Crise alimentaire : Blaise Compaoré brise le tabou

lundi 28 novembre 2011 à 01h59min

Le voile qui entourait la crise alimentaire que connaît le Burkina Faso a été finalement levé par le président Blaise Compaoré. C’était à l’issue du sommet de l’Autorité du Liptako-Gourma qui s’est tenu jeudi denier à Niamey, au Niger. En effet, les chefs d’Etats des trois pays de l’organisation ont fait une déclaration conjointe pour appeler la communauté internationale à l’aide. Une alerte qui vient au moment où les populations burkinabè se demandaient, depuis plusieurs semaines déjà, à quel saint il fallait se vouer.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Cette annonce devrait permettre aux Organisations non gouvernementales de parler librement du risque de famine que redoutent déjà plusieurs familles en ville comme dans les campagnes. Et surtout d’envisager les moyens concrets de faire face à cette situation. En attendant bien sûr l’aide extérieure. On devrait également voir le gouvernement burkinabè s’investir plus officiellement dans l’élaboration d’une réponse nationale. A partir du moment où la position de l’exécutif n’était pas claire sur le type d’alerte à donner, il était difficile de savoir sur quel pied danser.

Il ne reste donc plus qu’à attendre de voir les autorités gouvernementales et leurs démembrements décentralisés se mettre plus sérieusement au travail pour apporter aux populations l’assurance d’une aide alimentaire nécessaire pour traverser la période de soudure. On estime à environ 1,4 million le nombre de personnes déjà touchées par la crise alimentaire. Et quand on sait que cette situation peut évoluer pour atteindre jusqu’à 4 millions de victimes, on peut dire qu’il était temps de prendre le taureau par les cornes.

BARK BIIGA

Fasozine

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 28 novembre 2011 à 05:37
    En réponse à : Appel aux associations d etudiants hors du BF

    Ceci est un appel aux etudiants et a la diaspora hors du BF,

    nous devons utiliser les differentes associations d’etudiants Burkinabe a l’etranger pour rassembler des dons (vivres, medicaments..) et de l’argent aupres de nos amis Blancs (surtout ceux qui ont deja visite l’Afrique et ont apprecie l’hospitalite africaine et la simplicite des Africains), faire des conteneurs et envoyer au BF. Les Blancs sont prets a donner les medicaments et les vivres, mais plusieurs associations etudiantes en Europe ne leur demandent pas.
    Pour une fois que chaque association d’etudiants de Burkinabe a l’exterieur envoie au moins un conteneur de vivres et de l’argent pour lutter contre la famine.

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2011 à 06:01
    En réponse à : Crise alimentaire : Blaise Compaoré brise le tabou

    Le minsitre de l’agriculture qui a parle de la fin de la fin il y a 2ans faisit croire recemment encore qu’une telle approche (suggeree par Ablasse Ouedraogo) n’avait pas de sens. Il doit etre au 6ime ciel celui-la. Vu d’ailleurs ses accoutrements et ses parades, on doute qu’il soit conscient de la gravite de la situation.

    Répondre à ce message

    • Le 28 novembre 2011 à 18:31, par younga
      En réponse à : Crise alimentaire : Blaise Compaoré brise le tabou

      Bien dit mon frère.C’est à se demander vraiment sous quels cieux vit ministre. Il n’est d’ailleurs pas le seul membre du gouvernement à l’avoir fait croire. Mais bon ça n’étonne personne. Nos dirigeants ont toujours joué la politique de l’autruche c’est à dire faire semblant de ne pas voir venir le danger. Et je trouve que c’est de l’inconscience même s’ils le font à des fins politiques.
      Esperons maintenant que cette aide n’arrive trop tard pour les populations qui n’attendent que ça.

      Répondre à ce message

    • Le 28 novembre 2011 à 19:03
      En réponse à : Crise alimentaire : Blaise Compaoré brise le tabou

      Bravo Ablassé ! c’est ce qu’on appelle une opposition constructive ; continue dans dans ce sens et tout le monde comprendra une bonne fois pour toute qu’être intellectuel c’est appréhender les problèmes du pays réel et proposer les solutions urgentes

      Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2011 à 06:22, par Tapsoba
    En réponse à : Crise alimentaire : Blaise Compaoré brise le tabou

    Pour une fois que Blaise écoute ses opposants politiques,à commencer par Mr Ablacé Ouédraogo qui lui avait écrit une lettre ouverte à ce sens ;prenant du même coup,le contre pied de son entourage de ministres qui « vuvuzélaient » encore pas plutard que le 24/11/2011 que “le Burkina n est pas en situation de famine”.(Dixit Clémence Traoré de l action sociale et de la solidarité).Merci.
    Mais Mr Bark Biiga,ca vous coute quoi de nous donner des informations complètes ?Les trois chefs d Etat de l organisation du Liptako-Gourma sont lesquels ? Tout le monde ne peut pas savoir qu il s agit du Burkinabè Blaise Compaoré,du Nigerien Mahamadou Youssoufou et du malien Amadou Toumani Touré.Encore fallait-il savoir d abord les 3 pays qui le composent.

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2011 à 08:20
    En réponse à : Crise alimentaire : Blaise Compaoré brise le tabou

    Un ministre annonçait des inondations - affaire de dire qu’ils sont prévoyants -. Blaise est au regret de reconnaître que tous les burkinabè risquent une faim sévère !
    Que tous les soutiens qui vont attérir aillent aux pauvres sans condition et non pas pour servir des avantages indécents de double-scrutin législatif et communal !
    A bon entendeur !

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2011 à 08:34, par le Bougre
    En réponse à : Crise alimentaire : Blaise Compaoré brise le tabou

    Ce n’est pas trop tôt !Il ne sert à rien de faire la politique de l’autruche. Merci au Chef d’Etat pour cette franchise.

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2011 à 11:02, par LoiseauDeMinerve
    En réponse à : Crise alimentaire : Blaise Compaoré brise le tabou

    Heureusement que le PF est vigilent. Il y a des gens qui font tout leur possible pour que la situation soit favorable à un Tandjarisation du PF. Sinon comment comprendre les propos d’un ministre non agricole ni hydrologue mais plutôt de jeunesse qui dit que le Burkina n’est pas en situation de famine. He dja ces idéologues et a "philologue" du parti. le PF gagnerait à s’appuyer sur la fedap et autres à ce rythme.

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2011 à 11:36, par un jeune africain indigné
    En réponse à : Crise alimentaire : Blaise Compaoré brise le tabou

    Je ne sais pas pourkoi les africain sont toujours prêts à demander de l’aide. Essayons de resoudre nos problèmes nous même. Nous avons tout ce qu’il faut pour trouver des solutions à nos problèmes. Chaque fois, communauté internationale ; ca commence à me tapper sur les nerfs.

    Répondre à ce message

    • Le 28 novembre 2011 à 19:44, par vieux loup energetique
      En réponse à : Crise alimentaire : Blaise Compaoré brise le tabou

      Il me parait que ce n’est pas toi qui a faim jeune africain indigné. Tu as raison d’essayer de resoudre les problemes ici. Mais un homme sage sait quand il a besoin de demander de l’aide.
      Si meme Blaise avoue qu’on aura besoin d’aide, c’est que c’est grave. Enterre ta fierte pour un moment et pense a ceux qui ont deja faim.

      Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2011 à 11:53, par Fredysat
    En réponse à : Crise alimentaire : Blaise Compaoré brise le tabou

    Certes l’exécutif doit fait quelque chose mais le plus gros travail reste au niveau des populations elles même. On ne peut pas aider quelqu’un qui ne veut pas s’aider lui même.

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2011 à 12:05, par franze
    En réponse à : Crise alimentaire : Blaise Compaoré brise le tabou

    dur pour un pays emmergeant :)

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2011 à 12:15, par vigilance
    En réponse à : Crise alimentaire : Blaise Compaoré brise le tabou

    Toujours, intéressant de demander l’aide extérieur, de mon point de vue tout les milliards que les uns et les autres ont planqué dehors suffit pour gérer les besoins de notre population pendant plusieurs années. Facile de toujours demander dehors tout en sachant qu’en interne avec la bonne volonté de tous la situation est gérable. Réellement ça me fend le cœur. On est tous mortel et aucune personne ne sera enterré avec ses richesses ( à méditer).
    Un citoyen américain a osé payer pendant plusieurs années la consommation d’eau de sa ville. Ici c’est pratiquement inimaginable avec nos richards (s’il le sont réellement !)
    On a toujours parlé de solidarité en Afrique , mais en réalité s’était au temps de de nos arrière grand parent.

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2011 à 12:41, par LeRohnier
    En réponse à : Crise alimentaire : Blaise Compaoré brise le tabou

    C’est toute la politique agricole du Faso qu’il faut repenser.
    Des pays comme le Maroc n’ont pas de pluviométrie comme la notre, mais les gens ont de la nourriture 12mois/12.

    Notre sous-sol est riche en eau, alors pourquoi pas demander des fonds pour vulgariser l’irrigation.

    Gorba nous manque.
    Terticus et François Compaoré ont chassé notre Gorba alors qu’ils nous trouvent des solutions

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2011 à 13:12
    En réponse à : Crise alimentaire : Blaise Compaoré brise le tabou

    Le Burkina Faso qui cri à l’aide international pour nourrir sa population. C’est une honte nationale. Un pays émergent incapable, par ses mauvais dirigeant, à assurer la sécurité alimentaire de son peuple. Depuis 24 ans, ils savent faire la politique pour rester au pouvoir, mais ne savent pas quelles politiques faire pour nourrir leur peuple. Ne ditons pas que gouverner c’est prévenir. A quoi ça sert à un peuple d’avoir un gouvernement qui ne sait pas prévenir. M. le président il faut bien travailler et dure pour bien récolter les fruits de votre travail pour votre peuple. Celui qui dort pendant la saison pluvieuse n’a rien en saison sèche.

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2011 à 13:57, par Gneness
    En réponse à : Crise alimentaire : Blaise Compaoré brise le tabou

    Mes chers frères du Burkina MERCI à tous qui ont bien voulu donner leur point de vu sur ce sujet , je voudrais être très bref dans mon commentaire. Sachez que seul le travail est porteur de tout : le bonheur , le bien être , et biensûr l’autosuffisance alimentaire.
    Pendant les bons moments de la polique consciente des années 83 à 87, il était clair que l’un des objectifs de notre pays était d’atteindre l’autosuffisance alimentaire et quelqu’un avait dit :il nous manque une bonne organisation dans le secteur agricole, sinon nos populations sont capables de produire plus pour notre consommation.
    Aujourd’hui nos popultations rurales ont plus la possibilité d’avoir accès aux méthodes modernes de travail , alors, organisons nous de sorte à appuyer ce secteur et subventionner l’acquisition du materiel mecanique de travail(charue, machine agricole) , et autres semences ...... il faut que cela soit une politique nationale de vouloir booster ce secteur et motiver les braves travailleurs (paysans) du Burkina et faire de l’agriculture les leur.
    Nous , les anciens de la bonne politique des années 83 à 87 nous estimons que c’est un manque de vision de nos dirigeants. Cette manière de tendre la main ne nous fera jamais avancer .
    Il y a tant d’exemples dans le monde (les deserts rendus verdoyants et autres), qui devaient nous motiver a faire davantage de notre mieux pour atteindre l’autosuffisance alimentaire au lieu de penser prendre le chemin le plus facile qui est de tendre la main ,c’est une mendicité qui ne dit pas son nom et une forme grave d’allienation. Alors chers frères Burkinabè qu’est ce qui vous manque:l’imagination , l’espace cultivable, la force de travail, quoi exactement ? detrompez vous des chemins dits faciles sinon on tendrait la main toujours jusqu’à la fin de notre existence. Courage à tous et évitons de responsabiliser les chers étudiants pour faire de la collecte de vivres pour nous , ces derniers devront plutot chercher a savoir comment les autres font pour en avoir assez et ils vous enseigneront ces stratégies apprises plutard merci !!!

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2011 à 14:08, par le fou
    En réponse à : Crise alimentaire : Blaise Compaoré brise le tabou

    Vous crier que le peuple mourra de faim sans aide extérieur, mais pourquoi vous investissez 5 milliards pour les étalons ? Cher Président, pour la gestion d’un pays il y a des priorités , 5 milliards suffirait pour régler le problème de la crise alimentaire. Drôle de façon de gérer un pays !

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2011 à 14:11, par anta
    En réponse à : Crise alimentaire : Blaise Compaoré brise le tabou

    Voilà un nouveau slogan que je propose aux Amis de Blaise compaoré : "On n’a pas maïs mais on a Blaise Compaoré !"

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2011 à 15:23, par adamo
    En réponse à : Crise alimentaire : Blaise Compaoré brise le tabou

    très bien vu. pourquoi mettre des milliards dans le football pour la can 2012 alors que cet argent suffirait à resoudre le prolème de deficit alimentaire . mr le president il ya des priorités parmi les priorités. quand on a faim on a pas les yeux pour suivre ballon. le peuple vous demande pardon de dimunier la prise en charge des etalons pour la can 2012.pensez a votre peuple d’abord.je vous propose de prendre a bras le corps le secteur de l’agriculture.rendez vraiment public ce secteur. faites des subventions agricoles. soyez vous même au premier plan dans le secteur agricol.vos ministres grouillent seulemnent pour conserver leur poste voila pourquoi les crises vous surprennent souvent.ils ne vous disent pas la verité.

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2011 à 15:44, par Ventre Creu !!!
    En réponse à : Crise alimentaire : Blaise Compaoré brise le tabou

    Wouille, Wouille, j’ai faiiiiiiiiim, messieurs les blancs là !
    Venez nous sauvez, Fouamine va nous fini tous complet !!!

    — 

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2011 à 16:29, par Président
    En réponse à : Crise alimentaire : Blaise Compaoré brise le tabou

    "La différence entre le désert et le jardin, ce n’est pas l’eau, c’est l’Homme" à Méditer

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2011 à 17:09
    En réponse à : Crise alimentaire : Blaise Compaoré brise le tabou

    Le titre de l’article en dit long.Doit-on attendre qu’un dirigeant se lève pour annoncer que des milleirs de personnes vivent dans une situtaion alimentaire catastrophique et que des centaines vont certainememnt mourir de ces conséquences et que des enfants en seront marqués pour le reste de leur jour. Il faut que ça change on ne peut plus sacrifier sur l’autel de la communauté internationale une population au prise avec son propre développement malade auquel ses dirigeants n’accordesnt pas toute l’importance. Ce n’est pas la premie`re fois au Sahel qu’un dirigeant tarde à annoncer une telle situation. Rapellons nous le Niger de Tandja qui a refusé pendant des mois de reconnaitre la famine dans son pays.

    Ces situations alimentaires ne sont pas dues principalement aux questions climatiques, ou aux criquets mais bien aux hommes qui ont mieux de gérér leur avoir, leurs enfants à l’étranger, une classe politique imbue d’elle même qui gaspille et s’enrichit au profit des plus démunis.Pensez-vous que les dirigeants de ces pays seront affectés par cette crise, pensez-vous que la classe politique va en souffrir, pensez-vous que les militaires de ces pays vont en souffrir, pensez-vous que les biens nantis et les hommes d’affaires de ce pays vont en souffrir, pensez-vous qu’il va se vendre moins de grands bazins craquants et d’or rutillants pour habiller ces belles que non.La première chose à quoi on a pensé c’est de demander de l’aide à la communauté internationale. Tout cela en dit long sur le développement du pays.

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2011 à 17:37, par Rawende
    En réponse à : Crise alimentaire : Blaise Compaoré brise le tabou

    Bonjour,

    Finalement Ablassé Ouedraogo n’avait pas tort de soulever le problème dans sa lettre ouverte la dernière fois....

    Répondre à ce message

    • Le 29 novembre 2011 à 11:57, par adamo
      En réponse à : Crise alimentaire : Blaise Compaoré brise le tabou

      mon ami c’est faux ; la verité cachée est que ablassé est un pur produit de blaise et ce n’est que du montage.il est entrain de faire du theâtre . en fait c’est lui l’acteur principal et le president du faso est le metteur en scène ;faire souvent attention à ce que tu entends et à ce que tu dis ;ne sois pas si naif à ce point. merci
      bon vent a fasonet ;

      Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2011 à 18:39
    En réponse à : Crise alimentaire : Blaise Compaoré brise le tabou

    Meilleur des solutions contre la crise alimentaire

    audit interne

    mener des enquetes (audits) sur tous ceux qui ont des fortunes à l’etranger. On sait que depuis l’independance de 1960 à nos jours, on peut denombrer les vraies fortunes de quelques individus

    vrais audits dans la transparence dans les societes d’état, et dans les ministères.

    lancer une caisse de solidarité dans un but bien précis

    sinon, il ne sert à rien de demander de l’aide international, qui va profiter à quelques individus

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2011 à 19:06, par leregard
    En réponse à : Crise alimentaire : Blaise Compaoré brise le tabou

    Toujours la main tendue !! Comment peut-on construire un pays émergeant en étant un État-mendiant ? Nos pays ont les moyens de sortir de ce cercle vicieux : il y a aujourd’hui plus d’intelligences, pour élaborer des programmes conséquents tenant compte de notre climat (même s’il est devenu quasi incontrôlable). Dans le monde entier des États sont confrontés à des catastrophes d’origine climatique, pour nôtre part c’est la sècheresse, tout au moins la faiblesse et l’irrégularité ds pluies. C’est un phénomène lent à se mettre en place, donc assez prévisible, en tout cas suffisamment à temps pour prendre des dispositions budgétaires nationales afin de palier à la situation conjoncturelle qui tend à devenir structurelle. On connait la solution : la maîtrise de l’eau afin d’accroitre les surfaces cultivées et sécuriser les productions voire les augmenter. La ethnologie existe . Il faut tout simplement une réelle volonté politique de vouloir faire avancer les choses au lieu de crier des slogans vides qui ne correspondent à aucune réalité sur le terrain !! Il faut rapatrier les milliards volés, mettre en place un véritable programme de valorisation du paysan. je dis bien du paysan : donner un prix convenable aux produits agricoles en particulier les produits vivriers, mettre en place des lignes de crédits et des accompagnements (pas comme ce que nous avons connus avec les encadreurs ruraux), former les paysans (jeunes paysans et leur donner des terres (je suis contre l’agro-business comme pilier de développement de notre agriculture car elle ferra des paysans des ouvriers agricoles et il faut savoir aussi que l’agro-business ne va pas forcément produire les aliments, elle s’orientera vers les spéculations les plus rentables au sens du gain financier. On sera dans une situation pire que maintenant)mettra les paysan et des moyens modernes de production), assurer la commercialisation et la transformation. Bien sûr que les variétés à mettre à la disposition des paysans soient mieux adaptées aux nouvelles conditions climatiques. Nous avons les instruments de notre destin en main, il nous les utiliser dans le bon sens. cette situation nous rappelle ce que le Président SANKARA avait dit : produisons ce que nous mangeons. Ailleurs, chez nos voisins du Niger cela s’appelle les 3 NNN : les Nigériens Nourissent les Nigéreins". Au lieu de cela, il y a de grandes campagnes financées par des multinationales pour la culture du jatropha ! Je n’ai rein contre de façon systématique. Mais, le problème c’est la concurrence avec les productions vivrières car cette culture occupe des terres agricoles destinées à la production vivrière !! Ceux qui encouragent cette culture, ont laissé dans leur pays des terres en friche. Pourquoi ne les utilisent-ils pas pour cette culture ? Le jatropha n’est pas la priorité pour le Burkina Faso. Je sais qu’il faut gagner des devises. Mais cela ne doit pas se faire au détriment de la production alimentaire qui reste la raison principale de agriculture : nourrir les Hommes et le bétail !!

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2011 à 19:23, par KINTE
    En réponse à : Crise alimentaire : Blaise Compaoré brise le tabou

    Chers lecteurs
    Tout le monde comprendra et acceptera enfin que le Ministre de l’Agriculture....etc.. actuel, sans être contre lui (je ne le connais même pas) est vraiment NUL.
    Demandons au Ministre : "Comment ça ce fait que le Burkina Faso qui fais partie des premiers pays ayant reçu un don financier important de la CEDEAO dans le cadre de leur processus ECOWAP/CAADP, se retrouve dans les derniers pays encore en train de tenter laborieusement à finaliser son Programme ?" Soit dit en passant, le Burkina est au même rang en terme d’avancée que la Côte d’Ivoire dont le cas se justifie. Tous les autres pays ont reçu des millions de dollars des PTF pour financer et mettre en oeuvre leur plan. C’est pas parce qu’on est PhD qu’on peut diriger un Ministère. Pour développer l’agriculture, il faut une engagement politique, et le Président Blaise Comparoré doit reconnaitre aussi son échec.
    Le développement de l’agriculture, c’est pas l’achat par les dignitaires du Régime Compaoré de Terrain autour de Ouaga sous prétexte d’approche "Agribusiness". On peut faire faire de l’Agibusiness sur 1 m2.
    Bref , il y a trop a dire... même si c’est vrai que le climat joue contre nous en ce moment, nous avons fait des choix hasardeux et irréaliste...
    De Dori, à Gorom-Gorom, Djibo, on peut produire... Parce que la quantifié d’eau qui tombe dans ces régions n’est pas moins que ce que des pays comme Israel ou d’autres parties du monde reçoivent. Mais à force d’innovation, de travail, d’engagement, d’honnêteté, ces pays ont comme dompté la nature et sécurité l’alimentation de leur peuples. Au BF, on est en aventure. Mettez réellement des moyens dans l’agriculture (pas en achetant des 4x4) ou en spoliant les moyens de l’Etat (ex IRFA-FLEX FASO devenu propriété de qui on sait), mettez, disais je les moyens au service des Producteurs et vous ferez.. La terre ne menus pas. En fait, le Burkina a tout pour être autosuffisant et exporté.. Il y en assez de quémander à la communauté internationale. Toute économie à besoin de socle. Ce ne sont pas les échangeurs (soyons courageux) de Ouaga qui font le socle de l’Economie. Une agriculture bien enraciné, fera construire autant d’échangeurs mais seulement dans le futur.... Ce qui nous gouverne aujourd’hui n’ont d’yeux que pour leur propre estomac, leurs rejetons. Or une Economie Nation se bâtie à partir des unités familiales, des départements, des régions.
    Notre économie est artificielle, donc du coup, aucun autre secteur ne peut même venir au secours de l’autre, l’agriculture en souffrance. Comment gérons-nous "stratégiquement" notre OR (puisqu’on en produit) ? Comme sont constitué nos reserves stratégique ? Que trouverons nos enfants demain ? Pour le moment, nous pillons sans nous préoccuper du peuple du Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2011 à 20:44, par sidnoma
    En réponse à : Crise alimentaire : Blaise Compaoré brise le tabou

    J’ai beaucoup d’estime pour le Président du Faso qui a encore fait preuve de sagesse. Rien que jeudi dernier dans la salle de conférence de la DGCOOP, le 1er Ministre a balayé du revers de la main cette possibilité de crise alimentaire au Faso. Pourtant la question provenait des ONG intervenant dans le domaine alimentaire afin de se préparer en conséquence. Pourquoi autant de contradiction de la part de l’exécutif ? Le Burkina a intérêt à repenser sa politique agricole.

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2011 à 20:45, par Vagabond
    En réponse à : Crise alimentaire : Blaise Compaoré brise le tabou

    Qui croire en fin de compte quand le PF et son ministre de l’emploi se contredisent ! Famine ou pas famine ???

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2011 à 23:03
    En réponse à : Crise alimentaire : Blaise Compaoré brise le tabou

    Avant de tendre la main vers l’exterieur, lançons un appel à la solidarité nationale. Proposer des retenues à la sources pour tous les fonctionnaires de l’Etat de l’ordre de 5000 à 500 FCFA selon la categorie. Idem pour le secteur privé, la societé civile et les organismes internationaux, sans oublier les burkinabè de l’exterieur. Si tout cela ne suffit, en se moment on pourra en toute legitimité appeler à l’aide international. On pourrait purement et simplement renoncer à la CAN pour orienter nous maigres moyens vers la solidarité nationale. Mais avant, virez moi toutes ces autorités de l’agriculture qui sont sans vision stratégique. on parle de croissance accelerée, comment avoir une croissance durable sans reduction de la vulnerabilité de l’économie face aux chocx exogènes. une petite caprice de la pluviometrie et tout le pilotage stratégique de l’économie est dans l’eau. franchement, il faut savoir ce qu’on veut dans la vie. Allez y voir au sourou ou à bagré, quelle est le % de superficie exploitée ?

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2011 à 23:06, par Nayala
    En réponse à : Crise alimentaire : Blaise Compaoré brise le tabou

    Vous avez faim et c’ est 2, 8 milliards dans le sport (jeu) ! Franchement j’ espère que le BF n’ aura aucune aide extérieure !!!

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2011 à 23:09, par Mister T
    En réponse à : Crise alimentaire : Blaise Compaoré brise le tabou

    Encore une mine d’or de trouvé pour les associations et autres Ong. We got a job or a deal.
    That is Burkina Faso.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés