Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne jugez point, afin que vous ne soyez point jugés. Car on vous jugera du jugement dont vous jugez, et l’on vous mesurera avec la mesure dont vous mesurez.» Jésus de Nazareth

Roch Marc Christian Kaboré : Sera-t-il digne de la place des grands hommes du Burkina Faso ?

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Roch Marc Christian Kaboré, président • LEFASO.NET • jeudi 15 juillet 2021 à 11h52min
Roch Marc Christian Kaboré : Sera-t-il  digne de la place des grands hommes du Burkina Faso ?

Être président du Faso, peut être un rêve d’enfant, parce qu’on a vu rouler en voiture un dignitaire de la République, accompagné de sirènes et de motards sur des routes dégagées, où les autres sont à l’arrêt, obligés de l’observer comme les vaches dans le pré regardent le train qui passe. De la fonction rêvée à la fonction réelle, beaucoup d’illusions et de toiles d’araignées dans la tête tombent. Qu’est-ce que cette fonction éminente de la République ? Que doivent faire ceux qui l’exercent pour laisser des traces dans l’histoire ?

Le rasage matinal est un exercice barbant. Faisant partie des premiers moments de la journée, c’est un moment où le cerveau se met en marche, où la concentration est difficile parce que l’on commence à penser après le sommeil, d’où les coups de lame maladroits et le sang. À quoi pense le président du Faso en se rasant ?
Roch Marc Christian Kaboré à cette période de son second mandat, doit se donner souvent des coups de lame involontaires au rasage.

Après avoir étrenné puis abandonné le ministère de la Défense, il est obligé de le reprendre après le drame de Solhan. Son second mandat commence comme le premier par une catastrophe humanitaire liée au terrorisme, les questions sur le bilan de son passage à la présidence doivent être les pensées qui l’assaillent quand il se rase. Que va-t-il laisser après son passage à la tête de l’État ? Un pays entier, avec l’intégralité du territoire, et quelle société ?

Il peut essayer des actions d’éclat, des coups publicitaires qui feront la différence d’avec les autres présidents. Mais cela ne fera pas sens dans le temps long et ne le conservera pas dans les mémoires et les livres d’histoire. Que doit faire Roch Marc Christian pour ne pas être un président ordinaire, un président qui n’aura rien laissé aux générations futures, un président auquel l’histoire demandera des comptes ?

Le sens du dernier remaniement réside dans cette préoccupation. S’il a décidé de prendre en charge le ministère de la Défense après le drame de Solhan, c’est pour peser de son poids sur la résolution de la crise sécuritaire qui menace l’intégrité du Burkina Faso. En l’élisant au suffrage universel par deux fois, les Burkinabè lui ont confié leur destin. Et ce destin se joue aujourd’hui de manière importante et cruciale sur le plan de la sécurité. C’est pour avoir lui-même la maîtrise de la défense du pays par les temps troublés que nous vivons.

Insuffler l’enthousiasme et la motivation

En temps de paix, la question territoriale ne serait pas une contrainte importante. Elle relèverait seulement des préoccupations d’aménagement, d’équité et d’accès aux ressources. Le président avait alors le loisir d’impulser sa marque sur d’autres domaines et secteurs de la vie de la nation. Mais aujourd’hui, le président du Faso a la lourde responsabilité de tout faire pour que le pays ne disparaisse pas et qu’aucune portion de son territoire ne lui soit pas enlevée. S’il échoue sur ce plan, il aura tout perdu, il rentrera dans l’histoire comme celui qui n’a pas réussi à défendre le pays et elle (l’histoire) ne lui sera pas indulgente. Et ainsi il perdra toute gloire et toute reconnaissance à l’avenir.

En rencontrant les militaires, des plus hauts gradés aux plus bas de l’échelle, il a dû leur passer le message que la bataille contre le terrorisme ne doit pas être perdue. Il a dû leur insuffler l’enthousiasme et la motivation pour que, plus jamais, il n’y ait un autre Solhan. Pour rentrer dans l’histoire, il faut lutter contre l’adversité. Nous avons des ennemis de partout, ils ont réussi à rentrer chez nous et chez nos voisins et nous attaquent sans répit. Réussir à nous en débarrasser est l’exploit qui est demandé à notre peuple, notre armée, nos dirigeants politiques et militaires.

Notre devoir est de le réaliser et c’est ainsi seulement qu’on écrira l’histoire. Certains vous diront que l’on ne peut pas vaincre le terrorisme, que les Américains se sont retirés d’Afghanistan et que les Français se retirent du Mali et du Sahel. Mais l’histoire est faite de choses que l’on disait impossibles. Et nous, nous n’avons pas le choix, nous n’avons pas un autre pays, une autre terre où aller, si on laisse les groupes terroristes nous retirer la terre de nos ancêtres.

Chaque matin, chacun en se rasant doit se dire avec obstination que nous pouvons le faire. Et chacun à son poste de combat doit faire son travail pour que nous gagnions sur nos ennemis. C’est seulement ainsi que nous écrirons l’histoire et que nos dirigeants accèderont à la place des grands hommes. La lutte contre le terrorisme n’est pas une bataille qui peut être gagnée par un individu quel que soit son talent, c’est la lutte de tout un peuple avec des dirigeants éclairés.

Mettre le holà sur les dérives prédatrices

Une seconde chose doit faire partie des pensées qui viennent au président face à son miroir, la lutte contre la corruption. Elle lui permettra de se différentier de ses prédécesseurs. Depuis Thomas Sankara, rien n’a été fait dans ce domaine. S’il s’y engage, il gagnera en popularité et pourra mobiliser dans la lutte contre le terrorisme. On ne lui demande pas de faire du sankarisme, mais de mettre le holà sur les dérives prédatrices qui diminuent les moyens que l’on peut consacrer à la défense du pays et de son territoire.

Ramener un peu de vertu dans la gouvernance du pays ne peut pas lui nuire au procès de la postérité. A cette préoccupation, doit s’adjoindre celle de la justice pour tous les crimes impunis qu’il est venu trouver dans les tiroirs de la République. C’est un devoir qui lui incombe, et auquel il ne peut pas se dérober. En le faisant, il trace les sillons pour que le pays se réconcilie avec la justice. Et cela lui sera reconnu par les générations futures comme celui qui aura mis fin à l’impunité, ou tout au moins a commencé à juger les crimes impunis.

En décidant avec ses amis Salif Diallo et Simon Compaoré de s’opposer au règne à vie de Blaise Compaoré, Roch Marc Christian Kaboré prenait la plume pour écrire sur une page blanche de l’histoire. Grâce au peuple, l’insurrection et la résistance au coup d’État de Diendéré sont venues s’écrire en lettres de sang. Le sang et la sueur continuent de couler pour préserver le pays. En tant que président du Faso, il ne doit pas être un des acteurs mineurs de cette histoire.

Sana Guy
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 14 juillet à 18:45, par Amadoum En réponse à : Rock Marc Christian Kaboré : Sera-t-il à Place des grands hommes ?

    Mon Cher il ne faut pas rever car n est pas Sankara qui veut.Quand on est debonnaire c est pour toute la vie.En realité c est surtout feu Salif Diallo qui a pousser Rock a rompre avec Blaise et Cie.Tout au long de sa carriere je ne crois pas que le president ait pu prendre une decision forte et spectaculaire.Les Burkinabé allaient jubiler si simplement on faisait rendre gorge a quelques corrompus.

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet à 18:53, par Sidpassata Veritas En réponse à : Rock Marc Christian Kaboré : Sera-t-il à Place des grands hommes ?

    « Nous avons des ennemis de partout, ils ont réussi à rentrer chez nous ... Réussir à nous en débarrasser est l’exploit qui est demandé à notre peuple, notre armée, nos dirigeants politiques et militaires. »
    Quand on dit comme cela que cette lutte de libération est l’affaire de tous, il faut tout de suite ajouter que la résistance commune ne sera qu’un grand désordre nuisible, sauf si le chef de l’état assisté de dirigeants politiques et militaires organise concrètement l’action que chaque catégorie de citoyens doit mener pour le renseignement, pour la logistique et pour le combat et la surveillance permanente du territoire. Si l’action commune n’est pas organisée par qui de droit, c’est inutile de répéter que cette guerre est l’affaire de tous. Quand il n’existent pas des orientations claires et précises pour chaque type d’action pour permettre de contribuer efficacement à la lutte, que peuvent faire les individus, mêmes courageux et très motivés ? Il est certain que les terroristes, dont la principale stratégie est de semer la panique généralisée avec des attaque surprises, échoueront devant un peuple dressé qui ne cède pas à la peur, qui surveille leur moindre mouvement et qui les attaque en premier pour éviter d’être surpris. Cela demande organisation, coordination et mobilisation psychologique car il ne faut pas déserter le terrain de la "guerre des nerfs". De la même manière qu’il a battu campagne pour être réélu, il faut que le président bouge et batte campagne contre les abus de biens publics (corruption notamment), contre le terroriste et parler beaucoup à tous pour chasser la peur-panique qui est déjà dans les esprits de beaucoup de citoyens. Il est sûr que nous pouvons et devons gagner la victoire contre le terrorisme, mais dans cette affaire, céder à la peur serait la première défaite et l’inaction sous prétexte d’accalmie serait un gros piège mortel.

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet à 18:57, par Jonassan En réponse à : Rock Marc Christian Kaboré : Sera-t-il à Place des grands hommes ?

    A déposer au chevet de Roch Marc Christian Kaboré pour qu’il s’endorme avec et qu’il se réveille avec, ce doit être son bréviaire. Plus solide que les discours de prestation et de répétition occasionnels,.

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet à 20:28, par Le Patriote "Le vrai" En réponse à : Rock Marc Christian Kaboré : Sera-t-il à Place des grands hommes ?

    Bien parler Monsieur le journaliste. La situation de notre pays est très critique. La raison, le louvoiement de la gouvernance. Ne pas se démarquer totalement et résolument de la gouvernance foncièrement réactionnaire et prédatrice de la compaorose d’un côté et de l’autre ne pas s’engager résolument dans la voie sankariste de développement endogène. Voilà où nous a conduit la gouvernance actuelle dans une impasse totale. Pour nous sortir de l’abîme, il nous faut changer de paradigme avec un gouvernement de patriotes militants de la trempe du chat du Nayala. C’est la seule alternative qui reste au président RMCK s’il tient à terminer son mandat. La situation s’est complètement inversée avec les pires réactionnaires de notre pays qui osent lever la tête à la faveur de l’insécurité de notre pays dont ils sont d’ailleurs les instigateurs. Chose qui n’était envisageable avec un gouvernement de combattants qui va mettre l’ensemble de notre peuple en musique pour vaincre le terrorisme et conduire un développement intelligemment autogéré de notre pays.

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet à 20:55, par Oscar En réponse à : Roch Marc Christian Kaboré : Sera-t-il à Place des grands hommes ?

    Merci pour votre pertinente analyse. Mais pour le cas du PF, en toute franchise, je pense qu’il ne pourra pas nous sauver. S’il le pouvait nous n’en serions pas là avec des milliers de morts, des millions de PDI, un territoire presque hachuré tout en rouge, des officiers mégalomanes, une prédation sans vergogne des deniers publics et la mal cause. Que chacun attache bien sa ceinture !
    Merci d’attirer son attention, mais la tu as prêché dans un désert. Ces gars sont dans un autre level.
    Sinon comment un humain normal ne tape du point sur la table dans une tel contexte apocalyptique.

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet à 21:04, par MyMy En réponse à : Roch Marc Christian Kaboré : Sera-t-il à Place des grands hommes ?

    - Houlalala..., pince sans rire..., quelqu’un n’est-il pas en train de provoquer le "Prési" ? Pourquoi vous voulez qu’il fasse le job pour lequel il n’a jamais été élu ?
    Dans un pays où la majorité des gens confond "emploi" et "fonction", c’est qui de bon qui peut y naître pour le meilleur, au profit du peuple ?

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet à 21:38, par Bakkermann En réponse à : Roch Marc Christian Kaboré : Sera-t-il à Place des grands hommes ?

    Non, il ne serait pas parmi les grands hommes, mais trop tôt pour juger... La question ouverte qui se pose est-ce que le président peut se rattraper pour le restant de son dernier mandat ?
    Il a manqué au président la chance, qui est avant tout un élément intuitif , aussi un mauvais choix de collaborateurs car il ne peut pas faire tout et tout seul car il n’est pas un Superman, alors il faut déléguer le pouvoir et c’est en ce moment que le choix des collaborateurs Compétents et intègres est fondamental et que le président a raté...

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet à 21:57, par El_monstro En réponse à : Roch Marc Christian Kaboré : Sera-t-il à Place des grands hommes ?

    A vrai dire nous avons elu un president a notre image. Debonnaire, extrenement tolerant, jovial et assurement sincere. Est ce l’homme qu’il nous faut ? j’en doute. Il restera un anonyme qui a dirige ce pays pas plus.

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet à 06:41, par Kiriki En réponse à : Roch Marc Christian Kaboré : Sera-t-il à Place des grands hommes ?

    Je ne suis pas mpp, j’ai jamais été cdp. Mais de m’instruire a travers vos écris. Mais internautes Oscar, le Président ne saurait être un CAS. Je suis contre une certaine dégradation de la personne queque soit la situation. Bien sûr qu’il est responsable numéro en cas de manquement quant a la quedtion de la garantie de la sécurité sur le territoire tout entier.je suis d’accord qu’il faut parler du et des fléaux qui nous touchent directement en raison de cette mauvaise gouvernance. Mais je dis aussi que je suis pas d’accord avec cette tentative de dénigrement, de degradation de la personne concernée qui qu’elle fut.
    Ça me rappelle les images de l’ancien Président Compaoré que les gens ont publié pour se moquer de lui lors de son anniversaire.
    Alors chers internautes, il ne faut pas tomber dans cette tendance à déplacer le problème. Nous avons tous notre rage que nous ruminons quelque part. Le senriment de désapprobation est tel que nous n’arrivons même plus à nous exprimer.
    Mais ne fait pas l’erreur de KEMI SEBA qui s’est même corrigé maintenant, qui était arrivé et avais laissé la le motif de la communication pour s’en prendre directement au Président KABORE. Nous sommes avec KEMI SEBA mais nous ne sommes pas d’accord qu’il s’en prenne directement aux dirigeants, en plus ses Pères, lui même a la peau noire et il est sensé connaître ses valeurs. Mais même KEMI SEBA a corrigé cet tendance aujourd’hui. Il a compris.
    Donc s’il vous plaît, éviter d’insulter directement une personne qui est un Père avant d’être un Président. Parlez des problèmes. Mais pas d’injures s’il vous plait !

    Répondre à ce message

    • Le 15 juillet à 08:55, par zemosse En réponse à : Roch Marc Christian Kaboré : Sera-t-il à Place des grands hommes ?

      Où est l’injure ? Dire la vérité est ce une injure ? Le très respecté Rock à été l’un des hommes politiques ayant occupé plusieurs postes politiques sans laisser de traces indélébiles en bien pour les burkinabe. Rien. Garango en son temps à imprimé ses empreintes, Sankara, les siennes, Simon compaore à dirigé intelligemment la mairie de ouaga, le jeune Balla Sakande est en train d’imprimer sa marque sur le parlement. Rock, rien ! Être qualifié de "débonnaire" n’apporte rien de positifs dans la situation actuelle que vit notre Pays. Ça ne sied pas. Souffrez que je le dise.

      Répondre à ce message

  • Le 15 juillet à 09:53, par Utam’si En réponse à : Roch Marc Christian Kaboré : Sera-t-il digne de la place des grands hommes du Burkina Faso ?

    Une analyse pertinente de la part du journaliste. Je pense que le PF ne réussira pas sa mission.Tout simplement, il n’a pas évalué le poids difficile à supporter pour un président du Burkina post insurrection avant de se lancer dans la course pour la présidence. Il pensait qu’il allait prendre la commande de l’appareil étatique et s’asseoir tranquillement pour se faire des amis. Pourtant, après le coup d’état de Diendéré, le problème sécuritaire était déjà prévisible.Quand Diendéré a suspendu la marche de la transition en prenant la commande de l’appareil étatique, il avait fait appel à des mercenaires pour le soutenir en cas de riposte de l’armée loyale.Qui s’est déjà poser la question où sont rentrés ces mercenaires ? Après le départ de Blaise COMPAORE, qu’est demandé la suite à réserver des relations qu’il entretenait ? Après l’insurrection, les gens pensaient à leur ventre, à comment construire des étages en oubliant que le pays n’avait pas le visage pré insurrection.Au Burkina, on a des Dr, des Pr, des gens qui se disent unique dans leur domaine mais malheureusement, on a pas des stratèges. Seuls nos ancêtres et Dieu peuvent sauvés ce pays sinon je pense qu’on est mal embarqué pour une destination inconnue.VIVE LE BURKINA FASO !!!

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet à 10:36, par Balladin En réponse à : Roch Marc Christian Kaboré : Sera-t-il digne de la place des grands hommes du Burkina Faso ?

    Dirigeants éclairés ? Chef d’Etat ou Homme d’Etat ? L’histoire jugera. Cette justice est implacable.

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet à 11:20, par Kiriki En réponse à : Roch Marc Christian Kaboré : Sera-t-il digne de la place des grands hommes du Burkina Faso ?

    Zemosse d’abord ce n’est pas de vous que je parle.je parle de l’internaute Oscar qui traite notre Président de ’’CAS’’ . Si votre président est devenu un ’’CAS’’ souffrons tous de ne même pas être présidé. Une telle posture nous aide en quoi devant tous ces drames que nous vivons au Burkina présentement ?
    Voilà pourquoi ceux qui parlent du problème font bien de le faire. Car c’est le problème qui est notre PROBLEME. pas la personne physique du Chef de l’État au cas où Oscar lui même oublierait que Rock incarne l’institution. Et c’est le jour qu’il ne sera.pas président que tu pourrais le traiter de cas.
    Parlons des problèmes sans insulter. J’ai jamais été cdp, j’ai jamais été mpp.

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet à 12:29, par Nabiiga En réponse à : Roch Marc Christian Kaboré : Sera-t-il digne de la place des grands hommes du Burkina Faso ?

    La vie et la place d’un homme politique, est comparable à un pilote de voiture de course. Sa place dans la société, comme le pilote de course sans pair, est assuré aussi longtemps qu’il ne fait pas d’accident. Du coup, la place d’un politicien dans la société est exactement comme celle d’un pilote de course. L’homme politique peut prendre toutes les bonnes décisions, travail avec abnégation, gouverne correctement etc, tout ce que ça lui prend, est une toute petite décision maladroite et le tout peut basculer, et il finira sa course dans un ravin comme le pilote d’une voiture de course qui. lui aussi fera un accident grâce à une toute petite hésitation de sa part. Déterminer la place d’un homme politique ne peut pas se faire pendant qu’il est au sommet de l’État. Attendons qu’il finisse son parcours politique, et même cela, il faudra des années post-présidentielles pour y parvenir car il peut y avoir toujours des révélations qui ont été savamment cachées du grand public mais qui, une fois mises au jour, peuvent ternir l’image du Président. L’ex-président de la Mauritanie, il est écroué présentement dans son pays justement à cause des révélations de corruption post-présidentielles, l’ancien président zambien, à ne mentionner que ceux-ci. On saura la place de Roch 05 ans après son mandat pour déterminer sa place ; pas maintenant.

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet à 15:19, par le fou En réponse à : Roch Marc Christian Kaboré : Sera-t-il digne de la place des grands hommes du Burkina Faso ?

    Bien analyser cher journaliste , mais dans cette lutte il faut une forte thérapeutique englobant toutes les couches sociales, du gouvernement au citoyen lambda, par un choc psychologique afin qu’on soit tous focalisé sur la crise sécuritaire( diminution du train de vie de l’État en annulant toutes les commandes de V8 ou autre,consacrer les 60 pour cent du budget pour la sécurité, et cela pendant 5 ans afin de construire et équiper les casernes ,former et motiver convenablement les FDS et les VDP, multiplier les communications dans tout le pays sur la sécurité afin de susciter les citoyens à participer volontairement à l’effort de guerre contre le terrorisme etc...Ce ne sont pas là des propositions miracles, mais c’est faisable avec une certaine volonté plotique.

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet à 16:20, par Pierre En réponse à : Roch Marc Christian Kaboré : Sera-t-il digne de la place des grands hommes du Burkina Faso ?

    "La grandeur d’un homme ne se mesure pas à la richesse qu’il acquiert mais à son intégrité et à sa capacité à affecter positivement les gens autour de lui." Bob Marley

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet à 16:24, par Pierre En réponse à : Roch Marc Christian Kaboré : Sera-t-il digne de la place des grands hommes du Burkina Faso ?

    "La grandeur d’un homme réside dans sa capacité à corriger ses erreurs et à se renouveler continuellement." Wang Young Ming

    "La véritable grandeur d’un homme ne se mesure pas à des moments où il est à son aise, mais lorsqu’il traverse une période de controverses et de défis." Martin Luther King

    "La grandeur d’un homme est comme sa réputation : elle vit et respire sur les lèvres d’autrui." Rivarol

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet à 16:31, par Beogo gomsida En réponse à : Roch Marc Christian Kaboré : Sera-t-il digne de la place des grands hommes du Burkina Faso ?

    Allo mes chers amis un grand homme aujourd’hui est un homme qu’on te demande de diriger un peuple et tu refuge c’est sa un grand homme aujourd’hui.je le repete et un jour viendra ou persone ne va vouloir etre un president et se n’est pas trop loint merci have nice day

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet à 19:06, par Bakker En réponse à : Roch Marc Christian Kaboré : Sera-t-il digne de la place des grands hommes du Burkina Faso ?

    @Kirikiri : Qu’es ce un ``CAS`` ?
    soyez moins ``abbréviationniste`` , quand on écrit c’est pour être lu (et compris) sinon cela ne donne rien.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 16:54, par PEGWENDE ! En réponse à : Roch Marc Christian Kaboré : Sera-t-il digne de la place des grands hommes du Burkina Faso ?

    Je ne commenterai pas trop votre ecrit qui comporte de nombreuses verités que le PF peut visiblement exploitées (si il ne le sais pas déja !) mais certains aspects qui ne sont pas trop vrais ou trop justes, vu le contexte actuel tres particulier.

    Je suis d’accord aussi avec ceux qui disent qu’il faut respecter son Presi. Quand vote est fini, c’est fini, opposant ou pas, c’est Notre PF ! Donc Respect et Consideration avant toute chose.

    Mon Président n’est pas mal du tout, a mon avis, car assez équilibré pour la Direction d’un Peuple, surtout un Peuple qui n’est plus pret aux sacrifices. Un Peuple qui a ete formaté, pendant au 3 decennies (avec la complicité de presque nous tous, puisse que nous etions la, y compris les membres influants du régime actuel !) aux racourcis. Ne dis t-on pas que chaque Peuple mérite ses dirigeants !? Ti ya boin massan !?

    Mais je pense qu’il ne s’entourent pas toujours assez bien. Et il laisse faire aussi certaines gabegies qui commencent a ternir son Pilotage de la Notre Nation.

    Mais il faut que Mon Presi est le 2e Courage supplementaire de risquer avec des Gens qui ne sont pas forcement du pre-carré. Pas forcement des opposants ! Je suis pas Policiticien, mais il parait que c’est trop risqué en Politique de composer avec celui que l’on ne connait pas vraiment quand il s’agit des postes stratégiques. Koo, "c’est un couteau a double tranchant". Il parait aussi que vous meme, vous ferez la meme chose ou pire si c’etait vous. Par ailleurs, il parait que si on vous donne, vous allez tracer (FUIRE). Que meme TomSank a fait la meme quand il s’agissait des postes strategiques, meme si il privilegiait les plus competents de plus proches collaborateurs (professionnels). Koo, c’etait bien mais ca s’est mal termine !!!

    Presi, on va faire comment avec cet etau qui se ressere de jours en jour sur le Faso. Je ne dis pas d’aller negocier avec tel ou tel bord ou tel courant, je ne parle vraiment pas de ca SVP.

    Tout ce que je sais, c’est que Mon Faso regorge de vrais Competences dedans et dehors, que tout le monde respecte, y compris au dela de nos frontieres et des mers. "Dans Civils comme dans Armee" ! Mais, "Chevre saute et tete !".

    Presi, present !
    DU COURAGE !

    Répondre à ce message

  • Le 19 juillet à 12:54, par AAZOROM En réponse à : Roch Marc Christian Kaboré : Sera-t-il digne de la place des grands hommes du Burkina Faso ?

    A t-on l’habitude de dire << a bon chat , bon rat >> , face ce terrorisme il faut des solutions concrètes que de se répéter a chaque fois c’est une affaire de tous !
    oui , nous sommes d’accord, c’est une affaire de tous mais comment s’impliquer, soyons pragmatique il faut des stratégies bien clair et structurées qui impliquent toutes les classes politiques !
    L’heure n’est pas pour la dénonciation , nous somme en guerre et en guerre nous devons mâter ou nous faire mâter , malheureusement, je puis m permettre d’affirmer avec regret nous sommes mâter !
    il ya tjrs un pri a pays pour la liberté, malheureusement M RMCK na pas compri cela ! le pays doit etre gouverner.

    Répondre à ce message

  • Le 22 juillet à 02:33, par Susiphe Ibriga En réponse à : Roch Marc Christian Kaboré : Sera-t-il digne de la place des grands hommes du Burkina Faso ?

    Moi ce que je reproche a notre president, c’ est que le pays n’ est pas gouverne. Il est trop bonasse et il laisse piller l’ etat. S’ il s’ amuse comme ca, faut pas il va etre etonne de ne pas finir son mandat. On l’ a pas voter pour qu’ il va etre gentil mais pour diriger. Le burkina Faso est dirige en comment ? Si le pays etait dirige, ca se saurait. Des gens une fois nommes ministres, c’est [our construire des usines dans la sous- region. Mmeme si c’ etait au pays, on pouvait juste tolerer. Mais il est au courant et il laisse faire. Ibriga et son ASCESE n’ ont qu’ a etre ascetiques comme des fakkirs, ca ne donnera rien. Leurs tiroirs vont etre pleins de dossiers de voleurs que tout le monde connait mais ca va pas quelque part. Et ca pousse d’ autres a voler aussi. Qui est fou ? et apres ? Ca me rappelle du condamne a mort que m’ ont professeur de philo en premiere m’a parle de lui. Il s’ appelait Susiphe. Les Ibriga la font un travail inutile. Ils roulent la pierre depuis le pied de la montagne puis juste avant d’ arriver au sommet la pierre roule descendre tomber en bas et le lendsemain, c’ est la meme corvee. Les burkinabe honnetes qui ne mangent pas dans le systeme ne peuvent pas dire qu’ ils sont contents de lui. La seule chose qui nous retient, c’est son cote humain. Lui au moins, il ne tue pas les gens et ne brule pas les gens. On a pas entendu aussi que quelqu’ un a ete fiole comme au temps de l’ introverti rancunier et sans coeur, la. sinon si c’ est pour le travail pour lequel on l’ a elu il n’ a pas encore 11/20.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Roch Marc Christian Kaboré : Sera-t-il digne de la place des grands hommes du Burkina Faso ?
Terrorisme au Burkina : « Les différentes attaques ont interpellé la conscience du chef de l’Etat », déclare le Premier ministre
Burkina Faso : Chériff Sy et Ousséni Compaoré quittent le gouvernement ; Roch Kaboré s’octroie le portefeuille de la Défense
Après Solhan : Le chef de l’État brise le silence, mais n’affiche pas ses décisions
Les 100 premiers jours du gouvernement Dabiré 2 : Un train de sénateur pour gérer, rien que le quotidien
2021 : Une année chargée d’espoir pour les Burkinabè, prédit le président Roch Kaboré
Burkina : Le Conseil constitutionnel acte le deuxième mandat de Roch Kaboré !
Roch Kaboré investi nouveau président du Faso : « Nous devons poursuivre et renforcer la lutte contre la corruption, les passe-droits et l’incivisme »
Investiture de Roch Kaboré : « J’attends un peu plus de fermeté dans la lutte contre l’incivisme » (Emile Paré du MPP, parti au pouvoir)
Investiture de Roch Kaboré : Le discours du président du Conseil constitutionnel
Investiture du président du Faso : "Prêter serment, c’est mettre son âme en péril"
Burkina Faso : En attendant l’investiture de Roch Kaboré
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés