Palais de justice : 6 mois fermes pour avoir injurié un policier

vendredi 11 mars 2011 à 01h02min

Ouédraogo, un jeune commerçant a comparu à la barre du tribunal corretionnel de Bobo pour avoir tenu des propos graves à un policier dans l’exercice de sa fonction et précisément au commissariat central de police de Bobo-Dioulasso. En effet, il réssort du procès verbal que le jeune commerçant aurait tenu ces injures pendant qu’ils communiquaient par téléphone. Après donc enquête, la police arrivait à mettre la main sur lui. L’affaire a été tranchée le lundi dernier. Le sieur Ouédraogo, sans trop bavarder a reconnu entièrement les faits.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Le parquet dans son réquisitoire a dit qu’un policier est une autorité, et cet acte est puni par l’article 135 du code pénal. Et comme le prévenu reconnaît avoir insulté le policier, il n’y a plus de doute. Les faits sont bien clairs. Le ministère public a demandé la peine de 6 mois de prison fermes contre Oudréaogo. Le tribunal a accepté la requête en condamnant le prévenu à 6 mois d’emprisonnement fermes et au payement de 50 000 F CFA d’amende à titre de dommages et intérêts au policier.


« Elle m’a piquée mon gars »

Béatrice, employée de commerce est âgée de 28 ans. Elle est domiciliée au secteur 17 de la ville de Sya et mère d’un enfant. Elle était devant les juges le lundi 7 mars 2011 pour avoir volontairement porté des coups sur la personne de Koumba, son amie d’enfance. L’histoire remonte au 24 novembre 2010 lorsque Koumba a appris que sa copine Béatrice racontait un peu partout en ville, qu’elle lui a prêté son habit et ses chaussures et pire elle est allée avec son copain. Frustrée, Koumba a voulu s’assurer s’il s’agit bien des propos de son amie. Elle va donc se rendre sur son lieu de commerce, mais les deux ne vont pas se comprendre.

Avec pour conséquence une bagarre. Béatrice va se défendre avec un couteau et malheureusement le flanc gauche de Koumba sera touché. En réalité, le motif de la bagarre est que Béatrice accuse Koumba de lui avoir piqué son copain. Koumba étant plus grosse que Béatrice, ses habits ne pouvaient en aucun cas lui convenir. Ce qui amène le juge à leur dire « d’arrêter d’utiliser les hommes comme bouc émissaire. Surtout que vous êtes des parents à plaisanterie (Béatrice est Gourounssi et Koumba est Bissa), cette histoire ne devait pas parvenir jusqu’au tribunal. Vous devriez la régler à l’amiable ». Le juge va poursuivre en leur disant qu’elles n’ont pas honte de se disputer pour un seul homme, alors qu’il y en a assez partout.

Dans tous les cas, Koumba s’est constituée partie civile en réclamant la somme de 68 225 F CFA, qui a servi aux frais d’ordonnance et de consultation. Le procureur dans son réquisitoire a rappelé que les faits sont punis par les articles 347, 419… du code pénal. Cependant, la justification de ces faits demande la réunion de trois éléments à savoir, l’élément matériel, intentionnel et légal. Mais en ce qui concerne l’élément intentionnel, il y a un doute, selon le procureur. Les deux versions sont contradictoires. C’est pourquoi, il a demandé de relaxer la prévenue Béatrice au bénéfice du doute. Le tribunal après délibération a déclaré coupable la prévenue et l’a condamnée à payer une amende de 25 000 F CFA à titre de dommages intérêts et la somme de 68 225F CFA que reclame son amie Koumba.


« Je suis innocent dans cette affaire »

Dicko, alias bébé est boucher de profession. Il était poursuivi pour menace et vol de 1700F CFA. En effet, à chaque fois que Dicko finissait son travail, il se rendait dans un maquis, non loin de son lieu de travail. Là-bas, il ne buvait que de la boisson frelatée. Devenue une habitude, la consommation de la boisson va l’amener à changer de comportement. Dicko commence à arnaquer les clients, et les serveuses. Il va même jusqu’à voler le gérant en le menaçant. Ce qui justifie alors sa comparution à la barre du tribunal de grande instance de Bobo. « Etes vous de quelle religion », lui demande le juge. Dicko dira qu’il est musulman et est conscient que sa religion condamne son comportement.

Mais poursuit-il : « Je suis innocent dans cette affaire ». Contrairement à sa déclaration, le procureur a estimé que les faits sont établis. Il a cependant requis une peine de 6 mois d’emprisonnement avec sursis. Le tribunal l’a relaxé au bénéfice du doute.

Rassemblés par Bassératou KINDO (beckyelsie@yahoo.fr)

L’Express du Faso

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 11 mars 2011 à 01:33, par tekre
    En réponse à : Palais de justice : 6 mois fermes pour avoir injurié un policier

    vivement que les policiers qui tirent sur nos freres et soeurs soient condamnes selon les memes lois en fonction de la gravite de leur crime

    Répondre à ce message

    • Le 11 mars 2011 à 09:10, par BEN CHICO
      En réponse à : Palais de justice : 6 mois fermes pour avoir injurié un policier

      tekre cherchez a lire la loi 022/97/AS portant liberté de réunion et de manifestation sur la voie publique DU 22-10-1997 et la loi 026-2008/AN DU 08 MAI 2008 PORTANT RÉPRESSION DES ACTES DE VANDALISMES COMMIS LORS DES MANIFESTATION SUR LA VOIE PUBLIQUE et tu comprendra que notre ÉTAT est très indulgent sur ces choses là.lis aussi le CODE PÉNAL BURKINABE tu verra que le policier lorsqu’il commet une infraction quelconque est condamné même dans l’exercice de ses fonctions si il est reconnu coupable.

      Répondre à ce message

    • Le 11 mars 2011 à 10:05, par niouman
      En réponse à : Palais de justice : 6 mois fermes pour avoir injurié un policier

      C’est vrai qu’il ne faut pas lesiner sur la loi, mais condamner à 6 mois FERME pour injure, pourtant des policiers ont tués des pauvres innocents et continuent de se ballader impunement. J’ai honte pour ces juges et j’ai mal pour ce jeune homme. Chers juges, mettez vous devant un mirroir et pensez à ce jeune qui va passer 6 mois en prison pour avoir injurier "un poulet". Nos prisons sont déjà surpeuplées pour acceuillir des innocents....

      Répondre à ce message

  • Le 11 mars 2011 à 08:08
    En réponse à : Palais de justice : 6 mois fermes pour avoir injurié un policier

    on doit punir les juges qui ne font enfermé les petits les policiers qui tue nos freres.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mars 2011 à 09:37, par Justice
    En réponse à : Palais de justice : 6 mois fermes pour avoir injurié un policier

    La justice des pauvres...

    On a gifle un policier dans l’exercice de ses fonctions a ouaga et a ma connaissance rien ne s’est passe. On moyen toujours les pauvres et les petits.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mars 2011 à 09:53, par Lesaint
    En réponse à : Palais de justice : 6 mois fermes pour avoir injurié un policier

    Si injure peut coûter six mois, j’espère que tirer à bout portant sur des élèves sans défenses pourra couter plusieurs six mois !
    Sinon je prendrai cela pour la justice à deux vitesses (même si ce n’est pas la même cour d’appel, c’est quand même le même code !)

    Répondre à ce message

  • Le 11 mars 2011 à 11:53
    En réponse à : Palais de justice : 6 mois fermes pour avoir injurié un policier

    Ce procès tombe mal, avec le sentiment d’injustice que l’opinion a de ce corps en ce moment. Si la police est une autorité et ne doit pas être insulté, est elle autorisée à insulter ou frapper le citoyen ?
    La justice devrait être la me^me pour tous !

    Répondre à ce message

    • Le 12 mars 2011 à 10:35, par stéphan
      En réponse à : Palais de justice : 6 mois fermes pour avoir injurié un policier

      l’opinion publique pensera ce qu’elle voudra. il n’y a pas de police sans bavures. c’est pas ce qui va affaiblir la loi dans notre pays. Quoiqu’il arrive les gens doivent respecter ces policiers qui ne cessent de risque leur vie tous jours pendant nous dormons dans nos maison les nuits. Ils passent leur a patrouiller dans le froid et la poussière tout ça pour veiller sur nous. Je déplore ce qui sais passé à Koudougou. Mais de grâce nous devons savoir que les hommes de sécurités font beaucoup pour la population.

      Répondre à ce message

      • Le 12 mars 2011 à 23:06, par freud
        En réponse à : Palais de justice : 6 mois fermes pour avoir injurié un policier

        Merci.La situation qui s’est passée à koudougou est deplorable et on ne peut parler d’un policier sans y penser.
        Les juges ont dit le droit et que le droit soit applicable à tous et non à quelques individus.Bravo aux juges ayant prononcé le verdict.

        Aussi,sachons que seuls ceux qui ne font rien ne commettent pas d’erreur et à toute erreur,nous devons en tirer leçon pour l’avenir. Que justice soit faite au nom du droit.
        En plus,tout ce qui est célèbre fait l’objet de critique alors la police est l’essence meme de la société.
        Que celui qui conteste me dise dans quelle société ou dans quel Pays ,il n’existe pas de police ; en plus qui n’a jamais bénéficié d’un service de police ?

        Alors je pense qu’il faut que nous nous changeons notre mentalité préjugée vis à vis de la police c’est à dire que nous devons transformer notre perception négative de la police en perception négative. ok, thank you for all and God bless our State.

        Répondre à ce message

  • Le 14 mars 2011 à 20:21
    En réponse à : Palais de justice : 6 mois fermes pour avoir injurié un policier

    A tous les internautes, je dirai de faire attention aux rapports et aux commentaires que les journalistes, dans leur ensemble font sur les décisions de justices. Ils n’ont pas de connaissances suffisantes en matière judiciaire pour pouvoir comprendre comme il se doit les choses du droit au point d’écrire là-dessus. C’est du n’importe quoi qu’ils passent leur temps à écrire en croyant donner de justes informations en matière judiciaire. En droit, chaque mot a un sens bien déterminé qui n’est pas forcement le même dans le langage courant. Donc, ce n’est pas parce que l’on est intellectuel qu’il faut croire tout connaître. Beaucoup d’internautes se sont indignés par rapport au jugement du jeune commerçant face au policier ; Il faut savoir tout ce qui a été reproché au jeune délinquant comme infractions, avant de dire que sa peine est exagérée ; ensuite, rien ne prouve même qu’effectivement c’est six mois de prison ferme qui ont été infligés au jeune.
    Enfin, je ne crois pas que ce soit une bonne chose de faire des articles sur les audiences judiciaires et les décisions qui en résultent. On a l’impression que ce journaliste n’a rien à faire en allant s’assoire dans une salle d’audience pour noter et aller publier des paroles entendues lors des jugements. Quel intérêt peut-on en tirer ? Rien de positif ; si ce n’est livrer injustement la justice de notre pays à des critiques malsaines ou à des insultes que peuvent tenir des justiciables ayant perdu leur procès de par le passé et qui ont gardé une certaine animosité à son égard.
    Par Verita.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés