LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Ce n’est pas la montagne à gravir qui vous fera abandonner, c’est le caillou dans votre chaussure” Mohamed Ali

Burkina Faso : « Il n’y aura pas d’élections tant que le pays est sous l’hydre terroriste », campent des OSC du Boulkiemdé

Publié le dimanche 14 avril 2024 à 22h05min

PARTAGER :                          
Burkina Faso : « Il n’y aura pas d’élections tant que le pays est sous l’hydre terroriste », campent des OSC du Boulkiemdé

La Coordination provinciale des associations et OSC de veille citoyenne du Boulkièmdé a convié la presse le 11 avril 2024 à Koudougou, pour donner la lecture de la situation nationale. Pour ce regroupement d’organisations de la société civile, il est impérieux de soutenir la Transition pour un développement endogène du Burkina.

« C’est pour dire que la Coordination nationale des associations de la veille citoyenne, section Koudougou, affirme son soutien clair à la Transition, parce que nous constatons une avancée positive sur le terrain des opérations », a résumé Alassane K. Zoubga, coordonnateur général du mois de la coordination.

À l’entendre, lui et ses collaborateurs sont convaincus qu’avec le capitaine Ibrahim Traoré, le développement endogène est en marche. Ils interpellent donc tous les Burkinabè à critiquer, mais de façon constructive. Selon lui, le moment est vraiment sérieux, et toutes les parties doivent accompagner concrètement le capitaine Ibrahim Traoré. « Les différentes coordinations, les différents leaders doivent organiser des séances de sensibilisation et des formations pour accompagner l’élan patriotique que le capitaine Ibrahim a proposé », propose le porte-parole de la coordination.

Une vue des militants.

Alassane K. Zoubga précise ensuite que le développement endogène doit être concret. « Il faut aller de façon concrète : former nos mamans par exemple en agriculture, en élevage, pour que nous puissions développer l’agriculture, l’élevage et beaucoup d’autres domaines », interpelle le coordonnateur.

Au sujet des élections, la Coordination provinciale des associations et OSC de veille citoyenne s’est voulue catégorique : « Nous sommes clairs ; il n’y aura pas d’élections tant que le pays est sous l’hydre terroriste. »

Alassane K. Zoubga lors des échanges avec les journalistes.

En attendant, la coordination compte initier, dans les jours à venir, des séances de sensibilisation à l’endroit de toutes les couches sociales pour les amener à s’engager massivement et de tout cœur à accompagner la transition actuelle, car « nous sommes en guerre ; et en période de guerre, l’on doit avoir une stratégie de communication adaptée à la situation. »

Prince Omar
LeFaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 14 avril à 18:37, par bb En réponse à : Burkina Faso : « Il n’y aura pas d’élections tant que le pays est sous l’hydre terroriste », campent des OSC du Boulkiemdé

    Moi, je ne parle pas d’élections. Vous, les vuvuzelas du Bulkiemdé, vous avez fait quoi pendant les Journées d’engagement patriotique et de participation citoyenne (JEPPC) ? est-ce que Koudougou est devenue la ville la plus propre du Burkina Faso ? NON, vous n’avez rien fait ! Le développement endogène commence par reformater vos cerveaux ! que faites vous des 3 luttes de Thomas Sankara ? soit vous êtes des révolutionnaires soit vous êtes des tubes dig...

    Répondre à ce message

    • Le 17 avril à 15:09, par jan jan En réponse à : Burkina Faso : « Il n’y aura pas d’élections tant que le pays est sous l’hydre terroriste », campent des OSC du Boulkiemdé

      @bb, c’est les 3 luttes de la révolution, pas les 3 luttes de Sankara.

      Répondre à ce message

      • Le 17 avril à 21:12, par Le nouveau sage En réponse à : Burkina Faso : « Il n’y aura pas d’élections tant que le pays est sous l’hydre terroriste », campent des OSC du Boulkiemdé

        Oui, les 3 luttes de la REVOLUTION mais plus precisement du ministere de l’environement dirigee en son temps par la jeune et competente ministre Beatrice Damiba qui etait journaliste avant de devenir ministre. Voici les 3 luttes du ministere de l’environement en son temps :
        1. Lutte contre la divagation des animaux
        2. Lutte contre les feux de brousse
        3. Lutte contre la coupe abusive du bois
        Pour joindre l’utile a l’agreable, la revolution a initie le programme 8000 villages, 8000 forets.

        Répondre à ce message

      • Le 18 avril à 09:25, par Ka En réponse à : Burkina Faso : « Il n’y aura pas d’élections tant que le pays est sous l’hydre terroriste », campent des OSC du Boulkiemdé

        jan jan Tu dis ; @bb, c’est les 3 luttes de la révolution, pas les 3 luttes de Sankara. Oui je confirme, même souvent je sens que tu en veux a la RDP, dont quelques-unes de ses actions n’ont pas plu a certains, à ne citer que la reforme agraire dont mon oncle enseignant fidèle, a été dégager. Malgré tout, j’ai été fidèle a la RDP jusqu’au bout : Car, elle était dirigée par une équipe comme tu le dis, et gérer par un représentant qui était Thomas Sankara.

        Oui beaucoup de cerveaux autour de Thomas Sankara ont fait la RDP telle qu’elle a été vu par le monde entier. Malgré la réforme agraire qui n’était pas le gout de tout le monde dont les acteurs de cette reforme sont toujours vivants parmi nous, et ne me diront pas le contraire, ces acteurs étaient des vrais cerveaux et conseillers de leur représentant.

        Je rends hommage à l’honorable le feu Babou Paulin Bamouni l’idéologue sous-marin et conseiller directe du représentant de la RDP, Zongo Etienne ange gardien du représentant du RDP et son conseiller, Blaise Compaoré, Toé Fidèle, P. Ouédraogo Saydou Traoré et autres qui étaient l’équipe et la racine du RDP : Ils étaient aussi les acteurs des trois luttes de la RDP dont tu confirmes. Cette équipe autour de leur représentant ont fait comprendre au monde que les révolutions qui surviennent de part le monde ne se ressemble point : Car, chaque révolution apporte son originalité qui la distingue des autres.

        Et si je défends la RDP, c’est que j’étais au cœur de ses idées au développement du pays que nous aimons toutes et tous.
        Je m’explique et confirme en disant que tout ce que nous voyons comme des grands projets quelques-uns viennent des tiroirs du régime S. Zerbo, Repris et approfondis et qui sont restés dans les tiroirs de la révolution fouiller par le front populaire et repris en profondeur par les 6 engagements du CDP. Et un ancien ministre de travail de la RDP toujours vivant parmi nous qui avait toujours le dernier mot aux réunions annuelles du BIT a Genève ne me dira pas le contraire.

        Oui avec les 6 engagements du CDP dont beaucoup de projets ont étés sortis des tiroirs de la RDP, avec franchise on peut confirmer que Blaise Compaoré et son équipe reste des vrais Bâtisseurs de notre pays.

        Ne vous étonnez pas car, que ça soit les échangeurs, le circulaire de la ville de Ouaga en construction, l’aéroport de DOSIN, et autres sont des projets datant des régimes S. Zerbo et de la RDP qu’on réalise de nos jours. Les tiroirs de la RDP sont riches et pleins des bons projets pour le développement du Faso.

        Cher jan jan en conclusion : Tu as raison, la RDP etait une affaire d’équipe. Et je confirme que la révolution d’aout est le terme de l’insurrection populaire déclenché suite au complot impérialiste du 17 mai 1983, visant a endiguer la marée montante des forces démocratiques et révolutionnaire du pays. Cette insurrection a été non seulement symbolisée par l’attitude courageuse et héroïque des commandos de la ville de Pô qui ont su opposer une résistance farouche au pouvoir pro-impérialiste et antipopulaire de Jean-Baptiste Ouédraogo et du colonel Yoryan Gabriel Somé, mais aussi, elle a été une composante des forces populaires démocratique et révolutionnaires qui, en alliance avec les soldats et les officiers patriotes ont su organiser une résistance exemplaire. Ici je profite transmettre aux jeunes nés après la RDP ce qui s’est passé réellement.

        Répondre à ce message

  • Le 14 avril à 19:28, par Made En réponse à : Burkina Faso : « Il n’y aura pas d’élections tant que le pays est sous l’hydre terroriste », campent des OSC du Boulkiemdé

    Quelle honte ? Votre IB avait donné combien de temps ? Pour nous, le pays est sécurisé. Si c’est pas le cas, il a échoué. Point final. Même moi à sa place je ne serai pas pressé à en finir avec le terrorisme. Qui est fou ?

    Répondre à ce message

  • Le 14 avril à 19:29, par Ka En réponse à : Burkina Faso : « Il n’y aura pas d’élections tant que le pays est sous l’hydre terroriste », campent des OSC du Boulkiemdé

    Voilà un jeune alimentaire qui croit que les autorités Burkinabé sont ignorantes comme lui. Avant de confirmer qu’il n’y aura pas des élections avant qu’il éradique les terroristes, il fallait que ce jeune dégivré nous dise s’il a été enrôlé et a été au front comme Ablassé Ouédraogo.

    Oui sauf a Koudougou qu’on peut entendre ces âneries comme ’’’’’’’La Haute Volta est ma natte et je la plie et la déplie comme je veux de Maurice Yaméogo.’’’’’’’’’’ Et aujourd’hui un jeune chauve souri se prend pour IB ou son premier ministre. Bientôt le pays sera à feu et a sang a cause des ignorants comme Zougba. Ce n’est pas par ce chemin qu’on peut s’alimenter avec la soupe de la transition.

    Oui c’est tentant, mais des vrais OSC avec un idéal de faire avancer son pays ne doit pas se faire le destructeur de la démocratie, au lieu de l’encourager pour faire avancer l’alternance. Une décision de ne pas faire des élections doit toujours s’appuyer sur des faits authentifiés par les autorités et une analyse objective faite par une annonce du président de la transition.

    Répondre à ce message

  • Le 14 avril à 19:40, par PUISSANCE 21 En réponse à : Burkina Faso : « Il n’y aura pas d’élections tant que le pays est sous l’hydre terroriste », campent des OSC du Boulkiemdé

    Donc, il suffit au MPSR2 de ne pas oeuvrer à vaincre le terrorisme pour rester au pouvoir à vie. Si on suit votre logique, pourquoi vaincre donc le terrorisme si cela va amener le MPSR2 à quitter le pouvoir ? Si je suis IB, je fais tout pour que le terrorisme persiste et je reste président à vie.

    Répondre à ce message

  • Le 14 avril à 20:59, par Danton En réponse à : Burkina Faso : « Il n’y aura pas d’élections tant que le pays est sous l’hydre terroriste », campent des OSC du Boulkiemdé

    « Nous sommes clairs ; il n’y aura pas d’élections tant que le pays est sous l’hydre terroriste. » dixit le néo-tube-digestiviste et ouvrier de la 25ème heure Alassane K. Zoubga. Comme ça vous êtes serieux en votre âme et conscience ? Vous feriez mieux de chercher du travail, parce que visiblement vous avez faim, il suffit-il de bien vous regarder pour deviner vos intentions libidineuses et pas catholiques. En tout cas ce que vous faites là c est pas pour Dieu en tout cas.

    Répondre à ce message

  • Le 15 avril à 04:34, par Commando léger En réponse à : Burkina Faso : « Il n’y aura pas d’élections tant que le pays est sous l’hydre terroriste », campent des OSC du Boulkiemdé

    Ceci ne m’étonne pas.
    On s’imaginait bien où IB & Co voulaient en venir. Ils n’ont rien apporté au pays sauf empirer la situation de Burkinabè. Le pire est à venir : ils laisseront derrière eux un Burkina Faso détruit, ingouvernable. Que ceux qui savent lire entre les lignes prennent leur dispositions.

    Répondre à ce message

  • Le 15 avril à 04:56, par Passakziri En réponse à : Burkina Faso : « Il n’y aura pas d’élections tant que le pays est sous l’hydre terroriste », campent des OSC du Boulkiemdé

    Moi je suis d accord qu il n y ait pas d élections. Là où je ne suis pas d accord c est qu un groupuscule de Burkinabè se mette en tête que le Burkina est sa chose privée.Donc qu on s entende que dorénavant les coups d états sont le mode d accès à la gouvernance, qu on soit conséquent en libérant tous ceux qui ont été enlevés sous prétexte de complot et qu on n entende plus parler de gens enlevés où arrêtés pour tentative de Coup d état . Si on se met d accord sur ce principe on peut continuer. Dans le cas contraire , la transition prend fin en juillet.

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 15 avril à 05:10, par Passakziri En réponse à : Burkina Faso : « Il n’y aura pas d’élections tant que le pays est sous l’hydre terroriste », campent des OSC du Boulkiemdé

    Les 500 millions semblent déjà débloqués mais si c est ça la communication, c est qu il faut encore réinventer la communication. On connaissait ça sous Blaise Compaoré mais ça ne l a pas empêché de rejoindre la belle famille en ne voulant pas nous écouter.S il nous avait écouté, sa place serait aujourd’hui à Ziniaré dans sa résidence et il serait sollicité pour des conseils. Mais hélas , des vuvuzelas sont allés remplir des stades recto verso et chanter des litanies endormantes. La suite ?

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 15 avril à 05:33, par Un enfant du Birkina En réponse à : Burkina Faso : « Il n’y aura pas d’élections tant que le pays est sous l’hydre terroriste », campent des OSC du Boulkiemdé

    Sauf ceux qui n’ont pas ressenti l’hydre terroristes et ou subit ces effets puis ont vu des zones libérées, des populations réinstallées parlent d’élections dans nos pays actuellement.
    Les politiciens sont des gens qui ne font que promettre sans réaliser. Quand aux entrepreneurs politiques, ils sont pires ; après des élections, ils veulent faire recommencer car n’ont plus rien à faire. Eux ils gagnent quand il y a du mouvement politique.
    Alors, peut on aisser le pays à ces deux types de personnes. ? NON !
    Politiciens et entrepreneurs politiques (OSC dérea heures de l’élan patriotique), c’est quand il y a des élections que sillonnez le pays en partageant de l’argent. Mais êtes vous quand il s’agit de sensibiliser les populations de toutes les contrées ? Pouvez vous aller rencontrer ceux qui ont tout perdu pour leur dire que c’est vous autres qui vous en foutez pas mal de la lutte contre le terrorisme ?
    Ce qui est certains, les déplacés, les familles des victimes vous regardent et ce n’est pas chez eux que vous irez chanter élections. Et si vous voulez faire tomber leurs défenseur car eux ontnlanprzuve que ce pouvoir les a défendu et les défend, eux le défendront.
    Politiciens et OSC vendues, est que vous entendez ce qui se dit dans les rues du pays où seraient ce seulement ceux qui vous financent que vous entendez ?
    Allons y seulement.

    Répondre à ce message

  • Le 15 avril à 09:09, par Walaï En réponse à : Burkina Faso : « Il n’y aura pas d’élections tant que le pays est sous l’hydre terroriste », campent des OSC du Boulkiemdé

    Le problème de notre sous développement en Afrique, ce n’est pas tant le manque de ressources, mais surtout la malhonnêteté intellectuelle des uns et des autres.

    Par exemple Roch Marc Christian KABORÉ, quand le débat sur la révision de l’article 37 faisait rage, a affirmé à maintes reprises avec force, que rien n’empêchait sa modification et que même la limitation des mandats est une procédure anti-démocratique.
    Pour un intellectuel qui a des notions de droit puisque ayant fait des études d’économie, c’est une improbité politique malsaine, préjudiciable à la nation. On connaît la suite.

    Si aujourd’hui un groupuscule de Wayignan débauché et affamé, certainement manipulé par un noyau d’intellectuels véreux, clame et proclame que Nous sommes clairs ; il n’y aura pas d’élections tant que le pays est sous l’hydre terroriste, pour les burkinabè restés intègres il y a lieu de se demander :

    - S’il y a eu des coups d’État alors que le pays est sous l’hydre terroriste, pourquoi pas des élections dans ces mêmes conditions.

    On n’a pas besoin d’être Président du Faso pour combattre efficacement les terroristes ; à moins de vouloir dissimuler sa couardise. C’est au front qu’on reconnaît le vrai militaire.

    D’ailleurs, pour ceux qui nous font croire que la situation s’est améliorée depuis, qu’ils sachent que les burkinabè patriotes ne sont pas dupes.
    Car pour faire croire qu’il y’ a une certaine accalmie, la dictature en marche ne fait que camoufler les pertes subies par nos vaillantes populations.

    - Au nom de quelle légitimité à vous conféré par le peuple, pouvez-vous imposer de telles inepties ?

    Le pseudo sakanrisme emprunté par vos commanditaires pour susciter sournoisement le soutien populaire, ne saurait couvrir leur impéritie.

    On ne devient pas SANKARA ; on naît SANKARA

    Répondre à ce message

  • Le 15 avril à 10:35, par JB En réponse à : Burkina Faso : « Il n’y aura pas d’élections tant que le pays est sous l’hydre terroriste », campent des OSC du Boulkiemdé

    Que le seigneur nous vient en aide quant je lis tous les commentaires je sens que le peuple est désorienté chacun va dans tous les sens. c’est vraiement triste.

    Répondre à ce message

  • Le 15 avril à 10:59, par Sacksida En réponse à : Burkina Faso : « Il n’y aura pas d’élections tant que le pays est sous l’hydre terroriste », campent des OSC du Boulkiemdé

    En outre, pour vaincre le Terrorisme et le Grand Banditisme Desastreux au Burkina Faso, il faudrait s’organiser mieux et avec plusieurs Strategies : Militaires et Securitaire adequats, Sociaux Economiques et Culturelles. Si l’on Convoque des Assises Nationales Patriotiques Inclusive et Souveraines pendant 48 ou 72 heures a des Participants Competents et Integres des couches sociales pour faire un Bilan General sans complaisance aucune, des Solutions Adequates Endogenes et des Resolutions pourraient en sortir avec des Gouvernants Transitoires et Competents pour mettre des Resolutions en pratiques Vertueuse Concretes. Ainsi donc, l’on pourrait assister a une Veritable Inversion de la tendance Positive pour la Fin du Terrorisme au Burkina Faso. Thomas Sankara disait que : "Tout ce qui sort de l’imagination de l’homme integre est Realisable par l’homme et pour l’homme". Mais il faut travailler Serieusement dans la Serenite, la Verite et la Sincerite, en evitant le "Populisme Politique et des Mensonges ehontes. Car notre Peuple Burkinabe et le Burkina Faso est en souffrances reccurentes. En plus, des expertises economiques, sociales et Administratives se delocalisent dans la sous Region Ouest Africaine
    Revenons aux Fondamentaux. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 15 avril à 16:09, par Yamyélé En réponse à : Burkina Faso : « Il n’y aura pas d’élections tant que le pays est sous l’hydre terroriste », campent des OSC du Boulkiemdé

    Vraiment mon pays est tombé si bas. Comment on peut organiser de telles inepties ? Désormais, c’est un groupuscule manipulé par les tenants du pouvoir militaire ayant pris goût au pouvoir et ne voulant plus partir et cherchant les voies et moyens de duper les masses peuvent pondre de telles inepties. ça n’étonne personne puisqu’ils ne s’étaient pas préparer à gérer le pays et n’ont pas les compétences requises pour le faire. IB fait pitié et il sortira par la petite porte de l’histoire.

    Répondre à ce message

  • Le 16 avril à 11:24, par Gjal En réponse à : Burkina Faso : « Il n’y aura pas d’élections tant que le pays est sous l’hydre terroriste », campent des OSC du Boulkiemdé

    « Il faut aller de façon concrète : former nos mamans par exemple en agriculture, en élevage, pour que nous puissions développer l’agriculture, l’élevage et beaucoup d’autres domaines ».
    Maman au champ et le fils vaillant patriote aux ronds points, programme impeccable pour lequel aucun besoin d’élections.
    G.J.

    Répondre à ce message

  • Le 16 avril à 14:00, par pfff En réponse à : Burkina Faso : « Il n’y aura pas d’élections tant que le pays est sous l’hydre terroriste », campent des OSC du Boulkiemdé

    Bah, si ton poste dépend de ce que le problème terroriste persiste, autant dire que le problème terroriste ne sera jamais résolu. Et avec des militaires au pouvoir, il y aura toujours l’ennemi qu’il faut là où il faut.

    L’alternative, c’est qu’ils soient de bonne foi dans leur combat avec une vraie volonté. Et alors... si la situation ne se règle pas, c’est encore pire ! S’ils n’y arrivent pas, c’est de l’incompétence, et cette affirmation reviendrait à dire qu’ils restent au pouvoir parce qu’ils sont incompétents.

    Côté pile, ils restent parce qu’ils sont malhonnêtes, côté face, parce qu’ils sont incompétents. Chapeau bas les génies.

    Répondre à ce message

  • Le 17 avril à 10:41, par Ka En réponse à : Burkina Faso : « Il n’y aura pas d’élections tant que le pays est sous l’hydre terroriste », campent des OSC du Boulkiemdé

    ’’’’’’’’’’’’’A’’’’’’’’’’’’’’’’’ Madame Mechtilde Guirma : Merci en nous rappelant ce que Sankara disait : Tout ce qui sort de l’imagination de l’homme intègre est Réalisable par l’homme et pour l’homme, qui complète ce que nous disait ‘’’’’Martin Luther King, ‘’’’’’’’qu’aucune nation ne nait grande : Les grandes nations sont l’œuvre de leurs citoyens.’’’’’’’’

    Encore une fois la sagesse m’interpelle : Et je dis Oui, on est Parfaitement d’accord avec le fond : Sankara est l’archétype du héros romantique animé par des idéaux éventuellement généreux, mais surtout forts et intransigeants. Et cette popularité, alimentée par un sentiment simpliste, est savamment instrumentalisée par le pouvoir actuel et par une cohorte de "panafricanistes" aux intentions pas claires du tout. Sankara est à mettre dans la même catégorie que certains mythes comme Robespierre, Che Guevara, Lumumba, Mandela et autres.

    Ne soyons pas ignorants, si ces OSC du Boulkiemdé se permettent des sorties hasardeuses on sait le pourquoi. Pourtant le pouvoir interdit les sorties des partis politique.

    Et comme je ne cesse de le répéter : En clair les coups d’états ne servent que les auteurs car en définitive ils ne sont jamais responsables de leurs actes. Mais nous sommes au Burkina le pays des hommes intègres ou chacun est né démocrate : Et le libéralisme conduit inexorablement à la dérive morale : L’homme ne peut pas être libre de faire tout ce qu’il veut, sinon, ça devient de l’anarchie totale dont les internautes sans foi et les OSC solitaires veulent conduire la transition vers le mur.

    En lisant des contributions de certains internautes sans bonne foi , a l’horizon, notre pays connaîtra beaucoup de grabuges, des soubresauts car, les réformes qui s’accélèrent sans l’avis du peuple ont un but, et il faut pas se leurrer ! Le pouvoir et rien que le pouvoir pour en jouir.

    C’est pourquoi je ne cesse de répéter que ’’’’’’’Passer la main a une autre génération ne suffira pas car chacun tentera d’assurer ses arrières sous les nouvelles mains. Que chacun respecte la constitution pour permettre a la génération future de s’assumer. Il n’y a aucun péril en la demeure sauf le respect du jeu démocratique et de la parole donnée.

    Avec une sortie sans problème de ces OSC non déclarés et non connu du peuple, le pouvoir tente un passage en force pour rester au pouvoir, surtout tente une prolongation de la Transition en violation de la Charte de la Transition qu’ il a librement signée en invoquant la situation sécuritaire et la volonté du peuple .

    La preuve est la sortie de Zougba avec ses OSC et raconter ses âneries qui sont hors de la parole donnée de notre président de la transition. Encore une fois, merci madame M. Guirma. Souvent la vérité du vieux Ka rougisse les yeux mais ne les casse pas.

    Répondre à ce message

  • Le 20 avril à 06:18, par Mechtilde Guirma En réponse à : Burkina Faso : « Il n’y aura pas d’élections tant que le pays est sous l’hydre terroriste », campent des OSC du Boulkiemdé

    @ Ka
    Je voulais tout simmplement dire, que « Sankara » s’est inspiré d’un grand philosophe allemand, par l’intermédiaire de celui qui rédigeait ses discours et qui n’était personne d’autre que celui-là même qui utilisait mes syllabus du programme de « Science-Po » de l’Université Libre de Bruxelles. Il ne faisait ainsi de Sankara qu’un simple plagiaire et non le cerveau qu’on veut lui prêter. Vous voyez Mr. Ka, c’est lui l’intelligent dont vous parler et qui n’a pas su en utiliser pour la bonne cause.

    Je vous remercie quand-même pour vos remarques.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 09:43, par Ka En réponse à : Burkina Faso : « Il n’y aura pas d’élections tant que le pays est sous l’hydre terroriste », campent des OSC du Boulkiemdé

    ’’’’’’’’’’’’’’’A’’’’’’’’’’’’’’ Madame M. Guirma vous dites : ’’Vous voyez Mr. Ka, c’est lui l’intelligent dont vous parler et qui n’a pas su en utiliser pour la bonne cause.’’

    La sagesse m’interpelle : Merci madame, et j’espère que tout va bien chez vous, et que vous allez nous envoyer un peu de fraicheur, car la chaleur ici au Burkina est très étouffante : Comme je l’ai souvent dit, sans nos différences, il n’y aura aucune saveur dans le forum de Lefaso.net riche en contradictions et des découvertes. Concernant Thomas I. Sankara, ayant côtoyer l’idéologue de près jusqu’à son assassinant, nos différences vous et moi concernant le fils de Têma auront toujours un grand écart.

    Et comme je ne cesse de le répéter dans ce forum quand il s’agit de Thomas Sankara, ‘’’’’’’’je dis quand on arrive à inculquer ses idées a un autre, il devient un allié et non un opposant. C’est pourquoi la colonisation a vite encadré idéologiquement le colonisé pour le soumettre et enfin créé un être inoffensif bon a exploité. C’est le cas de celles ou ceux dont vous faites allusion en disant, ‘’’’il utilisait vos syllabus du programme de « Science-Po » de l’Université Libre de Bruxelles, et ne faisait ainsi de Sankara qu’un simple plagiaire et non le cerveau qu’on veut lui prêter,’’’’’ et je vous dit que toutes ces personnes avec des idées révolutionnaires ou démocratique ont un seul but ’’’convaincre : ’’’ Puisque la façon de penser, de voir les choses ou de les considérer par chacun est strictement fonction de son existence sociale.

    Madame, avec le respect que je vous dois, Thomas Sankara a chaque conseil des ministres ou une rencontre importante avec ses collaborateurs proches disait : ’’On éduque les gens, on discerne ce qui peut dégrader le "vivre ensemble", on gère équitablement la chose publique, on dénonce les injustices et les inégalités, ainsi on évite alors les crises.’’

    Et moi comme beaucoup de personnes a travers le monde, nous rendons hommage a Thomas Sankara le mécène, l’ami de tous, l’ami des femmes, des jeunes, des humbles, qui avait sa place dans toutes les couches de la population.

    Au regard de ses idées développées et non développées de Thomas Sankara, son nom est à jamais gravé en lettres d’or dans la mémoire de chaque Burkinabé femmes et hommes, et même au-delà de nos frontières : Car, le fils de tout un continent savait qu’exister véritablement comme être humain, c’est vivre pour son idéal et se dévouer à cet idéal. Voilà ce que nous apprennent la vie et la mort.

    Pour conclure madame M. Guirma : Aujourd’hui plus qu’hier, le mythe Sankara est plus vivant que jamais. Il a défié le temps à tel point que l’enfant de Têma-Bokin paraît aujourd’hui comme le chemin, pour beaucoup de Burkinabè et de jeunes Africains. Mais force est de constater que même si ses idées sont toujours célébrées, l’homme n’a apparemment pas encore eu d’héritier politique à sa taille, capable de chausser ses bottes et se hisser à la hauteur des espoirs qu’il avait suscités :
    Car, même si on se dit nouveau Sankara en criant ‘’’’’’la patrie ou la mort nous vaincrons,’’’’’ aucune révolution ne s’est encore avérée parfaite. En vérité peut-on alors parler de révolution ? Peut-être de révolte populaire. Celle qui part du peuple ne résiste pas longtemps aux velléités restauratrices. Mais celles qui partent du sommet comme dans les cas de Sankara et autres (Marx Lénine etc.) survivent à leurs leaders parce qu’elles sont avant tout idéologiques culturelles, idéalistes. Les concepteurs eux-mêmes ne pourraient pas en garantir la parfaite réalisation. C’est ce qui fait rêver les nouveaux maitres des pays du Sahel.

    Mais tant qu’ils n’auront pas compris que le copier-coller ne marche pas, confisquer la liberté en sans raison valable est peine perdue. Nous sommes entrés dans une ère d’où l’on ne peut plus rétrograder. 2024 n’est pas 1960 et c’est beau de dire toujours on va éradiquer les terroristes avant de faires des élections, mais oubliant que la liberté que nous a laissée nos ancêtres et les fondateurs de ce Faso est mal géré et parte à la ruine. Madame que Dieu vous tend sa main en ce beau dimanche et vous donne longue vie pour que nous puissions toujours échanger nos différences pour le bonheur de nos lectrices et de lecteurs.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Mousbila Sankara a été "enlevé"