COMMUNE RURALE DE KINDI : La paix sociale mise à rude épreuve

mardi 14 juin 2011 à 01h33min

Une délégation de la population de la commune rurale de Kindi avec à sa tête le Naba Koanga, chef de Kindi, a fait le déplacement le lundi 13 juin 2011 à Ouagadougou pour rencontrer le ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité. Son objectif était d’informer le ministre des "mauvais agissements" du maire de la localité. Précisément, selon elle, le maire de la commune rurale de Kindi veut introniser un autre chef en plus de l’actuel. Toute chose qui est de nature à troubler la paix sociale dans la localité.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Elles étaient plus d’une centaine de personnes à se rendre au ministère de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité le lundi 13 juin 2011. Composée de vieux et de jeunes , cette délégation de la commune rurale de Kindi avec à sa tête le Naba Koanga, chef de Kindi, était porteuse d’un message pour le ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité. "Nous sommes venus ici ce matin pour attirer l’attention du ministre sur les mauvais agissements du maire de Kindi et de son conseil municipal. Le maire en question veut introniser un autre chef à Kindi en plus du chef actuel que je suis, désigné par le conseil des sages du village. Malgré la suspension des lotissements, le maire a attribué une parcelle en l’occurrence celle n°13 de la section AD à celui qu’il veut introniser afin qu’il construise son palais royal", a affirmé Naba Koanga,chef de Kindi.

Il indique par la suite que le samedi 11 juin 2011, les populations de Kindi ont failli s’affronter. Il explique : "le maire a pris un rendez- vous ce jour samedi 11 juin 2011, jour non ouvrable, avec le chef qu’il veut introniser pour identifier la parcelle destinée à la construction de son palais royal. Informée de la situation, la population s’est fortement mobilisée pour empêcher cet acte. N’eût été l’intervention du préfet de Kindi, de la gendarmerie et des sages du village, les populations allaient s’affronter". "Le pire n’est pas encore écarté car le bénéficiaire de la parcelle s’entête et s’attelle à ériger son palais contre l’avis de tous" a ajouté le vice- président de l’association des jeunes de Kindi, Ilboudo Prosper.

L’origine du problème est, selon le chef de Kindi, la perte de la chefferie par le chef désigné par le maire. Il explique qu’en 2007, ils étaient les deux candidats à se présenter devant le conseil des sages du village. N’ayant pas été désigné comme chef, son adversaire cherche actuellement par tous les moyens à se faire introniser Le vieux Wakala Nana, qui tient à peine debout n’ a pas caché sa colère. " Je suis vraiment dépassé par cet évènement. Depuis que je suis né, je n’ai jamais vu cela. L’histoire de la chefferie est traditionnelle et elle ne relève jamais de la compétence des maires.

Notre chef, à savoir le chef de Kindi, c’est nous qui l’avons choisi et nous ne voulons pas d’un autre chef à Kindi à part lui. Donc, il ne faudrait pas que le maire mette la population en conflit". Après ces explications sommaires, ils forment une délégation pour aller rencontrer le ministre. Une délégation qui a d’abord été reçue par le sécrétaire général du ministère puis par le ministre himself. Après quelques minutes d’entretien, le chef de Kindi, sourire aux lèvres confie : "Nous sommes satisfaits parce que nous avons pu rencontrer le ministre pour lui expliquer les raisons de notre visite. Il nous a écoutés et a promis de s’occuper du problème.

Je peux même dire que le problème est résolu parce que le ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de sécurité, Jérôme Bougouma, a affirmé qu’il va suspendre l’arrêté du conseil municipal attribuant la parcelle au chef désigné". C’est donc avec une réelle satisfaction que le chef de Kindi et sa délégation sont repartis aux environs de 11h pour regagner le village.

Yannick SANKARA

Le Pays

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 14 juin 2011 à 07:54, par souley
    En réponse à : COMMUNE RURALE DE KINDI : La paix sociale mise à rude épreuve

    Mr le maire faut pas chercher las ou ya na pas

  • Le 14 juin 2011 à 10:32
    En réponse à : COMMUNE RURALE DE KINDI : La paix sociale mise à rude épreuve

    En faite c est le chef de kindi qui amene ces troubles dans le village.Il pouse les vieux et les jeunes dans les conflits
    C est pas un bon chef.il nai meme pas chef,kindi n as jamais eu de chef.Si on l arrete pas, apres le maire c est d autre personne qu il va attaquer soi le prefet ou d autres responsables.il veule ettendre ses pouvoir partout .les Vieux ne dissent plus la veriter.il laisse les jeunes les manipuler a cause de l argent.THE MAJOR IS RIGHT,IL SE BAS POUR LE VILLAGE.LE FAUT CHEF TROUBLE LE VILLAGE.MONSIEU LE MINISTRE IL NE FO PAS TOMBER DANS LES PIEGES DE CE FO CHEF .JE SUIS UN KINDI RESIDENT AU USA (Philadelphia).
    God Bless my country BURKINA FASO.

  • Le 14 juin 2011 à 19:09
    En réponse à : COMMUNE RURALE DE KINDI : La paix sociale mise à rude épreuve

    Mon frère occupe toi des problèmes de philadelphi et laisse nous tranquille ici

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés