LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La réussite ne se mesure pas à l’argent que vous gagnez mais à votre capacité à changer les vie des gens. ” Michelle Obama

Burkina Faso :L’ex-députée ALT Adja Zarata Zoungrana dénonce une cabale contre des opérateurs économiques

Publié le vendredi 2 décembre 2022 à 14h14min

PARTAGER :                          
Burkina Faso :L’ex-députée ALT Adja Zarata Zoungrana dénonce une cabale contre des opérateurs économiques

Dans une déclaration dont Lefaso.net a obtenu copie, l’ancienne députée de l’Assemblée législative de transition (ALT), Adja Zarata Zoungrana, dénonce les accusations sans fondement selon elle, portées contre des opérateurs économiques, dans des vidéos postées sur les réseaux sociaux. Elle s’insurge particulièrement contre la dernière en date et qui accuse le PDG du groupe Ebomaf, Mahamadi Bonkongou, de malversations.

Adja Zarata Zoungrana, invite les Burkinabé à garder en tête la contribution des opérateurs économiques dans l’édification de la nation et à mettre de côté les accusations fortuites qui ne font que plonger le pays dans l’abîme.

Il faut rappeler que Adja Zarata Zoungrana, avait au cours d’une conférence de presse apporté son soutien au président Ibrahim Traoré, dès les premières heures du putsh de 30 septembre 2022.


Lisez-plutôt.

www.lefaso.net

DECLARATION LIMINAIRE

Cette déclaration vient en point nommé décrier des agissements de certains internautes qui visent à mettre en mal notre vivre ensemble et semer la peur chez certains compatriotes burkinabè.

Depuis un certain moment au Burkina certains citoyens s’inscrivent dans une forme dénigration et de manipulation qui sont loin d’être des comportements à adopter pour l’intérêt supérieur de la nation.

A l’arrivée au pouvoir du capitaine Ibrahim Traoré, un diagnostic clair a été fait de la situation nationale. Et il est demandé à tout burkinabè de construire ensemble des idées de résilience, de courage, de partage, et d’amour du prochain.
Ces derniers jours forcé est de constater des vidéos qui sont devenues virales sur les réseaux sociaux incriminant certains de nos opérateurs économiques comme étant une source des problèmes que nous vivons. Le but de ces vidéos est de créer au sein de la population une forte tension qui portera atteinte à la dignité de ces fils du pays.

Il est clair que ces personnes n’ont pas encore compris la gravité de la situation. Le moment est mal choisi pour faire porter à ces opérateurs économiques.
Face à cette situation sécuritaire délétère, comme l’a mentionné le chef de l’Etat tout le monde est responsable avec bien sûr de degré différent. Il n’y a pas lieu de chercher les boucs émissaires.

Une fois de plus je vous invite à une introspection profonde.
Les opérateurs économiques détiennent environ 75 pour-cent du budget de l’état c’est donc au burkinabé de les protéger, non pas parce qu’ils sont des opérateurs économiques mais plutôt qu’ils sont avant tout des burkinabé.

Une vidéo sur la toile incrimine le président directeur général du groupe
EBOMAF d’une certaines malversations sans pour autant mettre en exergue les preuves. Faut-il continuer de toujours trouver le diable ailleurs ?

Le PDG Mamadou BONKOUNGOU est d’une notoriété sans contestation sur le plan international et aussi national. Il a apporté sa contribution dans la construction de ce pays et il continue d’en faire d’une manière ou d’une autre. Je ne me fais en défenseur du PDG du groupe EBOMAF. Mais mon engagement pour la défense des intérêts du pays est assez fort pour laisser des individus aux intentions maléfiques viennent saper l’honneur de certaines personnes qui ont contribué pour le développement du pays.

Hier c’était apollinaire COMPAORE, aujourd’hui c’est Mamadou BONKOUNGOU, demain qui est ce que ce serait ?
Nous pensons qu’il est important de mettre de côté les accusations fortuites qui ne font que plonger le pays dans l’abime.
Dieu bénisse le Burkina

Adja Zarata ZOUNGRANA
ancienne députée de l’ALT

PARTAGER :                              

Vos commentaires

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
CEDEAO : Histoire d’une institution qui agonise