Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La réussite ne se mesure pas à l’argent que vous gagnez mais à votre capacité à changer les vie des gens. » Michelle Obama

Aziz Dabo, vice-président de la NAFA : « Il faut toujours avoir du respect et de la considération pour ses adversaires »

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • mardi 23 février 2021 à 23h00min
Aziz Dabo, vice-président de la NAFA : « Il faut toujours avoir du respect et de la considération pour ses adversaires »

« Jeunesse et engagement politique ». C’est autour de ce thème que le vice-président de la Nouvelle alliance du Faso (NAFA), Aziz Dabo, par ailleurs porte-parole du parti, a échangé avec des jeunes d’un établissement supérieur de la capitale, le samedi 20 février 2021.

Cette sortie, qui se voulait également une occasion de partage d’expériences « avec des jeunes frères », s’inscrivait dans le cadre des « journées des logisticiens (Logistique et responsabilité sociétale des entreprises) » dudit établissement supérieur.

Le jeune leader politique, Aziz Dabo, a amorcé son sujet en « soumettant » aux participants, un exercice sur les connaissances du paysage national et des institutions de la République. Il a ensuite dressé une situation générale, en relevant entre autres qu’au Burkina, et selon l’INSD (Institut national de la statistique et de la démographie), 77,9% de la population a moins de 35 ans ; et 45%, moins de quinze ans. Une réalité qui ne se traduit cependant pas dans la vie politique. A titre illustratif, le gouvernement burkinabè (gouvernement Dabiré II, ndlr) ne compte aucun jeune (les standards internationaux indiquant que le jeune est celui dont l’âge est compris entre quinze et 35 ans).

« J’ai été agréablement surpris par l’intérêt qu’ils ont eu pour ma modeste personne. (…). Il est important de vraiment se battre, si on veut que les aspirations des jeunes puissent être prises en compte ».

A l’Assemblée nationale, il relève une faible représentativité de la jeunesse avec quatorze députés (sur les 127) dont l’âge est compris entre 30 et 40 ans.
« Déjà, à la publication des candidatures pour les élections législatives de 2020, on a vu que très peu de jeunes occupaient des places de choix au sein des différents partis et formations politiques. Je l’ai perçu comme un échec déjà, au vu de la composition de la population et au regard du fait que les jeunes ont été de tous les combats. En même temps, je me dis que c’est un message qui est lancé à la jeunesse, afin qu’elle comprenne que personne ne lui fera de cadeau et qu’elle sera toujours exploitée, utilisée ; à elle de voir comment se soutenir entre jeunes pour pouvoir émerger », a relevé Aziz Dabo, directeur national adjoint de la NAFA pour la campagne électorale de novembre 2020.

Vue partielle des participants

Pourtant, dans certains pays, les actes de candidature coûtent moins cher pour les jeunes (au Burkina, certains partis politiques ont exigé 200 000 F CFA à chacun de ses militants souhaitant faire acte de candidature ; ce qui n’est pas abordable pour nombre de jeunes). « Au Kenya par exemple, la liste nationale est réservée aux jeunes et aux femmes », étaye le candidat aux législatives de 2015, Aziz Dabo.

L’engagement politique…, une nécessité pour la jeunesse !

Aziz Dabo, un des membres-fondateurs de la NAFA, dit noter que même dans les instances décisionnelles des partis politiques, il n’y a pratiquement pas de jeunes.
Selon M. Dabo, les raisons qui peuvent expliquer le non-engagement des jeunes en politique sont, entre autres, les considérations sociologiques (droit d’aînesse), les clichés (la politique est considérée comme un monde sans morale), le manque de culture et de formation des jeunes, le manque de moyens financiers, le poids de la société (poids de la vie quotidienne), les aînés qui ne facilitent pas la tâche à une insertion politique des jeunes, l’image de violences qui ont émaillé la politique, etc.
La jeunesse se doit pourtant de s’intéresser davantage à la vie politique, ce d’autant que, pour lui, l’opportunité de pouvoir changer les choses passe, pour l’instant, par la politique.

Le ministre Abdoul Karim Sango, recevant les salutations de la salle et les félicitations de son jeune frère et co-panéliste, Aziz Dabo.

« Peut-on faire le bonheur des jeunes sans eux ? Bien qu’ayant les connaissances, les vieilles personnelles sont souvent obligées de se référer aux jeunes pour certains usages de leur téléphone. C’est que chaque époque a ses réalités… et que, sans l’implication des jeunes, certaines décisions peuvent paraître bonnes, mais se révéler inefficaces pour eux dans la réalité », oppose-t-il.

Cette communication, qui a également ouvert une parenthèse de témoignages de jeunes candidats aux dernières législatives, a été couronnée par un volet de conseils. « C’est en prenant part à la vie politique qu’on pourra impacter positivement les changements que nous cherchons pour notre pays, le Burkina Faso », galvanise Aziz Dabo, insistant, dans cet esprit, sur la nécessité de la formation et de la culture personnelle.

Aziz Dabo, recevant une attestation des étudiants organisateurs du panel.

« Partout où je suis passé, j’ai essayé d’être actif dans le monde associatif des Burkinabè, au Sénégal comme en France », partage-t-il. En même temps qu’il faut s’engager politiquement, il faut bosser dur, travailler à un meilleur confort socio-professionnel pour être en adéquation avec la société, suggère le panéliste.
Aziz Dabo invite également ses « admirateurs » à cultiver les valeurs sociales dans leur engagement politique. « Il faut toujours avoir du respect et de la considération pour ses adversaires », a-t-il invité.

Le panel, activité-phare de ces journées, a, en plus du jeune leader politique, réuni des panélistes d’horizons divers, tels l’entreprenariat, le transport et la logistique, le leadership jeune.

Parmi les panélistes, l’ancien ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, Abdoul Karim Sango. Entre témoignages et analyses du contexte national, M. Sango a prodigué de nombreux conseils aux étudiants.

Les responsables du bureau des filières Transport et logistique, avec au milieu (veste), David Siéba.

Toutes ces interventions ont suscité de nombreuses réactions au sein des participants, qui ont voulu savoir l’inconvénient pour un jeune de faire la politique, l’état des lieux de l’engagement des femmes en politique, comment concilier études et militantisme…, les qualités pour être un bon entrepreneur, etc.

« L’activité est d’un grand intérêt pour nous, car ça a été de grands conseils. On a remarqué que les jeunes ne s’impliquent pas en politique et que même dans le gouvernement, on n’a pas de jeunes à proprement dit, si on veut tenir compte de la définition conventionnelle. On a aussi retenu que la politique doit se faire dans la courtoisie, qu’il faut savoir être humble et respecter l’autre. (…).

On a compris que les relations humaines sont très importantes dans la vie. On a beaucoup aimé aussi les propos du ministre Sango, qui nous a parlé de jeunesse et avenir. Il nous a donné des conseils sur comment réussir nos études, comment se concentrer sur l’essentiel… », félicite le président du bureau des filières transport et logistique, David Siéba.

O. H. L
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 24 février à 01:13, par Le citoyen En réponse à : Aziz Dabo, vice-président de la NAFA : « Il faut toujours avoir du respect et de la considération pour ses adversaires »

    Ce jeune est vraiment très mature en politique, sage, bien posé. Il a bien raison quand il parle de formation, de culture générale et de respect des autres, très bons conseils.

    Répondre à ce message

  • Le 24 février à 05:22, par Sébastien En réponse à : Aziz Dabo, vice-président de la NAFA : « Il faut toujours avoir du respect et de la considération pour ses adversaires »

    Je voudrais souligner que Mr Aziz Dabi n’est pas membre fondateur de la NAFA. Il n’y était pas à l’assemblée constitue du parti tenue le 31 Janvier 2015 au cardinal Paul Zoungrana. Il a été coopté par Djibril Bassole apred la création du parti. Les preuves sont là et la liste des membres fondateurs est disponible au siège du parti..De plus il n’était pas candidat de la NAFA sur aucune liste aux législatives du 22 Novembre 2020 car il a refusé pour cause il n’était pas retenu comme tête de liste au Kadiogo. Il a certes une visibilité politique mais aucune base el electorake. Les jeunes doivent s’inspirer en politique des camarades qui sont allés, travailleurs, modestes et qui acceptent apprendre.. Par un membre fondateur du parti vivant en province !

    Répondre à ce message

  • Le 24 février à 11:00, par Bado Djibril En réponse à : Aziz Dabo, vice-président de la NAFA : « Il faut toujours avoir du respect et de la considération pour ses adversaires »

    Aziz Dabo cherche par tous les moyens pour se faire une place au soleil. Il cherche un porte de sortie. Plusieurs fois on l’a vue en compagnie de certains militants du partir au pouvoir avant novembre 2020.Écoutez Dabo ne représente plus rien au sein de la NAFA. Il cherche un point de chute honorable. A ce qui se murmure il est sur le point de créer sa propre formation politique. C’est celui qui est pressé qui paye la tête de chien.

    Répondre à ce message

    • Le 24 février à 14:29, par Réaction En réponse à : Aziz Dabo, vice-président de la NAFA : « Il faut toujours avoir du respect et de la considération pour ses adversaires »

      La NaFa même est morte ...
      Un vice Président qui ne représente rien selon vous c’est que le parti meme est fini.

      il a raison s’il voudrait sécher ses habits au Soleil car un parti qui sort avec zéro députés aux élections ne peut participer au débat national.

      Nous serons content de le voir soit ailleurs soit créer sa formation politique car la médiocrité est contagieuse.
      Dabo n’aie pas peur prends ton destin en Main , et émancipe toi davantage des politicien véreux en perte de vitesse .
      Prends ton Destin en main .
      Ton avenir est devant toi.

      Je te suis depuis ton débat avec laurence Marshall et ta place est ailleurs pas dans cette poubelle politique .

      Répondre à ce message

  • Le 24 février à 11:01, par Jeune Leader du Mpp En réponse à : Aziz Dabo, vice-président de la NAFA : « Il faut toujours avoir du respect et de la considération pour ses adversaires »

    Quand vous privilégiez selon des candidats qui seraient riches à de bons candidats .
    Le résultat est sans appel zéro députés .

    Le Jeune Dabo est le plus populaire du parti ce n’est point un débat c’est une réalité .
    Il a bien fait si ce que vous dites est vrai de ne pas se mêler à cette affaire de campagne cette mascarade .
    D’ailleurs vous avez eu combien de députés .

    Il a été de tous les combats pour ce parti partout où personne n’osait il a osé et vous osez le vilipender .

    Ce résultat Une Honte Nationale qui devrait pousser le President du Parti à rendre sa démission d’ailleurs qui selon certains cadres du parti a du mal à justifier sa gestion financière des fonds de campagne .

    Qu’il dise à combien il a vendu le parti à l’UPC à combien il a vendu le parti à la Majorité ?

    Le parti a dégringolé et l’image du jeune Dabo est restée intacte au lieu de l’encourager car il fait la publicité de ce parti vous vous illustrez négativement à travers des mensonges éhontés .

    Alors Mr le membre fondateur du parti en province dites nous vous qui avez une base et vous n’êtes pas élu à l’assemblée nationale .

    Sachez une chose tant que vous allez tenter de ternir l’image de jeunes valeureux de ce pays vous nous aurez contre vous et si vous êtes courageux identifiez vous nous allons continuer le débat publiquement .

    C’est sur que c’est un vieux jaloux du jeune Dabo.

    Répondre à ce message

  • Le 24 février à 14:13, par Le fils du pays En réponse à : Aziz Dabo, vice-président de la NAFA : « Il faut toujours avoir du respect et de la considération pour ses adversaires »

    Aux internautes Sébastien et Amadoum, vous dites que Aziz Dabo n’est pas membre fondateur de la NAFA ? Là, c’est encore grave et plus grave ! Ceux qui se réclament fondateurs du parti-là, comment le petit a pu prendre le rôle que vous deviez jouer dans la défense du parti ? Le petit est bon, il est politiquement posé et c’est sûr qu’il a un avenir politique promoteur que presque tous ceux qui se réclament fondateurs. De grâce, laissez tomber ce genre de considérations qui ne vous honorent pas.

    Répondre à ce message

  • Le 24 février à 14:27, par Zambo zambo En réponse à : Aziz Dabo, vice-président de la NAFA : « Il faut toujours avoir du respect et de la considération pour ses adversaires »

    NAFA Oh ! Dabo Oh ! Djibril oh !
    Ce sont les mêmes caïmans e la même marre ou le même serpent qui se mord la queue repliée§§§

    "Il faut respecter son adversaire" !!! Quel nouvel Évangile politique peut être selon Saint Dabo d’Archange Djibril !!!

    Ton mentor Djibril Bassole a parfaitement respecté Norbert Zongo et sa mémoire, tellement que les cendres de Norbert n’étaient même pas refroidies qu’il chassait manu militari le représentant de Reporter sans frontières, qu’il faisait embastiller et raser le directoire du Collectif des Organisations de Masse et des Partis Politiques contre l’impunité et les crimes de sang.

    il faut respecter son adversaire !!! Quelle Fatwa politique de du Mollah Dabo El Djibril al Basso ll !!!

    Ton mentor à donné carte blanche à l’époque à Maitre Herman Yaméogo de commanditer l’incendie de la maison d’un responsable du même collectif à Koudougou

    Il faut respecter son adversaire !!!! Quelle prescription des Grands féticheurs du Sanguié à un lutteur du Sourou !!

    Ton mentor s’est acoquiné avec des forces extérieures et s’est ligué avec son promotionnaire pour trucider des Burkinabé innocents qui s’opposaient à leur forfaiture de CND.

    Ni les gesticulations auprès des jeunes qu’il faut d’ailleurs du reste laisser tranquille, ni les agitations dans le forum politichien, ni encore votre ralliement à la majorité présidentielle n’absoudront la NAFA qui est un parti de la revanche dont le mentor a brillé par sa lâcheté.

    Quand on est dans un parti dont le mentor est impliqué dans des situations ayant versé du sang il faut faire profil bas et la fermer hermétiquement.

    Mr Dabo, faites vous oublier un peu avang de tenter de rebondir
    Honte aux lâches !!! Tchrrrrr

    Répondre à ce message

  • Le 24 février à 17:40, par Bravo En réponse à : Aziz Dabo, vice-président de la NAFA : « Il faut toujours avoir du respect et de la considération pour ses adversaires »

    Bravo Jeune Félicitations
    Félicitations pour ce partage d’expériences et de connaissances avec tes cadets.

    C’est aussi ça être soucieux du devenir de la nation.
    Persévères et continues ces formations dans les autres établissements de ton pays.

    J’ai lu un supposé membre fondateur de ton parti qui essaie de t’humilier publiquement .
    Ne les laisse pas te décourager s’il avait des couilles il se serait présenté publiquement .

    Au lieu d’encourager le petit dabo dans sa démarche tu viens pour le vilipender .
    Sans ce jeune qui connaît la NaFa ? Un parti mort qui a zéro députés .

    Répondre à ce message

  • Le 24 février à 21:27, par Jeune conscient En réponse à : Aziz Dabo, vice-président de la NAFA : « Il faut toujours avoir du respect et de la considération pour ses adversaires »

    Parti politique fini
    Président inconnu et invisible
    Si c’est pas à cause du petit Dabo qui par naïveté a soutenu Bassole et la nafa qui vous connait !

    Il gagnerait à quitter ce parti politique dont l’avenir est incertain
    c’est grâce à ce jeune que nous avons essayé d’accepter Bassole

    petit frère Dabo cherche toi
    si des supposés membres fondateurs veulent te villipender . C’est la Honte .
    Poursuis tes actions tu brilles au milieu de vieux perdus
    Nous allons t’accueillir les bras ouvert au Mpp

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso.net TV
 Articles de la même rubrique
Eddie Komboïgo, nouveau Chef de file de l‘opposition : « Ce qui est important, c’est l’intérêt supérieur de la nation »
Réconciliation nationale : Zéphirin Diabré a échangé avec les anciens présidents Jean-Baptiste Ouédraogo et Michel Kafando
Adhésion du MPS à la majorité présidentielle : Le bonheur se trouve dans la manière de gravir la montagne, enseigne Yacouba Isaac Zida
Burkina : Le nouveau chef de file de l’opposition politique, Eddie Komboïgo, prend officiellement fonction
Burkina : La majorité présidentielle appelle à l’engagement de chacun pour accompagner le président Roch Kaboré
Réconciliation nationale : Zéphirin Diabré explique les schémas d’application de sa mission
Suspension du stade du 4-Août : "Nous n’avons pas de culture d’entretien, de maintenance", regrette l’ingénieur en génie civil, le ministre Vincent Dabilgou
Majorité présidentielle : « Nous n’acceptons pas n’importe qui », précise le coordonnateur, Clément Sawadogo
Burkina : Le MPS de Yacouba Isaac Zida et du Pr Augustin Loada rejoint la majorité présidentielle au nom de la réconciliation nationale
Vie politique : Les Forces nouvelles du Burkina ( FNB) adhère à l’opposition politique
Burkina : L’OPA-BF de Me Ambroise Farama déclare son appartenance à l’opposition politique
Politique : Le Parti indépendant du Burkina (PIB) déclare son appartenance à la majorité politique
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés