Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le succès c’est d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme» Winston Churchill

Journées cinématographiques franco-burkinabè : Des films des deux pays projetés au profit des jeunes

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET • mercredi 18 novembre 2020 à 17h31min
Journées cinématographiques franco-burkinabè : Des films des deux pays projetés au profit des jeunes

Le ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme en collaboration avec l’Institut français, a procédé le mardi 17 novembre 2020 à Ouagadougou, au lancement des journées cinématographiques franco-burkinabè. L’objectif de cette activité est de renforcer la coopération cinématographique et audiovisuelle entre la France et le Burkina.

14 films français et burkinabè seront à l’honneur lors des journées cinématographiques franco-burkinabè. Pour que cette activité ait lieu, il a fallu travailler d’arrache-pied à la direction générale du cinéma et de l’audiovisuel du ministère de la Culture pour mobiliser les ressources. Selon son directeur général, Evariste Pooda, les efforts en valent la peine, car l’amitié entre les deux peuples permet de faire rayonner le 7e art au profit des citoyens des deux pays. Pour l’occasion, des réalisateurs français et burkinabè ont accepté mettre gratuitement leurs films pour la projection.

Les jeunes sont sortis nombreux pour suivre le lancement des journées cinématographiques

L’ambassadeur de France au Burkina, Luc Hallade, a souligné que le pays des hommes intègres est la marque du cinéma africain. Et pour lui, le Burkina mérite cette réputation. Il est convaincu que ces journées seront bénéfiques aux deux nations. Cette idée est juste et belle, dira Abdoul Karim Sango, ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme. Pour lui, cette activité participe à la valorisation du cinéma burkinabè.

Il souhaite donc que cette initiative soit approfondie, pour que les jeunes puissent découvrir le cinéma. Le ministre Sango veut que les jeunes aient à travers les projections, le goût du métier de cinéma. Pour lui, ils doivent comprendre que le 7e art peut être une source de mobilisation de ressources pour l’Etat. Le cinéma donne également un métier décent et permet de gagner sa vie.

Evariste Pooda, directeur général du cinéma et de l’audiovisuel

Plusieurs sommités du cinéma burkinabè ont pris part à la cérémonie d’ouverture. L’on peut citer les réalisateurs Gaston Kaboré, Apolline Traoré et Kolo Sanou. Les jeunes non plus n’ont pas manqué à l’appel. Pour l’occasion, ils ont pu suivre en ouverture, le film « le bonnet de Modibo » du réalisateur burkinabè, Boubacar Diallo. Les 14 films seront projetés en plus de Ouagadougou, dans des villes comme Koudougou et Bobo Dioulasso. Les projections courent jusqu’au 27 novembre 2020.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Festival Basga de Zorgho et organisateurs d’événement : Une convention pour mieux promouvoir la musique burkinabè
Musique : Toksa, le rappeur dont le flow va s’exporter en France
Poésie : L’enseignant Rassomane Savadogo dénonce l’exploitation minière avec des proses
Humour burkinabè : Il est temps d’arrêter la perversité et la mendicité
Watiti Watoma : L’artiste congolais qui veut conquérir le cœur des mélomanes burkinabè
Conte et éducation des enfants : « Le conte est incontournable pour la structuration de la vie de l’enfant », enseigne Kientéga P. Gérard dit KPG
Prix Goncourt des Lycéens et Prix Orange du Livre en Afrique : Critiques sur le sacre de Djaili Amadou Amal
Festival international de Danse de Ouagadougou (FIDO) : La 9e édition aura lieu du 23 au 30 janvier 2021
Culture du niébé au Burkina : Des chercheurs publient un livre sur sa progression des cinquante dernières années
Littérature : "Toute Chose est belle en son temps" une oeuvre de Ranipoma Bernard Zoungrana
Dans les griffes d’un vrai malade : Une nouvelle de Daniel GUIRE et SANON Anselme
Musique : L’artiste Amidos le mannequin dédicace son nouveau clip « Waguess Burkina »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés