LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La nature rend chacun de nous capable de supporter ce qui lui arrive. ” De Marc-Aurèle

Vie associative : naissance du Mouvement de la paix

Publié le mardi 28 octobre 2003 à 10h42min

PARTAGER :                          

Une conférence de presse a été organisée par le Mouvement de la paix/Burkina (MP/B) au Centre d’information des Nations unies le jeudi 23 octobre 2003.
Cette rencontre avec les journalistes avait pour but de leur permettre une meilleure connaissance du mouvement et entamer ainsi avec eux une phase de coopération dans le sens de la consolidation de la paix au Burkina, en Afrique et dans le reste du monde.

L’humanité connaît de nos jours des moments très difficiles. Aux désolations créées par les intempéries naturelles, s’ajoutent celles causées par l’homme à travers les guerres. C’est à cette deuxième source de désastres humains que le Mouvement de la paix/Burkina doit s’attaquer.

Le président du mouvement, le Dr Pierre Bidima a souligné cet objectif dans la déclaration liminaire : "Notre jeune mouvement est né pour justement œuvrer contre les guerres, les armes de destruction massive qu’elles soient biologiques, chimiques, bactériologiques ou nucléaires". Aussi a-t-il évoqué dans son intervention, la nécessité pour tous les Africains de s’impliquer davantage dans la protection et la prévention de la paix. Cela est une nécessité car, ajoute-t-il, sur les 22 millions de réfugiés de guerre dans le monde en 2000, environ sept millions sont en Afrique.

"C’est pourquoi, partout où la paix existe encore, nous œuvrons à la consolidation et à la rendre durable , partout où il y a les guerres, nous nous opposerons en usant de tous les moyens pacifiques, républicains et légaux", poursuit le Dr Bidima en parlant de son association. Il a par ailleurs affirmé que "la plupart des crises ou conflits armés en Afrique résultent de la mal gouvernance des autorités ".
En effet, selon lui, la mal gouvernance conduit aux frustrations, à la pauvreté, à l’inégalité, à l’injustice et à l’exclusion sociale avec au final, des guerres.

Après la déclaration du Dr Pierre Bidima, les journalistes présents à la conférence ont exprimé leurs préoccupations.

La première préoccupation a porté sur la position du Mouvement de la paix/Burkina par rapport aux présumé coup d’Etat manqué qui a occasionné l’arrestation de personnalités militaires et civiles dont le président du Front des forces sociales (FFS).

En guise de réponse , le Dr Bidima a déploré cette situation et a estimé qu’il s’agit là "d’une manifestation de mal gouvernance". Pour lui, il est illégal de garder des prévenus au-delà de cinq jours dans les locaux de la gendarmerie. Pour ce faire, il a souhaité la relaxation des détenus, ou le cas échéant, leur transfert à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO).

D’autres interrogations ont également été posées au Dr Bidima. Il s’agit notamment des moyens de pression que le MP/B pourrait utiliser dans le sens de la culture de la paix au Burkina Faso et aussi les sources de financement du mouvement.

A ce sujet, le président a réaffirmé que son association est un mouvement pacifique et pacifiste qui n’use pas de manières fortes. Quant au financement , Dr Pierre Bidima a notifié que son association compte fonctionner avec les fonds des cotisations des membres et probablement avec des gestes de bonne volonté. Pour terminer, il a dit "non aux armes de destruction massive, aux guerres" et a souhaité "la paix pour tous".

Alassane KARAMA
Sidwaya du 28/10/03

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : L’ONG IRC lance deux nouveaux projets