LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La réussite ne se mesure pas à l’argent que vous gagnez mais à votre capacité à changer les vie des gens. ” Michelle Obama

Enseignement : Faut-il remplacer Kant, Marc, Nietzsche, Descartes par Ki-Zerbo, Sankara, L. Bado ? Un étudiant répondant au Dr Hyacinthe Ouédraogo

Publié le mardi 14 novembre 2023 à 12h39min

PARTAGER :                          
Enseignement : Faut-il remplacer Kant, Marc, Nietzsche, Descartes par Ki-Zerbo, Sankara, L. Bado ? Un étudiant répondant au Dr Hyacinthe Ouédraogo

Les lignes qui suivent ont été tracées par Wendkouni Bertrand Ouédraogo, étudiant en fin de cycle licence de philosophie, en réponse à Dr Hyacinthe W. Ouédraogo, qui se présente comme enseignant-chercheur, conférencier, coach-motivateur en leadership et développement personnel, écrivain. Sur sa page Facebook, Dr Hyacinthe W. Ouédraogo déclare qu’il faut introduire la pensée philosophique de Ki-Zerbo, T. Sankara et L. Bado dans nos universités en remplacement des modules sur Kant, Marx, Nietzsche, Descartes, etc. Ce qui fait bondir l’étudiant qui réplique.

« Il faut introduire la pensée philosophique de Ki-Zerbo, T. Sankara et L. Bado dans nos universités en remplacement des modules sur Kant, Marx, Nietzsche, Descartes, etc. », Docteur Hyacinthe Ouédraogo, enseignant-chercheur en Histoire.

Pour répondre au Docteur, je voudrais faire court et m’efforcer sans langue de bois d’être le plus clair possible. Je dois avouer d’emblée que je n’ai ni les compétences ni les aptitudes nécessaires pour indiquer ce qu’il faut enseigner ou pas dans les départements de philosophie. Si j’ai choisi de répondre à la proposition du Docteur, c’est juste que j’ai halluciné quand j’ai vu que le critère d’un curriculum philosophique se discute avec une telle légèreté. Alors j’écris, dans la limite de ce que je sais, pour que cessent les amalgames et les confusions terribles.

Premièrement, définissons simplement la philosophie par ce qu’elle n’est pas : ni idéologie ni doctrine, ni catéchisme ni charlatanisme, ni mysticisme ni sectarisme, ni militantisme ni activisme.

Maintenant, disons ce qu’elle est : questionnement, bouleversement, étonnement, dévoilement, déconstruction, reconstruction, interrogation, réflexion permanente sur soi et sur le monde, tentant de débusquer ou de sonder le réel. Elle est sophos, mais aussi ethos. Elle est amour de la sagesse mais aussi sagesse de l’amour.

Après cette clarification, il est clair qu’en philosophie, on n’enseigne pas les pensées de Kant, Marx, Nietzsche, Descartes comme des vérités d’évangile. On étudie ces auteurs parce qu’ils donnent matière à penser. On ne les étudie ni pour la beauté de la couleur de leurs peaux, ni pour leurs beaux yeux. Donc étudier ces auteurs ne renvoie nullement à une acculturation comme vous voulez laisser croire.

Prenons d’abord Thomas Sankara. C’est en lisant Marx que Thomas Sankara s’est forgé une conscience révolutionnaire. On pourrait presque dire que la politique de Sankara est une tentative d’application de la philosophie marxienne : une praxis en quête de l’Eldorado. Donc la philosophie de Thomas Sankara, si elle peut exister, comme vous voulez qu’on l’enseigne dans nos universités, ne serait que des notes en bas de page de la philosophie de Marx. Et tenez-vous bien, ça ne sera pas pour l’adouber mais le soumettre à une critique sans pitié.

Vous savez à qui Cheikh Anta Diop a dédié son livre Nations Nègres et Culture, un « livre le plus audacieux qu’un nègre n’ait jamais écrit » selon les termes de Césaire ? C’est et bel bien à un philosophe français : Gaston Bachelard. C’est lui qui l’a initié à la philosophie, lui a permis d’aiguiser son jugement critique. Il ne s’est pas enfermé dans ses traditions et ses cultures pour nous donner une lecture alternative de l’histoire africaine. Cheik Anta Diop était familier de la philosophie de Marx, de Nietzsche, de Descartes... Lisez l’Afrique noire précoloniale, il discute avec maîtrise et lucidité les thèses de Nietzsche, Engels, Morgan, Bachofen sur les origines. Si vous appelez aujourd’hui à remplacer ces auteurs, c’est à dire les enlever carrément du programme, voici le signe de la décadence de la pensée. Si vous estimez qu’ils sont des ennemis de l’Afrique, je crois que la meilleure manière de vaincre son ennemi c’est de le connaître voire de le maîtriser. Comment pourrait-on les maîtriser si on les efface dans nos universités ?

Votre proposition est purement politique et de ce fait, comporte des conséquences graves sur le domaine académique. L’intrusion du politique dans l’académique, surtout dans un domaine comme la philosophie, risque de dénaturer toute notion de philosophicité et même de scientificité. Croyez-vous que les autres pays enseignent dans leurs universités que leurs héros, leurs ancêtres ? Ah non. Avicenne, Averroès, Maimonide, penseurs arabes, sont dans le programme français. C’est d’ailleurs par le biais des arabes que l’Europe a pu saisir le fil conducteur de sa civilisation. C’est par le biais des Européens, que Cheikh Anta Diop a pu retrouver et renouer le fil de la vraie histoire africaine : le berceau de l’humanité, l’antiquité nègre de l’Égypte. Je ne vous apprends pas que c’est à la Sorbonne, la prestigieuse université française, que cette thèse provocante et humiliante pour certains Européens fut soutenue.

Mencius, Yang Zhu, Confucius, penseurs chinois, sont étudiés avec passion en France, en Allemagne, en Italie... Cheik Anta Diop, Kwamé N’Krumah sont étudiés avec ferveur en France, en Amérique, en Belgique...il n’y a pas un livre qui sort en France sans qu’il ne soit traduit dans les prochains jours en Chine, au Japon et vice-versa. Dans les autres pays, c’est la course effrénée à la recherche de la connaissance, ici vous appelez au remplacement, sinon notre enfermement envers une partie de la connaissance...

Je comprends bien votre inquiétude car dans notre programme, peut-être que les auteurs de chez nous ne sont pas assez représentatifs. Mais là, vous devriez appeler à une intégration et non à un remplacement. Même si intégration il y a, elle ne peut se faire dans le conformisme idéologique, dans la complaisance et le narcissisme collectif. Je suis tout à fait d’accord avec vous, si vous dites qu’il faut accorder plus de visibilité à nos auteurs dans les manuels scolaires et estudiantins. Mais de là à dire qu’il faut remplacer certains, surtout en philosophie sur fond de convictions politiques, je tombe à la renverse.

Vous donnez l’impression que dans nos universités, on n’enseigne pas une philosophie africaine. En tout cas, pour ce qui est de l’université dans laquelle j’ai étudié, c’est à dire l’université Norbert Zongo, nous avons étudié avec passion le philosophe Kwamé N’Krumah, Antony William Happy, Ahmed Baba, Zara Jacob, Ptahhotep, Léopold Sedar Senghor, Marcien Towa... J’oubliais que ce que vous proposez c’est de remplacer les auteurs européens par ces auteurs que j’ai cités ci-dessus. Mais notez que Césaire disait « qu’une civilisation, quel que soit son génie intime, à se replier sur elle-même, s’étiole »

Savez-vous ? Diop est un cartésien d’une manière lorsqu’il dédie l’Afrique noire pré-coloniale à Bachelard en ces termes : « À mon Professeur Gaston Bachelard dont l’enseignement rationaliste a nourri mon esprit ». Le geste cartésien de Diop vient du fait qu’après avoir appris que ses ancêtres sont les Gaulois, décida de rebâtir et de refonder ses connaissances sur une histoire proprement africaine. Diop est aussi un nietzschéen à sa manière sur la question des origines. Ce ne sont pas des auteurs qu’on peut renvoyer aisément dos à dos. Il y a un dialogue permanent et fécond que l’on peut établir entre ces penseurs. Voyez-vous, ces auteurs que vous voulez qu’on remplace sont des classiques. Lorsque Descartes, au sommet de ses connaissances universitaires, décide de faire table rase de tout, et se tourne vers l’algèbre -une science inventée par les arabes - pour faire d’elle le modèle par excellence de la connaissance, il ne rend pas service à son pays mais à l’humanité toute entière. Le remplacement c’est la stérilisation, la pauvreté, le dénuement total de ce qui pourrait constituer une matière à penser.

Votre proposition s’inscrit dans la logique du discours ambiant et militant de la décolonisation des mentalités. Oui il faut décoloniser les mentalités, c’est ce à quoi N’ Gugi-wa thiong’o a appelé de tous ses vœux. Mais sachez que décolonisation ne veut pas dire enfermement, remplacement. Achille Mbembe, Felwinn Sarr, Grégoire Biyogo... ont fait des travaux scientifiques remarquables dans ce domaine, qui tracent la voie à une Afrique décomplexée, ouverte au monde. Ce n’est ni dans le confort idéologique ni dans le repli sur soi que la renaissance africaine peut se faire. Si on ne s’arme pas de sciences jusqu’aux dents comme l’a indiqué Diop, il n’y a aucun moyen que l’on arrache notre patrimoine culturel.

Pour ne pas conclure, il serait intéressant que nous examinions lucidement cette affirmation de Diop : « les intellectuels doivent étudier le passé non pour s’y complaire, mais pour y puiser des leçons ou s’en écarter en connaissance de cause si cela est nécessaire » dans « L’unité culturelle de l’Afrique Noire », page 9.

Wendkouni Bertrand Ouédraogo
Étudiant en fin de cycle licence de philosophie

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 14 novembre 2023 à 13:07, par kenfo En réponse à : Enseignement : Faut-il remplacer Kant, Marc, Nietzsche, Descartes par Ki-Zerbo, Sankara, L. Bado ? Un étudiant répondant au Dr Hyacinthe Ouédraogo

    Ecouter ! La philo. comme les autres sciences humaines sont des constructions, des élaborations de l’esprit et des esprits. On ne remplace rien par rien. Tout ce qui tient la route est bien venu. Il n ya rien à remplacer. On ajoute à l’infini aux densités communes, avec la cohérence et la logique qu’il faut.
    Dommage pour la réflexion du Dr qui passe à coté des principes meme de la philosophie. Il doit se rattraper. Et Bravo encore à l’étudiant Wendkouni B. Ouédraogo pour sa sortie qui défie ceux qui pensent etre des petits dieux....

    Kenfo

    Répondre à ce message

  • Le 14 novembre 2023 à 14:55, par Daril En réponse à : Enseignement : Faut-il remplacer Kant, Marc, Nietzsche, Descartes par Ki-Zerbo, Sankara, L. Bado ? Un étudiant répondant au Dr Hyacinthe Ouédraogo

    Petit frère , chapeau bas et bonne continuation ...vas aussi loin que tes rêves te porteront .j’aime la modération , la contradiction fertile , les subtilités et les nuances .
    votre publication enseigne humblement et vaut son pesant d’appréciations .

    Répondre à ce message

  • Le 14 novembre 2023 à 16:59, par Chasseur d’insurrescrocs En réponse à : Enseignement : Faut-il remplacer Kant, Marc, Nietzsche, Descartes par Ki-Zerbo, Sankara, L. Bado ? Un étudiant répondant au Dr Hyacinthe Ouédraogo

    L’engagement politique de ce fameux docteur H. O. a inhibé son sens du discernement et est en train de le conduire tout droit vers le charlatanisme, délaissant ainsi la science et cela est bien dommage pour ce jeune homme. Mais il a encore le temps de se rattraper s’il continue de se cultiver et se départit d’un certain esprit sectaire.
    Non aux insurrescrocs !!!

    Répondre à ce message

  • Le 14 novembre 2023 à 17:22, par Gongoni En réponse à : Enseignement : Faut-il remplacer Kant, Marc, Nietzsche, Descartes par Ki-Zerbo, Sankara, L. Bado ? Un étudiant répondant au Dr Hyacinthe Ouédraogo

    Bravo Jeune homme Bertrand OUEDRAOGO . Il y a aujourd’hui au BURKINA FASO trop d’imposteurs, de manipulateurs ,d’affabulateurs ,de mystificateurs ,de menteurs , de savants et de prétentieux de toute nature qui sont entrain d’empoisonner la vie nationale avec des sorties tonitruantes et des titres ronflants, généralement faux et basés sur des cours par correspondances et par internet et que personne ne peut certifier la crédibilité .
    Tous les jours ,on voit des individus apparaitre sur les écrans de télé se proclamant Docteur, expert ou spécialiste de ceci ou de cela ,que personne ne leur connaissait auparavant .
    D’autres s’improvisent tout à coup écrivain .
    Ne soyons pas étonnés de voir un quidam Burkinabè sortir un jour pour dire qu’il est astronaute, marcien et qu’il vient de descendre de la lune.
    Et tout ça pourquoi ?
    Parce que, depuis que certains hâbleurs ont pu accédés aux hautes fonctions de l’Etat à partir de leurs exhibitions et masturbations intellectualistes, et "savantes " sur les chaines de télé ,il s’est développé à grande échelle la profession d’imposteur professionnel au BURKINA FASO. Et apparemment ça marche bien .
    Hélas, les plus hautes autorités du pays s’étant laissées entrainer dans ce jeu de duperie et d’escroquerie ,voilà les conséquences pour notre pays qui est devenu un pays où tout le monde est Docteur et spécialiste de quelque chose et pense que l’anti impérialisme signifie ramener le BURKINA FASO à l’âge de la pierre taillée ,au repli suicidaire sur soi même et bien d’autres conceptions rétrogrades, comme si le BURKINA FASO n’appartenait pas à notre monde moderne du 21éme siècle . Anti impérialisme bien réfléchi oui ,mais débilités non .

    Répondre à ce message

  • Le 14 novembre 2023 à 17:26, par jojoLapin En réponse à : Enseignement : Faut-il remplacer Kant, Marc, Nietzsche, Descartes par Ki-Zerbo, Sankara, L. Bado ? Un étudiant répondant au Dr Hyacinthe Ouédraogo

    La philosophie, telle que les autres disciplines des sciences humaines, se présente comme une édification complexe, une manifestation de la pensée et des esprits. Ces constructions intellectuelles, bien loin d’être des substituts insignifiants, contribuent à l’enrichissement du savoir sans pour autant supplanter ce qui préexiste. Il en découle que tout édifice conceptuel qui résiste à l’épreuve du discernement est accueilli avec bienveillance, inscrivant ainsi une continuité féconde dans le développement des idées.

    Il est impératif de souligner qu’il n’y a pas lieu de concevoir la substitution comme une nécessité inhérente à la progression des idées philosophiques. Au contraire, la démarche intellectuelle s’inscrit dans une dynamique d’ajout incessant aux densités conceptuelles communes. Cette extension infinie se réalise avec la rigueur, la cohérence, et la logique nécessaires, érigeant ainsi une édification philosophique solide et pérenne.

    Il est regrettable de constater que la réflexion du Docteur en question semble escamoter les principes mêmes de la philosophie. Un constat qui apparaît comme un égarement intellectuel, une omission des fondements fondamentaux de la discipline. Toutefois, il n’est point question de condamnation définitive, mais plutôt d’une invitation à une correction nécessaire de sa trajectoire intellectuelle. Il lui incombe de se rattraper, de réajuster sa réflexion en accord avec les préceptes essentiels de la philosophie.

    Par ailleurs, il convient de saluer chaleureusement l’étudiant Wendkouni B. Ouédraogo pour sa sortie remarquable qui interpelle ceux qui se considèrent comme de petits dieux. Son intervention audacieuse et perspicace démontre une maîtrise des enjeux philosophiques et une volonté affirmée de confronter les idées établies. Un tel courage intellectuel mérite d’être applaudi, car il incite à une remise en question constante et stimule le débat philosophique.

    En somme, la philosophie, en tant qu’édifice intellectuel, se construit par l’ajout continu aux connaissances communes, et tout apport cohérent est accueilli avec bienveillance. La négligence des principes fondamentaux par certains intellectuels demande une correction, tandis que l’éloquence et la bravoure d’étudiants tels que Wendkouni B. Ouédraogo témoignent d’une vitalité intellectuelle précieuse qui enrichit le débat philosophique.

    Répondre à ce message

  • Le 14 novembre 2023 à 17:42, par HA En réponse à : Enseignement : Faut-il remplacer Kant, Marc, Nietzsche, Descartes par Ki-Zerbo, Sankara, L. Bado ? Un étudiant répondant au Dr Hyacinthe Ouédraogo

    La philosophie et les sciences cognitives ont contribué à l’avancement du modèle objet dans les années 1970, un modèle appliqué dans le control du trafique aérien, avioniques, banque et assurance, contrôle du processus chimique, analyses mathématiques, station spatiale, télécommunication, système télémétrique pour les satellites qui recueillent les données, conception VLSI etc. L’idée selon laquelle le monde pouvait être vu soit en termes d’objets, soit en termes de processus était en partie de Descartes qui observait au XVIIe siècle que les humains appliquaient naturellement une vision du monde orientée objet. Voici un modèle intéressant pour un pays comme le Burkina Faso qui cherche des voies pour son industrialisation depuis les années 1970.
    Comme le dit Descartes : « La découverte d’un ordre n’est pas une tâche facile... mais une fois l’ordre est découvert, il n’y a aucune difficulté à le connaître » merci à Wendkouni pour sa contribution.

    Au Dr Hyacinthe : Enseigner Joseph Ki-Zerbo est excellente chose et ce sont des choses qui se font dans nos universités mais Sankara et Bado c’est plutôt politique que philosophique. Est-ce que Sankara a traduit ses idée dans un seul livre en dehors du discours d’orientation politique du 2 octobre 1983 et autres discours ?

    Courage à tous !

    Répondre à ce message

  • Le 14 novembre 2023 à 18:35, par fasocitizen En réponse à : Enseignement : Faut-il remplacer Kant, Marc, Nietzsche, Descartes par Ki-Zerbo, Sankara, L. Bado ? Un étudiant répondant au Dr Hyacinthe Ouédraogo

    Qu’est ce qui peut être ajouter. L’essentiel est dit et on ne peut que tirer son chapeau face à cette réflexion pleine de sens.
    Courage nous avons besoin d’intellectuels qui par leur esprit critique peuvent faire évoluer les choses.
    Bonne suite de cursus académique.

    Répondre à ce message

  • Le 15 novembre 2023 à 14:18, par TK En réponse à : Enseignement : Faut-il remplacer Kant, Marc, Nietzsche, Descartes par Ki-Zerbo, Sankara, L. Bado ? Un étudiant répondant au Dr Hyacinthe Ouédraogo

    Une telle replique venant d’un etudiant de Licence me ragallardie. J’ai foi en demain. Merci beaucoup monsieur !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
CEDEAO : Histoire d’une institution qui agonise