Grèves des enseignants : Mauvais comportement des élèves à Dédougou

jeudi 14 avril 2011 à 02h23min

Les enseignants du secondaire observent depuis hier mercredi 14 un arrêt de travail pour exiger du gouvernement de meilleures conditions de travail. Leur plateforme revendicative porte sur quatre points dont entre autres, la constatation des avancements avec leur état financier et l’institution d’une indemnité spécifique. Si dans plusieurs localités du pays les choses se déroulent dans la quiétude, à Dédougou on en est bien loin. La grève aurait pris une autre tournure avec l’entrée des scolaires dans la danse.

Est- ce une manière pour les scolaires de soutenir ceux là même qui sont chargés de leur apporter le savoir ? Ou, est ce pour leur propre combat ? On ne saurait vous répondre. Seulement on pourrait simplement affirmer que le mouvement des scolaires hier mercredi y est pour quelque chose. Sinon comment expliquer alors ces comportements malsains ?

Tenez-vous bien, les élèves de Dédougou, notamment ceux du lycée municipal de Dédougou se sont livrés à des actes de vandalisme dans la ville, après qu’une bagarre ait opposé deux groupes d’élèves de l’établissement. Les élèves ont mis le feu au petit marché (PM) après avoir pillé et molesté les vendeuses qui s’y trouvaient. « Nous étions dans la cour de l’école quand soudain des élèves de la classe de terminale et de seconde ont commencé à se bagarrer. Certains voulaient qu’on brûle le marché et d’autres ne voulaient pas.

C’est là que quelque temps après un groupe d’élèves est allé s’attaquer aux vendeuses », a témoigné un élève que nous avons rencontré dans la cour de l’école. Selon des sources concordantes, des portables et des sommes d’argent appartenant aux victimes auraient été emportés. Ensuite les élèves se sont rendus au secteur 6 de Dédougou précisément à la résidence de l’ambassadeur du Burkina Faso en Libye, Issouf Sangaré. Fort heureusement qu’à ce niveau les dégâts ont été limités. Seulement quelques vitres ont été endommagées avant l’arrivée des forces de sécurité.

Les pillards vont ensuite converger au domicile du ministre Toussaint Abel Coulibaly. Là-bas, ils ne pourront rien faire avec la présence des forces de sécurité sur les lieux. Plusieurs grands services de la ville de Dédougou à l’image du gouvernorat sont restés à l’abri des manifestants pendant la journée d’hier.

Ousmane TRAORE/Dédougou

L’Express du Faso

Messages

  • Le Burkina-Faso aurait-il son propre calendrier ? Sinon, "mercredi 13"

  • c’est con.

  • Quand je lis ces genres d’informations sur le net, j’ai honte des élèves de mon pays et surtout je suis inquiet de la génération qui dit être le pilier de l’avenir ! Oui, voici un monde qui est triste ! Est-ce l’apocalypse annoncée par les documentaires ? Ces enfants sont vraiment des élèves ? En tant qu’étudiant burkinabé à l’étranger, je m’inquiète beaucoup pour l’avenir des élèves de mon pays !

    • Mon ami qu’est ce que tu dis de l’action des militaires ?
      Qu’est ce que tu dis des dirigeants qui pillent le pays ?
      Qu’est ce que tu dis des commerçants qui escroquent les citoyens et feintent le fisc ?
      Qu’est ce que tu dis des fonctionnaires cupides qui escroquent les citoyens dans leur bureaux ?
      Qu’est ce que tu dis des juges qui vendent les procès ?
      Qu’est ce que tu dis des médecins qui escroquent les patients ?
      Qu’est ce que tu dis de la population passive qui subit dans le silence ?
      Tu devrais alors avoir honte de tout les Burkinabè....

  • ces élèves n´ont en fait aucun motif de grève. il faut seulement cibler les Leiter et les fouetter un peu.ils ne savent pas ce qu´ils veulent ou quoi

  • Apparemment, le phénomène des élèves-incendiaires est devenu un phénomène récurrent au Burkina Faso. Je suppose que les populations en ont marre. Alors, voilà ce que je propose : dans les localités où les élèves s’adonnent à ce genre de pratiques, que les citoyens se rassemblent, mettent en tas les bancs dans les classes concernées et y mettent le feu. Il sera toujours possible de mettre à la disposition des élèves, quand ils auront envie de reprendre sérieusement l’école, des hangars en sécco avec briques en terre comme bancs, tout comme dans les années 50. Les parents d’élèves n’y perdront pas grand chose.
    Va-t-en-guerre

  • Salut. Je m’indigne contre cette nouvelle façon de manifester.
    A notre temps nous savions faire la différence entre les futures intellectuels que nous etions appélés à dévenir et les militaires qui ne connaissaient que le langage de la force. Jeune frères ne vous comportez pas comme les militaires. Revenez à de bonnes pratiques de manifestations. De grâce ! pas nos pauvres maman !!!

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés