Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’homme sans patience, c’est une lampe sаns huilе. » Alfred de Musset

Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • LEFASO.NET • mercredi 6 mars 2019 à 15h29min
Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

Après Jérémie Ilboudo, c’est au tour de Monseigneur Paul Ouédraogo de lui succéder à la barre. Se prêtant au même exercice, Mgr Paul Ouédraogo a dit ce qu’il a vu, su et fait durant la crise du 16 septembre et jours suivants.

Résidant à Bobo, le témoin a dit qu’il a pris la route de Ouagadougou, dans le cadre d’une rencontre de la conférence épiscopale Burkina-Niger qu’il présidait. Durant le trajet, aux environs de 14h, il a reçu des coups de fil du chef de cabinet de la présidence et du Chef d’état-major général des armées (CEMGA), lui annonçant l’arrestation des autorités de la Transition.

A l’absence du Cardinal Ouédraogo (en déplacement), Mgr Paul Ouédraogo, est invité à prendre part à la réunion entre la hiérarchie militaire et les éléments du RSP.

A son arrivée dans la salle, c’est le Gal Diendéré qui faisait le point de la situation aux membres de la réunion. De la mémoire du témoin, Gilbert Diendéré a dit "c’est impossible que les éléments du RSP fassent marche arrière".

Ainsi, Mgr Paul Ouédraogo a suggéré de rencontrer les éléments pour tenter de trouver une solution.

Le Capitaine Dao lui a fait savoir que "le problème fondamental de ce pays, c’est l’exclusion". Mgr Paul Ouédraogo a demandé alors quelle est la solution à ce problème. "C’est ce que nous avons fait là", a répondu un élément du RSP.

Au cours des échanges, l’ancien président Jean-Baptiste Ouédraogo, a demandé aux hommes si le coup de force est consommé, et ils ont répondu "Oui".

De retour au ministère de la Défense pour continuer la réunion, une solution n’a pas été trouvée. Suite aux tractations, le président Jean-Baptiste Ouédraogo, a demandé : "Gilbert, est-ce que le coup d’État est consommé ?" A cette question, le témoin a déclaré que le Gal Gilbert Diendéré a répondu : "Je pense que oui".

Face à cette réponse, Mgr Paul Ouédraogo a laissé entendre qu’il ne restait qu’à prier. A 4h moins, Mgr Paul Ouédraogo, a demandé de quitter les lieux.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 6 mars 2019 à 15:37, par HUG En réponse à : Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

    Pourquoi à l’époque les participants à cette rencontre n’ont pas fait un communiqué pour dire qu’ils s’opposaient formellement à ce coup d’Etat après que le Général ait dit qu’il pensait que le coup d’Etat était consommé. Pourquoi et pourquoi ? Voyez vous il faut que les uns et les autres s’assument.

    Répondre à ce message

    • Le 6 mars 2019 à 16:26, par Le faux général En réponse à : Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

      Après que le faux général a dit qu’ il pensait que le coup d’Etat était consommé, rien à dire, aucun communiqué n’est indispensable. Il doit assumer comme c’est un habitué des vrais et faux coups d’Etat. Il commence sa carrière militaire par un coup d’Etat et la termine par un coup d’Etat. Dire qu’un moment donné au Faso, on eu peur de ces gens croyant qu’ils étaient invulnérables, immortels. On a même pensé que c’est goudron qui circulait dans leurs veines. Dieu Tout-Puissant, nous t’implorons pour qu’à jamais, des gens cruels comme ce faux general ne se retrouvent encore dans notre Vaillante Armée ; ils doivent être boutés hors du Faso avec comme point de chute, le Togo ou la Côte d’Ivoire.

      Répondre à ce message

    • Le 6 mars 2019 à 16:39, par Un Burkinabê En réponse à : Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

      Ils le l’ont pas fait parce qu’il savaient que le coup était voué à l’échec. Tout le monde sauf ces ignards du RSP savait qu’après l’insurrection d’octobre 2014 et au 21è siècle aucun coup d’Etat même en Afrique noire ne peut réussir. Les peuples du monde veulent être dirigés par les dirigeants qu’ils ont choisis par les urnes. Plus jamais par des Django qui veulent s’imposer aux autres en utilisant les armes payées par le peuple.

      Répondre à ce message

    • Le 6 mars 2019 à 17:01, par Messoh En réponse à : Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

      Hug, je ne sais pas comment tu réfléchis. Le simple fait de ne pas faire un communiqué fait de ces personnes des complices ? Quelle bizarrerie ??? Quand le coup ce préparait et s’exécutait, étaient-ils là ? Comment voulez-vous qu’ils assument quelque chose qu’ils n’ont pas préparé et exécuter ??? Je ne sais pas comment certaine personne réfléchissent. C’est triste.

      Répondre à ce message

    • Le 6 mars 2019 à 17:57, par Hakiliso En réponse à : Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

      Mr HUG, Soyons un peu sérieux. Où avez-vous déjà vu des opposants à un putsch (connus des putschistes) faire un communiqué pour exprimer officiellement leur opposition ? Par quels presse, radio ou télévision ? Savez-vous qu’aux premières heures d’un coup d’état, les putschistes s’assurent TOUJOURS d’avoir le CONTRÔLE des MÉDIAS OFFICIELS pour manipuler la population et imposer leur forfaiture ? De grâce, gardez en mémoire que des frères Burkinabè sont tombés sous les balles de ces "justiciers de la dernière heure" qui ne s’assument pas. Ce procès a vocation de réparer le mal fait aux dignes fils et filles de notre Faso, il a vocation de faire de la pédagogie pour toute la nation quant au sens de la RESPONSABILITÉ.
      ARMÉE REPUBLICAINE rime avec NEUTRALITÉ, RESPONSABILITÉ et HONNEUR. Autrement, nous aurions affaire à une milice nourrie, formée pour servir un clan au détriment de la nation.

      Répondre à ce message

    • Le 6 mars 2019 à 18:54, par Confidentiel En réponse à : Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

      HUG, j ai du mal a te suivre car souvent lucide souvent obscur.Comme l a dit qq1 c est pcq il ne fait plus chaud dans la cuisine que les chiens peuvent y dormir.C est trop facile de s assoire devant son petit ecran pour ecrire.Toi qu a tu fais contre le coup d etat,je ne suis pas sur que tu etais pret a mourir pour la patrie.

      Répondre à ce message

    • Le 6 mars 2019 à 21:39, par La Crainte En réponse à : Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

      Parce qu’ils avaient été conviés à cette rencontre par un « communiqué » ? D’où te viens cette idée ? Je t’invite toi qui n’as peur de rien à décliner ton identité et ton lieu de résidence, n’oublie pas de dire ce que tu fais et où. Pourquoi demandes-tu ce que tu ne peux servir à autrui ?

      Répondre à ce message

    • Le 6 mars 2019 à 22:53, par Juste En réponse à : Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

      Je pense qu’il faut même saluer le courage de ces hommes qui étaient à la réunion et qui ont osé désapprouver le coup d’état ; ce n’était vraiment pas évident avec tout l’arsenal militaire qui était posté dehors. Et puis, je crois que c’était sage de leur part de ne pas faire de déclaration (ou communiqué si vous voulez) parce que la situation allait s’envenimer. Imaginez la population mobilisée déjà contre le coup et des personnes et pas des moindres (parce que c’est quand même la crème de l’intégrité et la modération dans ce pays) qui sortent faire un communiqué comme vous le vouliez ; c’est comme s’ils sifflaient le début d’un "match de violence" qui allait certainement nous amener loin que ce qu’on connait aujourd’hui. Non Monsieur ou Madame HUG, la pondération qu’ils ont observée était la meilleure manière. Il faut que nous comprenions aussi que la gestion des questions militaires est assez délicate, certaines positions tranchées peuvent produire l’effet contraire.

      Répondre à ce message

      • Le 7 mars 2019 à 09:43, par SOME En réponse à : Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

        Le juste j’admire toa patience a expliquer l’evidence a cet énergumene de tres mauvaise foi de Hug ! Il est là comme son compere caca pour faire la provocation. Il y en a qui sont tellement mauvais qu’ils ne faut meme pas les calculer. Mais au moins tu permets d’ouvrir l’esprit a quelques naifs qui se laissent prendre. Merci
        SOME

        Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2019 à 16:01, par JOO En réponse à : Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

    Mon ami la réponse à la véritable question est de savoir si oui ou non fallait-il faire un coup d’état ?

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2019 à 16:08, par Amadoum En réponse à : Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

    Que veut dire s’assumer ?
    Une expression que chacun lance a la n’importe comment et n’importe quand.
    Connaissant le RSP et sachant comment ses membres operaient, il est facile de demander aux uns et aux autres de leur avoir fait face au moment des evenements. le coup d’etat consomme et machine en arriere etait "impossible", selon le general Diendere.
    En un mot ou en deux, tous les temoins/acteurs disent qu’ils redoutaient le RSP, en quels autres termes vous voulez qu’ils le disent.
    Comme les mossi disent "tout le monde sait le nom de la vieille, mais continue de l’appellre grand-mere".

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2019 à 16:12, par sanou paul En réponse à : Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

    Bonsoir l’internaute I . Tu sais que DIENDERE ne tardait pas à degainer. Si toi meme tu étais à la place de Mr l’évêque son éminence tu ne pouvais pas faire autrement. Sois conséquent envers toi même.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2019 à 16:21, par La vérité En réponse à : Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

    On ne s’oppose pas à un coup de force sans connaître sa vraie force. Peut être que d’autres éléments de l’armée qui ne sont pas du RSP approuvaient le coup. Si tu t’opposes sans connaître qui est qui tu peux te retrouver à 2 m sous sol : il faut se rappeler ce qui s’est passé à Koudougou après le coup d’État du 15 octobre 1987. Boukary KOUTOU dit le lion a du fuir dans un pays voisin. Les autres n’ont pas eu la chance et ont été tués. Ce sont les mêmes acteurs qui sont dans la scène du coup d’État 2015. Chacun use de ruse en vers son interlocuteur dans cette situation.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2019 à 16:31, par Direct En réponse à : Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

    Mon frere Hug, On n’est pas dans un marcher. Pourquoi ils doivent faire un communiquer. Cela allait activer le feu. Ton faux general a ete pris dans son propre piege. La douceur de la Hierarchie a ete strategique sinon il y allait avoir affrontement. Les petits insolent, exciter du RSP allaient encore tuer les gens en cahette.
    Ce general Dienderer merite 25 ans de prison avec ses gars du RSP un point barre.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2019 à 16:38, par Le réaliste En réponse à : Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

    Je pense que les ahuris ou malintentionnés qui s’excitaient quant à une éventuelle implication d’une tierce personne à ce coup d’Etat autre que DIENDERE et ses hommes ont maintenant leur réponse s’ils veulent être REALISTES. Ce témoignage venant d’un homme de Dieu, sage, clément, aimable, plein de bonté, impartial, n’a point de doute au regard de sa limpidité, sa précision et sa concision. Ce qu’il a dit vient de DIEU , à savoir :
    1º- "DIENDERE a fait le point de la situation aux membres de la réunion et il a dit que c’est impossible que les éléments du RSP fassent marche arrière "
    2º- Après la suggestion de rencontrer le RSP pour tenter de trouver une solution, le Capitaine DAO a déclaré que le problème fondamental de ce pays, c’est l’exclusion".
    3º- "Mgr Paul OUEDRAOGO a demandé quelle est donc la solution à ce problème et un élément du RSP a répliqué de façon effrontée que la solution, c’est ce que nous (les éléments du RSP) avons fait là (le coup d’Etat).
    4º- Au cours des échanges sans solution suite à la désapprobation du coup d’Etat par les autres membres de
    la réunion autres que DIENDERE et ses adeptes du RSP, l’ancien Président a posé à ces derniers, la question de savoir si le coup de force est consommé et ils ont répondu oui.
    5º- De retour au Ministère de la Défense après l’échec des négociations au Camp Naba-Kom2, le Président JBO a demandé, Gilbert, est-ce que le coup d’État est
    consommé ?"
    6º- Gilbert a répondu : "Je pense que oui".
    En toute sincérité, Est-ce qu’on a besoin d’être magistrat pour désigner les auteurs de ce coup d’Etat ? Qui de la hiérarchie peut être impliqué dans cette affaire. Réfléchissez-en

    Répondre à ce message

    • Le 6 mars 2019 à 18:41, par Ka En réponse à : Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

      Le réaliste je te tire mon chapeau : je confirme ton auto critique pertinente et limpide. Car le serviteur de Dieu a conclu dont le peuple attendait pour que les juges militaires confirment ce qu’ils savent déjà. Avons-nous besoins encore des preuves pour dire que Gilbert Diendéré et ses complices ont minutieusement préparé cette prise de pouvoir par les armes ? L’éclaircissement du serviteur de Dieu a cet rencontre dont toi ‘’’le Réaliste’’’ relate les faits marquants, et avec l’idiotie de ces mercenaires ont fait en envoyant le bamboula à la télé dire au peuple que la constitution est suspendu, une déclaration que veut l’internaute HUG pour blanchir sa cervelle de charbon avant ‘être du côté de la vérité, montre la culpabilité totale de ce mercenaire de diable avec ses complices. Nous pouvons aujourd’hui dire que ce coup d’état à la maternelle par des sicaires qui ne savent pas que le pouvoir d’un pays au 21e siècle s’arrache dans les urnes et non par les armes, leur acte est un acte terroriste et mérite des sanctions sévères.

      Répondre à ce message

    • Le 6 mars 2019 à 22:53, par WT En réponse à : Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

      Parfaitement d’accord avec votre analyse. Ceux qui pensent autrement aussi certainement en dehors de toute logique d’impartialité.

      Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2019 à 16:45, par KI Michel En réponse à : Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

    Je pense que le Prélat était tout à fait dans son rôle en tant que Serviteur de Dieu et des Hommes. J extrapole peut être en affirmant que Tout autre Autorité religieuse consacré aurait dû avoir la même attitude. Ceci étant, si après moult tentatives de raisonner les présumés pustchistes, ceux ci sont restés de marbre, il ne restait plus qu’à prier surtout que le fait répréhensible était déjà consommé.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2019 à 17:01, par Sage En réponse à : Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

    M. HUG.
    C’est toujours plus facile pour toi et moi de rester sur nos claviers pour nous poser ce genre de question. Pourquoi ? pourquoi ?
    Comme disait le Colonel Major Mamadou TRAORE, quand le foyer est éteint, les chiens peuvent s’y coucher. Face à des hommes armés alors que tu es désarmé tu fais quoi, sachant que ce sont des gens capables de tuer ?
    Chacun joue aux héros quand il est armé et que l’autre est désarmé ou faiblement armé.
    Quand les jeunes officiers ont commencé à descendre sur Ouaga, les mêmes héros du RSP n’ont pas fui ? Diendéré lui-même n’a pas fuit pour sauver sa vie ? Une année, Blaise lui-même n’a pas fuit pour se réfugier à Ziniaré face aux gens du RSP ?
    Dieu nous a tous doté de l’instinct de survie, dont la peur me semble être le principal moteur.
    Un homme, non drogué, jouissant de ses facultés mentales qui est adulte et qui dit qu’il n’a pas peur est un menteur ; parce que, un adulte a forcément eu à affronter des situations où il pouvait perdre la vie, mais il a toujours trouver la parade, sinon il serait mort depuis l’enfance.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2019 à 17:03, par Sanou tolo En réponse à : Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

    Certains commentaires font vomir. Vous savez de quoi était capable GOLF. le tribunal sait quoi faire. Allez boire et manger sans empoisonner les débats

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2019 à 18:01, par Nabayouga En réponse à : Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

    Nous assistons aujourd’hui encore a la confirmation que le coup d’État a été préparé et exécuté par le RSP sous la conduite du general d’opérette diendere. Que dernier assume la plenitude de ses actes. La peine la plus méritée, cest la peine de mort précédée d’une dégradation. Ce bonhomme est le cancer du Burkina avec son mentor kouassi kouassi blaise compaore. Le tour de ce dernier arrivera bientot.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2019 à 18:26, par La sagesse En réponse à : Proc\xe8s du putsch du CND : Monseigneur Paul Ou\xe9draogo est \xe0 la barre

    Hug,il faut bien relire pour comprendre que c’est après l’acte que l’homme de Dieu a été informé. Que ferais-tu ou dirais- tu à sa place ?

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2019 à 18:35, par OUEDRAOGO Abdoulaye En réponse à : Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

    Le "REALISTE" respect pour ton analyse. Je crois que "ton verdicte" en vaut la peine. RAS. Chapeau.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2019 à 18:38, par OUEDRAOGO Abdoulaye En réponse à : Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

    Mon cher HUG. J’ai du mal à vous comprendre. Revoyez vos analyses, si vous ne faites pas exprès.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2019 à 21:33, par Kalonji rock En réponse à : Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

    Si la Hierarchie militaire etait favorable au coups de force Elle n’allait pas demander la liberation des otages ou se rendre a NB pour discuter en trimballant avec elle un homme de dieu et un ancien president.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2019 à 21:49, par Ka En réponse à : Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

    Internaute ‘’’’Nabayouga :’’’’ Tu as complètement raison de dire que ‘’’’Nous assistons aujourd’hui encore à la confirmation que le coup d’État a été préparé et exécuté par le RSP sous la conduite du général d’opérette Diendére. Ton analyse est plus fine et subtile.

    Et je te confirme que l’objectif du putsch déjoué de 2015 était de mettre un coup d’arrêt à la Transition dirigée par le président Michel Kafando. Même si Gilbert Diendéré lui-même ne nie pas son implication dans cette tentative de prise du pouvoir par les armes, au début, il avait voulu faire croire à un coup monté par des sous-officiers de l’ex-Régiment de sécurité présidentielle (RSP) en colère, dont il aurait tout ignoré. Et pour éviter un bain de sang, avait-il soutenu, il a fini par l’assumer. Et tous ceux qui ont attentivement suivi le début de procès à la salle des banquets, les cinq avocats de l’accusé Mathieu Somé, Paul Kéré, Olivier Yelkouni, Bernard Guizot Takoré et Jean Yaovi Degli qui assurent sa défense décident de prouver que le Général se devait d’agir pour rétablir l’ordre et la justice ; donc, que le putsch était justifié. Abondance de déclarations et de stratégies qui montrent à quel point Gilbert Diendéré est coincé et tente par tous les moyens de sauver sa peau. La même stratégie est aussi adoptée par ses coaccusés de l’ex- RSP qui, sciemment ou inconsciemment, tirent des rafales sur les hauts gradés de l’armée, en termes d’aveux.

    Avec les témoignages des colonels, des généraux, et aujourd’hui le serviteur de Dieu, Gilbert Diendéré et ses complices n’auront pas la conscience tranquille, et leurs avocats auront du pain sur la planche. De toutes les façons, il est temps pour Gilbert Diendéré de jouer la carte de la franchise, assumer sa part de responsabilité, même quand il est pris dans un engrenage, c’est ce que le peuple insurgé attend des interpellés dans le dossier du putsch de 2015.

    Gilbert Diendéré qui joue l’arrogance devant ses juges, peut donc se réjouir de ne pas connaître le sort que lui a réservé au commandant Lingani et au Capitaine Zongo. La tenue même de ce procès, sous ce format, est une avancée de notre démocratie. Et celui qui doit être le premier à le reconnaître est le Général Diendéré lui-même. Il devait être honnête pour une fois de sa vie, dire la vérité sur toutes les zones d’ombres qui l’entourent, soient élucidées. C’est en cela que l’on peut dire que l’heure de vérité a sonné. L’on peut également affirmer que la Justice Burkinabè joue aussi sa crédibilité. Et au-delà de cette institution, c’est tout l’édifice démocratique que nous sommes en train de construire, qui sera évalué. C’est pourquoi, toutes les passions, tous les ressentiments, les a priori, les tirades guerrières, les envolées lyriques et autres courtes analyses à caractère politicien et subjectif, doivent maintenant céder la place au droit, sans pour autant oublier que du fait de ce putsch, des vies innocentes ont été fauchées. Aujourd’hui encore, des Burkinabè portent dans leur âme et dans leur corps, des blessures qui y sont liées. Autant les présumés auteurs de ce putsch ont droit à un procès digne de ce nom, autant les victimes ont droit qu’on leur rende justice. C’est, en tout cas, à ce prix que les grandes nations soldent leurs comptes avec l’histoire. C’est à ce prix aussi que l’on peut poser les bases d’une réconciliation vraie. C’est à ce prix enfin que l’on peut arrimer notre cher pays à la démocratie, la vraie. Remercions Dieu tout puissant, car, il est particulièrement la preuve que le Burkinabè est en train de tourner la page des procès expéditifs et dignes des Etats d’exception.

    Répondre à ce message

    • Le 7 mars 2019 à 09:55, par SOME En réponse à : Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

      Merci cher ami ka : heureusement qu’il existe encore des gens de ta trempe sur ce site pour faire oeuvre utile : conscientiser nos freres et soeurs devant les evenements dans notre pays. Merci pour cette analyse comme tu sais bien le faire. J’ai suivi tes contrattaques contre ces lugubres et sinstres individus de Caca hug etc. Tu sais bien pourquoi ils sont là sur ce site, a etre les premiers a se jeter sur les articles pour vomir leur caca. Mais ils refusent de voir que leur temps est a jamais revolu et que la roue de l’histoire du burkina a repris une autre voie n’en deplaise a eux qui ont voulu bloquer cette roue de l’histoire. Gageons seulement que cette evecuation de Bassolé n’est un deal entre les freres francs macons pour permettre a bassolé de fuir. Roch joue son avenir a tout point de vue Restons vigilants : ils n’echaperont pas a la justice si facilement. Roch est responsable : nous ne voulons que Bassole passe par paris pour se reposer (non pour de bon non pas comme Salif diallo), mais qu’il revienne au burkina assumer (ce fameux mot si plein de sens !) devant le peuple. Vox populi vox dei !
      la patrie ou la mort nous vaincrons !
      SOME

      Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2019 à 21:54, par caca En réponse à : Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

    Même l’homme de Dieu a passé à coté de la vérité. Là où les gens semblent ignorés, si le RSP a pris les autorités de la transition en otage, ils avaient certainement une revendication à justifier. Dans cette déposition je retiens deux éléments du prélat, les propos du capitaine Dao, le coup de force est consommé, oui et la question de l’ancien PF au Gal Diendéré, est ce que le coup est consommé et la réponse du Gal : je pense que oui. Ce pense que oui du Gal Diendéré n’est pas une affirmation, mais une supposition. Le pense du Gal Diendéré est un doute cartésien et non une affirmation de fait. Sans remettre en cause la crédibilité des témoignages du CEMGA, je crois comprendre qu’ils étaient tous face à un dilemme profond. On ne peut pas accepter le coup mais que faire et la solution était d’accompagner d’où l’idée du Gal pingrenoma qui dit jouer sur la mentalité du Gal Diendéré. Mais personnellement, je trouve la posture du Gal Diendéré ambivalente et je me pose la question de sa voir si le Gal Diendéré n’avait pas été au côté du RSP quel serait l’avenir du coup ? Etant donné que ces soldats étaient sans pitié au moment des faits.
    Le mieux pour tout le monde aujourd’hui sera d’achever le procès et prononcer des peines non sévères et accordez des clémences pour certains soldats et prendre en charge la famille des victimes.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2019 à 22:56, par Dedegueba Sanon En réponse à : Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

    Une opinion qui me vaudra sans doute une " fatwa", pourquoi avoir convoqué l’archevêque dans ce jugement ? Il faudra " encadrer" ces juges, sinon ils risquent de convoquer....il y a eu aussi des réunions au palais non ?
    Golf est entrain de nous tourner dans tous les sens, pour jouer la montre alors que lui il ne tardait pas à " refroidir" les gens et il n’y avait rien. C’était leur chanson :" je te fais et il n’y a rien". Et effectivement ils ont "fait" beaucoup et il n’y a rien eu jusqu’au tour ( excusez moi) de notre " éleveur de conscience, NZ. Et pour calmer la "colère nationale" qui suivit cet ultime et odieux assassinat, on dérangea l’évêque de Bobo-Dioulasso, qui malicieusement obligea " l’Homo ziniarus" à prendre des engagements, qui seront plus tard ignorés. Dieu ne dormant pas il y eut l’"erreur de gawa" de l’article 37...
    Chers juges on est fatigué, il faut conclure car il y a les dossiers Tom Sank, Dabo, Oumarou Clément Ouedraogo, Guillaume Cessouma,Otis, Gaspard(meme si c’est un d’eux),Lingani, Henri Zongo, Sayogo, le juge Nebié etc,etc...qui attendent, et que j’espère les ayant droits respectifs vont soulever ? Cela donnera du boulot à tous ces avocats pour plusieurs années.
    Au fait que devient Hyacinthe KAF, lui qui a fait ramper des ministres, et aussi " notre belle mère nationale" ?

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2019 à 23:42, par Madelaine En réponse à : Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

    Est- ce parce que c’ est un prélat, qu’ il ne ment pas ? Mgr Paul, est- il un politque ? Comment Peut - il faire des a analyses sur l’ exclusion ? Si la honte pouvait tuer , des hommes de Dieu qui se mêlent de debat politique, quelle honte.

    Répondre à ce message

    • Le 7 mars 2019 à 01:20, par Dedegueba Sanon En réponse à : Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

      De la même façon que des militaires oublient leur rôle républicain et s’invitent avec les "armes du contribuable" pour suspendre une constitution en vue de faire revenir un parti dont ils ne sont que le bras armée, le prélat est donc dans son droit. Qu’il puisse mentir est moins grave que ces militaires passibles de haute trahison, de toute façon à " menteur menteur et demi". Le principal inculpé ne dit pas non plus la vérité. Et si je vous suis le prélat serait la "nieme " personne qui mentirait pour accabler Golf ? Donc nous serions tous des menteurs nous qui nous sommes levés comme un seul homme pour rejeter ce putsch idiot. De toute façon, sauf si le pouvoir MPP ne nous fasse une entourloupe judiciaire, je vois venir tellement de procès où les avocats de Golf, tout comme Golf a fait carrière au RSP, feront aussi leurs carrières dans la défense de Golf.

      Répondre à ce message

    • Le 7 mars 2019 à 06:44, par Ken power En réponse à : Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

      Bjr Madelaine ! Prière bien relire la deposition de Mgr Paul . O
      Et sachons faire des analyses objectives sans passion ni haine.
      Merci. Fraternellement

      Répondre à ce message

    • Le 7 mars 2019 à 07:27, par Sidpassata Veritas En réponse à : Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

      Madeleine, ta réaction est curieuse. On dirait que tu n’est pas contente que personne ne traite Mgr Paul de menteur, mais toi-même, tu n’oses pas dire clairement qu’il est un menteur, certainement parce que tu n’as aucune preuve de cela. Alors tu essaye de semer le doute puisque tu te contentes de dire que c’est possible qu’un homme de Dieu mente. Mais n’oublie pas dire aussi que c’est possible qu’il dise la vérité, surtout qu’il n’a aucun intérêt à se mêler de politique, sauf qu’on l’a appelé pour aider à sortir le Burkina d’une crise. Alors je me pose une question que je t’invite à te poser à toi-même : est-ce que tu n’es pas malhonnête avec toi-même. Est-ce que toi-même tu crois que ce que tu dis là est sincère ?
      Il faut que chaque burkinabè cherche à être juste, honnête, sincère, ami et défenseur de la vérité afin d’être de plus en plus intègre (Burkina) et aider notre pays à avancer dans la bonne direction pour la paix, la liberté et le bonheur de tous.

      Répondre à ce message

    • Le 7 mars 2019 à 08:20, par Le financier En réponse à : Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

      Haiiie Madeleine. Est ce que c’est le même article que nous avions lu. J’ai lu et relu et je ne vois pas la partie où Mgr fait une analyse de l’exclusion. Pardon faut montrer la partie STP.
      Haiie Madelaine, c’est l’article qui t’enerve, ou c’est Mgr qui t’enerve ou c’est ta propre vie qui t’enerve ? Le forum de lefasonet n’est pas un depotoire où on vient se defouler mais un forum d’echange et de partage d’idées. Ce qui fait honte, et c’est domage, c’est que tu n’es pas pu lire calmement ce court article, comprendre avant de reagir. Sais-tu que le plein d’aigreur et de haine est une cause importante d’AVC et de cancer

      Répondre à ce message

    • Le 7 mars 2019 à 10:42, par Kouda En réponse à : Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

      Marie Madeleine,
      retourne à ton travail si bien décrit dans la bible.
      Et laisse nous réflechir, analyser et essayer de comprendre.

      Répondre à ce message

    • Le 8 mars 2019 à 03:42, par Mechtilde Guirma En réponse à : Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

      Merci Madelaine, je viens de répondre à NEMO, et j’espère que le Web ne va pas me censurer.

      Répondre à ce message

  • Le 7 mars 2019 à 07:56, par HUG En réponse à : Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

    Quand on n’est pas d’accord on dit non selon une oeuvre de Hamadou KOUROUMA. Tous ceux qui insultent HUG sont les seuls à le savoir pourquoi il le font. Que dite vous du proverbe qui dit qui ne dit rien consent. Après que le comité ait essayé de convaincre Julbert et ses acolytes du RSP que le coup d’Etat n’était pas une bonne chose et qu’ils ont refusé pourquoi ceux qui étaient contre le coup d’Etat et qui étaient à la rencontre n’ont pas fait un communiqué pour dire qu’ils avaient raisonné Julbert et sa bande du RSP en vain et qu’ils sont les seuls responsables de ce qu’il adviendrait. QUE NE DIT RIEN CONSENT.

    Répondre à ce message

  • Le 7 mars 2019 à 08:00, par Le financier En réponse à : Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

    Si dès le depart Diendéré dit qu’il est impossible que les hommes du RSP fassent marche arrière, c’est qu’il ne restait plus qu’une solution, s’en remettre à Dieu et demanteler le RSP. Ce qui a été fait et nous rendons gloire à Dieu.
    Par ailleurs l’exclusion qui est avancée est un problème politique et non militaire, un problème qui concernant certaines personnes et non tout le peuple. Justifier ce coup d’état bête par l’exclusion, c’est que dans le cerveau demuni des hommes du RSP, le RSP est un corps au service d’un parti politique, d’un homme ou d’un grouspucule d’hommes. On a bien fait de le demanteler sinon ses éléments auraient été pire que les terroristes.
    Dieu protège le Burkina Faso. Bon temps de carême

    Répondre à ce message

  • Le 7 mars 2019 à 08:54, par LoiseauDeMinerve En réponse à : Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

    Madelaine ! plutôt Mariam je suis sûr e le dire. Tu as une haine viscérale de l’autre qui n’a pas la même spiritualité que toi. Tout le monde a des défauts et faiblesses mais il y en a qui font aussi l’exception dans certains domaines. Ce ne sont pas tous ceux qui ont ce pouvoir venant du Divin qui restent dans la dignité, la vérité. J’en connais, et ils sont pleins à professer à Ouagadougou ici, qui auraient des accompagnants de ce putsch en échange d’enveloppe.

    Répondre à ce message

  • Le 7 mars 2019 à 15:11, par wilibali En réponse à : Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

    HUG, nous sommes loin d’être dans une histoire de proverbe de chez nous où dans une œuvre de fiction d’Amadou KOUROUMA. Nous sommes dans une situation de profonde crise politique, où la seule chose qui compte est le rapport des forces, qui était alors favorable au Général et à sa bande d’excités. c’est sachant cela que la hiérarchie militaire a usé du tact pour faire foirer cette forfaiture. Est ce que c’est compliqué de comprendre que tout ce que le général et sa bande ne voulait pas ne pouvait plus se faire par le canal des ondes ? par quel radio ce communiqué dont vous parlez allait se faire ? Merci mille fois à la hiérarchie militaire d’avoir éviter très souplement de s’opposer ouvertement au RSP et c’est ce qui à mon sens a permis de limiter les dégâts. C’est des hommes de ce calibre que nous voulons à la tête de notre armée.

    Répondre à ce message

  • Le 7 mars 2019 à 16:15, par Ka En réponse à : Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

    Mon ami SOME : Comme je le dis souvent aucune maladie ou mort n’est acceptable encore moins belle, surtout d’un être très cher, fusse-t-elle brutale ou attendue lors d’une maladie. Mais depuis l’annonce de l’évacuation d’une personne qui savait qu’il fallait améliorer les conditions des soins dans un pays dont il a régné pendant des années sans y pensé, et maintenant pleurniche, ça me fait vomir. Et si tu as remarqué, je me suis abstenu de commenter sur les cas de deux généraux de pacotille concernant leur santé avec la fin de procès. Je doute comme toi de la liberté des juges militaires. Mais s’il se trouve que ce régime mette la farine dans ce jugement et que les coupables s’en tirent en bon compte, Roch Kaboré creuse sa propre tombe après avoir promis au peuple que la justice sera faite pour les crimes gratuits. Avec ce qui se passe de ces maladies imaginaires des faux généraux qui veulent par ce procédés sauvé leur peau, que pensent les familles des victimes qui sont totalement perdus et vidées ? Je vois déjà avec cette évacuation de Djibril Bassolé, ou le mal de Gilbert Diendéré, d’autres personnes inconscientes comme caca posent des actes intolérables à nos yeux, surtout émanant de personnes foncièrement hypocrites, avec des critiques provocatrices et des larmes de crocodile pour insulter les familles des victimes. Mais comme je ne cesse de le répéter ‘’’le prix du sang se paie tôt ou tard sur terre avant le séjour final c’est une loi divine, et personne ne peut y déroger. Avec cette évacuation de Djibril Bassolé, et la maladie imaginaire de celui qui sait qu’il ne n’échappera au prix de ses crimes qui est Gilbert Diendéré, nous allons nous jusqu’à dire aujourd’hui que l’ombre et la mort des âmes tués hantent déjà ces sicaires mercenaires criminels.

    Répondre à ce message

  • Le 8 mars 2019 à 16:40, par BASILE En réponse à : Procès du putsch du CND : Monseigneur Paul Ouédraogo est à la barre

    Mr HUG A RAISON !
    EN PAREILLE CIRCONSTANCE, SOIT TU ES POUR SOIT TU ES CONTRE. NE PAS CONDAMNER, VOIRE NE RIEN FAIRE TE REND COMPLICE. QU’EST CE QUI PROUVE QUE TOUS CEUX QUI ÉTAIT A LA RENCONTRE N’ONT PAS APPROUVES LE MOUVEMENT ? SURTOUT LE HIÉRARCHIE MILITAIRE.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Procès du putsch : Les accusés condamnés solidairement à payer 947 279 507 F CFA à titre de dommages et intérêts aux parties civiles
Procès du putsch du CND : L’audience sur les intérêts civils à nouveau renvoyée au 19 novembre 2019
Procès du putsch : L’audience sur les intérêts civils renvoyée au mardi 29 octobre 2019
Procès du putsch manqué de 2015 : Pour le journaliste Sita Tarbagdo, « les faits sont têtus »
An IV du putsch manqué de septembre 2015 : Des Bobolais prônent la réconciliation nationale
An IV du putsch de septembre 2015 : Déclaration du balai citoyen en cette journée d’unité d’action patriotique
Putsch de septembre 2015 : Quatre ans après, syndicalistes et citoyens se souviennent de la résistance opposée par le peuple
Procès du coup d’Etat : En fuite, Fatou Diendéré et 6 autres écopent de 30 ans de prison ferme
Procès du putsch de 2015 : Fatoumata Diallo, l’épouse du Général Diendéré condamnée à 30 ans de prison fermes
Procès du putsch du CND : Le verdict complet du tribunal militaire
Procès du putsch : Cerveaux, exécutants et complices derrière les barreaux !
Procès du putsch : Les peines des absents seront connues ce 3 septembre
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés