Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le génie est fait de un pour cent d’inspiration et de quatrе-vingt-dix-nеuf рοur сеnt dе trаnsрirаtiοn.» Thomas Alva Edison

72 heures des start-up du Fonds commun genre : Les entreprises bénéficiaires du projet exposent leurs produits et savoir-faire

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET • jeudi 5 décembre 2019 à 18h30min
72 heures des start-up du Fonds commun genre : Les entreprises bénéficiaires du projet exposent leurs produits et savoir-faire

Ce jeudi 5 décembre 2019 a eu lieu à Ouagadougou, l’ouverture des 72 heures des start-up du Fonds commun genre (FCG). Prévues du 5 au 7 décembre 2019, elles visent à faire découvrir au public, les 18 entreprises qui ont bénéficié de l’appui financier du FCG, à exposer leurs produits et services et à organiser des panels sur l’entreprenariat.

Elles sont à l’honneur pendant trois jours. Elles, ce sont les entreprises qui ont reçu un accompagnement technique et financier de la part du Fonds commun genre(FCG). Au nombre de 18, ces start-up sont dirigées par des femmes entreprenantes burkinabè. Du 5 et 07 décembre 2019, ces entrepreneures pourront se faire une visibilité. En effet, elles seront présentées au public et décriront leurs différents parcours dans le domaine de l’entreprenariat. Ces femmes pourront à cet effet en inspirer d’autres. En outre, à travers des stands, elles exposeront leurs produits. Le FCG espère par la même occasion les aider à fructifier leurs affaires.

Il est également attendu trois panels traitant des sujets liés à l’entreprenariat en général et de l’entreprenariat féminin en particulier. Ces 72 heures sont placées sous le thème « 1000 petites initiatives entrepreneuriales de femmes pour une autonomie économique du Burkina ». Le Fonds commun genre veut ainsi montrer les retombées positives de l’entreprenariat féminin sur l’économie nationale. La marraine de l’évènement, Dorcas Tiendrébéogo, se dit optimiste en voyant les produits représentés.

« Nous voyons ici, comment les femmes burkinabè arrivent à transformer nos matières premières. Elles parviennent à impacter et à booster l’économie de notre pays. Je tiens à féliciter toutes celles qui travaillent en ce sens », avoue-t-elle.

La marraine de l’évènement ,Dorcas Tiendrebeogo

Un rendez-vous d’opportunités

Kadija Simboro est la directrice générale de Farafina Eco-Engineering. L’entreprise propose des produits et services dans le domaine de l’eau et de l’énergie. La cheffe d’entreprise confie que le Fonds commun genre lui a permis de favoriser l’expansion de son entreprise. « Nous avons embauché 6 personnes et nous avons une soixantaine de distributeurs à travers le Burkina Faso. Nous avons dernièrement ouvert un deuxième bureau dans la ville de Dédougou », se réjouit-elle.

Kadija Simboro ,directrice générale de farafina Eco-Engineering

Kadija Simboro estime que ces 72 heures du FCFG se présentent comme une opportunité pour son entreprise. « Ces 72 heures permettront à l’entreprise d’avoir une visibilité. Nous souhaitons également attirer l’attention de potentiels partenaires techniques et financiers », renchérit-elle.

Le Fonds commun genre a été mis en place en 2005. Il est le fruit de la synergie des actions de partenaires techniques et financiers au Burkina Faso. Son objectif est d’œuvrer à la concrétisation de l’autonomie financière des femmes et à la parité. Le financement octroyé aux femmes est un prêt remboursable sans intérêt. En plus de l’appui financier, les femmes sélectionnées bénéficient d’un coaching pour renforcer leurs capacités dans la gestion de leurs entreprises respectives.

Samirah Bationo ( Stagiaire)

Lefaso.net

Portfolio

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Monnaie unique de la CEDEAO : L’Eco de l’UEMOA ne sera pas celle de la CEDEAO
Finance : ICCO Coopération sensibilise six institutions de microfinance sur la gestion du risque
Salon international du coton et du textile 2020 : « La victoire qui est endogène aujourd’hui, le sera avec des produits made in Burkina », dixit le ministre Harouna Kaboré
Cour des Comptes : Des insuffisances constatées dans l’exécution du Programme de modernisation de l’administration publique en 2017
The U.S. Mission in Ouagadougou, Burkina Faso is seeking eligible and qualified applicants for the position of Travel Clerk in the General Services Section.
Vœux de nouvel an à Coris Bank : Bientôt la construction d’un immeuble à dix niveaux pour abriter le siège
Assurances : Allianz Burkina devient SUNU Assurances IARD Burkina Faso
Banque Atlantique Burkina Faso : En fin de mission, le directeur général, Issouf Gbané, reçoit une distinction de la nation burkinabè
25 ans d’existence de l’UEMOA : Le renforcement des acquis de l’intégration, requis par les populations de l’espace
Commerce et industrie : « Si les actions se poursuivent dans ce sens, le Burkina sera un pays industrialisé à l’horizon 2023 », estime le ministre du Commerce, Harouna Kaboré
Gérer son portefeuille : « Ce n’est pas le revenu qui rend riche, mais la gestion de ce revenu », selon Cédric Zongo, expert -comptable
Economie burkinabè : Les affaires de charbon fin et des sociétés de trading n’ont pas été résolues en 2019
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés