LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Résistance aux antimicrobiens au Burkina : La FAO et ses partenaires évaluent la situation nationale et le système de surveillance

Publié le lundi 8 mai 2023 à 18h07min

PARTAGER :                          
Résistance aux antimicrobiens au Burkina : La FAO et ses partenaires évaluent la situation nationale et le système de surveillance

L’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) organise un atelier d’évaluations conjointes de la situation et du système de surveillance de la Résistance aux antimicrobiens (RAM) dans les secteurs de l’alimentation et de l’agriculture et de l’utilisation des antimicrobiens (UAM) au Burkina Faso. Ouvert ce lundi 8 mai 2023 à Loumbila, dans la province de l’Oubritenga, région du Plateau central, cet atelier qui se tient jusqu’au 12 mai prochain bénéficie de l’appui financier de l’Agence des Etats unis pour le développement international (USAID) à travers le programme d’action pour la sécurité sanitaire mondiale.

Les antimicrobiens jouent un rôle important dans le traitement des maladies des humains, des animaux et des plantes. Mal utilisés, ces antimicrobiens peuvent favoriser l’apparition et la propagation de microorganismes tels que les bactéries, virus, champignons et parasites microscopiques. Selon Dr Irène Ouoba, coordonnatrice régionale pour la lutte contre la résistance aux antimicrobiens au niveau de la FAO, l’homme, à travers ses actions, est le principal auteur de l’amplification de la Résistance des antimicrobiens (RAM) : prescription excessive d’antibiotiques, et utilisation inappropriée d’antibiotiques dans l’élevage, traitement inachevé des patients, diagnostic insuffisant avant la prise de médicaments, etc.

Une vue des participants à l’atelier d’évaluations

« Si aucune mesure n’est prise rapidement pour réduire le développement et la propagation de la RAM, dix millions de vies humaines par an dans le monde pourraient être en danger d’ici 2050 et cela sera associé à un coût économique énorme », prévient Moussa Maïga, assistant au programme, représentant le Représentant de la FAO, dans son allocution, qui cite une étude réalisée en 2016. Pour lui, cette RAM contribue à compromettre « l’innocuité des aliments, la sécurité alimentaire et le développement économique et social ».

Moussa Maiga, représentant du Représentant-résident de la FAO au Burkina Faso

« Aboutir à un document stratégique »

D’où l’intérêt de cet atelier de Loumbila qui permettra d’évaluer le système de surveillance mais aussi la situation par rapport à ces antibiotiques grâce à des approches développées par la FAO telles que l’approche progressive de gestion de la résistance aux antimicrobiens (PMP-AMR).

« Il est vrai que le Burkina Faso fait un bond par rapport à l’élaboration d’un plan d’actions en 2017 qui a été évalué en 2021. Il y a eu l’élaboration d’un nouveau plan d’actions couvrant la période 2022-2024, mais il est important de voir quel est le niveau par rapport au nouveau contexte et aux défis. La FAO à travers ses experts accompagne le processus depuis le début. Nous voulons aboutir à un document stratégique qui permettra d’assurer un plaidoyer pour un meilleur financement pour la prise en compte de cette problématique qu’est la résistance aux antimicrobiens », a laissé entendre le Dr Pidemnewe Pato, chef d’équipe du centre d’urgence de lutte contre les maladies animales transfrontalières à la FAO.

Les participants ont posé pour la postérité

Notons que pour l’évaluation du système national de surveillance de la résistance aux antimicrobiens dans les secteurs de l’alimentation et de l’agriculture, la FAO a élaboré « FAO-ATLASS » afin d’aider les Etats à cartographier, évaluer et améliorer leur système national de surveillance de la RAM. Il s’agit d’un outil d’évaluation pour les laboratoires et les systèmes de surveillance de la RAM dont « la large diffusion comme support standardisé contribue à l’harmonisation et à la coordination des systèmes de surveillance de la RAM aux niveaux régional, continental et mondial ». L’évaluation au cours de l’atelier va entre autres concerner les activités de surveillance nationale de la RAM liées à la production, la collecte et à l’analyse de données, à la structure de gouvernance, à la communication et à la durabilité.

La FAO aux côtés du Burkina Faso

Le Dr Abibata Zerbo, représentante du directeur général des services vétérinaires, a d’ailleurs salué l’implication de la FAO qui a contribué à la mise en œuvre de ce plan d’actions par un soutien technique et financier pour les campagnes de sensibilisation durant les célébrations des semaines de la RAM et la sensibilisation des professionnels publics et privés de la santé animale sur la résistance aux antimicrobiens (RAM). La FAO a également formé des évaluateurs du système de surveillance de la RAM, en utilisant l’outil FAO-ATLASS et en finançant l’évaluation du système national de surveillance RAM et la capacité du laboratoire Central vétérinaire à détecter la RAM.

Dr Abibata Zerbo, représentante du directeur général des services vétérinaires a présidé la cérémonie d’ouverture

Pour « une seule santé »

Selon le secrétaire exécutif de la Plateforme nationale de coordination One Health, Dr Issaka Yaméogo, seule une “One health” (une seule santé) permet de lutter efficacement contre les maladies causées par les germes chez les hommes, les animaux et même les végétaux. Pour lui, l’atelier permettra de renforcer les capacités des différents secteurs One health du Burkina dans la lutte contre la RAM et l’utilisation rationnelle des antimicrobiens. Il a remercié la FAO pour son appui technique et financier pour la tenue de l’atelier et les différents partenaires techniques et financiers comme USAID qui sont aux côtés du Burkina pour renforcer ses capacités dans la mise en œuvre de l’approche One health.

Dr Issaka Yaméogo, secrétaire exécutif de la Plateforme nationale de coordination One Health

Fredo Bassolé
Lefaso.net

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique