Grève des enseignants du secondaire de Bobo : Probables solutions en mi-novembre

mardi 25 octobre 2011 à 02h15min

Les enseignants-vacataires des établissements secondaires privés de la ville de Bobo-Dioulasso, qui ont déserté les classes depuis le lundi 17 octobre 2011, ne sont toujours pas prêts d’y retourner tant que leur revendication : l’augmentation du taux horaire de 3500F CFA/l’heure n’est pas satisfaite.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Les places assises ont manqué ce jeudi 20 octobre à la bourse de travail de la ville de Sya. Tous unis pour une solution commune en leur faveur, ils étaient plus de 200 professeurs de français, d’histoire-géographie, de mathématiques, de philosophie, de physique-chimie, de SVT, d’EPS, d’anglais, d’allemand, d’économie, de droit (...), à répondre à l’appel du Syndicat national des enseignants du secondaire et du supérieur (SNESS). Il s’agissait, selon le secrétaire général dudit syndicat de faire le point de la lutte entamée depuis le mois d’avril. Car, dit-il : « La lutte est entrée dans une phase effective de durcissement depuis le lundi passé (le lundi 17 octobre 2011, ndrl) où nous avons décidé de déposer la craie dans les établissements privés ».

L’Assemblée générale a consisté à donner des informations relatives à l’évolution de la grève, mais aussi à recueillir des informations de la part des grévistes (enseignants) pour les perspectives de lutte dans les semaines à venir. Ils ne doutent d’ailleurs pas d’une issue positive de leur revendication. « C’est nous qui faisons la renommée de ces établissements privés. Alors, lorsqu’il y a des bénéfices, il faut qu’ils soient partagés avec nous », atteste Aurélien Hien, secrétaire général du SNESS. Le message a certainement passé, selon lui, au regard du nombre d’enseignants qui ont pris d’assaut la bourse du travail. A les entendre, les fondateurs des lycées ne veulent pas ouvrir le débat mais qui, selon eux, désinforment les élèves. « Ils leur racontent que c’est parce que nous demandons une augmentation qu’ils ont eux aussi augmenter les frais de scolarité. Ils les maintiennent dans les classes jusqu’aux heures de descente trompant ainsi la vigilance des parents d’élèves », raconte Aurélien Hien. La grève suivra donc son cours jusqu’à nouvel ordre. « Nous avons commencé ensemble et nous la terminerons ensemble. D’ici là, s’il y a des propositions, nous allons nous réunir en Assemblée générale pour discuter et voir si nous allons reprendre la craie », a-t-il précisé.

Las, et surtout inquiets pour leur année scolaire, certains élèves sont sortis dans la rue pour manifester leur mécontentement. Le jeudi dernier, ils sont allés voir le directeur régional des enseignements secondaire st supérieur, Michel Ouédraogo et lui ont lancé un ultimatum. « Nous voulons qu’une solution définitive soit trouvée à cette question d’ici le lundi 24 octobre 2011 », avaient-ils prévenu. C’est ainsi que le même jour, le DR a rencontré les fondateurs, puis le vendredi le syndicat des enseignants. De ces deux rencontres, il est ressorti qu’il y a eu un déficit de communication. « Je leur ai donc proposé une rencontre commune le samedi dans la matinée. Il est ressorti dans les débats que les fondateurs ont demandé aux enseignants de temporiser et attendre les négociations de novembre. Il s’agit d’une négociation nationale », explique le DR. Au cas où les enseignants ne trouveront pas leur compte après cette négociation, ils pourront, selon lui, discuter encore d’autres perspectives.

En tout cas, le compte rendu a été fait au gouverneur de la région des Hauts-Bassins, Siaka Prosper Traoré qui devra à son tour rendre compte à qui de droit. Notons qu’hier également, les élèves des établissements privés étaient encore dans la rue. Ceux du lycée Elkana ont même fait des casses.

Bassératou KINDO

L’Express du Faso

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 25 octobre 2011 à 11:05, par Passi
    En réponse à : Grève des enseignants du secondaire de Bobo : Probables solutions en mi-novembre

    Du courage aux enseignants des collèges et lycées privés de bobo.Soutiens des élèves à leurs enseignants.On en a marre de ces fondateurs qui augmentent chaque année les frais de scolarité et l’Etat ne réagit pas.

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2011 à 12:19, par parent d’élève indigné
    En réponse à : Grève des enseignants du secondaire de Bobo : Probables solutions en mi-novembre

    mr le gouverneur,

    qu’attendez vs pour régler ce probleme afin de permettre aux enfants de reprendre les cours ?les enseignants du public aussi sont rentrés dans la danse,puisque déserteurs des classes du publics pour rattraper des heures de vaccation dans le privé.mr le gouverneur,agissez pendant qu’il est temps car on a marre que nos enfants soient des cobayes.

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2011 à 14:58, par ajvhbobo
    En réponse à : Grève des enseignants du secondaire de Bobo : Probables solutions en mi-novembre

    Mr gouverneur,l’assemble des futurs diplomates du FASO attend que votre réaction,car seule votre mot pourrais mèttre fin a sais pratiques.

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2011 à 16:01, par Adi
    En réponse à : Grève des enseignants du secondaire de Bobo : Probables solutions en mi-novembre

    Bonjour !
    La vacation est à combien dans les autres régions ?Il ne peut y avoir le même montant pour les enseignants du 1er et du 2nd cycle,ce n’est pas la même qualification demandée.Le DR a dit au gouverneur,qui dira à qui de droit. Pendant ce temps,on fait quoi ?Pauvres de nous parents,tout cela est dû à la demission de l’état du secteur de l’éducation,sinon...

    Répondre à ce message

    • Le 30 octobre 2011 à 19:44
      En réponse à : Grève des enseignants du secondaire de Bobo : Probables solutions en mi-novembre

      ce problème était bien prévisible,de la manière dont les établissement poussent au pays comme des champignons c’est parce que les fondateurs font beaucoup de bénéfices exemples du lycée Alpha Solidarité qui a commencé à un maintenant il est à 3 ou 4 si ma mémoire est bonne.ils se font beaucoup de sous et ne veulent pas partager avec les pauvres enseignants qui se tuent pour la réussite de ces innocents élèves.ça peut se comprendre d’une autre manière beaucoup d’établissement privés recrutent des enseignants sans le minimum de diplôme pour la formation des élèves donc les fondateurs ne pourront pas payer ces derniers comme il se doit.je pense qu’une solution à ce problème est que le gouvernement s’implique pour une sortie de crise car l’année est entrain de finir

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés