LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Quand un enfant a les mains propres, il prend son repas dans le cercle des anciens.” Les proverbes et adages du Burkina Faso

L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

Publié le vendredi 3 février 2023 à 10h44min

PARTAGER :                          
L’humeur de Sayouba Traoré :  Vous voulez nier l’histoire ?

On assiste aujourd’hui à une gymnastique étrange. Le plus surprenant, c’est que des Africains disant haut et fort qu’ils se battent pour la libération de l’Afrique en sont les auteurs.

Voyons les faits. Pendant des siècles, musulmans et chrétiens ont éventré le continent africain. Et ils se sont servis comme on puise dans un coffre-fort. Ils ont pris les richesses. Ils ont pris des hommes. Ils ont colonisé les esprits de ceux qui ont pu s’échapper.

Comment je peux dire de telles choses ? Dans la vie, on ne peut pas être malchanceux en tout. Nos ancêtres n’ont laissé aucun document. Par chance, musulmans et chrétiens écrivaient beaucoup. Et ils nous ont laissé des témoignages.

Donc les conquérants eux-mêmes racontent leurs campagnes de dévastation contre l’Afrique et les Africains.

Et les descendants de ces Africains suppliciés, martyrisés, se lèvent aujourd’hui pour tenter de travestir les faits. Des faits historiquement authentifiés jusque dans les Livres Saints.

Certains de ces enfants d’Afrique veulent même faire un distingo impossible. On accable les chrétiens, et on maintient fermement un silence de plomb sur les ravages de la conquête musulmane. Disons tout de suite que c’est impossible. Une mauvaise action ne l’est pas en fonction de celui qui a commis l’acte. Une action est mauvaise intrinsèquement. C’est-à-dire en elle-même et par elle-même. Ce qui pue, pue. Et les trafics et travestissements n’y peuvent rien.

Il est de coutume sur les réseaux sociaux de laisser le contenu d’un écrit, pour aller s’attaquer à la personne de celle ou celui qui écrit. Ignorer ce qui vous gêne et s’en prendre à celui qui le dit est une ruse qui devrait faire honte à ceux qui en usent.

Je vous mets à l’aise tout de suite. Je suis la plus mauvaise personne sur terre depuis la naissance de l’humanité. J’ai tous les défauts du monde, du sous-sol au ciel. Je suis même pire que tout ce que vous pouvez dire ou imaginer. Ajoutez à cela tout ce que vous voudrez.

Cela entendu, puisque nous sommes d’accord sur la nature vile et servile de ma personne, concentrons-nous maintenant sur la substance de cet écrit. Vous ne pouvez pas, vous ne pourrez pas, vous ne réussirez pas à libérer l’Afrique et les Africains à moitié. Une lutte qui se fonde sur un mensonge aussi flagrant ne peut connaître le succès.

Sayouba Traoré
Journaliste, écrivain

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 3 février 2023 à 11:05, par Cellou En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

    Bravo cher grand frère Sayouba pour la pertinence de vos propos. Proprement écœurant ce qui se trame.

  • Le 3 février 2023 à 11:07, par Negblanc En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

    Mon cher Sayouba vous avez encore mis le doigt où il faut ! Revisons notre philo du lycée : Tous les hommes sont mortels, Socrate est un homme, donc Socrate est mortel ! Tous les mammifères sont des animaux, l’homme est un mammifère donc l’homme est un animal ! Pour ceux qui ne vous ont pas compris j’ajoute : il n’ y a pas un esclavagiste meilleur que l’autre.
    Merci pour votre contribution.

  • Le 3 février 2023 à 11:08, par Seydou SESSOUMA En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

    " Pendant des siècles, musulmans et chrétiens ont éventré le continent africain. Et ils se sont servis comme on puise dans un coffre-fort. Ils ont pris les richesses. Ils ont pris des hommes. Ils ont colonisé les esprits de ceux qui ont pu s’échapper".
    "Et les descendants de ces Africains suppliciés, martyrisés, se lèvent aujourd’hui pour tenter de travestir les faits. Des faits historiquement authentifiés jusque dans les Livres Saints".
    "Certains de ces enfants d’Afrique veulent même faire un distingo impossible. On accable les chrétiens, et on maintient fermement un silence de plomb sur les ravages de la conquête musulmane. Disons tout de suite que c’est impossible".

    Je suis curieux de savoir ou de connaitre les sources ou les preuves infaillibles et indiscutables, des ravages de la colonisation ou de l’invasion des arabo-musulmans, ou de la civilsation arabo-musulmane ! Vraiment .

    • Le 3 février 2023 à 11:48, par Sayouba Traoré En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

      Si vous voulez que je vous démontre que l’eau ça mouillé, et que le feu ça brûle, je ne peux rien pour vous.

      • Le 3 février 2023 à 13:51, par Raogo En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

        @ Seydou SESSOUMA
        Monsieur vous êtes de mauvaise foi ! Car assurément vous niez vos cours d’histoire si réellement vous en avez eu.
        User de Google
        c’est avec l’épée que les arabes musulmans ont convertis de force (vie avec le coran, ou la mort, tête décapite) nos peuplades africaine. Ce n’est pas un secret de polichinelle.

      • Le 3 février 2023 à 14:30, par Elle En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

        Chapeau à vous monsieur Traoré. Ce monsieur qui feigne la vérité, il peut aller lire le " l’esclavage arabo musulman ou le génocide voilé" de Tidiane N’Diaye. Il s’est bassé sur sur des preuves scientifiques pour écrire son document. Là-bas, il aura les sources.

      • Le 3 février 2023 à 18:21, par Amadoum En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

        Grand frere Sayouba une fois de plus je vous tire mon chapeau pour votre courage et votre perspicaté.
        Oui ...du courage il en faut sous nos cieux pour dire certaines verités qui crevent les yeux.
        La reaction de certaines personnes est la pour l attester.
        Nous Africains on a refusé de parler des idees mais des hommes.
        Tu as du remarqué que en cette periode trouble nombreux sont les intellectuel qui evitent de prendre la parole au risque d etre taxé d Apatride par un ignare.Que Dieu benisse le Burkina

      • Le 3 février 2023 à 20:11, par Costa En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

        Cher Sayouba c est avec ça nous on vit au faso.Qq part un enfant de 10 ans comprend ou conteste mais avec des arguments.Ici on n est pas d accord et point barre.Pcq je m appalle Sessouma

      • Le 5 février 2023 à 12:16, par Dedegueba Sanon En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

        Grand-frère tu n’aurais pas dû lui répondre. Il se prénomme Seydou (si ce n’est pas un pseudo), et son nom Cessouma renvoie ici au Burkina à l’ethnie sénoufo en général, et le nanergué en particulier, qu’on rencontre dans la zone de N’dorola. Le groupe taguana plus répandu, étant localisé plus sud jusqu’à Katiola en Côte d’Ivoire, et aurait comme centre principal Sikasso au Mali . Le troisième groupe de sénoufo est appelé myanga (d’où serait issu Assimi) qu’on retrouve dans la zone de Koutiala, toujours au Mali . Cette digression, c’est pour partir de l’hypothèse que ce monsieur est sénoufo, et donc africain probablement noir... Alors s’il est noir, j’aimerais bien qu’il nous montre en guise de démonstration, comment sont arbre généalogique l’emmène en Arabie Saoudite, comme il se prénomme Seydou ? Sinon les prénoms sénoufos sont Zanga, Melegué, Kalogo, Gnaman, Klangboro, Kadari, Tieba, Pê, Kpèrè, Katien, Wayiribé, Perefolo etc, etc.. Et je suis persuadé que son ancêtre n’avait pas un prénom qui venait d’Arabie. L’africain noir a souffert des arabes et des blancs, d’ailleurs ils sont tous blancs. De plus les arabes continuent de pratiquer l’esclavage. Il y a la Mauritanie juste à côté pour vérifier, sans compter le scandale largement relayé des migrants africains vendus comme esclaves en Libye. C’est cela notre histoire. Et ceux qui expliquent nos misères par le fait que nous ne prions pas véritablement nos ancêtres (saints) ont peut-être raison. Nos pères premiers élèves de l’occident disaient qu’on les avait transformés en "nègres pingouins", c’est à dire qu’ils étaient devenus culturellement des avatars de blanc, mais cela est aussi vrai pour l’arabe. L’islam est africanisé en Afrique, et on parle de sincretisme réligieux.
        Il faut voir comment les lutteurs sénégalais sont bardés d’accessoires dans les arènes.Je suis même persuadé que leur président Macky SALL, (comme la plupart des sénégalais, même intellectuels de haut niveau), doit avoir un bracelet (talisman) ou plusieurs, soit au coude soit à la cheville.... sinon il n’est pas sénégalais.

    • Le 3 février 2023 à 13:41, par Raogo En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

      @ Seydou SESSOUMA

      - "Certains auteurs vont plus loin en considérant que les Africains sont prédestinés à l’esclavage. Ibn Khaldūn lui-même considère que « les Africains sont en général soumis à l’esclavage, du fait de leur faible degré d’humanité et de leur proximité de l’état animal »16. Plus tard, le souverain marocain Mūlāy Ismā’īl ( 1668-1727) considérait que l’ensemble des Noirs établis dans son territoire devaient être considérés comme des esclaves. Encore au 19e siècle, voire même au début du siècle suivant, de nombreux Arabes du Maghreb considéraient que le simple fait d’être noir de peau suffisait à justifier la mise en servitude d’un individu – ce qui donna d’ailleurs lieu à des discussions juridiques, notamment au Maroc (Hunwick et Troutt Powell, 2002 : 42).

      74Ainsi, si les Africains ne furent pas les seuls à subir l’esclavage dans le monde musulman, ils sont en tout cas les seuls à y être associés de manière « naturelle ». Or, le rejet le plus total de l’africanité se retrouve généralement dans les zones où l’esclavage a connu un développement important et où son abolition est récente, voire pas encore totalement effective. On a évoqué plus haut le cas des tribus arabes du Nord du Soudan, qui mettent en évidence leurs origines arabes au détriment de leurs origines nubiennes. Mais il s’agit de tribus d’hommes libres. Ailleurs, revendiquer des origines arabes efface tout doute sur les origines serviles – forcément honteuses – de la personne concernée. C’est le cas de certains Harratīn de Mauritanie, arabophones, coupés culturellement de leurs racines africaines et marqués par la honte de la servilité. C’est aussi le cas chez certains peuples du centre et du sud du Soudan, où le clivage Africain/Arabe et esclave/homme libre est particulièrement marqué, certains associant même la résistance du Sud du pays avant le condominium anglo-égyptien à une lutte contre l’esclavage (Deng, 1995 : 74 sq.)."

      - L’Islam noir en Afrique [article]
      sem-linkRavane Mbaye
      Revue Tiers Monde Année 1982 92 pp. 831-838

    • Le 3 février 2023 à 15:50, par Kouda En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

      C’est de vous justement dont parle Sayouba Traoré, un Yadéga qui n’a pas sa langue dans sa poche.
      On ne peut rien pour vous autres. L’esclavage des arabes a été pratiqué sur une période bien plus longue et les vestiges de cet esclavage perdurent aujourd’hui. De toutes les façons, ils nous reviennent avec des courants d’islam très violents et radicaux qu’ils financent.

    • Le 3 février 2023 à 15:53, par Passakziri En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

      Bonjour Seydou Sessouma,
      Ahii !?? Vous voulez dire quoi au juste ? Je ne pense pas que c#est le lieu de chercher des preuves que personne ne va vous livrer d’ailleurs. Neanmoins on peut vous donner des pistes . Par exemple utilkiser un moteur de recherche sur le théme si les sources vous intéressent vraiment.

      Passakziri

    • Le 3 février 2023 à 21:40, par Renault HÉLIE En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

      @Seydou SESSOUMA
      Monsieur Seydou SESSOUMA (ou plutôt « Ya Sayyidee Seyyidou SESSOUMA », car en arabe, « Monsieur » se dit « Sayyidee » ) je vous réponds plus loin.
      Visiblement, vous connaissez fort mal l’histoire de l’Afrique, qui a été ravagée par l’esclavage entre 650 et 1500, avant même que les Européens ne sortent d’Europe. Cet esclavage-là, massif, gigantesque, se pratiquait « entre subsahariens », et aussi « au profit des Arabo-musulmans. »
      Même un pays « noir » comme l’Éthiopie razziait allègrement ses voisins « bantous » pour les esclaver, et aussi pour les revendre aux voisins arabes.

      • Le 5 février 2023 à 13:06, par Dedegueba Sanon En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

        Mon ami, d’accord avec toi que les peuples noirs pratiquaient aussi cet esclavage. D’ailleurs certains chefs servaient de coxers aux blancs qui venaient chercher les esclaves capturés, sur nos côtes pour le célèbre commerce dit "triangulaire", qui a enrichit les esclavagistes européens.. Merci au passage pour l’étymologie du prénom Seydou, je comprends mieux à présent ce prénom. Sans doute il en existent beaucoup de prénoms dits arabes portés par des africains qui n’en connaîssent pas vraiment le sens. C’est le cas de nos pélérins qui pâment de plaisir avec les titres de El Hadj, ou Adja.
        Moi en Bobo, si tu me dis que ton prénom est : Tolo, Sogo, Do, Zou, Sogoda, Segué, Dafra, etc etc, je vois tout de suite à quoi ces prénoms renvoient. Mais, Seydou, Aziz, Moctar, Abdoulaye, Jean, Luc, Joseph, Noël, tous ces prénoms venus du même coin, ne veulent rien dire culturellement pour moi.
        Mais pour la pratique générale de l’esclavage, comme je te soupçonne de vouloir dédouaner le peuple européen de ce fléau, je te rectifie en disant que les blancs aussi pratiquaient cet esclavage entre eux. Et ce n’est pas pour rien que le mot esclave a une résonance qui rappelle le mot "slave". C’est comme si le "slave" s’était mué en "ex slave", qui finit par donner "esclave". Parce que les citoyens de l’Europe occidentale se considèrent comme supérieurs aux populations slaves et par extension aux russes... C’est même pour cela que Poutine est hyper détesté en occident, d’ailleurs c’est quif quif, car lui non plus ne semble que pas trop vous aimer. Seulement, la couleur de la peau, et celle des yeux font que vous vous sentez plus proches de ces populations que de nous les peaux noires. Une dame et un monsieur sans doute de l’extrême droite ont déclaré sur un plateau de télé, que les ukrainiens vous ressemblaient plus que les africains, et donc étaient les bienvenus en France.
        Pire cette couleur de peau faisait que même les indiens que l’Espagne avait fait venir d’Amérique, lors de la contreverse de Valladolid, étaient hiérarchiquement considérés supérieurs aux noirs. L’occident était disposé à accorder la nature humaine aux indiens, tandis que le noir était encore sous la trappe, avec les rats.
        D’ailleurs la ministre allemande des affaires étrangères vient d’insinuer que Lavrov Sergei le russe (encore eux) ne vient pas en Afrique pour voir les leopards, mais pour dénigrer l’occident. Une façon de dire qu’en Afrique il n’y a que des animaux sans doute ? Les habitudes ont la peau très dure.
        .

        • Le 7 février 2023 à 20:21, par Renault HÉLIE En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

          @Dedegueba Sanon
          Très cher Monsieur Dedegueba Sanon, j’avais composé un texte long et structuré pour vous décrire la terrible violence de l’invasion et de l’esclavage arabo-musulmans lors de la conquête de l’Ifriqiya, c’est-à-dire de l’Afrique du nord blanche, berbère, chrétienne, juive et animiste entre 650 et 750 après JC.
          Malheureusement, ce texte a été perdu dans les entrailles électroniques du site « Lefaso.net ». Il y avait aussi d’autres remarques vérifiables sur l’histoire de l’esclavage.

          Deviser intelligemment avec vous sur l’histoire de l’Afrique, de l’esclavage, des multiples colonisations me convient, et vous avez l’air intéressant et intéressé, avec un certain plaisir pris aux polémiques musclées. Cependant, le système des forums par article du site « Lefaso.net » n’est guère commode pour dialoguer. Il faudrait presque un forum spécialisé.

          Pour ce qui est de l’invasion de l’Afrique du nord, sachez qu’elle fut terriblement violente et s’est faite en deux temps. Une première invasion a échoué face à la résistance farouche de princes berbères, suivie d’un seconde où la légendaire Kahena, prêtresse ou princesse, se battit férocement jusqu’à la mort contre les envahisseurs. L’invasion prit alors la tournure d’une vengeance génocidaire contre les peuples berbères-amazighes qui refusaient la soumission. Il y eut des pyramides de têtes coupées et des millions de déportés en esclavage, au point que le Maghreb perdit un tiers de sa population et que le prix des esclaves berbères chuta au Moyen-Orient, tellement les apports étaient massifs.
          En effet, les jeunes femmes berbères étaient appréciées des arabes pour leur teint très clair, leurs cheveux blond-roux et leurs yeux clairs verts ou bleus. Ces caractères physiques restent fréquents dans les régions montagneuses du Maghreb, nord du Maroc, Kabylie, Aurès ou Nord-Ouest de la Tunisie. Avez-vous remarqué les yeux bleus de Bouteflika, de Zidane ou de Éric Zemmour, tous trois génétiquement berbères ? D’ailleurs « Zemmour » est un terme amazigh désignant l’olivier. Remarquez que les longs nez pointus ou crochus sont très fréquents chez les Maghrébins, contrairement au physique « congolais » ou « chinois ». Ainsi, le très raciste Éric Zemmour, avec son nez en lame de couteau et ses yeux bleus serait difficile à repérer dans une foule algérienne ou marocaine...

          Ensuite, les arabo-berbères ont « amorcé la pompe » de l’esclavage subsaharien. Ils allaient chercher des esclaves noirs au Soudan, ancien nom du Mali, « bilad es Soudan » signifiant « pays des noirs », et cela a duré 12 siècles. Certes on prenait soin de châtrer les garçons noirs, mais l’apport de jeunes filles noires a fini par implanter beaucoup de gènes subsahariens au Maghreb, à tel point qu’un marocain sur six est noir. Le Roi du Maroc a une grand-mère noire, vive l’unité africaine ! Paradoxalement, les Nord-Africains, Libyens et Égyptiens ont plus de gènes « noirs » aujourd’hui que dans l’antiquité, cela a été démontré récemment par des généticiens.
          Il reste encore beaucoup de traces du passé esclavagiste chez les arabo-berbères, bien que ce soit souvent nié, en particulier par les autorités algériennes. Il y a hélas aussi du racisme négrophobe ; un subsaharien a plus de chance d’être agressé racistement en Algérie qu’au Limousin ou au Danemark.

          Vous avez évoqué l’étymologie du mot « esclave », je la confirme. Ce terme, « esclave/esclavon/schiavone/saqaliba/slaviani », désignait d’abord les Slaves des Balkans, qui étaient revendus aux arabo-musulmans sous le nom de « Saqalibas ». Ils étaient fort appréciés des Arabes qui prisaient les femmes très claires, ainsi que les solides esclaves-soldats grands et blonds. En langues slaves, toutes assez proches du russe, le terme « Slaviani » désignait « ceux qui parlent notre langue ». Remarquez que, parmi ces « Saqalibas », on mêlait aussi des Germains et des Celtes ; encore des grands-blonds-roux avec des yeux clairs. Bien entendu, les Européens du Moyen- ge, sans trop utiliser eux-mêmes des esclaves, revendaient avec profit leurs captifs aux Arabo-Musulmans.

          Tout cela montre que l’esclavage a touché tout le monde, noirs, blancs, hindous, chinois, grecs, slaves, germains, celtes, berbères, etc. Il a juste été aboli et combattu plus tard en Afrique et en Asie. Il a hélas ressuscité en Europe dans les camps de concentration nazis et communistes, comme en Chine avec les malheureux Ouïghours. On peut dire que l’esclavage est un mal inhérent à l’espèce humaine qui peut se réveiller à tout moment et en tout endroit sur la Terre.

          Passez une bonne soirée chez vous !

          • Le 9 février 2023 à 07:46, par Dedegueba Sanon En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

            Pour une fois, à mon corps défendant je dois vous dire merci pour ce cours d’histoire. Parfois on peut s’entendre parfois c’est la discorde. Au fond tous les blancs ne sont pas mauvais.
            Mais je n’enlève pas mes gants, blanc reste blanc .. 😎

  • Le 3 février 2023 à 11:15, par pfff En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

    Merci pour cette prise d’opinion à laquelle j’adhère pleinement. Peindre l’historie en rose ou en noir revient à construire son passé des fondations de sable, et de prendre le risque un jour ou l’autre de le voir le tout s’effondrer.
    .
    Si vous avez tous les défauts du monde, je suis encore pire, je suis français, le Diable est de mes serviteurs.

  • Le 3 février 2023 à 12:40, par Zoundi En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

    Le génocide voilé - enquête historique
    de Tidiane N’Diaye
    Aux Editions Gallimard dans la collection Continents noirs
    Une enquête historique sérieuse sur la traite des Noirs d’Afrique par le monde arabo-musulman.

    Ce livre dérange car il remet en cause bon nombre d’idées reçues sur un sujet encore sensible : l’esclavage en Afrique, principalement vu du côté arabo-musulman.

    Son auteur, Tidiane N’Diaye, est un anthropologue et un économiste de renom franco-sénégalais travaillant pour l’INSEE et auteur de nombreuses études et publications scientifiques.

    Son ouvrage au titre sulfureux et intrigant, paru en 2008, ne pouvait que présenter une vérité forte et troublante.

    Tout commence en 652, date à laquelle un traité de paix, connu sous le nom de Bakht, entre l’émir Abdallah ben Saïd et le roi de Nubie Khalidurat stipule, entre autres avantages, la livraison chaque année de 360 esclaves des deux sexes en échange de l’absence de guerre.

    Ce fut le début d’un long processus pendant lequel l’Afrique fut mis à sac, ponctionné par des prélèvements réguliers de populations emmenées en esclavage dans les pays du Golfe jusque dans l’empire Ottoman.

    Cette traite des noirs par des arabo-musulmans ne s’acheva - officiellement - qu’au XXe siècle, ce qui nous donne l’ampleur du massacre.

    Car massacre il y eût. Il fut de taille et toute tentative de le quantifier s’avère impressionnante : « du VIIe au XVI siècle, pendant près de mille ans, … , [furent déportés] près de dix millions d’Africains avant l’entrée en scène des Européens. ».

  • Le 3 février 2023 à 13:19, par Enfant de Boussé En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

    @seydou SESSOUMA,
    L’esclavage européen était en Afrique de l’Ouest et l’esclavage arabo-musulman en Afrique de l’ Est et Afrique Centrale.
    Les recherches historiques conduisent aujourd’hui à penser que l’esclavage arabo-musulman a fait plus de victimes que l’esclavage européen. Malheureusement, la traite arabo-musulmane est volontairement occultée dans les mémoires de l’esclavage et les recherches sont menées essentiellement . La traite arabo-musulman a duré 1400 ans et la traite occidentale.
    Je vous envoie au livre de Tidiane N’Diaye "Le génocide voilé : Enquête historique ".
    C’est cette traite que explique la présence de population noire dans les pays arabes et surtout dans les pays du maghreb.
    Vous pouver également vous interroger sur la manière dont l’islam est arrivé, il y a beaucoup d’écrits sur le sujet. Il faut lire, chercher à comprendre, s’interroger.

  • Le 3 février 2023 à 13:28, par Raogo En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

    @ Cher Aine !!!!!
    Sayouba Traoré
    Sous d’autre cieux et selon certaines situations les auteurs de "négation" sont punis par la Loi ci-dessous citée :
    Faudrait une loi aussi pour empêcher certains de vouloir falsifier et nier les faits et témoignages historique avérés et patents !!!

    "Le délit de négationnisme" :

    La loi Gayssot innove en ce qu’elle instaure un nouveau délit en son article 9 : la contestation de l’existence de crimes contre l’humanité tels que définis dans le statut du Tribunal militaire international de Nuremberg :

    « Seront punis des peines prévues par le sixième alinéa de l’article 24 ceux qui auront contesté, par un des moyens énoncés à l’article 23, l’existence d’un ou plusieurs crimes contre l’humanité tels qu’ils sont définis par l’article 6 du statut du tribunal militaire international annexé à l’accord de Londres du 8 août 1945 et qui ont été commis soit par les membres d’une organisation déclarée criminelle en application de l’article 9 dudit statut, soit par une personne reconnue coupable de tels crimes par une juridiction française ou internationale [...] »

    Le crime contre l’humanité visé est « l’assassinat, l’extermination, la réduction en esclavage, la déportation, et tout autre acte inhumain commis contre toutes populations civiles, avant ou pendant la guerre, ou bien les persécutions pour des motifs politiques, raciaux ou religieux, lorsque ces actes ou persécutions, qu’ils aient constitué ou non une violation du droit interne du pays où ils ont été perpétrés, ont été commis à la suite de tout crime rentrant dans la compétence du Tribunal, ou en liaison avec ce crime. »

  • Le 3 février 2023 à 14:37, par Saouba Savadogo En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

    Nos ancêtres ont laissé des écrits en arabe. Puisqu’ils nous ont détournés de ces écrits. .

  • Le 3 février 2023 à 15:12, par Maxence En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

    Cher Monsieur Sayouba TRAORE
    Je propose que vous preniez la tête d’une coalition de journalistes, de membres d’ONG, d’avocats et autres et que vous créez un gigantesque "Sahel hold-up". Dévoilez tout sur les origines du terrorisme au Sahel, les financeurs, les marchands d’armes, les intermédiaires, les banques de transfert, les complices locaux etc.
    Là, vous ferez vraiment œuvre utile.
    Pour l’heure, merci d’avoir fait allusion dans votre écrit à l’esclavage arabe sur l’Afrique (un historien Sénégalais est très explicite sur la question) et de l’esclavage occidental sur cette même Afrique.

  • Le 3 février 2023 à 15:13, par SAVADOGO.M En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

    Tant qu’il n’y aura pas de reconnaissance, de repentance, de réparation pour les crimes commis en Afrique par les conquérants orientaux et occidentaux, il n’y aura pas de paix et de stabilité . Appelons les choses par leurs noms comme le faisait le feu camarade Thomas Sankara.

  • Le 3 février 2023 à 15:15, par Ed En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

    Il faut être clair.
    Les faits du passé peuvent être infiniment regrettables mais les humains du présent ne sont pas responsables des actes de ceux qui les ont précédés.
    Nous sommes responsables de nos pensées et de nos actes. Il appartient à chacun de prendre conscience de ce qui nous limite et d’évoluer.

  • Le 3 février 2023 à 15:43, par Keletiguu@comcast.net En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

    @Sedou sessouma, il fault just se referee au livre d histoire et avoir le sense does mots. L education eat payante

  • Le 3 février 2023 à 19:34, par Bak En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

    J’ai l’impression que certains ne trouvent pas leur chemin dans le choix actuel des autorités de la transition. Là, ils passent par des détours dans le français pour exprimer leur désarroi. Mieux vaut appeler le chat par le chat et on continue... Sinon, je n’ai compris dans cet article.

  • Le 3 février 2023 à 23:16, par Baoyam En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

    On assiste aujourd’hui à une gymnastique étrange. Le plus surprenant, c’est que des Africains disant haut et fort qu’ils se battent pour la libération de l’Afrique en sont les auteurs.

    Nous dire qui sont ces Africains serait très utile non seulement dans la délimitation du champ d’application de l’écrit mais aussi dans le débat. Je suppose que l’objectif de l’écrit est de faire évoluer les esprits.

    Ce que vous décrivez n’est qu’un pan de l’aliénation des Africains. Ils adoptent les religions, les philosophies, les pratiquent qui viennent de l’extérieur (occident, arabe, asie) et se sentent honteux de leur propre culture. Étendons cela aux langues, aux prénoms, etc. Effectivement, c’est absurde de considérer que le monde arabo-musulman a té moins violent dans la conquête de l’Afrique que l’occident.

    • Le 4 février 2023 à 09:16, par Sayouba Traoré En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

      "Nous dire qui sont ces Africains". D’abord je n’écris pas une thèse. Ensuite, je ne peux pas satisfaire tout le monde. Enfin, je n’ai pas la volonté ni la prétention de répondre à toutes les questions. Vous vivez en Afrique ? Sur la planète Terre ? Les débats qui agitent notre société ont pu vous échapper ?

      • Le 5 février 2023 à 08:40, par Baoyam En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

        Si le lecteur est censé avoir réponse à tout ça, votre ecrit n’a peut-être plus sa place. Le débat de société dont vous parlez se fait aussi sur lefaso.net et dans des écrits comme les vôtres. Ceux qui ne sont pas en Afrique ou qui y sont mais choisissent de s’informer au moyen d’écrits comme ceux du faso.net méritent-ils d’être exclus de ce débat ?

        Vous aimez faire allusion à des non-dits et quand on attire votre attention là-dessus, vous répondez en disant que voua n’écrivez pas une thèse. Pas besoin d’une thèse pour être explicite dans vos propos. Même un paragraphe suffit.

    • Le 7 février 2023 à 22:40, par Renault HÉLIE En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

      @Baoyam
      Monsieur Baoyam, remarquez que les Européens et les Américains du Sud comme du Nord ont adopté des « religions importées » qui viennent d’Asie, comme beaucoup d’Africains au nord et au sud du Sahara.
      Le Judaïsme est une religion née en Palestine et Mésopotamie, pays d’Asie (avec une influence égyptienne d’Afrique).
      Le Christianisme est une religion née en Syrie, pays d’Asie.
      Le Baha’isme, le Zoroastrisme, le culte antique de Mithra viennent d’Iran.
      Le Bouddhisme vient de l’Inde, pays d’Asie ; Bouddha lui-même était un prince hindou, son physique n’avait rien de chinois.
      La plupart des religions « indigènes » et cultes animistes des Européens ont plus ou moins disparu, mais subsistent à l’état de traces dans certaines fêtes (Halloween), certaines coutumes (arbre de Noël d’origine germanique, un vieux culte animiste de l’arbre) et .... la sorcellerie. Il y a beaucoup de traces de totémisme animiste dans les prénoms européens : « Bernard-Bern Hard » signifiait « Ours Vaillant » en langue francique-germanique, « Artur-Arto Rix » signifiait « Ours Roi », « Léon-Leo » signifiait « Lion », etc.

      • Le 8 février 2023 à 17:00, par Boayam En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

        Ce que vous dites est vrai mais vous n’en tirez pas de conclusion. L’Europe a adopté une religion venant d’Asie, vrai. Mais cette religion a plongé l’Europe dans l’obscurantisme pendant combien de siècles ? Il a fallu la "renaissance" pour renouer avec la pensée rationnelle et les mythologies pré-chrétiennes. L’Europe a pris plus de quinze siècles pour digérer le christianisme et l’apprivoiser. Si l’Afrique doit suivre ce trajet (aussi bien pour l’islam et le christianisme), imaginez le drame ! C’est précisément ce drame que nous vivons actuellement et que "Dieu nous en garde" d’y vivre pendant plus de dix siècles encore !

        • Le 9 février 2023 à 23:42, par Renault HÉLIE En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

          @Boayam
          Mon cher « Boayam », vous tombez dans le faux cliché fréquent : présenter le Moyen-Âge européen comme une période d’obscurantisme et de stagnation. C’est faux ! C’est tout simplement faire preuve d’inculture historique. Dès Charlemagne, on parle déjà de « renaissance carolingienne » après le marasme du Haut-Moyen-Âge entre 500 et 800.
          À partir de l’an 1000, le Moyen-Âge est une période de progrès continu : architecture, art militaire, technologie, métallurgie, agriculture, navigation et même science. Il y a même eu de véritables révolutions industrielles ! En particulier, l’Église et ses abbayes étaient un puissant outil de progrès qui n’existait pas hors d’Europe. C’est simple, au moment des croisades vers 1100, on a bien vu que l’Europe féodale pouvait dominer le monde musulman, qui lui n’arrêtait pas de décliner depuis 800 après JC.

  • Le 3 février 2023 à 23:28, par Alpha2025 En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

    Comme toujours, Sayouba reste Sayouba.
    A l’@enfant de Boussé qui situe l’esclavage par les occidentaux en Afrique de l’ouest et celui par les arabes en Afrique orientale et centrale, je lui préciserai que de de nombreux esclaves ont été déportés à travers le Sahara, zn direction de la péninsule arabique et que cela concernait principalement l’Afrique occidentale. C’est ce qu’on a appelé la traite transsaharienne.
    Effectivement, c’est curieux. Personne ou presque ne parle de la traite en direction de la péninsule arabique aujourd’hui. Ce fait est vraiment curieux et mériterait des recherches pour une explication.
    Autre fait qui mérite d’être expliqué : alors qu’il y a semble t’il environ 80 millions de noirs dans les Amériques, on ne parle pratiquement pas de la population noire en péninsule arabique. Que sont-ils devenus ? Sans tabou, on devrait demander des comptes aux pays arabes.
    Autre chose qui mérite d’être signalé : la traite des esclaves n’aurait pas pu se faire si des relais ne capturaient pas les sujets pour les revendre aux négriers. Des opérations en profondeur dans le continent étaient menés pour ce faire. Les souverains des ports à partir desquels ces sujets étaient embarqués percevaient des taxes pour chaque esclave emmené. A ceux qui réclament des réparations pour l’esclavage, vont-ils demander aux Bénin de payer des réparations au titre des taxes percues par le Roi Béhanzin ou vont-il demander le même chose aux maliens au titre de ce que l’Empereur Kankan Moussa a engrangé ? Kankan Moussa est considéré comme l’homme le plus riche de tous les temps. Compte tenu de la fierté qu’il inspire aux maliens, ces derniers devraient payer sans problème !

  • Le 4 février 2023 à 11:26, par SOME En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

    Il faut être niais ou de très mauvaise foi pour nier ce qui est dit ici. Ce sont des faits historiques bien documentés. Et bien d’intellectuels africains ont écrit sur cet aspect. Derrière l’islam et le christianisme, la seule et vraie raison profonde reste le pillage des richesses africaines sous le cache sexe de la religion ou de « la civilisation ». L’adresse du roi Léopold, roi des belges, aux missionnaires en afrique est plus que explicite sur leurs objectifs. La fameuse phrase d Jomo Kenyatta, chef des Mau Mau luttant pour l’indépendance du Kenya est explicite quant à la conscience des africains à ce propos. Etc.

    C’est dire que la problématique n’est point nouvelle, ni dans les faits, ni dans la prise de conscience de la part des africains. La pertinence de l’écrit n’est point à dénier, à moins que l’on soit motivé par la mauvaise foi, ou que l’on soit insuffisamment outillé intellectuellement pour le saisir. Dans les deux cas de figure, c’est grave dans notre situation actuelle. Si l’on le conteste par mauvaise foi, ceci ne fait qu’appuyer les thèses de Sayouba. Si c’est par insuffisance de profondeur intellectuelle, c’est tout aussi grave dans la situation actuelle du monde dans l’art de la guerre. Et il y aurait donc de quoi craindre pour l’avenir de l’Afrique car dans un cas comme dans l’autre cela alimente cette guerre en combattants, les premiers en toute conscience, les second par ignorance. Les premiers exploitant l’Afrique à un autre niveau. Cela obère tout avenir pour l’Afrique.

    Ce qui se joue aujourd’hui en Afrique relève d’un niveau beaucoup plus complexe qu’une simple prétendue guerre djihadiste. Seuls les peu intellectuellement outillés en géopolitique internationale tomberont dans le panneau. Cette guerre au Sahel n’a fondamentalement rien à voir avec l’islam. Cette religion n’est qu’un cache sexe que l’on veut enjoliver de tribalisme. N’est-on pas en Afrique ? C’est si commode ! Et ça marche toujours (ou presque). L’islam africain est un « islam exotique » comme le qualifie une amie musulmane. Il n’a rien à voir dans son ensemble avec l’islam intégriste du moyen orient. Ne pas percevoir cet aspect géopolitique nous condamne à subir encore une deuxième défaite face à ces mêmes hordes qui nous avaient dépouillés sous le couvert de la religion (cf jomo kenyatta).

    L’aspect géopolitique des évènements actuellement en cours au Sahel en particulier, et en Afrique en général, fait que l’article, même pertinent quant aux vérités historiques, ne tombe pas à propos au vu de notre histoire actuelle. Dans l’art de la guerre, la tactique est tout aussi importante que la stratégie. Et dans cette grande guerre asymétrique menée à partir d’un complot international de haut niveau contre l’Afrique (oui ! j’assume mon complotisme !), les armes utilisées sont tellement subtiles que nous ne pouvons l’imaginer.

    Pour moi cet article tomberait bien à propos s’il s’était publié à l’époque lorsque, après la destruction de la lybie par l’OTAN, on était revenu au moyen âge et on vendait les migrants africains a la criée sur la place du marché de Tripoli et sur le marché international sur internet. En quoi est la différence avec le moyen âge de la vente des esclaves sur les côtes américaines ou turques, ou les colonnes d’esclaves dans le Sahara ou dans les cales des bateaux négriers ? Aucune : seule la technologie facilite les transactions.

    Mais à l’époque des événements à Tripoli, personne n’a dit mot sur la négation de l’humanité au negre en lybie, ni les européens, ni les dirigeants africains, pas même les institutions qui se réclament aujourd’hui de démocratie et droits humains. Seul un citoyen marocain (Afrique blanche) avait publié une vidéo qui cernait avec la hauteur qui sied pour un tel événement.

    Pour moi, ressortir cette question à l’étape actuelle de notre lutte n’est pas approprié et ne sert aucunement notre cause africaine. Le passif historique entre l’Afrique « blanche » (sic) et « l’Afrique noire » est une réalité dont nous ne pouvons faire l’économie. Mais le ressortir a l’étape actuelle n’est point du tout approprié, ce me semble évident. Sous la revolution on débattait des tactiques selon les étapes dans la lutte révolutionnaire ; et cet argument qui a été l’argument fondamental pour justifier l’élimination physique de Thomas Sankara. Sankara a été accusé de prendre des décisions qui n’étaient pas appropriées au stade où se trouvait la lutte révolutionnaire au Burkina Faso. Il fallait donc rectifier : on l’a « rectifié », et on en voit les résultats aujourd’hui. Et où sont les rectificateurs aujourd’hui et que font-ils ?

    Sous la révolution de Thomas Sankara, le pays africain qui a le plus soutenu le Burkina, c’est l’Algérie, un pays de l’Afrique « blanche », alors que les pires ennemis de Sankara étaient les dirigeants des pays de l’Afrique « noire », eux qui fulminaient de plus en plus contre la France parce qu’elle tardait à mettre en application leur exigence d’éliminer Sankara qui les gênait. Au lendemain du 15 octobre 1987, ils se sont partagés les dépouilles de Sankara comme trophée de leur victoire ? Qui sa tête, qui sa bague de mariage, qui ceci cela, etc. Au point qu’ aujourd’hui ou on veut l’inhumer il n’y a même plus de restes certifiés.

    Aujourd’hui rien n’a changé : quel est le pays qui soutient le plus le Mali ? C’est bel et bien l’Algérie ? Sans l’Algérie, goita serait renversé depuis longtemps. Aujourd’hui qui veut la peau des dirigeants maliens et burkinabe si ce ne sont pas ces mêmes dirigeants de pays d’Afrique noire, avec en tête ouattara en Côte d’Ivoire (comme par hasard, or le hasard n’existe pas) et les institutions dites africaines telles la CEDEAO, uemoa, etc. Pourquoi l’union africaine est muette, inexistante ? Etc.

    Ouvrir ce front entre les africains est inapproprié à notre situation actuelle. Je sais que certains éplucheront mon intervention (a commencer par Sayouba lui même). Je ne demande à personne de venir applaudir mes interventions, car c’est un forum ; et à l’origine le forum était dédié au débat contradictoire sur les opinions des uns et des autres, et non créer une coterie de béni oui-oui. C’est la ligne argumentaire qui guide dans un débat. Et la valeur centrale qui parcourt ma ligne argumentaire, je la résume pour ceux qui voudraient intentionnellement ou non, m’attribuer d’autres idées : si le contenu de l’article ne souffre pas de contrevérités historiques car vérités déjà documentées, le timing d’ouvrir ce débat est inapproprié et contreproductif quant aux impératifs de notre lutte actuelle.
    SOME

    • Le 4 février 2023 à 12:07, par kwiliga En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

      Bonjour SOME,
      Désolé, encore une fois de m’opposer à vos arguments, mais, de mon point de vue, je trouve à l’inverse le timing pour ouvrir ce débat parfaitement approprié, où peut-être pensez-vous qu’il est déjà trop tard, auquel cas, je pourrais éventuellement être d’accord avec vous.
      Si votre amie musulmane qualifie L’islam africain d’« islam exotique », ce que j’apparente moi à une forme de "soufisme adapté", n’est-on pas capables, vous, moi, votre ami musulmane,... de constater les changements qui s’y opèrent et la radicalité qui s’y instaure ?
      Le propos de Sabouya Traoré m’apparait très clair et absolument d’actualité. Chasser l’impérialisme occidental, renier ses traditions culturelles et cultuelles qu’il nous a imposées,... très bien.
      Très bien, sauf si c’est pour le remplacer par un autre impérialisme, encore davantage radical dans le mépris qu’il conçoit à l’égard de nos peuples et qui fera la pleine négation de nos coutumes et de nos cultures.
      L’islam "exotique" que nous avons connu jusqu’alors était tolérant et adapté, celui qui nous arrive est radical et sans pitié.
      Si vous croyez pas en ça, renseignez vous sur ce qu’il advint du Mali en 2012 et ce qui s’y passe encore aujourd’hui dans certaines régions.

    • Le 4 février 2023 à 13:32, par Sayouba Traoré En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

      J’epluche. J’epluche. Mais pas pour les raisons que vous craignez. J’epluche parce que vous apportez des éléments très intéressants. Ce que je crains pour vous, c’est que vous soyez incompris. On aime tellement les raccourcis aujourd’hui !

    • Le 5 février 2023 à 05:53, par Elle En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

      Bonjour Mr Somé. Moi je dirais que ce poste de Mr Traoré vient à point. Vu ce qui se passe de jours au Burkina Faso, le sentiment anti politique française (ce qui me concerne aussi car j’ai ce sentiment anti politique française) et sentiment anti coloniale sont entrain d’être récupéré et transféré vers des sentiments anti chrétiens et ça, il faut qu’on ait le courage de le dire. Le poste de Mr Traoré pourra diminuer les ardeurs de ces troubles fête et éviter de nouvelles stigmatisation dans notre société, toutes choses qui ne fera pas avancer notre lutte actuelle. Je m’excuse beaucoup du niveau de mon français, mais j’espère que vous allez comprendre mon idée. Merci.

    • Le 6 février 2023 à 10:11, par pfff En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

      @SOME : D’une façon générale, ce n’est jamais le moment pour ouvrir les fosses septiques de l’histoire, l’odeur est toujours trop forte pour ne pas avoir envie de vomir.
      .
      Pourtant il faut le faire absolument, et le plus tôt serait le mieux, car le problème n’est plus l’esclavage d’hier, les problèmes sont d’inventer comment vivre ensemble maintenant, et on ne peut pas le faire sur un passé inventé, on ne peut pas le faire sur un mensonge car tôt ou tard le mensonge éclatera et les conflits renaîtront encore plus violents.
      .
      Accessoirement, concernant ce sujet il faut aussi le faire maintenant car malheureusement l’esclavage en Afrique et dans le monde n’est pas une histoire révolue : la plaie est encore purulente, les ordures continues à s’accumuler.
      Il y a au contraire urgence à traiter le problème sur le fond pour soigner les maux et réinventer un futur paisible pour tous.

    • Le 7 février 2023 à 22:49, par Renault HÉLIE En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

      « Quel est le pays qui soutient le plus le Mali ? C’est bel et bien l’Algérie ? »
      Vous oubliez que :
      1) les Algériens sont furieux de l’intervention de Wagner, et ils l’ont publiquement exprimé. Ils seraient partisans de solutions endogènes.
      2) Les Algériens ont parfaitement collaboré, bien que discrètement, avec les Français et les Étatsuniens dans la lutte contre le Dhihadisme saharien, qui menace aussi l’Algérie.
      3) Les Algériens protègent discrètement les Touaregs berbéro-musulmans, et ils ne voulaient pas que les Maliens reprennent seuls Kidal au risque d’un massacre de civils Touaregs.

    • Le 7 février 2023 à 23:18, par Renault HÉLIE En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

      @SOME
      M. SOME, vous semblez gêné par l’expression « l’Afrique blanche », vous avez d’ailleurs écrit « l’Afrique « blanche » (sic) », comme si c’était une association gênante.
      1) Sachez que le terme « Afrique » vient de « Africa-Ifriqiya », terme d’origine berbère-amazigh désignant un peuple qui vivait en Tunisie dans l’antiquité. Cette syllabe « -IFR- » se retrouve dans de nombreux noms de lieux initialement berbères jusqu’au Maroc.
      2) L’Afrique du nord est majoritairement peuplée de « blancs caucasiens », dont beaucoup ont des yeux clairs et des cheveux blonds ou roux ; il suffit de se promener un peu dans des villages de montagne pour le voir au Maroc du Nord, en Kabylie algérienne, dans les Aurès, au Nord-Ouest de la Tunisie. Googlez « Habib BOURGUIBA », « BOUTEFLIKA » ou « ZIDANE » pour voir le visage de véritables maghrébins à 100%. Les monnaies et statues antiques représentant des « Numides » de l’antiquité affichent toutes un physique « caucasoïde » avec un bon gros nez bien pointu. Googlez « Jugurtha monnaie ».
      3) La part génétique venue d’Afrique subsaharienne a beaucoup augmenté en Afrique du nord APRÈS l’invasion arabo-musulmane ... et la « traite orientale » des esclaves « noirs ». Cela a été prouvé par des généticiens étudiant des squelettes et momies antiques et modernes.
      4) De toute façon, la couleur de peau noire, blanche ou brune est associée à l’adaptation humaine au rayons du Soleil. Ainsi, un mongoloïde de Chine du Nord ou de Sibérie aura le teint bien plus clair que son parent mongoloïde du Cambodge ou d’Indonésie à la peau plus sombre. Un dravidien ultra-noir du sud de l’Inde ne se sent aucunement africain.

  • Le 4 février 2023 à 12:41, par kwiliga En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

    Au fait, j’avais oublié : "Aujourd’hui rien n’a changé : quel est le pays qui soutient le plus le Mali ? C’est bel et bien l’Algérie ? Sans l’Algérie, goita serait renversé depuis longtemps."
    Ben, figurez-vous que les relations se tendent : " Abdelmadjid Tebboune milite notamment pour une meilleure intégration des « gens du nord du Mali dans les institutions » nationales. Et d’évoquer le déploiement – toujours démenti par le régime de Bamako – des mercenaires du groupe paramilitaire russe Wagner au Mali : « L’argent que coûte cette présence serait mieux placé et plus utile s’il allait dans le développement au Sahel […], s’il était investi dans des projets économiques.  » Le Figaro 30.12.2022
    Et tant qu’on y est sur le Mali et Wagner : "Un document officiel malien a manifestement éclairé plusieurs chancelleries. Daté du 30 juillet 2022 et « publié par erreur » en fin d’année, selon une source occidentale, le budget rectifié de l’Agence nationale de la sécurité d’Etat (ANSE), les services maliens de renseignement, laisse en effet apparaître une envolée des dépenses de cette structure placée sous l’autorité directe du président de la République, Assimi Goïta, et dirigée par l’un des piliers de la junte, le colonel Modibo Koné... Les autorisations d’engagement de l’ANSE, initialement chiffrées à hauteur de 2 milliards de francs CFA pour 2022 (3 millions d’euros), ont ainsi été réévaluées en cours d’année à 71,4 milliards de francs CFA (108 millions d’euros). Les crédits de paiement, soit la limite des dépenses possibles pour la couverture des autorisations d’engagement, fixés pour leur part à 13,7 milliards de francs CFA (21 millions d’euros) ont, eux, été rectifiés à 103,7 milliards de francs CFA, soit une augmentation vertigineuse de plus de 135 millions d’euros pour l’année 2022." Le Monde Afrique 04.02.2023
    Hum, apparemment, malgré une prospection des hommes d’Evgueni Prigojine entamée il y a déjà longtemps, aucun contrat d’exploitation minière n’a encore été signé. Alors, il faut bien trouver de quoi les payer quand même, les gentils "coopérants" russes, qui assurent la sécurité présidentielle, d’un pays à la souveraineté retrouvée.

  • Le 5 février 2023 à 08:35, par kwiliga En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

    Bonjour les modérateurs,
    Pourquoi ???
    Vous avez un Some dans votre équipe, ou bien ?

  • Le 5 février 2023 à 10:56, par Gwandba En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

    SOME
    "Je ne demande à personne de venir applaudir mes interventions"

    Désolé mais je vais quand-même vous applaudir. Vous applaudir parce que simplement votre intervention est beaucoup plus claire et mieux organisée que celle de monsieur Sayouba TRAORE que je félicite également pour avoir lever le lièvre même si je trouve qu’il n’a levé que deux pattes en laissant les deux autres.

    Votre invention est très digne et honnête. continuez ainsi car, c’est par ça aussi que nous pouvons avancer qualitativement.
    Wen na réegué.

  • Le 5 février 2023 à 12:19, par Boanga En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

    Quelqu’un pourrait-il éclairer ma lanterne sur un point de la pratique de l’islam : d’où vient l’interdiction de prier Dieu autrement que dans la langue arabe, au point qu’un imam guinéen qui s’est essayé en sa langue vernaculaire l’a appris à ses dépens ? L’interdiction vient-elle de Dieu ou des hommes ? Ne serait-elle pas signe d’une éventuelle aliénation comme le prétendent certains musulmans africains ? Veuillez exposer la signification positive d’un tel décret et les raisons des sanctions prises à l’égard des contrevenants. Merci

    • Le 7 février 2023 à 11:06, par pfff En réponse à : L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?

      En théorie, le Coran étant une parole divine la traduction aurait pour effet de la dénaturer.
      .
      En pratique... et bien il y a beaucoup de choses à redire et qui ont été dites et redites depuis très très longtemps, en fait depuis l’origine de l’Islam et qui fait que plusieurs mouvements de pensée islamiques sont en désaccord avec cette approche.
      .
      Mais au-delà de ces réflexions théologiques qui invalident le raisonnement initial, la plus grande des difficultés contemporaine est l’évolution de la langue arabe elle même. N’en déplaise aux autochtones elle change (et se fragmente) aussi vite que les autres... L’évolution linguistique donne aux prières contemporaine un sens différent, de celui qu’il était il y a 14 siècles, au point de flirter souvent avec les contresens et déroute le fidèle. Ce qui fait dire à Sylvie Taussig que la prière en arabe contemporain est déjà une traduction en soi... ce qui ne fait pas les affaires de certains, mais c’est une autre histoire ;
      .
      Je vous renvoie aux publications universitaires "Le Coran et la question de la traduction humaine d’une parole divine" de Selami Varlik. et à Sylvie Taussig "Les langues de la prière en islam".

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Contribution sur l’état de la nation
Burkina Faso : Justice militaire et droits de l’homme