LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Quand un enfant a les mains propres, il prend son repas dans le cercle des anciens.” Les proverbes et adages du Burkina Faso

Lutte contre la torture : Une journée commémorative célébrée à Bobo-Dioulasso en soutien aux victimes

Publié le mercredi 5 juillet 2023 à 21h30min

PARTAGER :                          
Lutte contre la torture : Une journée commémorative célébrée à Bobo-Dioulasso en soutien aux victimes

Le PNUD a organisé du 3 au 5 juillet 2023 à Bobo-Dioulasso, la cérémonie commémorative de la journée internationale de soutien aux victimes de la torture. Au Burkina Faso, elle est placée sous le thème « Commémorer la journée de soutien aux victimes de la torture dans un contexte de crise sécuritaire, un moyen de réhabilitation pour les victimes et une stratégie pour la consolidation du tissu social ».

Lancée officiellement le mercredi 5 juillet 2023, la commémoration de cette journée vise à sensibiliser l’ensemble de la population en général et en particulier les Forces de défense et de sécurité (FDS), les Volontaires pour la défense de la patrie (VDP), les agents de santé, les Organisations de la société civile (OSC) et tous ceux qui agissent au nom et pour le compte de l’Etat sur les conséquences des actes de tortures et sur le caractère absolu de son interdiction au regard des engagements internationaux du Burkina Faso.

Elle vise par ailleurs à faire une large diffusion de la convention contre la torture et les pratiques assimilées ; susciter le partage d’expériences et de bonnes pratiques sur la prévention de la torture et des pratiques assimilées ; rappeler les actions en cours dans le cadre de la prévention de la torture au Burkina Faso de même que la situation de mise en œuvre des recommandations du sous-comité contre la torture lors de sa visite au Burkina Faso ; rappeler les efforts de communication en vue de prévenir et réprimer les actes de torture et les pratiques assimilées…

Au regard du caractère grave de la torture et de son impact sur les personnes qui en sont victimes, l’Assemblée générale des nations-unies a adopté plusieurs textes visant à protéger les droits humains tels que la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains et dégradants, la déclaration universelle des droits humains… En outre, elle a, à travers la résolution 52/149 du 12 décembre 1997, adopté et proclamé une journée internationale en vue de soutenir les victimes de torture. Célébrée le 26 juin de chaque année, cette journée commémore le jour où en 1987, la convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants est entrée en vigueur.

Vue des participants

A l’instar de certains Etats africains, le Burkina Faso a ratifié la Convention contre la torture et autres peines et traitements cruels inhumains ou dégradants, le 4 janvier 1999.

Le dernier rapport du Burkina Faso sur la torture, présenté en 2019, fait état d’inculpation de présumés auteurs d’actes de torture et d’indemnisation de victimes.
Par ailleurs, comme actes de violence, il y a ceux perpétrés par les militaires de Dori dans la nuit du 4 au 5 avril 2023, ces mêmes actes ont été observés à Nagrin dans la nuit du 8 janvier 2023, à Pô, les récents évènements survenus à Karma dans la région du Nord et qui auraient causé une soixantaine de victimes civiles… Cependant sans être qualifiés de tortures, ces actes rappellent l’impérieuse nécessité de poursuivre la sensibilisation pour la prévention des actes de torture.

C’est dans cette optique de résorber ces constats malheureux que le Burkina entend poursuivre la commémoration de la journée internationale de soutien aux victimes de torture cette année 2023 à travers un cadre d’échanges et de partages d’expériences visant à soutenir les victimes, prévenir et réprimer les actes de torture. Les acquis qui seront capitalisés contribueront à une meilleure atteinte des objectifs en matière de lutte contre la torture.

Plusieurs activités se sont déroulées dans la période du 3 au 5 juillet 2023 dont deux conférences sur la torture au profit des forces de sécurité et de défense et au profit des agents de santé, une émission radiophonique sur le thème central qui vise à sensibiliser les populations sur les actes constitutifs de la torture, les acteurs pouvant être coupables des actes de torture, les voies de recours et les différents types de réparations auxquels ont droit les victimes…, un panel avec trois thématiques animés autour du thème international et la présente cérémonie officielle.

Emilienne Sanon, émissaire de la représentante par intérim du PNUD au Burkina Faso

La représentante par intérim du PNUD au Burkina Faso, par la voix de sa messagère Emilienne Sanon, a encouragé le gouvernement burkinabè à mettre en place un mécanisme d’indemnisation et de réparation au profit des victimes de la torture. Elle a félicité la Commission nationale des droits humains et les organisations de la société civile pour leurs efforts quotidiens en matière de promotion, de protection et de défense des droits humains non seulement par les dénonciations des actes de tortures et pratiques assimilées mais surtout pour l’accompagnement des victimes.
Elle souligne par ailleurs que « La pratique de la torture se nourrit de notre silence. C’est pourquoi nous devons briser ce silence en dénonçant les actes de torture et pratiques assimilées afin que leurs auteurs puissent en répondre ».

N’Golo Barro, représentant du gouverneur des Hauts-Bassins

Le gouverneur des Hauts-Bassins par la voix de son représentant N’Golo Barro, note pour sa part une grande satisfaction pour les activités déjà réalisées. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Haoua Touré
Lefaso.net

Portfolio

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique