LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “« L’erreur n’annule pas la valeur de l’effort accompli. » Proverbe africain” 

Sur les « intellectuels » : « Le président du Burkina Faso se trompe », Kwesi Debrsèoyir Christophe Dabiré

Publié le mardi 29 août 2023 à 22h51min

PARTAGER :                          
Sur les « intellectuels » : « Le président du Burkina Faso se trompe », Kwesi Debrsèoyir Christophe Dabiré

Un court extrait vidéo de la rencontre du capitaine président du Burkina avec des jeunes à Bobo le 12 août 2023 porte sur les « intellectuels » et circule dans les médias comme une vérité religieuse. Le capitaine Traoré y caricature des intellectuels dont il réduit la performance à la seule maîtrise de la langue qu’ils manient.

L’auteur n’est donc pas n’importe qui mais le président d’un pays qui n’est pas gouverné par des analphabètes et des illettrés (on l’espère du moins) ni par des citoyens ne parlant que nos langues africaines, mais par des femmes et hommes que l’on peut qualifier, à bon droit mais sans exagération, d’« intellectuels ».

Ils sont « intellectuels » au sens générique et large de ceux qui « sont allés à l’école », qui ont fait des études et acquis des connaissances qu’ils n’auraient pas sans l’école et ces études. Et ni l’école ni les études ne sont possibles sans la maîtrise d’une langue, quelle qu’elle soit. En quoi la maîtrise d’une langue pour accéder à des connaissances ou pour les transmettre serait-elle un mal, surtout à une époque où parler plusieurs langues est un atout en tous domaines ? N’est-ce pas interdire ou décourager d’apprendre que de stigmatiser l’instrument qui sert à apprendre qu’est la langue ?

On s’interroge alors sur la finalité et la plus-value politiques d’une telle caricature des intellectuels, du moins de ceux que l’on soupçonne de ne pas être les « bons » : s’ils ne sont pas les « bons » intellectuels, ou même pas du tout des intellectuels, qui est mieux placé pour en juger ? La valeur d’un intellectuel relève-t-elle de la compétence d’un homme politique, serait-il président ? Ce que vaut un intellectuel, est-ce en dehors de la sphère intellectuelle que cela peut se décider ? Si oui, l’objectif en serait de réduire les intellectuels au silence ou au suivisme moutonnier…

Sans commenter ici l’ensemble de la politique de la transition en cours au Burkina Faso, on s’inquiète néanmoins de constater que, depuis le lieutenant-colonel Damiba, la chose intellectuelle soit constamment dévalorisée et reléguée dans un pays, le nôtre, qui dit être en lutte (contre le terrorisme, contre l’impérialisme et le colonialisme), comme si l’on pouvait lutter sans réfléchir et sans intelligence ; à moins de lutter pour lutter ; en paroles et sans résultats visibles dans des actes. Cette relégation de la chose intellectuelle favorise ce qu’on doit désormais appeler, après ou avec les coups d’Etat politiques et constitutionnels, des coups d’Etat intellectuels où ce sont ceux qui ne savent pas ou savent moins qui croient pouvoir détrôner ceux qui savent de leur piédestal d’intellectuels.

Être un intellectuel

Qu’il y ait des intellectuels incompétents même dans leur propre domaine de compétence, qu’il y en ait avec une culture générale étroite et limitée à leur activité professionnelle (c’est le lot de tous les intellectuels qui ne participent pas aux débats publics d’idées, limités qu’ils sont à leur fonction, sans réclamer ni se vanter d’être des « intellectuels »), cela n’en fait pas des faux intellectuels ni moins que des intellectuels ; ils ne sont pas pour autant des analphabètes et des illettrés (des intellectuels analphabètes et illettrés, cela n’existe nulle part)

Qu’il y ait des intellectuels qui se croient suffisamment savants et informés par leurs connaissances pour intervenir dans les débats publics d’idées, ou pour publier des idées qu’ils estiment nouvelles et utiles à l’opinion et à la société, mais avec lesquels on n’est pas d’accord, ce désaccord n’en fait pas des « pseudo » intellectuels. Ce qualificatif de « pseudo » est souvent dans la bouche et dans la littérature combien rancunière d’impuissance des vrais faux intellectuels qui se croient armés d’un mot savant pour disqualifier ceux qui savent (le qualificatif est pour eux un disqualificatif et une insulte). Si les autres sont des « pseudo » intellectuels, eux seuls en sont les vrais : mais le faux se donne toujours l’apparence du vrai pour lui passer devant.

Les vrais faux intellectuels aspirent donc à être de vrais intellectuels mais en sont incapables. Ce sont eux qui établissent les critères de l’intellectualité laquelle, évidemment, en excluent les vrais intellectuels qui ne se préoccupent même pas de savoir s’ils sont des intellectuels ou non mais s’occupent à produire des idées et des connaissances.

Ces vrais faux intellectuels sont justement ceux qui s’empressent toujours de décréter que d’autres ne sont pas des intellectuels. Ils sont faux intellectuels pour une raison simple : un vrai intellectuel ne peut pas ne pas reconnaître un intellectuel. Nul ne peut nier ce qu’il est soi-même. S’ils sont des intellectuels, ils ne peuvent pas nier que d’autres soient des intellectuels comme eux. S’il devait exister un seul critère intelligent de distinction entre l’intellectuel et le faux intellectuel qui ne soit pas méprisant ce serait celui-ci : est intellectuel celui qui ne peut pas nier qu’un intellectuel soit un intellectuel.

Être un intellectuel n’est pas une fin en soi : personne ne va à l’école et fait des études pour être vaguement un intellectuel mais pour être policier, boulanger, médecin, banquier, professeur, journaliste, avocat, etc., pour avoir un travail et gagner sa vie. Si vous êtes ingénieur et que quelqu’un qui n’est pas ingénieur vous dit que vous n’êtes pas ingénieur, qu’est-ce que cela peut vous faire ? Pourquoi cela vous énerverait-il ? Soit la personne est simplement malade soit elle est bête, dans tous les cas à plaindre plutôt, puisqu’elle s’attarde sur quelque chose qui n’a aucune importance ni pour vous ni pour elle !...

La langue

Mais la critique présidentielle de l’intellectuel porte sur un aspect précis (un et un seul) : l’attachement supposé de l’intellectuel à la langue qu’il parle, et à la façon dont il la parle. En vérité, lorsqu’on ne comprend pas ce que dit un intellectuel, ce n’est pas du tout la langue dans laquelle il s’exprime qu’on ne comprend pas mais le contenu ou l’idée exprimée qui renvoie à des connaissances ou informations pour être saisie.

Si l’on n’a pas soi-même déjà ces connaissances ou informations on ne peut pas le comprendre, même si l’on comprend la langue dans laquelle l’intellectuel s’exprime. Alors qu’il est possible de ne pas comprendre une personne si l’on ne comprend pas sa langue, c’est un déficit de connaissances et de culture intellectuelle qui empêche de comprendre un intellectuel. Il y a une différence entre ne pas comprendre un étranger qui vous parle dans sa langue que vous ne parlez pas, et ne pas comprendre un intellectuel.

La langue est secondaire dans l’activité intellectuelle, elle n’en est jamais la finalité mais le moyen, le véhicule, l’outil. L’inculte ou l’illettré n’est attentif qu’à la langue et à la façon dont l’intellectuel s’en sert, la manie, il n’entend que les mots, jamais les idées qu’ils expriment, mots qu’il trouve toujours plus « gros » que son propre intellect : l’expression tout africaine « parler un gros français » n’a pas d’autre signification. En d’autres termes, quelqu’un qui regarderait le doigt pendant qu’on lui montre le soleil avec ce doigt ne verra jamais le soleil, et donc ne le connaîtra jamais s’il ne l’a jamais vu. A force de s’attarder sur le dérisoire, on manque l’essentiel : ainsi se comportent ceux qui ne supportent pas les intellectuels…

« Lis » : l’injonction divine pour les musulmans qui savent pourtant leur Prophète illettré ne précise pas la langue dans laquelle il faut lire. S’il faut lire, indépendamment de la langue, c’est que quelque chose, un contenu ou message plus important, est écrit, gravé dans l’esprit de l’homme croyant, dans sa mémoire, et qui peut donc être lu même par les illettrés. Le philosophe dit : apprendre et connaître, c’est se souvenir…

Cela ne veut pas dire que la langue n’est pas nécessaire : comme tout outil, si vous ne la maîtrisez pas vous ne pourrez rien en produire. Vous ne pourrez jamais exprimer des idées profondes avec des « moi y en a pas comprend » ! Imaginez un boucher qui veut découper de la viande en quantité avec des couteaux émoussés sans tranchant. Une langue mal maîtrisée et pauvre ne pourra traduire et exprimer que des idées limitées, superficielles. Le discours intellectuel n’est pas un jeu. Aussi l’intellectuel ne « joue » -t-il jamais avec les mots et la langue comme on jouerait avec ses doigts quand on n’a rien à faire (se tourner les pouces !).

L’inculte n’est sensible qu’à l’esthétique (pas tant le beau que l’inutile ou ce qui décidément ne sert à rien). L’illettré est demandeur de ce qui, dans tout discours, sonne bien à ses oreilles et plaît. Comme le serpent, il aime la sonorité pour elle-même, laquelle suffit à lui faire redresser la tête ! Mais qui d’intelligent peut passer des années à user le fond de ses pantalons sur les bancs de l’école et des universités pour, comme une fin en soi, se mettre à jouer avec une langue et ses mots ? Les compétitions oratoires publiques ne sont pas une création ni le passe-temps favori des intellectuels…

La langue de l’autre

Plus encore : ce qui agace visiblement le président du Burkina Faso chez les intellectuels, ce n’est pas la langue en général, mais une langue en particulier qui serait « la langue d’autrui », dans laquelle ces intellectuels se complaisent. Une erreur de plus. Car il n’y a pas de langue qui ne soit pas de l’autre, y compris celle que nous croyons être la nôtre :

D’une part, si je suis Dagara, ce n’est pas parce que je suis Africain et Burkinabè que, pour moi, parler le Dioula ou le Mooré, et même le voisin Lobi ne serait pas parler la langue d’un autre ! Dioula, Mooré, Fulfuldé, etc. sont pour moi des langues de l’autre, pas les miennes ; et réciproquement, mon Dagara est pour ceux des Africains ou Burkinabè qui ne sont pas Dagara une langue de l’autre.

D’autre part, mon « propre » Dagara que je dis « mien » me vient d’un autre, d’autres Dagara plus ou moins proches : mes parents, mes ancêtres que je n’ai jamais rencontrés, que je ne connais pas ; pour être mes ancêtres ils ne sont pas moins, pour moi, de parfaits inconnus, des étrangers. Qui connaît ses ancêtres en un sens, qui leur a déjà parlé ? Qui connaît le premier Dagara qui a parlé ? Peut-être n’était-il pas Dagara lui-même mais Peul ou Gourmantché ! Il est plus autre que les voisins Mossis contemporains dont je parle la langue.

Saint Augustin, en racontant sa conversion religieuse, évoque des mots répétés venant de l’extérieur, d’enfants qui jouent, l’invitant à prendre et lire un livre (Le Livre) qui se trouve à ses côtés. En latin, Tolle, lege : prends et lis. Tout ce qui n’est pas naturel mais s’apprend vient toujours d’un autre. Apprendre, c’est d’abord prendre ; c’est-à-dire recevoir d’un autre. Toute culture (à tous les sens du mot) vient d’un autre.

Le culturel est un don de l’autre. Et aucune langue humaine n’est naturelle : si vos parents sont Dagara , et qu’ils ne parlent jamais le Dagara à votre naissance pour vous l’apprendre mais le Chinois, vous parlerez le mandarin sans être Chinois ; la langue Dagara ne sera jamais votre langue, elle sera la langue d’un autre, une langue étrangère ; le Chinois sera votre langue, pas le Dagara, bien que vos parents soient Dagara ; il vous sera plus propre et proche que le Swahili ou le Baoulé qui sont des langues africaines. Le champ de l’autre n’a pas de limites assignées, l’altérité est partout, donc aussi dans ce qui nous est propre : « Pour être soi, il faut lutter contre soi-même » (A. Césaire).

Jusque dans l’ordre divin : « Lis », dans lequel il semble ne pas s’agir de prendre et de recevoir de l’extérieur ou d’un autre (Lis, ce n’est pas : prends et lis), puisque ce qu’il faut lire est déjà disponible dans mon esprit, mon âme ou mon cœur. Toutefois ce que j’ai ordre de lire, en quelque langue que ce soit, en moi, n’est pas de moi, cela ne vient pas de moi ; ce n’est pas moi qui ai écrit en moi ; je n’ai pas gravé en moi ce que je dois lire, je n’en suis pas l’auteur, mais l’Autre, Dieu. De sorte que « Lis » et « prends et lis » reviennent au même, c’est-à-dire reviennent (appartiennent) à un autrui, à un autre, participent de la même altérité.

L’un (Lis) est donné à tous, aux lettrés comme aux analphabètes et illettrés car spontané, voire naturel ; l’autre (prends et lis) est une conquête, un travail de l’esprit et une culture qui ne sont pas donnés à tous mais aux seuls intellectuels : on peut naître riche, mais personne ne naît intellectuel, même s’il naissait de parents riches. Il faut avoir le courage, la patience et l’intelligence de prendre et lire (in-tolle-legere).

Si l’on peut être intelligent sans lire, il n’existe pas d’intellectuel qui ne lise pas. Et personne ne peut lire et comprendre ce qu’il lit sans une langue qu’il maîtrise, cette langue serait-elle la langue d’un autre. Mais une langue n’est pas un porte-monnaie dont on peut déposséder l’autre qui en serait le propriétaire, on ne peut pas voler une langue ; elle nous appartient dès lors que nous la parlons, à condition de la maîtriser justement et de bien la parler.

Le Mossi qui parle le Baoulé ne dépossède pas les Baoulé de leur langue (et vice versa). Une langue ne peut strictement appartenir à quelqu’un, être son bien exclusif, dès lors que d’autres s’en emparent et la parlent à leur tour. Ce qui s’apprend, le culturel, n’appartient à personne ! Aussi l’intellectuel ne peut-il pas être jaloux de la langue qu’il manie, au point de s’en vanter : si cette langue était le bien exclusif d’un autre il ne l’aurait pas apprise lui-même. Les biens culturels ne sont pas les biens de quelqu’un…

La langue de l’autre qui est colonisateur et impérialiste

On arrive enfin, ici, au Golgotha de l’impérialisme et du colonialisme, à leur lieu de crucifixion et de mise à mort. La cible des propos anti-intellectuels du président burkinabè à l’adresse de la jeunesse à Bobo nous le savons depuis le début, c’est le colonisateur impérialiste dont la langue est, pour nous Burkinabè du moins, le Français.

Alors il faut devancer une critique inévitable mais vaine : si je réagis à cette sortie du capitaine président du Burkina Faso pour la traiter d’erreur, c’est que soit je ne suis pas un intellectuel (ce dont je me fiche pour les raisons indiquées plus haut), soit je suis au mieux un intellectuel pro-colonisateur impérialiste (ce qui reste à prouver), un pro-français en somme, dans un contexte politique qui est tout à l’anti-impérialisme et à l’anticolonialisme au Burkina Faso et en Afrique de l’Ouest :

Mais, premièrement, le président burkinabè actuel lui-même n’inaugure en rien l’anti-impérialisme, et n’en a pas le monopole. Il s’aligne sur une opinion et une tradition anti-impérialistes existantes dont il n’est pas le guide fondateur mais un militant. Dans cet anti-impérialisme, il suit lui-même plus un mouvement qui le soutient qu’il ne le façonne et crée. Or, celui qui suit ne peut pas se passer de guides passés ou présents qui l’éclairent, et dont il s’inspire : ces guides éclaireurs ne peuvent être, en matière d’anti-impérialisme, d’anticolonialisme et de panafricanisme, que des intellectuels encore ; d’où l’inutilité et l’erreur d’ouvrir un autre front contre les intellectuels après celui contre les envahisseurs jihadistes !

Deuxièmement, le coup d’Etat du 30 septembre 2022 n’a certainement pas pour objectif d’installer une révolution anti-impérialiste panafricaine au Burkina Faso mais de reprendre le territoire national aux terroristes jihadistes. Je distingue nettement entre ces deux objectifs, parce qu’en soi la lutte militaire contre des terroristes ne fait pas d’office de quelqu’un un panafricaniste anticolonialiste et anti-impérialiste (et vice versa, il existe un anti-impérialisme terroriste) ! Ne confondons pas ces deux objectifs au risque de n’atteindre ni l’un (la révolution panafricaine et anti-impérialiste) ni l’autre (la reconquête militaire du territoire).

Revenons donc sur le rejet de cette langue de l’autre qui ne serait pas une langue comme les autres, ni d’un autre qui n’est pas n’importe lequel mais le colonisateur impérialiste, pour en indiquer les impasses et les conséquences que ce rejet entraîne pour les intellectuels et le panafricanisme :

1. Le président burkinabè utilise la langue de l’autre colonisateur et impérialiste, le Français, pour critiquer des intellectuels qui se complairaient dans la maîtrise de cette langue ! Il parle la langue du colonisateur impérialiste français au lieu de sa langue maternelle africaine pour discréditer les intellectuels qui seraient acquis à la cause du même colonisateur impérialiste…Aux jeunes qui l’applaudissent contre les intellectuels, le président ne parle aucune langue burkinabè locale, alors que la rencontre n’a lieu qu’entre Burkinabè : si entre Africains panafricanistes on n’entend pas parler une langue africaine mais la langue d’autrui pour…critiquer la langue d’autrui et ceux qui la maîtrisent, on en perd non pas son latin mais son Dioula ou son Mooré !

2. Le Burkina Faso anti-impérialiste et anticolonialiste, sous le président capitaine Traoré, a envoyé des athlètes burkinabè compétir en son nom aux jeux de la francophonie qui se sont tenus du 28 juillet au 06 août 2023 à Kinshasa (les victoires des athlètes ont fait la fierté du Burkina tout entier). Le Burkina Faso s’accepte donc comme pays « francophone » et adhère à une langue qui est la langue de l’autre colonisateur et impérialiste dont il fait sienne, le Français.

3. Si maîtriser la langue du colonisateur et bien la parler suffisaient pour ne pas être un intellectuel, alors les Aimé Césaire, Léopold Sédar Senghor, Cheick Anta Diop, Kwame Nkrumah, Julius Nyerere, Frantz Fanon, Mongo Béti et bien d’autres ne seraient ni des intellectuels ni des anticolonialistes ni des anti-impérialistes ni des panafricanistes ; car ils ont tous écrit dans la langue de l’autre colonisateur et impérialiste, en « gros français » pour les francophones ; un français tellement gros que des militants chevronnés mais illettrés les liraient sans rien piger ; tellement gros que peu de panafricanistes anticolonialistes et anti-impérialistes les ont lus et compris, se contentant de réciter leurs noms. Lisez ! Prenez et lisez !

Thomas Sankara ne serait pas le héros qu’il est puisque, tout militaire qu’il était, il maniait avec aisance et maîtrise la langue de l’autre qui est colonisateur et impérialiste…

4. Si la langue du colonisateur dérange et gêne autant, si elle est le mal, tout anticolonialiste et anti-impérialiste panafricain devrait s’attendre à ce qu’elle ne tarde plus à être remplacée à l’école et dans l’administration du pays que dirige le capitaine burkinabè. L’école et les universités ne serviraient plus à rien puisqu’elles fabriquent des intellectuels dont le Burkina n’aurait plus besoin.

Ou bien, puisque l’école est le lieu où l’on apprend, parler et manier du Français qui est la langue du colonisateur impérialiste, le président du Burkina Faso devrait ordonner la fermeture imminente des écoles et des universités. Les jihadistes nous y aident tristement déjà, en attaquant et brûlant nos écoles ! Il ne servirait à rien de rouvrir ces écoles qu’ils ferment par la violence, par rejet des valeurs dites occidentales qui sont celles des impérialistes colonisateurs.

5. Affirmer que les intellectuels deviendraient des « analphabètes » si la langue de l’école n’était plus le Français, langue du colonisateur impérialiste, mais une langue locale burkinabè Dioula ou Mooré) est une plaisanterie (l’auditoire a raison de rire, s’il n’approuvait pas la plaisanterie) ! Car, d’une part, les intellectuels, sachant déjà lire et écrire, n’auraient plus qu’à traduire leurs connaissances dans la nouvelle langue, à condition que celle-ci soit assez riche pour remplacer la langue du colonisateur impérialiste. Un médecin, par exemple, n’aura pas à reprendre l’école à zéro pour redevenir médecin si la langue nationale devenait le Dioula qu’il ne parle pas ; sauf si l’on veut désormais fabriquer des médecins locaux et développer une médecine qui n’aurait plus rien à voir avec la science médicale universelle. Chiche : qu’attendons-nous pour le faire ? Qui nous l’interdit ? Combien de coups d’Etat nous faut-il encore pour y arriver ?

D’autre part, en remplaçant la langue du colonisateur impérialiste par du Bobo ou du Mooré, non seulement vous ne transformerez pas magiquement tous les Bobos ou Mossis en les « bons » intellectuels que vous souhaitez, mais ce sont tous les autres Burkinabè dont la langue maternelle n’est pas le Bobo ou le Mooré qui seront encore plus analphabètes que les intellectuels. Vous allez donc devoir leur imposer une langue qui n’est pas la leur : les coloniser de l’intérieur. C’est sans doute pour éviter des maux internes plus graves pour la stabilité et l’existence même de nos Etats africains colonisés (guerres civiles et identitaires ou communautaires) que nos dirigeants se contentent de la langue du colonisateur comme un pis-aller ; et pour ne pas répéter à leur tour la colonisation impérialiste occidentale à l’intérieur de leurs Etats entre leurs populations…

6. Il existe pourtant des Etats africains dont la langue nationale et officielle n’est pas la langue de l’autre colonisateur et impérialiste : sans parler de l’Ethiopie qui n’a pas été colonisée, la Tanzanie de Nyerere en est un exemple. Les Algériens parlent Français, mais quand ils reçoivent les présidents de la France qui les a colonisés ils s’expriment en arabe.

Les Africains francophones de l’Ouest sont singulièrement les champions de l’anti-impérialisme et de l’anticolonialisme. Mais tous leurs « anti » se résument et se résolvent en grands discours intellectualistes, y compris les discours contre les intellectuels. Tout le monde est intellectuel en Afrique de l’Ouest quand il s’agit d’impérialisme et de colonisation, mais en même temps tout le monde s’accorde pour assimiler les intellectuels africains à l’Occident et aux colonisateurs impérialistes.

Pour être un « bon » intellectuel en Afrique francophone aujourd’hui, il ne faut pas parler « gros français », mais c’est en « gros français » que l’on aime entendre les contre-vérités qui charment, comme les serpents qui aiment le son de la flûte ; il ne faut pas lire, mais tout savoir de l’Afrique, de son histoire et de ses héros sans lire, par le seul fait d’être Africain (pas besoin de longues études pour connaître son histoire, être Africain suffit à tout connaître de l’Afrique) ; il ne faut pas réfléchir, mais « sloganiser » (pardon pour le néologisme), être une boîte à slogans…

Les Africains francophones de l’Ouest sont éternellement en lutte contre l’impérialisme et le colonialisme, mais, plus occupés à chercher avec QUI lutter qu’avec QUOI lutter, ils ne luttent que pour lutter. Minimisant les moyens de la lutte (dont l’intelligence et les actes qui l’accompagnent, puisqu’il ne suffit pas, dans une lutte, de foncer poitrine bombée sur l’ennemi ou l’adversaire), ils sous-estiment de fait la dangerosité des puissances impérialistes et colonialistes qui les dominent depuis des siècles et dont ils restent profondément dépendants…

8. Puisqu’il faut lire, prendre et lire, je termine par un texte d’une actualité étonnante qui est à la fois un appel et un conseil plus avisé d’Aimé Césaire, en 1935, à la jeunesse Noire :

« Les jeunes Nègres d’aujourd’hui ne veulent ni asservissement, ni assimilation, ils veulent émancipation. (…). Asservissement et assimilation se ressemblent : ce sont deux formes de passivité. (…). Emancipation est, au contraire, action et création. La jeunesse noire veut agir et créer. Elle veut avoir ses poètes, ses romanciers, qui lui diront à elle, ses malheurs à elle, et ses grandeurs à elle ; elle veut contribuer à la vie universelle, à l’humanisation de l’humanité ; et pour cela, encore une fois, il faut se conserver ou se retrouver : c’est le primat du soi. Mais pour être soi, il faut lutter (…). Enfin, pour être soi, il faut lutter contre soi : il faut détruire l’indifférence, extirper l’obscurantisme, couper le sentimentalisme à la racine. (…). Jeunesse Noire, il est un poil qui vous empêche d’agir : c’est l’Identique, et c’est vous qui le portez ». Ni identification à l’autre ni repli identitaire sur soi : c’est cela agir et créer…

Kwesi Debrsèoyir Christophe DABIRE

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 29 août 2023 à 13:16, par pfff En réponse à : Sur les « intellectuels » : « Le président du Burkina Faso se trompe », Kwesi Debrsèoyir Christophe Dabiré

    Bravo et merci pour ce texte qui devrait amener les Burkinabés à lever la tête, non pas comme l’Autre, mais comme eux-mêmes.

    Depuis fort longtemps, les régimes qui ont combattu leurs intellectuels ont rempli les livres de pages tristes. Sloganiser... C’est chez Orwell qu’il faut trouver la meilleure traduction de ce concept

    Le crime de penser n’entraîne pas la mort. Le crime de penser est la mort.

    1984, George Orwell

    Répondre à ce message

  • Le 29 août 2023 à 14:42, par Zircon En réponse à : Sur les « intellectuels » : « Le président du Burkina Faso se trompe », Kwesi Debrsèoyir Christophe Dabiré

    Il parle des intellectuels et ne dit pas qui ils sont.

    On comprend en tout cas que lui n’en pas est un.

    Quand on est incapable d’ accéder à l’univers des concepts, on ne peut apprécier l’utilité des intellectuels, ni même les comprendre.

    J’ai l’impression que notre Capitaine-President veut réincarner le Capitaine Thomas Sankara, mais la Révolution a été l’oeuvre de militaires qui avaient appris à comprendre les concepts et même à en formuler de leur propre chef.
    En ce sens,, ils étaient certes des hommes et des femmes d’action, mais ils étaient également des intellectuels.

    Ils ont pris le pouvoir et ont défini les contours conceptuels de leur projet pour le Burkina Faso dans un grand discours orientation politique.

    Malheureusement l’expérience a fait chou blanc parce que le régime s’est effondré sous le poids de ses propres excès que le Capitaine Thomas Sankara n’a pas eu le temps de réduire.

    Ayant vécu à l’étranger à l’époque, je puisse affirmer que nous les voltaïques, on était tous fiers de nous présenter comme des burkinabè et on était respectés et regardés avec admiration.

    Mais, n’est pas Sankara qui veut !

    Lorsqu’on va prendre la parole à Saint Petersbourg et qu’on est le seul à soutenir ouvertement une aventure impérialiste en Europe, on n’est pas digne de Sankara qui combattait l’impérialisme dans n’importe quelle contrée où il y a des hommes

    Depuis le discours de Saint Petersbourg, nous longeons les murs, honteux qu’on est des propos du Capitaine-President.

    Pour faire du Sankara, il faut donc être quelque part un "Intellectuel" agissant.

    Sinon on fait une analyse élémentaire des grands enjeux du monde et on agit sans réel discernement.

    N’en déplaise, nous avons besoin de plus d’intellectuels...!

    Répondre à ce message

    • Le 30 août 2023 à 12:09, par Diongwale En réponse à : Sur les « intellectuels » : « Le président du Burkina Faso se trompe », Kwesi Debrsèoyir Christophe Dabiré

      @Zircon
      J’abonde dans votre sens et témoigne : "Depuis le discours de Saint Petersbourg, nous longeons les murs, honteux qu’on est des propos du Capitaine-President.". J’ai toujours lutté contre la honte, selon moi outil stérile sinon pour fabriquer de la culpabilité et tomber dans les excès "religieux", mais le discours de St Pétersbourg m’a hérissé les poils.
      "L’impérialisme est dans vos assiettes, disait Sankara avec raison. Pourtant des chefs d’Etat africains - dont le nôtre - sont allés serrer la louche d’un dictateur impérialiste qui a promis du blé cadeau pour apporter l’impérialisme dans nos assiettes ! Honte, non à moi, mais à eux de ne pas avoir refusé ce "cadeau" de Poutine !

      Répondre à ce message

  • Le 29 août 2023 à 14:44, par Vérité En réponse à : Sur les « intellectuels » : « Le président du Burkina Faso se trompe », Kwesi Debrsèoyir Christophe Dabiré

    On se demande si ces gens vivaient dans ce Faso. Ils font comme s’ils viennent de tomber avec la dernière pluie... ce sont ces mêmes intello qui cèdent les rétractions sur leurs salaires pour contribuer à l’effort de guerre même si vous ne faites point du bilan financier redevable à ce peuple... on n’a pas besoin d haranguer la foule aux moindres petites occasions, ni stigmatiser encore moins categoriser les .gens.aucune revanche. Le mal qui nous ronge est la et s étant dans la durée. Restez focus car bientôt vous serez jugés par ce même peuple....ne nous divisez pas davantage

    Répondre à ce message

  • Le 29 août 2023 à 14:45, par Agglomération En réponse à : Sur les « intellectuels » : « Le président du Burkina Faso se trompe », Kwesi Debrsèoyir Christophe Dabiré

    Holalaaaaa Mr DABIRE, pourquoi avez vous mis tant d’énergie à répondre à cette vidéo ? Mais nonnnnnn vous n’aviez pas remarqué la guerre des complexes ? Quand quelqu’un se met à devancer l’igoine dans l’eau ? On ne rit pas ici là hein ? La GESTAPO du BURKINA est là pour garantir la terreur. Attention hein ? On va venir vous enlever hein ?

    Répondre à ce message

  • Le 29 août 2023 à 15:10, par Black En réponse à : Sur les « intellectuels » : « Le président du Burkina Faso se trompe », Kwesi Debrsèoyir Christophe Dabiré

    Sachiez que les intellectuels de ce pays c’est d’abord les FDS et les VDP en passant par le président le capitaine IBRAHIM TRAORÉ qui est un vrai patriote.VIVE LES FDS ET LES VDP DU BURKINA FASO

    Répondre à ce message

  • Le 29 août 2023 à 15:54, par COB En réponse à : Sur les « intellectuels » : « Le président du Burkina Faso se trompe », Kwesi Debrsèoyir Christophe Dabiré

    À qui est adressé ce long article. J’ai abandonné en cours de chemin. Pas assez intellectuel pour le comprendre.

    Répondre à ce message

  • Le 29 août 2023 à 16:06, par etudiant de l’ecole primaire En réponse à : Sur les « intellectuels » : « Le président du Burkina Faso se trompe », Kwesi Debrsèoyir Christophe Dabiré

    Malheureusement les illettrés ont confié à vous, intellectuels civils et militaires la destinée de notre nation depuis les indépendances et voila le résultat aujourd’hui. Dans les écoles de formation vous avez été les meilleurs mais vous avez fait piète figure quand le pays vous a confié la gouvernance. Ces mêmes petits blancs que vous avez surpassé dans vos études deviennent vos dirigeants et vous ne faites que jouer à la marionnette.
    Les intellectuels asiatiques dont certains ont été vos promotionnaires ont vraiment poussés leurs pays vers le développement et aujourd’hui ils sont entrain de surpasser leurs maitres(occidentaux) méritent vraiment leurs noms d’intellectuels.
    C ’est parmi vous que les services de contrôle détectent les grands voleurs du panier commun à savoir le budget national. Dans certaines contrées les intellectuels ont honte de détourner mais dans nos pays ; ils sont les champions.
    Combien d’entreprises étatiques ont mis la clé sous le paillasson sous la gouvernance de ces intellectuels pendant que le commerçant de Rood-Wooko (illettré) mène à bien leurs activités durant plusieurs années.
    Et dire que certains intellos ont acquis des expériences de travail à l’extérieur qu’ils voudraient à la disposition de leurs pays d’origines mais tout est fait par les intellos de l’intérieur parce qu’ils ont peur de perdre leurs postes tout en oubliant que nul n’est éternel.
    Je ne blâme pas bien sur tous les intellos mais je dis si vous êtes dans un système dont vous n’êtes pas content , on démissionne et Salif DIALLO l’a fait et hommage à lui.
    C est un point de vue d’un étudiant de l’école primaire et c’est sans rancunes.

    Répondre à ce message

  • Le 29 août 2023 à 16:29, par Xyz En réponse à : Sur les « intellectuels » : « Le président du Burkina Faso se trompe », Kwesi Debrsèoyir Christophe Dabiré

    Qui se sent morveux se mouche.
    Sinon un intellectuel devait comprendre que le président IB n’a pas indexé tout le monde mais ceux qui tout simplement par le fait de savoir manipuler la langue d’autrui se disent intellectuels.
    Je suis à 100% d’accord avec IB dans sa façon de voir les choses. Car ce sont ces pseudo intellectuels qui nous ont foutu en partie dans cette situation.
    Un pays qui a copié tout sont système éducatif chez le colon et qui plus de 60 ans après n’arrive pas à l’adapter à ses réalités est un pays avec très peu d’intellectuels. Beaucoup savent lire, écrire et débattre mais il ya malheureusement très peu d’intellectuels parmi eux.

    Répondre à ce message

  • Le 29 août 2023 à 17:04, par Sacksida En réponse à : Sur les « intellectuels » : « Le président du Burkina Faso se trompe », Kwesi Debrsèoyir Christophe Dabiré

    D’abord la langue Francaise est devenue notre langue d’expression et bien sur de Communication, meme si elle fut la langue du Colonisateur ; et pour devenir l’un des moyens consequents d’observation de nos realites concretes comme : Le Moore, le Dioula, le Dagara, le Bissa, le Gourmanche, le Gouronssi, le Peul, Senoufo, le Dafin et beaucoup d’autres langues nationales qui faisaient l’objet d’enseignements : Lecture, Ecriture et Calcul dans la Revolution Democratique et Populaire d’Aout avec Thomas Sankara et les Revolutionnaires Burkinabe. Du reste, dans nos Regions, Provinces et Villages des gens en langues Nationales qui peuvent observer, analyser, critiquer, denoncer et propose ; ils sont egalement des Intellectuels tres importants pour la vie en communaute ou en societe Burkinabe. Cette Langue a l’echelle nationale, Africaine et meme internationale permet de s’organiser pour lutter, travailler au plan scientifique, technologie et strategique, donc elle n’est plus un moyen quelconque de domination Imperialo Neocoloniale et seulement si l’on est conscient de ses taches dans la Societe Civile Africaine et Internationale..Ainsi, elle permet aux Peuples de communiquer et d’echanger entre eux et surtout de lutter pour la Justice Sociale, de resoudre des problemes complexes, Cruciaux et pour la Democratie des Peuples contre des Dictatures et des Injustices. Il ne faut donc pas etre dans une posture figee qui serait contraire au Progres Veritable et a l’evolution de la Societe Burkinabe. En tout etat de cause, il n’y’a pas de Democratie sans aucune contradiction et une critique des choses absurdes car une posture serait convatoire et Reactionnaires du point de vue revolutionnaire. Salut
    .

    Répondre à ce message

  • Le 29 août 2023 à 17:11, par Dibi En réponse à : Sur les « intellectuels » : « Le président du Burkina Faso se trompe », Kwesi Debrsèoyir Christophe Dabiré

    On a lu mieux que ça de Mr Dabiré qui peine ici à sortir de la mélasse philosophique pour se noyer dans un verre d’eau qu’il veut jeter à la face d’Ibrahim Traoré !
    Est-ce pertinent ? Est-ce utile ? Est-ce ainsi que le sage nous éclaire ? En s’ébrouant dans un champ de lutte ou un champ de patates pour édifier notre peuple situé dans un carrefour sécuritaire de tous les dangers ?
    La philosophie politique ne saurait se limiter à des débats oiseux scolastiques de concepts pour édifier qui ? Ibrahim ? Notre Peuple ? Des étudiants en manque de définitions ? Ou est-ce un positionnement politique néo-philosophique dans la guerre des mots qui bruissent dans le compradorat intello-médiatique au Burkina-Faso, où des tas de gens n’ont effectivement d’intellectuel que le Nom, le Diplôme universitaire, la Langue de pouvoir de classe ou d’opposition de classe... Ce qui n’est pas son cas à Mr Dabiré, parce que Producteur d’Idées intellectuelles !
    Mais d’un point de vue Gramscien et non Orwellien, Mr Dabiré, Ibrahim Traoré et les Jeunes Publics Populaires scolaires ou non paysans ou non, auxquels ce dernier a parlé, d’un point de vue gramscien dis-je, toute personne dotée d’une conscience réfléchie, pratique et non-aliénée pathologique, est en soi et pour soi, une conscience philosophique et donc porteuse de philosophie !
    Il n’y a que les philosophes bourgeois idéalistes qui catégorisent les gens en intellectuels et non-intellectuels ; mieux qui dénient à des peuples entiers d’avoir une intelligence philosophique !
    Il n’est donc pas nécessaire de tomber à bras raccourci sur la première critique politique d’une personnalité sur nos Intellectuels qui, comme lui, ne sont ni des saints ni des gens au dessus du tout-venant que nous sommes !
    On pourrait en dire autant de l’inculture de tous nos chefs d’Etat dont certains sont des narcotrafiquants, des maffieux notoires dans la sous-région ou ailleurs dans le monde, en Occident où on rencontre de vrai-médiocres, des acteurs de films de série B, des cow-boys, des avocats comme des bancocrates pourris, incultes et criminels de guerres !
    Bref, pourquoi ce post ?
    C’est un appel à nos intellectuels engagés organiquement dans les luttes d’émancipation de notre peuple, à nous aider à gagner la guerre contre tous les cannibales obscurantistes djihadistes, les narcotrafiquants, les vendus à l’impérialisme génocidaire et ses forces proxies contre-révolutionnaires réactionnaires féodo-obscurantistes en notre sein !
    Un appel à se départir de querelles oiseuses, du fractionnisme anti-patriotique petit bourgeois pour ne voir que l’essentiel du politique, l’important dans la vie d’un peuple confronté à l’effondrement national !
    La paix revenue, on jouera avec les mots ; qui pour l’heure sont nos maux et nos illusions ; ces armes de destruction massive contre nous-mêmes !
    Na an lara, an sara !
    La patrie ou la mort !

    Répondre à ce message

    • Le 29 août 2023 à 20:34, par Baoyam En réponse à : Sur les « intellectuels » : « Le président du Burkina Faso se trompe », Kwesi Debrsèoyir Christophe Dabiré

      Merci d’avoir donner la réplique. Dans le fond, le Capitaine IB Traoré ne pouvait pas rêver d’une meilleure défense de ses propos que ce long texte qui caresse l’esprit sans substantiellement l’edifier. Un exercice de manipulation de mots qui par ailleurs falsifie les propos du président. Le président ne rejette manifestement pas tous les intellectuels comme ce texte le prétend, seulement ceux qui s’appuie sur la maîtrise de la langue ou sur leur culture générale pour orienter les choses vers l’immobilisme ou un changement qui me change pas. De même il ne rejette pas aveuglément tout emploi de la langue française, seulement son usage comme signé d’autorité pour disqualifier toute autre idée ou jeter le flou dans les esprits sans but noble.

      Aussi, s’il faut détourner les propos du président pour le critiquer, il suffit par contre de prendre certains de vos propos littéralement pour les qualifier d’insultes à une large catégorie de Burkinabè, les illettrés qui constituent pourtant la majorité.
      La majorité du peuple est illettrée. A moins que les intellectuels convainquent qu’ils ont une solution à leurs préoccupations, ils préféreraient être dirigés par des non-intellectuels qui comprennent au moins leur préoccupation.

      Répondre à ce message

    • Le 30 août 2023 à 10:35, par Lucie En réponse à : Sur les « intellectuels » : « Le président du Burkina Faso se trompe », Kwesi Debrsèoyir Christophe Dabiré

      Cher ami(e), salut ! On vous parle de langue et même de religion (Dabiré est parfois pasteur) mais vous vous ne voyez que de la philosophie politique. Curieux

      Répondre à ce message

    • Le 2 septembre 2023 à 16:52, par PARDON En réponse à : Sur les « intellectuels » : « Le président du Burkina Faso se trompe », Kwesi Debrsèoyir Christophe Dabiré

      @ Dibi,
      "La paix revenue, on jouera avec les mots". Permettez-moi de rire aux éclats. Parce que la paix ne reviendra pas sur un claquement de doigts ! ce n’est pas en donnant dans le populisme anti-intellectuels que la paix reviendra. vous risquez d’attendre longtemps

      Répondre à ce message

  • Le 29 août 2023 à 18:05, par Balma boukary En réponse à : Sur les « intellectuels » : « Le président du Burkina Faso se trompe », Kwesi Debrsèoyir Christophe Dabiré

    Je voudrais partager avec vous ce que mon père me disait toutes les fois qu’on se voyait :"fils avance dans le bon sens n’en déplaise à qui et saches qu’à chaque pas positif que tu fais le bruit des tonneaux vides raisonnera à tes oreilles mais n’oublies ton objectif. c’est l’essentiel . juste pour dire que c’est les mêmes personnes qui ont combattu le capitaine Thomas Sankara.

    Répondre à ce message

  • Le 29 août 2023 à 18:22, par yelmingaan blaan saa hien En réponse à : Sur les « intellectuels » : « Le président du Burkina Faso se trompe », Kwesi Debrsèoyir Christophe Dabiré

    "Deuxièmement, le coup d’Etat du 30 septembre 2022 n’a certainement pas pour objectif d’installer une révolution anti-impérialiste panafricaine au Burkina Faso mais de reprendre le territoire national aux terroristes jihadistes." ah bon ?quelle prétention d en savoir sur le coup d état , ses objectifs proclamés ou non plus que son réalisateur !

    Répondre à ce message

  • Le 29 août 2023 à 18:30, par yelmingaan blaan saa hien En réponse à : Sur les « intellectuels » : « Le président du Burkina Faso se trompe », Kwesi Debrsèoyir Christophe Dabiré

    "Tout le monde est intellectuel en Afrique de l’Ouest quand il s’agit d’impérialisme et de colonisation, mais en même temps tout le monde s’accorde pour assimiler les intellectuels africains à l’Occident et aux colonisateurs impérialistes."Ah bon ?meme Cheick Anta Diop ?demonstration alors !ou affimation ?

    Répondre à ce message

  • Le 29 août 2023 à 18:39, par yelmingaan blaan saa hien En réponse à : Sur les « intellectuels » : « Le président du Burkina Faso se trompe », Kwesi Debrsèoyir Christophe Dabiré

    "un français tellement gros que des militants chevronnés mais illettrés les liraient sans rien piger ; tellement gros que peu de panafricanistes anticolonialistes et anti-impérialistes les ont lus et compris, se contentant de réciter leurs noms. Lisez ! Prenez et lisez !"Mais toi le grand intello tu as non seulement compris et compris que les autres n ont pas compris !bravo et bravo encore pour la modestie !parfois le poète inspire plus qu il n est inspiré !

    Répondre à ce message

  • Le 29 août 2023 à 18:50, par yelmingaan blaan saa hien En réponse à : Sur les « intellectuels » : « Le président du Burkina Faso se trompe », Kwesi Debrsèoyir Christophe Dabiré

    "Les Africains francophones de l’Ouest sont éternellement en lutte contre l’impérialisme et le colonialisme, mais, plus occupés à chercher avec QUI lutter qu’avec QUOI lutter, ils ne luttent que pour lutter. Minimisant les moyens de la lutte (dont l’intelligence et les actes qui l’accompagnent, puisqu’il ne suffit pas, dans une lutte, de foncer poitrine bombée sur l’ennemi ou l’adversaire), ils sous-estiment de fait la dangerosité des puissances impérialistes et colonialistes qui les dominent depuis des siècles et dont ils restent profondément dépendants…"ah quel gâchis !laisser un super intellectuel doublé d un stratège hors pairs se démener chez l ennemie colon et impérialiste a coups foireux de phraséologie !le BF ne devrait pas se payer ce luxe de se priver d un expert même autoproclamé car même en cas d essai nul il ne dérangerait plus par après la musique !

    Répondre à ce message

  • Le 29 août 2023 à 19:06, par yelmingaan blaan saa hien En réponse à : Sur les « intellectuels » : « Le président du Burkina Faso se trompe », Kwesi Debrsèoyir Christophe Dabiré

    "Thomas Sankara ne serait pas le héros qu’il est puisque, tout militaire qu’il était, il maniait avec aisance et maîtrise la langue de l’autre qui est colonisateur et impérialiste…

    4. Si la langue du colonisateur dérange et gêne autant, si elle est le mal, tout anticolonialiste et anti-impérialiste panafricain devrait s’attendre à ce qu’elle ne tarde plus à être remplacée à l’école et dans l’administration du pays que dirige le capitaine burkinabè. L’école et les universités ne serviraient plus à rien puisqu’elles fabriquent des intellectuels dont le Burkina n’aurait plus besoin."énormités !marché de dupes entre le bave IB et l intello accusateur qui semble ici plus inspiré et veut faire croire ce que IB n a point insinué ?preuve sinon !

    Répondre à ce message

  • Le 29 août 2023 à 19:18, par yelmingaan blaan saa hien En réponse à : Sur les « intellectuels » : « Le président du Burkina Faso se trompe », Kwesi Debrsèoyir Christophe Dabiré

    "D’autre part, mon « propre » Dagara que je dis « mien » me vient d’un autre, d’autres Dagara plus ou moins proches : mes parents, mes ancêtres que je n’ai jamais rencontrés, que je ne connais pas ; pour être mes ancêtres ils ne sont pas moins, pour moi, de parfaits inconnus, des étrangers. Qui connaît ses ancêtres en un sens, qui leur a déjà parlé ? Qui connaît le premier Dagara qui a parlé ? Peut-être n’était-il pas Dagara lui-même mais Peul ou Gourmantché ! Il est plus autre que les voisins Mossis contemporains dont je parle la langue."La c est le comble !un DAgara lessivé devalorise son lien avec ses ancetres !macron !macron !tes liasses n éffarouchent guere les authentiques panafricanistes !tu seras tout de meme chassé du Niger aussi

    Répondre à ce message

  • Le 29 août 2023 à 20:07, par Jeunedame seret En réponse à : Sur les « intellectuels » : « Le président du Burkina Faso se trompe », Kwesi Debrsèoyir Christophe Dabiré

    Conflit de statuts ? « Le capitaine Traoré y caricature des intellectuels dont il réduit la performance à la seule maîtrise de la langue qu’ils manient. » C’est ça seulement qui affecte les intellectuels dans leur personnalité ? Et avec cette longue littérature ce DABIRÉ ne fait qu’apporter des illustrations qui empirent cette caricature. Quel cynisme. C’est juste une remarque de militaire. Et DABIRÉ aurait dû se taire ou parler moins pour démontrer son niveau d’instruction, d’analyse et de compréhension. Qui n’a jamais été maladroit dans son jugement ? Qui n’a pas de bêtises ? Mais on ne répond pas à toutes les bêtises.

    Répondre à ce message

  • Le 29 août 2023 à 20:37, par Lamda En réponse à : Sur les « intellectuels » : « Le président du Burkina Faso se trompe », Kwesi Debrsèoyir Christophe Dabiré

    Le MPSR a dit que les politiciens sont la cause des problèmes du pays. Le capitaine Président a aussi fustigé les magistrats dans l’affaire de la guérisseuse. Maintenant il s’en prend aux intellectuels. Ce que le peuple veut, c’est de vivre dans la paix et la sécurité, c’est de ca qu’il s’agit. Vivement que ces gents retournent dans leurs casernes le plus rapidement possible, si non ils vont tout gâté.

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2023 à 04:47, par Le Sage En réponse à : Sur les « intellectuels » : « Le président du Burkina Faso se trompe », Kwesi Debrsèoyir Christophe Dabiré

    Si un petit pays comme la France nous manipule à sa guise après 50 ans d’indépendance.On se demande à quoi nous sert vraiment nos intellectuels africains.Sinon à écrire de longs texte comme ce que le monsieur l’a fait.Des burkinabè meurent et on peut pas prendre de vraies initiatives.C’est qu’on n’est pas intelligent.On ne peut pas s’unir pour libérer notre pays et l’Afrique.A mon sens ce qu’il insulte ce sont les longs discours pour nous expliquer pourquoi on ne pas quitter la France ou le colonisateur.Le paysan ou l’illetré le comprend aisément que l’intellectuel ou celui qui dit avoir fait de longues études.Ceux qui ne parlent bien français valent mieux que nos perroquets intellectuels

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2023 à 05:17, par Passakziri En réponse à : Sur les « intellectuels » : « Le président du Burkina Faso se trompe », Kwesi Debrsèoyir Christophe Dabiré

    Aïe aïe aïe ! Quelle facture ! Toujours aisé et plaisant à lire ce philosophe !
    Notre capitaine ( Dieu me garde de l apeller président !). Espérons qu il lira son texte où le laissera traduire dans sa langue à lui par les bons soins de ses „vrai s“ à lui , créés par lui et pour lui et qui sont regroupés dans son temple du savoir, la place de la nation entrain de prendre et manger , puisque c est la seule possibilité d être vrai intellectuel au Burkina des putschistes rêvant Sankara sans atteindre la cheville de Sankara.
    Je ris seulement, je m imagine la colère des vuvuzelas de Lefaso.net allergiques aux questions de sources de leurs fakes !
    Merci Docteur Dabiré !

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2023 à 07:13, par DZ En réponse à : Sur les « intellectuels » : « Le président du Burkina Faso se trompe », Kwesi Debrsèoyir Christophe Dabiré

    Grand merci à vous Mr DABIRE, je lis là un texte génial d’une immense valeur pédagogique pour tout le monde finalement, les politiques de tous bords, militaires ou civils, les jeunes, les militants, les intellectuels. De ces derniers on en reconnaît ici certains qui n’ont rien compris, ils retiennent ce qu’ils prennent pour une critique contre leur idole IB, mais n’en comprennent pas la pédagogie. Personnellement je vous aurais même reproché de n’être pas assez critique et d’être trop pédagogue

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2023 à 10:30, par ADMIRABLE En réponse à : Sur les « intellectuels » : « Le président du Burkina Faso se trompe », Kwesi Debrsèoyir Christophe Dabiré

    J’aime ce Monsieur DABIRE, inclassable au sens où il est difficile de le mettre dans une case. Il aime brouiller les pistes, il écrit des fois des choses que personne n’attend de lui. C’est un vrai philosophe cet intellectuel, incontestablement uu sage. Evidemment ça dérange tous ceux qui ont des positions tranchées et qui ne voient que du noir et du blanc.

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2023 à 10:32, par Passakziri En réponse à : Sur les « intellectuels » : « Le président du Burkina Faso se trompe », Kwesi Debrsèoyir Christophe Dabiré

    Je continue de rire seulement, parce que vu certaines réactions ( qui confirment la véracité de l essaie du Dr Dabiré), on se rend compte que pour certains internautes c est resté du gros français. Bref’ qui se sent morveux se mouche ai-je lu quelque part .

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2023 à 12:19, par Paguindsom En réponse à : Sur les « intellectuels » : « Le président du Burkina Faso se trompe », Kwesi Debrsèoyir Christophe Dabiré

    M. DABIRE, avec tout le respect que je vous dois votre écrit relève pour le moins d’une démarche de bravade inutile.
    Vous et tous ceux qui se comme vous revendiquent la place d’intellectuels, je vous mets au dit de démêler l’imbroglio dans lequel se trouve depuis des années l’université de Ouagadougou pour les étudiants puissent avoir des parcours normaux. Réussissez cela et venez prendre chacun 2 couronnes de lauriers si ça vous chante, pour vous célébrer....

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2023 à 14:07, par Bob En réponse à : Sur les « intellectuels » : « Le président du Burkina Faso se trompe », Kwesi Debrsèoyir Christophe Dabiré

    C’est de ces intellectuels que le capitaine parle. Quel est l’objectif de cet écrit ? Sa cible ? Que propose l’auteur ? Autant d’énergie dépensée pour rien ! Le capitaine a raison de fustiger le manque de réalisme et l’inutilité des gesticulations des CERTAINS intellectuels africains. Assurément l’auteur en est un. Évidemment INTELLECTUEL n’est ni une insulte ni une maladie, ni une malédiction ! Au contraire. Mais en plus de 60 ans nos élites, qui sont en général des intellectuels ne nous ont conduit qu’à la catastrophe.

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2023 à 16:47, par yelmingaan blaan saa hien En réponse à : Sur les « intellectuels » : « Le président du Burkina Faso se trompe », Kwesi Debrsèoyir Christophe Dabiré

    intellectuel
    adjectif et nom

    1.
    Qui se rapporte à l’intelligence (connaissance ou entendement).
    La vie intellectuelle.
    2.
    Qui a un goût prononcé (ou excessif) pour les choses de l’esprit.
    h
    Synonymes :

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2023 à 17:26, par Citoyen2023 En réponse à : Sur les « intellectuels » : « Le président du Burkina Faso se trompe », Kwesi Debrsèoyir Christophe Dabiré

    Christophe DABIRE a mille fois raison. je suis anti-impétialiste et anticolonialiste panafricaniste convaincu mais je suis d’accord avec lui. Il n’y a aucune honte ni aucune contradiction à être anti-impérialiste et reconnaître que le capitaine Traoré s’est trompé dans ses propos. Notre pays a besoin de tout le monde, analphabètes et intellectuels. Il ne faut pas diviser les Burkinabè. Avançons seulement.

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2023 à 18:43, par Niteteza En réponse à : Sur les « intellectuels » : « Le président du Burkina Faso se trompe », Kwesi Debrsèoyir Christophe Dabiré

    Merci Dr Dabire
    Il y a encore des gens qui réfléchissent au Faso.
    Il y a encore des gens debout au Faso

    Répondre à ce message

  • Le 31 août 2023 à 09:39, par blanc non colonialiste En réponse à : Sur les « intellectuels » : « Le président du Burkina Faso se trompe », Kwesi Debrsèoyir Christophe Dabiré

    bravo pour cet article
    j’ajoute le mauvais paysan accuse toujours sa daba

    Répondre à ce message

  • Le 31 août 2023 à 10:10, par Jonathan En réponse à : Sur les « intellectuels » : « Le président du Burkina Faso se trompe », Kwesi Debrsèoyir Christophe Dabiré

    Bonjour, de toutes façons il n’ y a que Kwesi D. C DABIRE pour réagir à ce qu’a dit notre président sur les intellectuels. Rien d’étonnant pour moi. Un intellectuel qui s’assume est un vrai intellectuel. J’approuve parce qu’à l’avenir nos dirigeants feront plus attention à ce qu’ils disent

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Contribution sur l’état de la nation
Burkina Faso : Justice militaire et droits de l’homme