Révoltes sociales, mutineries : 3 décès et 136 blessés enregistrés à l’hôpital Yalgado

mercredi 25 mai 2011 à 02h29min

Le Centre hospitalier universitaire/Yalgado Ouédraogo (CHU/YO) a enregistré136 blessés dont trois décès lors des différentes manifestations des scolaires et mutineries de l’armée et de la police. L’information a été donnée ce mardi 24 mai 2011 à Ouagadougou par le directeur général du CHU/YO, Lansandé Bangagné, au cours d’un point de presse qu’il a animé sur la prise en charge des blessés pendant les manifestations.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Selon le DG de l’hôpital, tous les blessés enregistrés dans sa structure ont été « correctement » soignés à tel point que sur les 136 enregistrés, seuls trois sont toujours en hospitalisation. « Un citoyen burkinabè, qui a subi un traumatisme au crâne et placé sous soins au service de neurochirurgie, attend d’être évacué pour des soins plus appropriés », a indiqué le Pr Abel Kabré, chef du service de neurochirurgie. Les deux autres patients, qui sont au service de traumatologie, seront opérés dès la semaine prochaine, a assuré le Dr Christophe Da, patron de ce service.

Des cas de viol ont également été enregistrés. « Nous avons reçu trois filles violées dont deux Burkinabè âgées de 15 et 23 ans et une étrangère de 29 ans. Les Burkinabè ont été violées sans protection mais l’étrangère a réussi à négocier que ses agresseurs se protègent », a indiqué le Pr Jean Lankoandé, gynécologue.

Tous les malades, de l’avis du directeur général du CHU/YO, ont été soignés gratuitement sur instruction des autorités du département de la Santé. Ce qui a coûté plus de 5 millions de francs CFA. « Des patients qui se sont soignés à leurs propres frais ont également introduit des demandes de remboursement. Le montant de ces demandes s’élève à plus de 700 mille francs CFA. L’Etat burkinabè va donc débourser au total 6 174 391 FCFA pour la prise en charge des blessés », a ajouté le directeur de l’hôpital. Pour les personnes qui se seraient soignées dans des cliniques ou en province, le DG du CHU/YO promet de voir avec sa hiérarchie ce qui pourrait être fait pour ces derniers.

Le point noir de ce bilan est le décès de trois personnes blessées au cours des différentes manifestations. Il s’agit notamment des regrettés Hamadou Maïga et Madina Bouda tous deux élèves à Ouagadougou et blessés lors des manifestations des policiers et des militaires et Wendkouni Kissou, étudiant à l’Université de Koudougou. Pour les médecins, ces personnes ont été transférées « très tardivement » à leur service.

Lansandé Bangagné, qui assure que la situation est parfaitement « sous contrôle » au niveau de Yalgado, a indiqué que sa structure a reçu dans la nuit du 23 au 24 mai 2011, pendant la manifestation de la Garde nationale, une dame âgée qui a reçu une balle perdue au niveau de la clavicule. « Elle a reçu les premiers soins et si tout va bien on va extraire la balle demain », a assuré le patron de l’hôpital.

Jacques Théodore Balima

Fasozine

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 25 mai 2011 à 04:27, par Pitié
    En réponse à : Révoltes sociales, mutineries : 3 décès et 136 blessés enregistrés à l’hôpital Yalgado

    Pauvre de nous,on est fichu dans cette jungle qui ne veut pas dire son nom.C’est la décadence parceque dites-moi dans quel pays normalement gouverné,des gens se lèvent avec leur kalach pour violer,brûler,saccager,violenter les gens ?Au contraire ces criminels sont reçus,choyés,dorlotés,cajolés.Et je suis sûr qu’ils sont entrain de bomber leur poitrine en étant fiers d’eux.Quelle honte pour notre pays concernant ces criminels en arme.Vous n’êtes pas des militaires mais de simples voyous.Encore honte à vous,bande de sauvageons

    Répondre à ce message

  • Le 25 mai 2011 à 11:06
    En réponse à : Révoltes sociales, mutineries : 3 décès et 136 blessés enregistrés à l’hôpital Yalgado

    bonjour à tous,
    moi mon cri de guerre est que les autorités n’ont qu’à nous prendre au sérieux un jour au moins et accepter nous dire rien que la vérité.
    Quand on fait savoir que la Petite Madina a été transférée dans le délai à Yalgado et ici on nous dit très tardivement. "Qui dit vérité entre le Ministre et le Directeur de l’hopital" ?
    Pour connaitre la vérité sur ce problème, lisez le journal Le Reporter n°70 le dernier numéro (sans pub) vous connaitrez que ce qu’on dit c’est que du bla bla.
    Dites nous au moins souvent la vérité en passant.
    Please Wedmaster.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mai 2011 à 12:17, par Bakaridjan
    En réponse à : Révoltes sociales, mutineries : 3 décès et 136 blessés enregistrés à l’hôpital Yalgado

    Paix aux âmes de tous ceux qui ont perdu la vie suite à cette barbarie occasionée par les voyous habillés en tenue militaire.

    Aux femmes qui ont vu leur dignité bafoués, confier vous au bon Dieu, car il est le seul capable de vous rendre justice en pareilles circonstances.

    Et dire que cette barbarie continue de plus belle, on ne peut que perdre son latin. Franchement ces pratiques ressemblent aux actes des miliciens de jean pierre bemba qu’aux actes posé par l’armée regulière d’une nation comme celle du burkina.

    Je crois qu’il est temps pour les militaires dignes de ce nom de se desolidariser de ces genres de vadalismes en dénonçant les criminels qui se cachent dans leurs rangs et se font appeler pompeusement "militaire".

    l’armée est loin d’être un repaire des bandits de grands chemin et nous tenons à ce que ça soit ainsi.

    Pour ma part je ne pense pas qu’il faut dissoudre l’armée mais je crois qu’elle doit être purifier. N’oublions pas ce que cette armée a fait pour ce pays. Souvenons nous des interventions de l’armée lors des innondation du premier semestre 2009.
    Donc ne jettons pas le bébé avec l’eau de bain. Sachons faire la difference entre ces honnêtes citoyens qui servent leur patrie avec dignités et les bandits qui ont infiltrés les rangs. Ces derniers doivent être demasuer et tranduits devant les juridictions.
    $
    Oui à la solidarité du corps mais dans la noblesse.
    Au finish, qui supportera la facture definitive ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 mai 2011 à 12:47, par Bi-songo
    En réponse à : Révoltes sociales, mutineries : 3 décès et 136 blessés enregistrés à l’hôpital Yalgado

    Bonjour à toutes et à tous !

    A vrai dire, il y’a une solution finale qui puisse ramener la sérénité et l’espoir au Faso. Cette solution va plus loin qu’un changement de Premier Ministre et de quelques ministres au sein du Gouvernement du pays. En effet, au Faso, la population est fatiguée des fausses promesses et de la langue du bois tenues par les tenants du Pouvoir depuis belle lurette. Elle veut définitivement rompre avec ce Régime accoutumé à déplacer les grands problèmes au lieu de les résoudre avec sériosité. Oui, que cela fasse mal à certaines personnes ou non, il faut le dire : le Burkina a besoin maintenant d’une nouvelle tête à Sa tête !!! Sinon on sera toujours entrain de rouler dans un cercle viscieux. Et c’est l’occasion pour moi d’interpeller les reformiste que l’Article 37 de la Constitution demeure une poudrière.

    Bref, notre souhait le plus ardent est de voir le Burkina emmerger, comme on nous l’a promis à cor et à cri il y’a environ 6 mois de cela. Seulement, je reste, à mon humble avis, convaincu que l’emmergence d’un Pays comme le nôtre ne puisse s’acquérir qu’avec la mise en valeur de toutes les composantes et forces politiques et sociales du pays.

    Que Dieu bénisse le Burkina Faso !

    Répondre à ce message

    • Le 25 mai 2011 à 18:26, par Le pragmatiste
      En réponse à : Révoltes sociales, mutineries : 3 décès et 136 blessés enregistrés à l’hôpital Yalgado

      La situation du Burkina n’est pas irrémédiable.Il s’agit seulement d’apprécier la situation à sa juste profondeur.Cependant, il faut reconnaître que les jeux de cache-cache sont finis.BLlaise avait "rêvé" que le pays était à la croisée des chemins il l’est maintenant. Mais il a préféré implacablement sevrer le peuple."on ne triche pas avec soi-même" Tu organise la dictature, la mal gouvernance, ect.et tu fais croire que c’est la démocratie. C’est ainsi que tu as fini par croire à tes propres mensonges.L’heure n’est plus à l’écoute de tes mendiants,pardon tes conseillers,seuls les pragmatistes peuvent te sauver : faut rendre la justice indépendante , améliorer le niveau de vie des populations.

      Répondre à ce message

  • Le 25 mai 2011 à 13:51, par un burkinabè
    En réponse à : Révoltes sociales, mutineries : 3 décès et 136 blessés enregistrés à l’hôpital Yalgado

    j’espère seulement que justice sera faite et que les coupables seront sanctionnés afin que cela ne se reproduise plus dans ce pays et que les personnes concernées trouvent un peu de soulagement.
    Quand on imagine ce que c’est de perdre un proche et aussi d’avoir une connaissance victime de viol c’est très triste et dommage.
    Les autorités gagneraient à rétablir la justice sur ces crimes si nous aspirons réellement au PARDON et à la RECONCILIATION.
    Que les âmes des défunts repose en paix !
    Beaucoup de courage et de paix du cœur aux sœurs victimes de viols.
    Dieu veille sur vous et sur le Burkina Faso

    Répondre à ce message

  • Le 25 mai 2011 à 14:27
    En réponse à : Révoltes sociales, mutineries : 3 décès et 136 blessés enregistrés à l’hôpital Yalgado

    "négocier le violeur afin qu’il se protège" Que Dieu protège le BF.Amina !!

    Répondre à ce message

  • Le 25 mai 2011 à 16:29, par Kylian
    En réponse à : Révoltes sociales, mutineries : 3 décès et 136 blessés enregistrés à l’hôpital Yalgado

    Notre armée à vraiment besoin de purification. Quand on se souvient que se sont des militaires qui avait fait subir la pire des humiliations à un civil parce que ce dernier aurait fait des avances à la concubine d’un des leurs et que curieusement ce sont ces mêmes militaires qui tuent et qui violent des personnes innocentes, on ne peut que perdre son latin.Il y a trop de malfrats dans les rangs et seuls leurs collègues qui ont un peu de morale peuvent les y extirper. La solidarité du corps, oui. Mais pour des actes honorables et non dans le mal. Que va t’il se passer si certaines personnes moralement blessées par vos actes venaient à mettre à exécution leur désir de se venger sur vos femmes, vos soeurs, vos cousines, vos nièces et vos filles ? Fasse Dieu que la paix règne dans nos coeurs.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés