore une matinée trouble à Garghin !

    Voici ce que je pense meme si je sais que ce site ne publie pas les vraies analyses.
    Vous avez trop fait dans le mauvais sens dans ce pays.
    Quelques individus ne peuvent pas user du pouvoir politique pour extorquer au peuple tout a tous les niveaux. Ce peuple va vous reclamer tout ca un jour. Si vous etes malins commencez a faire des reparations pour atenuer les choses pendant qu’il est temps. Prenez l’exemple sur Simon Compaore qui a compris a demi en preparant sa retraite.
    Seulement qu’il pense a restituer une bonne partie de ce qu’il a vole pendant des annees.
    Regardez vos maires que vous revoquez sans qu’ils ne rendent compte. Vous allez courir plus que des lievres parce que vous l’aurez voulez. On finit par se faire rattraper quand on fait le mal. Quelque soit votre fortune,volee de la sorte ;vous ne vous sentirez pas a l’aise hors du Burkina si c’est partir en tanjente.

    Vous avez lu,ca suffit.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2012 à 14:59, par LE RIENNEUX
    En réponse à : COMMUNE RURALE DE KOMSILGA : Encore une matinée trouble à Garghin !

    JE PENSE QUE L’ÉTAT DEVRAIT REVOIR CERTAINES CHOSES DANS L’ACQUISITION DES PARCELLE DE NOS RICHARDS. D’ABORD LIMITER LES SUPERFICIES ET LE NOMBRE AUSSI ; MÊME QUAND TU AS DE L’ARGENT. SINON A CETTE ALLURE LES RICHES VONT ACHETER TOUT LE BURKINA ET METTRE LA POPULATION HORS DU PAYS. LE BURKINA DEVIENDRA LE PAYS DES GOUROUS ! SI C’EST ÇA NOS GOUVERNANTS VEULENT QU’ILS NOUS LE DISENT. LES AGRO-BUSINESSMAN PRENNENT LES TERRES RICHES, LES DIGNITAIRES DES PARCELLES POUR CONSTRUIRE, LES MINIERS ÉGALEMENT. COMME LE DIT LES IVOIRIENS " NOUS VA FAIRE COMMENT ?"

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2012 à 19:26, par nikiema de kienfangué
    En réponse à : COMMUNE RURALE DE KOMSILGA : Encore une matinée trouble à Garghin !

    un nouveau avertissement pour le maire de komsilga ; pour le moment par respect , nous avons decidé de nous taire pas que nous avons peur de vous , mais ne pas creer certains palabres inutiles ; notre père etait le plus grand propriétaire terrien du plus grand village de votre commune !TOUTE SA VIE IL A TOUJOURS DISTRIBUE SES TERRES GRATUITEMENT SANS DEMANDER PLUS ; contrairement à ce qui se passe dans d’autres localités notre defunt père n’a pas eu droit à aucune parcelle suplémentaire et pire encore plusieurs membres de notre famille n’a pas pu beneficier d’un bout de terre ... ceux qui avaient cru avoir beneficier de ces bouts de terre , ont été surpris après qques années , que soit leur parcelle n’etait pas la bonne ou tout simplement ils n’existent plus de parcelle pour eux ! je voudrais juste attiré votre attention sur les agissements(de vos conseillers)et surtout trouver vite la solution pour retablir la verité dans le village de KIENFANGUE ... car trop c’est trop ... LE LINGE SALE SE LAVE EN FAMILLE !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés