Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La Constitution ne garantit pas le bonheur, seulement la poursuite de celui-ci. Vous devez le rattraper vous-même» Benjamin Franklin

Procès du coup d’État : L’étonnante plaidoirie de Me Pierre Yanogo

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • LEFASO.NET | Par Tiga Cheick Sawadogo • vendredi 14 juin 2019 à 23h04min
Procès du coup d’État : L’étonnante plaidoirie de Me Pierre Yanogo

Ce 14 juin 2019, Me Pierre Yanongo, dans sa plaidoirie, a catégorisé les accusés selon leurs degrés d’implication dans le coup d’État. Pour certains, l’avocat des victimes a relevé des circonstances atténuantes, comme le commandant Abdoul Aziz Korogo, chef de corps du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) à l’époque des faits, ou encore le colonel Bamba, pour sa transparence à la barre. Pour d’autres par contre, comme le capitaine Dao, le magistrat militaire Abdoul Karim Traoré, qui n’ont fait aucune amende honorable, l’avocat a plaidé pour que le droit soit dit dans toute sa rigueur.

Les accusés dans le box n’ont pas le même degré d’implication dans le coup d’État. Me Pierre Yanogo a essayé de catégoriser les accusés en trois. La première catégorie concerne ceux chez qui, il dit n’avoir pas trouvé d’actes posés qui puissent justifier leur condamnation. C’est le cas du colonel Omer Bationo, directeur général de la sécurité intérieure au moment des faits, ou encore du capitaine Gaston Ouédraogo, qui est allé en mission en Côte d’Ivoire pour chercher du matériel, alors qu’il ne connaissait pas la destination. « Voyageur malgré lui », précisera l’avocat.

Dans la deuxième catégorie, l’on retrouve ceux dont l’homme de droit estime qu’ils ont posé des actes certes répréhensibles, mais qui, une fois à la barre, ont eu un comportement qui pourrait leur être profitable. D’ailleurs, a expliqué l’avocat, dans cette catégorie, l’on retrouve des officiers du RSP, pour l’essentiel ignorés par le cerveau du putsch. C’est après l’arrestation des autorités de la Transition par des sous-officiers que le général Gilbert Diendéré a réuni les officiers dans une salle encerclée par des hommes armés pour les informer. Ils étaient tenus en joug, précise le conseil des victimes.

En premier lieu, il y a le colonel-major Boureima Kiéré. Selon Me Yanogo, il a péché par manque d’indépendance vis-à-vis du général Diendéré. Il est resté collé au cerveau du coup d’État, quand bien même la hiérarchie militaire a marqué son opposition à cette aventure sans issue. En outre, il a exécuté des actes pour conforter le coup. C’est par exemple lui qui a signé la déclaration faisant de Diendéré le président du CND. Mais il a entre-temps dit au général Diendéré de renoncer à l’aventure, et une fois à la barre, il a exprimé ses regrets.

Ensuite, il y a le commandant Abdoul Aziz Korogo, commandant du RSP quand le coup d’État survint. Me Pierre Yanogo rappelle qu’il s’est retrouvé pris en otage dans le piège de la guerre fratricide entre le lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida et le général Gilbert Diendéré. « Pour être honnête, il a posé des actes », reconnaît l’avocat qui égrène.

C’est bien le commandant qui a envoyé des hommes chercher des armes au Togo, qui a autorisé des missions de maintien d’ordre à la Place de la nation. Par contre, relève Me Yanogo, ce serait ingrat et malhonnête de ne pas reconnaître les actes positifs que l’accusé a posés pour éviter l’affrontement entre le RSP et l’armée loyaliste. D’ailleurs, les médiateurs comme Mgr Paul Ouédraogo, ou encore l’ancien chef d’état-major général des armées, ont reconnu son rôle dans le dénouement de la crise.

Aussi, il a cité celui qui a été le premier visage du putsch avec la lecture des communiqués à la télévision, le médecin-colonel Mamadou Bamba qui, selon lui, est une victime du coup d’État. L’auxiliaire de justice relève qu’il a été transparent à sa comparution à la barre, en aidant à la manifestation de la vérité. L’accusé a regretté ce qu’il a fait et même maudit le jour qu’il a connu le capitane Abdoulaye Dao qui l’a mis dans cette affaire.

Il y a également le capitaine Oussène Zoumbri. L’homme a été un acteur du coup d’État, il a même proféré des menaces aux médiateurs qui étaient allés à Kosyam pour dissuader les hommes de continuer dans cette aventure. Il a également conversé par message avec le lieutenant Jacques Limon pour mieux assurer la réussite du coup d’État. Mais une fois à la barre, il a fait profil bas et a regretté ce qui s’est passé.

La catégorie des non-repentis

La troisième catégorie regroupe ceux qui, selon l’avocat ont, non seulement, joué un rôle majeur dans le coup d’État, mais n’ont manifesté aucun remord quand ils ont comparu. En premier lieu, il y a le capitaine Dao. Absent au moment de la prise en otage des autorités de la Transition, il a pris les choses en main une fois à Ouagadougou, en étant le chef d’orchestre des putschistes et en étant très menaçant à l’endroit des médiateurs. À la barre, l’accusé n’a manifesté aucun signe de repentir.

Le colonel Abdoul Karim Traoré était l’un des cerveaux du coup, le rédacteur en chef des communiqués du coup d’État, selon Me Pierre Yanogo. Juge de formation, magistrat de profession, militaire de métier, son comportement est inacceptable, a martelé l’avocat, ajoutant que son attitude à la barre ne plaide pas en sa faveur.

Le lieutenant Boureima Zagré est également dans l’aile dure du coup, selon Me Yanogo. En mission onusienne, il était en permission à Ouagadougou quand le coup d’État est survenu. Malgré tout, il a pris une part active aux événements en conduisant une équipe à la Place de la nation et en allant au Togo pour chercher du matériel. Son degré d’engagement amène le conseil des victimes à se demander s’il était vraiment à Ouagadougou de façon fortuite pendant le coup. Le lieutenant à la barre n’a pas eu un comportement qui laisse croire qu’il regrette ses actes.

Outre ces officiers, Me Pierre Yanogo a apprécié l’attitude de certains sous-officiers qui ont certes été impliqués dans le coup d’État, mais ont eu un comportement appréciable à la barre. Il s’agit entre autres de l’adjudant Jean Florent Nion, l’adjudant-chef Moussa Nebié, le sergent-chef Ali Sanou…

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 15 juin à 01:09, par caca En réponse à : Procès du coup d’État : L’étonnante plaidoirie de Me Pierre Yanogo

    Je suis surpris de la clémence des avocats des victimes. Je croyais une plaidoirie robuste, ils ont été indulgents contre putschistes. J’attends de voir la réquisition du parquet, mais les prévenus peuvent revenir aux bons sentiments en demandant pardon et reconnaissant que quand même un acte répréhensible vis_à_vis du peuple burkinabè et les victimes.

    Répondre à ce message

  • Le 15 juin à 10:14, par Le Roi En réponse à : Procès du coup d’État : L’étonnante plaidoirie de Me Pierre Yanogo

    Je demande si cet avocat à suivi le même procès que moi. Je comprends maintenant le bien-fondé de la plainte du procureur qui avait attiré l’attention du président sur le fait que certains avocats avaient une attitude buissonnière dans le déroulement du procès ; très souvent absents , ces avocats viennent toujours en dernière minute pour emmètre des avis à contre courant.
    Sinon , comment comprendre qu’un avocat de la patiente civile , aille jusqu’à demander la clémence du tribunal pour un monstre comme Rambo. Quand-même !

    Répondre à ce message

  • Le 15 juin à 12:18, par Paul KERE En réponse à : Procès du coup d’État : L’étonnante plaidoirie de Me Pierre Yanogo

    Mon Très Cher Confrère YANOGO,

    Je loue le décryptage factuel que vous avez fait dans vos observations. C’est la preuve intangible qu’il n’y a qu’une catégorie d’avocat qui concoure à la bonne administration et prise de décision du juge, en l’espèce, le Tribunal Militaire.
    Malheureusement, vous n’êtes pas allés jusqu’au bout pour tirer les conséquences de ce que c’est la dissolution du RSP qui a mis le feu aux poudres.
    Et voilà maintenant que notre pays se trouve en difficulté de faire face à la situation sécuritaire. A qui la faute ?
    Bref, c’est avec respect, confraternité et fraternité que je vous adresse toute ma reconnaissance et toute mon amitié.
    Bien évidemment, ceux de nos compatriotes qui ne comprennent pas le fonctionnement d’un procès pénal ne peuvent pas en comprendre la quintessence. Qu’ils en soient tolérés. Ce n’est pas une "plaidoirie étonnante", mais, bien au contraire, une excellente plaidoirie même si au passage, notre confrère égratigne quelques accusés en se mettant à la place du Parquet Militaire. Confrère, laissez ce boulot aux magistrats debouts qui, je n’en doute pas, seront justes dans leurs réquisitions. Merci encore à vous !

    Répondre à ce message

    • Le 16 juin à 14:56, par Hamidou En réponse à : Procès du coup d’État : L’étonnante plaidoirie de Me Pierre Yanogo

      Que Dieu aie pitié de ton âme. Comment un être humain peut être aussi abruti et inutile pour sa communauté jusqu’à ce point. Même avec 5 fois de rsp les attaques allaient se passer au Burkina. Leur présence ou absence n’a rien à voir avec ce qui se passe dans notre pays. Il n’y avait pas de rsp au Mali mais la même chose se passe là-bas.

      Répondre à ce message

  • Le 15 juin à 13:15, par Vvhjk@yahoo.fr En réponse à : Procès du coup d’État : L’étonnante plaidoirie de Me Pierre Yanogo

    Les avocats sont à la solde des partis politiques. Présidentiel ou opposition.

    Répondre à ce message

  • Le 15 juin à 14:25, par SOME En réponse à : Procès du coup d’État : L’étonnante plaidoirie de Me Pierre Yanogo

    Non maitre yanogo nous ne sommes pas d’accord le peuple suit ce proces et n’acceptera jamais un arragement. Vous faites votre role mais pas contre la manifestation de la justice. On ne dedouanera pas certains si facilement
    Ne gachez pas un si bon proces qui a montre le professionnalisme et l’integrite des juges militaires. Non attention vous etes sur une mauvaise pense. Le peuple n’acceptera pas. cela ne veut point vengeance. Nous voulons seulement une justice juste
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 15 juin à 21:01, par LE PEUPLE En réponse à : Procès du coup d’État : L’étonnante plaidoirie de Me Pierre Yanogo

    POUR QUI ROULE CET AVOCAT ? EN TOUT CAS, PAS POUR LES VICTIMES DONT IL AVAIT POURTANT LA CHARGE DE DEFENDRE. EN ANALYSANT BIEN, TOUS CEUX DONT IL DEMANDE LA CLEMENCE SONT LES HOMMES DE ANGE DJIBRIL. QUE LE TRIBUNAL NE SE LAISSE PAS BERNER PAR CET AVOCAT AUX DESSEINS INAVOUES. TOUS CEUX QUI ONT TOURNER LES ARMES DU PEUPLE CONTRE CE MEME PEUPLE DOIVENT ETRE SEVEREMENT PUNIS POUR L’EXEMPLE. A BON ENTENDEUR, SALUT.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juin à 07:08, par Un citoyen conscient. En réponse à : Procès du coup d’État : L’étonnante plaidoirie de Me Pierre Yanogo

    Ceux qui ne comprennent pas ne peuvent pas comprendre. C’est pas forcé de dire ce qu’on pense surtout si c’est pour raconter des balivernes dont on ignore tout. Merci.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juin à 08:46, par sidbala En réponse à : Procès du coup d’État : L’étonnante plaidoirie de Me Pierre Yanogo

    Si maitre connaissait BAMBA...Il a toujours et de tout temps regretté ses gestes. Regardez sa vie en utilisant le rétroviseur.

    Répondre à ce message

  • Le 18 juin à 00:44, par TAMA En réponse à : Procès du coup d’État : L’étonnante plaidoirie de Me Pierre Yanogo

    Eh Seigneur, au secours.
    Je n’ai pas du tout confiance a cette plaidoirie de Maitre Yanogo. Maitre, vous representez la loi. Il y a des choses qu’on ne peut pas dire dans certaines circonstances. Le dossier est tres sensible donc prudence dans votre plaidoirie surtout si vous n’etes pas tres sur de la culpabilite des gens. Tout ce que vous avancez est en partie du sentimentalisme. Il y a les avocats de la defense pour demander la clemence du tribunal. N’est ce pas mieux de les laisser faire leur travail ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Procès du putsch : L’audience sur les intérêts civils renvoyée au mardi 29 octobre 2019
Procès du putsch manqué de 2015 : Pour le journaliste Sita Tarbagdo, « les faits sont têtus »
An IV du putsch de septembre 2015 : Déclaration du balai citoyen en cette journée d’unité d’action patriotique
An IV du putsch manqué de septembre 2015 : Des Bobolais prônent la réconciliation nationale
Putsch de septembre 2015 : Quatre ans après, syndicalistes et citoyens se souviennent de la résistance opposée par le peuple
Procès du coup d’Etat : En fuite, Fatou Diendéré et 6 autres écopent de 30 ans de prison ferme
Procès du putsch de 2015 : Fatoumata Diallo, l’épouse du Général Diendéré condamnée à 30 ans de prison fermes
Procès du putsch du CND : Le verdict complet du tribunal militaire
Procès du putsch : Cerveaux, exécutants et complices derrière les barreaux !
Procès du putsch : Les peines des absents seront connues ce 3 septembre
Verdict du procès du putsch de 2015 : La réaction de quelques avocats
Verdict du Procès du putsch de septembre 2015 : Des Ouagalais réagissent
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés