MANIFESTATION DE COMMERÇANTS A KOUDOUGOU : La fermeture de boutiques provoque casses et incendies

jeudi 28 avril 2011 à 02h11min

Des commerçants de Koudougou, mécontents de la fermeture de certaines boutiques du grand marché pour arriérés de loyer, ont manifesté leur ras-le-bol le mercredi 27 avril 2011. Leur manifestation a été accompagnée de casses avec la mise à sac de l’Etablissement public communal de développement (EPCD), du domicile du président de l’EPCD, du siège de la Police municipale, du jardin et du domicile du maire de Koudougou, Seydou Zagré.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Le marché central de Koudougou est resté fermé le mercredi 27 avril 2011 à cause d’une violente manifestation organisée par les commerçants. Les manifestants ont mis le feu à l’EPCD et se sont rendus après au domicile du maire. Sur place, ils ont d’abord pillé des couverts, des matelas, des chaises, des casquettes, etc., avant de mettre le feu. Poursuivant leur route, ils ont démoli les murs de la Police municipale et mis le feu aux locaux et aux engins qui s’y trouvaient.

Le jardin du maire a été aussi mis à sac par les manifestants. Au tout début de la marche, les commerçants étaient seuls. Mais par la suite, ils ont été réjoints par des élèves qui ont déserté leurs établissements. Partis du grand marché, les marcheurs scandaient des slogans exigeant le départ du président de l’EPCD, la révision des prix des loyers, la levée du sens interdit aux alentours du marché, l’annulation des pénalités et des dettes.

La raison de cette manifestation violente est la fermeture de certaines boutiques dudit marché pour arriérés de loyer la veille après leur départ. La question que tous se posent est de savoir qui a ordonné la fermeture des boutiques dans ce contexte trouble, surtout à Koudougou. Selon certaines informations recueillies sur les lieux, une cinquantaine de boutiques auraient été fermées et les commerçants sont sortis pour manifester leur mécontentement et dire non aux pénalités qu’ils doivent payer en cas de retard dans le paiement du loyer.

Des doléances, selon toujours ces informations, auraient été déposées auprès du maire afin de revoir les prix des boutiques du marché central. Selon certains, le Syndicat des commerçants avait sollicité auprès du maire qu’il soit informé deux semaines à l’avance au cas où des boutiques devraient être fermées au marché central pour arriérés de loyer. Mais grande a été la surprise du Syndicat de voir, le 27 avril au matin, des boutiques scellées dans la nuit.

Selon Frédéric Yaméogo, président du Syndicat des commerçants, des démarches ont été entreprises et ont permis de mobiliser les commerçants à s’acquitter de leurs frais de loyer. "L’EPCD peut même témoigner parce qu’à l’heure actuelle, nous sommes à 85% de recettes et cela fait la fierté de tous", a-t-il fait savoir. "Nous avons ensuite formulé des doléances en neuf points déposées chez le maire depuis le 15 février 2011 et nous avons sollicité une rencontre avec lui afin de dénouer certaines situations qui permettront aux locataires de payer les frais de loyer. Le maire satisfait de notre démarche nous a adressé une correspondance.

Nous l’avons rencontré à nouveau pour l’inviter à réagir de toute urgence, vu la crise qui secoue le pays. La semaine dernière, le maire lui-même nous a rencontrés au marché et nous avons eu des échanges fructueux. Nous avons relancé nos doléances concernant surtout le cas des fermetures de boutiques après les intéressés. Le mois dernier, plus de 20 boutiques ont été fermées mais nous avons échangé avec ces derniers, puis nous leur avons demandé de ne pas quitter le marché en attendant que des solutions soient trouvées. Après notre dernière rencontre avec le maire, il nous a donné un autre rendez-vous le vendredi 22 avril dernier et nous a promis des réponses à nos doléances. Mais, cela n’a pas été le cas", a ajouté par la suite Frédéric Yaméogo.

52 boutiques fermées

Le président du Syndicat affirme que c’est avec grande surprise que lui et les autres ont trouvé, le 27 avril au matin, 52 boutiques fermées la nuit précédente. Il dit avoir rejoint le président de l’EPCD dans son bureau afin de lui demander de trouver rapidement une solution en rouvrant les boutiques afin de calmer la situation. Selon notre interlocuteur, il n’a pas accédé à cette demande et a voulu rencontrer les commerçants concernés pour des discussions. Pendant ce temps, la mobilisation était grande du côté des commerçants. A en croire M. Yaméogo, le maire de Koudougou, joint au téléphone, a ordonné au président de l’EPCD de rouvrir les boutiques fermées. Selon M. Yaméogo, en revenant au marché, il a trouvé celui-ci fermé et une foule qui se dirigeait vers l’EPCD. Il dit même avoir été tabassé et sa moto a failli être incendiée en voulant dissuader les commerçants de manifester à partir du moment où le maire a ordonné la réouverture des boutiques fermées.

Placide ZOUNGRANA

Le Pays

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés