Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’est bien d’être le meilleur, mais c’est meilleur d’être le plus original.» Youssoupha dans Mon Roi

Roch Kaboré investi nouveau président du Faso : « Nous devons poursuivre et renforcer la lutte contre la corruption, les passe-droits et l’incivisme »

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Roch Marc Christian Kaboré, président • Document • lundi 28 décembre 2020 à 23h55min
Roch Kaboré investi nouveau président du Faso : « Nous devons poursuivre et renforcer la lutte contre la corruption, les passe-droits et l’incivisme »

Discours d’investiture de S.EM. Roch Marc Christian Kaboré, président réélu du Faso lors du scrutin du 22 novembre 2020

Ouagadougou, le 28 décembre 2020

Excellences, Messieurs les Chefs d’Etat et Chers frères
Monsieur le Premier ministre du Burkina Faso et Madame
Monsieur le Premier ministre du Mali
Monsieur le président de la Commission de l’Union africaine,
Mesdames et messieurs les chefs de délégations étrangères
Monsieur le président de l’Assemblée nationale et Madame
Monsieur le président du Conseil constitutionnel et Madame,
Monsieur le Représentant du Secrétaire général de l’ONU
Monsieur le Président de la Commission de la CEDEAO
Monsieur le Président de la Commission de l’UEMOA
Monsieur le Représentant de la Secrétaire générale de l’OIF
Mesdames et Messieurs les Présidents d’Institution
Monsieur le Chef de file de l’Opposition politique
Mesdames et Messieurs les Ministres
Excellences, Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs
et Chefs de mission diplomatique et consulaire
Madame et Messieurs les candidats à l’élection présidentielle
Mesdames et Messieurs les Chefs de parti et organisation politique
Autorités judiciaires, militaires et paramilitaires
Majestés, Autorités coutumières et religieuses
Distinguées personnalités
Mes chers concitoyens et concitoyennes

Le Peuple burkinabè, par la présente cérémonie d’investiture du Président du Faso élu au suffrage universel le 22 novembre dernier, entame une nouvelle étape de la vie démocratique de notre pays.

En ce moment solennel, je réitère mes sincères remerciements à l’ensemble de mes compatriotes de l’intérieur et de l’extérieur pour la confiance renouvelée à travers le nouveau contrat social que nous avons scellé.

Il me plait de saluer la présence d’éminentes personnalités nationales et étrangères venues des quatre coins de la planète pour être témoins de ce moment historique qui honore le Peuple burkinabè.

Je voudrais vous inviter à reconnaitre dans cette salle mes frères et amis, les Chefs d’Etat dans l’ordre alphabétique des pays :
- le Président de la République de Côte d’Ivoire, Son Excellence Monsieur Alassane Ouattara ;
- le Président de la République du Ghana, Son Excellence Monsieur Nana Addo Dankwa Akufo-Addo ;
- le Président de la République de Guinée, Son Excellence Monsieur Alpha Condé ;
- le Président de la République de Guinée-Bissau, Son Excellence Monsieur Umaro Sissoco Embalo ;
- le Président de la République du Libéria, Son Excellence Monsieur George Weah ;
- le Président de la République islamique de Mauritanie, Son Excellence Monsieur Mohamed Ould El-Ghazouani ;
- le Président de la République du Niger, Son Excellence Monsieur Mahamadou Issoufou ;
- le Président de la République du Sénégal, Son Excellence Monsieur Macky Sall ;
- le Président de la République, Le Maréchal du Tchad Monsieur Idriss Déby Itno ;
- le Président de la République du Togo, Son Excellence Monsieur Faure Gnassingbé.

Au titre des Chefs d’Etat représentés au plus haut niveau, permettez-moi de vous présenter :
Monsieur Moctar OUANE, Premier Ministre du Mali, représentant le Président de la Transition.

Je salue également les autres personnalités, Représentants des Chefs d’Etat de l’Afrique du Sud, de l’Angola, du Bénin, du Cameroun, de l’Union des Comores, du Congo, du Royaume d’Arabie Saoudite, de l’Egypte, des Etats-unis, de la France, du Gabon, de la Gambie, du Kenya, du Koweit, du Liban, du Nigeria, et du Rwanda.

J’exprime ma gratitude aux Présidents de la Commission de l’Union africaine, de la CEDEAO, de l’UEMOA ainsi qu’au Représentant du Secrétaire général de l’ONU pour leur présence réconfortante.

Au nom du peuple burkinabè, je tiens à exprimer ma gratitude à chacune et à chacun de vous pour cette présence fraternelle et amicale, ainsi que pour toutes les délicatesses dont mon pays et moi-même sommes l’objet.

En cette circonstance mémorable, mes pensées vont à nos devanciers dans l’œuvre de construction nationale et de qui, nous avons hérité, une culture de résilience.

Je tiens à saluer particulièrement la mémoire des héros nationaux, des martyrs de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 et du coup d’Etat du 16 septembre 2015.
Leurs sacrifices n’auront pas été vains, car nous continuons à écrire de belles pages de notre histoire commune pour la défense de la démocratie et de l’Etat de droit dans notre pays.

Distinguées personnalités
Mesdames et Messieurs

Ces cinq dernières années, notre pays a été la cible de groupes armés terroristes dont les actions ont mis à mal nos efforts de développement, notre cohésion sociale et notre vivre-ensemble. Cependant, avec le courage des fils et des filles de notre pays, le Burkina Faso est resté debout, et continue sa marche héroïque vers un développement économique et social inclusif.

C’est le lieu pour moi de rendre un hommage mérité aux populations des villes et des campagnes qui ont payé un lourd tribut au terrorisme.
Je tiens à reconnaitre l’abnégation de nos Forces de Défense et de Sécurité, dont la détermination a été essentielle pour préserver la paix et l’unité nationale, et l’engagement des Volontaires pour la Défense de la Patrie dans cette lutte contre le terrorisme.

Distingués invités
Chers compatriotes

Dans des conditions difficiles, marquées entre autres par les défis sécuritaires, sanitaires et sociaux sans précédents, le Peuple burkinabè s’est mobilisé durant le mandat qui s’achève et a obtenu des résultats appréciables dans les différents domaines de la vie politique, économique et sociale.
Je voudrais adresser ma gratitude aux membres des différentes équipes gouvernementales, aux travailleurs du public, du privé et de toutes les autres catégories socio-professionnelles pour leur engagement à mes côtés.

Ce nouveau quinquennat s’annonce avec plein de défis et d’espoirs pour la construction de notre pays et la satisfaction des aspirations légitimes de notre Peuple.
Je tiens à rassurer que je resterai attentif aux préoccupations de l’ensemble de mes compatriotes, surtout en ce qui concerne la réconciliation nationale, la paix et la sécurité, gages de toute action de développement.
J’invite les Burkinabè, sans exclusive, à l’ardeur au travail et à la défense de l’intérêt supérieur de notre Nation qui, aujourd’hui, plus que jamais, a besoin de l’union sacrée de ses fils et filles pour son développement et pour tenir son rang dans le concert des nations.

Mesdames et Messieurs

Pour concrétiser ma volonté d’associer tous les Burkinabè dans la conduite des affaires publiques, je lancerai dans les mois à venir de larges consultations afin de définir les voies d’une réconciliation nationale véritable.

Ma conviction est établie que la réconciliation nationale ne saurait faire l’économie des crimes de sang, des crimes économiques et politiques qui, de 1960 à nos jours continuent d’envenimer les rapports entre les Burkinabè.

La réconciliation nationale que j’appelle de tous mes vœux doit aller au-delà des questions conjoncturelles pour nous permettre de définir ensemble les bases d’une société burkinabè fondée sur les valeurs cardinales du travail, de la probité, de la dignité et de la défense de l’intérêt national que nous lèguerons à la postérité.
Ce pacte social doit être une œuvre mobilisatrice et fédératrice de tous les Burkinabè autour des changements de mentalités, de comportements et d’idées nécessaires pour la défense et la consolidation de l’Etat-Nation, de l’Etat de droit démocratique et de notre modèle de vivre-ensemble.

C’est un devoir citoyen qu’il nous faut accomplir dans l’intérêt de l’unité nationale.
C’est pourquoi, nous devons nous départir de toutes les tentatives suicidaires de repli identitaire et de la stigmatisation de communautés entières, consécutives à l’action de groupes armés terroristes dans certaines localités de notre pays, parce qu’elles sont toutes attentatoires à la paix, à l’unité et à la cohésion nationale.

De même, nous devons poursuivre et renforcer la lutte contre la corruption, les passe-droits et l’incivisme qui annihilent tous nos efforts de développement.
Une attention particulière sera accordée à la justice, rempart de notre vivre-ensemble qui constitue un sujet de préoccupation pour bon nombre de Burkinabè.
Tous les efforts seront entrepris pour permettre de vider les dossiers pendants et garantir une justice équitable pour tous, dans notre pays.
La bonne gouvernance sera évidemment au centre de nos préoccupations.

En m’engageant avec les Burkinabè, à réaliser à travers mon programme quinquennal, la poursuite de notre rêve commun, j’entends atteindre les objectifs essentiels suivants :
- gagner le pari de la sécurité et de la stabilité de notre pays et assurer un retour des déplacés ;
- renforcer la démocratie, réconcilier les Burkinabè et consolider la paix et la cohésion sociale ;
- refonder une véritable administration des services publics sur la base d’une culture des résultats ;
- renforcer les investissements pour le bien-être social ;
asseoir l’économie du savoir et bâtir l’école de demain par la promotion de l’innovation technologique comme moyen par excellence pour transformer le Burkina Faso dans les secteurs sociaux et de développement ;
- gagner le pari des emplois décents et de la promotion de l’entreprenariat des jeunes et des femmes ;
- accroitre nos investissements dans les infrastructures structurantes pour le développement ;
- améliorer le rendement du secteur privé et relever le niveau de compétitivité de l’économie ;
- engager la relecture de la réforme agraire et foncière, pour régler durablement les questions foncières et immobilières ;
- assurer la mobilisation de la diaspora et son implication effective dans l’œuvre de construction nationale.
L’atteinte de ces objectifs nécessite que nous nous mettions immédiatement au travail, chacun à son niveau, car c’est la conjugaison de nos efforts qui nous permettra d’améliorer les conditions de vie de nos populations et de bâtir le Burkina Faso de nos ambitions.

Distingués invités

Le Burkina Faso est reconnaissant à ses partenaires internationaux pour la coopération fructueuse développée ces dernières années notamment dans les domaines du développement et de la sécurité.

Partisan du multilatéralisme dans la gestion des affaires du monde, le Burkina Faso continuera à renforcer ses actions en faveur de l’intégration régionale et de l’avènement d’un monde plus juste, plus sûr, plus solidaire et plus prospère.
Par ailleurs, la crise sanitaire mondiale consécutive à l’apparition de la COVID-19 est venue montrer à quel point le monde est vulnérable.
L’avenir de l’humanité dépend de la solidarité agissante des Nations et des peuples. De cette crise, c’est la leçon essentielle qui doit être partagée sur tous les continents et singulièrement par tous les pays en Afrique.
Le Burkina Faso réaffirme son engagement à œuvrer pour l’unité politique du continent, conformément aux nobles ambitions des pères fondateurs de l’Union africaine.
Tout citoyen africain doit y contribuer de toutes ses forces.

Distinguées personnalités
Mesdames et Messieurs

Le programme autour duquel j’ai été élu est porteur d’un lendemain meilleur pour notre Peuple. Aussi, devons-nous oser le changement maintenant pour garantir un futur désirable, fruit de notre engagement individuel et collectif et des perspectives de développement pour notre pays.

C’est pourquoi, j’engage chaque Burkinabè, de l’intérieur comme de l’extérieur, à s’investir résolument dans cette quête commune pour placer et maintenir le Burkina Faso sur une trajectoire de progrès.

Ensemble, bâtissons le Burkina Faso des générations futures !

Vive le Burkina Faso !

Vive l’Unité africaine !

Je vous remercie.

Vos commentaires

  • Le 28 décembre 2020 à 19:01, par RV En réponse à : Roch Kaboré investi nouveau président du Faso : « Nous devons poursuivre et renforcer la lutte contre la corruption, les passe-droits et l’incivisme »

    Le pire n’est pas ce discours sans fond ni forme mais le signal négatif dans la lutte contre la Covid 19 et le gaspillage de deniers publics. Quelle légèreté ! Oui, le pire est devant nous. Dieu nous sauve !

    Répondre à ce message

  • Le 28 décembre 2020 à 20:03, par citoyen Lambda En réponse à : Roch Kaboré investi nouveau président du Faso : « Nous devons poursuivre et renforcer la lutte contre la corruption, les passe-droits et l’incivisme »

    La configuration de la future équipe gouvernementale nous situera dans quelques jours ,s’il y a vraiment une volonté réelle volonté de rompre avec la mal gouvernance et tous les maux qui la caractérisent : Corruption, affairisme, népotisme, laisser aller etc.

    Répondre à ce message

  • Le 28 décembre 2020 à 21:12, par L’artiste En réponse à : Roch Kaboré investi nouveau président du Faso : « Nous devons poursuivre et renforcer la lutte contre la corruption, les passe-droits et l’incivisme »

    Merci pour l’avertissement et ceux qui s’y connaissent bien doivent prendre et très vite la clé des champs pour aller vers des cieux meilleurs ! Heureusement que la CÉDEAO et l’Union Africaine reconnaissent la liberté d’aller chercher sa vie (émigrer vite ) . C’est un droit que personne ne peut refuser ce droit.

    Répondre à ce message

  • Le 29 décembre 2020 à 00:31, par Nabiiga En réponse à : Roch Kaboré investi nouveau président du Faso : « Nous devons poursuivre et renforcer la lutte contre la corruption, les passe-droits et l’incivisme »

    ’ « Je jure, devant le peuple burkinabè et sur mon honneur, de préserver, de respecter, de faire respecter et de défendre la Constitution et les lois ; de tout mettre en œuvre pour garantir la justice à tous les habitants du Burkina Faso ».

    Chapi, c’est tout ce dont le Burkina a besoin. ’Défendre la constitution et ses lois’.{{}} Il n’y a pas de détour, la constitution sera défendue et ses lois respectées à la lettre. Le Président a de l’expérience dans la défense de la constitution car il a déjà fait devant Blaise Compaoré lorsque ce dernier, follement assoiffé de pouvoir en son temps, s’efforçait par tous les moyens de tripatouiller cette même constitution pour s’éterniser au pouvoir. Le Président Roch, sage, continuera à œuvrer dans la même direction de défense de la constitution.

    La Justice sera rendue. Voilà que nous sommes assurés que toute personne ayant fui le pays dans l’optique de se dédouaner de ce dont on l’accuse, et pour laquelle raison il s’est constitué de son propre gré un SDF dans un pays étranger, est prié de rentrer au bercail pour répondre de ces forfaits afin de mettre un terme à son cavale car, c’est trop humiliant. Suivez mon regard seulement. Ce promettant, le Président est en train de mettre à néant tout argument devant d’autres juridictions où on est essaie infructueusement, (et sans honte d’ailleurs) d’épingler la justice Burkinabè. Traîner le nom du pays de soi dans la boue à l’étranger est sans doute l’œuvre éhontée des lâches et des apatrides. C’est inacceptable, on le sait ! Que tout le monde rentre au pays sans souiller davantage le nom de notre patrie, sous peine même de contraindre les autorités des pays hôtes de les expulser manu militari de leurs territoires.

    Ayant défendu vaillamment notre constitution et ses lois, il faut déjà voir en Rock Kaboré la dernière personne sur terre à commettre l’erreur de vouloir s’accrocher au pouvoir à l’instar de ses homologues, dirais-je même des basses figures, dans la sous-région ou ailleurs en Afrique.

    Il y aura, certes, une transition souple au sein de MPP pour élire démocratiquement le prochain porteur du flambeau de MPP pour les autres consultations électorales de tout genre dans notre pays. Pour cela, on est serein.

    Bon vent cher vrai fils du pays.

    Répondre à ce message

  • Le 29 décembre 2020 à 08:22, par Vérité Indiscutable En réponse à : Roch Kaboré investi nouveau président du Faso : « Nous devons poursuivre et renforcer la lutte contre la corruption, les passe-droits et l’incivisme »

    Le Pire est qu’il est conscient des vrais problèmes qui minent le pays puisqu’il touche bien les problèmes qui plongent le pays dans la misère dans son discours. Les 5 ans passés ont pourtant été brillants en corruptions et mal gouvernance (BOUDA, BEOUINDE, Mme LOUGUE, etc pour ne citer que les cas évidents) et tout ce qu’il a cité. Soit il se trompe lui-même avec de jolis mots, soit il considère le peuple comme étant mouton. A chacun d’en faire son point de vue. Mais j’ai honte vraiment de ce régime. Vivement du nouveau, complètement détaché de ces veilles générations qui se contentent d’elles-mêmes et qui n’ont pas de rêves suffisants ni la détermination absolue nécessaire pour sortir ce pays de la misère et qui s’enrichissent sans honte depuis un demi siècle sur le dos des pauvres.

    Répondre à ce message

  • Le 29 décembre 2020 à 15:44, par Soucieux pour mon pays En réponse à : Roch Kaboré investi nouveau président du Faso : « Nous devons poursuivre et renforcer la lutte contre la corruption, les passe-droits et l’incivisme »

    Si je comprends bien, il n’y aura pas de rupture quoi. Si c’est ce qu’on a vu, entendu durant les 5 années passées qui sera CONTINUE ET RENFORCE, alors, 😭😭😭

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Les 100 premiers jours du gouvernement Dabiré 2 : Un train de sénateur pour gérer, rien que le quotidien
2021 : Une année chargée d’espoir pour les Burkinabè, prédit le président Roch Kaboré
Burkina : Le Conseil constitutionnel acte le deuxième mandat de Roch Kaboré !
Roch Kaboré investi nouveau président du Faso : « Nous devons poursuivre et renforcer la lutte contre la corruption, les passe-droits et l’incivisme »
Investiture de Roch Kaboré : « J’attends un peu plus de fermeté dans la lutte contre l’incivisme » (Emile Paré du MPP, parti au pouvoir)
Investiture de Roch Kaboré : Le discours du président du Conseil constitutionnel
Investiture du président du Faso : "Prêter serment, c’est mettre son âme en péril"
Burkina Faso : En attendant l’investiture de Roch Kaboré
Roch Marc Christian Kaboré : Pour le deuxième et dernier mandat, le devoir d’ingratitude s’impose
An 3 de la gouvernance MPP : Une performance de 7,19/20 selon les résultats de notre sondage
Burkina Faso : Le président Roch Kaboré appelle à une trève sociale
58e anniversaire du Burkina Faso : Le message à la nation du président Roch Kaboré
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés