Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si vous fermez la porte à tous les échecs,le succès restera dehors.» Jim Rohn

Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • • samedi 25 juin 2016 à 08h21min
Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

La Chambre de contrôle de l’instruction militaire a déclaré ce 24 juin 2016 l’appel de l’avocat de Djibrill Bassolé irrécevable. Celui-ci l’avait saisi suite au refus du juge d’instruction de sortir les écoutes téléphoniques du dossier. Me Bonkoungou envisage saisir la Cour de cassation.

Suite au putsch du 16 septembre 2015, le général Djibrill Bassalé a été arrêté et est détenu aujourd’hui à la MACA sur la base d’écoutes téléphoniques qu’il aurait eues avec le président de l’assemblée nationale ivoirienne, Guillaume Soro.
La nature juridique de ces écoutes est sujet de litige quant à son usage dans le dossier.

Les avocats de BASOOLE les estiment illégales mais le juge d’instruction lui, les voit d’un autre œil. C’est ainsi qu’ils ont fait appel devant la chambre de contrôle du tribunal militaire pour demander l’invalidation de cette pièce du dossier Bassolé.

Dans sa séance de ce 24 juin, la chambre de contrôle du tribunal militaire a déclaré irrecevable l’appel des avocats du général dans sa forme. Les avocats n’étant pas satisfaits, attendent former un pourvoi en cassation aux motifs de déclarer illégales les écoutes téléphoniques dans le dossier.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 24 juin 2016 à 18:00, par burkinbila En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    Burkinabè, utilisons nos intelligences pour construire note cher pays.nous ne sommes pas différents des animaux si nous faisons l’inverse.

    Répondre à ce message

  • Le 24 juin 2016 à 18:49, par Papa En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    Les juges font danser le tango aux Burkinabe,un pas devant deux pas en arriere .Je n’ai jamais imagine’ de ma vie que notre pays serait la risee de l’Afrique voire meme du monde. S’il vous plait trouvez une solution a ce Sorogeat pour nous epargner des regards des autres peuples .

    Répondre à ce message

  • Le 24 juin 2016 à 19:05, par Alexio En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    A force de rester au pouvoir on se fait par la suite corrompre par le pouvoir. C est le cas de Djibril Bassolet. Blaise Compaore balayer, on revient subitement en surface comme un champignon et on veut prendre sa Place. En Oubliant que lon a servi le regime jusqu a sa chute.
    Ne voulant pas suivre les consignes de la transition notre General, Grand maitre de la loge maconique du Faso se croyait au-dessus de la loi. Car leur reseau en Afrique toute entiere est une forte bastion d intellectuels malhonnetes satelittes de la Grande loge de France pour assurer leur pitance et leurs enfants dans cette traite de conscience de ceux que nous Avons confier notre avenir et notre salut.

    Leurs methodes sont les plus fortes devant leurs interets sournoies. Les liquidations des opposants, les intimidations , le traffic d influences et ses derives. La corruption, la politisation de la fonction publique, la justice, la chaambre de Commerce.En un mot tous les secteurs cles de la cite. Blaise Compaore, Sassou Ngessan, Ali Bongo, tous ces president ont le meme denominateur commun. La franc-maconique. La meme inspiration politique. La Gabegie et le neopotisme outil de controle. L ascensation sosiale passe par eux, du a leurs satellites Places dans tous les secteurs de l Etat comme leur yeux et oreilles.

    Pourquoi un General doit preter serment deux serments ? Un pour son pays et un pour la Grande loge francaise ? Les conflits d interets sont ignores surtout quand on a le pouvoir depuis 27ans.

    Le coup d Etat manque l homme n a rien condamne, mais on contraire,il venu le consolider par son flou langage qui meme un enfant pouvait le demasquer.

    Si les ecoutes telephoniques n etaient pas authentiques, pourquoi le bouillant Soro ne vient pa au Faso repondre a ses accusations collees sur sa peau jettent deja le discredit sur lui d etre le futur president de la Cote d Ivoire. La presomption est consomme par ce entetement.

    Som compere lui est derriere les violons.

    Répondre à ce message

  • Le 24 juin 2016 à 19:06, par LA REAILITE En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    maitre,devant la cour de cassation, vous aurez raison, car ce sont des garçons à tout faire de l’éxécutif

    Répondre à ce message

  • Le 24 juin 2016 à 20:31, par lina En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    La lumiere jaillira un jour. Sortir les ecoutes seraient une grande defaite et honte pour les juges. Je n ai jamais cru a la veracite de ces ecoutes. Nous attendons Zida, on ne peut pas mettre certains en prison et laisser les temoins s’evader. Qu’il vienne certifier la veracite de ces ecoutes au quel cas ce dossier sera nul.

    Répondre à ce message

  • Le 24 juin 2016 à 21:31, par TIENFO En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    Les occidentaux (américains et européens ) ont condamné à tort ou à raison de nombreux individus sur la base des écoutes téléphoniques où les voix sont moins inaudibles que celles du cas en cause. Avec en plus dans des situations moins graves que celles du coup d’état manqué. Où étaient ces vaillants avocats défenseurs du diable pour défendre leurs compatriotes. Quand l’ONU déclassera les écoutes téléphoniques comme pièces à conviction dans un dossier de justice, on n’en tiendra compte ; le Burkina étant signataire de la charte des Nations Unies. Pour le moment qu’on nous laisse respirer l’air avec ce dossier. Quiconque tombe dans un fossé à dû le côtoyer. Construire le pays ne veut pas dire fermer les yeux sur toutes les "saletés". Ces frères franc-maçons savent bien son degré d’implication dans ce qu’ils appellent acharnement. Mais leur objectif tout comme leur devise c’est de sauver leur frère Djibril par tous les moyens. Nous aussi on tient à notre pays. On n’a nulle part pour nous réfugier si le pays brûle. Dans tous les cas, les autorités exécutives et judiciaires jouent gros dans cette affaire sordide pour leur crédibilité. Le peuple est en rupture de confiance avec sa justice. Il est temps de restaurer cette confiance perdue. Une libération banale de trop et c’est le divorce irrévocable garantie. Que chacun paie pour ce qu’il à semé. On est dans un film western, vous le ratez lui vous ne vous pas. Ne soyons pas des acteurs de théâtre pour quelques billets craquants. D’ailleurs ils doivent leur fortune au peuple. Qu’ils se comparent à leurs promotionnaires qui n’ont pas la chance ou la malchance de manger à la soupe de Chantal, pardon de Blaise. Réfléchissons avant pas après. Si le mot "koglwéogo" est propre au Burkina ce n’est pas le cas de l’expression "écoutes téléphoniques". Heureusement que Djibril n’est pas ivoirien. S’il doit être libéré que les raisons avancées tiennent la route pour que le peuple ne déroute pas.

    Répondre à ce message

  • Le 24 juin 2016 à 22:42, par viconte de drolignac En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    He, DIEU MÊME SAIS QUE LE GÉNÉRAL SOUS L’ARBRE A PALABRE CAR NON MÉRITANT, ET COUPABLE. DJIBRIL, IL FAUT SAVOIR QUE MÊME SI TU ECHAPPES ICI, TU N’ECHAPPERAS PAS AU TRIBUNAL DE DIEU. TU PAIERAS. CE PAYS QUI T’A ÉDUQUÉ ET RACE AUQUEL TU CONNAIS TES HISTOIRE DE FRANMACONS ESCROCS ET VOLEURS, C’EST CE PAYS QUE TU AS VOULU METTRE A FEU ET A SANG.

    Répondre à ce message

  • Le 24 juin 2016 à 22:47, par Culex En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    La justice militaire de connivence avec le ministre de la défense se donne le loisir d’insulter notre intelligence. Jusqu’au moment actuel, la justice militaire n’a fourni aucune preuve sur la véracité de ces appels téléphoniques. Elle et le ministre de la défense, licencient des juges qui travaillent pour une justice véritable et indépendante sous prétexte qu’il a besoin de personnes avec qui il peut travailler !!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 02:19, par Nabiiga En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    Que personne n’écoute ou fait même attention à ce qui se passe au niveau de la justice militaire. Un pas devant, 4 pas en arrière. Ce refus n’est qu’une diversion rien que pour faire calmer le jeu avant la sortie de Gibril. Il en sortira, croyez-mo !. Le pouvoir au Burkina sait que lambda burkinabè était outré que Soro ait été blanchi par l’impuissante et vilaine dénonciation qu’on lui avait collé. Laissez rentrer Yipène chez lui sera une libération de trop d’un coup. Il vaut mieux attendre, ordonne la justice militaire de refuser de sortir les écoutes téléphoniques tout en sachant parfaitement bien que sa défense ira en appel et c’est là que la porte lui sera ouverte. Le gouvernement n’y est pour rien et impuissant même devant la justice, clamera t-il le griot du gouvernement devant la presse ; or, on sait le dessous On sait tout !

    Shakespeare : ’N’est pas une fleur hibiscus hibiscus même si appelé rose’ s’est-il questionné en son temps dans sa pièce de théâtre Roméo et Juilliet. N’est pas CDP CDP même si appelé MPP. Si le CDP régnait par la ruse et la déception, je vois mal pourquoi l’autre CDP n’agira pas que le CDP mère. Je ne crois plus rien en ce que fait ce gouvernement.

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 08:13, par gohinalou En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    Ne soyez pas naif, il n’y a jamais de fumer sans feu sis’il y avait mensonges, pourquoi à t-on trouver des armes et des liasses d’argents chez soro à OUAGA, et puis tout le monde est au courant des liens entre le GENERAL et Soro, souvenez-vous nous étions en campagne. Et est-ce que vous connaissez le mot POLITIQUE c’est la magouille,à grande échelle, si OUATTARA veut qu’on étouffe l’affaire rien ne se fera, sinon ils vous coupe l’herbe sous les pieds ou il vous promet des milliards et l’accès au port dont vous dépender pour manger et faire vivre le pays. C’est ca la politique, il y a des gens qui travaillement dans l’ombre et la nuit pour éteindre le feu qui dérange.

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 08:19, par Me Paul Kere En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    Je propose un article en éclairage sur la réglementation des écoutes téléphoniques.
    D’ores et déjà, en substance, il convient de distinguer :
    1. Les écoutes téléphoniques ordonnées par un magistrat instructeur dans le cadre d’une commission rogatoire dans le but de rassembler la preuve de constitution d’une infraction.
    2. Des écoutes sauvages où, n’importe quel "Etat voyou" peut écouter, au mépris des libertés individuelles et collectives ou même en violation flagrante du secret des correspondances entre l’avocat et son client, pour ne pas dire le respect de l’intimité de la vie privée des citoyens ordinaires tout simplement. Dans quel cadre se situent les écoutes que l’on veut sortir de la procédure ? Les avocats du Général Bassolé doivent rechercher un autre angle d’attaque car à vouloir sortir coûte que coûte des écoutes d’une procédure, on finit par les accréditer.
    Pour ma part, je m’interroge simplement, eu égard à cette claissification binaire, dans quel cadre se situent les prétendues écoutes téléphoniques querellées, si TANT EST QU’ELLES SOIENT AUTHENTIQUES ET AUTHENTIFIABLES...(second angle d’attaque).
    J’attire solennellement l’attention des uns et des autres sur le fait que le vivre ensemble dans la paix au Burkina Faso n’a aucun prix et le respect des textes légaux est le gage d’un Etat de droit. Le principe de l’opportunité des poursuites sera aussi à l’aune de ce vivre ensemble.
    Enfin, sincèrement, j’opine que libérer aujourd’hui le Général Djibril BASSOLE et bien d’autres personnes en raison même de la durée quasi excessive de l’instruction, (la liberté étant le principe et la détention l’exception) n’empêchera pas le burkinabè lambda de boire tranquillement sa bière et de manger ses poulets. Les politiciens pourront également vacquer à leurs occupations eu égard aux promesses faites au peuple burkinabè.
    Soyons quand même réalistes et ne préparons pas le terreau d’une intolérance généralisée dans notre pays. En général, et en toute humilité, par ma petite expérience, je suis visionnaire a minima sur ces questions-là. Il suffit de voir ma mise en garde sur la modification de l’article 37 de la constitution. Ceux qui m’ont contrarié sur ce point ont vu le résultat de leur erreur d’appréciation. Libérez donc le Général Bassolé parce que l’instruction dure maintenant plus de huit mois et il n’y aura rien. C’est l’homme seulement qui a peur pour rien. Cette libération n’entrave nullement la poursuite de l’instruction et le jugement à intervenir. Il faut le savoir...

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 08:50, par le patriote balma En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    Justice millitaire au ordre de ROCK MARC CHRISTIAN KABORE !!!il suffit que l’avocat de BASSOLE saisisse la cour d’annulation (cour de cassation) et il aura raison
    ROCK me fait honte et pitié

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 08:54, par Kigbafoaré En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    Aujourd’hui nous savons qu’il y a des spécialistes de détournements de tous genre. On détourne les faits. On peut vous voir faire. Vu, ce qu’on appelle vu. Vous vous redressez et vous niez en bloc les faits. Et cà marche parce que vous etes fort en gueule, vous etes fort dans les intrigues. C’est le cas de Djibril Bassolé. Les avocats d’aujourd’hui transforment les mensonges en vérités et les vérités en mensonges. Qui ne sait pas à l’écoute de ces bandes que c’est bien les voix de Djibril et de Guillaume Soro. Tout le monde le sait. Mais le camp des inculpés, des malfrats font la sourde oreille pour nous parler de trucage. Soro et Alassane savent tous que c’est la vérité. C’est pourquoi la voie diplomatique a été utilisée pour disculper SORO. Continuez vos mensonges. Dieu a entendu notre cri et nous a délivré du sanguinaire despote Blaise Kadio Compaoré et de RSP. Qu’IL achève ce qu’IL a commencé. Défends-nous SEIGNEUR !

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 10:49, par ka En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    Pour calmer les nerfs du peuple Burkinabé avec le jeu diabolique des juges militaires téléguidés, il est temps de les libérer tous, videz la MACA, et mettez au chômage tous ces juges qui fonctionnent à reculons. Qu’on instaure une loi pour éliminer cette justice coûteuse, qui reste un nid de la corruption a ciel ouvert de notre pays.

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 10:51, par Dasylva En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    Merci bcp Me Paul KERE (11) pour cet éclaircissement et cette mise en garde. Pour ma part je fais remarquer que c’est par "vice de forme" que Me BONKOUNGOU a été débouté : du coup ça promet !

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 11:16, par citoyen En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    internaut11, Me Paul Kere, ne gatte pas le nom des Me de ce pays là. Contrairement à toi il y’en a qui sont dignes de ce titre. E puis tu ferras mieux de rejoindre les avocats de Djibril et vous allez finir ensemble dans la honte. Dit nous combien on ta donné pour que tu te fous de ce titre Me.

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 11:20, par Hamane En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    A mon avis, le problème n’est pas l’existence, la méconnaissance, l’ignorance, la négligence ou la violation de la loi mais est-ce que cette loi là est la loi qu’il nous faut ? et Qui décide que c’est cette loi, qu’il nous faut ? quelle est la neutralité du décideur ?

    A l’internaute 11 : Me Paul Kéré vous dites : "Des écoutes sauvages où, n’importe quel "Etat voyou" peut écouter, au mépris des libertés individuelles et collectives ou même en violation flagrante du secret des correspondances entre l’avocat et son client, pour ne pas dire le respect de l’intimité de la vie privée des citoyens ordinaires tout simplement.". le problème majeur vient de là. donc au nom de cette liberté, même si par une méthode dite sauvage, les autorités d’un pays ont la preuve qu’un coup se concevait contre le peuple, ces autorités doivent se taire au nom de la liberté des assassin en communiquer pour développer et exécuter leur stratégie ? le problème est la loi qui autorise cette façon d’être libre. Qui a conçu cette loi ? au profit de qui ? le peuple insurger ne fait que contester de tels avantages accordés aux plus grands bandits comme l’immunité accordé à certains responsables, etc. ce que beaucoup de gens n’ont pas compris c’est que c’est une remise en cause populaire de ces genres de lois bêtes, conçues par des gens bêtes ou malhonnêtes. en 1789, la révolution française n’est pas intervenue parce qu’il y avait une absence de "lois" mais c’était pour remettre en cause des lois "un peu meilleures". l’insurrection du Burkina Faso est aussi une contestation de certaines lois. comme le RSS a récupérer le pouvoir et semble naviguer tantôt avec le peuple tantôt contre le peuple, eh bien, le peuple contestera les lois faites à l’avantage des citoyens les plus malhonnêtes qui nous gouvernent. la loi est toujours conçues pour arranger celui le dirigent qui la conçoit et le peuple n’adhèrent pas toujours à ces lois bêtes qu’il ne comprend même pas souvent. A mon avis, le problème n’est pas l’existence, la méconnaissance, l’ignorance, la négligence ou la violation de la loi mais est-ce que cette loi là est la loi qu’il nous faut ? et Qui décide que c’est cette loi, qu’il nous faut ? quelle est la neutralité du décideur ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 12:30, par Me Paul KERE En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    Hamane, vous avez parfaitement raison. Le cas que vous évoquez concerne les interceptions de sécurité qui sont aussi prévues par la loi. Loin de moi cette idée de baisser la garde à un moment où la lutte contre le terrorisme est devenue un enjeu international et interplanétaire.
    Cependant, les écoutes de sécurité sont vachement réglementées comme les écoutes judiciaires et ne laissent aucune place à un amateurisme de circonstance. Qui peut nous dire dans quelles circonstances ses écoutes ont été recueillies ? En fait, chers frères et soeurs, la difficulté c’est que, les écoutes imputables au Général Bassolé, ne sont ni authentiques et encore moins authentifiables. Elles ont été savamment concoctées au demeurant de manière irrégulière juridiquement. Dès lors, elles sont nulles et de nul effet. Et ce n’est pas parce que c’est le Général BASSOLE, cela vaut pour tout les citoyens. La loi est impersonnelle et générale. De plus, la jurisprudence de la Chambre d’accusation de la Cour d’appel de Ouagadougou considère que le contenu des procès-verbaux des OPJ ne constituent que de simples renseignements qui peuvent donc être balayées du revers de la main... Justement, le Général BASSOLE conteste ses écoutes et c’est son droit le plus strict, surtout s’il n’y est pour rien. La Loi doit être la même pour tous. Qui peut authentifier, par une méthode incontestable légale, à ce stade ces écoutes ? Personne. A celui qui s’auto-proclame certain des voix, (internaute n° 13 Kigbafoaré) j’ai la certitude qu’il n’a jamais vu les guignols de l’info sur canal plus ou écouté Laurent GERARD qui imite parfaitement la voix de Sarkozy comme celle de Juppé ou de François Hollande. Le même artiste imite à merveille la voix d’Alassane Ouattara, président de la RCI. Renseignez-vous et cultivez-vous (Kigbafoaré) avant d’avoir de telles certitudes. Donc permettez a minima que l’intéressé (le Général BASSOLE), sans être son avocat, le conteste formellement. Et si c’est pas lui, il ne dira pas que c’est lui pour faire plaisir à Kigbafoaré. Au passage, je proclame solennellement que le jour où je percevrai des honoraires dans un dossier où je ne suis pas constitué, je le publierai sur le fasonet pour la "gloire" de la profession d’avocat et contre le verset bibilique de manger à la sueur du front. La situation que le Général Bassolé conteste vaut, si un jour notre Président de l’Assemblée Nationale ou notre président du Faso actuels seront impliqués dans quoi que ce soit par qui que ce soit. Je serai là pour dire la même chose. C’est fini le "mouta mouta" dont je viens de découvrir que la signification c’est le "calaboulé" ou l’opacité en français. J’en conviens, le droit n’est pas un aliment facilement digérable par tout le monde et un simple vice peut anéantir une procédure toute entière. Et d’ailleurs, je reproche au législateur d’utiliser un langage éxotérique qui embrouille le ciyoten lambda. Mais Lénine lui même, le roi des gauchistes disait que le droit est un droit de classe. Assumons donc !
    Cependant, dans la République, une et indivisible, ce sont les mêmes règles républicaines qui s’appliquent que cela plaise à Ka, à citoyen, à kigbafoaré, Culex, nabiiga, tartanpion, machin chouette, à Jacob, à Pierre ou à paul, "sed lex, dura lex". Heureusement. Mais aussi, chacun est libre de s’exprimer en fonction de son niveau de compréhension de la chose judiciaire. Cela ne doit pas perturber en rien la bonne application du droit par les magistrats qui sont sereins. Bravo à eux ! Je resterai courtois dans cette discussion du forum, mais rassurez-vous, je ne descendrai pas dans le caniveau pour rejoindre certains qui refusent de voir le soleil. Peut-on donner à boire à un âne qui n’a pas soif ? Chacun doit rester dans son domaine de compétence et surtout respecter le domaine de compétence des autres. Le maçon n’est pas le plombier et le notaire n’est pas l’huissier.
    Le magistrat n’est pas le cordonnier et le cordonnier n’est pas le chaudronnier. Faut-il faire un dessin ? Les écoutes téléphoniques doivent faire l’objet d’une loi au Burkina Faso et je suis disponible pour rédiger un projet de loi à soumettre à l’assemblée Nationale. Il n’y a pas de sanction ou de peine sans loi. Pas de crime sans loi préalable. C’est aussi simple que ça. Réagissez massivement pour nourrir le débat car ce sont quand même nos frères qui sont à la MACA. Que nous le voulons ou pas et on ne choisit pas son frère ou sa soeur.

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 12:35, par Tapsoba R(de H) En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    N allez pas chercher loin mr "Hamane",pour moins que ça ,la cour de cassation française a validé le 22 mars dernier ,les écoutes téléphoniques entre Nicolas Sarkosy et son avocat Thierry Herzog dans une affaire de corruption et trafic d influence pour avoir voulu percer le secret d une procedure à l aide d un haut magistrat ,alors que Sarko contestait la légalité de ces écoutes.Ce dernier obstacle franchi ouvre la voie à un possible procès de l ancien chef de l Etat.Alors ,la France un Etat voyou si l on suit la logique de notre avocat Me Kéré ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 12:44, par Dasylva En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    Hamane (17) et autres aigris, arrêtez ce verbiage inutile. La loi est dure mais c’est la loi ! En attendant d’autres lois on applique ce qu’on a sous la main.

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 12:46 En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    Citoyen, c’est les Me du pays qui vont gatter leur nom eux-mêmes et pas certainement quelqu’un d’autre. Il est où le dossier de 77 millions que des gardes de la sécurité pénitentiaire se sont partagés avec des avocats et des magistrats. C’est là le vrai problème... Le jour où un avocat percevra des honoraires dans un dossier sans être constitué dans ce dossier, ce sera le paradis pour les avocats et toi citoyen, tu le sauras, petit racontard de conneries. Peux-tu te regarder dans un miroir après avoir dit cela ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 12:54 En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    Alexio, internaute n° 3, vous êtes tout simplement ignoble et ignorant de la franc-maçonnerie et j’en ai honte à votre place. Par humilité, mon grand-père me disait toujours, petit, lorsqu’on ne sait pas, la meilleure position, c’est de se taire. C’est ce que d’ailleurs les francs-maçons appellent le "silence de l’apprenti". Mais comme vous êtes ignorant, même pas profane, alors....Dieu vous voit dans votre faute et je ne sais pas quel sort il vous réservera pour cette calomnie. Vous reviendrez peut-être sur ce forum pour nous le dire, si vous en avez le courage et la force et ce, pour la postérité. Bon courage !

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 13:10, par jan jan En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    Il n’a qu’à supporter, ce n’est même 1 an qu’il a fait en prison VIP, pourtant quant il était juge TPR, il avait fière allure et la langue bien acerbée pour envoyer ces "coupables" d’avoir été "bourgeois" aux géoles. Ces derniers ont passé plusieurs années en prison non VIP avec confiscation de leurs biens. Alors très cher Djiby, un peu de courage. Nos "VRAI"révolutionnaires sont devenus des chiff moles aujourd’hui, dommage.

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 13:10, par TIENFO En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    Merci à l’internaute 11 Me Paul Kéré pour cet éclairage que je ne partage pas du tout. Que peut-on qualifier d’écoutes sauvages ? Vous avez donné votre point de vue qui n’engage que vous et je donne le mien qui n’engage que moi. Les Etats Unis via la CIA ont mené des représailles de grande envergure à travers le monde sur la base de simples écoutes supposées ou avérées. Ils ont condamné et tué des milliers d’individus suite à des écoutes téléphoniques où des magistrats n’ont pas été impliqués ni informés. Cela n’a pas fait d’eux des États voyous comme vous le prétendez. Bien au contraire ils sont qualifiés de gendarmes du monde. Je partage entièrement le point de vue de l’internaute 17 Hamane. Me Paul Kéré ne soyons pas plus loyalistes que ceux qui nous ont envoyé la loi. Karim WADE fils d’ancien président et avocat de renom à plus plus de trois ans de prison pour des faits moins graves qu’un putsch manqué. Si c’était au Burkina il n’allait même pas faire un petit mois à la prison. Dans tous les cas Djibril finira par sortir de la MACA pour vice de procédures. On vous voit venir. La loi est faite par et pour les hommes et non le contraire. Que chacun paie la juste mesure pour ce qu’il a commis

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 13:11, par AHI En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    YA ds gens l me font rire aller écouter bonjour 2012 vous allez voir k une seule personne imite et Bedie et Allassane authentification la cs pas par oreille cs pas voix on écoute ces l origine de la bande.... on parle de la liberté de klkun pas de vos connerie de rancœur stupide et sans fondements.... Ki sur ce forum la pe dir kil a eu personnellement affaire a Bassole ????? C’est des gens il on écouté les rumeurs et se lève il cose o hasard... Meme si vous garder les ecoutes la authentifier les... depuis la personne na pu authentifier ça et cs ridicule pour un pays kom l Burkina Faso ki se di avangardiste de la democratie..... lala mm on tombe ds un etat totalitaire.. continuer les gens von se manger ici personne na l monopole de la violence et de la betise et croyez moi si cs la capacité de nuissance la il y a des gens j suis sur kil lon seulemen j sui sur k eux meme il on peur de reveiller xa au vu des consekence k c k l MPP a fai et k eux meme il ne peuvent pas gerer ojourdui il n y a k a regarder les municipale pr voir......

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 13:15, par AHI En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    Frere internaut 20 merci pour cette reponse, c’est un profane un jeune profane meme ki parle de ce qu’il ne sait pas..... Type internaut 3 tu raconte nimpote koi absolumen nimporte koi......

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 15:01 En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    @ kéré

    "Au passage, je proclame solennellement que le jour où je percevrai des honoraires dans un dossier où je ne suis pas constitué, je le publierai sur le fasonet pour la "gloire" de la profession d’avocat et contre le verset bibilique de manger à la sueur du front."

    888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888
    Quel prétentieux doublé d’arrogant ! En quoi cela vous rendra plus crédible ou sympathique ! Vous n’êtes certainement de ceux qui font la gloire de cette profession puisque vous êtes simplement un opportuniste !

    8888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888888
    "Les écoutes téléphoniques doivent faire l’objet d’une loi au Burkina Faso et je suis disponible pour rédiger un projet de loi à soumettre à l’assemblée Nationale. "

    Que fayot ? Vous croyez que vous êtes indispensable ? Et quelle naïveté de penser que dans les pays soit disant avancés on ne pratique pas des écoutes sauvages pour des raisons politiques et économiques relevant du secret d’état ? Vous pouvez nous certifier qu’aujourd’hui la lutte contre le terrorisme ne conduit pas les polices du monde à mettre en place un système de traque à la limite du droit justement parce qu’il faut bien obtenir des informations pour y faire face ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 15:22 En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    @kéré
    "Je resterai courtois dans cette discussion du forum, mais rassurez-vous, je ne descendrai pas dans le caniveau pour rejoindre certains qui refusent de voir le soleil. Peut-on donner à boire à un âne qui n’a pas soif ?"


    Sans blague ! Kéré celui qui se veut courtois en toutes circonstances, qui pense avoir de la hauteur et donc jamais ne se laisserait à des propos méprisant ! Jugez en vous même ! Kéré tout dernièrement sur ce même Fasonet

    "1. Coordonateur : M. N.............. S................., qui travaille dans une cantine scolaire à la ville de Paris pour faire manger les enfants de la maternelle."
    2. A.........................Y..............., Cinéaste (quelqu’un qui fait des films)"
    "Le sieur D................. T.........................., délégué CSBE, instituteur d’allemand , dans un école pommée dans le nord de la France"


    Des propos indignes d’une personne qui veut jouer la modestie et se veut respectueux ! Oui si chacun a ses domaines de compétences, alors le diplôme ou le titre universitaire ( fusse-t-il le plus élevé ) ne fait pas de vous un supérieur et ne vous autorise pas à être condescendant de tous ceux qui ont opté pour autre chose que le droit ! Il faut tout pour faire le monde.

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 15:59 En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    @ Celui qui croit que le monde se résume au droit
    Combien Français, a peine l’armistice signée, ont sur la base de simple dénonciation, été victime de la vengeance populaire ou se sont privés de liberté pendant un certain temps avant d’être jugés ? La justice de l’épuration a -t-elle été irréprochable dans un contexte tr-s particulier ? Combien d’Algériens et Français se sont fait massacrés sur parfois de simples soupçons de collaboration ? Les USA sont ils donc un état voyou pour avoir mis en place depuis des années un système d’écoute à l’échelle mondiale pour espionner le monde récemment dévoilé par Edward Snoden " les programmes PRISM et XKeyscore de collecte des informations en lignes, le programme GENIE d’espionnage d’équipements informatiques à l’étranger, l’espionnage de câbles sous-marins de télécommunications intercontinentales et d’institutions internationales comme le Conseil européen à Bruxelles ou le siège des Nations Unies, ainsi que de nombreuses pratiques en cours au sein de l’agence pour parvenir à ses fins " ? N’est ce pas ce pays l’oreille du monde qui suivent à la trace les opposants pour les livrer ensuite aux pays amis qui servent leur intérêts ( pays arabes ) ?
    Pourquoi un état se priverait de ce " moyen" pour assurer la sécurité de ses institutions , des installations stratégiques et de ces citoyens ? Basollé doit peut être mesurer sa chance contrairement à Sankara , Zongo, Lingani, que Blaise Comparé ( celui que vous avez soutenu même jusqu’à quelques jours de sa chute ) a simplement fait exécuter au mépris de leurs droits ...........................au nom de quoi monsieur défenseur du respect de la procédure : au nom de la sureté de l’état .....mieux de son intérêt supérieur ! Je vous laisse donc méditer sur le sens de deux extraits tirés du discours du 19 octobre 1987 "Cependant, lorsqu’il s’agit des questions politiques et surtout de la direction de la gestion d’un Etat, d’une nation, d’un peuple, nous nous devons d’aborder les questions sans excès de sentimentalisme" " Nous sommes convaincus que notre peuple qui sentait déjà la nécessité d’une rectification y participera avec détermination et soutiendra le Front populaire.
    Cette révolution, il faut le dire, avait fini par ne plus exister que dans le discours, vidant ainsi les structures insurrectionnelles de leur contenu. C’est pourquoi, il faut travailler à y faire renaître la révolution afin qu’elles puissent jouer pleinement le rôle qui leur est dévolu."

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 16:40 En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    Kéré Paul,le plus grand opportuniste et de surcroît un petit "maître" désœuvré vient nous servir sa piteuse dissertation sur Etat de droit/Etat voyou.Je ne sais même pas sur quelle planète ce petit "maître" habite car en suivant sa logique,on arrive à la conclusion que tous les pays sont des Etats voyous y compris son pays la France,le berceau des droits de l’Homme.Bref,sur ce putschiste Bassolé,il croit être le plus malin de tous les Burkinabè car dans cette affaire des écoutes téléphoniques,elle ne concerne pas uniquement ce putschiste Bossolé et son accolyte ni moins criminel Soro,il y a aussi les écoutes sur l’autre faux général en carton comme Bassolé et qui se nomme Gilbert Diendéré.Pourquoi ce Gilbert Diendéré s’est toujours fait trop petit dans ses souliers quant à ces histoires d’écoutes téléphoniques et c’est ce Bassolé qui nous casse toujours les tympans ?Parceque tout simplement ces écoutes sont authentiques.Conclusion,dans ce putsch de ces putschistes,je nourris une petite compassion,une petite circonstance atténuante pour Diendéré que ce faux franc maçon indigne qu’est Bassolé et invite la justice à être sans pitié pour ce voleur criminel putschiste Bassolé

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 16:59, par Moi aussi En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    Entièrement d’accord avec vous, internaute 3 (Alexio). Je valide tout ce que vous avez dit et j’ajouterai qu’il ne mérite même ses étoiles. On se souvient de tous les mensonges qu’il a dits ici au sujet du coup d’Etat. Qu’il n’était nullement impliqué, qu’il n’était pas au courant, qu’il n’était pas au courant de ce que tramait Diendéré et bien d’autres choses jusqu’à ce que les écoutes soient mises à jour. Pour moi, un officier général doit avoir une intégrité irréprochable et sa parole doit revêtir le sceau de l’honnêteté et de l’honneur.
    Il n’était pas obligé d’ouvrir sa bouche si c’est pour raconter des mensonges !
    Quant à leur structure mafieuse, combattons-la en commençant par ses petits que sont les Lions clubs, Rotary club et j’en passe, qui sont les paliers intermédiaires d’accès ou si vous voulez, l’antichambre de la franc-maçonnerie. Ces regroupements fonctionnent exactement sur les mêmes principes même s’ils refusent de l’admettre (recrutement des membres par cooptation, devoir de solidarité entre les membres,...). C’est juste une question de niveaux ; la franc- maçonnerie concernant les plus puissants que sont les chefs d’Etat et les plus gros voleurs. Essentiellement formés d’individus de classe moyenne, ces clubs promeuvent insidieusement la discrimination, le favoritisme, le clientélisme et tous les autres travers que connaissent généralement les confréries.
    Vis-à-vis de la France, les africains sont des esclaves heureux de l’être et je reviens ici encore sur la fierté des asiatiques, jaloux de leur culture et de leur dignité. Vous ne trouverez pas en Asie ces organisations sataniques occidentales qu’on promeut ici à coup de publicité dans nos télévisions simplement parce que c’est étranger à leurs valeurs.
    Comme tu l’as dit Alexio, la France passe par des individus comme Djibril Bassolé pour perpétuer sa domination et l’exploitation de l’Afrique.
    Voyez- vous, si la guerre du Viêtnam s’était déroulée en Afrique, un pays voisin aurait offert ses services à la France pour qu’elle arrive à ses fins. Un Général français a témoigné sur RFI, lors du cinquantenaire du ‘‘Oui’’ de la Guinée (1 136 324 oui, contre 56 981 non le 28 septembre 1958) que Félix Houphouët-Boigny et Léopold Sédar Senghor étaient venus proposer au Général De Gaule de faire assassiner Ahmed Sékou Touré.
    Il nous appartient, dignes descendants de Boukary Koutou, de Samory Touré, de Soundiata Kéïta, de Behanzin, de Mandela, de Lumumba, de N’Krumah, de Sankara, etc. de briser à jamais nos chaines.

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 17:36, par SOME En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    C’est toujours comme ca : quand l’accusé ne peut pas se défendre il se rabat sur la procédure. C’est bien connu dans le milieu des avocats : la technique du vice de forme. On tente d’abord là pour casser le dossier et quand on ne réussit pas on tente la liberté provisoire sous différents prétexte. Etre un bon avocat, c’est savoir user de ceci : « Les avocats d’aujourd’hui transforment les mensonges en vérités et les vérités en mensonges » dixit Kigbafoaré n°13

    C’est de la méthode pour déclarer l’illégalité et détruire un dossier. On passe a la cour de cassation où des juges nommés et grassement payés et protégés (car si tu es trop récalcitrants, on te change), pour dire ce qu’on leur demande de dire tout en se déclarant indépendants, sinon on te fait comme on a fait le juge Nebie). Les autres l’ont bien compris. Le tour est joué.

    Puisque ca dure trop longtemps, il faut libérer : on oublie qu’il y a des gens qui ont fait des années en prison parce que leur affaire était en instruction… Vraiment l’égoïsme, la mauvaise foi, les intérêts, etc. le burkinabe est trop pourri même !

    Imaginez : vous pensez que, dans ce village qu’est ouaga, il faut qu’on passe par une procédure de demande d’autorisation pour que les renseignements écoutent des gens que l’on savait en train de fomenter pour déstabiliser le pays. Ou se trouve la force du renseignement ?

    Ce que ce gouvernements et les dirigeants politique en général dans ce monde actuel, ce n’est pas seulement au Burkina, c’est que ils ne veulent intégrer la donne que les gens ont évolué et ne peuvent plus être gouvernés comme des moutons. Au Burkina, de plus de cris montent pour exiger la justice, un minimum de justice ; mais ce gouvernement est tellement hermétique qu’il finira par se faire balayer, même s’ils croient que ses soutiens le protégeront jusqu’au bout.

    Est-ce vous vous êtes posé la question pourquoi Roch a gardé le ministère de la défense surtout en une étape si difficile ou il y a besoin de quelqu’un a temps plein et qui connait le milieu ?

    Mais tout ca, c’est normal : eux ils ont leur objectif et ils utilisent tous les moyens pour y arriver. A nous de le comprendre et de savoir détecter toute leurs techniques et stratagèmes chaque fois et soutenir fermement notre camp afin de sauver nos intérêts ; ne vous indignez pas seulement et laissez faire ! Tous ces gens qui accourent par ci par là pour se faire spécialiste de ceci cela et faire un écran de fumée, etc. on le comprend, on les connait, ne perdez pas votre temps : de toutes façons, ils tiendront jamais un langage de la bonne foi. Combattez les comme il se doit, mais n’attendez rien d’eux, car ils ne changeront jamais. Réfléchissez pourquoi un individu comme M Kere s’entête a intervenir quand il sait que ce que l’on sait de lui ?
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 18:29 En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    @ celui qui croit à son étoilé Kéré

    Les RG procèdent à des écoutes en toute illégalité et placées sous le sceau du secret défense. Tout e monde le sait et l’admet parce qu’il y va de la sécurité de la nation, de la protection publique ! Tous les pays s’adonnent à cette pratique ! Alors, de grâce gardez vos leçons de démocratie ou de régularité des écoutes ! Quant à l’authenticité, vous ne savez pas plus que quiconque ! Vous devenez fatiguant et insupportable à venir toujours vous donner en spectacle comme si vous étiez né avec un livre du code pénal dans la main.

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 18:40, par Lawakila ZERBO En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    Je remercie sincèrement tous ceux qui enrichissent ce forum par leur réflexion. Cependant, je m’interroge sur le sérieux et la sagacité de certains dont un certain "maître" kéré. Kéré, vous dites que les écoutes "ne sont ni authentiques et encore moins authentifiables", sur quoi vous fondez-vous pour soutenir une telle thèse ? Sur seulement les possibilités d’imitation comme le font les Laurent Gerra, Nicolas Canteloup, etc.? Ne me donnez pas envie de vomir, svp. Par ailleurs, en tant que juriste, vous savez bien que derrière l’expression "écoutes sauvages", vous faites allusion au principe de loyauté des preuves. S’il vous est possible de regarder le cas des écoutes du putsch avec les yeux d’un juriste tout court, (pas en tant qu’avocat) vous serez édifié sur la place de la loyauté des preuves en matière pénale, surtout en l’espèce. Mais si vos divagations visent à être appelé dans le collectif d’avocats de Ladji Bassolé, c’est votre droit, surtout que vous êtes mieux "inspiré" sur l’angle d’attaque. Ah les gens !

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 19:33, par Nabiiga En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    Internaute 11, Paul Kere, si c’est cela votre nom. Écoutez, si vous n’avez rien à dire, il ne faut rien dire. Qu’est-ce que vous savez du fonctionnement d’un état, fut-il dictatorial ou démocratic ? Sans vergogne, vous parlez des écoutes sauvages ; les écoutes ne sont pas sauvages ; elles ont été faitesen parfaite légalité par les ténors du pouvoir d’état de l’époque. Que dites-vous alors des écoutes de Gilbert Diendéré sous Blaise dont le bureau central des écoutes et des renseignements se trouvait à deux pieds du bureau de Blaise. Étaient-elles sauvages ? Étaient-elles faites en parfaite légalité ? Blaise et Gilbert faisaient ce que les fonctions de l’état les sommaient de faire car Blaiise, tout comme Zida, a juré de protéger les citoyens. Les écoutes ont été faites dans cette cadre. Comme je l’ai déjà dit, si vous n’avez rien à dire, eh bien, il ne faut rien dire.Compris ? Ngaw

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 19:43, par Sidpawalemdé Sebgo En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    Je constates que l’avocat et les "supporters" veulent tout ramener à la procédure et aux lois civiles, en oubliant volontairement le contexte militaire et sécuritaire des faits qui sont reprochés à M. Bassolet.

    En Septembre 2015, à la veille du "coup d’état le plus bête du monde", le pouvoir de la transition avait été ébranlé à plusieurs reprises par le RSP. Entre accusations de complot à leur détriment du RSP contre Zida et Barry et accusation de coup d’état du RSP contre lui par Zida, de plus dans une controverse de dissolution ou non du RSP, le climat était plus que délétère et potentiellement explosif.

    L’état, à ce moment là, était personnifié par le président Kafando et le gouvernement Zida. Et ce serait le remettre en cause que de ne pas accepter que, devant ce qui se présentait alors comme un risque de déstabilisation de l’état, les services de sécurité usent des moyens d’intelligences courants dans tous les pays pour se prévenir de ce risque. Les écoutes et autres moyens de renseignement en font partie, et dans peu de pays au monde, ce type d’action est lié à l’autorisation préalable d’un juge, car par définition secret. C’est de là que part le quiproquo principal des accusateurs et défenseurs de Soro et Bassolet.
    Ce qui authentifie ces écoutes, ce n’est pas le son de la voix de tel interlocuteur mais le processus d’acquisition de ces écoutes !. Selon l’enquête menée par "Jeune Afrique" sur le sujet, les enregistrements ont été faits par un démembrement de l’état, par des militaires et fonctionnaire de l’état, sur du matériel de l’état acquis spécifiquement à cette fin. Et leur légalité est celle que confère l’obéissance à leurs supérieurs hiérarchiques des acteurs, supérieurs dont la légitimité a été établie par la constitution et la charte de la transition. C’est donc l’ensemble des témoignages de cette chaine d’acteurs et la fiabilité des moyens techniques utilisés qui devrait être remis en cause pour les écarter, et c’est ce qui fonde les juges à ne pas pouvoir le faire, à moins de qualifier tous ces acteurs de menteurs. A moins de remettre en cause la légitimité des dirigeants de la transition, ou le caractère avéré de déstabilisation de l’état que constituait le coup d’état du général Diendéré, on est donc aussi mal fondé à parler "d’écoutes sauvages" ou "d’état voyou".

    Maintenant, je serais curieux de savoir de quelle information privilégiée dispose Me Kéré pour affirmer péremptoirement que les écoutes sont fausses, tout en disant qu’il n’y pas moyen de les authentifier ? Si c’est en tant que sympathisant de M. Bassolet, on peut le comprendre, mais son statut d’homme de loi demande un peu de recul devant de telles prises de position sur des éléments de preuves ? Si c’est en tant qu’expert en écoutes et voix, il faudrait saluer sa polyvalence, mais la encore lui conseiller la réserve et d’éviter l’amalgame.
    Mais en définitive, ce qu’on ne comprend pas surtout, c’est que des hommes qui semblent, à les voir s’exprimer ou se présenter, connaitre le droit, ne veuillent pas attendre qu’un affaire qui est en justice soit jugée et l’accusé condamné ou innocenté, mais demandent sa libération sans autre forme de procès sur la simple base de leur conviction personnelle ou de leur sympathie ? Et tout cela sachant qu’on parle de déstabilisation de l’état, de coup d’état armé avec intervention d’acteurs étrangers et de morts de civils ! Ce qui signifie que la simple mise en liberté provisoire peut être dangereuse si les intentions malveillantes de l’individu sont avérées. C’est quand même un peu surprenant...
    Raison de plus pour que le tribunal militaire appelle cette affaire en jugement au plus vite et qu’on en finisse, quitte à juger certains mis en cause par contumace.

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 21:04, par sawadogo Saïdou. En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    J’ai lu tous les messages. Je constate que seul me kéré a donné sa vraie identité et son opinion. Quant aux autres, même si votre opinion peut être respectée, le fait que vous utilisez des pseudo enlève toute crédibilité à vos propos. Donc vous voyez que c’est facile de se cacher derrière un ordinateur et écrire. C’est ça la différence et le courage. Si vous avez le courage de vos opinions, présentez-vous clairement et quittez dans la lâcheté et dans l’hypocrisie. Bande de mesquins et de faux types.

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 22:34, par Nabiyaalma En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    Nabiiga, pa pa pa pa, quand on dit "écoutes sauvages" ce sont toutes les écoutes aujourd’hui au Burkina car il n’y a pas de loi. Donc voyez comment vous ne comprenez même pas ce que c’est qu’une écoute sauvage ? Regardez même la photo de Soro et Bassolé, c’est un montage grossier tout comme les écoutes qu’on reproche à Bassolé. C’est pas Bassolé qui doit démontrer qu’il n’est pas l’auteur de ces écoutes sauvages mais au juge de le démontrer. N’gaw.

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 22:46 En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    Some, le vice de la procédure fait partie de la procédure, si le texte n’est pas respecté, la loi permet d’invalider la procédure. Toi tu connais kéré d’où ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 22:49, par Nabiiyalma En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    "Les écoutes ont été faites dans cette cadre". Quant on s’exprime ainsi, on a tout compris.

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 22:55, par uso En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    @Me KEBRE
    # Réagissez massivement pour nourrir le débat car ce sont quand même nos frères qui sont à la MACA. Que nous le voulons ou pas et on ne choisit pas son frère ou sa soeur.#

    Réagissons alors ! !!!
    Nous le savons désormais, tous ces jeunes tombés, à la fleur de l’âge à cause de ce coup d’état inqualifiable et qui sont au cimetière ne sont point de votre famille. Mais pour nous, eux aussi sont nos frères et soeurs !!!

    # Au passage, je proclame solennellement que le jour où je percevrai des honoraires dans un dossier où je ne suis pas constitué, je le publierai sur le fasonet pour la "gloire" de la profession d’avocat et contre le verset bibilique de manger à la sueur du front.#
    Internaute 27 : ce n’est pas seulement de la prétention et de l’arrogance, il y va aussi de la morale. ...
    Il va faire une publication et non une restitution, ya pas d’équivoque là-dessus hein !

    #En général, et en toute humilité, par ma petite expérience, je suis visionnaire a minima sur ces questions-là. Il suffit de voir ma mise en garde sur la modification de l’article 37 de la constitution. Ceux qui m’ont contrarié sur ce point ont vu le résultat de leur erreur sur ces questions-là. #
    De grâce, il ne faut pas remuer le couteau dans nos coeurs toujours meurtri , attendant une hypothétique justice pour nos frères et soeurs tombés parce-que des mercenaires de la plume comme vous aviez mis votre intelligence au service du mal !
    Notre memoire est toujous intact et Internet regorge de vos écrits ineptes sur le sujet défendant l’indéfendable à l’époque.
    De grâce !

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 05:10, par Nabiiga En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    Que dites-vous alors de l’espionnage de Gilbert Diendéré sur tous les Burkinabè sous l’ère de Blaise. Est-ce que les gens n’ont pas été liquidés, incarcéré et torturés à cause de ses écoutes ? Pourquoi faut-il que celles-là ne soient pas sauvages alors que celles de Gibril le sont. C’est justement ce que je réfère comme authenticité sélective. Vous choisissez sans honte parmi les écoutes celles que vous aimeriez qu’elles soient authentiques et celles qu’il faut jeter dans les caniveaux. Si seulement la honte tuait. Hypocrisie quand tu nous tiens !!!

    Zida, le héros national, le patriote, le brave fils de ce pays, a fait ce qu’il devait faire pour protéger les populations et je suis mille pourcent pour sa clairvoyance. Sans lui, les RSS ne seront pas au pouvoir et ce, non pas qu’il ait usé des pouvoirs de l’état pour les épauler d’une manière ou d’une autre dans la course à Kosyam mais plutôt par ces mêmes écoutes qu’il a faites en parfaite légalité, un acte posé en parfaite symbiose avec ses fonctions d’état à l’époque. Gibril doit remercier son Dieu que cette gâchis n’ait pas été commis sous l’ère de Blaise. S’il avait osé il aurait été fusillé depuis. Il n’a que demandé à Gilbert Diendéré ce que, lui Gilbert, lui aurait fait s’il avait commis une telle bêtise sous l’ère Blaise. C’est facile, les deux sont locateurs de la MACA. Aujourd’hui, il vit grâce à la largesse des contribuables burkinabè et au lieu de se joindre à lui pour remercier les contribuables burkinabè, vous écraser nos tympans avec des idioties. Vous les partisans de Gibril, profiter de son séjour à la MACA pour faire quelque chose de bons en son nom à commencer par le remerciement public des contribuables burkinabè.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 07:48, par Désiré Tapsoba En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    Sur ce forum, on sait bien qui prend différents pseudos pour faire sa propre promotion et donner l’illusion d’avoir des soutiens.Le courage est une vertu que l’on ne peut exiger des autres quand on est incapable d’en faire preuve Demandez donc à celui que présentez comme un modèle de courage qui prend différents pseudos pour faire sa propre promotion et entretenir l’illusion d’avoir beaucoup de soutiens. Alors juste une question, que pense Kéré de quelqu’un qui fait une déclaration anonyme sur un réseau social au nom d’un groupe au mépris d’une règle de base : le respect de l’opinion des autres ! Et comme l’actualité donne un sujet tout frais, que chacun ait aussi le courage de donner son sentiment sur la façon dont les membres représentant la diaspora au sein de la commission constitutionnelle ont été désignés ? Estimez-vous qu’une personne aussi décriée pour ses louvoiements, ayant la prétention d’avoir des principes ( tels que le respect des procédures en matière privation des libertés, le respect du droit en toutes circonstances la nécessité de passer par la concertation avant une prise de décision ), proclamant à tout va son sens de la dignité, peut accepter de participer à la rédaction d’une nouvelle loi fondamentale pour un état qu’il considère implicitement comme un " état voyou" ? Ne pas être lâche, ne pas être un faux type, c’est oser dire la vérité en face à une personne ( fusse-t-elle un ami ) et l’assumer ! Chiche !

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 09:23 En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    @ visionnaire qui n’a pas vu l’insurrection venir

    "En général, et en toute humilité, par ma petite expérience, je suis visionnaire a minima sur ces questions-là. Il suffit de voir ma mise en garde sur la modification de l’article 37 de la constitution. Ceux qui m’ont contrarié sur ce point ont vu le résultat de leur erreur d’appréciation."

    Qui a écrit et publié ce torchon à jour de la chute de celui qu’il avait toujours encensé et présenté comme un grand homme d’état ? Kéré peut nous le dire certainement et profiter expliquer pourquoi tant de zèle et surtout d’inconstance ? Merci d’avance

    Le procès en « sorcellerie » diligenté à l’égard de l’ADF/RDA est incompréhensible et injuste- 27 octobre 2014 |
    88888888888888888888888888888888888888888888
    @ Sawadogo Saidou
    N’oubliez surtout pas de donner votre avis sur le sujet au lieu de commenter des commentaires ! Ce serait intéressant et plus courageux de votre part d’alimenter le débat avec des réflexions personnelles. C’est à ce quoi le forum est conçu. Sa vocation est de susciter la confrontation et chacun est libre de s’afficher ou pas ! L’anonymat procure des avantages et Kéré est bien placé pour le savoir et n’est certainement pas prêt à ce que on le supprime !

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 10:28 En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    @ kéré Après avoir pris chemins tordus et s’être perdu dans une démonstration bourrée de termes techniques imbuvables, cet "petit" avocat visiblement très désoeuvrré, finit par avouer qu’il fallait simplement aller au vote pour changer une fois pour toute les termes de l’article 37 !! Pour lui l’ADF-RDA ( faisant partie de la majorité présidentielle - donc susceptible de voter pour et donc rendre un recours au référemdum inutile ) s’est honoré de participer cette avancée démocratique ( il parle même de triomphe ) à propos de laquelle Gilbert Ouédraogo disait " la nouvelle version de la constitution garantit la limitation du nombre de mandats présidentiels, interdit dorénavant toute modification relative à la durée et au nombre de mandats et donne la possibilité à tous ceux qui remplissent les conditions de se porter candidat à la prochaine élection présidentielle ». Kéré pousse le zèle jusqu’à émettre des idées !!! Ca ne s’invente pas ! Il était contre mais s’autorise à proposer des pistes pour l’article 165 ! Alors un peu de décence, Kéré ! Ne renuez pas le couteau dans la plaie comme dit un illustre internaute

    Extrait de l’article de Kéré Paul : Le procès en « sorcellerie » diligenté à l’égard de l’ADF/RDA est incompréhensible et injuste.

    "A défaut pour le Conseil de Sages de l’avoir fait, souffrons tous aujourd’hui la mort dans l’âme que l’ADF/RDA ait finalement pris courageusement, comme à son habitude depuis 1945, la diligence de proposer et d’obtenir de la majorité présidentielle l’inscription en lettres d’or et dans un marbre de fer, l’intangibilité du désormais futur nouvel article 37 de la Constitution. L’opposition politique burkinabè doit, une fois de plus, se rendre à l’évidence que rien n’est joué, tant en ce qui concerne l’adoption du projet de modification constitutionnelle et encore moins sur l’issue de l’élection présidentielle de 2015. Elle devrait, pour l’amour de notre pays inviter ses partisans à stopper les manifestations et autres désobéissances civiles afin d’aller sereinement à l’élection présidentielle en rang serré en 2015."

    888888888888888888888888888888888888
    M Sawadogo peut aussi faire commentaire sur les louvoiements et reniements de Kéré. Tous les sujets sont lies ! Si Basollé est derrière les barreaux, c’est justement parce que tout est parti de l’intention de celui qu’il a servi pendant des années sans broncher de se présenter une nouvelle fois en 2015 après avoir modifié à son seul profit la constitution. Voila qui serait courageux de sa part !

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 14:27, par Sidpawalemdé Sebgo En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    Quelques observations :
    Internaute 12, Patriote Balma : Si vous êtes tellement convaincu que la cour de cassation va donner raison aux avocats de Bassolet, pourquoi ne pas laisser simplement la procédure suivre son cours au lieu de crier à l’acharnement et à la libération immédiate de votre champion en y mêlant le président du Faso ? Pour mémoire, lors du coup d’état le "pauvre" Roch se cherchait car sa vie était menacée pendant que d’autres téléphonaient...

    Internaute 41, USO : Il me semble que vous faites une confusion au sujet du terme "frère" utilisé par Me Kéré. Il faut lire entre les lignes "frère de lumière", autrement dit Franc maçon. Les "frères" du général de gendarmerie dans cette "confrérie" sont appelés par Me Kéré à se manifester pour le défendre contre vents et marées, y compris au mépris du droit le plus élémentaire ou de l’évidence la plus criarde. Et visiblement, il n’a pas été assez entendu vu le niveau de caniveau des arguments développés jusque là. Ce sujet de la Franc-maçonnerie a été évoqué par l’internaute 3 Alexio, rapidement attaqué à ce sujet par l’internaute 22 (anonyme) et l’internaute 26 (AHI), qu’on pourrait tous soupçonner, vu le style, d’être avec Dasylva et Me Kéré une seule et même personne. Visiblement, certains aiment se chatouiller pour rire, mais on est en démocratie. Il n’est pas (encore) interdit de lancer une polémique stérile et de l’entretenir artificiellement. C’est tellement fréquent sur internet que cela porte déjà un nom : Faire un "troll". En plus, se "faire mousser" ainsi semble marcher, puisqu’il parait que le "sieur" en a récolté une place à la commission constitutionnelle.

    La ou cela devient ridicule, c’est quand un homme de loi affirme des choses fausses en droit et veut se cacher derrière l’argument du métier pour imposer la primauté de ses dires, "chacun doit rester dans son domaine de compétence", comme il dit. Désole, mais si le boulanger nous fait un pain immangeable, on le lui dira, et le fait que ce soit son métier n’y changera rien, au contraire c’est une circonstance aggravante ! Surtout qu’ici, il donne lui même la raison du conflit d’intérêt qui l’amène à argumenter dans un certains sens, celui de défendre son "frère" !

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin 2016 à 16:42, par Saïdou Sawadogo En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    désiré tapsoba, que y a t-il de mal dans le passage que tu as cité de l’article de Me Kéré de répréhensible ? moi je ne vois rien de mal dans ce passage. précise ta mauvaise pensée puisque tu vois le mal partout dès que tu vois le nom de me Kéré. je le vois tout le temps. Dis que c’est kéré qui a dit à Blaise de modifier la constitution et les internautes te croiront car kéré est trop fort et à tous les pouvoirs. mon oeil ouaih ! Tu es tout simplement méprisable et surtout ridicule à la fin à travers tes messages d’injure et de diffamation car les internautes savent maintenant la nature du contentieux personnel que tu as avec Me Kéré et que tu portes sur le forum. J’ai aussi le droit de donner mon avis sur tes inepties. Tu n’as pas le monopole de la parole et de l’écrit sur ce forum. Ou bien ? Tout le mal que tu fais, Dieu te voit et tu le paieras cash très bientôt. tu es pressé...

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin 2016 à 18:15, par Sidpawalemdé Sebgo En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    Il n’est pas utile d’intervenir uniquement pour "contrer" ou insulter ou alors défendre l’un ou l’autre des intervenants précédents. Il s’agit avant tout dans un forum de donner son opinion, de développer ou soutenir des arguments et/ou proposer des idées ou des pistes quel que soit le sujet. Rouler dans le caniveau ne nous avance pas beaucoup...

    Que vous le vouliez ou pas, sur ce forum lefaso.net et sur d’autres, nous nous "connaissons" sans s’être jamais rencontré pour la plupart. Depuis l’historique polémique sur la modification de l’article 37 et le sénat, lancé depuis les années 2012/2013 pour de nombreux anciens intervenants, certains se sont signalés par leur position tranchée en faveur de l’une ou l’autre position. Les évènements ont tourné en faveur de ceux qui étaient opposés à la modification de l’article 37, ce qui n’empêche pas les autres de continuer à participer à l’animation des discutions, certains continuant même à prôner le retour "triomphal" de Blaise Compaoré ou tirant à boulets rouges sur la transition et/ou le pouvoir MPP. Tout cela est de bonne guerre et montre la pluralité des opinions normale en démocratie.

    Mais franchement, nous somme tous outrés quand nous lisons ici des gens qui ont soutenu mordicus la modification de l’article 37, le maintien de Blaise Compaoré au pouvoir ou soutenu le "coup d’état le plus bête du monde" se présenter aujourd’hui comme ayant vu venir l’insurrection populaire et ayant combattu la tentative de monarchisation du pouvoir.

    Nous perdons quelque fois notre calme quand des gens qui ont applaudi l’instrumentalisation de la justice pour bloquer pendant des années des procédures comme l’affaire Zongo, l’affaire Sankara, l’affaire Nébié, l’affaire Guiro, se transforment en "zorro" de la justice pour fustiger les retard de quelques jours, exiger la diligence des procédures et crier au complot quand les décisions ne leurs sont pas favorables. C’est révoltant, et dans cette révolte, certains répondent de façon "épidermique" et veulent rappeler les contradictions entre les propos d’hier et ceux d’aujourd’hui. Cela n’a rien de haineux ni de personnel à priori. Alors sachons raison garder...

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin 2016 à 18:46, par Non à l’imposture En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    @ Sawadogo
    Juste une demande : Ayez simplement le courage de dire ici ce que vous pensez de la désignation des membres de la commission constitutionnelle et profitez en pour dire que parmi l’ensemble des Burkinabê d’Europe, il ne se trouvait personne d’assez compétent pour les représenter ? Dites aussi qui parmi tous les Délégués s’est permis de faire une déclaration annonyme au nom de l’ensemble des Délégués Je crois que l’internaute 48 Sidpawalemdé Sebgo vous a suffisamment répondu de façon intelligente ! Si vous estimez que votre vocation est de rester en admiration face à Kéré dont tout le monde sait qu’il n’a rien à foutre de la diaspora ( si ce n’est faire du zèle , diviser pour sa gloire personnelle), alors vous êtes sincèrement à plaindre. Si vous avez délégué à ce type la charge de réfléchir et décider à votre ( parce que vous en êtes incapable, alors vous n’êtes pas méprisable mais doublement à plaindre ! Kéré est la même personne qui a attribué 0 sur 10 à RMK et qui a écrit le 27 octobre 2017 pour défendre la modification de l’article 37, la même personne qui est allé sur France 24 dire que la CEDEAO proposait une sortie crise honorable aux Burkianbê et qui aujourd’hui accepte sans honte même en étant rejetée et vomi par la communauté burkinabê, de France de participer à la rédaction d’une nouvelle constitution d’un état voyou !!! Mais ce débat vous dépasse ..hélas et on comprend votre réaction primaire !

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin 2016 à 21:53, par Non à l’imposture En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    @ Sawadogo
    Nul besoin d’éprouver de la haïne cette personne ! Elle s’en charge toute seule en la suscitant et en l’entretenant ! La preuve, les propos à son égard sont rarement élogieux !! Ce qui est sûr très peu de gens sont venus applaudir sa nomination et si vous voulez le faire, prenez donc votre courage à deux mains. On ne vous maudira pas pour autant mais simplement déplora votre grande naïveté. Mais en attendant parlez nous donc du sujet et profitez en pour exposer votre analyse des Kolwéogo ! Les deux sujets ne sont pas éloignés puisqu’on aborde la question de l’état de droit.......pas voyou comme Kéré, l’éternel serviteur de qui lui offrir un petit rôle national !

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet 2016 à 11:54, par Tie En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    Ce dossier met face à face des pro et anti "authenticité des écoutes téléphoniques". Là, je demande à tout un chacun de laisser la justice faire son travail. Car ne dit-on pas qu’il est mieux de laisser en liberté un coupable que de condamner un innocent ? laisons de coté nos passions et demandons à la justice de rendre la vraie justice. Regarder le film americain dont le titre est "les Rosenberg ne doivent pas mourrir". Vous comprendrez que dans les procédures pénales politisées, si on veut ta tête et comme bouc emissaire, on t’aura. Laisons tomber les expressions va t-en guerre et cherchons à ce que la justice continue les instructions pour le denouement de cette affaire. Car toutes ces attaques ne peuvent rien changer dans cette affaire s’il se trouve qu’au finsh Djibril est innocent sera libéré ou coupable sera condamné. Voilà que Mr Kone est en liberté provisoire pourtant au vu et au su de tout le monde il a dit clairement soutenir le coup d’état du 16 septembre 2015. Comme quoi, nous du déhors ignorons tout de la justice et évitons de croire à tout ce que se dit sur les antennnes médiatiques, surtout par des gens dont eux-mêmes se trouvent confrontés à des problèmes de justice dont on demande qu’ils viennent s’expliquer et qui ne veulent pas répondre. Suiviez mon regard. Donc chers frères sachions raison gardée pour que nous puissions recontruire notre chère Faso avec l’aide de tout le monde. SVP, laisser la justice faire son travail.

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2016 à 18:40, par wedaga En réponse à : Putsch du CND : La justice refuse de sortir les écoutes téléphoniques du dossier

    Ce régime pro Blaise qui n’est ni figue, ni raisin a tout gâté. Le trio RSS a fait un faux arrangement avec Blaise et ses amis ivoiriens et nous parle de justice. Libérer DJIBRIL BASSOLE parce que vous poursuivez simplement vos intérêts et non ceux de la Nation

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Procès du putsch de 2015 : Me Antoinette Ouédraogo déplore la haine vis-à-vis de certains hommes politiques
Procès du putsch de 2015 : « Il faut se méfier des donneurs de leçons », requiert Me Patrick Monté
Procès du putsch du CND : "Bassolé réaffirme son innocence"
Procès du putsch de 2015 : « Si on ne se pose pas les bonnes questions, on met le pays en danger », avertit Me Antoinette Ouédraogo
Procès du putsch du CND : Condamner le général Djibrill Bassolé « relève d’une absurdité », lâche son avocat
Procès du putsch du CND : « Si j’étais au village, j’offrirais un coq à mon avocat », promet Abdoul Nafion Nébié
Procès du putsch du CND : « Je reste convaincu que vous allez m’acquitter », déclare Fayçal Nanéma
Procès du putsch du CND : La légalité du régime de la transition remise en cause par Me Alexandre Sandwidi (défense)
Procès du putsch du CND : Le capitaine Dao victime d’un acharnement, selon Me Barry
Défense du Gal Diendéré : Une prolongation devant la presse !
Procès du putsch : Les avocats de Diendéré dénoncent une violation des principes élémentaires de droit à une justice équitable
Procès du putsch du CND : « L’opinion ne fait pas le droit, elle ne fait pas la justice », recommande Me Jean Degli
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés