Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Quelle que soit la difficulté de la vie, il y a toujours quelque chose que vous pouvez faire et réussir.» Stephen Hawking Artiste, Astronome, Astrophysicien

Virage de Sidwaya en couleur : La parole aux lecteurs

Accueil > Actualités > Multimédia • • lundi 28 juin 2004 à 08h20min

Mercredi 23 juin 2004, le quotidien Sidwaya fait sa première parution en couleur. Ce passage du noir et blanc à la quadrichromie est bien apprécié par les lecteurs, même si certains d’entre eux souhaitent que des efforts se fassent pour la netteté des images.

M. Herbert Traoré, contrôleur au ministère des Infrastructures : J’ai vu les premiers numéros de Sidwaya en couleur. Ce qui m’a un peu tiqué, c’est la qualité des images. Pour le moment elles ne sont très très nettes, c’est-à-dire qu’on a des difficultés à bien identifier les objets. A part cela, je trouve qu’il est bien. Je pense qu’on pourra améliorer la qualité des images avec le temps.

M. Ladji Sidibé, technicien à l’Université de Ouagadougou : Chaque vendredi j’achète Sidwaya. Je viens donc d’acheter mon premier numéro de Sidwaya en couleur. Je n’ai pas eu le temps de le lire. En tant que technicien, je sais que si l’on doit améliorer la qualité du papier, la couleur, les images, le prix du journal va augmenter. Je constate que le contenu de Sidwaya est déjà bon, ce n’est plus comme avant, c’est pourquoi je l’achève. Il reste maintenant à améliorer les autres aspects.

M. Xavier Ilboudo, agent du ministère des Finances et du Budget : Il y a deux ou trois jours que nous venons de voir la parution de Sidwaya en couleur. Il faut dire que c’est une première. Il est beau et il donne envie de le lire. L’initiative est bonne. Mais on gagnerait mieux à augmenter le nombre de pages en couleur. Les compte-rendus des matchs de football et même des conférences peuvent être en couleur. Je souhaite que Sidwaya réduise le nombre de ses pages publicitaires et qu’il mette l’accent sur l’information.

M. Abdias Yaméogo, ministère des Finances et du Budget : Je trouve que Sidwaya est devenu joli. La couleur m’attire, elle est bien faite. Mais je pense que le journal doit miser sur le traitement de l’information. On constate qu’il y a beaucoup de pages réservées aux annonces nécrologiques et autres. Pour moi, Sidwaya doit réduire ses annonces à 4 ou 5 feuilles et mettre l’accent sur les articles. Cela nous aidera à avoir quotidiennement beaucoup d’informations.

Mme Isabelle Tiendrébéogo, chargée de communication à l’ONEA : Sidwaya en couleur est effectivement venu. J’ai constaté que les premiers numéros n’étaient pas très beaux. C’est comme si les couleurs étaient doubles. Mais j’ai reçu celui du vendredi sur la ZACA et j’ai trouvé qu’il était très bien. Je vous encourage à aller de l’avant. Tout le monde est content de Sidwaya.

M. Idrissa Ouédraogo, ministère de l’Economie et du Développement : Personnellement j’ai été surpris par la parution de Sidwaya en couleur. J’ai appris qu’il y aura des innovations avec le XXe anniversaire du journal mais je ne pensais pas que cela allait être rapide. Quand j’ai vu le premier Sidwaya en couleur, il m’a laissé une bonne impression. Ce que je ferai comme suggestion c’est l’amélioration de la qualité du papier pour aider ceux qui conservent les numéros.

M. Seydou Zanga, chef d’agence de la BIB du marché central : Je tiens tout d’abord à féliciter tout le personnel de Sidwaya. Le journal est passé du noir et blanc à la couleur. C’est très bien. Il a aujourd’hui 20 ans, ce qui ne signifie pas 20 jours et je constate que le journal a beaucoup changé. Avant on avait à l’idée que Sidwaya était pro-gouvernemental, ce qui n’autorisait jamais de faire une critique objective. Mais maintenant, on se rend compte que Sidwaya est devenu plus poignant que les autres journaux de la place. En tout je constate que le journal est en train de faire beaucoup d’efforts pour satisfaire ses lecteurs. Nous lui souhaitons longue vie et qu’après ces 20 ans, ce soit désormais le professionnalisme et non le tâtonnement. En passant du noir et blanc à la couleur, nous souhaitons qu’il devienne vraiment un journal d’élite.

Mme Korotoumou Soulama : J’ai vu le Sidwaya couleur mais pour moi il n’est pas du tout beau. Les images ne sont pas nettes et ce n’est pas très agréable à voir. Sidwaya doit travailler davantage pour améliorer la couleur.

Mme Catherine Ilboudo, ministère des Finances et du Budget : Sidwaya en couleur, c’est vraiment à encourager. J’ai vu déjà quelques numéros et j’avoue que c’est beau. C’est encore plus agréable à lire que le noir - blanc. C’est vrai qu’il y a des choses à revoir pour que tout soit parfait. Les photos sont un peu floues mais on peut comprendre cette situation, car tout début n’est pas facile. En tous cas je souhaite beaucoup de courage à Sidwaya.

Mme Adelaïde Yago : Du noir - blanc à la couleur, cela dénote du progrès de la part de Sidwaya et nous ne pouvons que l’encourager. J’ai vu le journal en couleur et il est beau. Il y a certainement des choses à parfaire mais ça viendra avec le temps. Il ne faut pas que nous demandions trop parce que c’est non du papier mais aussi de l’encre en couleur et on pourrait augmenter le prix du journal.

M. Edouard Bayala, agent à la direction centrale des marchés : On nous a dit que Sidwaya sera désormais en couleur, mais apparemment c’est seulement la couverture qui est en couleur. Est-ce que cela suffit pour dire que le journal est en couleur ? En tous cas pour les images, ça va. Mais il reste à revoir le contenu même du journal. Quand on parcourt Sidwaya ce sont des brèves des provinces, des faits divers... Je ne perçois pas la différence entre l’ancien Sidwaya et le nouveau à part la couleur de la première page. Je viens de feuilleter le numéro du jour et c’est la page consacrée à l’assemblée générale des sociétés d’Etat présidée par le Premier ministre qui est en couleur, plus bien sûr la une et la dernière page. A mon avis, si le journal doit être en couleur, ce sont toutes les pages qui doivent l’être et non quelques pages. Est-ce une discrimination que Sidwaya fait ? C’est la question que je me pose.

M. Daniel Ouédraogo, commerçant : Je lis le Sidwaya tous les jours et j’ai beaucoup apprécié la couleur. Le journal est beau, il est agréable à lire. Je voudrais cependant suggérer aux responsables de revoir les dimensions du journal. Il est trop large et c’est difficilement qu’on l’emporte avec soi surtout pendant les voyages. Mon souhait est qu’on puisse réduire le Sidwaya à un format plus petit pour faciliter son "transport".

M. Anatole Ribgoalenga, fonctionnaire à la retraite : C’est une belle innovation et je dis que les autres journaux de la place devraient emboîter ce pas. Tout organe de presse qui veut s’imposer sur le plan international doit envisager la couleur. Dans la sous-région, le Burkina est en retard sur ce plan et les grands annonceurs internationaux installés dans notre pays sont obligés d’aller faire leurs impressions à l’extérieur. Mais, il faut reconnaître que la couleur a aussi ses exigeances. Il faut certes les moyens techniques mais surtout du personnel qualifié pour ce travail. En ce qui concerne Sidwaya, c’est dommage parce que le matériel est là mais apparemment il manque les hommes pour faire le travail. La qualité n’y est pas. Les images ne sont pas nettes et ce n’est pas du tout agréable à lire.

Rien ne sert d’aller vite si toutes les conditions ne sont pas réunies. C’est quelque part se discréditer au regard du tapage qui a été fait autour du Sidwaya couleur.

P. Pauline KABORE et Enock KINDO
Sidwaya

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : La Fédération des associations du numérique du Faso dresse un bilan après cinq ans d’existence
Votre journal "L’Evénement" du 25 septembre 2021 est disponible !
Médias : Mathias Tankoano démissionne du Conseil Supérieur de la Communication
Promotion des droits de l’enfant : Le journaliste Abdel-Aziz Nabaloum remporte le prix international Ulrich-Wickert
30 ans du Pays : Le programme des festivités
Prix PaxSahel pour le journalisme sensible aux conflits : Les œuvres sont attendues jusqu’au 22 octobre 2021
Burkina Faso : Un projet de connectivité urbaine pour améliorer l’accès à internet
Koudougou : Des Hommes de médias outillés sur la planification familiale, le mariage d’enfants et les violences basées sur le genre
Banque de l’union du Burkina Faso : Une nouvelle agence ouvre ses portes à Dédougou
Votre journal "Courrier confidentiel" N° 247 est en Kiosque !
Médias : Jean-Emmanuel Ouédraogo désormais aux commandes de la RTB télé
Burkina : « Il faut que les journalistes continuent de travailler avec le sens élevé de la responsabilité » (Pr Serge Théophile Balima)
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés