Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens sollicitent vos critiques, mais ils ne désirent sеulеmеnt quе dеs lοuаngеs. » William Somerset Maugham

Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (4)

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Burkina Faso : chronique des années Compaoré • • mardi 4 novembre 2014 à 17h11min
Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (4)

Au Burkina Faso, la société civile et les partis d’opposition n’ont cessé de « marcher » contre le pouvoir en place et, à la fin, c’était toujours l’armée qui gagnait. Cette observation, cette fois, pourrait ne pas être vérifiée. Certes, c’est le lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida qui a été porté par l’armée à la tête du pays, mais pour une « transition démocratique apaisée ».

C’est lui qui l’a dit dans son premier message (cf. LDD Burkina Faso 0441/Lundi 3 novembre 2014) ; mais c’est aussi le mot d’ordre de ceux qui ont entrepris de discuter avec lui. Il n’est personne à Ouagadougou pour penser qu’en 2014 un régime militaire puisse être viable. Zida est là pour remettre de l’ordre dans la capitale, ce que sait faire le RSP (non sans rudesse) et ce qu’il a entrepris de faire. Et pendant ce temps, les discussions vont bon train. Il s’agit de se mettre d’accord sur le nom du civil qui gérera cette transition. Car la situation du pays est d’ores et déjà dramatique.

Les destructions sont considérables, dans les établissements publics comme dans le secteur privé. Le tourisme et les affaires internationales sont, bien évidemment, au point mort. Nombre d’investisseurs, qui avaient apprécié la « stabilité » qu’offrait un régime en place depuis plus d’un quart de siècle, vont mettre la clé sous la porte et chercher d’autres points d’ancrage. Le monde des affaires était aussi, et d’abord, celui du clientélisme. C’est fini. Les interlocuteurs d’hier ne seront pas ceux de demain.

Le Burkina Faso devait déjà faire avec le ralentissement de l’activité internationale liée à l’épidémie d’Ebola ; ses grandes manifestations officielles avaient été reportées, autant dire annulées pour cette année. Et voilà que le chaos politique s’installe dans le pays tandis que la sous-région n’est pas au mieux de sa forme et que la « communauté internationale » se lasse de ces soubresauts africains dans un contexte sécuritaire largement défaillant. C’est pourquoi, à Ouaga, aujourd’hui, tout le monde donne l’impression de vouloir « mettre la main à la pâte », sinon pour sauver ce qui pouvait l’être de l’ancien régime, tout au moins pour permettre l’émergence, dès que possible, d’un système politique consensuel.

Après trente années (celles de Blaise Compaoré s’ajoutant à celles de Thomas Sankara) pendant lesquelles il y a eu permanence de la classe dirigeante et où le monde des affaires s’est développé dans le sillage du monde politique (avec toutes les dérives que cela implique), il ne sera pas facile de trouver un homme totalement neuf qui puisse avoir l’autorité nécessaire pour remettre le pays en marche sans avoir été aux affaires. Le retour à la constitutionnalité obligerait à confier la transition au président de l’Assemblée nationale. Mais c’est le premier édifice public détruit par les manifestants et il va rester, pour eux, le symbole d’un « parlementarisme couché » ; rien à voir avec un symbole démocratique.

Soungalo Appolinaire Ouattara, son président, peut donc dormir sur ses deux oreilles* : il ne sera pas confronté aux affres du pouvoir. Difficile de porter à la tête de l’Etat, même pour une transition constitutionnelle, un homme dont l’institution a (malgré elle) mis le feu aux poudres. Dommage car Ouattara, un homme de l’Ouest (il est originaire de Koumi, non loin de Bobo-Dioulasso) vaut mieux qui l’image désormais véhiculée par l’institution dont il était le président après une longue carrière à l’administration territoriale (y compris comme ministre délégué chargé des collectivités locales), le secrétariat général de la présidence du Faso et le ministère de la Fonction publique.

Le Burkina Faso n’est pas un quelconque pays africain. Gouvernement et administration y sont, par bien des aspects, exemplaires. Au-delà de la longévité au pouvoir de Compaoré (même s’il n’a que 63 ans !), ce pays a été, sous sa conduite et malgré les drames politiques, plus crédible que beaucoup d’autres. Au sortir d’une « Révolution », qui n’a pas été une partie de plaisir pour la population (quoi qu’en pensent les exégètes des années Sankara), il n’était pas évident de réussir la « Rectification » et d’ancrer le Burkina Faso dans un mouvement de démocratisation politique et de libéralisation économique. La colonisation s’était d’ailleurs posé la question de la viabilité de ce pays enclavé sans ressources naturelles, et Paris avait fini par tirer un trait sur son histoire et ses peuples, le démembrant au profit des voisins.

L’émergence diplomatique du Burkina Faso au cours des deux décennies passées s’est faite au profit du pays et a permis de conforter la position hégémonique de sa classe dirigeante (cette implication n’a-t-elle pas laissé penser à Compaoré qu’il pouvait, sans risques, se comporter en homme « sûr de lui et dominateur »** au point de reprendre du service en 2015 ?). Mais il est indéniable que le Burkina Faso (et pas seulement Blaise) a apporté beaucoup à la diplomatie africaine et internationale ; avec des résultats dont d’autres n’ont pas encore fait la preuve.

Ouaga est une capitale qui compte en Afrique et sur la scène diplomatique internationale grâce à une démarche… burkinabè ; il n’est pas un autre pays qui ait été autant impliqué que lui dans la résolution de crises régionales. N’oublions pas non plus qu’il a été, jusqu’à présent (les choses pourraient changer avec un nouveau régime à Ouaga), un partenaire de Taïwan, se refusant ainsi de se soumettre au diktat de Pékin ; sa diplomatie est une des plus crédibles, loin des comportements strictement protocolaires dans lesquels se complaisent trop d’ambassadeurs africains.

Il y a un savoir-faire diplomatique burkinabè, bilatéral et multilatéral, qui s’est forgé dans des relations internationales parfois difficiles et qui ne doit pas disparaître. On peut d’ailleurs se poser la question de ce que sera l’impact de « l’exil » des Compaoré à Yamoussoukro sur la relation Ouaga/Abidjan ; la relation Côte d’Ivoire/Burkina Faso est toujours délicate et, dans moins d’un an, Alassane D. Ouattara sera candidat à sa succession alors que son adversaire de 2010, Laurent Gbagbo, est en instance de jugement à La Haye.

Ouaga est aussi partie intégrante de l’opération « Barkhane » (sans oublier que les leaders Touareg maliens y ont pris leurs habitudes !). Du neuf, rien que du neuf, à Kosyam (présidence) et à Ouaga (primature et gouvernement), c’est une situation à risques. C’est pourquoi quelques têtes d’affiche du régime précédent sont incontournables encore aujourd’hui. A commencer par Djibrill Y. Bassolé, ex-ministre d’Etat, en charge des Affaires étrangères, mais aussi général de gendarmerie ; « l’homme intègre » qui a une crédibilité internationale ! Sans êtes partie prenante de la transition menée par Zida (c’est un « jeune frère », même s’ils ne sont pas du même groupe ethnique), il s’active en faveur d’une résolution rapide de la crise de succession, qui doit être impérativement confiée, selon lui, à un civil afin de remettre l’activité économique du pays sur les rails. Si son domicile, au centre de Ouaga, n’a pas été mis à sac par les manifestants (fait rare), c’est, me disait-il hier matin, qu’ils ont été « indulgents » à son égard.

Il est vrai que Bassolé, ministre « efficace », n’a jamais été dans l’ostentation caractéristique de ceux qui ne faisaient pas grand-chose mais « consommaient » beaucoup. C’est pourquoi, sans doute, le site ivoirien Fratmat.info, le dimanche 2 novembre 2014, citant une source diplomatique à Abidjan, écrivait que « le général de gendarmerie Djibrill Bassolé semble être la personne idéale pour conduire une transition civile à l’heure actuelle au Burkina Faso ». Mais c’est Abidjan qui le dit ; reste à connaître le point de vue de Ouaga !

* On notera que le président de l’Assemblée nationale ne s’est pas exprimé publiquement depuis l’attaque de l’hémicycle pour revendiquer le job de président du Faso par intérim qui, constitutionnellement, lui revient.

** Blaise Compaoré va pouvoir disserter sur les propos qu’il a tenus aux Etats-Unis, le mardi 5 août 2014, selon lesquels, « il n’y a pas d’institutions fortes s’il n’y a pas d’hommes forts pour poser les jalons de ces institutions dans la durée ».

Jean-Pierre BEJOT
La Dépêche Diplomatique

Vos commentaires

  • Le 4 novembre 2014 à 17:40, par jeanine Debo En réponse à : Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (4)

    Soungalo eut bel et bien diriger cette transition !

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2014 à 17:59, par Jean-Claude Naba En réponse à : Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (4)

    Remettons les pendules à l’heure.

    Le Burkina Faso, et avant lui, la Haute-Volta, n’a pas attendu M. Blaise Compaoré et sa rectification pour être reconnus comme pays où "gouvernement et administration" seraient "exemplaires". Mais le Burkina Faso et avant lui la Haute-Volta, était connu pour la modestie de ses dirigeants et de ses populations, et n’avait - n’a - que faire des flatterie contenues dans des comparaisons avec d’autres pays moins bien lotis que lui - même s’ils ne sont pas nommés.

    Un article, du journaliste Kpatindé, je crois, détaillait récemment le rôle de pompier pyromane de M. Compaoré dans divers conflits. Que valent alors les talents d’un médiateur dans une crise qu’il a contribué à fomenter ?

    L’auteur de l’article "Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (4)" semble vouloir dire à l’opinion publique, à commencer par les Burkinabè : "Soyez réalistes, soyez pragmatiques, acceptez de ne pas être totalement débarrassés des tares et des personnes qui, fortement liées à M. Compaoré et à son régime, vous ont, toutes ces années, opprimés, exploités, spoliés ; la vie continue, la vie DOIT continuer". J’entends en écho la voix de M. Hollande qui, en toute sincérité, tout cynisme, nous fait savoir que "la France a veillé à évacuer M. Compaoré avec les moyens utiles". Y répond la voix de M. Zida, "nouvel homme fort" du Burkina, qui annonce que "l’intégrité physique et morale" du fugitif réfugié à Yamoussoukro serait assurée. (Passe encore pour l’intégrité physique. Mais l’intégrité morale aussi ? M. Zida peut-il l’assurer ? Bien sûr, les morts et blessés burkinabè des derniers jours sont quantité et valeur négligeable...)

    On a compris. Que M. BEJOT, que M. Hollande, que la France se rassurent.

    Le Burkina post-Compaoré enterrera ses morts, pansera ses blessés, ravalera sa douleur, renoncera à étancher sa soif de vérité et de justice, pourtant si légitimes... sous d’autres cieux qu’africains.

    Le Burkina post-Compaoré, avec l’aide la France, veillera à ne pas totalement tirer le rideau sur l’ère Compaoré. Il veillera à mettre sa diplomatie au service des intérêts géopolitiques et géostratégiques de la France. Il acceptera comme "homme du consensus" celui que la France considèrera comme "homme de la situation".
    Bien avant l’insurrection populaire, la rue burkinabè citait déjà le nom de M. Bassolé comme le potentiel dauphin, parce qu’il ferait l’affaire de la France en tant que diplomate chevronné, militaire malgré tout, et très smart. Mais tout ceci n’est que détail...

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2014 à 18:52, par vérité no1 En réponse à : Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (4)

    Hey Jeanine, Soungalo est doublement disqualifié. Primo, il a contribué d’une manière où d’une autre à cette situation. Il pouvait tout juste dire non à sa manière à Blaise. Secondo, il a fui, donc pas un patriote. D’ailleurs l’AN est dissoute et il repart d’où il est venu, professeur ?

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2014 à 19:39 En réponse à : Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (4)

    ...tres smart et surtout, trs franc- macon.

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2014 à 22:15, par dagnoko En réponse à : Jusqu’où le « Palys des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (4)

    Cette peuple doi bin reflechir deux son nangagema et du savoir fère.

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2014 à 12:54, par joab, le combattant En réponse à : Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (4)

    Le Burkina, pays des hommes intégrés, reste et restera tel Dieu l’a créé avec un objectif bien déterminé. Par conséquent son créateur veillera a ce que tout soit accompli pour sa seule gloire. Amen

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2014 à 17:13, par Le vigile En réponse à : Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (4)

    Merci Mr Bejot. Vous réagissez exactement comme il fallait s’y attendre. D’ailleurs cela n’avait que trop duré. On s’attendait à avoir de vos nouvelles dès la chute précipitée de votre ami et "perfuseur" BC.
    Les masques tombent à présent. (dans tous les cas vous êtes dans votre rôle). Ayez le courage de nous dire clairement que nous regretterons clairement votre ami de 30 ans.
    Basta des des sinusoïdales que vous utilisez pour nous faire passer le message.
    Comme le chanteur le disait " on a tout compris".
    De grâce si vous n’avez pas eu le courage de dire à votre ami de 30 ans qu’il fonçait droit dans le mur, laissez le valeureux peuple burkinabé pleurer ses fils tombés sur le champ d’honneur, compatir et soutenir les blessés en convalescence.
    De grâce, laissez le peuple burkinabé reprendre en main sa destinée et relancer la vie de la nation. Vos intérêts, vous trouverez les moyens de les refaire , comme vous en avez le talent d’ailleurs
    Revisez vos leçons d’histoire sur ce pays que vous ne connaissez qu’à travers les salons feutrés de vos amis du palais où vos louanges étaient toujours applaudis. (flatter du nègre, vous savez bien le faire).
    Bref, ne nous insultez pas d’avantage,nous avons autre préoccupation à l’heure actuelle, On s’occupera de vous autres plus tard.

    Répondre à ce message

  • Le 6 novembre 2014 à 02:33, par MOSSI_AIME En réponse à : Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (4)

    FAISONS ATTENTION A CE MONSIEUR !IL INCITE AU REGIONALISME !!!AU MOMENT OU NOUS TRAVAILLONS A CE QUE LES GENS SE DEFINISSENT D ABORD COMME CITOYEN ET ENSUITE SEULEMENT COMME ORIGINAIRE, CE JOURNALISTE FANTOCHE NOUS PLAQUE DANS DES CATEGORIES REGIONALISTES !!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Affaire Thomas Sankara : « A qui appartiennent les tombes du Conseil de l’Entente ? » s’interroge le Comité International Mémorial Thomas Sankara
Blaise Compaoré en visite chez son voisin Henri Konan Bédié
« Blaise Compaoré ne peut être poursuivi pour haute trahison et attentat à la Constitution », selon la Haute Cour de Justice
Achille Tapsoba et Zambendé Théodore Sawadogo enfin reçus par Blaise Compaoré
Et Blaise Compaoré devint Ivoirien !
Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (10)
Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » a-t-il se désintégrer ? (9)
Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (8)
Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (7)
Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (6)
Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (5)
Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (4)
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés