Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne priez pas pour une vie facile, priez pour avoir la force d’endurer la difficulté.» Bruce Lee, Acteur, Artiste, Cinéaste, Pratiquant d’art martial, Sportif (1940 - 1973)

Conseil économique et social : Bonaventure D. Ouédraogo prend officiellement les rênes

Accueil > Actualités > Politique • Lefaso.net • jeudi 21 octobre 2021 à 22h55min
Conseil économique et social : Bonaventure D. Ouédraogo prend officiellement les rênes

Nommé le 29 septembre 2021 à la tête du Conseil économique et social (CES) , Bonaventure D. Ouédraogo a officiellement été installé dans ses fonctions, ce jeudi 21 octobre 2021. Cette cérémonie a également consacré l’installation des autres membres de l’institution.

« Cette cérémonie d’installation fait suite au décret pris le 29 septembre 2021 par le président du Faso portant nomination de Ouédraogo D. Bonaventure à la tête du Conseil économique et social, ainsi que la nomination des 90 membres de cette institution chargée de donner son avis sur les questions à caractère économique, social ou culturel portées à son attention par le président du Faso ou le gouvernement », rappelle la direction de la communication de la présidence du Faso.

« Cette nouvelle mandature est un éventail de compétences qui renforcera la démocratie participative et contribuera efficacement par ses conseils et avis à l’exécutif, au développement économique et social de notre pays », rapporte la direction de la communication des propos du président Roch Kaboré qui a présidé la cérémonie qui s’est déroulée dans l’enceinte même de Koysam (palais présidentiel).

« Nous prenons solennellement l’engagement de faire de notre Institution un cadre propice de concertation permanente, d’échanges avertis et féconds et de marquer notre mandat du sceau de la créativité, de l’innovation et d’œuvrer avec sagesse et rigueur à l’atteinte de nos objectifs », lit-on des propos du nouveau président du CES, Bonaventure D. Ouédraogo.

Bonaventure D. Ouédraogo (à droite), succède ainsi à Moïse Napon.

Cette nomination et de l’installation viennent tourner la page de la crise à la Commission électorale nationale indépendante (CENI) où nommé pour le compte de la chefferie coutumière, Bonaventure D. Ouédraogo avait fait l’objet d’une récusation par le Chef de file de l’opposition politique au Burkina Faso, qui le soupçonnait d’être militant du parti au pouvoir (le Mouvement du peuple pour le progrès, MPP).

Organe à caractère consultatif, le CES fait donc des délibérations qui ne sont pas contraignantes vis-à-vis des destinataires (notamment le gouvernement). Fort de 90 conseillers, il tient chaque année, deux sessions ordinaires sur des sujets d’intérêt national.

Les Conseillers, au nombre de 90, sont des représentants des structures socio-professionnelles du pays. D’autres Conseillers sont nommés es-qualité. Voici les différents secteurs socioprofessionnels représentés au CES. L’institution se compose de membres es-qualité ; de représentants des secteurs de l’agriculture, de l’élevage et assimilés ; représentants du secteur commercial ; représentants des secteurs financier, bancaire, des assurances et du système financier décentralisé ;

représentants des secteurs du bâtiment, des travaux publics, de l’urbanisme et assimiles ; représentants des secteurs des transports et du tourisme ; représentants des secteurs de la presse et de la communication ; représentant de la chambre de commerce ; représentants de l’administration économique et financière ;

représentant de l’administration générale ; représentant de l’administration du travail ; représentants des secteurs de l’environnement, de l’hydraulique et du cadre de vie ; représentants des secteurs de l’éducation et de la formation ; représentants des secteurs de la santé et de l’action sociale ; représentants des professions libérales ; représentants du secteur de la recherche scientifique ; représentants des organisations d’employeurs ; représentants des syndicats de travailleurs ;

représentants des associations culturelles ; représentants des artistes, écrivains et cinéastes ; représentants des organisations non gouvernementales ; représentants des associations de promotion des droits humains et de la démocratie ; représentants des associations sportives ; représentants du secteur des pme/pmi ; représentants du secteur informel ; représentants des structures et associations de jeunesse ; représentantes des structures et associations de femmes ; représentant des associations des retraites ; représentants des autorités traditionnelles, coutumières et religieuses ; représentants des associations des parents d’élevés.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 21 octobre 2021 à 16:32, par Wendmi En réponse à : Conseil économique et social : Bonaventure D. Ouédraogo prend officiellement les rênes

    Et si on transférait les ressources de cette institution qui ne nous apporte rien, pour la prise en charge des élèves issus des familles des PDI. 90 conseillers qui doivent se réunir 02 fois dans l’année pour gaspiller les ressources de l’Etat et donner des avis qui n’engagent personne. Qu’est-ce qu’on veut bon Dieu ?

    Répondre à ce message

  • Le 21 octobre 2021 à 17:45, par À qui la faute ? En réponse à : Conseil économique et social : Bonaventure D. Ouédraogo prend officiellement les rênes

    Ça ne choque aucune OSC d’avoir des institutions qui n’ont aucun compte à rendre sur leur bilan, ni sur leurs dépenses dans un pays où le mot le plus utilisé est résilience face au terrorisme né de la corruption ?
    Bon appétit aux 90 heureux, vous avez intérêt à battre campagne pour que Bala succède à Roch pour continuer le clientélisme. Mais un jour tout ça va finir. La prochaine fois que j’entends qu’un pays nous a donné de "l’aide" je comprendrai que c’est pour payer ces salaires sur le dos des générations futures

    Répondre à ce message

  • Le 21 octobre 2021 à 17:52, par KingBaabu En réponse à : Conseil économique et social : Bonaventure D. Ouédraogo prend officiellement les rênes

    C’est tout simplement déprimant.alors qu’il faut le ’’dégraisser le mammouth ’’, comme disait Claude Allègre, on continue de l’engraisser. Ou voulons-nous aller avec des institutions aussi budgétivores qu’inutiles comme le CES ? Ces réliques de la France doivent tout simplement être jetées au rebut. Period !

    Répondre à ce message

  • Le 21 octobre 2021 à 19:04, par walaii En réponse à : Conseil économique et social : Bonaventure D. Ouédraogo prend officiellement les rênes

    Tout à fait, Internate Wendemi. C’est du n’importe quoi ce machin là.

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre 2021 à 06:05, par HUG En réponse à : Conseil économique et social : Bonaventure D. Ouédraogo prend officiellement les rênes

    Une institution budgetivore et inutile juste pour recompenser des alliés politiques,autres et amis.Dites moi depuis l existence de ce machin qu a t il fait d utile ?Quel est le budget de ce machin.C est pour cela que nous disons que l insurrection populaire a été recuperé par des gens peu soucieux du bien etre de la population.Pretendu etre president de la ceni et recusé ar l opposition comme etant du mpp on n abandonne pas.Ah la gouvernance mpp.Le temps est le meilleur juge de l histoire.Allons seulement.

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre 2021 à 08:12, par lamoussa En réponse à : Conseil économique et social : Bonaventure D. Ouédraogo prend officiellement les rênes

    Je propose deux suppressions ! : conseil économique et social et médiateur du faso, deux institutions franchement inutiles.!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 23 octobre 2021 à 00:51, par Sacksida En réponse à : Conseil économique et social : Bonaventure D. Ouédraogo prend officiellement les rênes

    C’est pourquoi depuis longtemps, nous sommes de ceux qui militent pour une vraie reforme en profondeur de l’Etat Colonial et Bourgeois qui dilapide nos maigres ressources financieres. Tant que ce Mamoute va continuer a etre une caverne d’Ali Baba au services d’une minorite au pouvoir, les vrais problemes de ce pays vont perdurer jusqu’a une autre mouvement Populaire et une Revolution Democratique et Populaire ; car figurez vous que notre Budget National ne represente que celui du Ministere de la Culture en France et avec ca des gouvernants se permettent des depenses de luxe tels que les V8 de plus de 100 millions de FCFA pour contenter des Ministres. Que Dieu Sublime aide notre Peuple Burkinabe. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 24 octobre 2021 à 02:13, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Conseil économique et social : Bonaventure D. Ouédraogo prend officiellement les rênes

    Hum... Mes chers amis internautes...

    Quand vous critiquez l’existence du conseil économique et social, vous dites des choses vraies. Mais il faut aussi éviter de vouloir une chose et son contraire, savoir qu’on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre.

    En d’autres termes, quand on dit vouloir une démocratie représentative, il faut accepter son coût !

    * Quand on ne demande pas l’avis d’une catégorie sociale de ce pays, on crie à la dictature de la majorité et au manque de démocratie.

    * Quand on crée un cadre où tous ceux qui ne sont ni au gouvernement, ni à l’assemblée puissent quand même donner leur avis, vous criez au gaspillage !

    On fait comment ???

    Dans quel cadre pensez-vous que les retraités, les syndicats ou les experts d’un domaine donné puissent conseiller l’état avant les prises de décision, et ne pas être obligés de sortir marcher et grever après qu’une loi soit faite et votée ?

    On ne peut pas laisser les politiques être conseillés uniquement par leur "griots" et amis qu’ils ont nommés, soit disant connaisseurs du domaine mais qui sont d’abord de leur bord, et qui ne leur diront que ce qu’ils veulent entendre.

    Si on vous écoutait, il faudrait fermer les écoles, les lycées, les universités et les hôpitaux (ça coûte cher !), dissoudre les tribunaux, l’assemblée nationale, le gouvernement , arrêter d’organiser des élections, (ça coûte très très cher !!) fermer les camps militaires, les postes frontières et de douane, les ambassades et consulats...
    C’est sûr que sans le terrorisme, ils allaient qualifier aussi l’armée "d’inutile et budgétivore" !

    Faites pardon, si vous trouvez un système de fonctionnement et de gouvernement d’un état qui se passe d’institutions et qui ne coûte rien, partagez avec tout le monde, je suis sûr que même les colons seront intéressés.

    En attendant, arrêtez de réclamer la suppression de tout et tout le temps sans rien proposer à la place.
    L’éducation coûte cher ? Essayez l’analphabétisme !
    La démocratie coûte cher ? Essayez la dictature !

    P.S. : Une loi, votée sous la transition, permet de prendre en charge des enfants de ceux tombés au combat en tant que "pupilles de la nation". Des gens ont qualifié cela à l’époque "d’inutile et budgétivore"...
    D’ailleurs, on ne comprend pas pourquoi cette loi n’est pas appliquée au lieu de laisser certains utiliser la "solidarité" et autre "dons" pour se faire voir...

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2021 à 05:01, par HUG En réponse à : Conseil économique et social : Bonaventure D. Ouédraogo prend officiellement les rênes

    Qui vous dit que ces gens sont neutres ? Beaulescoup sont du mpp ou des alliés.Ne venez pas berner les gens.Ou le president CES etait pressenti ? C etait à la CENI oui ou non

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2021 à 14:19, par Sacksida En réponse à : Conseil économique et social : Bonaventure D. Ouédraogo prend officiellement les rênes

    Cher Internaute 8, il faut faire un Etat des lieux de nos institutions existantes et remettre en cause leur fonctionnement et les couts enormes que cela implique pour notre maigre Budget National. Si l’on considere nos institutions depuis 1960, il y’a eu des periodes ou des mesures drastiques ont ete adoptees afin d’eviter la gabegie et les rentes politiques fabuleuses, les corruptions de toutes natures, des detournements des deniers publics, le nepotisme et toute sorte de speculation au detriment de notre Peuple Burkinabe. L’on ne peut pas se taire si des politiciens vereux organisent l’Etat pour en faire un Paradis terreste pour des Uns et un Enfer a peine supportable pour des autres. La Democratie liberate et Occidental corrompus et au services des Bourgeoisie Europenne et des multinationales ne saurait etre un exemple que vous dupliquez dans l’un des pays les plus pauvres de la planette. Salut

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Politique : Rabi Yaméogo dépose ses valises au PPS
Transition au Burkina : Le chef de l’Etat demande l’accompagnement des populations des Hauts-Bassins
Mouvement SENS : Les jeunes s’engagent à lutter contre la corruption
Politique de partenariat sécuritaire au Burkina : « Le pays est libre de nouer des partenariats avec ceux qui peuvent l’aider à se développer », clame le président Damiba
CDP : Le récépissé « qui bloque » la visite de Zéphirin Diabré ?
Mise en œuvre de la Transition : Paul-Henri Sandaogo DAMIBA échange avec les forces vives des Hauts-Bassins
Burkina Faso : Le président Damiba s’oppose à un quelconque dédommagement des victimes de l’insurrection et celles de Yirgou
Bobo-Dioulasso : Le président du Faso, Paul-Henri Damiba, à l’écoute des forces vives des Hauts-Bassins
Rémunération des ministres au Burkina : Quand la mauvaise foi, la crise de confiance et l’égocentrisme s’en mêlent !
Immersion au sein des forces de défense et de sécurité : Une délégation gouvernementale à l’Etat-major général des armées
Bobo-Dioulasso : Le président du Faso, Paul-Henri Damiba, en visite de travail
Libération de Roch Kaboré : Le MPP ne lâche pas le morceau
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés