Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Une nation n’a de caractère que lorsqu’ellе еst librе. » Madame de Staël

FESPACO 2017 : La sécurité mérite d’être ‘’Félicitée’’, l’organisation traine encore des boulets

Accueil > Actualités > DOSSIERS > FESPACO 2017 • • mercredi 8 mars 2017 à 00h30min
FESPACO 2017 : La sécurité mérite d’être ‘’Félicitée’’, l’organisation traine encore des boulets

Les rideaux sont tombés sur la 25e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) ce samedi 4 février 2017. Depuis bientôt 50 ans sans discontinuer, Ouagadougou est le point de ralliement des cinéastes d’Afrique, de sa diaspora, et pas seulement. Le FESPACO a traversé le temps, s’est adapté à des contextes tout en gardant son âme. Cette année, contexte sécuritaire sous régional oblige, l’événement était beaucoup scruté. Le film s’est déroulé sans encombre. Mais il faut le dire, à chaque édition, les mêmes griefs reviennent sur l’organisation. Celle de 2017 a encore mis au gout du jour, ces ‘’petits trucs’’ qui grippent la mécanique. Au fil du temps, cela est devenu la marque peu flatteuse de la biennale du cinéma africain.

Depuis 2013, les grandes manifestations ont changé de visages. Le déploiement sécuritaire est plus important dans la capitale, le temps d’un festival, d’un salon, d’un colloque… ; parce que le contexte sous régional est marqué par les attaques terroristes. C’est la nouvelle donne. Les fouilles sont plus prononcées, les patrouilles dissuasives autour des lieux de rassemblement sont en continu.

C’est dans ce contexte que le FESPACO édition 2017 s’est tenu. Le Burkina Faso, jadis ilot de paix est maintenant, régulièrement cité dans la presse étrangère, tant les attaques terroristes se font répétitives. D’ailleurs, en plein festival, une autre attaque a été perpétrée à Kourfayel, faisant deux morts (http://lefaso.net/spip.php?article75995). Mais cette situation n’a pas empêché les festivaliers de prendre d’assaut les salles de cinéma, de conférence, les foires et autres lieux où le 7e art était fêté.

En tout cas, sur le plan sécuritaire, le FESPACO s’est bien déroulé. Et c’est le lieu de féliciter (comme Félicité, le film de Alain Gomis qui a reporté l’Etalon d’or) la commission sécurité pour avoir bien joué son rôle dans le film du festival. Ils étaient là, des premières lueurs du jour jusque tard dans la nuit. Devant les salles de ciné, sur les espaces festifs ou ailleurs dans la ville, on a vu des hommes aux aguets pour la sécurité des biens, des personnes, des festivaliers, dont certains sont allés danser sur l’avenue Kwamé Nkrumah, précisément à Taxi brousse où un plateau artistique était installé. Tout un symbole, quand on sait que c’est là, en plein cœur de la capitale, que les terroristes avaient frappé le 15 janvier 2016, faisant une trentaine de morts.

Aucun incident majeur n’a émaillé cette édition de la biennale du cinéma africain. Les festivaliers venus des quatre coins du monde ont vécu une fête du cinéma, paisible, sur le plan sécuritaire.

Eternels problèmes

Les éditions se succèdent et se ressemblent sur le plan organisationnel. Les festivaliers ont encore fait cette année l’amère expérience de ces petits problèmes qui grippent tout le reste.

Un simple programme, pour savoir quel film passe à telle heure et dans telle salle, n’était pas disponible. Pour un festivalier, c’est le premier outil dont il faut disposer avant toute autre chose. C’est un problème récurrent au fil des éditions. Et 49 ans après, le FESPACO ne devait plus être à ce niveau.

Cela est pareil aussi pour le programme des différentes rencontres professionnelles. Bien que le problème soit réel et fondé, l’on se demande pourquoi les responsables du FESPACO font la sourde oreille. Il suffit de voir les festivaliers, les étrangers particulièrement, en colère pour comprendre leur mécontentement quant à leur désorientation, surtout dans une ville qu’ils ne connaissent pas.

Se réinventer pour périr

Les premiers responsables ont estimé que l’édition 2017 du FESPCAO était celle de la relance. Le maire de la ville de Ouagadougou, hôte du festival, l’avait d’ailleurs souligné lors de la cérémonie d’ouverture le 25 février dernier. Il faut redonner au festival, son éclat d’antan, comme dans les années 1980, avait dit en substance Armand Pierre Beouindé.

« …comme chaque édition, il y a beaucoup d’imperfections. Je pense que le FESPACO a besoin de se réinventer, peut-être que la jeune génération devrait s’exprimer un peu plus pour que ses aspirations soient prises en compte. C’est bien que les anciens revisitent notre festival avec un regard nouveau, neuf, cela nous permettra de nous renouveler et d’aller un peu plus loin », nous confiait le réalisateur Boubacar Diallo : http://lefaso.net/spip.php?article75969

Il faut donner une nouvelle vision au festival. Les pratiques qui ont fait leurs preuves dans les années 80 et 90 sont dépassées de nos jours. Ce n’est pas pour rien si le numérique a fini par être admis à la compétition officielle, après moult résistances. Il faut être en phase avec l’évolution de son temps. Du sang neuf dans l’équipe dirigeante ne ferait aucun mal, bien au contraire. Les outils et les techniques ont évolué, et à l’expérience des ainés, il faut adjoindre la fougue et le savoir-faire de la jeunesse.

C’est un impératif, qui permettra de donner une nouvelle dynamique à un vieux festival. Le leadership du FESPACO est de plus en plus disputé en Afrique. Des festivals nés longtemps après, dans la sous-région, en Afrique centrale et au Maghreb prennent des galons. Edition après édition.

La capitale de cinéma africain comme on présente Ouagadougou, on le sait tous, est juste une façon d’entretenir une vieille gloire, et flatter l’égo. Sinon, Ouagadougou est un petit poucet devant Lagos en termes de production cinématographique. Il faut donc des projets d’envergures et audacieux pour continuer à exister. Pourquoi pas une chaine de télévision du FESPACO pour la promotion des films en compétition officielle de la biennale, et partant de tout le 7e art africain et de sa diaspora ?

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 8 mars 2017 à 09:01, par Cequejenpense En réponse à : FESPACO 2017 : La sécurité mérite d’être ‘’Félicitée’’, l’organisation traine encore des boulets

    Je le disais ici meme (sur lefaso) juste apres la SNC, le Salon des Mines et le SIAO. L’administration publique (meme avec des commissions permanentes ou secretariats permanents) n’est un bon organisateur d’evenementiel. Trop d’obstacle et de contrainte mais aussi trop d’affairisme dans les nominations des membres des commissions ; membres qui, au finish, manquent de competence ou de volonte de travailler. Toutes ces manifestations sont des evenementielles.
    Confiez leur organisation a des experts en la matiere notamment le cote festifs et que le secretariat permanent se focalise sur le cinema proprement dit : programmation dans les salles, jury, ateliers, rencontre professionnel, le marche de films, etc.
    Confiez la gestion de l’hebergement, des deplacements interieurs et formalites administratives des festivaliers a une seule agence de voyage par appel d’offre.
    Aussi, faut-il reconnaitre que le Fespaco n’integre pas suffisament les autres pays. Et pourtant on peut passer de cette situation "d’evenement burkinabe" auquel sont invite des cineastes africains vers un evenement veritablement panafricain. Avec un pays invite a d’honneur a chaque edition (comme c’est a saluer cette annee). Avec des jeunes cineastes et des travailleurs des ministeres de la culture d’autres pays africains qui viennent s’impliquer effectivement dans l’organisation de l’evenement. Certains pays sont tres en avance en martiere d’organisation d’evenementiel. Vous avez vu le village ivoirien du fespaco. Ce n’est pas du complexe. Il faut s’approcher des autres pour apprendre et s’ameliorer.

    Le fespaco pourrait etre aussi un lieu de decouverte de jeunes talents d’acteur. En partenariat avec la Francophonie et d’autres organisations faisant la promotion de la culture et du cinema, et avec les ministeres de la culture d’un certains nombre de pays, faire venir des jeunes acteurs, scenaristes, realisateurs, monteur,... pour des competitions, des rencontres et formations avec des aines et des experts...

    Vivement d’autres inovations pour la prochaine editions... et la deco de la ceremonie de remise des prix est a revoir avec ces affiches et banderole des sponsors qui nous agressent la vue. Faite simplement de petits spots publicitaires qui passent en qlqs seconde ou sur un ecran en boucle pour remercier vos sponsors.

    Répondre à ce message

  • Le 8 mars 2017 à 09:36, par Edgar En réponse à : FESPACO 2017 : La sécurité mérite d’être ‘’Félicitée’’, l’organisation traine encore des boulets

    Incontestablement, les forces de sécurité ont joué un rôle formidable dans la sécurisation du FESPACO 2017.Toute la ville de Ouagadougou était quadrillée par des forces visibles de sécurité (police, gendarmerie) mais aussi par des agents discrets de sécurité. Ce dispositif qui contrôlait minutieusement les entrées dans les salles de cinéma et autres lieux publics était à même d’appréhender toute tentative d’acte terroriste. Depuis les attentats djihadistes du Cappuccino sur l’avenue Kwamé Krumah le 15 janvier 2016, à un moment de flottement où les nouvelles autorités en charge de la sécurité et le gouvernement n’étaient pas installées dans leurs fonctions, le dispositif sécuritaire de la ville de Ouagadougou a connu actuellement une bonne organisation. Ainsi, il serait difficile à des terroristes de perpétrer des attaques à Ouagadougou et pouvoir se sauver sans que l’alerte sécuritaire ne se mette en branle pour les traquer. La preuve, les terroristes du 15 janvier ont été abattus. Cela n’est pas le cas pour la situation des incursions terroristes aux frontières de la partie nord du Burkina. Souvent, des citoyens font des confusions de rôles en parlant de forces de sécurité aux frontières. La défense des frontières contre les agressions relève des missions de l’armée, donc du ministère de la défense. Le ministère de la sécurité avec la police, la gendarmerie, s’occupe de la sécurité intérieure dans les autres superficies du territoire distinctes des zones frontalières. Félicitation donc au ministre d’Etat en charge de la sécurité, Simon Compaoré qui a réussi à travers une bonne organisation des forces de sécurité, à sécuriser 2 évènements majeurs récents (le SIAO, le FESPACO).C’est un signal fort et crédible à l’attention des touristes et de la communauté internationale, que le Burkina Faso est globalement viable au plan sécuritaire, dans un environnement mondial où aucun pays n’est totalement à l’abri de surprises terroristes. La collaboration des civils par les renseignements auprès des forces de sécurité et de défense, demeure un moyen efficient pour venir à bout des terroristes.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
FESPACO 2017 : WaterAid soutient le cinéma africain
Fespaco 2017 : L’Union européenne au service du cinéma africain
FESPACO 2017 : La sécurité mérite d’être ‘’Félicitée’’, l’organisation traine encore des boulets
Etalon d’or de Yennenga 2017 : La ‘’Félicité’’ de Alain Gomis !
FESPACO 2017 : La moisson des réalisateurs, acteurs et techniciens
« Il y a 20, 30 ans, le Burkina Faso était en phase de labéliser son cinéma » Souleymane Ouédraogo, directeur général de l’ISIS-SE
Prix Thomas Sankara : « A place for myself » fait l’unanimité
Etalon de Yennenga !
Alain Gomis, lauréat de l’Etalon d’or de Yennenga 2013 : ‘’On est en train de dévier comme si c’était des compétitions sportives’’
FESPACO 2017 : Le prix Houphouët-Boigny du conseil de l’entente pèse 10 millions
FESPACO : « Ouaga Girls », Un documentaire sur les filles dans le métier de mécanicien
Boubacar Diallo, réalisateur : « Je refuse que le cinéma africain soit enfermé dans une calebasse ».
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés