Production cotonnière au Burkina : Plus de 25 milliards de subvention à la SOFITEX en dix ans

jeudi 21 juillet 2011 à 02h21min

L’Etat burkinabè accorde depuis la campagne agricole 2002-2003, des subventions à la filière coton. Pour cette campagne 2011-2012, le gouvernement burkinabè vient en appui à la SOFITEX avec près de 6 milliards de F CFA de subvention destinés à l’achat des intrants, surtout l’engrais coton.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Près de 6 milliards de F CFA destinés à l’achat des intrants surtout l’engrais coton, c’est le montant de la subvention accordé à la SOFITEX par le gouvernement burkinabè pour cette campagne 2011-2012. Elle permet aux paysans d’acquérir les intrants à un prix relativement moins élevé que celui appliqué sur le marché. Depuis la campagne 2002/2003 jusqu’à celle de 2009/2010, l’Etat a débloqué environ 25 442 617 471 F CFA pour venir en aide au secteur cotonnier confronté depuis peu, à d’énormes difficultés. En effet, la production est passée de 700 000 tonnes en 2000 à 322 000 tonnes en 2010. Sur les 451 000 tonnes attendues en 2010, les producteurs n’ont pu récolter que 337 000 tonnes.

En outre, les revenus des producteurs ont chuté de 26% et les sociétés cotonnières ont enregistré un déficit de près de 70 milliards de F CFA. Cette contre-performance de la filière est due à plusieurs facteurs dont la chute de cours mondiaux, les subventions accordées aux producteurs des pays industrialisés, le cout élevé des intrants et le manque d’équipements. C’est pour donner un coup de pouce à la filière que l’Etat accorde des subventions à la production cotonnière surtout à la SOFITEX, l’une des trois sociétés cotonnières au Burkina. L’Etat qui y détient 35% du capital social joue ainsi son rôle régalien de développement des infrastructures, de fixation du cadre réglementaire et du contrôle de la filière. La subvention accordée cette année va permettre aux producteurs d’acquérir l’engrais à 17 833 F CFA à crédit au lieu de 23 000 FCFA, soit 5600 F CFA par sac.

Ces subventions n’ont cependant pu ramener le prix des intrants au niveau souhaité, voire exigé par les producteurs. De l’avis des techniciens de la SOFITEX, cela est du au fait que les fournisseurs ont sérieusement fait grimper les prix afin de profiter de la forte demande en engrais exprimée par de nombreux pays qui ont vu leur agriculture repartir de plus belle avec la reprise économique. Les prix élevés des intrants sur les marchés internationaux ont alors amené l’Etat et les sociétés cotonnières à consentir d’énormes efforts financiers pour ramener les intrants à un prix supportable par les paysans. Selon toujours les techniciens de la SOFITEX, il est pour le moment difficile de se passer des subventions tant que les producteurs continueront d’utiliser l’engrais minéral dans leurs champs.

C’est pour cela que le gouvernement, les sociétés cotonnières et l’Union nationales des producteurs de coton du Burkina (UNPCB) encouragent l’utilisation de la fumure organique moins chère et à portée de main. Ces efforts de l’Etat à travers les subventions ont pour finalité de pouvoir maintenir la filière coton compte tenu de son importance dans l’économie nationale. Le coton fait vivre plus de 3 millions de personnes, contribue pour 60% des recettes d’exportation et à plus de 25% à la formation du Produit intérieur brut.

Adaman DRABO

Sidwaya

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés