Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un problème sans solution est un problème mal posé » Albert Einstein

Réconciliation au Burkina : « Blaise Compaoré doit se rendre dans la famille Sankara pour demander pardon », clame Raphaël Koama, président du RPI

Accueil > Actualités > Politique • Lefaso.net • mardi 26 juillet 2022 à 22h55min
Réconciliation au Burkina : « Blaise Compaoré doit se rendre dans la famille Sankara pour demander pardon », clame Raphaël Koama, président du RPI

L’avenir du Rassemblement patriotique pour l’intégrité (RPI) repose désormais sur Raphaël Koama, élu nouveau président lors du dernier congrès tenu le samedi 16 juillet 2022. Celui qui préside désormais à la destinée du parti se dit préoccupé par la situation nationale. La réconciliation, dit-il, est une nécessité de survie, d’où son appel dans cet entretien accordé à Lefaso.net

Lefaso.net : Vous avez quitté le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) pour créer le RPI. Pourquoi ?

Raphaël Koama : Au cours de notre parcours au MPP, nous avons rencontré certaines difficultés qui nous ont poussés à quitter le navire. La raison était notre défense de l’intégrité et du patriotisme. Nous avons été combattus en son temps par certains cadres du MPP. Cela n’était pas bien pour la vie du parti. C’est pourquoi nous avons claqué la porte et créé notre parti pour ramener des valeurs au Burkina. En le créant, nous avons voulu donner une dynamique de patriotisme et d’intégrité. Pour nous, les maux sociaux tels que la corruption et l’impunité ne peuvent être évités que par une éducation patriotique des jeunes générations.

Comment vous voyez la situation nationale aujourd’hui après le coup d’Etat militaire ?

Le coup d’Etat ne nous a pas surpris. L’insécurité était une raison au sein de l’opinion publique burkinabè. Aujourd’hui, nous encourageons les militaires à travailler pour le retour de la paix au Burkina, sinon notre pays est à la croisée des chemins. Notre appel à l’endroit des dirigeants actuels, c’est d’unir tous les Burkinabè.

Quelle appréciation faites-vous de la venue de Blaise Compaoré au Burkina et de sa lettre demandant pardon au peuple burkinabè et à la famille Sankara ?

L’arrivée de Blaise Compaoré, nous interpelle. Le droit doit être appliqué. Nous défendons toujours la justice. Et si notre pays est un pays de droit, le droit doit être dit. Aujourd’hui, notre pays a besoin de réconciliation. Il est clair que ceux qui ont dirigé notre pays dans le passé ont commis certaines erreurs. C’est pourquoi la réconciliation doit se faire de la base au sommet et non du sommet vers la base. Pour parvenir à une réconciliation vraie, Blaise Compaoré doit se rendre dans la famille Sankara pour demander pardon.

Quelle appréciation faites-vous du fonctionnement de l’appareil étatique dirigé par les militaires aujourd’hui ?

Notre constat est celui de tous les Burkinabè. C’est pourquoi nous estimons qu’aucun militaire ne peut diriger le pays sans les civils et aucun civil non plus ne pourrait le faire sans les militaires. Concernant la situation sécuritaire, je pense que si les militaires s’y mettent, ils peuvent y arriver.

Lors de votre congrès, vous avez appelé les dirigeants à s’inspirer de l’exemple rwandais pour la réussite de la réconciliation... Pourquoi ?

Le Rwanda est un pays qui a connu un génocide. Mais avec l’avènement de Paul Kagamé, aujourd’hui, la situation est exemplaire. C’est pourquoi nous avons demandé aux autorités de notre pays de s’inspirer du cas rwandais qui fait la fierté aujourd’hui d’un continent.

Quel appel lancez-vous à vos militants ?

Nous demandons aux militants d’être intègres et patriotes. Nous demandons que dans les villages les valeurs d’intégrité soient prônées. En tant que militants RPI, nous devons rester vigilants et travailler à l’éducation de nos enfants sur des valeurs de civisme.

Gérard Béogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 26 juillet à 19:28, par West En réponse à : Réconciliation au Burkina : « Blaise Compaoré doit se rendre dans la famille Sankara pour demander pardon », clame Raphaël Koama, président du RPI

    AVANT la demande de pardon, Blaise doit d’abord commencer à servir sa peine de condamné à mort, les deux choses doivent être complètement séparées !

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet à 23:29, par Bounga Bounga ll En réponse à : Réconciliation au Burkina : « Blaise Compaoré doit se rendre dans la famille Sankara pour demander pardon », clame Raphaël Koama, président du RPI

    Quelqu’un est-il alle demander pardon á la famille de :
    1-commandant Sawadogo Amadou ?
    2-Colonel Nezien
    3-Didier Tiendrebeogo
    4-......?
    Tous assassinés sous le regime Sankara. On ne peut pas effacer une page de l’histoire d’un peuple.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juillet à 01:12, par Wibga En réponse à : Réconciliation au Burkina : « Blaise Compaoré doit se rendre dans la famille Sankara pour demander pardon », clame Raphaël Koama, président du RPI

    Koama tu voudrais qu’il egorge le poulets pour sacrifice en même temps ? Les mêmes qui criaient qu’il faut qu’il demande pardon, reviennent rajouter une couche. Je pense qu’il faut une grandeur d’esprit de tous pour sortir des platitudes des Koama.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juillet à 01:43, par caca En réponse à : Réconciliation au Burkina : « Blaise Compaoré doit se rendre dans la famille Sankara pour demander pardon », clame Raphaël Koama, président du RPI

    Qu’est ce que le pardon.
    Peut-on comprendre la démarche du président Blaise Compaoré qui a surpris les burkinabé en demandant le pardon concernant les victimes de ces mandats et l’assassinat de frère et ami Thomas Sankara ?
    Dans mes recherches sur le thème voilà ma compréhension sur le pardon seul.
    Le pardon est le résultat de l’acte de pardonner, la rémission d’une faute. C’est tenir une offense, une faute, pour nulle (ou l’excuser) et renoncer soit – au plan personnel – à en tirer vengeance, soit – au plan institutionnel – à poursuivre et à punir les responsables. Le pardon ne doit pas cependant être confondu avec l’amnistie qui est une simple dispense de peine.
    Le pardon peut s’entendre de manière différente selon le contexte : religieux, philosophique, psychologique, social ou politique.
    Point de vue religieux
    Fondement exégétique et théologique
    Au sens biblique, le terme pardonner revêt deux volets et contextes
    - Une action divine ; le pardon de Dieu, à un ou des hommes. Dieu annule ou écarte un châtiment pour le péché. Il l’exprime soit par médiation d’un élu ordonné, soit par manifestation divine ;
    - Une action humaine de pardon. Des hommes se traitent avec un amour chrétien en se pardonnant leurs fautes. Ils effacent alors les mauvais sentiments à l’égard de ceux qui les ont offensés (Mt 5, 43–45 ; 6, 12–15 ; Lc 17, 3–4).
    Le pardon est très important dans le christianisme, mais est toujours mis au service du bien spirituel de la personne. Dans l’évangile, on voit souvent le Christ pardonner les péchés (Lc 7. 36-50 ). Il ne condamne pas la femme surprise en flagrant délit d’adultère en affirmant « que celui qui n’a jamais péché lui jette la première pierre » (Jn 8. 3-11. Il s’exprime de manière imagée comme dans la parabole du fils prodigue (Lc 15. 11-32) qui est pardonné après son repentir. Jésus recommande à Pierre de pardonner non pas sept fois, mais 77 fois à celui qui se repent (ou 70 fois sept fois, selon la traduction — Mt 18. 21-22) c’est-à-dire à chaque fois. Souvent, Jésus guérit des infirmes et remet les péchés par la même occasion (Mt 9. 1-8.
    Le pardon fait partie de la prière du Notre Père (« Pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés »), que Jésus a transmise aux hommes (Lc 11, 1-4, Mt 6, 9-13).
    Il fait également partie de la profession de foi catholique, le credo :
    « Je crois à la rémission des péchés » (symbole des Apôtres),
    « Je reconnais un seul baptême pour le pardon des péchés » (symbole de Nicée-Constantinople).
    Le Christ a conféré aux apôtres le pouvoir divin de pardonner les péchés : « Recevez l’Esprit Saint. Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis ; ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus » (Jn 20, 22-23).
    Dieu a lié le pardon des péchés à la foi et au baptême :
    « Allez par le monde entier, proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création. Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé » (Mc, 16, 15-16).
    Le baptême est le premier et principal sacrement du pardon des péchés parce qu’il unit les chrétiens au Christ mort pour les péchés des hommes, ressuscité pour leur justification (Rm 4, 25).
    Le Christ après sa résurrection a envoyé ses apôtres « annoncer à toutes les nations le repentir en son nom en vue de la rémission des péchés » (Lc 24, 47). Ainsi, « l’Église a reçu les clés du Royaume des cieux, afin que se fasse en elle la rémission des péchés par le sang du Christ et l’action du Saint-Esprit. C’est dans cette Église que l’âme revit, elle qui était morte par les péchés, afin de vivre avec le Christ, dont la grâce nous a sauvés ».
    Vu sous cet angle, le pardon est universel et TOUS les péchés peuvent être pardonnés par Dieu à condition de les regretter sincèrement.
    Le président Blaise Compaoré a fait une démarche importante vers le pardon de son règne.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juillet à 02:13, par Nimpogtekoi En réponse à : Réconciliation au Burkina : « Blaise Compaoré doit se rendre dans la famille Sankara pour demander pardon », clame Raphaël Koama, président du RPI

    J’ ai perdu mon temps a lire un apprenti- politicard sans relief comme celui- ci. Tu n’ as rien dit en fait. On voit seulement l’ appel du pied a ses vauriens qui ont usurpe le pouvoir d’ etat et qui creent un concept vide de reconciliation pour nous divertir.
    Au fond, y a t- il eu cassure entre les populations ? Si Blaise et les autres ont fait du mal aux Burkinabe, d’ ou nous vient l’ urgence de cette pseudo- reconciliation ? Rwanda Rwanda. Tire par les cheveux ! Merde a la fin !

    Répondre à ce message

  • Le 27 juillet à 02:16, par Bass hass En réponse à : Réconciliation au Burkina : « Blaise Compaoré doit se rendre dans la famille Sankara pour demander pardon », clame Raphaël Koama, président du RPI

    Que le tout puissant viens à notre aide car c’est difficile à comprendre les hommes ils veulent tout à la fois.entre ces mots justice ,pardon réconciliation c’est lequel même qui est premier et le dernier ?

    Répondre à ce message

  • Le 27 juillet à 08:18, par Henri En réponse à : Réconciliation au Burkina : « Blaise Compaoré doit se rendre dans la famille Sankara pour demander pardon », clame Raphaël Koama, président du RPI

    internaute Bounga Bounga ll pour ton enseigne Blaise était le numéro deux sous Thom la gestion du pouvoir les actifs et les passifs sont collégiales alors le premier n’étant plus puisque tuer par le deuxième et ce même deuxième s’est débarassé du troisième et du quatrième alors il répond des ces crimes à la place des autres c’est tellement logique alors va lui dire de se rendre dans les familles du commandant Sawadogo Amadou ?
    2-Colonel Nezien
    3-Didier Tiendrebeogo pour leur demander pardon.
    le coup d’état du 4 aout 1983 vous avez dit que c’est blaise qui a fait le coup d’état et donner à sankara alors le 15 octobre vous avez dit qu’il a repris sa chose si on vous suit toutes les tueries de cette époque 1983-2014 sont à son actif. si tu es capable d’analyse je te laisse le soin d’analyser puisque après 1987 les tueries ont continué de plus belle jamais égalé sous un régime au burkina faso alors comprend qui comprendra

    Répondre à ce message

  • Le 27 juillet à 10:15, par vision En réponse à : Réconciliation au Burkina : « Blaise Compaoré doit se rendre dans la famille Sankara pour demander pardon », clame Raphaël Koama, président du RPI

    Bounga Bounga II ,
    Vous semblez oublier ou ignorer que seul Blaise Compaoré ancien ministre de la justice sous la révolution pourrait nous éclairer sur tous ces disparus ! Il n’a laissé aucune chance à son ami, le seul président tué dans un coup d’état au Burkina, pourquoi ? Blaise doit nous éclairer sur tous les crimes commis depuis le 04 Août 1983, en plus le vrai mal du Burkina depuis 1987 c’est la corruption qui a été institutionalisé sous son règne de 27 ans. Il serait louable au président actuel au lieu de nous divertir avec cette réconciliation qui n’est vraiment pas une urgence de mon point de vue de s’attaquer aux vrais maux de notre pays. Ma question est de savoir si le retour de Blaise Compaoré mettra fin à l’insécurité, à la corruption(le vrai mal de notre pays) ? Pourrions nous circuler tranquillement du nord à l’ouest ? Ou du sud à l’est ? DAMIBA devrait se concentrer sur les problèmes réels du pays : L’insécurité, la corruption. S’il réussit l’un des deux, il restera dans les annales du Faso. Sinon avec cette manière de réconciliation il est en train d’écrire une page noire de sa propre histoire.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juillet à 11:01, par TANGA En réponse à : Réconciliation au Burkina : « Blaise Compaoré doit se rendre dans la famille Sankara pour demander pardon », clame Raphaël Koama, président du RPI

    On demande pardon à qui on a fait du tord.
    De ce point de vue, Blaise peut demander pardon au peuple, aux familles de tous les disparus, à tous ceux à qui force à été faite.
    Donc, en un premier temps, il faut que Blaise utilise ces millards pour dédommager beaucoup de personnes, qu’il remetten aux uns et aux autres les choses qui leurs ont été prise par la force, la menace etc.
    Il est hors de question d’utiliser l’argent du contribuable Burkinabè pour les dédommagements car c’est à cause de la psychose créée que blaise a pu amasser des milliards ; donc c’est cet argent qui doit être utilisé.
    S’agissant de Thomas SANKARA, de ces compagnons et bien d’autres, blaise doit aller leur demmander pardon ; mais puisqu’ils sont dans l’au delà, alors Blaise doit purger sa peine de prison.
    Quand on s’asseoit pour prendre l’exemple du rouwanda, je veux que l’on sache que au rouwanda, les gens sont en prison et la traque continue.
    Si telle n’est pas la solution, ne nous étonnons pas qu’un jour un ayant droit fasse justice lui même.
    Alors, allez vous lui pardonner ?

    Répondre à ce message

  • Le 27 juillet à 12:01, par aboubakr En réponse à : Réconciliation au Burkina : « Blaise Compaoré doit se rendre dans la famille Sankara pour demander pardon », clame Raphaël Koama, président du RPI

    Bonjour Chers Tous,
    Tout le monde est conscient que Blaise est devenu sénile, donc à quoi sert de jaser sur quelqu’un qui n’ a plus toute sa tête ? C’est pour vous dire que vous perdez votre temps. Si nous voulons, nous nous réconcilions ou bien si nous voulons, nous pouvons attendre Blaise qui pour moi ne guérira pas d’ici demain.
    A nous de voir.....car on ne peut qu’accepter au jour d’aujourd’hui la demande de pardon de son tutorat. Blaise en tant que tel ne sait plus ce qu’il fait et vous l’avez bien vu à la télé. Comment voulez-vous qu’un individu pareil vous fasse des vidéos ou des lettres signées pour demander pardon à qui que ce soit, soyez un peu sérieux.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juillet à 13:51, par @Caca En réponse à : Réconciliation au Burkina : « Blaise Compaoré doit se rendre dans la famille Sankara pour demander pardon », clame Raphaël Koama, président du RPI

    Quand on demande pardon a quelqu’ un a qui on a fait du mal, on va voir la personne. Et puisque quand on demande, ca veut dire que c’ est accorde d’ avance ? C’ est quelle demande ca, alors ? On ne va pas a la presidence. La presidence, c’ est chez les Sankara, les Lingani, les Zongo(ce vampire a tue plusieurs Zongo), les Sabyemba, les Gnegne ? etc. J’ ajoute meme les Yorian, les Guebre, les Nezien dont ce sanguinaire affreux est aussi co- responsable. Il etait le n0 2. Le n01 n’ etant plus, tue par ce monstre que le karma a frappe dans le cerveau liquefie, ce monstre doit repondre du reste. Ne faisons pas comme s’ il y a eu crimes , et il y en a eu sous le CNR, Sankara en est le seul comptable. On peut meme dire que c’ est ce guinnarou au pencahnt sanguinolent qui tuait puisque meme quand Sankara est parti, il a encore tue plus. Il croyait que les etres vivants sont des poupees ou quoi ? Regardez comme de facon impitoyable il a endeuille des familles ? Meme Sessouma Guillaume dont il est le parrain des enfants, il a tue. Sankara qui etait son parrain du faux mariage arrange par Houphouet, il n’ a pas dindin !
    Cet individu va se reincarner dans un serpent apres sa mort. Il a trop ete mechant, notre Neron, fils de Agrippine qu’ il tua d’ ailleurs. Agrippine ici, c’ est l’ ambitieuse et jouisseuse Chantoux Gbeee.
    Quant a toi Caca, on a montre tes sales secrets enfouis dans ta maison propre propre au dehors, djaaaa, c’ etait un tombeau pleins de merdes. Ca t’a pas suffi ? Tu vas jamais diriger ce Burkina, peitit buveur de sang d’ albinos !!

    Répondre à ce message

  • Le 27 juillet à 13:56, par Faux Probleme de Reconciliation En réponse à : Réconciliation au Burkina : « Blaise Compaoré doit se rendre dans la famille Sankara pour demander pardon », clame Raphaël Koama, président du RPI

    Si on estime que le retour de Blaise Compaore peut nous liberer de l’ insecurite, on dit en meme temps que notre insecurite est due au fait que Blaise n’ est pas au pays et qu’ il est donc le parrain des terroristes. S’ il revient au pays, il devra aller a la MACO comme tout repris de justice. Tous les magiciens, agitez- vous comme vous voulez. Mais nul n’ est au dessus de la loi, Dura lex, sed lex ! Vous avez ridiculise notre justice. Ils ont fait ce travail de fourmi pendant 6 mois pour rien donc ? Damiba est tres brouillon. Il risque de ne reussir aucun chantier avant que le peuple le chasse du pouvoir car le Burkina merite mieux qu’ un officier frustre et rustre a la tete de ce beau pays.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juillet à 14:42, par Semk En réponse à : Réconciliation au Burkina : « Blaise Compaoré doit se rendre dans la famille Sankara pour demander pardon », clame Raphaël Koama, président du RPI

    Pauvres compatriotes !
    nous aimons tellement les débats stériles, les discussions d’une vacuité abyssale. Qui au Burkina attend de Blaise qu’il demande pardon ? Qui cherche à savoir si Blaise a demandé pardon ?
    Il y a eu un procès (peu importe notre avis sur le verdict, s’il est acté, alors le condamné répond à la justice, point barre.
    Le reste ne nous regarde pas.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juillet à 19:02, par Sanou paul En réponse à : Réconciliation au Burkina : « Blaise Compaoré doit se rendre dans la famille Sankara pour demander pardon », clame Raphaël Koama, président du RPI

    Le N°2 a tué il a tué et il a tué
    il a tué le N°1 le SOME, les HENRI ZONO,Les LINGANI
    Vous-là nous sommes dans quel monde ?
    Que Blaise se rendent dans la famille SANKARA pour demander le pardon. Il était à OUAGA qu’est ce quil avait dit meme pas un seul mot aucun mot. Blaise est fini.
    C’est du Théatre que ses soutiens son entourage et ses partisants sont en train de faire.
    Alassane veut se debarrasser d’un cercueil vivant et vous ne savez pas.
    Depuis 33 ans Blaise et ces partisans savent ce qu’ils doivent faire mais ils ontpreferé le faux le faux le faux le faux.
    Et meme ce nouveau regime qui est venu, ce regime n’est pas là pour résoudre les problemes mais pour soutenir le CDP et soon RSP.
    Ils connaisssent la voie à suivire. Toutes les tentatives entreprises par ce regime il y a vice de forme

    Répondre à ce message

  • Le 30 juillet à 19:36, par Le Vigilent En réponse à : Réconciliation au Burkina : « Blaise Compaoré doit se rendre dans la famille Sankara pour demander pardon », clame Raphaël Koama, président du RPI

    Mon cher @Sanou Paul, tu as tout dit et très bien dit. Les Djinamoris et plaisantins de la CODER, de l’Appel de Manéga et autres clowns qui tentent, depuis 2016, de nous faire accepter leur conception complètement erronée du pardon et de la réconciliation, perdent leur temps. Ils prennent les burkinabè pour des nez perces, alors que ce peuple voit très loin et très clair, même dans la boue.
    Blaise Compaoré a fui le pays il y a près de huit ans, il refuse de se présenter devant le tribunal pour nous donner sa version des faits concernant l’assassinat de Thomas Sankara et de ses 12 compagnons, le 15 octobre 1987. Du fameux 15 octobre 1987 jusqu’au 31 octobre 2014, il s’est écoulé 27 années pleines durant lesquelles, le père et la mère de son ami et frère, Thomas Isidore Noel SANKARA, l’ont attendu, en vain, pour en savoir sur la disparition tragique de leur fils. Et c’est 35 ans après, pendant qu’il est condamne à la prison à vie, pour sa responsabilité dans l’assassinat de Thomas Sankara et de ses 12 compagnons d’infortune, et placée sous mandat d’arrêt international, que Blaise Compaoré a eu la lumineuse idée de demander pardon au peuple et à la famille de son ami et frère, Thomas Isidore Noel SNKARA. Qu’est-ce à dire ? tant que Blaise Compaoré se trouvait en position de force et/ou avait encore l’espoir de reprendre les choses en mains dans ce pays, il ne trouvait pas opportun d’avoir l’humilité de demander pardon à qui que ce soit. N’eut été le fiasco de de la fameuse rencontre du 08 juillet 2022 des anciens chefs d’état avec l’actuel chef de l’état, rencontre qui, en fait, ne visait que sa réhabilitation et son retour triomphal au pays, l’idée d’une quelconque demande de pardon à la famille de Thomas Sankara n’allait jamais effleurer l’esprit de Blaise Compaoré. C’est pourquoi, le message de demande de pardon n’a pas été livré, puisqu’il n’existait pas encore, lors de son passage à Ouagadougou. Il n’est même pas sûr que ce soit Blaise Compaoré lui-même qui en a eu l’initiative.
    Quant a l’intervention du Président Ouattara, pourquoi avoir attendu huit longues années pour prendre cette initiative, si ce n’est parce que son hôte EXTRA-VIP est devenu plus qu’encombrant et ne présente plus aucun intérêt pour lui-même et pour ses maitres de la France-Afrique et autres ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
77e AG des Nations unies : Le président Damiba demande le soutien de la communauté internationale pour freiner l’expansion du terrorisme
Burkina : Alpha Barry, Bachir Ismaël Ouédraogo, Alpha Oumar Dissa et bien d’autres disent adieu au MPP
77e AG des Nations unies : le Président du Faso est arrivé à New York
Burkina : « On a vu ces conférences de presse des OSC avec l’arrivée de Blaise Compaoré, mais quand les audios attisant la haine ont circulé, aucune n’a daigné lever le doigt », déplore Olivier Nacoulma du MIDE
Affaire Boukary Dabo : Séni Kouanda, ancien président de l’ANEB, retrace les circonstances du drame
Burkina/Politique : Nestor Batio Bassière « acte finalement » son départ de l’UNIR/MPS
Impasse politico sécuritaire au Burkina : Le Front patriotique appelle à la mise en place d’un Haut conseil national des légitimités sociales
Burkina/Transition : La Génération de veille citoyenne installe son « ambassadeur de paix » à Tanghin-Dassouri
Burkina Faso : Le parti « Rassemblement mains blanches » apporte son soutien au gouvernement de la transition
Journée internationale de la démocratie : Les élections, une partie de la solution à la crise que traverse le Burkina, estime le président de la CENI
Burkina : Rumeurs sur une motion de destitution du président de l’ALT
Burkina, la défense perd sa tête : Le général Aimé Barthélémy Simporé limogé comme tant d’autres avant lui
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés