Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ce sont nos choix qui montrent qui nous sommes, bien plus que nos capacités.» Joanne K.Rowling

Cinéma : Le réalisateur Yacouba Napon dit MCZ dépeint l’ingratitude à l’écran avec « Madi Ligdi »

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET • mardi 5 janvier 2021 à 18h30min
Cinéma : Le réalisateur Yacouba Napon dit MCZ dépeint l’ingratitude à l’écran avec « Madi Ligdi »

Le réalisateur MCZ a projeté le lundi 4 janvier 2021 en avant-première au ciné Burkina, son tout dernier film. Il est intitulé « Madi Ligdi ». C’est un long métrage qui retrace l’histoire d’un jeune homme qui a tourné le dos à ses parents. Pourtant, ils se sont investis pour lui réserver un bel avenir. Gustave Sorgho et Kadi Zerbo sont les « guest stars » du film.

Madi Ligdi, c’est le tout premier film de l’année 2021. C’est Yacouba Napon dit MCZ qui en est l’auteur. Ce long métrage dépeint la vie de Madi, un jeune homme qui a abandonné ses parents. Pourtant, à son bas âge il a contracté une insuffisance rénale. Son père et sa mère ont tout vendu pour le soigner. Ils se sont sacrifiés pour qu’il aille étudier en ville, à l’université. Mais une fois qu’il a obtenu du travail, il a renié ses parents. Il s’est marié et a répété partout qu’il était orphelin de père et de mère. Bref, il se fait passer pour une personne sans famille.

L’ensemble des comédiens

Le rôle de Madi est interprété par Oueremi Souleymane. Il dit avoir accepté ce rôle pour prouver aux gens qu’on ne peut pas compter à tout moment sur l’enfant qu’on a mis au monde. Dans le film, il est mis en erreur par sa femme. Il a expliqué qu’en réalité, la femme doit aider son mari et non le détruire. Gustave Sorgho a joué le rôle de Saaga, le père de Madi. Il a laissé entendre qu’un enfant doit toujours tendre la perche en retour.

Le réalisateur Yacouba Napon dit MCZ

Pour lui, la famille reste la famille. On ne doit pas l’oublier.
Le réalisateur du film, MCZ dira tout simplement que son œuvre reflète la réalité. Il n’a fait que mettre des faits en vitrine selon lui. Le message est une invite aux jeunes à changer de comportement. S’il y a l’incivisme, MCZ pense savoir que c’est à cause du manque de respect des ainés. Il a aussi souligné que la famille est importante.

Souleymane Oueremi a joué le rôle de Madi

Le réalisateur veut amener les populations à réfléchir. Ce film ne s’arrêtera pas là. Le deuxième volet sortira courant mars 2021. Les cinéphiles devront donc attendre pour voir la suite. La projection avait pour parrain Zida Boubacar dit Sidnaaba. Il a tenu à féliciter le réalisateur. Le film passe au ciné Burkina jusqu’au 17 janvier 2021.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Métiers des artisans : L’École Olilor internationale professionnalise les acteurs de cinq pays à Ouagadougou
Condition féminine des artistes : Des danseuses et comédiennes parlent des blocages qu’elles vivent
Festival Basga de Zorgho et organisateurs d’événement : Une convention pour mieux promouvoir la musique burkinabè
Musique : Toksa, le rappeur dont le flow va s’exporter en France
Poésie : L’enseignant Rassomane Savadogo dénonce l’exploitation minière avec des proses
Humour burkinabè : Il est temps d’arrêter la perversité et la mendicité
Watiti Watoma : L’artiste congolais qui veut conquérir le cœur des mélomanes burkinabè
Conte et éducation des enfants : « Le conte est incontournable pour la structuration de la vie de l’enfant », enseigne Kientéga P. Gérard dit KPG
Prix Goncourt des Lycéens et Prix Orange du Livre en Afrique : Critiques sur le sacre de Djaili Amadou Amal
Festival international de Danse de Ouagadougou (FIDO) : La 9e édition aura lieu du 23 au 30 janvier 2021
Culture du niébé au Burkina : Des chercheurs publient un livre sur sa progression des cinquante dernières années
Littérature : "Toute Chose est belle en son temps" une oeuvre de Ranipoma Bernard Zoungrana
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés