Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Si quelqu’un fait un saut dans le feu, il lui reste encore un autre saut à faire. » Proverbe burkinabè

Marche du 22 janvier 2022 : Échauffourées entre manifestants et forces de l’ordre à Bobo-Dioulasso

Accueil > Actualités > Sport • LEFASO.NET • dimanche 23 janvier 2022 à 00h27min
Marche du 22 janvier 2022 : Échauffourées entre manifestants et forces de l’ordre à Bobo-Dioulasso

Ce samedi 22 janvier 2022, des manifestants se sont confrontés aux forces de l’ordre à Bobo-Dioulasso. De nombreux magasins sont restés fermés durant cette chaude matinée.

Depuis quelques jours, des organisations de la société civile de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso annonçaient une marche pour ce 22 janvier, pour réclamer le départ du président Roch Marc Christian Kaboré en raison, disent-elles, de sa gestion chaotique du Burkina. A cette quête s’ajoute la dénonciation des sanctions jugées « injustes et illégales » prises par la CEDEAO à l’encontre du Mali.

Dans la matinée du 22 janvier 2022 à Bobo-Dioulasso, cette marche n’a pas pu débuter à 9h comme prévu à la place Tiefo-Amoro, car les forces de l’ordre avaient quadrillé le périmètre. Conséquence, les manifestants peinaient à se rassembler.

Une voie au centre-ville barricadée par les manifestants

Tandis que quelques-uns étaient regroupés non loin de la place Tiefo-Amoro, sifflant face aux forces de l’ordre, d’autres manifestants s’étaient positionnés vers le grand marché et à d’autres endroits de la ville, mais toujours de façon éparpillée.
Mais aux environs de 10h30, la tension monte et les manifestants réussissent à envahir la place Tiefo-Amoro. Dès lors, ils sont dispersés par les forces de l’ordre qui tirent des grenades lacrymogènes pendant une dizaine de minutes, avant de reprendre le contrôle de la place.

Selon le porte-parole de la Coalition des patriotes du Burkina Faso (COPA-BF), section Bobo-Dioulasso, Salif Nikièma, la marche a été organisée pour protester contre les sanctions infligées au peuple malien et aussi demander au président Roch Kaboré de rendre le tablier.

Des magasins du grand marché fermés

Il s’est exprimé en ces termes : « Nous allons réparer nos erreurs de 2014. Nous avons fait le mauvais choix de mettre Roch [Kaboré] au pouvoir. Nous avions pensé qu’il était la solution mais on voit qu’il est plutôt le problème. Il a aujourd’hui montré ses limites et son incapacité à gérer le pouvoir comme il se doit. Aujourd’hui, il reporte les élections sur son propre territoire pour raison d’insécurité, tandis qu’en accord avec la CEDEAO, il impose au peuple malien d’aller aux élections comme si les élections étaient la seule alternative pour le Mali. Et pourtant, la sécurité prime sur tout. Aujourd’hui, le peuple se rend compte que même l’élection de Roch [Kaboré] a été faite de manière chaotique et nous trouvons qu’il n’est plus légitime pour diriger le Burkina Faso ».

Salif Nikiema, porte-parole de la COPA-BF section Bobo-Dioulasso

Il poursuit : « Nous crions notre ras-le-bol au président du Faso Roch Kaboré, qui se montre incapable de diriger le pays, de lutter contre la corruption. Nous voulons qu’il rende purement et simplement le tablier et qu’il permette à d’autres Burkinabè de redonner au Burkina sa dignité. Il est une marionnette de la France, il refuse de répondre aux aspirations du peuple pour satisfaire celles de Macron. Nous sommes également là pour soutenir le peuple malien qui a compris en temps opportun que le destin de l’Afrique, c’est le peuple qui décide comment il veut être dirigé, qui le dirige et le temps qu’il faut pour être dirigé. Donc, nous trouvons que la période de cinq ans demandée par la transition malienne est légale et légitime. Nous estimons que les sanctions de la CEDEAO sont disproportionnées. Nous sommes contre cette CEDEAO, contre le syndicat des présidents. Donc, soutien au peuple malien et démission pure et simple du président Roch Kaboré ».

Des manifestants envahissant la place Tiefo Amoro

Avant la fin de la manifestation aux environs de 11h30, les échauffourées se poursuivaient entre les forces de l’ordre et les manifestants. D’autres sources nous informaient de la mobilisation d’autres manifestants au secteur 25 à la Place de la femme, à l’autre bout de la ville de Bobo-Dioulasso.

Par ailleurs, beaucoup de magasins du centre-ville sont restés fermés durant cette chaude matinée, de même que ceux du grand marché.

Haoua Touré
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Football : Le Rail club du Kadiogo sacré champion de la saison 2021-2022
Eliminatoires CAN 2023 : Babayoure Sawadogo signe son retour au sein des Etalons
Football : Hubert Velud signe pour 2 ans avec le Burkina Faso
Coupe du monde Qatar 2022 : Salima Mukansanga, première africaine retenue pour arbitrer
Football : Fin de saison heureuse pour certains internationaux burkinabè
Championnat national D1 : L’AS Douanes se positionne pour le titre
Inclusion des personnes handicapées intellectuelles : Special Olympics Burkina sensibilise 16 000 personnes
Coupe du Faso 2022 : L’USCO, l’invitée surprise des demi-finales
Cyclisme : La Fédération fait le toilettage de ses textes
Football : Le ministre des sports confirme la sélection de Hubert Velud comme entraîneur des Etalons
Volleyball : L’AS Douanes participe au championnat d’Afrique des clubs champions masculins
Justice/Burkina Faso : Le procès opposant Sita Sangaré à Aristide Bancé renvoyé au 31 mai 2022
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés