Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «On a beau n’être pas envieux, on rage toujours quand les autres chaussent vos souliers et vous écrasent.»  Emile Zola

Procès « Thomas Sankara et douze autres » : La première pièce à conviction présentée

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Procès Thomas Sankara • LEFASO.NET • mardi 11 janvier 2022 à 21h40min
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : La première pièce à conviction présentée

Le procès sur l’assassinat de Thomas Sankara et ses compagnons d’infortune vient d’amorcer une nouvelle étape. Après le passage du dernier témoin en cette après-midi du mardi 11 janvier 2022, la présentation des pièces à conviction a débuté avec l’écoute d’un enregistrement audio. Il s’agit d’une discussion dans laquelle interviennent l’accusé Ninda Pascal Tondé dit Mang Naaba (ancien chauffeur de Gilbert Diendéré) et le témoin Abderrahmane Zétiyenga. L’enregistrement a été fait par le témoin sur conseil du juge d’instruction à l’insu de Mang Naaba accusé de subornation de témoin.

Lors de la conversation, celui-ci dit à Zétiyenga de "savoir parler" devant le juge d’instruction sinon il sera déposé à la MACA. " Le général dit de te dire de savoir te défendre sinon ils vont te mettre la honte. Tu peux dire par exemple que tu étais en ville et que c’est quand tu as entendu les tirs que tu es venu au conseil de l’Entente", entend-on Mang Naaba lui dire.

Pourtant lors de sa déposition, Abderrahmane Zétiyenga a laissé entendre qu’il avait été envoyé le jour des évènements au poste à côté de la radio par Gilbert Diendéré alors lieutenant et que celui-ci lui avait dit de ne laisser personne accéder au conseil après le passage du véhicule du président Thomas Sankara. On l’entend répondre à l’ancien chauffeur de Gilbert Diendéré dans l’audio, qu’il serait mieux de dire la vérité, car si il dit qu’il était en ville alors qu’il était à un poste de garde au moment des faits, cela pourrait lui créer des ennuis par la suite.

Interrogé par le juge d’instruction sur cette "invite à mentir" faite à Zétiyenga, Mang Naaba a d’abord nié avoir tenu de tels propos. Face à l’enregistrement audio où l’on l’entend clairement, il fait volte-face et affirme qu’il est allé voir Zétiyenga de sa propre initiative et a évoqué le nom de Gilbert Diendéré pour être plus crédible. Il nie avoir été envoyé par celui-ci pour faire mentir le témoin Zétiyenga. Interpellé par le président du tribunal après l’écoute de l’enregistrement audio, l’accusé a affirmé n’avoir aucune observation à faire. Il dit maintenir ses propos.

L’audience se poursuit demain 12 janvier avec le passage des experts et la projection de la vidéo de la reconstitution des faits.

Armelle Ouédraogo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Procès Thomas Sankara et compagnons : L’audience de ce 24 janvier 2022 n’a pas eu lieu
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Les restes de Sankara retrouvés à 45 centimètres de profondeur
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Ousmane Ouédraogo, le frère d’une victime que le chauffeur de Blaise Compaoré a manqué de renverser
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : « Ma mère est partie malheureuse », témoigne la fille du journaliste Paulin Bamouni
Témoignage des victimes des évènements du 15 octobre : « La défunte mère de Sawadogo Amadou aurait voulu connaître la vérité et faire son deuil », Sawadogo Issa
Assassinat de Thomas Sankara et ses compagnons : Trois types de munitions utilisées, selon les experts en balistique
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : La vidéo de la reconstitution des faits projetée
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : La première pièce à conviction présentée
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Stephen Smith, le journaliste américain déclaré persona non grata pendant six ans en 1987
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Selon Vincent Sigué, Blaise Compaoré projetait de prendre le pouvoir le 4 août 1983
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Moussa Diallo convaincu de l’implication de Gilbert Diendéré dans le coup du 15 octobre 1987
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : « Être commando, c’est savoir observer l’ennemi pendant très longtemps », l’anecdote sur Blaise Compaoré
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés