Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’homme ne peut pas vivre sans feu, et l’on ne fait раs dе fеu sаns brûlеr quеlquе сhοsе. » René Daumal

Putsch du CND : « Si on devrait classer les accusés par ordre, Fatoumata Diawara allait occuper le 3e rang », selon Me Séraphin Somé

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • • mardi 2 avril 2019 à 13h11min
Putsch du CND : « Si on devrait classer les accusés par ordre, Fatoumata Diawara allait occuper le 3e rang », selon Me Séraphin Somé

Le président du tribunal est revenu sur les éléments sonores du coup d’État de septembre 2015. Hier, dans une des conversations entre Fatoumata Diawara et le caporal Massa Saboué, c’était la langue dioula qui était parlée.

Ce matin, un interprète a été choisi pour traduire les échanges en français.
Parmi les trois éléments sonores, on retient que Fatoumata Diawara a ordonné au caporal Massa Saboué de sortir et de se battre, car celui qui devrait les financer venait de se faire arrêter.

Selon le parquet militaire, il s’agit de l’arrestation du général Djibrill Bassolé. "Il faut sortir ! Si vous prenez la ville, il faut libérer celui qu’on a arrêté", a-t-elle dit.

"Donnez-moi l’argent pour sortir me battre". Ce propos du caporal Massa Saboué à dame Fatoumata Diawara, selon le parquet, traduit de l’activité de mercenariat, venant d’un militaire.

Pour le parquet, grâce à dame Diawara, un pan de voile a été levé concernant la participation du Gal Bassolé dans le coup d’État.

Tout en confirmant que ces éléments sonores sont authentiques, le parquet militaire a déclaré que "même un génie ne peut pas inventer ces éléments".

"Collecter des fonds pour galvaniser la troupe et donner des instructions pour l’intervention militaire. Voici ce que les éléments sonores nous renseignent du rôle de dame Diawara dans cette affaire", a indiqué Me Séraphin Somé de la partie civile. "Cette jeune dame a joué particulièrement un rôle important dans cette affaire. Si on devrait classer les accusés par ordre, dame Diawara allait occuper le 3e rang", a-t-il ajouté.

Du côté de la défense, l’authenticité des éléments sonores est toujours remise en cause. Selon Me Latif Dabo, il n’y a rien qui permet de rattacher la voix contenue dans les éléments sonores à dame Diawara. "Sur quoi le parquet se base pour prouver que c’est la voix de Fatoumata Diawara, parmi des millions d’autres femmes burkinabè", s’est-il interrogé.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 2 avril à 13:47, par Nabiiga En réponse à : Putsch du CND : « Si on devrait classer les accusés par ordre, Fatoumata Diawara allait occuper le 3e rang », selon Me Séraphin Somé

    Le RSP était-il au service de lambda Burkinabè ? Non et non

    N’iimporte quel lqui dam pouvait le commandait aussi longtemps que la personne avait un lien aussi maigre soit-il ? Oui

    Même les copines de leurs enfants ? Oui

    Fallait-il être militaire pour commander le RSP ? Mais non ?

    Est-ce vrai donc que tous ces bruits d’être des commandos spécialisé dans ceci et cela n’était de poussière dans les yeux de lambda burkinabè ? Mais oui

    Donc, ils n’était pas commando et fort ? Non,
    c’était un corps des vielles femmes capables de rien sauf jeter des grenades dans des voitures ; sauf traquer des gens et tirer sur eux et brûler les voitures. Cela étant, il fallait appeler le RSP, groupe des pyromanes et non pas de militaires.
    Bandes de voyous. Oui !!!

    Répondre à ce message

  • Le 2 avril à 13:57, par Arrêtez ce dilatoire En réponse à : Putsch du CND : « Si on devrait classer les accusés par ordre, Fatoumata Diawara allait occuper le 3e rang », selon Me Séraphin Somé

    Si soit disant Me Latif Dabo ne connait pas la voix de sa femme parmi des millions de femmes burkinabè, c’est le last des avocats

    Répondre à ce message

  • Le 2 avril à 14:29, par chocochoco En réponse à : Putsch du CND : « Si on devrait classer les accusés par ordre, Fatoumata Diawara allait occuper le 3e rang », selon Me Séraphin Somé

    ignorantum ignorantom ignorantam .Allons seulement . Koudou disait quand un Homme marche il laisse des traces.
    suivez mon regard. je passais

    Répondre à ce message

  • Le 2 avril à 14:32, par Mafoi En réponse à : Putsch du CND : « Si on devrait classer les accusés par ordre, Fatoumata Diawara allait occuper le 3e rang », selon Me Séraphin Somé

    Elle peut être classée pour ce putsch de la maternelle comme la number one dans sa hiérarchisation puisqu’elle se permettait de donner des ordres aux généraux d’opérette,aux officiers de salon,aux sous-officiers de cabaret et aux hommes de rang des maisons closes.Donc ce putsch ne pouvait que foirer et c’est tant mieux

    Répondre à ce message

  • Le 2 avril à 15:03, par SOME En réponse à : Putsch du CND : « Si on devrait classer les accusés par ordre, Fatoumata Diawara allait occuper le 3e rang », selon Me Séraphin Somé

    hey dieu il n’est pas bon d’etre avocat deh par ces temps qui courent : ils sont obligés de dire des choses pas possibles !!!!
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 2 avril à 16:12, par caca En réponse à : Putsch du CND : « Si on devrait classer les accusés par ordre, Fatoumata Diawara allait occuper le 3e rang », selon Me Séraphin Somé

    Si authenticité des écoutes étaient à confirmer, Madame Diawara risque gros dans cette affaire. On dirais que le putsch a été préparé par elle et le Gal Bassolé. A-t-elle été manipulée et par qui, c’est là où l’enquête de la police judiciaire n’a pas été suffisante ? La question sera de savoir si le putsch était évitable et par comment avec tout ce qu’on a entendu comme problème qui opposait le RSP et les autres corps. Et même si le putsch de 2015 n’avait pas été c’est sûr qu’avec tout ce qui se passe actuellement les militaires allaient tenter de renverser le pouvoir MPP. Celui de 2015 reste inacceptable, mais peut être compris dans un sens d’exception avec l’insurrection populaire et la transition chaotique qui avait divisé les burkinabé. Les Burkinabé peuvent désormais faire un deuil et accepter de pardonner et réconcilier avec nos frères rebelles et égoïstes.
    Le bienfait de ce putsch est qu’il est désormais derrière nous, et que l’armée est devenue plus que républicaine. Grâce ce putsch que les Ka, Some et d’autres considèrent à la maternelle, le temps est arrivé où aucun pouvoir politique doit s’inquiéter après son élection. C’est difficile, mais cette expérience était inévitable avec l’égocentrisme de nos politiques. Aujourd’hui, même les hommes forts de l’insurrection se cherchent, en effet Zida a fui, le MPP est en difficulté, l’UPC ne sait plus grande chose et même le CDP est en hésitation.
    Maintenant, il faut que nous arrivons à faire pardon et faire un point d’honneur contre nos frères qui sont devenus terroristes. On ne sait même pas ce qu’ils veulent et aucune revendication permet de comprendre cet acharnement. Rien que ce début de semaine plus 30 personnes à mettre dans un trou. Et ils sont morts dans des conditions inhumaines. Dans 1 Corinthiens 1, 20 Où est le sage ? où est le scribe ? où est le disputeur de ce siècle ? Dieu n’a-t-il pas convaincu de folie la sagesse du monde ? 21 Car puisque le monde, avec sa sagesse, n’a point connu Dieu dans la sagesse de Dieu, il a plu à Dieu de sauver les croyants par la folie de la prédication. 22 Les Juifs demandent des miracles et les Grecs cherchent la sagesse : 23 nous, nous prêchons Christ crucifié ; scandale pour les Juifs et folie pour les païens, 24 mais puissance de Dieu et sagesse de Dieu pour ceux qui sont appelés, tant Juifs que Grecs. 25 Car la folie de Dieu est plus sage que les hommes, et la faiblesse de Dieu est plus forte que les hommes.j’aurais pu m’arrêter au verset 20 avec une interrogation, mais la suite du passage me permet d’ironiser un peu avec le Régime des frères Comaporé que certains burkinabé n’ont jamais approuvés, mais qui était un temps de paix, de stabilité et de prospérité. Quelque soit les crimes qu’on pourrait imputer aux frères Comaporé, pour l’instant avec tout ce qui passe on peut également avec le prophète Esaie 53 : 1 Qui a cru à ce qui nous était annoncé ? Qui a reconnu le bras de l’Eternel ? 2 Il s’est élevé devant lui comme une faible plante, Comme un rejeton qui sort d’une terre desséchée ; Il n’avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards, Et son aspect n’avait rien pour nous plaire. 3 Méprisé et abandonné des hommes, Homme de douleur et habitué à la souffrance, Semblable à celui dont on détourne le visage, Nous l’avons dédaigné, nous n’avons fait de lui aucun cas.
    Unissons nous dans la prière et acceptons notre prochain tel qu’il est et pardonnons nous réciproquement.

    Répondre à ce message

  • Le 2 avril à 17:43, par no comment En réponse à : Putsch du CND : « Si on devrait classer les accusés par ordre, Fatoumata Diawara allait occuper le 3e rang », selon Me Séraphin Somé

    franchement le metier de l’avocat n’est pas facile dèhh. comment peut on qualifier de blanc ce que tout le monde voit comme rouge ? Est qu’on est vraiment obligé de mentir pour defendre l’indéfendable. chapeau à l’internaute Arrêtez ce dilatoire pour son commentaire. dans tous les cas et en droit pénal ou criminel je ne sais quoi, l’accusé n’étant pas obligé de reconnaitre les faits il appartient au parquet de tirer les conclusions. big up aux juges et carton rouge aux avocats de la défense qui passeront au purgatoire de l’Eternel pour rendre compte à Dieu de leur travail sur terre.

    Répondre à ce message

  • Le 2 avril à 20:37, par Nabiiga En réponse à : Putsch du CND : « Si on devrait classer les accusés par ordre, Fatoumata Diawara allait occuper le 3e rang », selon Me Séraphin Somé

    Haya, laisse-moi t’aider un peu à transporter ton fardeau :

    ’Si authenticité des écoutes étaient à confirmer’

    C’est la malhonnête inouïe si tu prétends et attends toujours que les écoutes soient authentifiées. Ce qui a été diffusé est bel et bien la voix de cette jeune fille, même pas policière municipale mais qui commandait ce qu’on appelait abusivement un corps élite. Il n’en était point. Appelons les choses par leurs noms ; c’était un corps de malfrats, un escadron de la mort au service de Blaise et sa famille.

    On dirait que le putsch a été préparé par elle et le Gal Bassolé

    Passons du conditionnel du présent donc irréel et imaginaire à la réalité. Le coup d’état a été préparé par Gilbert Diendéré avec participation de Bassolé et les autres mais qui a été proposé par le CDP

    Et même si le putsch de 2015 n’avait pas été c’est sûr qu’avec tout ce qui se passe actuellement les militaires allaient tenter de renverser le pouvoir MPP

    Entre alors Zida dans le jeu. Tu te joigneras à nous pour chanter les louanges de Zida car si Zida n’avait pas risqué sa vie pour dissoudre ce corps de malfrats, ce seraient eux au pourvoir aujourd’hui. Donne à César ce qui est à César. Zida, est-il parfait. Loin s’en faut, mais il a fait une chose remarquable pour le Burkina.

    la transition chaotique qui avait divisé les burkinabé’.

    Hypocrisie insondable quand tu nous tiens, oui. En quoi la transition a-t-elle divisé les Burkinabès ? Problème avec le CDP est que tout le monde a tort sauf ses militants. Qui est-ce qui a causé l’insurrection ? N’est-ce pas le CDP ? Il n’y aurait pas eu d’insurrection si au lieu de penser aux panses le CDP pensait a à l’intérêt collectif de nous tous. La transition a uni solidement les burkinabè en excluant toute personne qui a aidé à la intransigeance de Blaise et le CDP

    Burkinabé peuvent désormais faire un deuil et accepter de pardonner et réconcilier avec nos frères rebelles et égoïstes’ {{}}

    J’aime, à mon tour, ton arrogance. Aucun pardon n’est possible sans que la personne qui a causé le tort l’accepte et en toute humilité, récite avec concision le tort qui a été causé à l’offensé. Bref, le pardon se donne devant une reconnaissance d’offense ; pas avant. Lorsque Blaise et son frère ont assassiné Norbert, n’ont-ils pas envoyé une brique à la famille de Norbert ? Arrogance, arrogance, arrogance

    Le bienfait de ce putsch est qu’il est désormais derrière nous, et que l’armée est devenue plus que républicaine’

    Tiens ! Tu feras bien de nous dire pourquoi l’armée n’était pas Républicaine avant mais l’est désormais. Y-a-t-il une raison pourquoi l’armée a été divisée ? L’armée n’était pas républicaine à cause de RSP qui était un corps de malfrats, une milice au service de Blaise et sa famille. Les autres n’étaient pas contents. Grace à Zida, le RSP n’est plus là et tout le monde est sur le même pied d’égalité donc républicaine.

    Aujourd’hui, même les hommes forts de l’insurrection se cherchent, en effet Zida a fui, le MPP est en difficulté, l’UPC ne sait plus grande chose et même le CDP est en hésitation’

    Je préfère que tu dises : Aujourd’hui les lions d’hier ont fui. Ceux pour qui le Burkina fut terre conquise, ceux qui nous tétanisaient, ceux dont le sang d’un être humain n’était que de l’encre en laissant nous autres qui ont été soustraits des tronc d’arbres, Ceux qui sont nés des parents ont tous fui qui en France, qui en Côte d’Ivoire et j’en passe. Avant de voir ce que l’autrui a dans son œil enlevé ce que tu as dans ton propre œil

    C’est difficile, mais cette expérience était inévitable avec l’égocentrisme de nos politiques’

    Pour rappel, lors du pouvoir Blaise-François, aucun business ne se faisait au Burkina sans que quelqu’un de cette famille mafiosi fasse partie de ce business. Ce n’est pas altruisme cela, mais bien égoïsme de la politique CDP

    Rien que ce début de semaine plus 30 personnes à mettre dans un trou’

    Nos compatriotes qui ont perdu leurs vies il y a quelque jours, sans oublier bien sûr les attaques de Ouaga et les pertes en vie humaines qui ont été déplorées ont été perpétrées par ceux que tu passes le claire de ton temps à défendre. Je les nomme : Gilbert Diendéré, Blaise Compaoré, Djibril et le CDP. L’erreur monumental de Zida était de dissoudre le RSP et le CDP en même temps car cet organisme a perdu tout légitimité de gouverner notre pays car partisans des djihadistes. Suis-je MPP, certainement pas du tout

    mais qui était un temps de paix, de stabilité et de prospérité.

    Ah bon l’ère de Blaise fut un temps de paix et la prospérité ? J’admire ta capacité d’amuser. Paix et prospérité à quel prix ? On te faisait il y avait rien, ce cela ta version de paix ? Il y avait de l’argent sale qui circulait, argent volé directement du trésor national. Aujourd’hui, impossible de voler. Lambda burkinabè a pris contrôle de son trésor. ’

    ’1 Corinthiens 1, 20

    Hi, Hi Hi’ il a trouvé Dieu finalement. Seulement hier tu nous faisais savoir que la vie est une fleur et que c’est permis d’assassiner d’autres et garder les autres. T’es converti aujourd’hui. Tu m’as lavé hier en balayant du revers de ta main gauche l’importance de la vie d’Henri, Lingani, Norbert et j’en passe. Je te conseil de lire souvent la bible

    On ne sait même pas ce qu’ils veulent et aucune revendication permet de comprendre cet acharnement".

    Quel est cet honnête Burkinabè qui ne sait ce que veulent les partisans de ceux qui sont jugés, les djihadistes. Tout le monde le sait. Tout est là au procès. Le Burkina est attaqué parce que les gens que tu défends tous les jours sont en procès. Ils nous attaquent parce que le CDP n’est plus au pouvoir. Point !

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril à 18:05, par Abou KINDO En réponse à : Putsch du CND : « Si on devrait classer les accusés par ordre, Fatoumata Diawara allait occuper le 3e rang », selon Me Séraphin Somé

    Il faut qui on arrête de penser au terrorisme . les terroriste quand ils attaquent ils revendiquent ? Mais oui . Donc il faut rompre le mythe de terrorisme dans mon Faso . Comment peut on nommer cela de son vrai nom ? LA RÉBELLION OUI DE LA RÉBELLION .Je ne déteste ny aimé un parti politique. je suis apolitique. On a peut être perdu la bataille mais on gagnera cette guerre un jour même si c’est tard. Que nos autorités militairesnt de bosser comme cela ça ira .

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril à 18:47, par OUEDRAOGO Hamado En réponse à : Putsch du CND : « Si on devrait classer les accusés par ordre, Fatoumata Diawara allait occuper le 3e rang », selon Me Séraphin Somé

    De prime abord, ce sur quoi on peut se baser pour dire que c’est la voix de Diawara, c’est que l’appel est parti d’un téléphone comportant émettant avec un numéro qu’elle seule possède parmi les millions de burkinabe... Autre chose à ajouter ?

    Répondre à ce message

  • Le 4 avril à 02:26, par Sayouba En réponse à : Putsch du CND : « Si on devrait classer les accusés par ordre, Fatoumata Diawara allait occuper le 3e rang », selon Me Séraphin Somé

    Quel est le rapport avec le « pardon » dans tous ça ? Pardonner n’a de sens que s’il y’a des actes impardonnables. Sinon ce sera l’anarchie totale. De toute l’histoire de ce pays, nul autre régime n’a semé autant de désolations que le régime Compaoré. Mais ce dernier a l’intelligence de ne pas essayer d’être un jusqu’au-boutiste. Du moins, officiellement ! Mais ceux qui ne sont pas capables de laisser le pays en paix sont ceux aujourd’hui devant le parquet ! Où est donc le rapport avec un quelconque « pardon » ? C’est gens-là ont joué avec le feu et maintenant, ils se brûlent les doigts ! C’est aussi simple que ça. On ne souhaite pas voir de justice ondoyante. On souhaite que la vérité triomphe. Mais de grâce arrêtez de parler de pardon, c’est insensé. Je penses à tous ceux qui on perdu la vie (jeunes gens essentiellement) leurs familles, et le vide crée dans la vie des pauvre parents.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Procès du putsch du CND : Suspension d’une semaine suite à une requête de la défense du Général Diendéré
Procès du putsch : « Pourquoi tant de haine à mon égard ? », se demande le Sergent-chef Roger Koussoubé
Procès du putsch : « Je vous remets ma vie de jeunesse, faites-en ce que vous voulez ! », lance le soldat Soulama
Procès du putsch du CND : ‘’Rambo’’ plaide coupable et demande pardon
Procès du putsch du CND : La « Zerboïte », nouvelle trouvaille de Me Idrissa Badini
Procès du putsch du CND : Un accusé victime de la « Zerboïde », selon son conseil
Procès du putsch du CND : « Aller conduire quelqu’un et cela devient 25 ans de prison ferme ? », s’interroge le Soldat Samuel Coulibaly
Procès du putsch du CND : Me Paul Kéré stoppé dans ses envolées lyriques
Procès du putsch de 2015 : Une avocate invite le tribunal à la clairvoyance
Procès du putsch du CND : Me Orokia Ouattara demande au tribunal de ne pas juger selon des « vraisemblances »
Procès du putsch du CND : Le Caporal Soumaila Guessongo demande à ne plus être condamné « sur ordre »
Procès du putsch du CND : Fatoumata Diawara demande la clémence du tribunal militaire
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés