Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’œil qui a connu le malheur et qui n’a pas crevé, connaitra certainement le bonheur.» Proverbe Africain

Tribune : Yéli Monique Kam dénonce un excès d’ingérence de la France dans la gouvernance au Burkina Faso

Accueil > Actualités > Opinions • Déclaration • vendredi 3 juin 2022 à 15h51min
Tribune : Yéli Monique Kam dénonce un excès d’ingérence de la France dans la gouvernance au Burkina Faso

Ceci est une tribune de la présidente du Mouvement pour la renaissance du Burkina, Yéli Monique Kam. Elle informe l’opinion publique sur le fait que la France nomme par décrets des assistants techniques attachés à la plupart des ministères au Burkina Faso. Elle affirme également que ces assistants techniques occupent des bureaux au sein des ministères et ont un droit de regard sur les textes et la gouvernance du pays. Il en serait de même pour la Chambre de commerce et d’industrie qui, est selon ses dires, sous l’emprise de la France.

LE REFUS DE GOUVERNER NOTRE PAYS

Savez-vous que la France nomme par decrets des Assistants techniques attachés à la plupart de nos Ministères ?

Ces Assistants techniques occupent des bureaux au sein de nos Ministères et ont un droit de regard sur nos textes et la gouvernance de notre pays. De même, notre Chambre de Commerce et d’Industrie est sous Expertise France.

Officiellement, le régime juridique du protectorat n’existe plus depuis la déclaration d’indépendance. Mais, le régime du mandat appliqué met notre pays SOUS ASSISTANCE de la France.

Seul le Président Thomas Sankara a osé denoncer mais n’a pas eu le temps de mettre en œuvre sa vision de la souveraineté de notre pays.

Alors, de plus en plus, nos gouvernants, REFUSENT DE REFLECHIR PAR EUX MÊMES. Par ce REFUS, la gestion de notre pays est sous-traitée aux partenaires extérieurs.

Pourquoi nos dirigeants successifs refusent de gouverner : Par manque de vision, par manque de leadership, par manque de patriotisme et d’intégrité, par manque de personnels préparés pour assurer la relève, par manque de volonté de se battre pour s’émanciper et se développer,... ?

A qui la faute ?

A vous d’apprécier et de prendre conscience du prix à payer ?

Yéli Monique KAM
La Yennega de l’éducation
La Présidente du MRB

Vos commentaires

  • Le 3 juin à 16:10, par FAZI En réponse à : Tribune : Yéli Monique Kam dénonce un excès d’ingérence de la France dans la gouvernance au Burkina Faso

    héii ! ce disque là est rayée maintenant. Meme quand quelqu’un est impuissant au lit, c’est la France. Nous africains on changera jamais, quand quelque chose ne va pas immédiatement on trouve un bouc émissaire ; c’est le sorcier du village, c’est ta coépouse, c’est un collègue de service, c’est le voisin d’en face...etc Il faut nous assumer et laisser la France tranquille. Vous avez les gros, gros diplomes pourquoi alors ??? Faut aussi avoir de gros couilles, c’est tout.

    Répondre à ce message

  • Le 3 juin à 16:14, par PIONG YANG En réponse à : Tribune : Yéli Monique Kam dénonce un excès d’ingérence de la France dans la gouvernance au Burkina Faso

    Mais que diable ! Qu’est ce qui fait que cette bonne dame ne peut plus dormir ces deux jours ? Qui l’a embauché pour que subitement, elle n’a de temps que pour s’inviter à tous les débats ? Poussant le bouchon jusqu’à s’attacher un rôle messianico-nationaliste anti occident ? N’est elle pas passé à la "caisse russe" par hasard ? Pour qui roulent-elle ? Pourquoi toutes ces bonnes dames (Nestorine, Monique,...), au lieu de veillez sur leur foyers et s’occuper de leur fin de carrières, se découvrent subitement des talents d’africanistes babillardes ? Allez y savoir. De toute façon, ça va se savoir.

    Répondre à ce message

  • Le 3 juin à 16:28, par Bravo En réponse à : Tribune : Yéli Monique Kam dénonce un excès d’ingérence de la France dans la gouvernance au Burkina Faso

    Merci Mme Kam pour cet article pour edquer nos dirigeants et enelver l’ecaille des yeux de nos concitoyens.
    Assimi Goita a deja chassé tous les assistants techniques occidentaux attachés aux ministères au Mali. Mais chez nous on trouve meme des politicien trouduc qui faigne de ne pas le savoir et regardent ailleurs. Tot ou tard ils comrendrons mais ca sera trop tard car le peuple les aura bayé, Quand aux occidetux vous ne perez-rien pour attendre. Un nouvelle ordre mondial est en train de naitre. Quoi que vous fassiez il n’y aaura plus de retour en arriere.
    Merci Madame Kam pour votre courage. Continuer d’eduquer et les politichiens et la population.

    Répondre à ce message

  • Le 3 juin à 16:44, par MyMy En réponse à : Tribune : Yéli Monique Kam dénonce un excès d’ingérence de la France dans la gouvernance au Burkina Faso

    - Très bien vu. Très bien dit. BRAVO Mme Kam. Avec vous, nous sommes sur la bonne voie.

    Répondre à ce message

  • Le 3 juin à 16:44, par billy billy En réponse à : Tribune : Yéli Monique Kam dénonce un excès d’ingérence de la France dans la gouvernance au Burkina Faso

    AH Madame humm vraiment femme c’est femme. ça connaît pas sa place. Heureusement que ça c’est passé comme ça. sinon wayiii . Allons seulement.

    Répondre à ce message

  • Le 3 juin à 17:15, par Banana Republic En réponse à : Tribune : Yéli Monique Kam dénonce un excès d’ingérence de la France dans la gouvernance au Burkina Faso

    Elle a trouvé un nouveau filon, la France, sur qui il faut taper fort pour exister.
    Elle a bon dos la France, sous nos tropiques.
    C’est la plaie de ceux qui font la politique dans notre pays
    Est ce que taper sur la France est un projet de société ou un programme politique ?

    Répondre à ce message

  • Le 3 juin à 17:41, par Alexio En réponse à : Tribune : Yéli Monique Kam dénonce un excès d’ingérence de la France dans la gouvernance au Burkina Faso

    La main-mise sur la France sur tous les pays dits francophone par le biais des assistants techniques n est rien d autres que le prolongement du colonialisme francais. De 1960 a 2022, entre parenthese la revolution.

    A rappeler que les Ambassadeurs francais sont des gouvernorats en Afrique qui s impliquent a la politique de nos pays.

    Nos militaires sont formes par la France. Un pays qui n jamais gagner une guerre dans son histoire.

    Le grand dilemme est notre armee est sous controlle. Elle connait notre force de frappe. Les accords militaires font que la diversifications avec d autres etaient difficiles a implementer.

    Cependant nos cadres qui ont fait les memes universites avec ses cooperants francais vivent dans le chomage pour joindre les deux bouts sont precaires.

    Le nombre plethorique des candidats aux concours a l entree dans fonction publique ne pouvait laisser la place a cet assistanat deguise de controlle par la France de nos institutions papier-colle.

    L irresponsabilite est totale quand la presence francaise est aussi a la CEDEAO, et a l UA. Elle represnte loreille et les yeux de l EU.

    Ou est la reciprocite ? Est-ce qu il ya une represntation africaine dans les intitutions francaise ? Ou de l EU ?

    Non. Pas de reciprocite.

    Répondre à ce message

  • Le 3 juin à 18:06, par Yako En réponse à : Tribune : Yéli Monique Kam dénonce un excès d’ingérence de la France dans la gouvernance au Burkina Faso

    Ma sœur ne nous trompons pas d’ennemi en ce moment difficile pour notre pays concentrons nos énergies sur la lutte contre le terrorisme c’est le premier combat de toutes les souverainetés si non que l’assistant technique intervient toujours à la demande de l’assisté et pour preuve l’accord de coopération militaire signé avec la France sous la transition est là pour l’attester c’était en 2015 et non en 1962.Nous ne pouvons pas applaudir la France quand les mirages 2000 interviennent en appui aux vaillants fds et de l’autre la traiter de neocolonialiste où est la cohérence donc ? Enfin, apparemment le 2ème tour de l’élection présidentielle se joue 18 mois après dans les médias,et pourtant ....Yako

    Répondre à ce message

  • Le 3 juin à 18:09, par HUG En réponse à : Tribune : Yéli Monique Kam dénonce un excès d’ingérence de la France dans la gouvernance au Burkina Faso

    Si cela est vrai c est que c est grave.Pourtant c’était l.occasion d être indépendant vis à vis de la France. Thomas Sankara l a fait et quand on utilise le slogan la patrie ou la.mort on doit s assumer. On ne dit pas au MPSR de rompre tout de suite avec la France mais on de demande au MPSR de poser des jalons d une prise en main de notre destinée.

    Répondre à ce message

  • Le 3 juin à 19:03, par Ed51 En réponse à : Tribune : Yéli Monique Kam dénonce un excès d’ingérence de la France dans la gouvernance au Burkina Faso

    C’est en France qu’il faut communiquer ces informations. Les burkinabés n’ont pas d’action possible.
    Surtout espérer que ce ne sera pas demain les russes ou les chinois qui feront la même chose.

    Répondre à ce message

  • Le 3 juin à 19:20, par Passakziri En réponse à : Tribune : Yéli Monique Kam dénonce un excès d’ingérence de la France dans la gouvernance au Burkina Faso

    Madame parle beaucoup pour ne rien dire de substantiel. Quel français est assis dans quel ministère à quel poste ? On ne construit pas un pays dans le populisme mais plutôt en inovant.
    Madame , faites des propositions de comment faire pour employer la nombreuse jeunesse sans emploi et les milliers de diplômés qui sortent chaque année de nos écoles et ne savent rien faire de autre que de parler du gros français ? Ça c est le minimum que quelqu’un qui a rêvé un jour de dirriger tout le pays devrait pouvoir faire au lieu de sauter de l ethnicisme au populisme anti-français.

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 3 juin à 19:22, par Papa En réponse à : Tribune : Yéli Monique Kam dénonce un excès d’ingérence de la France dans la gouvernance au Burkina Faso

    Si de que dit dame Monique est verifié alors la c’est tres grave .Donc c’est les Français qui pensent et decident a notre place comme si tous les Burkinabe etaient des idiots incapables de savoir ce qui est bien pour nous ,vraiment jai honte a la place de nos dirigeants. Où est notre souveraineté ? Nos dirigeants degonflent leur poitrine devant la France et bandent les muscles contre leurs propres populations ,Honte a ces pseudos dirigeants poltrons .

    Répondre à ce message

  • Le 3 juin à 19:33, par TANGA En réponse à : Tribune : Yéli Monique Kam dénonce un excès d’ingérence de la France dans la gouvernance au Burkina Faso

    C’est simple.
    On doit sauter ces coopérants dans notre administration, il ne faut plus leur donner votre travail ou donnez leur du faux. Manquez leur du respect, ignorez les etc. Ils repartiront chez eux. Le Mali a su le faire jusqu’à ce que la France retir elle même ces gens. Si non que tout le monde voyait venir au Mali, la France a profité d’un problème pour les reprendre.
    Aussi, nous insultons la France mais nous consommons français (Orange, Total, Brakina, Bolloré etc.) Nous devons juste sans bruit changer de réseau, de station d’eau de boisson ( laissez tomber lafi et Wilma pour BABALI) ne pas boire les sucreriess de Brakina ni leur bière etc. On verra que la France se fera plus petite si non insignifiante chez nous. Et puis, ce comportement appaisera un peu nos coeurs.

    Répondre à ce message

  • Le 3 juin à 19:34, par Citoyen LAMBDA En réponse à : Tribune : Yéli Monique Kam dénonce un excès d’ingérence de la France dans la gouvernance au Burkina Faso

    Madame cette fois sans vous manquer de respect, j’affirme que vous vous mentons et mentez mille fois . Vous mentez comme vous respirez Ce n’est pas comme ça que vous allez vous bâtir une popularité ou attirer l’attention sur vous dans l’espoir de récolter un marocain comme les autres qui ont utilisé cette stratégie . Vous ne connaissez pas l’administration publique burkinabè .Vous n’êtes pas fonctionnaire et même si vous l’aviez été ,vous n’avez jamais servi dans un ou plusieurs ministères à des hauts niveaux de responsabilité . Moi j’ai plus de 30 ans au service de l’Etat et j’ai parcouru plusieurs ministères au moins 6 à des postes premier responsable de direction ou directions générales techniques ou de gestion et j’affirme que ce que vous dites est faux et archi faux . S’il vous plait arrêtez votre sale jeu car cela ne vous honore pas du tout . si vous voulez mener une bonne carrière politique arrêtez ce sale jeu . Rassurez -vous je ne défends pas la France, encore moins les autorités, mais même ,si notre administration publique souffre de beaucoup de maux ,ce n’est pas une raison d’inviter du n’importe quoi à son sujet .

    Répondre à ce message

  • Le 3 juin à 20:32, par Lom-Lom En réponse à : Tribune : Yéli Monique Kam dénonce un excès d’ingérence de la France dans la gouvernance au Burkina Faso

    C’est bien de se prendre pour Yennega mais je pense que notre ancêtre Yennega n’avait pas un tel esprit de mesquin, d’égoïste et de malhonnête ! Quoiqu’on fasse, la vérité sera dite un jour ! Cessez alors de nous polluer l’air !

    Répondre à ce message

  • Le 4 juin à 06:21, par Ahmed En réponse à : Tribune : Yéli Monique Kam dénonce un excès d’ingérence de la France dans la gouvernance au Burkina Faso

    Oui YELI la France est entrain de comprendre que les époques ont changé. Nous ne sommes plus à l’époque des Houphouet. L’un des meilleurs Architectes au monde est un Burkinabé. Un grand enseignant aux USA est un Burkinabé. De plus en plus les Africains sont illuminés. Comme toi d’autres vont revendiquer notre indépendance. Du reste Macron vient de le comprendre avec le Mali quand il est sorti décider de BAKUBA de façon unilatérale. Une partie des chefs d’état de la CDEAO est entrain de le comprendre. Aujourd’hui des présidents vont se corriger. On le dit ou vont le dire a Macron. Soutenir Alassane comme si lui il peut faire un troisième mandat en modifiant la constitution Française a sa guise. Non . Que la France arrête sa politique actuelle pour éviter a la France d’être un anti en Afrique

    Répondre à ce message

  • Le 4 juin à 08:00, par Dr. Ferdinand OUEDRAOGO En réponse à : Tribune : Yéli Monique Kam dénonce un excès d’ingérence de la France dans la gouvernance au Burkina Faso

    Chapeau Madame. Mais rectificatif cependant. Ce n’est pas Notre Chambre de Commerce mais plutôt, celle de la France créée par la branche coloniale du Droit Règlementaire français par l’arrêté colonial ( A.O.F) N°2682/SEC/3 du 11 Juin 1948, qui s’est allègrement substituée (n’ayant personne en face jusqu’en 2020, à la Chambre de Commerce Nationale du Secteur Privé du Burkina Faso), pour espionner, contrôler et diriger le commerce, l’industrialisation et l’économie nationale du Burkina Faso par la subtile confiscation des libertés publiques et de la représentativité des intérêts et des droits des Entreprises ou agents économiques du Burkina Faso.

    C’est ce qui justifie le fait qu’ils (les français) l’ait créée avec leur propre pouvoir règlementaire ou leur Droit interne et logée sur le site colonial de la place Champrosay(un Légionnaire) à Bobo-Dioulasso, qui se trouve être l’’ancien camp militaire du 1er Régiment d’Artillerie Coloniale (RAC) française en Afrique de l’ouest, installé sur le territoire du Burkina Faso autrefois affublé du toponyme français Haute Volta que le Président Thomas SANKARA a compris et vite fait de faire disparaître, au profit du Nom BURKINA FASO qui nous ressemble.

    Il ont même eu l’outrecuidance de célébrer avec pompe, leur jubilé de platine le 11 Juin 2018, sur un lieu ou un sol français en plein Ouagadougou dont le titre foncier est français, en fêtant en insultant publiquement l’intelligence, l’honneur, la dignité et la memoire de Peuple Burkinabè, l’anniversaire de leurs 70 ans de règne néocolonial, sous le mandat de l’ex-premier ministre Paul Kaba THIEBA qui a eu le mérite de démissionner plus tard, alors que l’État Burkinabè lui-même et son armée ne fêtaient en cette même année que le 58eme anniversaire de leur Constitution Républicaine ou juridique.

    Cela ne s’appelle plus excès de l’ingérence, mais plutôt un complot Étatique visant l’annexion stratégique (d’apparence civile), du territoire et de l’administration du Burkina Faso par la France, tout simplement, pour ravir subtilement son indépendance et sa souveraineté avec la complicité irréfutable de la Justice, du Gouvernement et des valets locaux ou espions de la France.

    C’est triste, c’est infâme mais c’est la réalité.

    Je défie toute autorité de ce pays d’envoyer ces déclarations publiques sans ambages, sur le terrain de la contradiction. Je me ferai le plaisir d’y apporter les titres et les pièces à conviction materielles et autres aveux sonores de cette annexion impériale de la France et de dénoncer publiquement ces traitres qui infectent sans vergogne nos Services Publics et la sûreté de notre État.

    J’apprécie fort bien votre courage Madame.

    Merci pour votre contribution à l’effort de levée de ce lièvre colonial démasqué qui a même un N°IFU :00006017 L.

    Maintenant il ne reste plus qu’à unir nous aussi stratégiquement nos forces en tant que Patriotes ou Panafricains pour attraper ce lièvre tricolore ou français, découvert mais recouvert et protégé ironiquement avec le drapeau Burkinabè par un groupe d’individus malintentionnés ; aussi bien dans l’intérêt de la sûreté de l’État que pour la défense des intérêts fondamentaux du Burkina Faso.

    Mes hommages Madame...

    Répondre à ce message

  • Le 4 juin à 09:53, par KADIOGO En réponse à : Tribune : Yéli Monique Kam dénonce un excès d’ingérence de la France dans la gouvernance au Burkina Faso

    Ce débat est bien intéressant dans un contexte aussi trouble des relations internationales. Faut-il rompre avec tout partenariat ou seulement avec la France ? Les États doivent-ils se replier sur eux- mêmes ? Qu’en sera-t-il des mutualisations, unions, coopérations, etc.

    Bref. Il importe tout de même de faire le distinguo entre les partenariats (coopérations sous- régionales et internationales) et les assistances techniques qui sont des sous- ensemble de certains types de partenariats.

    "... sous Expertise France", vous faites sans doute allusion à l’agence dénommée "Expertise France" qui est une structure de conception et de mise en œuvre de projets internationaux de coopération. Collaborer avec une telle agence ne signifie pas "être sous sa gouverne".

    Nos Gouvernants devraient travailler à instaurer des relations d’égal à égal et non des relations de subordination. Ça, c’est bien possible !

    Répondre à ce message

  • Le 4 juin à 12:14, par hum En réponse à : Tribune : Yéli Monique Kam dénonce un excès d’ingérence de la France dans la gouvernance au Burkina Faso

    @ internaute kadiogo
    La référence a Expertise France est intellectuellement malhonnête et la dame insulte l’intelligence de ses lecteurs qu’elle considère comme des niais nourris à la sève de l’anti francophonie primaire et qui avaleront toutes les couleuvres pourvu qu’on insulte la France. Elle n’ose pas citer un seul ministère où un assistant français occupe un bureau et regarde les textes au préalables.
    Elle parle de Thomas Sankara, le héros national qui n’ a jamais demandé une rupture avec la France.
    Cette dame après sa candidature comique aux élections présidentielle veut se donner l’étoffe intellectuelle qu’elle n’a pas.

    Répondre à ce message

  • Le 4 juin à 13:40, par Ramde En réponse à : Tribune : Yéli Monique Kam dénonce un excès d’ingérence de la France dans la gouvernance au Burkina Faso

    Félicitations à cette courageuse femme battante. Continuez de nous éclairer . N’écoutez pas les chiens qui aboient, car ils feront tout pour vous décourager. Car ce sont des gens acquis qui veulent continuer à supporter notre asservissement à la France pour leur un problème de tube digestif. Honte à nous les africains qui refusons de nous battre pour le bonheur de nos populations. Soyez des dignes fils du Faso.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : « La politique politicienne donne l’image de la duplicité et sombre dans une hypocrisie absolue », estime le philosophe Jacques Batiéno
Lutte antiterroriste en Afrique : Les dirigeants manquent de sens de responsabilité et d’anticipation, selon un citoyen
Burkina Faso : Est-ce que nous ne mélangeons pas tout ?
Burkina : Complainte sur ma patrie en péril
Essai : Acteurs de résolution de conflits dans la société traditionnelle Moagha
Burkina : L’illusion d’une réconciliation nationale
Demande de pardon de Blaise Compaoré : « Cet acte constitue une démonstration de la volonté de son auteur, pour faciliter le processus de la réconciliation nationale », selon Ablassé Ouédraogo
Demande de pardon de Blaise Compaoré : Puisqu’il faut dire quelque chose
Situation nationale : « Mes vérités au lieutenant-colonel Damiba »
L’Afrique face au choc de l’inflation : Une vague de protestations contre la cherté du coût de la vie traverse le monde
Burkina : Entre électoralisme et coups d’Etat ou l’alternance de la stagnation
Burkina Faso : Tiécoura Fofana invite les Burkinabè à laisser l’âme de Thomas Sankara reposer en paix
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés