Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Et puis, il y a ceux que l’on croise, que l’on connaît à peine, qui vous disent un mot, une phrase, vous accordent une minute, une demi-heure et changent le cours de votre vie.» Victor Hugo

Le Premier ministre Tiao aux forces vives de la Sissili : « l’Etat ne peut plus tout faire ! »

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Luc Adolphe TIAO, Premier ministre • • mardi 20 décembre 2011 à 00h23min

Le Premier ministre Beyon Luc Adolphe Tiao a séjourné le dimanche 18 décembre à Léo chef lieu de la province de la Sissili. L’objectif de la visite était selon le chef du gouvernement de garder le contact avec les populations à la base et avec la réalité. Les échanges avec les forces vives de la province ont permis à Luc Adolphe Tiao de s’imprégner des problèmes majeurs de la zone dont celui du manque de retenues d’eau. Cette visite a également été une occasion pour le Premier ministre de visiter quelques sites qui font la fierté de Léo.

La province de la Sissili située à 160 km de Ouagadougou est l’une des localités les plus arrosées de Burkina en saison pluvieuse. Cependant, cette province connaît chaque année des problèmes d’eau dès la fin des pluies. La raison de ce paradoxe est le manque criard de retenues d’eau. Les représentants des différentes couches socioprofessionnelles ont tous relevé ce problème dans leurs interventions lors des échanges avec le Premier ministre. L’inexistence de retenues d’eau amène les animaux à traverser la frontière pour se retrouver au Ghana.

L’éducation est l’autre grande préoccupation relevée par la population de la Sissili. Dans cette partie du Burkina, une centaine d’écoles primaires sont encore sous paillotte. A cela s’ajoute l’insuffisance des enseignants. Cette situation a contraint le lycée provincial à fermer trois de ses classes.

Le représentant des retraités de la Sissili a sollicité un corbillard au Premier ministre pour la commune de Léo. La réponse du chef du gouvernement ne s’est pas fait attendre. Pour Luc Adolphe Tiao il est hors de question pour lui d’octroyer un corbillard à Léo. S’il le fait, pour cette commune, il sera obligé de le faire pour toutes les autres localités qui n’en ont pas.

Il a profité également de cette occasion pour rappeler aux populations qu’ils ne doivent plus tout attendre de l’Etat. Pour lui, l’Etat providentiel est terminé. Chacun devra désormais y mettre du sien pour que le développement de nos localités soit une réalité. L’Etat assumera sa part de responsabilité dans toutes les revendications des populations. Mais il serait démagogique pour l’Etat de prétendre tout réaliser sans la contribution de tous. Les femmes de Léo ont donné l’exemple, elles qui ont demandé la construction d’un centre d’accueil pour jeunes filles en s’engageant à fournir les agrégats nécessaires.

Le séjour du chef de l’exécutif à Léo a débuté avec la visite de certains sites de la localité. Ainsi le lycée technique privé BEREKIA a reçu Luc Adolphe Tiao. Cet établissement s’est donné pour objectif de former les élèves en électromécanique, en construction métallique, en mécanique deux roues et en maçonnerie. La particularité de ce lycée est qu’il dispose d’une école primaire technique.

La fédération NUNUNA qui compte neuf unions (7 de karités et 2 de sésame) a retenu également l’attention du Premier ministre. Elle regroupe 4596 femmes de la Sissili et du Ziro. Les 16 centres de production dont dispose la fédération ont une capacité de production de 600 tonnes. Le chiffre d’affaire avoisine les 300 millions de revenus par campagne avec 74 000 FCFA par femme.

Luc Adolphe Tiao a s’est aussi rendu au centre médical avec antenne chirurgical de Léo ainsi que sur le site du futur barrage de cette commune.

Jean Pierre SAWADOGO (Stagiaire)

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 20 décembre 2011 à 03:20 En réponse à : Le Premier ministre Tiao aux forces vives de la Sissili : « l’Etat ne peut plus tout faire ! »

    Avec une telle franchise de la part de Mr le PM prouve que la dévaluation du FCFA arrive et que les temps seront durs.C’est acté

    Répondre à ce message

  • Le 20 décembre 2011 à 06:41, par lamine En réponse à : Le Premier ministre Tiao aux forces vives de la Sissili : « l’Etat ne peut plus tout faire ! »

    Les jeunes ont également parle des parcelles .le lotissement a été fait depuis 2004. et Maire est incapable de donner les parcelles aux jeunes qui ont souscrits .a la somme de 50000.A ce niveau le gouvernement doit faire quelque chose et peut faire quelque chose si non en 2012 . la bombe risque de exploser a partir de Léo .

    Répondre à ce message

  • Le 20 décembre 2011 à 09:04, par Le yadga En réponse à : Le Premier ministre Tiao aux forces vives de la Sissili : « l’Etat ne peut plus tout faire ! »

    Qui alors a demande a l’etat de tout faire tous ce que nous reclamons c’est de bien garder la soupe et rien de plus.

    Répondre à ce message

    • Le 20 décembre 2011 à 13:16, par mieux éduquer pour servir En réponse à : Le Premier ministre Tiao aux forces vives de la Sissili : « l’Etat ne peut plus tout faire ! »

      exact,tous savons que l’État ne peut pas tout faire.
      nous souhaitons simplement la transparence en tout

      Répondre à ce message

    • Le 20 décembre 2011 à 14:16, par CITOYEN HONNETE En réponse à : Le Premier ministre Tiao aux forces vives de la Sissili : « l’Etat ne peut plus tout faire ! »

      Depuis le lotissement de 2004, auquel les jeunes ont souscris massivement à raison de 50 000F, le Maire est incapable de leur donner des parcelles. Pourtant il continue malgré la décision du Premier Minitre, de distribuer des parcelles aux comités de base du CDP des secteurs de la commune de Léo. Les jeunes de Léo demandent à ce qu’une enquête soit ouverte à cet effet car un maire ne peut être réélu sur ces fausses bases. A ce niveau le gouvernement doit traiter le plutôt possible cette question de parcelles que le maire continue de distribuer aux comités de base du CDP de la commune de Léo sinon la bombe risque de exploser a partir de Léo si rien n’est fait. Les jeunes, vieux, plus de 800 ont leurs dossiers (pour problèmes de parcelles) à la justice de Léo mais rien n’est fait pour résoudre leur problème depuis plus de 2 ans aller y vérifier. La paix sociale doit être le souci de tous, mais la justice sociale doit être en amont. La sueur de la population de Léo ne peut être versée gratuitement sinon que pour enrichir les poches du Maire et la Mairie est incapable d’imprimer un acte de naissance pour un honnête citoyen et portant les billets d’avion Ouaga-Paris et Paris-Ouaga sont payés régulièrement sur le budget de la mairie de Léo on ne sait pour quelle mission. Les traces de ces détournements sont transportées depuis Léo pour être calcinée à Ouaga. Abat la mauvaise gestion du denier public, abat les 16 ans de gestions sans bilans. En avant la révolution des mentalités pour un changement au Burkina Faso et plus urgemment dans la commune de Léo.

      Répondre à ce message

  • Le 20 décembre 2011 à 15:14, par LAMDA DE LEO En réponse à : Le Premier ministre Tiao aux forces vives de la Sissili : « l’Etat ne peut plus tout faire ! »

    Au Burkina Faso, seul dans la commune de Léo, de tels faits peuvent se produire au vu et au su de l’administration !
    Mauvaise gestion ou gestion mafieuse de la comptabité de la mairie de Léo. Chers compatriotes, comment pouvez-vous comprendre que le comptable de la mairie abandonne son poste pendant plus de 2 ans parce que affecté à Koudougou et revient prendre fonction en tant que comptable au même poste de la mairie de Léo en mi-2011 ? Et pourtant pendant l’abandon du poste, il continuait de percevoir regulièrement son salaire à la mairie ! Le maire insulte la conscience de la population en pretextant qu’il l’a recruté de nouveau. Je pense que nous devrons nous soucier du Bien être de tous et de l’avancer de nos différentes communes du Burkina et avoir pitié du paysans ou du commerçant qui paye regulièrement ses taxes sous peine de sanctions pour la bonne marche de sa commune.
    Autorité Supérieure du Contrôle de l’Etat est interpellé pour vérifier ces faits mafieux dans la mairie de Léo sinon quand la bombe s’explosera ne dites pas que vous n’êtiez pas informés ; informez-vous à temps et prenez vos dispositions !

    Répondre à ce message

  • Le 20 décembre 2011 à 15:17, par Malick En réponse à : Le Premier ministre Tiao aux forces vives de la Sissili : « l’Etat ne peut plus tout faire ! »

    J’ai bien du respect pour le premier ministre mais les discours du genre "l’Etat ne peut pas tout faire " relèvent d’une fuite de responsabilité.
    Nul ne demande à l’Etat de tout faire. Le paysan au village ne consulte pas l’Etat pour aller dans son champ ; et la vendeuse de haricot au quartier non plus lors qu’elle se lève tôt pour faire bouillir ses marmites.

    MAIS : il y a des droits qui sont reconnus et garantis par la Constitution, et il y a bien un garant du respect de cette constitution dans notre pays. Qu’un Burkinabè ne meurt pas parce qu’il n’a pas eu la possibilité de soigner son paludisme, ça on ne le demande pas à l’Etat, on l’EXIGE.

    Si vous ne vous sentez pas capable de faire de notre Etat celui qui assume pleinement ses obligations, c’est que ce fauteuil vous dépasse et on ne vous en voudras pas de le céder.

    Répondre à ce message

  • Le 20 décembre 2011 à 15:17, par Nombamba En réponse à : Le Premier ministre Tiao aux forces vives de la Sissili : « l’Etat ne peut plus tout faire ! »

    Je connait Nununa pour y avoir "vendu" mes services de consultant. Je profite franchement de cet article pour baisser mon chapeau à cette fédération NUNUNA. Je me permet d’éclairer quelques internautes sur le nom (nunu = "nouna", groupe gourounsi de Léo ; na = beurre (de karité)). Abou, corrige moi si je me trompe . C’est d’ailleurs l’occasion de rendre un vibrant hommage à deux dames pétries d’expériences en encadrement des organisations de producteurs, Mesdames Guiro et Traoré pour ne pas les citer, qui ont su canaliser les efforts des ces vaillantes productrices vers ces énormes victoires. Derrière Nununa, c’est aussi des hommes bien "genrés" qui élaborent et adaptent les outils de management très au top. Enfin, c’est aussi des partenaires techniques et financiers patients, conscients et engagés pour la cause de la femme. Vivement que cette expérience voyage dans tout le Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 20 décembre 2011 à 16:10, par ESPOIR En réponse à : Le Premier ministre Tiao aux forces vives de la Sissili : « l’Etat ne peut plus tout faire ! »

    Initiative des jeunes assasinnée à Léo !
    Le maire de la commune de Léo constitue un obstacle pour l’avenir des jeunes dans la commune. En effet, certains qui ont eu la chance de quitter la commune pour se rendre au Canada grâce à ACCESS CANADA ont été fait arrêté par ce dernier. Il est presentement à la recherche de preuves pour les inculper.Lesquelles des preuves qu’il trouve en vain jusqu’à aller payer la conscience des collecteurs de la mairie et ne trouve toujours pas d’alibis. Ces derniers continuent injustement de crouler derrière les barreaux de la justice.

    Répondre à ce message

  • Le 20 décembre 2011 à 17:15, par nila le panafricain En réponse à : Le Premier ministre Tiao aux forces vives de la Sissili : « l’Etat ne peut plus tout faire ! »

    L’affaire des parcelles de Léo est tres sérieuse, le représentant des jeunes qui a pris la parole au nom des jeunes était vraiment oblige, a l’issue des autorités locales d’aborder cette question avec courage. car Monsieur le HAUT COMMISSAIRE (nouvellement arrive),et Monsieur le Maire .ont tous fait pour éviter que cette question épineuse ne soit aborder . Mais c’est avec tact et détermination que le représentant l’a cracher en dernière position sur leur figure .
    Le Burkina Faso , ne doit pas continuer son développement sur du faut . , de grâce .ces jeune ne demandent pas gratuitement leurs parcelles. ils ont payes ,alors .Si les Hubert Yameogo,le coordonnateur régional du CDP ont des lots ,je vous jure ,que la prochaine crie va venir encore de la région du centre ouest mais plus précisément de la Sisili. Si les gens doutent alors le gouvernement peut faire un audit. le 1er président de la cours des compte en sait quelques choses.

    Répondre à ce message

  • Le 20 décembre 2011 à 18:24, par Dima En réponse à : Le Premier ministre Tiao aux forces vives de la Sissili : « l’Etat ne peut plus tout faire ! »

    Les retraités ont utilisé un langage imagé pour demander un corbillard alors que la question était de mieux faire régler les problèmes de retraités car ils meurent beaucoup trop tôt de même les anciens fonctionnaires déambulent lentement mais sûrement vers la sortie de la Fonction Publique y compris le PM lui-mêeme.
    Vous avez embrouillé votre frère inutilement lui qui n’a pas bien saisi la question s’est emporté.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Insurrection populaire d’octobre 2014 : Luc Adolphe TIAO à la MACO
Discours de Tiao sur la situation de la nation : Des citoyens attendent davantage du gouvernement
Discours sur la situation de la nation : Luc Adolphe Tiao entre félicitations et remise en cause de légitimité
Discours sur la situation de la nation du Premier ministre Luc Adolphe TIAO du 3 avril 2014
Beyon Luc Adolphe Tiao, premier ministre du Burkina Faso, « une démocratie qui marche bien » (2/2)
Beyon Luc Adolphe Tiao, premier ministre du Burkina Faso, « une démocratie qui marche bien » (1/2)
Luc Adolphe Tiao : « Le vrai problème au Burkina c’est que nous n’avons pas de vraies entreprises performantes, capables de réaliser des travaux de grande échelle et de grande qualité ».
TIAO A L’ASSEMBLEE NATIONALE : Attaques de l’opposition, réplique de la majorité
ETAT DE LA NATION : ‘’RAS’’ pour les uns, déception pour les autres
Discours sur la situation de la Nation : Luc Adolphe Tiao note d’appréciables performances engrangées en 2012
Discours sur la Situation de la nation en 2012 selon Luc Adolphe TIAO : L’intégralité du document
Communiqué de presse : Luc Adolphe Tiao attendu à l’Assemblée nationale le 4 avril 2013 pour la présentation de la situation de la Nation
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés