Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Donne au monde le meilleur de toi-même, et le meilleur viendra»  Madeline Bridge

Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

Accueil > Actualités > Politique • • mardi 18 juin 2019 à 23h15min
Lutte contre l’insécurité :   « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

La conférence de presse hebdomadaire, ce mardi, 18 juin 2019, du Chef de file de l’opposition politique au Burkina Faso (CFOP-BF) a aussi braqué les projecteurs sur les déclarations, début juin, du ministre de la Défense en Afrique du Sud. Le « scandale de charbon fin », les déplacés internes, le dialogue politique, le dernier sondage du « Presimètre » ont également été du rendez-vous.

Sur le premier sujet, à savoir la sortie du ministre d’Etat, ministre de la Défense, dans un journal sud-africain, le 4 juin 2019, l’opposition rappelle que Chérif Moumina Sy a « clairement » dit que le G5 Sahel est inutile. « Il dit également douter de la motivation de la France à lutter contre le terrorisme au Sahel. Il accuse par ailleurs les généraux algériens d’être complices de trafics illicites au Sahel, donc de connivence avec les groupes terroristes. M. Sy reproche également à l’Afrique du Sud le fait qu’elle ne vienne pas au secours du Burkina Faso dans la lutte contre le terrorisme, alors que le Burkina l’avait soutenue au temps de l’Apartheid », situent les conférenciers, Yumanli Lompo, président du Parti national des démocrates sociaux (PNDS) et Amadou Diemdioda Dicko, 4ème vice-président de l’Union pour le progrès et le changement (UPC). Les porte-paroles du CFOP-BF estiment que les propos du ministre de la Défense « sont très graves », car mettant à nue « une grosse discorde » entre lui et le Président du Faso, chef suprême des Armées.

Yumanli Lompo (au micro) et Amadou Diemdioda Dicko

« Or, en période de guerre, la discipline et la cohérence dans les actions doivent être de mise. Au moment où le président Kaboré, président du G5 Sahel, déclare que c’est de concert avec les autres pays membres de l’organisation que nous pourrons vaincre le terrorisme, son ministre de la Défense le contredit et multiplie par zéro ses actions. Au passage, M. Sy sème les germes d’incidents diplomatiques, sûrement sans avoir obtenu le quitus du président du Faso », relèvent-ils dans la déclaration liminaire. Pour eux, cette sortie n’est pas correcte ; non seulement sur le plan diplomatique, mais aussi au plan sécuritaire. Les conférenciers rappellent au ministre qu’il fait du tort à Thomas Sankara, dont il se réclame, en comptant sur les aides extérieures.

« Outre cela, le ministre Sy a révélé que suite aux accusations portées par des organisations de défense des droits de l’Homme à l’encontre de l’armée burkinabè en lutte contre le terrorisme, des militaires ont été arrêtés et punis. Ainsi, M. Sy reconnaît qu’il y a eu des exécutions sommaires. Mais, la question que l’on se pose, c’est pourquoi avoir puni les exécutants et laisser les commanditaires. Des gens ont bien ordonné les actions mises en cause, et ce sont à ces personnes de répondre en premier lieu. Sans quoi, ce serait une injustice flagrante », ajoute l’opposition.

« Génocide » de Yirgou : pas de justice 169 jours après


« A travers vos colonnes et antennes, nous avons appris que plus de 1000 déplacés fuyant les attaques terroristes de Tongomayel et Arbinda dans le Soum, sont arrivés en début juin à Ouagadougou. L’opposition politique témoigne de sa compassion à ces Burkinabè en détresse. Nous avons appris que les autorités qui sont à leur charge estiment que la localité où ils sont déjà installés n’est pas un site approprié pour les héberger. Elles leur demandent d’aller sur les sites officiels de Barsalogho et de Foubé, dans le Sanmatenga, donc à quelques kilomètres des lieux que ces pauvres citoyens ont fui », entament-ils le point sur les populations déplacées internes du fait du phénomène terroriste. L’opposition politique condamne cette attitude du gouvernement, « qui est aux antipodes de la solidarité nationale », des valeurs ancestrales d’entraide et de compassion à l’endroit des personnes fuyant un danger.

« Si nos ministres se complaisent dans leur confort ouagalais, et si la majorité présidentielle soutient mordicus qu’il n’y a pas de crise au Burkina, alors, plus rien n’étonne. Nos frères et sœurs qui fuient l’atrocité ne viennent pas à Ouaga pour du tourisme. Ils vivaient bien chez eux, menaient leurs activités tranquillement, jusqu’au moment où un régime d’incapable a laissé l’ennemi occuper leurs sols. Personne n’a donc le droit de chasser ces Burkinabè de Ouaga, parce qu’ils sont chez eux. La meilleure façon pour le gouvernement de ramener ces compatriotes dans leurs anciennes localités, c’est de travailler à y instaurer la paix et la sécurité », interpelle l’opposition politique, précisant que certains sont devenus des réfugiés en se retrouvant dans d’autres pays. Le CFOP-BF, qui dit avoir longtemps attiré l’attention des autorités sur les risques d’afflux de nombreuses populations vers la capitale, appelle à un traitement et à une prise en charge conséquents de ces déplacés.

En ce qui concerne le dialogue politique, les porte-paroles de l’opposition ont fait une mise au point sur les propos du président par intérim du parti au pouvoir, le MPP, tenus le 10 juin au cours d’une rencontre avec la presse. ‘’Il y en a au début qui avaient estimé que le débat politique devait embrasser beaucoup de points. Pour de tels regroupements, il faut faire beaucoup attention pour ne pas tomber dans des erreurs. Nous ne sommes pas à l’heure des conférences nationales souveraines’’, reprennent-ils de la substance desdits propos avant de souligner qu’ils laissent croire que les deux parties (opposition et majorité) se sont accordées sur les thèmes du dialogue.

« L’opposition politique se démarque de ces propos du premier responsable du MPP, qui, du reste, sont contraires à la conception du Président du Faso et du Premier ministre. Le MPP et sa majorité veulent que nous dialoguions avec eux uniquement sur l’organisation des élections, alors que nous estimons que le pays est en danger, et qu’il faut débattre de toutes les grandes questions touchant à la vie de la nation », contre-attaque le CFOP-BF pour qui, s’il n’y a pas de sécurité par exemple, l’on ne peut parler d’élections. Les conférenciers estiment que les thèmes que le CFOP-BF a proposés ont donc un lien avec les préoccupations politiques.

Quant au dernier sondage de la plateforme de contrôle citoyen des politiques publiques, « Présimètre », rendu public le 14 juin 2019, l’opposition politique dit en prendre acte. Tout en observant que le président du Faso a obtenu la note de 4,72 (contre 4, 91% au même exercice en décembre 2018), l’opposition pense que la note méritait même d’être en deçà ; tant elle estime que l’échec se fait ressentir dans tous les domaines. Pour le CFOP-BF, Roch Kaboré a ramené le pays 40 ans en arrière.

Comme il est de coutume depuis un moment à chaque conférence de presse de l’institution, les conférenciers ont introduit leurs sujets par un rappel du drame du village de Yirgou, en relevant que cela fait 169 jours, que « le chef dudit village et certains de ses proches, ainsi que 210 Peuls ont été lâchement massacrés ». Le CFOP-BF constate que jusqu’à présent, il n’y a pas de justice sur ce qu’il qualifie de « génocide ».


OHL
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 18 juin à 19:00, par osarouu En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

    Que l’opposition ne se complaise pas dans les prétendues notes . Le Burkina est en Guerre -La securité du pays doit etre la preoccupation de tous ( opposition et pouvoir en place). Il serait vain d’organiser des élections quand les electeurs sont régulièrement attaqués et tués

    Répondre à ce message

  • Le 18 juin à 19:11, par SOME En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

    que roch descende à -50 dans les sondages, on s’en fout. Allez sondez comme vous voulez on s’en fout ! Mais vous etes la preuve de ce que l’on ne veut pas pour nous gouverner. Dans la situation actuelle vous venez faire quoi là ? Vous venez jouez votre partition dans cette guerre contre le pays par vos manoeuvres de politique politicienne. Vivement que vous ne veniez jamais au pouvoir, au grand jamais !
    SOME

    Répondre à ce message

    • Le 19 juin à 04:24, par Atrap Le Moize En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

      Some, il ne faut pas dire "On s’en fout" Mais "je m’en fout". Nous on ne se fout pas de ce que ce régime est en train de faire endurer au pays. Ce pouvoir nous conduit droit au mur et moi je suis heureux que le ministre de la défense se démarque de la position du chef d’Etat qui préfère se faire appeler affectueusement par des hypocrites "Papou" que de revêtir les habit d’un président, chef suprême des armées. Ses tergiversations et atermoiements nous entraînent vers un suicide collectif. On ne dirige pas un pays surtout un pays comme le Burkina dans une telle mauvaise situation comme on dirige une famille ou un village.

      Répondre à ce message

      • Le 19 juin à 10:06, par SOME En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

        mon frere Atrap Le Moize je crois que l’on dit la meme chose. En realite on se comprend ! si tu as suivi mes positions et mes interventions, j’ai critiqué ce gouvernement de roch des son depart pour certains choix inappropriés.. Mais malheureusement j’avais raison. Mais face a ces soi disants opposants je prefere encore roch dans son immobilisme et sa peur .(ce ne sont meme pas des atermoiements et tergiversations comme tu le dis). Je peux le comprendre dans la situation actuelle, meme si je ne suis pas d’accord avec ce choix). Mais ces opposants là ils ne meritent rien de notre vaillant peuple. Ils sont nos pires ennemis et le peuple l’a bien compris.
        je reproche a roch de s’etre laissé prendre dans ce piege au lieu de faire son travail. Il est elu pour une mission : a moins que ...
        SOME

        Répondre à ce message

    • Le 19 juin à 07:53, par Ka En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

      Merci mon ami SOME : Tu viens de dire l’essentiel en disant, ’’’Mais vous êtes la preuve de ce que l’on ne veut pas pour nous gouverner.’’’ J’ai toujours cautionné toute opposition forte de notre pays qui rectifie avec des solutions les erreurs d’un régime qui veut opprimer son peuple : Mais ici, évoqué du passé pour demander un ministre de démissionner sans des solutions concrêtes c’est idiot. Je ne disconviens pas qu’on rappelle le ministre qu’en politique le retenu est un chemin d’or, mais ici, sy avait raison concernant les actions du père de la révolution Burkinabé envers l’ANC. ’’Dans l’avion qui emmenait Thomas Sankara en Afrique du Sud dont les hôtesses Sud-Africaines nous prenons pour des prétentieux par ce que nous étions libre, et que les noirs de l’Afrique du Sud étaient enchaînés et humiliés dans les avions, dans son discours, il a dit aux partisans de Mandela, notre armée n’a pas de moyens, mais nous vous offrirons quelques fusils pour se défendre, et Sy a raison de rappellera au Sud-Africains que le Burkina est attaqué, et nous avons besoins d’aide.

      Mon ami SOME tu as raison : Et comme je ne cesse de le dire, les opposants d’aujourd’hui sont ceux de la majorité d’hier, c’est donc très amusant de les écouter et de remarquer que c’est l’attitude qu’ils ont eux-mêmes, qu’ils critiquent aujourd’hui ayant perdu le pouvoir. Hier les opposants qui sont la majorité actuelle sont pareils, ils imposent sans se sourciller et ne donnent pas l’ombre d’une possibilité d’ouverture, on fait aussi ceux qu’on a reproché à cris d’orfraie hier. Hier comme aujourd’hui, on ne s’oppose avec pas des solutions, mais dans le but de de dire ‘’ôte toi de là afin que je m’y mette.’’ Dès lors nous sommes les grands perdants nous peuple du Burkina qui faisons ce pays, car de part et d’autre c’est un égoïsme forcené qui ne dit pas son nom qui est là, on appelle ça ensuite, ‘’opposition ou majorité’’ en fonction de la position dans laquelle chacun se trouve, mais les deux se ressemblent et s’assemblent au final contre la population au milieu d’eux et leurs guerres intestines. Peu leurs importe notre avenir, leur seul intérêt c’est eux.

      Répondre à ce message

      • Le 19 juin à 10:12, par Wenceslas Kani En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

        Ce ne sont pas tous les opposants qui étaient de la majorité d’hier.
        Cherrif SY qui accuse la France d’avoir un autre agenda au Sahel et de ne pas lutter franchement contre les terroristes au Burkina. Il accuse également l’Afrique du Sud de manquer de solidarité à l’endroit du pays des hommes intègres, et il l’Algérie d’avoir des généraux trafiquants de stupéfiants. C’est irresponsable de sa part.

        Parlant des Français, Chériff Sy dit notamment : « Ils ont peut-être 4000 hommes dans la région, ils ont toutes les ressources militaires et technologiques. Alors, je suis surpris qu’ils n’aient pas été en mesure d’éradiquer ces groupes terroristes. Nous-nous posons beaucoup de questions : s’ils le voulaient vraiment, ils auraient pu les battre. Alors, ont-ils un autre agenda ? »

        Dans cette déclaration, Monsieur Sy offense en premier lieu nos forces de défense et de sécurité, puisqu’il insinue que ces dernières sont incapables de vaincre le terrorisme, et qu’il faut qu’une armée étrangère vienne faire le boulot à leur place.
        Et, sur ce coup, Cherrif SY du bout des lèvres ne fait pas mieux que l’étudiant qui a demandé à Emmanuel Macron de réparer les climatiseurs à l’Université de Ouagadougou.

        Répondre à ce message

        • Le 19 juin à 15:28, par pafo En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

          Non @Wenceslas Kani ce n’est pas comparable avec l’etudiant qui demandait a Macron de reparer la clim. quoique...
          Les francais on signé des contrats qu’ils n’honnorent pas. Pareille au Mali quand les Touareg on été acculés par l’armée Malienne les français ont mis une ligne rouge pour les proteger. Des villes ou l’armée maienne n’a pas acces.
          Il n’ya pas de honte a reconnaitre que l’armée française est meiux nantie que nos FDS c’est une fausse offense dont tu parles. Parce que le fait même que l’armée française soit sur notre territoire avec ses bases militaires est deja une honte ne soit. Alors de quoi tu t’offusque ?
          Ils y’a bel et bien un agenda caché. On reduit les jihadistes mais on ne les elimine pas completement afin de s’en servir comme levier de negociation. Sheriff Sy a raison sur tous les points. Le politquement correct c’est finit ; ça ne nous a jamais sorti de nos problemes. Changeons de methode et crachons la verité.

          Répondre à ce message

      • Le 19 juin à 10:54, par SOME En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

        mon ami ka, tu connais ma mefiance sinon mon opposition a ce regime du MPP depuis le debut car je voyais certains signes qui ne trompent pas. Meme si je comprends la voie choisie, roch est allé trop loin et donne l’occasion a ces idiots de la ramener au point de rever meme revenir au pouvoir. C’en est trop.
        Ce que je comprends, c’est que des reactions du peuple, je peux dire que sankara n’est pas mort. Son action a trouvé echo dans la conscience du peuple. Tuez sankara il se levera mille autres : en voila un exemple. Le flegme et le patriotisme dont fait preuve le peuple burkinabe rejouissent beaucoup. Mon ami ka, on n’a pas tout perdu : semez toujours , meme dans les ronces ca germera d’une facon ou autre.

        Je suis heureux que tu rappelles cette episode sud africaine : s’il y a une deception (pour moi ) par rapport au demantelement de l’apartheid, c’est le silence de Mandela (a ma connaissance) par rapport a thomas sankara et son action contre ce regime fasciste en afrique du sud. Quel president africain a fait autant que sankara pour soutenir l’ANC et les freres africains en afrique du sud ? Rien que quelques semaines avant son assassinat sankara ne mobilisait-il pas tout le continent pour l’ ANC ? Mais quelle « gratitude »a été recue de la part de l’ANC ? Certes le burkina ne le faisait pas dans le but de recueillir des dividendes, furent-ils moraux, mais reconnaitre ses amis comme Mandela l’a fait vis-à-vis de kadhafi ou de cuba ou des palestiniens en oubliant Sankara je ne l’ai pas accepté. Je suis aigre de la position de l’ ANC qui n’ont certainement pas informé « correctement » Mandela et l’ont mal conseillé.

        Mais l’evoultion de l’ ANC explique mieux ce comportement. Aussi ce comportement provient d’une certaine ideologie qui n’est pas differente de l’ideologie qui conduit le MPP au pouvoir. Je suis aigre car nous avons milité et risqué nos vies dans la lutte contre l’apartheid. Nous avons hypothéqué quelque peu nos etudes a l’époque pour une cause noble cela a payé. Mais une position de l’ANC sur le cas sankara aurait quelque modifié une certaine evolution au burkina. Je ne me jette pas des fleurs pour me vanter, je sais de quoi je parle : nous avons été surveillés par des polices occidentales pour le compte de la police raciste d’afrique du sud ; nous avons memes été fichés avec interdiction de mettre le pied en afrique du sud tant que l’apartheid subisitera, etc. Oui mon ami ka, nous discutons ici avec des cas de realité et des engagements reels de revolutionnaires sous le guide d’un grand ideologue aujourd’hui reconnu mondialement : thomas sankara

        « Dès lors nous sommes les grands perdants nous peuple du Burkina qui faisons ce pays, car de part et d’autre c’est un égoïsme forcené qui ne dit pas son nom qui est là, on appelle ça ensuite, ‘’opposition ou majorité’’ en fonction de la position dans laquelle chacun se trouve, mais les deux se ressemblent et s’assemblent au final contre la population au milieu d’eux et leurs guerres intestines. Peu leurs importe notre avenir, leur seul intérêt c’est eux »
        Nous n’accepterons pas d’etre les perdants et c’est cette complicité de larrons en foire contre le peuple burkinabe que je refuse chez ces gars du MPP alors qu’ils avaient tout pour remettre le pays sur les rails. Mais helas ! cet egoisme forcené est inacceptable car nous avons l’exemple de la generosite d’un homme qui a aimé son peuple et sa patrie et s’y est donné jusqu‘a sa vie. Il n’était pas naif, il savait ce qu’il faisait et a accepté son sort. Alors roch a son defi a lui mais il avait une marge de manœuvre beaucoup plus grande pour sombrer dans un tel immobilisme et peur qui font le jeu de ennemis de notre pays (dont ces soi disants opposants).
        SOME

        Répondre à ce message

    • Le 19 juin à 15:22, par Sasa En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

      Fameux internet some vous parlez au nom de qui ? On c’est qui ? Un conseil prenez le temps de vous relire avant de balancer ces genres d’écrits. C’est vraiment pathétique pour un individu à qui personne n’a rien demandé et qui ne représente que sa seule personne de tenir de tels propos.

      Répondre à ce message

    • Le 19 juin à 15:29, par Sasa En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

      Internet some, vous parlez au nom de qui ? Qui est on ? C’est vraiment pathétique pour un individu à qui personne n’a rien demandé et qui ne représente que lui seul, de venir tenir à longueur de temps tels propos. Vraiment pathétique

      Répondre à ce message

  • Le 18 juin à 22:33, par sidbala En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

    Vivement que la France demande à notre ministre de la défense de donner les preuves de l’inefficacité de bakane et autres opérations de lutte contre le terrorisme.
    En fait Roch est une président très malchanceux, en plus de son ministre de l défense qui ne sait vraiment pas pourquoi il est devenu ministre et non un journaliste, il un grand de son parti qui dit sur des antennes des radios étrangères notamment RFI que le Burkina n’avait pas d’armée, voilà pourquoi c’est impossible pour le pays de faire face au terrorisme.

    Je voudrais poser la question à ce monsieur qui est Bedi OUABA, les hommes que le Burkina envoyait par millier sous le régime de Blaise Compaoré dans les missions onusiennes et autres ce sont des bergers ou des soldats ?.
    Et combien de hauts de responsables ont bien parlé du professionnalisme et de la tenue correcte des soldats burkinabè.

    Votre haine morbide envers le régime de Blaise va tellement vous aveugle que vous n’allez pas voir votre chute venir, et avec de tel esprit de gouvernance vous n’allez jamais être a l hauteur de quoi que ce soit, vous juste un accident politique pour ce pays.
    Plus rien ne pourra vous aider a gouverner, et je reste convaincu que l’échec qui vous habite actuellement ferra de vous les mauvais burkinabè.

    Quand l’opposition dit que Sy est un sympathisant de Thom sank, il faut ne jamais mettre ce type là parmi les hommes de SANKARA, ce sont tous des opportunistes qui par leur rang, colportent des idéaux qui ne leur ressemble pas du tout, à fortiori pouvoir incarner cela.

    Quand le pouvoir de Roch va tomber, les hommes encore dignes d’êtres burkinabè comprendront que nous avons donner du temps à des usurpateurs de conduire le pays dans un trou.

    Répondre à ce message

  • Le 18 juin à 22:55, par Fadelo En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

    Je déplore cette manière faire des conférences de presse de l’opposition. Il faut qu’elle dise qu’elle est son plan d’action pour le pays et non de venir raconter de n’importe quoi. Qui ne critique pas le G5 Sahel ? Qui ne critique pas l’action de la France en Afrique ? Arrêté vos paroles de division là. Travailler pour l’unité.

    Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 00:03, par le pays va mieux En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

    Cette opposition irresponsable. S’il y a discorde entre Roch et son ministre, en quoi cela vous empêche de dormir.

    Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 00:05, par warzat En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

    Il y a des fondamentaux, cardinaux, de notre éducation que dictent la majorité des parents à leurs enfants : ’’quand tu dors sur la natte d’autrui, c’est comme si tu dormais à même le sol’’.
    Cela veut dire que monsieur Autrui te dicte ta conduite, sinon, il retire sa natte. Il vaut mieux lutter pour avoir ta propre natte.
    - Quand les soldats français ont chassé les Djihadistes de Tombouctou, des colonnes de Pick Up chargées de leurs chefs ont quitté la ville. Les soldats ont attendu vainement l’ordre de l’Elysée pour en terminer avec eux vainement. Pourquoi l’ordre de les canarder n’est pas venu ? Nous n’en serions peut être pas là.
    - Où sont les bases arrières des Djihadistes ? Dans le Sud algérien frontalier au Mali et à la Tunisie et dans les palmeraies du désert mauritanien.
    - L’actualité indique cette très grande proximité de la grande muette algérienne avec le pouvoir politique qui s’est accaparé des richesses du pays depuis la guerre de libération. (Similaire au Zimbabwe où celui qui tuait pour que le régime de Mugabé perdure est au pouvoir).) Les Algériens ne se laisseront pas faire.
    - Pourquoi l’Algérie a refusé d’intégrer le G5 ? Alors que les Djihadistes du Moyen Orient transitent par ce pays pour opérer au Sahel.
    - Quel pacte la Tunisie a lié avec l’Algérie des Généraux pour ne plus subir des attentats ? On notera que la Tunisie se reconstruit doucement après un régime patrimonial et une insurrection comme chez nous.
    - Pourquoi les USA ne veulent pas financer le G5 et préfère financer individuellement les états du G5 ? Ils sont mieux informés que nous sur ce machin (pour paraphraser le Gle de Gaules) et leurs politiciens républicains comme démocrates savent qu’on ne joue pas avec l’argent du peuple américain. Un gars m’a dit hier de manière lapidaire que c’est parce que le compte bancaire du G5 est ouvert à Paris.
    - On lit ces derniers temps que les populations au Mali, caillassent les forces françaises ’’supposées venir les aider à se défaire des Djihadistes’’ ? Pourquoi ? Qu’est-ce que ces populations ont vu ou ont remarqué ?
    Il y a donc un certain nombre de questionnements dont les réponses pourraient se trouver dans les ’’ dires supposés’’ de notre ministre. Il a dit tout haut ce que beaucoup pense tout bas.
    Au pouvoir et à l’opposition politique, notre pays ne se développera jamais en suivant les désidératas de la France, en comptant sur elle, en suivant les directives du FMI et de la banque mondiale. Nous ne pouvons compter que sur nous mêmes et sur certains frères africains qui pensent comme nous. Il a suffi souverainement que la Côte d’Ivoire premier producteur de cacao s’entende avec le Ghana second producteur pour un prix d’achat acceptable de leur cacao. Vous noterez que ces deux pays frères n’ont pas compté sur l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC). La fameuse organisation dont l’autre se targue d’avoir été le directeur adjoint.Des machins fabriqués pour nous maintenir sous domination.

    Répondre à ce message

    • Le 19 juin à 04:18, par Atrap Le Moize En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

      Warzat, j’épouse entièrement votre point de vue et m’aligne sur votre analyse.

      Répondre à ce message

    • Le 19 juin à 07:48, par SOME En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

      mon frere comme malheureusement tu as raison ! Tous on sait que le ministre a raison (s’il a vraiment dit cela). On sait pourquoi ces gens là ont créé ce problmeme et sont là : nul n’est naif !
      Tuas malhureusement raison que dans cetet affaire, l’algerie a changé sa politique. En effet s’il y a un pays en afrique qui avait vraiment soutenu le burkina’au temps de sankara), c’est bel et bien l’algerie. Mais avec le fameux printemps arabe, lm’algerie qui devqit etre la premiere victime de tous les generaux ont negocié leur maintien au pouvoir en abandonnant beaucoup d’aspect (dont cette dimension panafricaniste entre autres) sous la pression de la france qui a trouvé là une occasion pour recomposer toute l’afrique (en se vengeant de l’humiliation de la guerre d’algerie et recoloniser toute l’algerie avec Bouteflika, etc. C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre toute cette affaire et la position du mali et du burkina, pieces cles qui doivent etre depecees et occupées en utilisant la mauretanie, et l’algerie apres avoir verouille la guinée et la cote d’ivoire et apres avoir echoué partiekllement au benin avec zinsou (d’ou les troubles actuels pour talon). Le maillon faible de notre lutte et leur maillon fort a eux c’est le togo.

      je felicite roch d’avoir su manoeuvrer jusque là et je lui reproche de trop se couler sur leur strategie posée en leur opposant une strategie partielle dont eux ils ont les guidon. Cela provient de sa peur des sa prise de pouvoir et d’une mauvaise choix politique inadaptée a une analyse qui lui a été faite. Cette analyse etait-elle bonne ou mauvaise ca reste a voir
      SOME

      Répondre à ce message

    • Le 19 juin à 08:14, par Anonymous En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

      @warzat, merci beaucoup pour votre écrit. Vous suivez certainement bien l’actualité et je me plait même a penser qu’on est du même bord, celui du Burkina. A cette opposition qui passe son temps a surfer sur toutes les vagues à la fois, je dis ceci : si vous continuez ainsi, vous risquez de vous perdre en haute mer. Soyez du côté du Burkina et non de celui d’une puissance quelle quelle soit qui n’a que faire de nous. Je précise également que les soldats de ces puissances ne pensent pas forcement comme leur politique. Mais hélas, en homme disciplinés ils exécutent. Sauf qu’un jour viendra ou le y en a marre viendra de l’intérieur du fruit.

      Répondre à ce message

    • Le 19 juin à 08:52, par TENGA En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

      Chers gens du CFOP, votre attitude n’est pas du tout responsable !
      Vous êtes quels genre d’adultes qui, pendant que le pays se bat contre le terrorisme, tenez des propos malhonnêtes et irresponsables ? Avec ça, vous ne pourrez jamais avoir notre estime ! Même si Rock part, moi je préfere voter pour une personne neutre que vous autre ! Et des gens qui êtes sensés donner des leçons aux plus jeunes qui se comportent de la sorte ? c’est dégueulasse !
      DES VAMPIRES, DES TERRORISTES ! Vous ne vallez pas mieux que SY Chériff ! Si jamais il y a vote entre vous et Sy Chériff, il va vous battre !

      Répondre à ce message

    • Le 19 juin à 11:16, par Diaspo premier En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

      Avant d’accuser publiquement l’Algérie d’être complices des terroristes chez nous, il faudrait faire un retour sur l’histoire.
      En effet l’Algérie et le Burkina Faso entretiennent des relations traditionnelles d’amitié, de solidarité et de coopération, et partagent les même idéaux de paix, de stabilité et de développement. Ils ont également des références culturelles et cultuelles communes.

      Le ministre Cherrif SY serait-il ingrat ou amnésique ? Il doit se rafraîchir la mémoire. Lorsqu’il fut Président du CNT, c’est l’Algérie, qui a apporté son soutien au processus de transition au Burkina Faso. A-t-il oublié que l’Algérie a immédiatement et fermement condamné le coup de force du 16 septembre 2015 et s’est félicitée de la réinstallation des institutions de la Transition.

      Les relations de coopération entre l’Algérie et le Burkina Faso sont multi sectorielles ; Elles sont régies par une commission mixte de coopération.

      Cette coopération entre nos pays est basée dans 29 domaines dont la concrétisation impulsera un élan nouveau à nos relations bilatérales.

      Cherrif Sy, pense-t-il à nos étudiants qui séjournent en Algérie avant de faire ces accusations irresponsables ? L’Algérie contribue à la formation de cadres burkinabè dans les universités algériennes à travers l’octroi, annuellement, de bourses de formation dans les différentes filières. 81 bourses de formation, tous secteurs confondus, ont été accordées à de jeunes bacheliers burkinabè au titre de l’année académique 2015-2016.

      Au plan régional et international, l’Algérie et le Burkina Faso ont des positions communes sur les principales questions régionales et internationales d’intérêt commun, et réaffirment à chaque occasion leur engagement à maintenir l’esprit de concertation qui a toujours caractérisé leurs relations.

      Les deux pays œuvrent de concert pour la réalisation de la paix et de la sécurité au Sahel pour faire de cette sous région un havre de paix, de coopération, de solidarité et de développement.

      C’est à ce titre que le Burkina Faso a participé activement dans l’équipe de médiation internationale qui a mené le processus du dialogue inter-malien d’Alger, couronné par la signature à Bamako, le 15 Mai 2015, de l’Accord historique de paix et de réconciliation au Mali, lorsque lui Cherrif était Président du CNT.

      La lutte contre le terrorisme constitue également une préoccupation majeure de l’Algérie et du Burkina Faso. Nos deux pays participent, à cet égard, à la coopération sécuritaire prometteuse qui se développe dans la région du Sahel, notamment, dans le cadre du Processus de Nouakchott mis en place par l’Union Africaine.

      En tant qu’homme d’Etat, il devrait éviter des déclarations qui pourraient entraver les relations qui existent entre nos deux pays et l’intérêt mutuel de nos peuples.
      Que recherche Cherrif Sy ?

      Répondre à ce message

      • Le 19 juin à 15:13, par SOME En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

        Il y en a qui prennent les relations diplomatiques entre les pays comme s’ils allaient acheter leur dèguè sur le coin de la rue ! Nul ne peut nier les liens qui ont existé entre le burkina et l’algerie. Et Sy est bien placé pour le savoir. Et tout ce que tu cites le montre bien. Laisse moi te dire qu’un ministre de la defense fait partie des personnes les plus informés d’un pays. Si Sheryf dit ca tout en sachant ce que l’algerie a fait, alors ca donne a reflechir… !!?? Et puis comprenez que cette algerie n’est plus celle dont tu parles… Et encore plus tu as des saoudiens, les qatari, les francais, russes etc qui nous aident aussi. La diplomatie ce n’est pas cela, surtout pas actuellement… Et puis c’est peut etre a cause de ce comportement qu’ils viennent nous « aider » : alors pour ca, je dois pas chercher a voir la realite en face, mais me taire et subir en complice.
        alors reflechis a ta propre question : que cherche sheryf ?
        SOME

        Répondre à ce message

      • Le 19 juin à 15:54, par SOME En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

        Il y en a qui prennent les relations diplomatiques entre les pays comme s’ils allaient acheter leur dèguè sur le coin de la rue ! Nul ne peut nier les liens qui ont existé entre le burkina et l’algerie. Et Sy est bien placé pour le savoir. Et tout ce que tu cites le montre bien. Laisse moi te dire qu’un ministre de la defense fait partie des personnes les plus informés d’un pays. Si Sheryf dit ca tout en sachant ce que l’algerie a fait, alors ca donne a reflechir… !!?? Et puis comprenez que cette algerie n’est plus celle dont tu parles… Et encore plus tu as des saoudiens, les qatari, les francais, russes etc qui nous aident aussi. La diplomatie ce n’est pas cela, surtout pas actuellement… Et puis c’est peut etre a cause de ce comportement qu’ils viennent nous « aider » : alors pour ca, je dois pas chercher a voir la realite en face, mais me taire et subir en complice.
        SOME

        Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 02:23, par peace En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

    Ecoutez les gars de l’opposition, cela prouve que Sheriff Sy n’est pas un benit Oui Oui.
    En realité je n’aime pas specialement Sy mais force est de contater qu’il a raison sur toute la longeur.

    1- Le G5 nous a exposé et c’est du pipo. Il veulent juste nous vendre des armes avec l’argent promispar les donnateurs. Et pour mieux s’en approprier les attaques sont artificiellement gonflée a outrance pour faire monter les encheres.

    2- La France n’a pas interet a chassé les terroistes. pourquoi ?
    a- Leur contrats militaires vont s’arreter

    b- Les ventes d’armes vers l’afrique vont baisser

    c- l’armee sera au chomage technique et les militaires
    devront payé quand meme. LEs conflits sont maintenu artificellement.Nous le savions depuis, mais que le ministre de la defence le dise c’est que c’est plus que serieux
    .
    d- La France ne souhaite pas finir avec le terroisme en Afrique Occidentale parce que une fois chassé de l’Afrique ils iront directement en Europe.
    e- Le pillage des matières premières ne sera plus possible ou sera trècouteux.

    3- Oui nous avons aidé l’ANC de Nelson Mandela en son temps contre l’apartheid mais on nous tue comme des poules ; plus que sous le regime de l’apartheid mais les sud Africains ne bronchent pas. D’ailleurs ils ont laissé Khadafi a son sort entre les mains des occidentaux alors qu’il suffisait a Zouma de dire non pour qu’il echappe. Honte avous.

    4- La plus part des terroristes ont leur origines dans les pays arabes en general et en Algerie en particulier. Comme la France, l’Algerie repousse et maintiennent les jihadistes chez nous, ou s’en sert a des fin militaires. C’est bien connu, car l’Algerie interdit a l’armée malienne d’aller dans le nord de son propre territoire. Les Generaux Algeirens sont de meche avec les jihadistes car en fermant les yeux sur certaines activités ils engrangent des dividentes.

    Theoriquement si la majorité presidentielle a des discorde, l’opposition devrait s’en rejouir puisque cela les approche un peu plus du pouvoir (Kosiam),
    Franchement c’est tres courageux de la part de Sy Sheriff car s’il devrait attendre que RMCK de Diesel se reveille cela contribuerait a augmenter le nombre de morts au Faso. Alors foutez lui la paix aSy car depuis sa prise de fonction on aengrngé quelques victoires.

    Répondre à ce message

    • Le 19 juin à 10:15, par Wenceslas Kani En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

      Le Président du Faso, Président du G5 Sahel et Chef suprême des Armées, a-t-il donné son aval à son ministre de la défense Cherrif SY pour dénoncer le G5 Sahel ?
      Qu’un ministre de la défense dise publiquement que le G5 Sahel est inutile, c’est encourager les terroristes dans leur œuvre. Surtout quand, de surcroît, il affirme que notre pays n’a rien reçu en termes d’armements dans le cadre de cette instance.
      Affirmer que le G5 Sahel est inutile, revient à multiplier les actions de Roch Kaboré par ZERO.

      Répondre à ce message

    • Le 19 juin à 10:22, par Wenceslas Kani En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

      Ces propos de notre ministre de la Défense à l’endroit des généraux algériens suscitent des interrogations. Ils sont d’abord en pleine contradiction avec les orientations du Chef suprême des Armées. Dans toutes ses interventions et dans tous ses gestes, ce dernier privilégie la coopération internationale. On l’a encore vu récemment lors de son séjour à Ryad. Cette démarche est celle du réalisme. Les propos tenus par le ministre de la Défense sont en contradiction flagrante avec cette démarche et cette vision. Ensuite, ils sont susceptibles de créer une crise diplomatique, notamment avec la France et l’Algérie que M. Sy égratigne au passage lorsqu’il accuse ses généraux d’être mêlés aux trafics qui se déroulent au Sahel. Le plus grave c’est que Chériff Sy est suffisamment averti pour ignorer cela. A quel jeu joue-t-il donc ? Quel est son agenda caché à lui ?

      Ce n’est pas en pleine guerre, au moment où une diplomatie discrète et efficace devrait engranger soutiens et alliances, qu’un homme de son rang (premier militaire du pays), va se laisser aller à de tels délires. A moins qu’il ait un agenda caché pour ternir le mandat de Roch !

      Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 03:11, par papa En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

    Vous le groupe a Zephirin Diabre, vous étés une bande de catalyseurs qui essaient par tous les moyens d’opposer le président Roch a son ministre de la défense pour semer une autre crise au sein du gouvernement mais,vous n’y parviendrez pas a casser cette cohésion au sein du gouvernement . Vous etes pire que ceux que traquent nos FDS .Vraiment vous etes mauvais.

    Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 05:51, par MATHIEU SAWADOGO En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

    Critiquez toujours au lieu de montrer votre solidarite’ dans la guerre contre le terroisme. Continuez !!!! Quand il n’y aura pas election vous serez toujours face a Rock. Quelle est votre contribution dans la recherche de la paix ? Vous avez egrene’ des faits bon boulot !!! Que proposez vous ?

    Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 06:53, par Lool En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

    Les reproches à nos opposants de manque d’intelligence politique sont fondés. Au lieu de voir en la position de Ministre d’État Cherif SY une complémentarité utile pour le président RMCK, nos fameux opposants voient du feu partout, alors qu’il n’en est rien du tout. La tempérance du président RMCK et celle du Ministre d’État Cherif SY se complètent harmonieusement. C’est tout à fait la même chose entre le président RMCK et le défunt président de l’assemblée nationale Salifou Diallo. Quel burkinabé ne sent pas que la façon de faire du président Salifou Diallo nous manque en ce moment-ci ? Pendant qu’il était là, il rabattait le caquet à nos opposants inintelligents pour laisser libre champ à l’exécutif burkinabé de dérouler tranquillement son programme.

    Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 08:17, par la vérité En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

    C’est bien beau de critiquer. C’est comme le dit l’adage, celui qui est assis et qui suit la danse pense être le plus grand danseur. Chère opposition, à chaque fois que vous sortez c’est pour critiquer sans faire des propositions concrètes. Je ne soutiens pas le MPP mais votre manière de procéder ne fait que conforter le MPP. Changez votre fusil d’épaule en faisant des critiques constructives et le peuple vous donnera sa confiance en 2020. Autrement, vous ne ferez que respecter l’adage qui dit : "les chiens aboient et la caravane passe".
    Je trouve que vous avez juste quelques ajustements à faire dans votre approche et vous obtiendrez gain de cause.

    Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 08:20, par Simplicité En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

    Ce n’est pas Sy le problème, c’est l’opposition et la presse burkinabè le problème. Au retour de Sy, on devait réclamer sa démission pure et simple. Si le gouvernement n’obtempère pas, les syndicats s’y mettent et il s’en va.

    Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 08:32, par hampathe En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

    Quel est le point de vue de l’opposition sur le G5 Sahel ?
    Celui de Roch ou de Sy ? A équidistance des deux ? Plutôt plus proche de celui de Roch ? de celui de Sy ?
    Vous ne donnez pas votre point de vue sur cette question, encore moins de solution. vous vous contentez de critiquer.
    Vous n’êtes pas mieux que le pouvoir qui tâtonne. Vous n’avez aucune proposition pour les Burkinabè sur ce sujet !
    Pauvres de nous, nous avons l’opposition que nous méritons.

    Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 08:48, par KLADJOU En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

    Warzat
    Rien à dire sur votre analyse, que je cautionne à 100%
    J’ajouterai ceci. Il faut arrêter cette auto censure dépassée car les autres ne nous font pas de cadeau. Il appartient maintenant à la France et à l’Algérie d’apporter les éléments de preuves contraires de ce qu’à dit notre Ministre. Et puis entre nous, en tant que Ministre de la défense, il est mieux informer que quiconque sur ce qui se passe sur le terrain que ces soit disant opposants mal inspirés qui n’ont rien a proposer si ce n’est venir commenter ce qu’a fait le pouvoir bla ! bla ! bla ! Si vous n’avez rien a raconter laisser nous tranquille. Qui ne sait pas ou n’a pas lu ce qu’à dit tout Haut Cherif Sy ? Ce n’est pas en cassant le thermomètre qu’on fera baisser la fièvre du malade, messieurs de l’opposition. C’est connu de tous la France ne joue pas franc jeu il défend ses intérêts et tout le monde voit le bal des avions qui arrivent à Kidal nuitamment. NE PAS DENONCER CETTE ATTITUDE DE PARIS ET DE L ;ALGERIE C ;EST ETRE IRRESPONSABLE ; Qui ne sait pas que Iyad le Chef d’un des plus grand mouvement Jihadiste qui a revendiqué l’attaque de l’Hotel Spendide Cuppuchino vie avec sa famille dans le sud de l’Algérie depuis que sa deuxième femme a quitté le Burkina après le départ de Compaoré leur logeur ? Qui ne sait pas que François Hollande a laisser les cadres de AQMI quitte Diabali (Mali) et rejoindre leur repère lorsque leurs colonnes a été stoppées par l’armée française ? La vidéo circule sur le net. Si vous n’avez rien à dire circuler et laisser nous tranquille. A cette allure, vous resterez dans l’opposition pour le reste de votre vie.

    Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 09:21, par BADO En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

    Dieu merci ! On sait maintenant que notre opposition est à la solde de l’occident. Jamais on ne laissera des commis, des valets de l’occident nous diriger. Sy a dit la vérité, le reste on s’en fou. La France n’est pas Dieu pour avoir peur de leur cracher la vérité. Je suis d’accord avec SY aujourd’hui, demain et après demain. Si la France n’est pas contente qu’elle nous prouve le contraire un point, un trait.

    Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 09:30, par Yamasoaba En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

    Désolé mais il y a des fondamentaux de notre éducation que cette opposition meurtrie tente chaque semaine, par tous les moyens, de fouler au sol : la tempérance, la maîtrise de soi, la prudence, être positif, etc... Cette façon de faire de la politique par la négativité, l’aigreur, la délation, et que sais je encore, est en train de contribuer à tuer certaines valeurs de la société. Cette opposition sera tenue pour responsable devant l’histoire de son rôle à diviser les burkinabè, les rendre aigres, tuer la confiance minimum et l’autorité de l’Etat. Autant de choses et de manipulations qui chaque semaine sont distillées. Vous êtes en train de montrer par là même que vous n’êtes pas des hommes d’état, des hommes qui privilégient les intérêts supérieurs aux ambitions politiciennes. De toute façon 2020 n’est pas loin et vous récolterez dans les urnes ce que vous avez vendangé…

    Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 09:45, par l’Intègre En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

    dénigrer, mettre l’amalgame, semer la discorde entre le président et ses collaborateurs, créer effectivement un conflit diplomatique.... en dramatisant les propos du Ministre ; que gagnent le Burkina et vous dans ça, qu’est ce que vous avez comme proposition ?
    les déplacés dans leur déplacement peuvent être infiltrés et il est bien nécessaire de disposer de sites avec tout le dispositif de contrôle afin d’éviter des surprises désagréables ; et vous êtes contre ça ?
    vous voulez un malheur pour profiter n’est ce pas ? honte et malheur à vous point barre.

    Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 10:20, par mankougoudgou En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

    Bonjour tout le monde. J’ai mal du fait que le burkinabè ne sait pas aller à l’essentiel. Voilà une opposition qui prétend pouvoir sauver le pays du chaos. Comment voulez-vous y parvenir dans le mensonge ? M. SY vous êtes un fils de père parce que le langage que vous avez tenu est celui de la vérité que les charlatans de même acabits(les politiques) n’osent pas se prononcer afin de préserver leur poste. Qui de l’opposition n’est sans savoir que tout ce qui est du terrorisme est transité par l’algérie avec la bénédiction des généraux ? Je vous rappelle que "viens m’aider à manger mon âne, c’est une gourmandise". M. le ministre a juste rappelé à l’Afrique du sud que son tour de nous aider à manger notre âne. Et pour ce qui est de la motivation de la France, je dirai qu’elle n’a jamais été en Afrique pour la soutenir. Elle n’a que de valeur matérielle c’est tout. Si nous ne compte pas sur nous même, on aura toujours nos larmes pour pleurer nos cadavres.

    M. SY courage à vous ! vous êtes plus courageux que ces bavards. Continuez à dénoncer haut et fort ce qui parait flou.
    M. les conférenciers, c’est pas obligé de faire une conférence quand on a rien dire. Aucune pertinence mais plutôt ridicule. de toutes les façons, on va mourir ensemble

    Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 10:26, par Mbalè En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

    Le problème n’est pas de savoir si Mr SY a raison ou non. Il est Burkinabè et en tant que tel il a le droit d’avoir ses opinions comme tout Burkinabè sur les questions de Défense Nationale. Du reste, il n’est pas le premier à faire ce type de déclarations ou d’accusations.
    Seulement, il n’est pas acceptable qu’en tant que Ministre de la Défense Nationale toujours membre du Gouvernement, il se permette ce type de déclarations. Cela est gravement attentatoire à la crédibilité du Président RMCK et à sa politique de défense nationale (alors même qu’il dirige le G5 Sahel). Ses propos nuisent à la cohésion et à la discipline qui doivent exister dans le Gouvernement. Enfin, ils sont de nature à saper le moral des troupes. Certains Maliens critiquent la France, c’est leur droit. Mais, c’est quand même grâce à l’intervention militaire de cette France en 2013 que le Mali existe encore en tant qu’Etat laïc et que les Maliens ont encore la possibilité de s’exprimer comme ils le font aujourd’hui. A quoi ressemblerait le Burkina Faso actuellement si les opérations françaises Barkane n’avaient pas eu lieu ? Que deviendrait le Burkina Faso si, se sentant désormais dénigrée et rejetée même par les plus hautes autorités de l’Etat, la France devait cesser toute aide militaire ? Comment le Burkina Faso espérerait-il s’en sortir face aux djihadistes si, à cause de cette "sortie" injurieuse de son Ministre de la Défense Nationale, les uns et les autres renonçaient à aider financièrement et matériellement le G5 Sahel ? Oui, pour avoir tenu publiquement et surtout en tant que Ministre de la Défense Nationale, des propos aussi gravement attentatoires à la sécurité et à la défense nationales, Mr SY, pour le moins, doit quitter le Gouvernement !

    Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 10:36, par Seraphin Pierre En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

    Je ne suis d’aucun(E) parti(E) politique. A mon avis, M. SY a parfaitement raison. C’est un homme qui a de la vision. Il ne faut pas critiquer pour critiquer. Tant que nous ne saurons pas qui nous veut du bien et qui se cache derrière les apparences pour nous narguer, nous n’irons nulle part et nous serons toujours derrière. Si M. SY l’a dit en Afrique du Sud, soyez sûr qu’il l’a déjà dit au Président Roch.

    Je suis africain mais ma peine avec les africains, c’est qu’ils ne voient pas en bas de leur ventre. Pendant que les pays du monde pensent pour 2100 et 2200 et réfléchissent à comment faire pour ne pas être surpris un jour, nous nous contentons du quotidien et des querelles inutiles. Même les termites qui construisent les termitières travaillent sur la durée.

    Je ne connais pas M. SY, mais à l’entendre, je pense qu’il fait du bon boulot. Il dit haut ce qu’il pense et c’est ça qui peut faire avancer le pays. Le bénis bénis oui oui n’a jamais avancé un pays. Il faut des hommes courageux.

    Je demande aux Parti(E) Politiques de ne pas faire la politique au détriment de la nation car chacun sera jugé devant l’histoire. Au lieu de prendre parti(E) pour nuire à l’autre, il faudra prendre partie pour faire connaître votre opinion si vous êtes convaincu qu’elle peut faire avancer le PAYS.

    Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 10:56, par Bigbalè En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

    Je suis surpris et attristé par le comportement de l’Opposition Burkinabè ! J’ai vraiment rêvé d’une vraie Opposition pour mon pays. On dirait que cette Opposition n’a pas des thèmes pertinents de réflexion à proposer aux Burkinabè et se contente de commenter des faits divers qui ne sont même pas toujours vérifiés. Qu’il ait discordance entre Roch et son Ministre de la défense en matière d’appréciation d’une coopération militaire, en quoi ça vous regarde ? Quand vous serez au pouvoir, faites autrement ! En attendant, je ne pense pas que ce sont les faits divers qui vont favoriser votre élection et votre installation à Kosyam. Heureusement que Zéphirin Diabré a pris la mesure du ridicule qui s’y installe progressivement et s’est éclipsé un moment de ces conférences de presse hebdomadaires qui ressemblent de plus en plus à des débats de gargotes et de buvettes de quartier ! Oui, à une Opposition constructive au Burkina !

    Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 11:01, par liiigri En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

    bonjour opposition même au pays des blancs où nous avons copié ce genre de situation existe en France précisément on en a vu c’est politique et cela m’étonne que des politiciens chevronnés l’ignorent au point d’en faire un problème et faire croire que les dirigeants ne s’entendent pas et décourager la troupe dommage

    Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 11:06, par PBG En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

    chers compatriotes arrêtons les discutes inutiles et main dans la main trouvons une solution pour notre chère patrie. merci et que DIEU bénisse le BURKINA FASO.

    Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 11:17, par @@gog En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

    Voici une opposition qui souffre de son impopularité.Ce n’est pas parce que les faux enquêteurs ont donné 4,72 sur 10 à Rock que celui-ci ne sera pas élu en 2020 .Votre esprit est que si en 2020 Rock s’en sort élu vous allez organiser des manifestations pour dire que vu les notes moyennes obtenues aux différents sondages ce n’est pas lui qui est voté et souhaiter qu’on reprenne les élections pour dire que c’est Zeph ou Kadré . Tout simplement parce que vous ne voulez pas le voir au pouvoir.Détrompez-vous !Le peuple et l’armée loyaliste n’ont pas fait l’insurrection pour que les valets ou les amis partisans des crimes , cupides et gloutons de Blaise viennent reprendre la pouvoir.Non ça ne marchera pas comme cela .Que le journaliste Look man qui s’excite se détrompe.Savoir manier la langue ne fera pas forcement de lui et son camp des élus en 2020 ,c’est faux .C’e n’est pas un absolu.Au contraire votre camp fait inconsciemment la campagne de Rock.Votre politique c’est absoudre les crimes de votre mentor et ses courtisans alors que le peuple a soif de la vérité.Dommage !

    Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 11:17, par PETI LOBI En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

    C’est bien la démocratie. La liberté d’expression est bonne. Elle nous permet de parler en toute liberté sous le régime démocratique. C’est à ce titre que l’opposition politique s’exprime, joue son rôle. Surtout sous un régime où le pays est dans l’abîme du fait de l’incapacité avérée du Président et de son entourage, il y a du grain à moudre pour l’opposition. La liberté d’expression ne signifie pas qu’on soit obligé de bien réfléchir avant de s’exprimer. Certains croient qu’ils peuvent même ne pas réfléchir et s’exprimer. Surtout quand on se croit caché devant un ordinateur. Non, vous n’êtes pas cachés avec le numérique, soyez sûrs qu’on vous connait.

    Le débat public autour de nos préoccupations fondamentales dans une démocratie est nécessaire, je dirai indispensable. Si nous voulons vivre ensemble nous devons respecter les opinions des uns et des autres, mêmes contradictoires après les avoir bien écoutés. Sinon, on est autant le virus dans l’espace public, commandé à petit frais par des forces obscurantistes pour nuire à la société.

    Oui dans ce débat porté par l’opposition et les réactions qui s’enchainent, je ne m’étonne pas de l’état actuel de notre pays qui descendra davantage aux enfers du fait de la menace non pas terroriste mais la menace de l’ignominie, de la haine dans les cœurs. Tous les ingrédients me semblent réunis à présent. C’est comme dire "gens de l’opposition ne dites plus rien, d’ailleurs vous n’êtes même pas de ce pays".

    En quoi les sujet soulever par l’opposition ne concernent pas au haut niveau notre vivre-ensemble, qui mérite qu’on y réfléchisse sérieusement. Mr Cherif SY est membre d’un gouvernement en quête de solution contre le terrorisme qui nous ravage. Le président l’ayant jugé capable lui a confié la tête de notre armée nationale. Il est convaincu qu’il en est digne. Si le président n’est pas dans une enceinte où les questions militaires sont traitées après lui, c’est son ministre de la défense. Si celui-ci a un point de vu particulier avant ou après, il doit le confier à son président. Mr SY est une haute personnalité du G5 Sahel, Son président tient la mandat statutaire de cette institution diversement appréciée par les burkinabé. Le Chef d’Etat Major, il y quelques semaines se félicitait des ces poulains et de la coopération avec les militaires français. Mais c’est dans quoi le MPP nous a engagé là, si c’est un fichu machin ce G5 Sahel dénoncé par son ministre de la défense ?

    Mr Cherif SY va faucher son président, son collègue des Affaires Étrangères en Afrique du Sud, faucher deux puissances africaines (l’Afrique du Sud et l’Algérie), faucher les quatre autres pays frères et amis du G5 Sahel et faucher la France. Il y a à se demander ce qui se passe dans un tel gouvernement et chez une telle personnalité au regard de ses charges. Cela ne mérite pas que l’opposition en parle ?

    Mr Cherif SY demeure assi à coté du président après lui avoir botté les fesses (excuser le terme) d’un point dilpomatique et de politique internationale. S’il n’est pas d’accord avec son président et son ministre des affaires étrangères qu’il le leurs dise et démissionner, c’est tout. Mr Cherif Sy avoue qu’il y a eu massacre de civils par les FDS, comme l’on soutenu certaines ONG qu’on a insulté et leurs dire de rentrer chez elles, l’opposition ne doit pas en parler.

    Il y a beaucoup de malhonnêtes sur cette toiles et sans doute sur toute l’étendue du territoire qui pensent faire du bien au MPP comme ceux qui le faisaient pour le CDP.

    Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 11:30, par Le vigilant du Sahel En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

    L’internaute hampathe a parfaitement raison. L’ Opposition ne dit pas de quel côté elle se trouve. Est-elle contre ou pour le G5 Sahel ?. Concernant les déclarations du Ministre d’Etat SY, c’est sans doute vrai ce qu’il dit, à savoir que le G5 Sahel n’apportera rien à nos luttes contre le terrorisme. Cela dit, faisons attention. Lorsque SANKARA, alors Premier Ministre sous le CSP avait constaté que les choses n’étaient pas conformes à sa vision, il a démissionné du gouvernement. Nous devons comprendre qu’à un certain niveau de responsabilité, on doit contrôler ce qu’on dit. On a une obligation de réserve. En clair, Si monsieur Sy estime que RMCK ne devait pas prendre la présidence du G5 Sahel, alors, il devait rendre sa démission. C’est aussi simple que ça. Quant à l’aide de l’Afrique du Sud à notre pays, sa déclaration est passée à côté des réalités au niveau des Etats.. Pourquoi Nelson Mandela n’est pas venu en visite officielle au Burkina alors qu’il a fait le tour de certains pays africains ? Si SANKARA n’avait pas été assassiné, peut-être qu’il serait venu. Les Sud-Africains sont conséquents et cette tragédie est restée intacte en eux. Certains Sankaristes ont même oublié que leur idole a été sauvagement abattu. Finalement, le peuple Burkinabè dont on parle ne sait pas ce qu’il veut y compris nous les internautes d’occasion ou professionnels.Justement, le peuple n’est pas aux affaires. Malheureusement, ceux qui sont aux commandes du Pays l’utilisent au gré de leurs intérêts.

    Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 11:57, par Justice 4 YIRGOU En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

    le ministre SY a révélé que suite aux accusations portées par
    des organisations de défense des Droits de l’Homme à l’encontre de
    l’Armée burkinabè en lute contre le terrorisme, des militaires ont été
    arrêtés et punis. Ainsi, M. SY reconnait qu’il y a eu des executions
    sommaires. Mais, la question que l’on se pose, c’est pourquoi avoir puni les executants et laisser les commanditaires. Des gens ont bien ordonné les actions mises en cause, et ce sont à ces personnes de répondre en premier lieu. Sans quoi, ce serait une injustice flagrante. Justice pour ces 60 burkinabé assassinés impunément dans la nuit du 03 au 04 février 2019.

    Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 12:27, par Badisak En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

    Je partage la vision de Atrap Le Moize au sujet de la déclaration du Ministre de la défense. Cette déclaration met à nu la triste réalité qui n’est connue que des personnes des milieux bien avisés sur la situation. La vérité fait souvent mal, mais il vaut toujours mieux la dire et sauver son âme que de rester dans un mensonge de complaisance suicidaire menant le peuple à l’abime. Il y a de vraies questions à se poser sur la volonté réelle de la France à aider les pays du Sahel dans la lutte contre le terrorisme ; alors que c’est bien elle qui nous a précipiter dans cette situation par la cahot qu’elle a installé en Lybi avec l’assassinat de Kadafi. Nos dirigeants ont tout intérêt à prendre véritablement leur responsabilité pour nouer des partenariats fiables dans cette lutte. Pour ce qui est des généraux algérien que le ministre de la défense accuserait de complicité, il a forcement des informations attestant de cela. Et après tout, mettre des généraux d’un État en cause ne signifie pas que c’est l’État lui même qui est en cause. Des hauts gradés d’un État voisin ont été mis en cause dans le putch manqué chez nous ici, mais on n’a pas mis en cause l’État dont-ils sont ressortissants. Un général algérien peut bien être complice du terrorisme sans que l’État lui même ne soit mêlé. Arrêtons de piétiner la vérité pour des intérêts malsains inavoués.

    Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 14:42, par Oscar En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

    Messieurs les membres de l’opposition, je ne partage pas votre point de vue pour ce qui concerne les propos de M. Sy. Vous devriez être fier de lui pour son courage. Incident diplomatique vous dites ? Alors vous préfère riez voir votre pays etouffer par des puissances étrangères et des traficants que de dire la vérité. Vous me faites honte. Aucun sentiment patriotique, on ne s’oppose pour s’opposer. Quand il s’agit de l’intérêt supérieur de la nation on doit parler d’une seule voix.
    Des exemples peut être vous idefierons :
    - Gbagbo n’a pas hésité a indexer le Burkina quand il a senti réellement la menace
    - Au Libéria, ce sont même des organismes internationaux qui ont souligné le rôle de BC dans cette crise et le BF avait maille a partir avec le Nigeria
    Nous sommes en guerre, on a pas d’autres choix que de son battre on utilisant l’arme de la com.
    Ce que vous preconisez s’appelle du suicide et une naïveté légendaire propre a la race noire.
    Pour la question du charbon fin, si jamais les faits sont avérées ce ministre doit être condamné a la perpétuité et la societe ESSAKANE doit etre nationalisée. On en a marre de vieux voleurs de la République. Vous imaginez que l’on crie qu’on a pas d’argent ?

    Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 16:31, par KIRIKOU En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

    En toute vérité , il faut admettre que cette franchise du ministre de la défense dérange les valets locaux de l’impérialisme Français et tous ceux qui se sucrent du terrorisme dans le sahel et le sahara. Nous Burkinabe , c’est la sournoiserie ,le faux semblant qui grippent notre avancement pour le développement socio économique.Combien de Burkinabe ont vu plusieurs fois des convois militaires français traverser le pays d’ouest au centre avec des portes chars immatriculés en cote d’ivoire transportant de l’armement lourd et escortés par des militaires français .Tout cet arsenal de guerre là c’est pour protéger qui ou quoi ? Combien étaient soulagés de voir cela parce que des conditions sont réunies maintenant pour réduire à néant ces attaques terroristes ! mais plus d’une année après l’espoir s’est transformé en cauchemars .Toutes les questions que le ministre se pose ,plus d’un burkinabe réfléchi et patriote se les pose.

    Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 16:47, par Vavoir En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

    Dans tout ca, c’est Warzat qui m’a le plus convaincu. Je lui donne la note 18/20. Laissez Cherif Sy en paix ; il a dit la vérité qui fait mal mais il n’a pas tué. Le pire n’est pas la méchanceté des gens mauvais mais le silence des hommes bien et S. Sy a rompu le silence en disant la vérité. Que Dieu te bénisse !

    Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 17:27, par Le vigilant du Sahel En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

    A l’internaute Badisak, je dirais que la déclaration du Ministre Sy n’est pas en réalité une révélation. Depuis nos indépendances chacha, tout le monde sait que les français mettent les pieds là où leurs intérêts l’exigent.. C’est la même démarche pour tous les Pays du monde à l’exception des pays pauvres. Ces derniers, à l’image du Burkina Faso, pensent que l’aide doit être désintéressée comme à l’âge de la cueillette, au temps de nos arrières grands parents. Cette époque est révolue. Si un pays apporte une aide, c’est qu’il y a contrepartie. Sinon le donateur restera chez lui. Nous avons fait appel à la France pour nous aider à bouter les terroristes hors de nos frontières et au-delà parce que nous sommes incapables de le faire. A partir de là, persister à dire que la France dans le cadre du G5 Sahel n’apporte rien au combat contre les terroristes est un gros mensonge. Qui nous a obligé à demander ce soutien ? En rappel, Sékou TOURE a dit non publiquement à la France en 1958. La Guinée a t-elle disparu ? Il ne faut pas mettre notre mal gouvernance doublée d’une couardise légendaire sur le dos de la France. Il est temps que nos autorités mûrissent et prennent enfin de l’étoffe. Notre armée est truffée d’instructeurs français, le G5 Sahel est un instrument des Français. Pourtant nous avons accepté tout cela. Soyons honnêtes et sérieux. Si on est ministre de la défense, on ne peut pas tenir de tels propos en contradiction avec la vision du Président. Si c’est le Président lui-même qui pense ainsi, c’est très simple : il met fin à sa participation au G5 Sahel et résilie tout contrat similaire avec la France. Il n’a pas besoin de passer par un ministre pour le faire savoir. Si le ministre SY a agi délibérément, le Président doit le mettre à la porte. Croyez-vous que les autres membres du Gouvernement ou RMCK himself, n’ont pas d’informations à divulguer ? ; L’obligation de réserve est de rigueur même dans une entreprise ou service ordinaire. On est pas loin d’assister à un certain désordre de communication au sein de l’équipe gouvernementale. C’est bien dommage !

    Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 17:29, par Ka En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

    Honorable Webmaster, comme je vous le dit très souvent, ‘’’la vérité rougit les yeux mais ne les casse pas. Sy a dit tout haut de ce que d’autres disent tout bas. Je serai attendrissant avec les généraux.

    ’’’A’’’ l’internaute Wenceslas Kani : Sans parti pris, je te confirme que le camarade ministre Sy a complètement raison en évoquant la transparence de la France et l’Algérie d’éradiquer les terroriste quand il était temps. Au début de l’intervention de la France a traquer au Sahel les terroristes, j’écrivais sur ce même forum et parmi tant d’autre sites que L’indolence de la Communauté internationale permet aux Djihadistes de renforcer leur position et de s’étendre. Je ne sais pas pourquoi la chasse contre les terroristes et les rebelles au Mali s’était arrêtée sans les poursuivre jusqu’à dans leur dernier retranchement ? Si la France avec son intelligence sans limite voulait éradiquer les terroristes à leur arrivé au Sahel, elle savait qu’il fallait faire une bonne coordination de tous. ‘’’C’est a dire pendant que la France et la CEDEAO traquaient les Djihadistes au Nord du Mali vers le désert, l’Algérie devrait les traquer vers le Sud : Les Djihadistes seront en ce moment entre deux étaux, et il restait de les éliminer tous. La question que Sy devait poser à sa sortie en Afrique du Sud, ‘’’c’est pourquoi les décideurs ont reculé quand il était le moment de les éradiquer ?’’’ Cette question mérite une réponse ou plusieurs, une réponse comme quoi chacun avait ses intérêts, et si ce problème de Djihadiste venait de terminer le manque à gagner pour allait s’évaporer pour certain. CE n’est pas une accusation a deux balle, mais des questions qu’il faut répondre et trouver des solutions. Pendant qu’on n’avait pas les réponses de ces questions, les terroristes profitent du laxisme des Etats et de leurs dirigeants pour tuer leur peuple comme des lapins. Voilà la réalité.

    Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 17:46, par Yamsoba En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

    Moins d’agitations stériles face aux propos que le Ministre de la Défense aurait prononcé en Afrique du Sud. Il sait de quoi il parle. Ce fameux G5 Sahel, veut dire quoi ? en réalité ? plus de trois de bavardage inutile, le siège construit a été pulvérisé en une demie matinée, le matériel n’est jamais au complet, les troupes sont invisibles n’en parlons pas d’actions concrètes contre les attaques récurrentes contre les populations innocentes abandonnées à elles mêmes. Des rencontres coûteuses à n’en pas finir, pendant ce temps ces maudits djihadistes opèrent en toute impunité et narguent le monde entier. C’est eux qui règlent le rythme de la guerre et les forces nationales bougent ensuite. les deux opérations OTAPUANOU et DOFOU ont été cent fois plus bénéfiques que si nous avions le minimum de moyens complémentaires les choses vont aller de mieux en mieux. Certes, les mécréants ont eu une légère longueur d’avance sur les FDS parce qu’ils se sont préparés depuis des décennies pour cette guerre qu’ils vont perdre sans doute, mais il faut reconnaitre que les forces internationales ne constitueront jamais la solution idoine à l’insécurité dans nos états. C’est par nous mêmes que nous allons développer nos intelligences pour venir à bout de cette hydre terroriste qui ne manque pas de connexion avec l’occident et bien sûr avec un grand parrain bien connu de tous que l’on peut nommer FRANCE. j’en assume. Quant aux Généraux Algériens ils ne sont pas l’Algérie, c’est clair et n’agissent pas au nom de l’Algérie, donc pas d’amalgame à faire. Ensuite,quelle est la raison d’être de la Minusma et des forces Barkane au Mali quand des pauvres paysans sont massacrés chaque jour. Aucune surveillance des mouvements suspects, aucune action d’interception, aucune poursuite et destruction des malfaiteurs. Trop c’est trop. Qu’elles s’en aille et que cette guerre qu’on nous impose se joue sans règles de droit ou suivant les règles de l’ennemi et on verra combien de temps cela va durer. Qu’on arrête de détruire l’Afrique. Si CHERIF Sy est limogé comme cela se murmure, NGAW. Wait and see

    Répondre à ce message

    • Le 19 juin à 18:27, par toudou En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

      Mr Yamsoba,
      Vous avez raison mais vos propos doivent s’adresser à votre ami Mr Sy.
      Morceaux choisis de son interview :
      1) "Le G5 n’est pas du tout efficace . Il est vraiment difficile de constituer une force militaire commune. Et toutes les promesses faites jusqu’à présent par l’Europe n’ont pas été tenues. Les armes promises, les chars, jusqu’à présent ,zéro"’ A qui la faute ? Le G5 a été créé par nos pays , pas par nos partenaires euopéens. Le G5 est une inventions de 5 pays (Burkina, mali, Niger, Tchad et Mauritanie qui ont décidé de mutualiser leurs effiorts pour lutter contre le terrorisme. Mr Sy accuse les européens de l’échec du G5. Or, il doit s’en prendre à lui même. Il est ministre d’un pays qui a contribué à créer le G5. Lequel G5 est même présidé par son patron. Si çà ne marche pas, qu’il s’en prenne à lui même. Pire, il attend que l’Europe nous apporte des armes. Nous sommes indépendants que je sache. Si nos 5 pays ne peuvent pas travailler ensemble comme il le dit, s’ils ne peuvent pas assurer la sécurité de leurs citoyens par le mécanisme du G5, eh bien ils n’ont qu’à dissoudre ce machin et on avance. Et il n’a qu’a dire à son patron Roch de sortir dans ça. Mais qu’il laisse les européens tranquilles.Ce sont de peunicheries de néo colonisés.
      2)"Ils ont peut etre 4000 hommes dans la région, ils ont toutes les ressources militaires et technologiques, alors je suis surpris qu’ils n’aient pas été en mesure d’éradiquer ce groupe" Moi je tombe des nues devant un tel raisonnement venant d’un militant Sankariste. On a l’impression d’entendre une pleurnicherie de Biya ou de Houphouët. C’est la France qui doit venir éradiquer le terrorisme chez nous ? Encore une fois, nous sommes indépendants que je sache. L’ancien CMGA et certains officiers supérieurs s’étaient opposés à l’intervention de la France sur notre sol. On les limogés pour nommer My Sy. Les français ont même exigé et obtenu que Roch signe une lettre officielle demandant leur aide. Mr Sy est au courant de tout cela. C’est simple : si la France n’apporte rien, et si e plus elle a un agenda caché, qu’on lui dise de rentrer chez elle et nous laisser faire le job à travers des opérations OTAPUANOU et DOFOU. Mis que mr Sy sorte de ses contradictions. S’il n’approuve pas la stratégie tracée par Roch, c’est simple : il rend le tablier comme l’a fait Tahirou Barry. Un ministre de la défense du Burkina qui dit que le G5 est inutile, alors que son patron est fier de présider ce même G5, et qui dit que la France joue un double jeu, alors que son patron est content de la coopération avec le France et le dit publiquement, un tel ministre, s’il a de la personnalité, doit rentre le tablier.
      Mr Sy se prend pour un nouveau Sankara. Dans ses lubies, il se voit même comme un futur président de ce pays. ’C’est son droit, puisque la fonction de président du CNT lui a donné la grosse tète. Lui et quelques affidés se préparent dit n à lancer un nouveau parti dont on verra bien le destin. Tout cela c’est son droit. La seule chose que les gens lui demandent, c’est d’être cohérent. S’il n’est pas d’accord avec la vision du Président Kabore, qu’il démissionne et prenne sa liberté. Autrement, il fait montre d’un populisme de bas étage !

      Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 19:58, par Biggest En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

    Cheriff Sy est le nouveau Thomas Sankara car après ce dernier personne au Burkina Faso n’a pu dire cette vérité. Monsieur le ministre d’État je vous préférais président du Faso pour amener notre pays sur le chemin de la vérité et non le mensonge que les opposants veulent. Les gens tout simplement jaloux de Sy. Le seul ministre qui travaille dans ce gouvernement.

    Répondre à ce message

    • Le 20 juin à 11:30, par Dâh En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

      Sherif Sy est loin d’être un SANKARA ! C’est un usurpateur de titre ! Un vrai sankariste n’allait jamais cautionner ce pillage au sommet de l’Etat. Que disait la charte de la transition : aucun membre du CNT devrait avoir un poste dans le gouvernement après les élections présidentielles de 2015. Sherif SY a violé cette loi, pour se faire nommer Haut Représentant du Président du Faso. Un poste inutile et budgétivore qui coûte cher au pauvre contribuable. Un vrai sankariste devrait se préoccuper des réalités du peuple !

      Répondre à ce message

    • Le 20 juin à 16:30, par Sauvons La Patrie En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

      Les opposants n’ont rien à cirer avec Chérrif SY. D’ailleurs qui s’est plaint de sa nomination à la tête de la défense ? Si Chérrif Sy avoue qu’il y’a des soldats burkinabé qui ont été arrêtés suite aux opérations militaires du 03 au 04 février 2019 à KAIN, c’est que le rapport du MBDHP et HUMAN RIGHT WATCH est vrai. Ce rapport faisait cas de 60 burkinabé abattus impunément au cours de leur sommeil. Au départ Chérif Sy a nié ; le temps a fini par donner raison à ces mouvements de défense des droits humains. C’est Cherrif Sy qui a commandité ces opérations et devra répondre de ces crimes de sang ! Donc ne dites pas que l’Opposition est jaloux de ce sanguinaire.

      Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 11:43, par En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

    On ne comprend pas ceux qui critiquent le G5 Sahel et qui y sont toujours. Ces mêmes personnes sont heureuses lorsqu’on finance à coût de millions d’euros ce G5 Sahel.

    Je vous propose un article de RFI Publié le 23-02-2018 Modifié le 24-02-2018 à 03:08

    Force conjointe cherche soutien politique et financier. C’est le nouvel appel lancé ce matin à la conférence des donateurs pour cette force antiterroriste du G5-Sahel. Les présidents des pays membres ; Mali, Niger, Tchad, Mauritanie, Burkina Faso ont fait le déplacement à Bruxelles, une trentaine de chefs d’Etat et de gouvernement européens aussi, pour marquer leur solidarité dans la lutte contre le jihadisme dans la zone sahélienne. La force du G5 avait déjà mobilisé 250 millions d’euros de budget. L’objectif était de dépasser les 300 millions. Mission accomplie.
    Avec notre bureau à Bruxelles,

    Objectif atteint, puisque la communauté internationale va soutenir la force conjointe du G5-Sahel à hauteur de 414 millions d’euros. L’Union européenne et ses Etats membres participeront pour près de la moitié à ce financement.

    « La paix n’a pas de prix dans le Sahel », avait déclaré la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini à son arrivée à Bruxelles ce vendredi. L’Union européenne a donc débloqué cette enveloppe supplémentaire de 50 millions d’euros pour la force conjointe du G5 Sahel, censée devenir pleinement opérationnelle en milieu d’année et dont la mission est de lutter contre les groupes jihadistes dans la région du Sahel.

    « Il s’agit de donner un avenir aux enfants du Sahel, a insisté le président actuel du G5 Sahel, Mahamadou Issoufou. Une jeunesse qui n’a que deux options à l’heure actuelle : mourir en mer ou répondre à l’appel de bandes criminelles, responsables du trafic d’armes ou du trafic de drogue. »

    Il faut un financement pérenne, explique Mahamadou Issoufou

    Mahamadou Issoufou a insisté sur la nécessité d’un financement pérenne. « La lutte contre le terrorisme et la criminalité organisée va coûter chaque année quelque 115 millions d’euros et on ne sait pas combien de temps ce combat va durer », a-t-il précisé.

    Pour le président nigérien, « la sécurité est un bien public mondial. Nous luttons contre le terrorisme pour les habitants du Sahel, mais aussi pour les habitants du reste du monde nous avons donc besoin de votre soutien ». Deux soldats français de l’opération Barkhane ont encore été tués dans la région mercredi 21 février.

    « Un combat qui ne concerne pas que les pays du Sahel. Le terrorisme n’a pas de frontières », a également insisté le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat. Il faut également s’attaquer au chaudron libyen pour stabiliser la situation au Sahel, dit-il : « Les combattants qui ont quitté et qui ont occupé le Nord-Mali ont jusqu’à aujourd’hui des renforts en munitions, en armes, en hommes qui alimentent tous les réseaux qui se trouvent actuellement dans le Sahel. » « Il faut donc une mobilisation aussi importante que pour l’Irak et pour la Syrie. C’est une course contre-la-montre , a-t-il poursuivi. Les terroristes de la région vont intensifier leurs attaques. Il faut donc que les financements débloqués arrivent le plus vite possible sur le terrain ».

    Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 11:54, par Mea Culpa En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

    Cette sortie du ministre Sy qui critique le G5 Sahel, n’est pas opportune pour la Majorité Présidentielle. Parce que le Président du Faso a maintes fois dit être satisfait des actions du G5 Sahel. Mais pourquoi lui le ministre de la défense contredit le Président du Faso ? Ca veut dire qu’il y’a une discorde qui ne dit pas son nom !

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 06:02, par sidbala En réponse à : Lutte contre l’insécurité : « Grosse discorde » entre le président du Faso et son ministre de la Défense, relève l’opposition

    Le loup est entre dans la bergerie, Salif Diallo à mis du sable dans le couscous de Roch en plaçant SY comme haut représentant du chef de l’état, Roch aurait dû refuser, voila que le tout puissant chérif se croit tout permis et se permet tout, Roch aurait dû lui remettre de l’argent pour qu’il entretienne son journal au lieu de l’accepter dans son gouvernement et qu’il se mêle des affaires politiques et de surcroît aux affaires diplomatiques.µ

    En le faisant nommé haut représentant du chef de l’état, il a pris gout aux folies de grandeur, il estime qu’il a sa part du gâteau et que c’est à cause de lui que Roch est ce qu’il est aujourd’hui, s’il ne s’était opposé au faut coup d’état, donc, il a droit à tout dans ce pays, il se croit tout permis, je pense que Roch en son temps a certainement reçu des" menaces" de la part de ce Salif Diallo « « BIS » » pour accepter ce type dans son gouvernement c’est possible que Salif se sentant fini, fait appelle à ce trouble fait pour compliquer la gestion du pouvoir, il est fort à parier que Chérif Sy est capable du coup d’état prochain contre ce régime fantoche du MPP, si toutefois il voit les choses lui échapper.

    Dans la charte de la transmission, de la transition il était question que tous ceux qui ont gérés de prêt ou de loin les affaires du pays ne devraient pas encore se mêler des les affaires du régime nouvellement élu, mais comme Roch est un faiblard et manque d’astuces , il n’a pas le courage de dire non, et c’est pour cela qu’il le payera cher.

    Chérif Sy pour dire vrai s’en fou de Roch et de son MPP, et si jamais il lui forçait la main il est capable du pire, c’est dire que Roch est très mal barré ; si non comment comprendre qu’un ministre de la défense parle comme l’homme de la rue sur des sujets très sensibles où la diplomatie et la sécurité sont interpellées, ça veut dire qu’il est prêt à tout pour se maintenir voila que son fils est patron dans les filières minières, surtout que le régime actuel joue ces dernières cartes, il faut savoir comment s’accrocher.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : "Comment faire pour aider un gouvernement qui n’arrive pas à s’aider, lui-même ?", s’interroge Zéphirin Diabré
Eddie Komboïgo au président du Faso : « Permettez que les éléments du RSP aillent au front pour défendre le Burkina »
Départ de Daouda Simboro de l’Assemblée nationale : « Cette démission ne nous a pas trop surpris », Moussa Zerbo, porte-parole de l’UPC
Meeting de l’UPC à Abidjan : Sous le sceau de la revue des troupes et de la mobilisation pour les déplacés internes, selon le porte-parole du parti, Moussa Zerbo
MPP : Pr Jean-Baptiste Ouédraogo quitte le navire
Assemblée nationale : Le député Daouda Simboro présente sa démission
Burkina : Yacouba Isaac Zida, « c’est la personne qui pourrait rassembler tous les bords », dixit Christophe Dabiré (philosophe et analyste politique)
Commune de Tanghin-Dassouri : Kadré désiré Ouédraogo explique le sens de son engagement pour la présidentielle de 2020
Insécurité : « Le FPR demande la démission sans délai du gouvernement actuel du Burkina Faso »
Assassinat du Député-Maire de Djibo et de ses compagnons : Les condoléances de l’Alternance patriotique panafricain/Burkindi
Ouagadougou : Le parti RPR subventionne 1 000 cartes nationales d’identité burkinabè au profit des populations
Burkina : Abdel Aziz Sérémé élu président du Parti pour le développement et le changement
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés