Effondrement d’un R+4 à Ouaga 2000 : 1 mort sorti des décombres

mercredi 14 septembre 2011 à 03h32min

Dans la nuit du 12 au 13 septembre 2011 aux environs de minuit, un immeuble à 4 étages (R+4) en construction s’est effondré à Ouaga 2000 au niveau du boulevard Mouammar-Khadafi menant au Monument des martyrs, non loin du Palais des sports. Le bilan, provisoire, fait état d’1 morts et de 2 disparus, des travailleurs sur le chantier surpris par le drame et qui n’ont pu se sauver à temps. Plus de 300 hommes de la Brigade nationale des sapeurs-pompiers (BNSP), de la gendarmerie, du génie militaire, du Régiment de sécurité présidentielle (RSP), de la police et des entreprises du BTP de la place ont été mobilisés avec d’impressionnants moyens logistiques pour secourir les victimes.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Il était minuit et quart quand un officier du RSP a appelé les sapeurs-pompiers pour signaler l’effondrement d’un immeuble à Ouaga 2000.

A 00h 23 mn, le premier engin de la BNSP est arrivé sur place, témoigne le colonel Silas Kéita, le commandant de la BNSP. Il s’agit d’un immeuble R+4 qui s’est écroulé comme un château de cartes pendant que des ouvriers y étaient à l’œuvre.

Selon le témoignage d’Aristide Tiendrébéogo, manœuvre sur le chantier, il était 23 heures passées quand son équipe, qui était chargée de couler du béton à quelques endroits de la bâtisse, a constaté le manque de ciment empêchant du coup la poursuite du travail. Une dizaine d’ouvriers décident alors d’aller prendre du café, histoire d’attendre le ravitaillement. Ils durent leur salut à un autre manque, celui de pain. Lorsque le vendeur de café leur apprend qu’il n’y a pas de pain, ils voulurent retourner sur le chantier mais celui-ci leur demande de patienter, le temps qu’il aille en chercher. C’est alors qu’ils attendaient que survint le drame. « Entre-temps, le bâtiment a commencé à s’écrouler et nous nous sommes sauvés, mais notre chef, celui-là qui nous a recrutés pour le travail, le gardien du chantier et le chauffeur d’une citerne garée là y sont restés », explique Aristide, encore vraisemblablement sous le choc.

A en croire le commandant de la BNSP, le maire de la ville, qui s’est rendu très tôt le matin sur les lieux, a demandé l’aide des entreprises du BTP de la place. Celles-ci sont arrivées avec de gros porteurs, nécessaires pour dégager les débris. Le ministre en charge de la Sécurité y serait allé également. Un sinistre qui a vu une très forte mobilisation des différents corps militaires et paramilitaires de la capitale avec tous les moyens dont ils disposent pour intervenir en pareilles circonstances.

Selon Dominique Bonkoungou, directeur du Contrôle des opérations d’aménagement et de construction du ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme, ce drame n’est que la conséquence du non-respect des normes prônées par son département. En effet, au moindre contact des gravats avec les engins qui les dégageaient pour rechercher les victimes ensevelies, ils s’effritaient, montrant effectivement le manque de résistance du béton qui soutenait l’immeuble.

C’est à 13h 15 mn, le mardi 13 septembre 2011, que le premier corps a été sorti des décombres. Au moment où nous mettions sous presse, les deux autres victimes n’avaient pas encore été extirpées des gravats.

Un malheur qui vient rappeler, si besoin était, qu’il y a toujours des entrepreneurs véreux, prêts à tout pour se faire le maximum de bénéfice quitte à mettre en danger des vies humaines. Mais une chose est sûre, selon Dominique Bonkoungou, les textes en vigueur en pareilles circonstances sont clairs et les sanctions sévères. Wait and see !

M. Arnaud Ouédraogo

L’Observateur Paalga

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 14 septembre 2011 à 09:33, par BOUBA
    En réponse à : Effondrement d’un R+4 à Ouaga 2000 : 1 mort sorti des décombres

    Que la paix éternelle soit pour les victimes du drame et la prison des hommes et du seigneur soit pour l’entrepreneur véreux et ses complices.

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2011 à 10:01
    En réponse à : Effondrement d’un R+4 à Ouaga 2000 : 1 mort sorti des décombres

    Salut,
    Je penses que le ministère de l’Habitat et de l’urbanisation ne doit pas juste se contenter de dire que les textes prévoient des sanctions et que ces sanctions seront appliquées.Quel travail de contrôle ils font pour éviter que ces situations arrivent ? Surtout que ces cas sont fréquents depuis quelques temps dans notre pays.
    Je pense même qu’ils sont incriminables pour n’avoir pas fait leur travail ces messieurs de l’Habitat...
    Merci
    Trébi

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2011 à 12:00, par kiswendsida 1er
    En réponse à : Effondrement d’un R+4 à Ouaga 2000 : 1 mort sorti des décombres

    A qui appartient l’immeuble et quel est l’entrepreneur chargé de la construction, les contrôles ont-il eu lieu sur le chantier ??? voila de quoi votre article doit traiter, vous n’avez fait que relater ce que tout le monde sais deja !

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2011 à 12:02, par Charles
    En réponse à : Effondrement d’un R+4 à Ouaga 2000 : 1 mort sorti des décombres

    Mes condoléances aux familles éplorées. Je doute au regard des premières sorties des responsables à charges des bâtiments que les questions de fonds soient abordées. On va simplement crier sur les entrepreneurs et sur les ouvriers. Il faut reconnaître que la responsabilité incombe entièrement à l’Etat. De la maîtrise d’ouvrage à l’exécution des travaux, il y a un manque criard de compétences. Les entreprises travaillent avec des ouvriers formés sur le tas. Même si les plans sont correctement faits, les calculs d’ingénieurs parfaits, il ne faut pas rêver avoir du bon travail avec des ouvriers dont la formation ne préoccupe personne. Les ouvriers sont peu valorisés, méprisés, traités de faux types par ceux là qui ont bénéficié de formations payées du primaire au supérieur par l’Etat.
    Et côté prix ! Les burkinabé veulent construire moins cher. le prix du béton armé n’a pratiquement pas varié sur les 20 années passées. L’Etat à ce niveau donne encore le mauvais exemple en passant des marchés avec des béton armé à 125 000 le m3, le même prix que l’on retrouve dans les devis d’il y a 20 ans.
    Les entreprises, les ouvriers exécutent les travaux en "original" et ’adaptable" suivant les moyens mis à leur disposition.
    C’est pas les autorisations de construire (qui ne répondent qu’à des besoins de l’administration de collecter de l’argent). La preuve est que les gourounsi construisent leurs maisons avec des dalles en terre et bois, terrasse accessibles et soumises aux mêmes contraintes que les boites de nuit ! Aller voir à l’occasion des funérailles les danses sur les terrasses. A ma connaissance, l’Etat se moque des conditions dans lesquelles ces maisons sont construites.

    Formez les jeunes et futurs acteurs de notre développement. C’est la seule action pour éviter de telles catastrophes. Même les vendeurs de matériaux (sable, bois, etc.) ont besoin de formation !

    Répondre à ce message

    • Le 14 septembre 2011 à 15:19, par Alexio
      En réponse à : Effondrement d’un R+4 à Ouaga 2000 : 1 mort sorti des décombres

      Feil diagnostique"Les burkinabe veulent construrent pas chers".On ne peut pas imposer la faute aux manoeuvres sans une expetises en la matiere.Ici en europe on a vu des grands ponts,des batiments,etc ecroules parce qu il defaillance dans la soudure des supports(fissures,rouages),defaut de calculs malgre des expertises de controlle tres avancees ,pas de perfection dans les activites humaines.Nobdy is perfect.

      Répondre à ce message

    • Le 14 septembre 2011 à 15:31
      En réponse à : Effondrement d’un R+4 à Ouaga 2000 : 1 mort sorti des décombres

      tu oublies d’ajouté meme si je te souçonne de preché pour ta paroisse que l’accident a eu lieu tard dans la nuit et que ces pauvres travillaient tjrs.voilà des ouvriers ki sont mal payé et travillent kom des esclaves avec un patron véreux ki veut gnagné bcp de gombo sur tous les cotés a savoir les ouvriers exploités,gagné sur le matériel en minorant les couts et enfin gagné sur le proprietaire de la maison avec un devis elevé.pas normal ça,dans un pays ki se respecte l’entrepreneur devait maintenant etre au trou aux mains des enqueteurs pour les besoins de l’enquete.mais il doit etre entrain de boire sa biere trankil parceque ce st les memes au pouvoir ki sont les vrais entrepreneurs,le reste ke de la paille,ke de prete nom.pays de merde

      Répondre à ce message

      • Le 14 septembre 2011 à 19:32, par Abbas
        En réponse à : Effondrement d’un R+4 à Ouaga 2000 : 1 mort sorti des décombres

        La question peut etre simple : Avait-il un Controleur de chantier ?

        La lecon a tirer est qu’il faut renforcer/exiger et accorder plus d’importance aux travaux de controle. Eduquer les Controleurs a bien faire leur travail et a etre insensibles aux petites enveloppes.

        La construction est de l’art... on doit juste veiller a ce que chaque artiste joue bien son role.

        Les regles de cet art existent et sont meme avec beaucoup de securite pour les sols (en terme de portance) au Burkina... mais simplement nous n’oeuvrons pas a leur bonne application.

        L’Etat doit simplement investir dans une action de sensibilisation en ce sens, et veiller a ce que chaque acteur est present et jout son role dans une operation de construction...

        Toutes mes condoleances aux victimes. Que les ames des disparus reposent en paix.

        Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2011 à 12:11
    En réponse à : Effondrement d’un R+4 à Ouaga 2000 : 1 mort sorti des décombres

    Rien ne m’etonne dans ce pays. On permet à n’importe qui de construire des immeubles. Beaucoup d’immeubles risquent de connaitre le même sort parce que construit par des apprentis sorciers

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2011 à 12:40, par Mike7Stars
    En réponse à : Effondrement d’un R+4 à Ouaga 2000 : 1 mort sorti des décombres

    Tant qu’on ne se mettra pas au sérieux et arrêter de voler (vols justifiés, parce que employés mal payés ou pas) rien ne se fera ici au Burkina faso pour une durée conséquente. On a pleins d’exemples : pitiés pour la piste Ouaga-Boromo (épargnez moi de route ou nationale N°1), des ponts pour juste une saison sèche, des voies soit disant bitumées, qui n’ont même pas vu d’engins grattés ou ajoutés de la terre, malgré que sur les papiers la piste est bitumée ; heureusement que le président n’est pas au courant du moment ou il ne connaissait même pas le prix d’un sac de riz.... ouffff, mourrez, citoyens honnêtes, pour le développement de nos ventres "coloniaux".. je crois que c’est très loin la période de la fièrté Burkina Faso (herité de la fiére Volta). Les "70 ans" doivent permanemment avoir des larmes aux yeux.

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2011 à 13:52, par lenga
    En réponse à : Effondrement d’un R+4 à Ouaga 2000 : 1 mort sorti des décombres

    Vraiment, voila ou mène la cupidité ! Vouloir à tout prix économiser sur le ciment et autre...l’entrepreneur, le propriétaire du bâtiment doivent être inculpé pour homicide involontaire ! On ne peut continuer à tolérer de telles pratiques !
    Pauvre de nous

    Répondre à ce message

    • Le 14 septembre 2011 à 19:31, par le visionnaire
      En réponse à : Effondrement d’un R+4 à Ouaga 2000 : 1 mort sorti des décombres

      policier emprisonnés, agents de santé révoqués,maintenant c’est le tour de ces apprentits sorciers qui pensent construire des pyramides à moindre cout toute la chaine doit y passée : controleurs du ministère ,proprio de l’immeuble ,entrepreneur car c’est pas la 1ère fois que ça arrive .On a besoin de tout savoir sur cette affaire !!!

      Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2011 à 13:54, par Patriote
    En réponse à : Effondrement d’un R+4 à Ouaga 2000 : 1 mort sorti des décombres

    "Mais une chose est sûre, selon Dominique Bonkoungou, les textes en vigueur en pareilles circonstances sont clairs et les sanctions sévères". Médecin après la mort ! Il faut plutôt mettre l’accent sur la prévention de ce genre de désastre, par des inspections et des contrôles pendant la construction, et non pas attendre que des gens meurent pour constater des défaillances et appliquer des "sanctions sévères" aux coupables.
    Il faut prévenir, puisqu’on ne peut même pas guérir dans ce domaine. On pourra jeter le propriétaire du bâtiment en prison s’il y a lieu, mais ça ne change rien au fait que des gens soient morts. Et ça ne dissuade pas beaucoup, puisque chacun continuera à ne pas respecter les normes de construction et dira Inch Allah, mon bâtiment ne tombera pas.
    Encore et encore, je dis qu’il faut chercher à protéger les citoyens. Imaginez un instant si ce bâtiment était fini et abritait des services ou commerces, et qu’il s’écroulait de la sorte. On ne pourrait que décréter un deuil national que l’on pouvait bien éviter.
    Je propose que le Ministre en charge de la question lance la réflexion, utilise les images appropriées pour sensibiliser, et propose des décisions et actions concrètes à adopter en Conseil de Ministres.
    En attendant, que Dieu nous garde tous. Amen.

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2011 à 14:27, par Harry
    En réponse à : Effondrement d’un R+4 à Ouaga 2000 : 1 mort sorti des décombres

    Bien mal acquis ne profite pas !!!

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2011 à 15:24, par Le ouagalais
    En réponse à : Effondrement d’un R+4 à Ouaga 2000 : 1 mort sorti des décombres

    Pauvres de nous ! Il a fallu lancer un SOS toute la journée pour trouver une grue afin de dégager les gravas pour sauver les gens. Je dis bien UNE SIMPLE GRUE. J’aimerais en ces moments précis, avoir devant moi et entendre un partisan du pays émergent. Quelle honte !
    Des gens nés au village, qui n’ont jamais mis un pied hors du Faso et qui nous pompent l’air simplement par qu’ils mangent à leur fin sous nos cieux.
    Le ouagalais

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2011 à 15:46, par Rad
    En réponse à : Effondrement d’un R+4 à Ouaga 2000 : 1 mort sorti des décombres

    La pingrerie est encore de mise, a trop vouloir éconnomiser sur les materiaux ;a graisser la patte pour etre audessus de certaines autorisations, il ne faut pas etre étonné de ce type d’accident !!!! la question est de savoir quand l’etat va il enfin assainir ce millieu ? tous types de construction est pour l’humain et si leur vie ne vaut pas le prix réel d’une tonne de ciment et de sable pour fiare d’un immeuble un lieu sure pour ses occupants, continuons avec des cabanes en bois, et évitons les étages.

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2011 à 16:11, par le peuple
    En réponse à : Effondrement d’un R+4 à Ouaga 2000 : 1 mort sorti des décombres

    Courage aux familles attristées. Quand je pense à la célébration de la 8e édition du SICABAT, voici où nous en sommes.
    Apprenons à faire les choses à la hauteur de nos moyens tout en respectant la vie de ceux qu’on engage pour la réalisation de nos projets.
    Nous sommes entrain de nous noyer dans une véritable pagaille à tous les niveaux ; malheureusement ce sont les pauvres innocents qui payent cher.

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2011 à 16:56, par Passi
    En réponse à : Effondrement d’un R+4 à Ouaga 2000 : 1 mort sorti des décombres

    Bonjour,cè pas étonnant si on donne la construction de pont à la belle mère nationale qui prend plus d’un an(sortie de bobo) alors que il y’a des entreprises douées dans ce domaine.

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2011 à 17:33, par Lucie
    En réponse à : Effondrement d’un R+4 à Ouaga 2000 : 1 mort sorti des décombres

    Oui mais c’est un reportage journalistique baclé comme tout e qui se fait au Faso ! cet immeuble n’a pas de propriétaire ? ne pouviez -vous pas entendre sa version ?
    Quid de la responsabilitré de contrôle de l’Etat et des sanctions éventuelles ?

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2011 à 18:10, par EuAlla
    En réponse à : Effondrement d’un R+4 à Ouaga 2000 : 1 mort sorti des décombres

    Ce batiment n’était pas du tout solide comme les djembés de Blaise. Pauvre de nous.

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2011 à 19:16
    En réponse à : Effondrement d’un R+4 à Ouaga 2000 : 1 mort sorti des décombres

    le techno du ministère parle d’autorisation de construire ! mon oeil de quoi parle t-il ? commencer votre chantier et tout suite vous recevez des visiteurs d’un nouveau genre pour vous intimer l’ordre d’arreter immédiatement les travaux suivi d’une convocation. dès que vous presentez les marchandages commencent ; ils empochent simplement leur jackpot et vous repartez continuer vos travaux. Si c’est ça les textes, rien de surprenant quand un immeuble s’écroule.
    tenez ! j’ai contracté un pret en banque pour construire :
    1-la tva sur interet vaut 400 000
    2-tu paie le ciment, le fer et les autres matériaux avec tva
    est ce une double imposition ou pas ?
    3-tu commence à elever tes murs des agents soit disant controleur vous demande autorisation de construire. ils repartent avec vos 25 000 pour vous laisser continuer le chantier.
    pendant ce temps l’Etat n’est meme pas capable de nous rassurer que le ciment de Diamond ciment est de bonne qualité ; de plus des gens ont fraudé pendant des années sur la qualité du fer à béton dans ce pays ;
    au finish vous voulez que les gens construise dans les règles de l’art. merde et mille fois merde à ce semblant de ministère dormant de l’habitat
    webmaster, tu peux continuer de me censurer

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2011 à 19:49, par le bon citoyen
    En réponse à : Effondrement d’un R+4 à Ouaga 2000 : 1 mort sorti des décombres

    Hé le Burkina,

    M. Le Ministre, rappelez vous que l’année passée il y a eu 2 immeubles qui se sont effondrés le même jour à Ouaga et que vous avez dit la même chose ? C’est cette attitude de mensonge qui conduit la population à se faire justice soit même.

    Ce n’est pas seulement que les couples soient trouvés qui pose problème. Il faut que les ayants droits soient dédommagés et que les coupables soient emprisonnés. Je me demande est ce que ce chantier est assuré ?

    En plus selon la télé, le proprio serai quelqu’un qui travail dans la construction. Vous comprenez pourquoi tous nos édifices publics sont mal faits ? Quelqu’un qui construit mal pour lui-même comment il pourra bien faire pour quelqu’un ?

    L’agrément de construction de ce monsieur doit être retiré et tous les immeubles qu’il a construit antérieurement doit être expertisés.

    Répondre à ce message

  • Le 15 septembre 2011 à 01:40, par palingwendé willy kouadiobley
    En réponse à : Effondrement d’un R+4 à Ouaga 2000 : 1 mort sorti des décombres

    C’est deplorable pour un pays comme le B.Faso dont la bonne moralité de ses Fils et Filles est très appréciée dans la sous region et dans quelques pays en Europe !!!
    Le SICABAT qui vient de s’achéver, doit aussi ouvrir une Brèche sur les normes de construction des Editions futures et non pas se contenter seulement à etre un espace d’exposition monotone seulement !!!!!!!!!!!!!!
    Toutes mes condoléances aux familles endeuillées !

    Répondre à ce message

    • Le 15 septembre 2011 à 13:21, par daro
      En réponse à : Effondrement d’un R+4 à Ouaga 2000 : 1 mort sorti des décombres

      Vraiment ce pays nous étonne a bien des égards . COMMENT PEUT-on comprendre qu’une battisse de cette envergure puissent être construite sans un contrôle régulier de la part des services compétentes ? cela témoigne du pourrissement de notre société dans tous ses secteurs .Sous d’autres cieux les premiers responsables charges de l’habitat doivent présenter leur démission a titre conservatoire .C’est ni katrina encore moins le tsunami qui a visité ouaga 2000 . OU est cet étiquète de ouaga 2000 dont se vante tant nos autorité ? en claire cette situation nous enseigne que chacun dans ce pays sous la couverture de la corruption peut se permettre tous .Les services de contrôle ont probablement été corrompus ou alors on les a empêché de faire leur travail.

      Répondre à ce message

    • Le 15 septembre 2011 à 13:27
      En réponse à : Effondrement d’un R+4 à Ouaga 2000 : 1 mort sorti des décombres

      Vraiment ce pays nous étonne a bien des égards . COMMENT PEUT-on comprendre qu’une battisse de cette envergure puissent être construite sans un contrôle régulier de la part des services compétentes ? cela témoigne du pourrissement de notre société dans tous ses secteurs .Sous d’autres cieux les premiers responsables charges de l’habitat doivent présenter leur démission a titre conservatoire .C’est ni katrina encore moins le tsunami qui a visité ouaga 2000 . OU est cet étiquète de ouaga 2000 dont se vante tant nos autorité ? en claire cette situation nous enseigne que chacun dans ce pays sous la couverture de la corruption peut se permettre tous .Les services de contrôle ont probablement été corrompus ou alors on les a empêché de faire leur travail.

      Répondre à ce message

  • Le 15 septembre 2011 à 19:52, par tooyellé
    En réponse à : Effondrement d’un R+4 à Ouaga 2000 : 1 mort sorti des décombres

    Nos entrepreneurs sappent la politique ddu president Blaise et je pense que s’il a le courage de dire de donner les travaux plus aux nationaux il doit avoir le courage de les laisser subire la loi dans toute sa rigueur sinon c’est sa polique de gouvernance qui en patiras

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés