YAGMA : Des autochtones réclament leurs parcelles

jeudi 13 octobre 2011 à 02h50min

Des habitants de Yagma, plus précisément, des autochtones, ont tenu une assemblée générale le mercredi 12 octobre 2011, à la maternité de Pazani. Assisté par l’association Namanagbzanga, la population a voulu, par cette rencontre, montrer son indignation quant à la gestion des parcelles. Selon elle, après le sinistre du 1er septembre 2009, le gouvernement lui avait retiré 1000 ha pour reloger les sinistrés. Le premier ministre de l’époque, Tertius Zongo, pour dédommager les autochtones, leur a remis 1500 parcelles. C’est la gestion de ces parcelles qui pose problème

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

"Nous avons convoqué l’assemblée générale ce matin pour vous faire part de la situation actuelle de la gestion des 1500 parcelles qui nous ont été offertes par le premier ministre à l’issue du sinistre du 1er septembre. Depuis le don des parcelles, les autorités nous jouent comme un ballon. Quand nous nous rendons chez le maire de Sig-Noghin, il nous fait savoir que c’est le ministère de l’habitat et de l’Urbanisme qui doit nous donner les parcelles. Ledit ministère à son tour, nous ramène à la mairie, arguant que les parcelles ont été remises à cette structure. Nous avons tout fait sans solution. C’est pourquoi nous vous avons réunis ce matin pour vous expliquer la situation pour qu’ensemble nous puissions voir comment trouver d’autres moyens de lutte".

C’est en ces termes que le Larweoghin Naaba de Yagma s’est adressé à ses sujets le mercredi 12 octobre 2011, au cours d’une assemblée générale tenue à Pazani, un des quartiers de Yagma. Pour être plus clair, il explique que pendant les inondations du 1er septembre 2009, le gouvernement a retiré 1000 ha des autochtones de Yagma pour reloger les sinistrés. Des hectares qui servaient de champs pour la population. "Pour compenser cela, le premier ministre de l’époque, Tertius Zongo, a offert 1500 parcelles aux autochtones de Yagma. 895 personnes avaient été recensées pour 1500 parcelles. A l’heure où je vous parle il n’y a même pas 500 attributaires. Pourtant on nous fait comprendre qu’il n ’y a plus de parcelles. Où sont passées ces parcelles ?" renchérit-il.

Ce qui est écoeurant, a-t-il ajouté, c’est que des maires à Ouagadougou, ont reçu chacun 15 parcelles, alors que tous les autochtones ne sont pas encore attribitaires. Il fait savoir que lui-même a reçu 3 parcelles mais ne peut pas rester indifférent aux cris de ses sujets car "c’est l’avenir des générations futures qui est en jeu". "On nous fait la force. Quand je me suis opposé à leur façon d’attribuer les parcelles, ils m’ont envoyé à la maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou où j’ai fait 4 mois" ; s’est exprimé Sourwemba Paul, un des indignés. Il explique en effet, que lorsque les agents attributeurs de parcelles arrivent dans une concession de cinq personnes par exemple, ils attribuent à trois personnes et disent aux autres d’attendre le second tour.

Un second tour qui n’aura jamais lieu, selon lui. Et à un autre de faire comprendre à l’assemblée que le maire de Sig-Noghin n’a pas trouvé mieux que de leur dire, au cours d’une de leur rencontre, qu’ils le fatiguent avec leur histoire de parcelles. Selon le président de l’association Namanagbzanga, Mathurin Nikièma, qui suit l’affaire depuis le début, cette situation est inadmissible. Il a donc réaffirmé le soutien de son association aux indignés et leur a promis d’écrire au premier ministre pour qu’une solution soit trouvée à ce problème. Face à cette situation, les protestataires ont décidé d’écrire au ministre de l’habitat et de l’Urbanisme avec ampliation au premier ministre, au ministère de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité, au maire central pour réclamer leurs parcelles.

Yannick SANKARA

Le Pays

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 13 octobre 2011 à 06:08, par wend-n na yoo
    En réponse à : YAGMA : Des autochtones réclament leurs parcelles

    C’est vraiment deplorable. Combient les Burkinabes avaient manifeste leur solidarite en son temps et...

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2011 à 09:31
    En réponse à : YAGMA : Des autochtones réclament leurs parcelles

    Encore ces maires avec ces histoires de parcelles.Quand est ce que tout cela va prendre fin ?Il y a vraiment trop de magouilles et là encore des maires de Ouaga s’octroient 15 parcelles chacun.Ils vont en faire quoi avec toutes ces parcelles qui ont déjà ?commercer,se payer de belles caisses,se construire des bunkers etc...Cela mérite une grande indignation,une révolution même

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2011 à 10:27
    En réponse à : YAGMA : Des autochtones réclament leurs parcelles

    Il y a une irresponsabilité de certaines personnes. Il y a des gens un jour seront jugés sur leur gestion.

    Il y a aussi des gens qui regretteront leur temps.
    Il est toujours bien dans des attribution de parcelles, de commencer toujours par les résidents. s’il n’ya plus, on informe que les parcelles n’ont pas suffit aux résidents et s’il en reste, on passe aux non résidents ayant souscrits at ayant leur non loti. c’est la logique.

    Les institutions doivent être forte comme en France par exemple et cela passe par les individus. Il faut un changement de mentalité. traiter chaque chose ou chaque personne à sa juste valeur.
    Imaginez des gens qui ont habité plus d’une année voir 5 ans, 10 ans ou plus et un jour, on vient leur dire de quitter le lieu et qu’on verra leur cas après. Ils vont se plaindre où ? Mais voici que deja il se plaignent et il n y a pas de suite. Chacun dit qu’il n’est pas responsable.
    Je sais que des gens seront jugés un jour quelque soit leur age.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés