Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un œil expérimenté ne s’y trompe jamais.» Charles Baudelaire

Procès du putsch du CND : Me Mamadou Sombié accuse le commandement militaire d’avoir pactisé avec les putschistes

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • LEFASO.NET • jeudi 28 février 2019 à 09h00min
Procès du putsch du CND : Me Mamadou Sombié accuse le commandement militaire d’avoir pactisé avec les putschistes

L’interrogatoire du Colonel-major Alassane Moné est entré dans le vif du sujet le mercredi 27 février 2019. Il a réaffirmé que la hiérarchie n’a jamais été complice du coup de force, chose que Me Sombié, un des avocats de la défense, ne veut pas entendre.

Dans son récit du jour, le Colonel-major Alassane Moné, Secrétaire général du ministère de la Défense nationale et des anciens combattants (MDNAC) au moment du putsch, a réaffirmé le fait qu’un refus catégorique a été opposé au Général Gilbert Diendéré à la réunion du 16 septembre 2015. Il en a été de même à la réunion du 17 septembre 2015, ainsi que les jours suivants jusqu’au bombardement du camp Naaba Koom II le 29 septembre 2015, soit près de deux semaines après le coup d’Etat.

Avocat du Lieutenant Jacques K. Limon et du Capitaine Ousène Zoumbri, Me Mamadou Sombiè trouve que ce que le témoin et ses devanciers racontent à cette barre est trop beau pour être vrai. Pour lui, c’est de la poudre aux yeux de dire que pendant les évènements, l’armée est restée républicaine. « L’armée n’a pas été républicaine comme l’a dit le Général Zagré », martèle-t-il. L’avocat accuse l’armée d’être la cause des différentes morts et exactions qui ont découlé de ce coup de force à cause de sa passivité. L’armée aurait dû faire un communiqué aux premières heures du coup d’Etat pour se démarquer et inviter la population à rester chez elle.

Au demeurant, elle devait mettre un cordon sanitaire autour du camp Naaba Koom II, base arrière de l’ex-RSP. Pour preuve, il cite le cas du Venezuela et du Gabon où l’armée s’est démarquée des agissements de ceux qui ont tenté de prendre le pouvoir par la force. « L’armée républicaine doit se ranger du côté de la république.

Cette république était incarnée par Sy Sheriff depuis le 16 septembre 2015 », lance-t-il. On se souvient qu’au début de ce coup de force, le président du CNT, Sheriff Sy, sur les ondes de la radio Résistance, avait annoncé qu’il assumait les fonctions de Président du Faso vu que Michel Kafando était aux arrêts.

Me Sombié demande au témoin pourquoi le commandement de l’armée qui dit avoir refusé le coup d’Etat n’est pas entré en contact avec le président du CNT. Au contraire, ils l’ont laissé se « débrouiller » en cachette. Selon l’avocat, il suffisait juste de refuser au lieu de faire venir des chefs d’Etat de la CEDEAO et de s’adjoindre les service d’un ancien chef d’Etat et d’un religieux pour faire la médiation. « Si j’étais le chef d’état-major général des armées, je n’aurais pas réagi ainsi, surtout que le Général Diendéré était mon promotionnaire », souligne-t-il.
Après avoir religieusement écouté le développement de l’avocat, le témoin Moné lâche : « Il est facile de faire des méthodes de raisonnement dans le sens tactique.

Aujourd’hui, je ne peux pas jouer à l’avocat, sinon je passerais à côté ». Comme pour dire à l’avocat que chacun parle de ce qu’il sait. Le témoin explique que deux choix s’offrent à celui qui veut s’opposer à un coup d’Etat. Soit par la force s’il a la force de frappe ou par la négociation. Le commandement, pour éviter un bain de sang, a fait le meilleur choix.

Marcus Kouaman
(kmagju@gmail.com)
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 28 février 2019 à 10:56, par sibnaba En réponse à : Procès du putsch du CND : Me Mamadou Sombié accuse le commandement militaire d’avoir pactisé avec les putschistes

    Cet avocat SOME BIE est un béotien primaire en stratégie notamment militaire ou de défense. C’est très facile de s’arrête devant un tribunal et dire de telles arguties. Aussi, si cet avocat était bel et bien au Burkina au moment de ce putsch, il saurait ce que c’est que cette milice armée dans notre armée nationale et son mode opératoire qui a emporter de nombreux civils et militaires officiers comme militaires du rang dans l’au delà (assassinats).
    Même si vous avocat vous défendez les causes perdues, de grâce rester intelligents, réalistes et un peu sincères car les gens qui vous suivent sont aussi dotés d’intelligence pour juger ou apprécier les événements ou choses jugées. En conclusion je dirai que nous avons tous eus de la chance car si cette hiérarchie avait effectivement pactisé avec ces putschistes pour conserver le pouvoir comme leur mentor Blaise kouassi, peut être sinon très surement tu ne serai pas devant ce tribunal pour parler aussi librement sans être inquiété outre mesure. Du reste, on était cet avocat et ses confrères au moments des assassinats orchestrés par cette milice armée RSP sur Thomas Sankara, Norbert Zongo, Henri Zongo, Jean Baptiste Lingani, etc. ? A bon entendeur, salut.

    Répondre à ce message

    • Le 28 février 2019 à 14:01, par Nobga En réponse à : Procès du putsch du CND : Me Mamadou Sombié accuse le commandement militaire d’avoir pactisé avec les putschistes

      Tu sais sibnaba, il faut laisser cet avocat errer comme il veut. Chériff Sy a fait sa déclaration dans la clandestinité et il est resté là jusqu’au dénouement de la situation. La hiérarchie militaire n’était pas dans cette situation de clandestinité.
      Ce qui est sûr, on ne fait pas un coup d’État sans informer qui que ce soit et on veut que les autres vous accompagnent et par la suite vouloir même faire assumer les adversaires. Ça ne marchera pas car on est vigilent. Que le général en papier et ses acolytes assument et payent comme il se doit.

      Répondre à ce message

  • Le 28 février 2019 à 11:21, par SOME En réponse à : Procès du putsch du CND : Me Mamadou Sombié accuse le commandement militaire d’avoir pactisé avec les putschistes

    vraiment qu’on verra pas dans cette profession d’avocat !!! c’est pitoyable.On comprend comment tout un pays aété devoyé et pourri... il faut vraiment un essaayage au karcher dans cette professiond e la justice
    SOME

    Répondre à ce message

    • Le 28 février 2019 à 13:41, par Mafoi En réponse à : Procès du putsch du CND : Me Mamadou Sombié accuse le commandement militaire d’avoir pactisé avec les putschistes

      Non mon ami Somé,il ne faut pas en vouloir à ces commerçants véreux [les avocats sans foi ni loi] qui sont dans leur rôle car se serait beau,l’honnêteté d’un avocat de cet acabit qui demanderait à une cour la condamnation de son client.S’il le fait tu penses que son client va lui donner un seul kopeck ?Non,alors il est obligé d’utiliser le tribunal pour flatter son client sachant très bien qu’il sera condamné mais ce qui le motive le plus,ce n’est pas le sort de son client mais l’argent.Raison pour laquelle un proverbe italien dit "Mieux vaut une souris dans la gueule du chat,qu’un client aux mains de l’avocat" qui aura toujours les mains dans là poche de son malheureux client pour prendre ce qu’il peut récupérer sans vergogne.C’est pour cela j’ai un mépris profond pour cette profession et désolé pour les très très très rares et honnêtes avocats [moins de 0,1%]

      Répondre à ce message

  • Le 28 février 2019 à 11:25, par Le réaliste En réponse à : Procès du putsch du CND : Me Mamadou Sombié accuse le commandement militaire d’avoir pactisé avec les putschistes

    Cet avocat est irréaliste du fait qu’il est obligé de parler ainsi pour justifier son argent déjà perçu. En fait la loi permet à l’avocat de défendre son client par tous les moyens (mensonges, provocation, ruse, diverses stratégies, etc...) et on le comprend. Sinon, tout le monde connait ce que DIENDERE et sa bande ont fait à ceux qu’ils eu à soupçonner de coup d’Etat au Burkina. Il peut donc se permettre de divaguer comme il veut car cela n’influx pas sur le tribunal qui est serein depuis le début du procès.

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2019 à 12:05, par Ka En réponse à : Procès du putsch du CND : Me Mamadou Sombié accuse le commandement militaire d’avoir pactisé avec les putschistes

    Ici je m’adresse a tous les avocats des accusés et pas seulement a Sombié : Messieurs les avocats des militaires de Gueux : Les faits sont clairs. Et tous vos prétextes en fin du procès sont bons pour ne pas faire soi-même les efforts nécessaires. Votre Diendéré Gilbert et ses complices ont été pris les mains dans le pot de confiture, ils doivent assumer leurs responsabilités. Surtout que ces faiseurs de coup d’état minable comme celui que nous avons vécu avec des mercenaires sans foi ni loi, la première chose qu’ils font c’est de suspendre la constitution et rendre le pays ingouvernable et semer le désordre, et cela est un délit sanctionné sévèrement.

    Messieurs les avocats, ici on voit que vous cherchez à entraver le cours légitime de la justice, votre "amicale" pour sauver un criminel en puissance prend toute l’apparence d’un syndicat de malfaiteurs. Vous voyez qu’après des témoignages limpides des civils et la Hiérarchie militaire qui prouvent que votre client Gilbert Diendéré a minutieusement préparé son coup d’état uniquement que de mettre un coup d’arrêt à la Transition dirigée par le président Michel Kafando et son ennemi No 1 qui est I. Zida, et qui ne nie pas son implication dans cette tentative de prise du pouvoir par les armes, vous les avocats au gosier large, se refusent de se remettre en cause, et trouve toujours des causes extérieures au dernier moment, et, au moment venu, on se livre à des comparaisons et des amalgames douteux pour sauver un coupable.

    Ce qu’il reste à faire aux juges militaire, c’est de virer ces avocats corrompus qui vendent la justice Burkinabé au plus offrant et qui ne disent pas le droit, et qui disqualifie cette justice devant son peuple.

    Messieurs les avocats manipulateurs de la première classe, ‘’’dans un état normalement constitué, le fait, pour un militaire, de s’emparer d’une arme pour se livrer à une activité autre que celle qui lui a été assignée par la hiérarchie, est un acte d’insoumission caractérisée et passible a la cour martial suivis des plus hautes sanctions. La hiérarchie militaire n’avait aucune autorité sur Gilbert Diendéré du moment qu’il a suspendu la constitution. Arrêtez vos Charabias messieurs les avocats au gosier large, et laissez la justice dire le droit. La seule solution que peut faire une vraie justice si elle existe au Burkina, est de radier définitivement ce parasite, le condamné à la hauteur de ses actes. Car, La discipline et l’intelligence qui sont, entre autres, des qualités d’un bon militaire, et doivent être mis en avant le sens de l’honneur, la probité, le professionnalisme et le comportement ne sont la tasse de Gilbert Diendéré : Et Tout manquement doit être sanctionné selon la gravité des faits. Au sein de l’armée républicaine du Burkina, tous reçoivent la même éducation ! Qu’est-ce que ce faux général de gueux ? Il n’est pas digne d’être militaire. Le conserver dans l’armée, c’est mettre le pays en grand danger. Sa place est en prison, car chacun récolte ce qu’il a semé.

    Répondre à ce message

    • Le 28 février 2019 à 20:05, par caca En réponse à : Procès du putsch du CND : Me Mamadou Sombié accuse le commandement militaire d’avoir pactisé avec les putschistes

      Maitre Sombié est dans son rôle de la défense d’accuser et s’interroger le silence coupable de la hiérarchie militaire. Son argument est bien solide et peut faire une jurisprudence. Mr Chérrif Sy s’est démarqué des putschistes dès le premier jour et le CEMGA ne s’est pas démarqué. Ainsi le cas du putsch manqué du Gabon où l’armée s’est démarquée à la minute de la déclaration du putschiste et a pris ses responsabilités. Aujourd’hui, avec l’échec du RSP, et même Caca va se raviser au côté du peuple et condamner le putsch. Parce que le putsch n’a pas prospéré. La ligne de défense du CEMGA n’est pas solide, mais comme c’est Burkina il faut jouer la mentalité de l’inconscient collectif.

      Répondre à ce message

      • Le 1er mars 2019 à 11:18, par Ka En réponse à : Procès du putsch du CND : Me Mamadou Sombié accuse le commandement militaire d’avoir pactisé avec les putschistes

        caca tu es très intelligent que tu penses : Mais ta carence d’un intellectuel confirmé vient qu’à défaut d’être dépositaire de la vérité, tu n’as même pas l’humilité d’en être assoiffés ; et ainsi faisant, toutes et tous qui te lisent, pensent que tu n’es qu’un agent de marketing payés pour fabriquer des vérités qui t éloigne de la vraie vérité. Ici tu ne peux pas défendre un avocat qui sait au fond de lui-même que son client a été pris en flagrant délit : Pour lui la seule solution d’obtenir la clémence des juges, c’est de faire profil bas en plaidant coupable pour son client. Avec cette arrogance devant les juges qui ont accueilli des témoignages limpides des uns et des autres qui enfonce son client, va mettre encore plus de l’huile dans le feu. Soit franc avec toi-même mon jeune caca, et merci de me lire.

        Répondre à ce message

  • Le 28 février 2019 à 12:16, par Ringo En réponse à : Procès du putsch du CND : Me Mamadou Sombié accuse le commandement militaire d’avoir pactisé avec les putschistes

    Me Sombié, vous partez sur un terrain où vous ne connaissez absolument rien. Travaillez à prouver l’innocennce de vos clients au lieu de raconter du charabia. Après c’est pour dire que les médias favorisent les avocats de la partie civile. ça c’est le raisonnement d’un bon avocat ? On est mort dans ce pays.

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2019 à 12:40, par Light En réponse à : Procès du putsch du CND : Me Mamadou Sombié accuse le commandement militaire d’avoir pactisé avec les putschistes

    Il y a une part de vérité dans les propos du maitre. La hiérarchie militaire a pactisé avec les putschistes au départ. En fait si le plan avait vraiment marché c’est eux qui allaient bouffer ensemble comme on le dit. Mais comme elle a vu que le plan se déroulait autrement elle a vite changé de bord pour profiter dans l’autre camp sinon comment expliquer tant de haine ? A mon humble avis je pense la hiérarchie militaire est tout aussi lâche que le GAL Diendéré. Pour conclure ce procès est un coup de théâtre de mauvais goût que le tribunal militaire sert au peuple. Sans faire de politique le MPP tout comme la hiérarchie militaire ne sont pas sincères et cela ne bénéficie pas la nation.

    Répondre à ce message

    • Le 28 février 2019 à 18:45, par Nabiiga En réponse à : Procès du putsch du CND : Me Mamadou Sombié accuse le commandement militaire d’avoir pactisé avec les putschistes

      ….si pactiser il y a eu, (d’autant plus qu’il n’y a pas eu) c’était sans doute pour éviter de se faire fusillé par le Katiba RSP résident au Burkina et surtout à Ouaga. Toute personne ayant vécu un braquage à main armée a dû pactiser, malgré lui, avec les malfrats lors de ce braquage pour sauver sa vie, en leur ouvrant le coffre-fort ou encore l’endroit où sont cachées les effets précieux du menage. Le malheureux braqué, est-il d’accord qu’un individu vienne s’emparer de ses biens durement acquis et aux sueurs de son front ? Mais pour sauver sa vie, car menacer d’une arme de guerre redoutable, il doit exécuter aux ordres du braqueur. De même, peu importe les actes que la hiérarchie militaire aurait posé lors du braquage du djihadiste Diendéré et son katiba RSP, c’était avant tout, d’éviter d’être victime de sa folie. Le katiba RSP avait tous les armes, nos forces armées n’en avaient pas. Qu’y faire ? Partir en guerre avec des mains vides ? Qui est fou ? Diendéré, Blaise, François et le CDP sont des sanguinaires avec un palmarès des crimes odieux très appréciable que nul ne l’ignore.

      Répondre à ce message

  • Le 28 février 2019 à 12:59, par wilibali En réponse à : Procès du putsch du CND : Me Mamadou Sombié accuse le commandement militaire d’avoir pactisé avec les putschistes

    Ce SOME avocat de pacotille oublie qu’en milieu militaire tout est déterminé par le rapport des force, qui était alors en faveur du général et ses excités. Ce cynique général à laissé ses hommes de mains manquer de respect à ses promotionnaires officiers supérieurs sans mot dire. Il a sciemment entretenu une atmosphère malsaine autour des différentes rencontres qu’ils ont tenu au moment de la crise, afin de pousser la hiérarchie militaire à céder à la provocation. Merci cent mille fois à la hiérarchie militaire de n’être pas tomber dans ce piège. c’est faire preuve d’une naïveté déconcertante que de penser qu’un simple communiqué radio pouvait à l’époque faire plier la bande à Diendéré.

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2019 à 13:38, par PARA En réponse à : Procès du putsch du CND : Me Mamadou Sombié accuse le commandement militaire d’avoir pactisé avec les putschistes

    Me l’avocat ,vous ne savez pas ce que vous dites . Votre souhaite était de voir les frères d’armes se tuer . Vous êtes méchant

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2019 à 14:13, par Tacite En réponse à : Procès du putsch du CND : Me Mamadou Sombié accuse le commandement militaire d’avoir pactisé avec les putschistes

    Ce sont des élucubrations du type de ce avocat qui tuent les vocations des jeunes. Des égarements pareils sont une insulte à l’intelligence et à la probité. On n’est pas obligé de descendre dans les égouts pour défendre son client.

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2019 à 14:24, par Le financier En réponse à : Procès du putsch du CND : Me Mamadou Sombié accuse le commandement militaire d’avoir pactisé avec les putschistes

    On est ni au venuzuela, ni au Gabon. Au Gabon on avait un grouspicule de pieds nikélés qui ont fait un coup d’état. Au Burkina, le coup d’état a été fait par le RSP, un corps plus armé que toute l’armée burkinabè au palmarès bien fourni en barbarie et en crime impuni, cas de David, de Norbert Zongo, de cette pauvre fille abattue dans la chambre de son père, j’en passe, paix à l’âme de toutes ces victimes innocentes. Me Sombié si je vous suis, vous auriez souhaité un affrontement sanglant entre l’armée regulière et ces éléments incontrolés du RSP, sans compter les victimes collateraux parmi les civiles. A quelque chose malheur est bon. Si le RSP n’avait pas été demantelé aucun pouvoir civil n’aurait pu gouverner dans ce pays. Blaise mēme a fui kosyam en 2011.
    Me Sombié je vous comprends, votre mission est difficule. Etre l’avocat du diable n’est pas facile, mais au lieu de vous ridiculiser avec des propos de ce genre, demandez à vos clients d’assumer leur responsabilité. Diendéré dit avoir assumé le coup d’état à la demande des mediateurs, aujoudhui le peuple lui demande d’assumer les consequences avec ses acolytes du RSP.

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2019 à 14:28, par HUG En réponse à : Procès du putsch du CND : Me Mamadou Sombié accuse le commandement militaire d’avoir pactisé avec les putschistes

    Voyez vous il y a des gens dans ce pays qui fuient la vérité comme la peste. Ce qui n’est pas bon. Je me pose des questions :
    - Pourquoi la hiérarchie militaire à l’époque n’a pu écrit clairement en disant qu’il était contre le coups d"Etat ?
    - Pourquoi l’armée n’a pas riposter quand les gens du RSP tiraient et tuaient des honnêtes citoyens ?
    - Pourquoi l’hélicoptère a décollé depuis la base aérienne et se rendre à la frontière de la cote d’ivoire ? Qu a donné l’ordre de décollage et atterrissage ?
    - Pourquoi pendant cette semaine c’était le RSP uniquement qui terrorisaient les populations sans un secours de l’armée ?
    - Pourquoi l’idée d’en découdre avec le RSP est venue des jeunes de l’armée venus des différentes garnisons du pays (je salut au passage ces jeunes, soyez bénis vous et vos familles)
    Conclusion : soit il y a eu complicité de la hiérarchie militaire ou un manque de courage de ces derniers ce qui n’honorent pas ces derniers lors de ce coup d’Etat

    Répondre à ce message

    • Le 11 mars 2019 à 22:33, par Alberta Désire En réponse à : Procès du putsch du CND : Me Mamadou Sombié accuse le commandement militaire d’avoir pactisé avec les putschistes

      Réponses aux questions d’enfant de coeur de monsieur Hug.
      Réponse a la première question : quand on est intelligent on ne s’oppose pas aussi bêtement à plus fort que soit. Ne confondez pas courage et stupidité.
      Réponse à la 2ème question : quand vous ne possédez qu’un lance pierre comme arme , avant d’attaquer une colonne de chars, n’importe quel écervelé peut avoir une toute petite lueur de lucidité.
      Réponse à la 3ème question : Sans l’autorisation de la hiérarchie militaire l’ordre peut bien venir du puchiste lui même.
      Réponse à la 4eme question : si l’armée s’était deployee immédiatement pour s’opposer frontalement au RSP, c’était la guerre civile. Élémentaire.
      Réponse à la 5eme question : c’est le Burkina Faso et au Burkina Faso personne ne peut faire ce qu’il veut et comme il le veut. Si tu n’y crois pas, demande à Blaise Compaore et aussi à Salia Sanou qui avait poussé l’hystérie à son comble en disant dans un meeting que si eux ils le désiraient, ils pourraient installer Djamila comme président du faso.
      En conclusion, ne cherchez pas cher monsieur Hug des complicités là où il n’y en a pas eues. Demandez plutôt à votre couard de général, d’accepter pour une fois assumer son coup d’état. Ce n’est pas parce que c’est le plus bête de tous les plus bêtes coup d’état du monde qu’il faut chercher à se défiler.

      Répondre à ce message

  • Le 1er mars 2019 à 07:13, par Vraiment En réponse à : Procès du putsch du CND : Me Mamadou Sombié accuse le commandement militaire d’avoir pactisé avec les putschistes

    HUG, je sais qu’il est légitime de se poser toutes ces questions, mais je dirait qu’il faut pas voir le mal partout, l’armée il faut la voir dans sa globalité ( sans le RSP) dedans tu avais les jeunes bouillants et forts mais sans expérience, et tu avais les anciens peut-être moins entreprenants mais bien avisés connaissant bien l’ennemi .il faut simplement se dire que c’est l’ensemble de ces deux forces qui a gagné dans cette affaire... tout ceux qui accusent cette hiérarchie sans réfléchir ne savent pas de quoi il parlent. Qui pouvait aller mettre un cordon de sécurité autour du camp Naaba kom en ce temps ??? Au Gabon et au Venezuela il yavait un RSP ??? Le rapport de force est toujours dans toutes les situations la clé ! Même dans palabre avec votre voisin, c’est la réalité. Les jeune de notre armée nous les avons tous applaudi quand ils ont décidé de descendre à Ouaga, mais sans l’intervention de la négociation visible (CRAD) et invisible (chancelleries étrangères) QUEST CE QUI ALLAIT SE PASSER ? merci à tout ces gens...

    Répondre à ce message

  • Le 5 mars 2019 à 15:47, par Ouvrez l’oeil ! En réponse à : Procès du putsch du CND : Me Mamadou Sombié accuse le commandement militaire d’avoir pactisé avec les putschistes

    Vraiment, je regrette l’abolition de la peine de mort...l’arroseur aurait dû être arrosé à son tour.
    Ouvrez l’œil et suivez mon regard !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Procès du putsch : Les accusés condamnés solidairement à payer 947 279 507 F CFA à titre de dommages et intérêts aux parties civiles
Procès du putsch du CND : L’audience sur les intérêts civils à nouveau renvoyée au 19 novembre 2019
Procès du putsch : L’audience sur les intérêts civils renvoyée au mardi 29 octobre 2019
Procès du putsch manqué de 2015 : Pour le journaliste Sita Tarbagdo, « les faits sont têtus »
An IV du putsch manqué de septembre 2015 : Des Bobolais prônent la réconciliation nationale
An IV du putsch de septembre 2015 : Déclaration du balai citoyen en cette journée d’unité d’action patriotique
Putsch de septembre 2015 : Quatre ans après, syndicalistes et citoyens se souviennent de la résistance opposée par le peuple
Procès du coup d’Etat : En fuite, Fatou Diendéré et 6 autres écopent de 30 ans de prison ferme
Procès du putsch de 2015 : Fatoumata Diallo, l’épouse du Général Diendéré condamnée à 30 ans de prison fermes
Procès du putsch du CND : Le verdict complet du tribunal militaire
Procès du putsch : Cerveaux, exécutants et complices derrière les barreaux !
Procès du putsch : Les peines des absents seront connues ce 3 septembre
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés