Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’est bien d’être le meilleur, mais c’est meilleur d’être le plus original.» Youssoupha dans Mon Roi

2021 : Une année chargée d’espoir pour les Burkinabè, prédit le président Roch Kaboré

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Roch Marc Christian Kaboré, président • LEFASO.NET • vendredi 1er janvier 2021 à 01h15min
2021 : Une année chargée d’espoir pour les Burkinabè, prédit le président Roch Kaboré

Message à la nation de son excellence monsieur Roch Marc Christian KABORE président du Faso, chef de l’Etat a l’occasion du nouvel an 2021

Peuple du Burkina Faso
Chers Compatriotes
Dans quelques heures, la nouvelle année 2021 ouvrira ses portes au monde entier. Pour le peuple burkinabè, c’est une année chargée d’espoir qui commence, comme pour faire oublier les souvenirs douloureux et les situations difficiles qui ont marqué l’année qui s’achève.

Ainsi que nous l’avons vécue, l’année écoulée a été jalonnée d’épreuves auxquelles notre peuple a fait face. En effet, les difficultés nées des crises sécuritaire, sanitaire et sociale n’ont pas eu raison de notre détermination collective à continuer à bâtir les fondements de notre bonheur.

C’est pourquoi, la Nation exprime par ma voix sa reconnaissance infinie à tous ses enfants qui ont payé de leur vie la résistance opposée aux groupes armés terroristes et renouvelle sa solidarité aux veuves, aux orphelins et aux parents de toutes les victimes civiles et militaires de cette guerre. Aux blessés, j’adresse mes vœux de prompt rétablissement.

Peuple du Burkina Faso
Chers Compatriotes
Au plan politique, l’acquis majeur dont nous devons toutes et tous tirer une légitime fierté, est incontestablement la tenue, le 22 novembre dernier, des élections couplées, présidentielle et législatives. Elles furent, de l’avis unanime, démocratiques et inclusives, associant pour la première fois le vote des Burkinabè de l’extérieur.
La sincérité et le sens des responsabilités avec lesquels le dialogue politique a été initié, conduit et suivi, ont permis de renforcer le consensus national sur la préparation et la tenue de ces élections, dans un contexte sécuritaire et sanitaire préoccupant.

Je voudrais saluer la classe politique, les organisations de la Société civile, les responsables traditionnels, coutumiers et religieux ainsi que toutes les personnes ressources qui, par amour pour le pays, ont contribué au succès du processus qui nous a permis d’avoir des élections apaisées.

En dépit d’un contexte national et international difficile, la croissance économique est au rendez-vous dans notre pays, grâce à une maitrise des grands équilibres macro-économiques et à la poursuite des réformes au niveau des principales régies financières, afin d’accroitre la mobilisation des ressources internes.
Ces efforts doivent être poursuivis et renforcés par la digitalisation de l’essentiel des services destinés au large public et le renforcement de l’utilisation de la technologie dans les secteurs vitaux du développement.

Au sortir du quinquennat 2016-2020, malgré des avancées notables au plan social, sanitaire et éducatif, au niveau des libertés, des infrastructures, de l’énergie et de l’emploi des jeunes et des femmes, beaucoup reste à faire.
C’est en se mobilisant comme un seul homme que nous pourrons engranger des résultats encore plus spectaculaires dans les différents domaines du développement économique et social.

Chers compatriotes
Burkinabè de nos villes et campagnes

L’année nouvelle annonce l’an I de mon second et dernier quinquennat. Mes rencontres avec les Burkinabè de l’intérieur et de l’extérieur, avec les Forces Vives de nos régions, avec les femmes, les jeunes, les productrices et producteurs du pays, les opérateurs économiques et les acteurs de l’économie informelle ont permis de prendre toute la mesure des nombreuses attentes formulées çà et là.

Ensemble dans un dialogue fécond et respectueux, nous pouvons trouver les réponses et solutions appropriées pour l’amélioration des conditions de vie des Burkinabè, en ayant pleinement conscience des moyens dont nous disposons.
Pour ce faire, nous devons, ici et maintenant, engager les réformes qui s’imposent pour améliorer la gouvernance aux plans politique, économique et social, lutter plus efficacement contre la corruption et amener les Burkinabè à aimer et à être fiers de leur pays.

L’avenir radieux du Burkina Faso, le salut de notre Nation viendront de notre capacité individuelle et collective à oser ensemble le changement porteur de paix, de démocratie, de cohésion sociale, de justice et de prospérité partagée.
Comme vous le savez, le Gouvernement vient de rappeler la nécessité d’observer les mesures destinées à lutter efficacement contre la COVID-19. C’est dans la discipline et la volonté de chacune et de chacun de nous de se protéger et de protéger les autres que nous prendrons le dessus sur cette pandémie.

De manière lucide et sereine, nous devons saisir les difficultés actuelles comme une opportunité pour gagner le pari du développement durable, dans le respect des valeurs qui ont, de tout temps, fait la fierté du Burkinabè et qui sont entre autres, le travail, l’intégrité, la dignité et la solidarité.

Peuple du Burkina Faso
Concitoyennes et Concitoyens
de l’intérieur et de l’extérieur

Dans quelques jours, une équipe gouvernementale sera constituée et va se mettre au travail immédiatement pour dérouler le programme pour lequel j’ai bénéficié de la confiance des Burkinabè pour les cinq années à venir. Les priorités sont connues et la feuille de route du gouvernement est prête.

J’en appelle au sens des responsabilités de tous afin que la noble et exaltante mission de servir le Peuple décuple les énergies des uns et des autres pour en faire de bons, fidèles et loyaux serviteurs du Peuple burkinabè.
C’est le prix que nous devons payer pour réhabiliter le politique et les hommes et femmes politiques. C’est aussi à ce prix que nous pourrons mobiliser tous les Burkinabè autour de leurs intérêts que nous devons servir, défendre et promouvoir.

Peuple du Burkina Faso
Chers compatriotes
En cette fin d’année marquée par la mise à jour et l’exigence du respect des mesures anti-COVID-19, je voudrais inviter les Burkinabè à accueillir 2021 dans la sobriété et dans le respect, aussi bien, des règles de la circulation routière que des mesures sanitaires édictées dans notre intérêt à tous.

La santé étant la condition de la vie, il faut que chaque Burkinabè soit l’artisan et le meilleur défenseur de sa santé.
J’ai une pensée pour tous les malades et les déplacés pour qui cette nuit n’est pas synonyme de réjouissance. Mes vœux de santé et l’expression de ma solidarité accompagnent les uns et les autres.

A toutes celles et à tous ceux qui travaillent cette nuit dans des établissements à feu continu, dans les services de santé, sur nos routes ou qui sont au front, pour notre sécurité, je leur adresse mes encouragements.

A chacun et à chacune des Burkinabè de l’intérieur comme de l’extérieur, à nos frères et sœurs des autres communautés qui vivent ici au Burkina Faso en parfaite intelligence avec nos populations, je souhaite une année de santé, de paix et de prospérité.
Aux amis du Burkina Faso à travers le monde, je souhaite une bonne et heureuse année 2021.

Paix et prospérité pour tous !
Que Dieu bénisse le Burkina Faso !
Je vous remercie.

Vos commentaires

  • Le 31 décembre 2020 à 20:41, par HUG En réponse à : Message à la nation de son excellence monsieur Roch Marc Christian KABORE président du Faso, chef de l’Etat a l’occasion du nouvel an 2021

    Aucune donnée statistique dans le discours. Mon professeur d épistémologie nous disait que les statistiques ont un pouvoir.On croise les mains et on attend.

    Répondre à ce message

  • Le 1er janvier à 09:35, par Adakalan En réponse à : 2021 : Une année chargée d’espoir pour les Burkinabè, prédit le président Roch Kaboré

    Discours moins classique qui s’adresse aux burkinabè.
    Le changement est alors enclenché. Avec une bonne gouvernance, le burkina peut devenir eldorado pour nos enfants. Si l’argent du peuple va la ou il devrait être, vous verez. Et cela a tous les niveaux. Du niveau décentralisé ou déconcentré jusqu’au sommet.
    Le burkina n’est pas un pays pauvre, le burkina est pauvre de la pauvreté de nos esprits.

    Répondre à ce message

  • Le 1er janvier à 11:18, par Fulbert En réponse à : 2021 : Une année chargée d’espoir pour les Burkinabè, prédit le président Roch Kaboré

    C’est le moment effectivement de proposer des listes de personnes capables d’occuper le poste de Premier ministre et de ministres. Cela peut offrir une large vue au chef de l’Etat pour des choix judicieux. En vérité, la fronde sociale qui a émaillé le premier quinquennat du président Kaboré est grandement due au manque de tact managérial de plusieurs ministres dont les départements étaient régulièrement agités par des frondes syndicales ou de personnels. Il s’agit des ministères suivants : Fonction publique, affaires étrangères, Habitat et urbanisme, santé, communication. Il est reproché aux ministres en charge de ces départements un déficit de dialogue social et un mépris du personnel et des syndicats. On ne saurait bien gouverner ainsi et on crée inutilement des frondes sociales pour perturber la réalisation du programme présidentiel. Il existe dans le pays, des personnalités qui ont su faire preuve de dialogue pour un bon management de services publics qui sont généralement réputés difficiles. Il s’agit du Pr Ouaro de l’éducation nationale, Robert Bibia Sangaré qui a bien géré avec responsabilité les crises estudiantines en sa qualité de DG du CENOU,de même que le CHU Yalgado Ouédraogo.On peut citer aussi le Larlé Naba Tigré,un modèle de promotion de l’agriculture, le Pr Albert Ouédraogo ,ancien ministre ,pionnier de la cause des Burkinabè de la diaspora qui ont pu enfin voter pour la première fois à la présidentielle 2020.Le président Kaboré a maintes fois promis de respecter dans le gouvernement le quota genre de 30% en faveur des femmes. Cela n’est toujours pas concrétisé. Mais s’il nommait une femme au poste de Premier ministre, ce sera un grand pas dans l’esprit de ce quota même s’il n’est pas atteint arithmétiquement. L’ex ministre des finances, Rosine Sory/Coulibaly serait le profil idéal. Elle est dynamique et agit pour des résultats.

    Répondre à ce message

  • Le 1er janvier à 20:33, par Sheikhy En réponse à : 2021 : Une année chargée d’espoir pour les Burkinabè, prédit le président Roch Kaboré

    Rock, il faut faire un tour à Karpala svp. Maladies chroniques liées à la poussière et dépenses chroniques liées aux voies, aux chantiers. La poussière même depuis un motif de panne moteur.

    Répondre à ce message

  • Le 1er janvier à 23:47, par STP En réponse à : 2021 : Une année chargée d’espoir pour les Burkinabè, prédit le président Roch Kaboré

    Felicitation mon président, gardez le cap et la tete froide. Etant donné que les accords secrets de cooperation entre l’Afrique et la France sont arrivés a terme ce 26 Decembre 2020. Nous vous en supplions ; ne signez pas le renouvellement de ces accords secret qui nuit au developpement de l’Afrique en general et du Burkina en particulier. ou alors soumettez les au referendum.
    Continuez votre combat pour une monaie commune Africaine non arimée a l’Euro et a taux flexible.

    Voci les accords secrets en question :

    #1. La dette coloniale pour remboursement des bénéfices de la colonisation
    #2 . La confiscation automatique des réserves financières nationales
    #3 . Le droit de premier refus sur toute ressource brute ou naturelle découverte dans le pays
    #4 . Priorité aux intérêts et aux entreprises français dans les marchés publics et appels d’offre publics
    #5. Droit exclusif de fournir des équipements militaires et de former les officiers militaires des colonies
    #6. Le droit pour la France de déployer des troupes et d’intervenir militairement dans le pays pour défendre ses intérêts
    #7. L’obligation de faire du français la langue officielle du pays et la langue pour l’éducation
    #8. L’obligation d’utiliser le franc CFA (franc des Colonies Françaises d’Afrique)
    #9 . L’obligation d’envoyer en France, un bilan annuel et un rapport d’état des réserves.
    #10 . Renoncer à toute alliance militaire avec d’autres pays, sauf autorisation de la France
    #11 . L’obligation de s’allier avec la France en cas de guerre ou de crise mondiale

    Répondre à ce message

  • Le 2 janvier à 11:46, par Fulbert En réponse à : 2021 : Une année chargée d’espoir pour les Burkinabè, prédit le président Roch Kaboré

    C’est le moment effectivement de proposer des listes de personnes capables d’occuper le poste de Premier ministre et de ministres. Cela peut offrir une large vue au chef de l’Etat pour des choix judicieux. En vérité, la fronde sociale qui a émaillé le premier quinquennat du président Kaboré est grandement due au manque de tact managérial de plusieurs ministres dont les départements étaient régulièrement agités par des frondes syndicales ou de personnels. Il s’agit des ministères suivants : Fonction publique, affaires étrangères, Habitat et urbanisme, santé, communication. Il est reproché aux ministres en charge de ces départements un déficit de dialogue social et un mépris du personnel et des syndicats. On ne saurait bien gouverner ainsi et on crée inutilement des frondes sociales pour perturber la réalisation du programme présidentiel. Il existe dans le pays, des personnalités qui ont su faire preuve de dialogue pour un bon management de services publics qui sont généralement réputés difficiles. Il s’agit du Pr Ouaro de l’éducation nationale, Robert Bibia Sangaré qui a bien géré avec responsabilité les crises estudiantines en sa qualité de DG du CENOU,de même que le CHU Yalgado Ouédraogo.On peut citer aussi le Larlé Naba Tigré,un modèle de promotion de l’agriculture, le Pr Albert Ouédraogo ,ancien ministre ,pionnier de la cause des Burkinabè de la diaspora qui ont pu enfin voter pour la première fois à la présidentielle 2020.Le président Kaboré a maintes fois promis de respecter dans le gouvernement le quota genre de 30% en faveur des femmes. Cela n’est toujours pas concrétisé. Mais s’il nommait une femme au poste de Premier ministre, ce sera un grand pas dans l’esprit de ce quota même s’il n’est pas atteint arithmétiquement. L’ex ministre des finances, Rosine Sory/Coulibaly serait le profil idéal. Elle est dynamique et agit pour des résultats.

    Répondre à ce message

  • Le 2 janvier à 12:02, par POUR LA VERITE En réponse à : 2021 : Une année chargée d’espoir pour les Burkinabè, prédit le président Roch Kaboré

    Je suis parfaitement d’accord avec vous Adakalan

    Le pays des hommes intègres est loin d’être pauvre, la pauvreté c’est dans la tête.
    Avec un peu de conscience collective nos ressources pourront être affectés au bon endroit et de la bonne façon.

    Bonne année 2021 à tous les hommes intègres et puisse DIEU faire en sorte que nous mettions l’intérêt commun de la nation au devant de toutes nos actions !

    DIEU BÉNISSE LE BURKINA FASO !!!

    Répondre à ce message

  • Le 3 janvier à 00:40, par Africa En réponse à : 2021 : Une année chargée d’espoir pour les Burkinabè, prédit le président Roch Kaboré

    "L’année nouvelle annonce l’an I de mon second et dernier quinquennat", dixit le Président du Faso à la Nation.
    FÉLICITATIONS et BRAVO à Mr le Président du Faso pour cette déclaration claire et limpide que même très peu de commentateurs n’ont pas voulu ou osé exprimé après sa brillante rèélection depuis le 22 Novembre 2020. Pour cette petite phrase, le Président mérite ces chaleureuses félicitations de ma part pour les raisons ci-après :
    1). il entend respecter la volonté du peuple souverain qui a rejeté la modification de l’article 37 de la constitution en octobre 2014 et qui a fait verrouiller le nombre et la durée des mandats présidentiels à deux de 5 ans en continu ou en discontinu, quel que soit par ailleurs le regime constitutionnel nouveau dans lequel le pays se doterait dans le futur.
    2). Cette petite phrase du Présidant signifie que, même en cas d’adoption de la nouvelle Constitution de la 5ème République au cours de ce second mandant, il observerra strictement les disposition de la constitution en vigueur . Il n’y aura pas remise du compteur à zéro pour lui. Nous devons saluer cet état d’esprit du Président parce que, dans une Afrique Francophone où les constitutionnalistes sont incapables de rediger un article sans équivoque sur cette question, laissant ainsi son interprétation et son application au bon vouloir du président sortant, notre Président a voulu prendre dès à présent ses distances avec les laudateurs et les groupes d’intérêts nationaux et étrangers qui ne manqueront pas de le pousser à faire un passage en force le moment venu s’il fait leur affaire comme on le voit ailleurs. Quitte à marcher sur des morts et à jeter des opposants en prison sur qui on rejetera la responsabilité des crimes ainsi commis, pour ensuite utiliser la libération de ces malheureux opposants comme monnaie de change d’une reconnaissance du pouvoir ainsi conquis. En somme, une forme de prise d’otages par des individus à la conquête du pouvoir d’Etat.
    3). Cette ruse macabre, cynique et anti-comstitutionnelle de conquête du pouvoir , le président du Faso promet à la nation qu’il s’en démarquera en nous réaffirmant qu’il est à l’entâme de son dernier mandat conformément à la constitution d’aujourd’hui ou celle de demain !.
    Croyons-le sur parole et soutenons-le dans cette voie. Cela correspond à notre rêve de grandeur pour le BURKINA FASO.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Les 100 premiers jours du gouvernement Dabiré 2 : Un train de sénateur pour gérer, rien que le quotidien
2021 : Une année chargée d’espoir pour les Burkinabè, prédit le président Roch Kaboré
Burkina : Le Conseil constitutionnel acte le deuxième mandat de Roch Kaboré !
Roch Kaboré investi nouveau président du Faso : « Nous devons poursuivre et renforcer la lutte contre la corruption, les passe-droits et l’incivisme »
Investiture de Roch Kaboré : « J’attends un peu plus de fermeté dans la lutte contre l’incivisme » (Emile Paré du MPP, parti au pouvoir)
Investiture de Roch Kaboré : Le discours du président du Conseil constitutionnel
Investiture du président du Faso : "Prêter serment, c’est mettre son âme en péril"
Burkina Faso : En attendant l’investiture de Roch Kaboré
Roch Marc Christian Kaboré : Pour le deuxième et dernier mandat, le devoir d’ingratitude s’impose
An 3 de la gouvernance MPP : Une performance de 7,19/20 selon les résultats de notre sondage
Burkina Faso : Le président Roch Kaboré appelle à une trève sociale
58e anniversaire du Burkina Faso : Le message à la nation du président Roch Kaboré
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés