Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un problème sans solution est un problème mal posé » Albert Einstein

Burkina Faso : Tiécoura Fofana invite les Burkinabè à laisser l’âme de Thomas Sankara reposer en paix

Accueil > Actualités > Opinions • Tribune • mercredi 13 juillet 2022 à 20h30min
Burkina Faso : Tiécoura Fofana invite les Burkinabè à laisser l’âme de Thomas Sankara reposer en paix

Dans la tribune ci-dessous, le citoyen Tiécoura Fofana, invite les Burkinabè à laisser l’âme de Thomas Sankara reposer en paix. Les différentes indignations manifestées par ceux qui se réclament Sankaristes, à la faveur du retour de Blaise Compaoré au pays, ne sauraient selon lui tromper le peuple qui sait "combien cette minorité négative est à mille lieux de l’intégrité et du sens de l’honneur du chef de la révolution".

Il y a des sujets qui sont d’une si évidente banalité qu’il est pénible d’y consacrer son temps. Mais quand le bon sens est sauvagement piétiné de bonne ou de mauvaise foi, et que de nombreux ingénus consomment les incongruités qui en résultent, il est difficile de s’enfermer dans la contrition du silence.

Le court retour de Blaise Compaoré sur les terres de ses ancêtres a donné l’occasion à des activistes minoritaires de construire une bulle médiatique artificielle afin de démontrer le rejet par le peuple burkinabé de toute initiative de réconciliation.

A la vérité, le peuple burkinabè de par ses valeurs culturelles ancestrales de paix, de solidarité et de vivre ensemble sain, est plus que majoritairement acquis au principe fondamental et vital de la réconciliation. Nos leaders traditionnels, coutumiers et religieux, nos esprits aimants de nos profondeurs rurales, par la force de leurs âmes ne cessent de prier pour que les fils du pays vivent leur destin commun face au péril terroriste qui menace de nous effacer.

L’attelage traditionnel d’instrumentistes et dribleurs politiques, de sankaristes de studio, de micro et de conférence de presse, s’affole dans tous les sens dès qu’il entrevoit le moindre signe de tarissement de leur fond de commerce sankariste. Ils inondent alors la toile et promettent, tel Fukuyama, la fin de l’histoire. La réconciliation nationale est une hantise maladive pour cette imposture qui utilise le sankarisme comme socle de son modèle politico-financier. Cette agitation qui a fait son temps, ne trompe pas le peuple qui sait combien cette minorité négative est à mille lieux de l’intégrité et du sens de l’honneur du chef de la révolution. Sankara n’a pas braqué les caisses de l’État. Il n’a pas eu de comptes bourrés d’argent de la commande publique à l’extérieur. La consultation des souches de ses chéquiers calmerait plus d’un. Il n’a pas goûté au luxe et aux luxures de ceux qui salissent son honneur sur l’autel de leurs intérêts égoïstes. Il n’a pas sniffé les délices du champagne et des vins rares.

Il serait vraiment de bon ton de laisser l’âme de cet homme véritablement intègre reposer en paix.

Ceux qui jurent par la réhabilitation de Sankara doivent savoir qu’il n’en a pas besoin. Son seul nom sonne habilitation. En tant que justiciable, il méritait bien justice, mais pas dans une logique d’instrumentalisation politicienne. Il n’est pas difficile de comprendre que le procès qui lui a été consacré n’a pas été élu pour lui rendre justice, mais pour mettre Blaise Compaoré sur l’éteignoir politique et le jeter dans la poubelle de l’histoire afin que les desseins politiques de ses ennemis prospèrent sur le long terme.

Si l’intention de ces justiciers était de rendre équitablement la justice il y aurait eu beaucoup de procès car Sankara et ses compagnons ne sont pas les seules victimes de la violence politique.

Les veuves, orphelins, parents et amis de la grande majorité des victimes de ces violences politiques ne sont pas logés à la même enseigne. Quand leur cas n’est pas digne d’intérêt pour les objectifs politiques des officiants du moment, ils sont rangés dans les oubliettes. Nézien Badembié, Somé Yorian, Djebré Fidèle, çà ne sonne pas Thomas Sankara quoi !

Les suppliciés de la pentecôte n’eurent pour procès qu’une cour martiale révolutionnaire expéditive. D’autres n’eurent pas cette chance. Ils furent massacrés à la grenade. Ceux qui ont incendié la représentation nationale et brûlé les maisons de leurs compatriotes assument ces actes tout torse bombé, urbi et orbi, très sûrs qu’ils sont, se moquant de cette justice oh combien trieuse et oublieuse.

La vérité est devant nous : la justice en politique, de la Haute Volta au Burkina Faso, est une question de rapport de force.

Essayons-nous dans la recherche de cette justice sur le parcours politique de notre pays depuis son indépendance jusqu’au temps présent.

Quand le 3 janvier 1966, le Président Maurice Yaméogo fut renversé, c’était par le fait de quelle constitution-justice ? Il y’eut bien entendu des explications bien senties !

Quand le 25 novembre 1980, le Général Sangoulé Lamizana fut renversé par le Comité Militaire de Redressement pour le Progrès National (CMRPN) du Colonel Saye Zerbo, c’était par le fait de quelle constitution-justice ? Il y’eut bien entendu des explications bien senties !

Quand le 7août 1982, le Colonel Saye Zerbo et son CMRPN furent renversés par le Conseil de Salut du Peuple du Médecin-Commandant Jean-Baptiste Ouédraogo, c’était par le fait de quelle constitution-justice ? Il y’eut bien entendu des explications !

Quand le CSP 2 évinça le Capitaine Thomas Sankara et ses amis, c’était par le fait de quelle constitution-justice ? Il y’eut bien entendu des explications bien senties !
Quand le 4 août 1983, le Capitaine Thomas Sankara prit sa revanche sur le CSP2 en prenant le pouvoir, c’était par le fait de quelle constitution-justice ? Il y’eut bien entendu des explications bien senties !

Quand le Front Populaire du Capitaine Blaise Compaoré balaya le CNR, c’était par le fait de quelle constitution-justice ? Il y eut bien entendu des explications bien senties !

Quand l’insurrection populaire d’octobre 2014 chassa Blaise Compaoré du pouvoir, c’était par le fait de quelle constitution-justice ? Il y eut bien entendu des explications bien senties !

Quand le Président « recruté », Michel Kafando, décida par le « fait du Prince » de l’ouverture du dossier Thomas Sankara, c’était par le fait de quelle constitution-justice ? Il y eut bien entendu des explications bien senties !

Quand sous la Transition Kafando-Zida, on vota une loi d’exclusion, c’était par le fait de quelle constitution-justice ? Il y eut bien entendu des explications bien senties !

Quand Dr Ablassé Ouédraogo contesta la candidature de Roch Marc Christian Kaboré en visant le fait qu’il a soutenu publiquement la modification de l’article 37 et que le Conseil constitutionnel passa outre, c’était par le fait de quelle constitution-justice ? Il y eut bien entendu des explications bien senties !

Quant le 24 janvier 2022 le MPSR du Lieutenant-Colonel Paul Henri Damiba renversa le régime du Président Roch Marc Christian Kaboré, c’était par le fait de quelle constitution-justice ? Il y eut bien entendu des explications bien senties !
La sémantique de justification a tout le temps pris pour objet-but le peuple. Les concepts de Renouveau, Redressement, Salut, Révolution, Insurrection, Refondation ne réfère à aucune constitution.

Nul besoin de science politique pour analyser et comprendre notre trajectoire politique. La justice ici est réductible à la justification. Le vrai électeur politique sous nos cieux, c’est la kalachnikov. C’est quand cette kalachnikov se repose que nous avons des épisodes dits démocratiques qui sont les lieux d’instrumentalisation de la justice qui n’est même plus sensible au viol. Tous les aménagements et réaménagements judiciaires sont possibles. Il suffit de perler des articles après un alignement de « Vu ».

Blaise Compaoré n’a pas inventé le rafistolage politico-judiciaire. Dans le bric et broc de cette ratatouille on peut noter : la suppression de la justice démocratique et son remplacement par la justice populaire et ses TPR, la suppression de la profession d’avocat, le recrutement d’un Président par un semblant d’appel à candidature, la suppression d’une loi d’amnistie par un juridisme à deux balles, l’établissement de listes tarifées de personnes à condamner.

Les réclamants entêtés de la justice ne peuvent plus se déshabiller. Ils sont déjà nus !

Nulle mascarade, nulle jérémiade, nulle masturbation, lamentation ou gymnastique intellectuelles ne saurait exister en sens, devant cette implacable réalité : la justice est réductible au rapport de force. Les incantateurs surexcités de la justice doivent visiter leur manque de crédibilité.

Toute cette population de justiciers doit regarder et comprendre le courage et la force de conviction du jeune Lieutenant-Colonel Damiba de 41 ans, qui démontre à souhait que jeunesse et sagesse peuvent apparier. Avec lui, nous devons avoir le courage de regarder notre histoire politique et mettre en berne nos égoïsmes et donner la chance à un nouveau départ démocratique dont les socles doivent être la réconciliation nationale et la cohésion sociale. Si nous refusons cette voie, nous serons tous des condamnés consentants de la kalachnikov. Lourdement !

Tiécoura Fofana.
Journal Le Dossier

Vos commentaires

  • Le 13 juillet à 14:57, par Worldwideconsulting@yahoo.fr En réponse à : Burkina Faso : Tiécoura Fofana invite les Burkinabè à laisser l’âme de Thomas Sankara reposer en paix.

    Laissons les morts reposer et pensons aux vivants qui risquent fort de les rejoindre si on s’attarde dans des futilités.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet à 15:11, par Sam En réponse à : Burkina Faso : Tiécoura Fofana invite les Burkinabè à laisser l’âme de Thomas Sankara reposer en paix.

    Quand on dit que le prophète n’est généralement pas reconnu par les siens, c’est le cas de THOM SANK. De l’intérieur, pendant 27 ans, Blaise et tous ses acolytes ont foulé aux pieds la mémoire de l’homme. Dieu n’étant pas injuste, a cependant rehaussé plus que jamais l’image de cet homme qui a gouverné par l’exemplarité. l’auteur de l’article par e du président DAMIBA comme un modèle, je me demande si nous sommes dans le même pays. A peine au pouvoir, il a fait doublé les salaires de ses ministres alors que tous les voyants économiques sont au rouge. Le terrorisme a gagné du terrain au point où le président croit qu’il n’ya que l’ancien Blaise que et son clan qui pourront mettre fin à cette situation. le président DAMIBA doit changer de fusil d’épaule en matière de gouvernance pour qu’il ne soit pas sur le banc des oubliés de l’histoire.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet à 15:29, par Wendinmi En réponse à : Burkina Faso : Tiécoura Fofana invite les Burkinabè à laisser l’âme de Thomas Sankara reposer en paix.

    Bravo monsieur Fofana. Il n’y a rien à dire ni à ajouter. Que chacun se regarde dans la glace et se demande sincèrement, qui suis-je, qu’ai-je fait pour éviter à ce pays de se retrouver là où il est aujourd’hui.
    Merci monsieur Fofana.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet à 15:34, par un autre passant En réponse à : Burkina Faso : Tiécoura Fofana invite les Burkinabè à laisser l’âme de Thomas Sankara reposer en paix.

    Je me dois de saluer votre papier. Il est de belle facture, il faut l’avouer, ce qui n’est chose courante sur ce forum.
    Cela dit, il faut faire un peu la part des choses. Bien d’autres méritaient en effet qu’un procès leur soit également consacré, de façon aussi retentissante. Certes, mais à la différence que Thomas Sankara a été assassiné dans l’exercice de ses fonctions en tant que Président. D’ailleurs, l’objet du procès portait sur son assassinat et non sur le coup d’État qui a entraîné sa mort. Faut-il encore rappeler que c’est le seul putsch qui s’est soldé par le meurtre du président en fonctions. Autrement, il aurait fallu jugé tous les coups d’État.
    Je buvais à votre analyse jusqu’à ce que paraissent vos oripeaux. Le Lieutenant-Colonel est certes compétent en sa qualité d’officier supérieur de l’armée, là n’est pas la question. La question est de savoir s’il l’est en tant que Président. Le temps n’est pas à la réconciliation, il est au combat, à la stratégie militaire. Lorsque les choses auront évolué favorablement pour le peuple et le pays, alors sera venu le temps de se parler, de s’accuser, de demander pardon et d’être pardonné. Face à l’ennemi, une balle ne fera pas plus mouche parce qu’elle est "réconciliée" qu’une autre "non réconciliée". L’armée au pouvoir en temps de guerre ne peut se payer le luxe de s’embourber dans un processus de réconciliation. Sa place n’est nulle part que sur le front.

    Répondre à ce message

    • Le 13 juillet à 19:33, par Amadoum En réponse à : Burkina Faso : Tiécoura Fofana invite les Burkinabè à laisser l’âme de Thomas Sankara reposer en paix.

      Rien de nouveau sous le ciel Burkinabé.
      Au Burkina il suffit souvent de savoir où travail quelqu un pour arriver a la conclusion.
      De tout cet radotage le seul semblant de verité c est quand l auteur dit que la justice est reductible au rapport de force.
      C est bien de vouloir faire de son champion un Ange mais je ne crois que Sankara ait pu commettre tout ces crime que tu cites sans le mot de Mr Compaoré ministre de la justice.
      Malheureusement apres Sankara et les 12 les crimes ont continué de plus belle.Loin de moi l idee de moi de faire de Sankara un Saint d ailleur je ne le portais pas trop dans mon etant fils de " bourgeois " en son temps.Mais avec le recule je me suis apper:u que Sankara etait desinteressé du materiel.
      " Jeunesse et la sagesse peuvent appaiser..." mon oeil.J ai appris a me mefier des griots laudateurs des temps modernes.
      Des OSC minoritaires sic....seulement une election peut dire qui est minoritaire sinon toutes les affirmations ne sont que elucubrations.
      Le peuple Burkinabé de par ses valeurs culturelles hein hein hein...tu peux rester dans ton delire c est ton droit le plus absolu.
      J ai tres sincerement pitié pour Mr Compaoré mais ses suporters sont si nuls et cynique qu on se perd et perdons notre humanité a la fin.
      Pour terminer peux tu me dire a quel niveau se trouve les plaintes des trucidés que tu as cité.Si ma memoire est bonne c est depuis les annees 90 que Me Benewindé malgré tout ce qu on peut dire sur a pris sur lui d attaquer les Compaoré en justice afin d eviter une prescription.

      Répondre à ce message

    • Le 13 juillet à 19:46, par Amadoum En réponse à : Burkina Faso : Tiécoura Fofana invite les Burkinabè à laisser l’âme de Thomas Sankara reposer en paix.

      Un autre passant sur Le faso.net on est habitué lire ceux qui se cree de multiples pseudo pour paraitre.D ici peu les" vrai electeur " vont venir te demolir ( Vieux Ka , Le juste , Indjaba , Bigbale , Hug ,Nabiiga Some , caca alias yako ..et j en oublie.On peut se gratter pour rire c est egalement ton droit.

      Répondre à ce message

    • Le 13 juillet à 20:09, par Tonton Razo En réponse à : Burkina Faso : Tiécoura Fofana invite les Burkinabè à laisser l’âme de Thomas Sankara reposer en paix.

      Faso.net aussi cherche souvent a " enerver " notre coeur un peu en allant chercher souvent des insipidités pour nous detourner de nos preoccupations importantes.Yanogo...avec toutes les belles plumes comme aujourdhui au Faso regulierement repris par RFI c est un Pedant tu nous amenes.On t a fait quoi meme.

      Répondre à ce message

  • Le 13 juillet à 15:54, par sidbala En réponse à : Burkina Faso : Tiécoura Fofana invite les Burkinabè à laisser l’âme de Thomas Sankara reposer en paix

    une erreur factuelle ! c’est le 7 novembre 1982 et non le 7 août 1982 que le CMRPN a été renversé

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet à 16:21, par Citoyen ordinaire En réponse à : Burkina Faso : Tiécoura Fofana invite les Burkinabè à laisser l’âme de Thomas Sankara reposer en paix

    Merci Mr Fofana ! À vous lire, on comprend votre peine mais l’Histoire est têtue ! Elle s’en fout de savoir si vous buvez au robinet de Mr Sandaogo Damiba ou pas, la Justice de l’Histoire ne saura être réduite à une quelconque analyse biaisée partisane, partiale et partielle, myope ou uni-jambiste. Vous avez le droit de penser que le centre de laTerre, le carnet de la vérité absolue, vous avez le droit de "vous mettre à 4 pattes, de manger de l’herbe, de beler à tout moment quand ça vous chante mais de là à vouloir transformer un peuple de 20 millions de personnes en troupeau de moutons" que n’importe quel petit berger fût-il Mr Sandaogo Damiba ou pas, peut mener où il veut, alors, nous répétons que c’est trop oser. Il y a longtemps que l’on devrait laisser les âmes de certains de nos défunts reposer en paix mais comme vous refuser aussi de citer leurs noms, on pourrait vous rafraîchir la mémoire car ils sont tous aussi des Burkina, originaires de nos villages, de familles connues ou inconnues. On pourrait citer Norbert Zongo, le Juge Nebié et tant d’autres personnes qu’on décider d’envoyer "ad patres" pour vous satisfaire. En attendant, ce qu’on demande à Mr Sandaogo Damiba, c’est de réaliser ce pourquoi il a pris le pouvoir par la force au lieu de vouloir distraire le peuple en ramassant des ordures sur la place publique ou en faisant du buzz autour du voyage d’un citoyen ivoirien (Blaise Compaore) au Burkina Faso. En attendant, nos ennemis semblent avancer chaque et nos militaires bardés de galons se terrent dans leurs salons climatisés !

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet à 16:39, par zemosse En réponse à : Burkina Faso : Tiécoura Fofana invite les Burkinabè à laisser l’âme de Thomas Sankara reposer en paix

    Vous êtes libre d’oublier l’âme de Thomas Sankara, moi je suis libre de ne jamais l’oublier comme je n’oublierai jamais mes défunts Papa et Maman. Je suis humain.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet à 16:59, par Deafnot En réponse à : Burkina Faso : Tiécoura Fofana invite les Burkinabè à laisser l’âme de Thomas Sankara reposer en paix

    Quand je lis le nom de l’auteur de ce torchon et qu’il est du journal pardon du papier "le Dossier" de Damis OUEDRAOGO, le prisonnier malade d’Asthme et qui sort nous narguer, je n’accorde aucune valeur. Sankara dépasse votre imagination, Sankara traversera les âges et ce nom est un label du pays des hommes intègre. Vous n’y pouvez absolument rien, veuillez aller vous soulager en vous désaltérant. Désolé, mais se nom ne reposera jamais comme vous l’avez voulu le souiller juste après son assassinat. Vous arrivez trop cher piètre journaliste qui attend d’aller prendre son enveloppe de son prince caché dans l’ombre. Vous appelez Kafando comme un président recruté, n’est pas mieux qu’un président élu démocratiquement sous la base d’achat de conscience ? Ca fini comment ? Par "le fait du prince", le terme est très bien choisit. Depuis 1997, l’instrcution du Dossier Sankara a été saboté par les princes du moment et maintenant que le prince est changé, le dossier est reouvert sous instruction du Comité des droits de l’homme des Nations Unis. C’est du Francais que Michel Kafando a parlé et il maitrise très bien le sujet. C’est dans ces conditions que la famille a saisi le Comité des droits de l’homme des Nations Unies (Courant 2006, ndlr), lequel comité a rendu une décision pour dire que l’Etat burkinabè avait violé les droits qui doivent être reconnus à la famille d’une victime. Notamment, le refus de mener une enquête sur la mort de Thomas SANKARA, la non-reconnaissance officielle du lieu de sa dépouille, et la non-rectification de l’acte de décès constituent un traitement inhumain à l’égard de Madame SANAKRA et ses fils, toute chose qui est contraire à l’article 7 du pacte relatif aux droits civils et politiques. Allez lire Fasonet du 20 mars 2015 à 6h51.
    "..........En exécution de cette décision du comité des Nations unies, le gouvernement de la transition vient de nous proposer un décret qui permet à la famille de procéder à l’exhumation et à l’expertise des restes supposés de Thomas Sankara." Ne cherchez pas à falsifier l’histoire sur le dossier Sankara pour troubler la conscience des gens.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet à 17:12, par Sacksida En réponse à : Burkina Faso : Tiécoura Fofana invite les Burkinabè à laisser l’âme de Thomas Sankara reposer en paix.

    Dans la situation des problemes complexes de la Nation Burkinabe, tous les citoyens Burkinabe, de tout bord ont le droit de donner leurs points de vue, qui ne peut etre des paroles d’evangile ou coraniques. C’est notre Constitution qui stipule que la Liberte de croyances, de non croyances, de conscience, d’opinion Philosophique, de presse, de politique, de bonne moeurs et de respect de la personne humaine sont garanties. Aussi la question de la Reconciliation Nationale perdure depuis plus de 20 ans parce que Blaise compaore en son temps n’avait pas exploite dans sa totalite Rapport National du College des Sages, trainant donc les dossiers criminels jusqu’au Soulevement Populaire des 30 et 31 octobre 2014, le contrayant a la demission suivi de son exile en Cote d’ivoire. Peut on qualifier ces dossiers criminels de banalite et qui par ailleurs ont ete Sauvagement pietines dans une mauvaise foi de Blaise compaore et de son regime ? C’est une insulte faite aux familles de Thomas Sankara et de ses compagnons assassines le 15 octobre 1987 ou des Partis politiques Sankaristes de Fonds de Commerce ? Chaque jour que Dieu Sublime fait des Croyants dans les Mosques, les Eglises ou les Temples citent Jesus Christ ou Prophet Mohammed depuis des decennies dans leurs prieres et cela en leurs memoires ; cela empechent ils aux ames de ces Prophetes ou Messagers de reposer en Paix eternelle ? Nous sommes plus de 20 millions de Burkinabe et c’est justement une minorite negative parce qu’ils sont aux responsabilites se Transforment en Braqueurs des Caisses de l’Etat Burkinabe, par des Vols, des detournements de deniers publics et autres Malversations diverses au detriment de la grande Majorite Silencieuse. Si depuis au moins 30 ans ces Mauvaises pratiques continuent, c’est a cause du Manque de Justice pour tous les Burkinabe. Donc la Justice peut etre Bourgeoisie des Riches ou Populaire au services des citoyens Burkinabe..En tout etat de cause, dans le Monde et dans l’histoire de l’Humanite des Hommes honnetes et Integres ont lutte pour plus de Liberte, de Dignite, de Justice Sociale pour tous contre l’oppression, la domination coloniale et imperialistes, le President Thomas Sankara est de ses hommes la et constitue un Patrimoine pour l’Humanite. Que la Paix veritable et eternelle soit sur l’Ame de ce grand Patriote et revolutionnaire consequent. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet à 17:29, par Le patriote "Le vrai" En réponse à : Burkina Faso : Tiécoura Fofana invite les Burkinabè à laisser l’âme de Thomas Sankara reposer en paix

    Je m’attendais à mieux en lisant ce pamphlet. Or rien que des gesticulations d’un réactionnaire patenté tel qu’en regorge notre pays. Tout ça pour défendre la réaction de notre pays et contre la conscientisation éclairée de notre peuple. Parler de Sankara c’est conscientiser notre peuple dans sa droiture qui pourra être tenté d’être comme lui et cela fait mal aux renégats de la trempe de ce quidam. Voilà tout le sens de cette chiffonnerie, sans plus. A bas les réactionnaires impénitents de notre patrie !!!

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet à 17:53, par ancien En réponse à : Burkina Faso : Tiécoura Fofana invite les Burkinabè à laisser l’âme de Thomas Sankara reposer en paix

    Blaise COMPAORE mérite ce qui lui arrive n’en déplaise a Mr. FOFANA et compagnie. Même si SANKARA n’en a pas besoin, Blaise doit payer pour son crime.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet à 18:17, par AHMED En réponse à : Burkina Faso : Tiécoura Fofana invite les Burkinabè à laisser l’âme de Thomas Sankara reposer en paix

    Non. Soignons humains. SANKARA et les douze autres ont de la famille. Les enterrer comme des animaux est inconcevable.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet à 18:23, par AHMED En réponse à : Burkina Faso : Tiécoura Fofana invite les Burkinabè à laisser l’âme de Thomas Sankara reposer en paix

    Non. Soignons humains. SANKARA et les douze autres ont de la famille. Les enterrer comme des animaux est inconcevable.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet à 18:28, par Etirev En réponse à : Burkina Faso : Tiécoura Fofana invite les Burkinabè à laisser l’âme de Thomas Sankara reposer en paix

    Notre pays, peuple est pris en otage depuis un certain temps par eux groupes, les Sankaristes et les amis de Blaise Compaoré. Le pays, ce sont eux. Ils veulent vaille que vaille maintenir leur influence. La vie du pays doit s’arrêter tant qu’on n’a pas résolu leur diffèrent. Ils veulent sortir vainqueurs de leur lutte. Et pourtant ils étaient de bons amis hier. Lorsque certaines familles pleuraient la mort de leur enfant sous la révolution, c’était normal. Lorsque des familles étaient endeuillées sous le front populaire c’était normal. Beaucoup ont fait leur carrière sous le régime brutal de Blaise. Beaucoup se sont enrichis et veulent conserver cela. Les révolutionnaires sankaristes veulent revenir au pouvoir en utilisant le nom de leur guide. La vie d’aucune autre personne n’a d’importance que celle de Blaise ou de Sankara. Quel malheur pour notre pays. La génération de Blaise et Sankara sont ceux qui ont fait plus de mal au pays qu’aucune autre. On a tué en mai 1984 pour donner un signal fort a quiconque voudrait défier la révolution. Cela semblait être correct, car c’était la dictature du prolétariat. Les militaires tuent le policiers parce qu’ils se sentent plus forts. Il y a eu beaucoup d’impunité. Devons nous continuer dans cette démarche et permettre a ces groupes de continuer leur manipulation. Repose en paix, Sankara. Blaise ait le courage de partir et le rejoindre afin que notre pays ait une chance de vivre dans la paix.
    La jeune génération devrait se démarquer de ces groupes. Nous devrions vivre notre temps.

    Répondre à ce message

    • Le 14 juillet à 09:26, par A qui la faute ? En réponse à : Burkina Faso : Tiécoura Fofana invite les Burkinabè à laisser l’âme de Thomas Sankara reposer en paix

      Seule intervention impartiale et réfléchie. L’histoire aux historiens ; qu’est-ce qui fait qu’aujourd’hui aucune règle de la société n’est respectée ? Les révolutionnaires sont les premiers à s’amuser avec l’ordre sociale avec les muscles et les armes qu’ils avaient. Ce n’est que la loi de la nature qui s’est produite et ils deviennent les pires ennemis.
      N’entrainer le reste du peuple dans cette bagarre. Les révolutionnaires ne sont pas plus importants que les gens qu’ils ont tués.
      Les révolutionnaires étaient contre les intellectuels et les coutumiers. Les Joseph Ki Zerbo, les Me Titinga Pacéré, les Jean-Baptiste Ouédraogo, Mogho Naba, etc ont tous eu des problèmes avec eux.
      Si la révolution durait 10 ans ce pays allait prendre feu

      Répondre à ce message

  • Le 13 juillet à 20:29, par Sacré burkinabè En réponse à : Burkina Faso : Tiécoura Fofana invite les Burkinabè à laisser l’âme de Thomas Sankara reposer en paix

    Bizarrement dans sa liste des personnes citées qui sont mortes par la violence,il a ignoré les cas de Henri Zongo,J.B Lingani, Norbert ZONGO et tant d’autres dont la longue liste se trouve au niveau des défenseurs des droits humains (MDBHP etc..).
    Veut-il ignoré ses noms parce que c’était sous le règne de celui qu’il fait tant d’éloges : Compaoré Blaise (et compagnie) ? Personne n’est dupe !!!

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet à 22:13, par Sidnooma En réponse à : Burkina Faso : Tiécoura Fofana invite les Burkinabè à laisser l’âme de Thomas Sankara reposer en paix

    Je suis absolument d’accord avec vous que les politiciens qui se proclament sankaristes sont loin, très loin d’incarner l’intégrité et le sens de l’honneur de Sankara. Même Zida qui s’est fait bombarder général deux étoiles alors qu’il n’était que lieutenant-colonel, au moment de quitter le pouvoir se dit sankariste. La grande majorité de ces politiciens ont un style de vie aux antipodes de l’idéal de Sankara.
    Mais l’arbre ne doit pas cacher la forêt. L’indignité de ces politiciens au devant ne doit pas remettre en cause le quête légitime de justice poursuivie par la famille de Sankara. Que des gens aient voulu ou veuillent utiliser le procès à des fins politiques, c’est leur problème. La famille a voulu avoir des réponses à ses questions et c’est son droit. Vous ne pouvez pas le-lui refuser sous prétexte qu’il y a eu des crimes politiques sous Sankara. Il aurait fallu engager des poursuites pour ces crimes. Je vous parie que Blaise aurait tout fait pour les bloquer, elles aussi, car il y est certainement mêlé. Et en est peut-être, je dirais même certainement, l’instigateur.
    Je me demande pourquoi tous ceux qui comme M. Fofana, tirent à boulets rouges sur ceux qui demandent justice en les accusant de faire obstacle à la réconciliation, ne nous démontre pas en quoi une réconciliation avec Blaise et son clan est la clé de la sécurité dans notre pays. En quoi une amnistie en faveur des membres du clan de Blaise condamnés et l’arrêt des poursuites contre François Compaoré pour l’assassinat de Norbert Zongo et de ses compagnons contribueraient à une véritable réconciliation et à la paix dans notre pays ? Est-ce que ceux qui nous attaquent et nous endeuillent sont des gens des partisans de Blaise ? Sommes-nous dans une guerre civile menée par des partisans de Blaise ? ou bien notre armée peine-t-elle à venir à bout des terroristes parce qu’en sont sein des partisans de Blaise refusent de mener le combat et mettent des bâtons dans les roue de notre armée ?
    Je crois savoir que nous sommes attaqués par des gens qui ont des intérêts surtout politiques et économiques qu’ils prennent le soin d’enrober de religion. Ces gens recrutent au sein d’une population qui se sent marginalisée et par conséquent se laisse facilement endoctriner. Cette population de notre pays ne rejoint pas les terroristes parce que l’ont veut que Blaise réponde de ses crimes devant la justice. La réconciliation doit commencer par une gouvernance qui donne à ces populations un sentiment d’appartenance à notre chère patrie. À mon humble avis, Blaise et sa bande ne sont pas la solution à notre problème à moins qu’ils ne soient des complices qui ceux qui nous attaquent.
    Un de nos gros problèmes dans ce pays est cette continuelle évocation de nos valeurs de pardon, de tolérance, etc. Si nous continuons à dissocier le pardon et la tolérance de la justice, nous aurons un jour affaire à un président plus sanguinaire que Blaise qui se dira qu’après tout le peuple lui pardonnera tout au nom de la paix. Tant que nous ne montrerons pas que nous sommes un peuple non seulement de pardon et de tolérance, mais également de justice, nous ne finirons pas de payer le prix fort.
    Il est surprenant que des gens comme M. Fofana ne parle pas de l’humilité dont Blaise et son clan doivent faire preuve en reconnaissant leurs fautes et en demandant pardon. Peut-on se réconcilier avec quelqu’un qui ne reconnait aucune faute ?

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet à 23:21, par Badaru En réponse à : Burkina Faso : Tiécoura Fofana invite les Burkinabè à laisser l’âme de Thomas Sankara reposer en paix

    Pour des esprits simples ce torchon insipide est une analyse de génie alors que c’est un tissu de contradictions et de mensonge. Comment savez vous que les gens opposés à la venue de Kouadio Blaise COMPAORE étaient minoritaires ? Qui a transformé les burkinabé frugaux, honnêtes, travailleurs, ayant le sens de l’honneur et de la parole donnée en un ramassis de jouisseurs, voleurs, corrompus et corrupteurs, peureux, jaloux et à l’antipode de tout ce que SANKARA avait rêvé ? C’est Kouadio Blaise COMPAORE qui en 27 d’un régime satanique avec son régime de la belle mère et du PetiFrere. Pour que SANKARA dorme en paix il faut que les pseudos sankaristes voleurs que Kouadio crée, les bandits du CDP, les escrocs du MPP et du MPSR et toute cette faune de politiciens et OSC voleurs rendent gorge. Quand à Kouadio Blaise COMPAORE, cet ivoirien qui est venu afficher sans vergogne sa déchéance, il aurait dû avoir l’humilité de demander pardon à ses nombreuses victimes. Il a paraît il sablé le champagne à l’exécution de Henri Zongo et Lengani à qui il a tout refusé, même une tombe décente. Quand à Ablasse petit pion Ouedraogo vous êtes trop jeune pour comprendre sa haine pour Roch Kabore. Ils ont aimé la même femme. La prochaine fois que ce pantin vicieux présente sa bobine sur un plateau de télé nous informerons le public sur cette basse histoire de fesse. VÉRITÉ, JUSTICE et RÉCONCILIATION c’est le triptyque qui a sauvé l’Afrique du Sud le RWANDA et tous les peuples qui ont un avenir. Toutes vos élucubrations sur la RÉCONCILIATION sont vouées à l’échec même si vous sacrifiiez Kouadio Blaise COMPAORE, me Pacere et JB Ouedraogo sur les plus grands fétiches.

    Répondre à ce message

    • Le 14 juillet à 05:29, par Diantre ! En réponse à : Burkina Faso : Tiécoura Fofana invite les Burkinabè à laisser l’âme de Thomas Sankara reposer en paix

      "Pour des esprits simples ce torchon insipide est une analyse de génie alors que c’est un tissu de contradictions et de mensonge."

      Voyez-vous, au Burkina, on n’a peut-être pas du pétrole ou de l’uranium, mais on a des esprits supérieurs tels que Badaru. Le pays devrait s’employer à en tirer le meilleur parti pendant qu’il est encore temps, avant que ces trésors ne disparaissent peut-être prochainement, écrasés par le poids de leur propre génie !

      Répondre à ce message

  • Le 14 juillet à 05:33, par Pimus En réponse à : Burkina Faso : Tiécoura Fofana invite les Burkinabè à laisser l’âme de Thomas Sankara reposer en paix

    La lecture de cet écrit de sieur Fofana révèle son peu de considération pour l’institution judiciaire de notre pays. Monsieur n’a lui-même rien compris au tôlée suscité par le dernier séjour de BC, car personne n’a tenté de « démontrer le rejet par le peuple burkinabé de toute initiative de réconciliation ». L’indignation procède de l’instrumentalisation de cette fameuse réconciliation pour piétiner l’institution judiciaire de notre pays, nous faire accepter l’impunité, ridiculiser le Président déchu et procurer un semblant d’air à Damso le manipulé qui ne sait plus où mettre de la tête avec sa lutte clairement inefficace contre les fous de Dieu. Ce fut un échec et personne n’est dupe, cela vous a fait très très mal. BC lui-même s’est sans doute rendu compte que dans ce pays, même mort et enterré au sens propre et figuré du terme, Sankara demeure le plus respecté et le plus adulé d’entre eux deux. Pour lui, cela doit être très certainement affligeant, et tout montre que cela également le ronge mentalement et physiquement. Venu en zombie, il est reparti en zombie-plus.

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet à 09:23, par Alph@2025 En réponse à : Burkina Faso : Tiécoura Fofana invite les Burkinabè à laisser l’âme de Thomas Sankara reposer en paix

    Chapeau bas à cet article ! il n’y a pas grand chose à redire. Il y a quelques oubliés dans la liste des suppliciés pour lesquels personne ne réclame justice : Lingani, Zongo, Sawadogo, Ouédraogo Clément, Juge Nébié, (liste non exhaustive) mais je crois que cet oubli n’est pas délibéré. Quant à ceux qui vous demandent de prouver que ceux qui partagent leur opinion sont en minorité, ils ne prouvent pas non plus qu’ils sont majoritaires. ils ont pour eux les réseaux sociaux qui sont comme des amplificateurs géants de leur voix. Ils parlent haut et fort grâce aux réseaux sociaux. le fait qu’ils parlent plus fort que la plupart ne veux pas dire qu’ils ont raison. Et le fait que peu de gens prenne la peine de les contredire ne veut pas non plus dire qu’ils sont en manque d’arguments, ou qu’ils ont peur d’eux.

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet à 11:12, par Eva En réponse à : Burkina Faso : Tiécoura Fofana invite les Burkinabè à laisser l’âme de Thomas Sankara reposer en paix

    A- Ça commence à être fatiguant tous ces publications, de cette campagne de communication orchestrée par les autorités.
    Le cinéma, le cirque (rencontre de Roch, Venu de Blaise,...) dont on nous sert à gogo actuellement est un juste de la distraction. C’est plutôt un AVEU D’ÉCHEC de la junte qui ne sait plus à quel saint se vouer.

    Il faut arrêter ces écrits inutiles. Il faut arrêter de vouloir faire croire aux populations que le salut du Burkina se trouve entre les mains de Blaise et d’une poignée d’individus.

    Il faut arrêter de vouloir nous faire croire que des un peu plus de 20 millions de Burkinabè, il n’y a qu’une seule personne qui est le plus intelligent pour gérer le pays, pour faire sortir le pays de sa misère.

    Il faut arrêter de vouloir profiter de l’absence d’esprit critique et du désespoir des populations pour confondre leurs esprits afin de rester médiocrement aux commandes.

    B- Le terme "réconciliation nationale" n’a pas sa place ici. Il y a eu ni guerre civile, ni guerres ethniques, ni guerres religieuses au Burkina à ce, je sache. C’est juste un problème entre politiciens qui se font la bagarre pour avoir le contrôle du gâteau. La majorité des Burkinabè ne s’intéresse pas vraiment à la vie politique du pays en partie parce que depuis l’indépendance, les populations ont été expressément gardées dans le noir par ces fameux experts (taux d’alphabétisation très faible donc la majorité des Burkinabè ne connaissent pas leurs droits et devoirs en tant que citoyen). C’est seulement maintenant que les lignes commencent à bouger.

    La réconciliation à faire, c’est entre la famille Compoaré et la famille Sankara.
    Blaise est vieux maintenant, il lui suffit juste de s’asseoir et de regarder Mme Sankara dans les yeux lui dire ce qui s’est réellement passé. Et je suis quasiment sûr que c’est tout ce qu’elle aimerait entendre.

    Pour ma part je ne vois pas avec qui ou pourquoi de doit me réconcilier.

    C- Nous Burkinabè on gagnerait à savoir faire preuve d’humilité.
    Quand on échoue on doit le reconnaître, se retirer et laisser la place à quelqu’un d’autre au lieu de s’accrocher au trône et vouloir faire croire aux populations qu’on n’est là seule personne intelligente parmi les plus de 20 millions de Burkinabè.
    Il faut démissionner comme ça se fait dans certains pays occidentaux et asiatiques.

    Ils ont échoué (la junte a échoué), mais veulent distraire les gens avec des choses qui ne nous concernent absolument pas.

    D- On attend de la junte qu’elle utilise son courage pour changer le système de gouvernance et les mentalités, car la source du djihadisme n’est rien d’autre que le résultat de la malgouvernance, elle même le résultat de nos comportements individuels (méchanceté, orgueil, cupidité,...) qu’on ne veut malheureusement pas changer. Le vrai problème est là : combattre les inégalités sociales, combattre la corruption, combattre la cupidité,...

    Y’a t’il eu des évolutions dans ces domaines depuis le coup d’état du 24 janvier dernier : non ?

    Y’a t’il une volonté de changement dans ces domaines depuis le coup d’état du 24 janvier dernier : non ?

    Les autorités actuelles sont telles exemplaires ?

    Pourquoi ne pas juste apprendre à se retirer pour le bien de la nation.

    Pourquoi prendre le pouvoir quand on sait très bien que l’on a zéro charisme, zéro intelligence, zéro intégrité, zéro exemplarité, zéro patriotisme, zéro vision, zéro parole. Si ce n’est juste qu’on est une marionnette opportuniste.

    E- En résumé, pour me répéter et pour finir :
    Il faut un changement de paradigme sinon il faudra juste vendre le pays au plus offrant comme une entreprise en faillite et partager l’argent à la population et chacun va se chercher comme on aime le dire au pays.

    Pour le problème du Djiadisme (et les maux du Burkina en général) au Burkina et en Afrique en général, on n’a pas besoin d’être un expert pour savoir la cause de ce phénomène. C’est simplement la pauvreté sous toutes ses formes (l’absence de la culture d’intérêt général), rien d’autre. Le jour où le Burkina Faso s’attaquera sérieusement aux problèmes d’inégalité sociale, de corruption, d’absence de culture d’intérêt général alors le pays aura moins de problèmes. Si le gâteau est bien partagé de tel sorte que tout le monde gagne une part et mange bien, alors les gens se plaindront. Sinon tant qu’il y’aura certains qui mangent et les autres regardent le ventre vide, le Burkina Faso aura toujours des problèmes.
    La puissance militaire bien que nécessaire et importante n’est pas une solution pérenne. Pas besoin de l’assistance d’une puissance étrangère pour résoudre un problème dont on connaît déjà la solution. Il faut simplement oser creuver l’abcès. Le Rwanda est déjà sur une très bonne route quel que soit ce que les gens disent.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango
Situation nationale : « Au stade actuel, l’âge ne peut être un critère de choix du président de la Transition »
Burkina : La lenteur administrative est souvent perçue comme du chantage, selon Jacob Tarpaga, chef d’entreprise
Justice au Burkina : Un citoyen lance un cri de cœur en faveur de la Cour administrative d’appel « née moribonde et qui agonise »
Crise sécuritaire au Sahel : « Le drame avait été prédit. Il dormait depuis plusieurs années dans un livre : Souvenir d’enfant de la colonisation »
Burkina : « Le capitaine Ibrahim Traoré devrait assumer pleinement la fonction de chef d’Etat de la transition »
Tensions au sein de l’armée burkinabè : « Les autorités coutumières et religieuses devraient faire des tournées de pacification dans les casernes »
Burkina Faso : Impressionnons le monde !
Transition/MPSR2 : Capitaine Ibrahim Traoré, à vos marques !
Burkina Faso : L’écrivain Adama Siguiré invite les jeunes officiers à assumer leur pouvoir
Communiqué de presse du nouveau président de l’université Jean Moulin de Lyon III : Un non-événement qui n’honore pas son auteur
Afrique/Insécurité : « Quand on se noie, on s’accroche à tout... », estime l’analyste-politique Timbila Jean Sanogo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés