Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Dans la vie on ne fait pas ce que l’on veut mais on est responsable de ce que l’on est.» Jean-Paul Sartre

Insécurité au Burkina : « Certains Burkinabè se livrent à de violentes diatribes contre d’autres Burkinabè » constate l’ATR/DI

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mercredi 22 septembre 2021 à 19h15min
Insécurité au Burkina : « Certains Burkinabè se livrent à de violentes diatribes contre d’autres Burkinabè » constate l’ATR/DI

L’Association pour la tolérance religieuse et le dialogue interreligieux (ATR/DI), dans ce communiqué, donne lecture sur la situation sécuritaire au Burkina Faso. Selon cette structure, il y a une croissance exponentielle des discours extrémistes intra et interreligieux sur les médias sociaux et réseaux sociaux.

Croissance exponentielle des discours extrémistes intra et interreligieux sur les médias sociaux et réseaux sociaux, l’ATR/DI interpelle les faîtières religieuses, le gouvernement et la société civile

Il est une évidence que notre pays ne se porte pas bien et c’est peu dire :
depuis l’éclatement de la crise sécuritaire au Burkina en 2015 après des années d’incubation, la place des médias sociaux et des réseaux sociaux est devenue progressivement dans la forme et dans le fond des arènes dans lesquelles des leaders religieux et de simples fidèles jettent l’anathème et l’opprobre soit sur leurs propres coreligionnaires de dénominations différentes, soit sur les membres d’autres communautés religieuses, soit enfin sur ceux qui ont fait le choix de n’embrasser aucune religion.

Le comble est qu’en plus de cette situation, les actes de violence, sans lien avec la religion, entre individus ou groupes d’individus sont désormais plus courants que de par le passé dans toutes les régions du pays à des degrés divers.

Ainsi, notre organisation, l’Association pour la tolérance religieuse et le dialogue interreligieux (ATR/DI) constate qu’à travers des éléments audio et/ou vidéo et sur des bases souvent erronées (dans la mesure où visiblement ceux qui y parlent ne savent pas de quoi ils parlent), certains Burkinabè se livrent à de violentes diatribes contre d’autres Burkinabè appartenant à d’autres dénominations (d’une même confession religieuse) ou à d’autres communautés religieuses ; n’en parlons de ceux qui, au nom de la liberté de croyance (ou de non croyance) que la constitution leur reconnaît ont choisi de croire en Dieu sans être membres d’aucune confession religieuse ou opté de ne pas croire en l’existence d’un être suprême.

Les risques d’un big bang général provoqués par des intérêts étrangers à la foi

Dans un contexte d’insécurité marqué principalement par les attaques meurtrières (au nom de la défense et de la promotion de leur foi en Dieu) des groupes extrémistes armés composés d’individus armés non-identifiés, selon la terminologie la plus usitée, les jugements négatifs et dégradants portés par des responsables religieux et de simples fidèles sur d’autres dénominations ou confessions religieuses sont non seulement impertinents, subjectifs et erronés mais constituent aussi et surtout une poudrière qui ne cesse de grossir et susceptible de provoquer un big bang général n’épargnant personne pour peu que la moindre étincelle jaillisse de quelque part.

La non-pertinence des différents discours aux contenus erronés voire mensongers tient au fait que leurs auteurs appartiennent à d’autres communautés religieuses et ignorent ou (dans le meilleur des cas) connaissent mal les religions dont ils critiquent les éléments doctrinaux : juger et pire dénigrer les autres à des fins de mobilisation d’un public déjà acquis à la cause de celui qui prêche ou dans l’intention de « conquérir d’autres âmes » relèvent d’une attitude inconvenante.

Cela est doublé de subjectivisme du fait du caractère partial de ces appréciations : dévaloriser la religion d’autrui en faisant recours aux valeurs de sa propre confession religieuse est loin d’être objectif car c’est une opération qui consiste à porter un regard sur son prochain à travers ses propres œillères ; alors qu’il aurait fallu, ne serait-ce que dans un cadre informel, s’informer ou s’instruire sur les principes des autres religions tout montrant, par le truchement d’une rectitude morale et d’une ouverture d’esprit, que sa religion est digne d’être épousée par son prochain.

Dans le fond, bien de ces pêcheurs/prêcheurs en eau trouble sont mus par les intérêts matériels et financiers que peut leur rapporter le fait de transformer les différences religieuses en différends intra ou interconfessionnels et d’exploiter par-là les instincts moutonniers et bestiaux qui sommeillent chez les fidèles comme chez tous les êtres humains d’ailleurs.

Dans une société pluriconfessionnelle et laïque, la promotion des préceptes religieux qui unissent ses membres doit être la priorité

De même qu’entre personnes de religions différentes, il ne devrait pas y voir de débats ni de disputes pour savoir laquelle de ces religions est la « vraie » voie, de même il est insensé de prendre le parti de renier la foi des adeptes d’autres confessions religieuses dont on ne connaît même pas les doctrines. En situation d’Etat de droit démocratique et libéral et par-dessus tout laïc, le dialogue intra et interreligieux formel ou informel est un impératif. Pour ce faire, les membres des différentes communautés religieuses doivent entreprendre des démarches réciproques pour identifier le plus petit dénominateur commun entre elles et l’utiliser pour faire la promotion du vouloir-vivre ensemble et du bien-vivre-ensemble.

Les conditions de réussite de ce dialogue sont, entre autres, le respect de la liberté et des traditions séculaires positives de toutes les parties prenantes et l’esprit d’ouverture et d’écoute active auxquels chacun sera soumis. C’est le préalable pour apprendre à se connaître, à comprendre les différences et à célébrer les valeurs communes qui lient les uns aux autres.

Cependant, il faut reconnaître que ce travail titanesque n’incombe pas seulement aux responsables religieux (Conférence épiscopale Burkina-Niger, Fédération des associations islamiques du Burkina, Fédération des églises et missions évangéliques) mais également aux pouvoirs publics (Conseil supérieur de la communication, gouvernement, Observatoire national des faits religieux) et aux organisations de la société civile qui ne peuvent œuvrer pour le bien-être de la population ou défendre les nobles causes sociales que si les fractures dont souffrent les Burkinabè, à commencer par celles relatives à la religion, sont sinon totalement comblées du moins considérablement réduites.

Pour plagier, un célèbre leader religieux parlant des nazis, disons ceci :
Quand ils sont venus chercher les athées, nous n’en avions cure car nous étions des croyants ;

Lorsqu’ils ont enlevé les agnostiques, nous ne nous sentions pas concernés car nous savions que Dieu existe ;
Alors qu’ils massacraient les adeptes des autres religions, nous nous disions que nous n’avions rien à craindre puisque nous appartenions à leur religion ;
Le jour où ils ont dit que c’était notre tour parce que notre foi est une imposture, il n’y avait plus personne pour s’opposer.

Triste !

Pour le bureau national,
Le Président
Issaka SOURWEMA
Dawelg Naaba Boalga

Vos commentaires

  • Le 23 septembre à 07:05, par Jonassan En réponse à : Insécurité au Burkina : « Certains Burkinabè se livrent à de violentes diatribes contre d’autres Burkinabè » constate l’ATR/DI

    Il faudrait que les burkinabé évitent d’exposer leur hypocrisie dans les faits et dans les discours ; c’est un préalable aux stratégies du vivre-ensemble.
    L’hypocrisie est un vrai tapis rouge déroulé aux terroristes. La persistance du vocable HANI (globalisation) est un raccourci pour éviter de réfléchir profondément aux vraies causes du terrorisme. Dans cet appel aussi et dans bien d’autres, accusez les prêcheurs d’ignorants de ce qu’ils prêchent est une tentative de minorer ce qu’on affirme cependant comme un phénomène de forte progression. Quelle religion accepterait un toilettage de l’avis négatif aux incroyants de sa doctrine sans mettre en danger sa propre existence ? Seule la religion que vous citez à peine, celle que vous ignorez quand vous vous rencontrez, celle qui ne parle pas des autres, pourrait se targuer de cette ouverture d’esprit à même de rassembler les burkinabé ; n’est-ce pas elle qui vous a fourni les troupes, qui aujourd’hui se retournent contre elle.? Je ne suis pas sûr que les diatribes développées par ceux que vous citez soient seulement pour s’attirer des avantages financiers ; pourquoi mettez-vous en doute leur engagement spirituel ? Chacun a sa bonne nouvelle confirmée et référencée à annoncer à toutes les nations, ou bien ? Le Burkina, au contraire du triomphalisme apparent qu’il claironne est en réalité le maillon faible de la sous-région parce que oser parler de religion avec précision pourrait vous coûter cher, très cher et l’État est forcé de jouer à l’équilibriste. La révolution avait vu juste en supprimant l’identité religieuse des actes administratifs et en protégeant son domaine (l’Etat) contre la religion. La politique en ramenant la religion dans son giron, par peur ou par calcul, pose les bases du terrorisme rampant (un cancer) plus destructeur que le terrorisme visible (une blessure), une vraie bombe à retardement. Face à ces deux genres de terrorisme dont l’un nourrit l’autre, il y’a deux positions qui ne sont que des solutions de façade : ceux qui pensent qu’il faut négocier et ceux qui pensent qu’il faut ignorer
    Manifester pour remercier Dieu d’être sa « race » choisie en lorgnant d’un mauvais oeil l’erreur de la créature divine à mes côtés détruit le vivre-ensemble mais peut-il en être autrement si c’est l’essence-même de ma foi que d’amener les maudits à la bénédiction ?
    La tâche du vivre sans se nuire est immense : la moisson est abondante mais les ouvriers peu nombreux et moi j’ai peur que le combat cesse, faute de combattants.
    CROYEZ EN CE QUE JE CROIS ET VOUS EVITEREZ L’ENFER, PARCE QUE JE VOUS AIME, JE TIENS DE TOUTES MES PENSÉES ET DE TOUTES MES FORCES A CE QUE VOUS SOYEZ DES NÔTRES ?????? Cherchez l’erreur.

    Répondre à ce message

  • Le 23 septembre à 17:32, par Bernard Luther King ou le Prophete Impie En réponse à : Insécurité au Burkina : « Certains Burkinabè se livrent à de violentes diatribes contre d’autres Burkinabè » constate l’ATR/DI

    1) Merci beaucoup, votre Majesté pour cette interpellation et ce rôle citoyen de veille. J’aurais aimé que vous fassiez ces mêmes communiqué sur les medias les plus ecoutés tel que les Radio FM en Francais, Moore, Etc. Malheureusement, tout est ARGENT, de nos jours et cela entamera vos budgets d’association. Mais les enjeux en valent la chandelle !
    2) Merci au forumiste "Jonassan" pour sa denonciation très acrobatique de l’ordre des choses en la matière.
    3) Le probleme de dialogue inter-religieux et de tolerance religieuse est empreinte d’hypocrisie collective. Pour moi, il faut combattre ce probleme en misant sur les modalités de l’offense et aussi et surtout sur les conditions de la defense. Que cela veut-il dire ?
    - Dieu, le createur est très sage et les scientifiques l’ont vite decouvert en acccidentologie. Pour proteger les occupants d’un vehicule, il ne suffit pas de faire un vehicule dur comme de l’acier. Il faut prevoir la deformabilité du vehicule en cas d’accident. C’est cette deformabilité qui absorbe une grande partie de l’energie cinetique de sorte que les occupants n ’encaissent qu’une petite partie relativement reduite.
    - De même, pour la cohesion sociale, au lieu de miser sur des individus aux amour-propres intouchables, il faut aussi et surtout fabriquer des citoyens avec une grande encaissabilité, c-a-d, dont l’amour-propre est loin d’etre blessable au moindre mot, à la moindre maladresse discursive, etc. Voila notre probleme. Nul n’est parfait sur cette terre. Et partant, toute personne ou tout système humain doit être criticable, quitte à être encadré. MAis helas, moindre blessure d’amour propre, on est capable de poignarder une femme enceinte ! Quelle est cette bassesse spirituelle !
    - Je le repète, le probleme n’est pas l’offense mais surtout la defense.
    - Je me souviens encore de l’emission de debat inter-religeux sur une radio FM entre 2015 et 2017, où etaient conviés des personnes ressources, avec ouverture d’antenne en direct. J’ai compris qu’on est mal barré avec certaines mentalités qui s’arrogent le droit de negliger et de ravaler les religions des autres en refusant categoriquement la RECIPROCITE. Voilà le veritable probleme : le refus de la Regle d’Or de l’Ethique, le refus de la reciprocité.
    - Bref, pour ce qui est du terrorrisme, notre ennemi commun, c’est l’imperialisme occidentale et precisement Francaise. Que les Burkinabè le sache, les religions ne sont que des instrumentalisations savantes des dirigeants coccidentaux. Notre 2eme ennemi, c’est la mal-gouvernance. C’est tout !
    - Pour l’eveil de tous, ecoutons Afrique Media : Youtube, Tele.
    Merci à sa Majesté. J’admire votre voix et votre eloquence lors de vos emissions de jadis.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Procès assassinat Thomas Sankara : Un collectif d’avocats se dit déterminé à faire jaillir la vérité
Tolérance au Burkina : Un projet pour promouvoir le vivre-ensemble
Lutte contre le diabète : Un nouveau siège pour l’ACDB
Coopération : Le président Mohamed Bazoum attendu ce 17 octobre à Ouagadougou
Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté : Déclaration de Achim Steiner, Administrateur du PNUD
Boucle du Mouhoun : Des organisations paysannes et des OSC renforcent leurs capacités en politiques agricoles
Lutte contre les violences basées sur le genre : Enabel sensibilise à travers la musique
Salon de la publicité et de l’édition (SAPE) : La première édition se tiendra du 11 au 13 novembre 2021
Journée mondiale de l’alimentation : Nestlé Burkina attire l’attention sur l’hypercholestérolémie
Programme de développement d’urgence : L’ONG Terre des hommes et ses partenaires se concertent
Armée de l’air : Le colonel Souleymane Ouédraogo, nouveau chef d’état-major, veut miser sur la rigueur et professionnalisme
Marché central de Bobo-Dioulasso : Des commerçants dénoncent une mauvaise gestion
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés