Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «En fait d’imperfections, nous sommes des aigles pour voir celles d’аutrui, еt dеs tаuреs рοur vοir lеs nôtrеs. » Saint François de Sales

Investiture de Soumane Touré : de la majorité parlementaire à l’opposition

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Présidentielle 2005 > Les candidats déclarés > Soumane Touré • • mardi 23 août 2005 à 08h29min

Parmi la dizaine de candidatures à l’élection présidentielle du 13 novembre 2005, celle de Soumane Touré aura surpris en raison des "antécédents" de l’impétrant. Des raisons objectives comme subjectives pourraient cependant expliquer cette "candidature-surprise".

Soumane Touré pouvait-il ne pas se présenter à l’élection présidentielle du 13 novembre 2005 ?

De prime abord, la réponse est "oui", lui et son parti le PAI étant jusque-là une composante de la majorité parlementaire issue des législatives de mai 2002. Mieux, Toundoun Sessouma et Alphonse Bonou sans oublier Armand Arsène Hien, trois fleurons du parti, siègent au gouvernement de Paramanga Ernest Yonli. Bien sûr, on nous dira que Soumane avait moult fois manifesté ses états d’âme vis-à-vis de cette majorité qui traitait quelque peu "cavalièrement" une de ses composantes. Dans ce registre, sa sortie "intempestive" dans les journaux de la place contre la CENI et son président, avait créé la surprise en raison de la virulence des termes et des griefs faits à la Commission électorale nationale indépendante.

A décrypter les propos du Secrétaire général du PAI, il n’y avait rien moins qu’un "complot" ourdi contre son parti de la part de l’institution. Autre brulôt du PAI, signé cette fois Touré Issiaka Barou, homme-lige du "koro" Soumane, avait fait un sévère réquisitoire contre les élections qui s’étaient jusque-là déroulées au Burkina Faso, les accusant d’être entachées de "fraudes massives" orchestrées par les partis politiques dont celui au pouvoir. Last but not least, les piques du député Touré contre le gouvernement Yonli, lors des passages du Premier ministre à l’hémicycle pour discours sur l’état de la Nation traduisaient un désamour croissant entre les deux partenaires.

Contrer Philippe Ouédraogo

Autant de raisons qui peuvent expliquer que Soumane Touré soit partant, pour jauger ses forces et "monnayer" celles-ci (honni soit qui mal y pense) dans le gouvernement qui sera issu des élections du 13 novembre 2005. Car, et son orgueil dut-il en souffrir, il nous étonnerait que Soumane arrive premier à un scrutin où les militants du PAI seront déchirés entre lui et son frère ennemi Philippe Ouédraogo.

Et, la raison première de cette candidature nous semble être dans la rivalité féroce qui oppose les deux hommes depuis le déclenchement de "l’affaire PAI". Soumane Touré qui se déclare l’héritier légitime des luttes du Parti africain de l’indépendance et qui a marqué le parti par sa forte personnalité de syndicaliste "forte en gueule" pouvait-il laisser "Phil’O" s’arroger l’héritage lors d’un scrutin aussi majeur ?

Cette attitude aurait été interprétée comme une "trahison" de la part des militants, surtout si Soumane leur demandait de soutenir Blaise Compaoré. Tactiquement et au contraire de Gilbert Ouédraogo de l’ADF/RDA qui a évité à son parti une implosion programmée en soutenant Blaise Compaoré, Soumane Touré lui, se devait d’occuper le terrain pour ne pas laisser son "ennemi intime" occuper les esprits. Des choix stratégiques ultérieurs pourront le ramener dans la mouvance présidentielle, ce qui ne serait aucunement un "reniement" de sa part, tactique et stratégie n’étant pas à confondre en politique.

Le 13 novembre 2005 donc, on saura qui de Philippe Ouédraogo ou de Soumane Touré incarne le "vrai" PAI à travers les suffrages des militants. Et, sans jouer aux augures infaillibles, on peut dire qu’il y aura "une campagne dans la campagne" entre les deux anciens amis. Soumane Touré se "déplace" donc pour défendre ses intérêts et personne ne lui en voudra pour cela.

A moins qu’il n’y ait d’autres raisons que lui seul connaît.

Boubakar SY
Sidwaya

P.-S.

Lire aussi :
Présidentielle 2005

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés