Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «On est bien ingénieux à accréditer des illusions de toute espèce pour organiser lе рillаgе еt lе mаssасrе, mаis οn n’еn imаginе аuсunе рοur lе bοnhеur du grаnd nombre» Charles Fourier

Maroc Telecom prend le contrôle d’Onatel

Accueil > Actualités > Multimédia • • vendredi 29 décembre 2006 à 07h38min

Maroc Telecom a acquis 51% du capital de l’opérateur burkinabè des télécoms, Onatel. La filiale de Vivendi s’ouvre par la même occasion sur le marché de l’Union monétaire ouest-africaine.

Maroc Telecom a été retenu pour former un partenariat stratégique avec Onatel (Office national des télécommunications) opérateur burkinabè de téléphonie. Une convention sera signée à cet effet en fin de semaine entre le management de l’opérateur marocain conduit par Abdeslam Ahizoune et l’Etat burkinabè.

La filiale de Vivendi reproduit à quelques différences près le schéma en vigueur en Mauritanie depuis 2001 (date de la prise de contrôle de 54% du capital de Mauritel), en prenant 51% du capital de la société burkinabè. Onatel qui fait fonction d’office est leader dans plusieurs domaines de la téléphonie mobile et fixe au pays de Blaise Compaoré.

Le partenariat stratégique répond à la volonté des autorités burkinabè de hisser le secteur des télécoms du pays aux normes internationales.
Les 49% restants seront répartis entre l’Etat burkinabè (23%), le personnel de l’Onatel (6%) et les personnes physiques et morales du secteur des télécoms (20%).

L’analyse des offres financières et techniques s’est faite à plusieurs niveaux. Le 14 décembre dernier, le Conseil des ministres burkinabè, après délibération, a donné des instructions au ministre en charge du dossier de poursuivre les négociations conformément aux conclusions de la Commission de privatisation dans l’ordre des qualifications retenues.

Dans la course pour la reprise d’Onatel, il y avait plusieurs investisseurs prestigieux. Entre autres, Detecon (Allemagne), Essat Teleholding (Inde), France Telecom (France), Monaco Telecom (Monaco), Saudi Telecom (Arabie Saoudite) et Sistema/MTS (Russie). De tous ces opérateurs dont les dossiers ont été retenus début mai, il n’en restera que quelques uns (avec Maroc Telecom) lors de la présélection du mois de septembre.

La réussite de cette opération de privatisation fait suite à une première tentative qui n’a pas eu l’écho escompté. Courant 2004, les investisseurs internationaux ont boudé la première offre qui ne prévoyait pas d’ouvrir le capital de l’opérateur du Burkina Faso au-delà de 34%, soit à 1 point en dessous de la minorité de blocage. Le cahier des charges incombant au repreneur à certains investissements a été aussi allégé.

Le schéma de la privatisation ambitionne de renforcer la qualité des services, de satisfaire les besoins de financement des investissements et de répondre à la demande des clients. Avec Onatel, Maroc Telecom qui a mis en place récemment en France la plate-forme Mobisud, montre ses ambitions pour l’Afrique occidentale, un marché qui regorge d’un potentiel de développement important.

Le Burkina Faso fait figure de meilleur élève de la région aux yeux du FMI. Ces derniers mois, les milieux d’affaires marocains et burkinabè ont conclu plusieurs conventions à travers des missions et séminaires dans les deux sens.

par Adam Wade
Aujourd’hui le Maroc
URL de cet article : http://www.aujourdhui.ma/economie-details51230.html

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Télécommunications : 48 heures de conclave pour les régulateurs ouest-africains
Carte de presse : « Il y a un travail de sensibilisation à faire au préalable », selon Cheick Beldh’or Sigué, président du Comité technique
Journalisme d’investigation : La CENOZO à la rencontre du journal Lefaso.net
NQI 2019 : « Faire de Ouagadougou, la capitale de la qualité et des innovations en Afrique de l’ouest »
Liberté de la presse : Le Burkina Faso en progression
Digitalisation des entreprises burkinabè : De nouvelles solutions pour mieux sécuriser les réseaux et offrir de meilleurs services aux clients
Internet Puissance Plus : Le haut débit sur mesure pour les entreprises et les ménages au Burkina Faso
Médias : La radio rurale célèbre le 2e anniversaire de sa réouverture
TIC et agriculture : Des experts à Ouagadougou pour promouvoir l’utilisation des données géographiques
TIC : Un cap franchi dans le processus de numérisation au Burkina Faso
Modernisation du secteur postal au Burkina Faso : Le Plan d’investissement de la couverture postale en cours de validation
Médias : 38 promoteurs de radios renouvellent leurs conventions avec le CSC
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés