LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Etalon de Yennenga !

Publié le samedi 4 mars 2017 à 12h51min

PARTAGER :                          
Etalon de Yennenga !

Dans cette réaction sous forme de poème, cet internaute s’il faut donner le trophée du FESPACO, l’Etalon de Yennenga doit être remis avec, sur son dos, son cavalier, car ce serait livrer le fond de son être.

De partout portés par un intime espoir
A nous marquer dans des salles noires
Ces conteurs talentueux d’histoires
Parmi nous ces pieux chasseurs de gloire

Sanglots et rires à entendre
Toute émotion est à prendre
Comme indice à répandre
Pour ceux encore à s’y rendre

Sortis de la routine
A l’assaut de la ville
Pour fêter le génie
Profanes et érudits

Les élus brandiront
De Yennenga l’étalon
De l’or au bronze revêtu
Les juges en auront conclu

L’étalon je le donne volontiers
Mais pas sur lui l’illustre cavalier
En fier descendant de mon ancêtre
Qui refuse de livrer le fond de mon être.

Karissa

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 4 mars 2017 à 21:03, par Burkina En réponse à : Etalon de Yennenga !

    Félicitations au lauréats et aux organisateurs de la 25ème édition du FESPACO qui fut vraiment un succès. Cependant, pour moi, il y a eu un bémol lors de la cérémonie de clôture que j’ai suivie à la télé : Il s’agit de la fanfare de la garde nationale qui, de mon point de vue, s’entête à chanter faux, à déverser des sons très désagréables, approximatifs, de véritables fausses notes, exactement comme Marguerite de Xavier Giannoli ! Vivement que quelque chose soit fait. Si en plus d’un répertoire franchement pauvre, monotone et ennuyeux il faut aussi nous servir des fausses notes de grands jours comme celui-là, c’est grave. A ce que je sache, vous ne faites que ça et ça ne peut pas être bien fait et diversifié ! Ce n’est pas normal.
    L’autre problème à été le micro lead (le micro de la vedette) qui était faible par rapport à celui des choeurs, de sorte que c’est eux qu’on entendait plus que la vedette elle-même. Il n’y a pas de place pour les amateurs ou des professionnels négligents dans des évènements du genre. Il y a eu la balance quand même !
    Merci à chacun de s’appliquer dans ce qu’il fait, afin de donner une image respectable du Burkina dans le monde.

  • Le 5 mars 2017 à 10:56, par Grande Vision En réponse à : Etalon de Yennenga !

    "FELICITE" est un film macabre qui ne méritait pas notre Etalon de Yennenga.
    Voici les raisons de cette appréciation négative :
    1. Félicité n’a pu vivre avec son époux ; elle est divorcée et son fils qui a eu l’accident vivait dans un désordre total, d’où son accident.
    2. Elle-même ainsi que son fils et son réparateur de frigo sont de deux natures : nature humaine et nature surnaturelle en même temps. La forêt noire, les vagues de la Camera en plein jour, les actions et le silence occultes cachent un univers irréel non pas surnaturel. Ce mythisme est sinistre pour nous africains ; nos ancêtres et nos génies ne sont pas de l’extravagance. Montrer un visage pareil de l’africain c’est l’insulter.
    3. Sa lutte démesurée pour rassembler l’argent pour l’opération de son fils cache un comportement insupportable pour le commun des mortels et son comportement sans pitié envers ceux qui lui doivent de l’argent montre qu’elle est abrupte. Et finalement, toute cette énergie pour rassembler l’argent n’a servi à rien. Alors qu’elle revient vivre au milieu des autres.
    4. Enfin, enfin, ce film n’est pas fait pour tout le monde. Très peu de personnes de moyenne culture peuvent suivre ce film et le comprendre. Il est même ennuyeux en dépit de la qualité du Son.
    5. On a insulté politiquement la détermination et la volonté de la jeunesse africaine en donnant l’étalon d’argent de Yennenga au Film "Orage Africain" qui porte toutes les marques de l’Africanisme pour dire enfin : "On continue de rouler avec la Colonisation" puisque le réalisateur de "FELICITE" est Franco-Sénégalais. La France peut rire de notre Fiction du grand Réalisateur Sylvestre AMOUSSOU.
    Conclusion : Tant que les jurys se laisseront influencer par des prix déjà reçus par les films et par les commentaires intarissables des médias d’Europe à longueur de journée comme si ces médias prenaient même la place des membres de Jury, on sera toujours à des proclamations politiques et notre Fespaco sera la risée du monde.
    La grandeur du Fespaco a été, est et sera dans le Panafricanisme. Le Nigeria porte ses valeurs à travers son Nolywood ; les Etats Unis montrent leur grandeur par leur Holywood. Et le Fespaco montre quoi au juste au monde ?

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
FESPACO 2017 : WaterAid soutient le cinéma africain
Etalon de Yennenga !