Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Dans la vie on ne fait pas ce que l’on veut mais on est responsable de ce que l’on est.» Jean-Paul Sartre

Recherche Scientifique et innovations : Bâtir un pont entre le monde de la recherche et l’entreprise

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Recherches et innovations • LEFASO.NET | Par Tiga Cheick Sawadogo • lundi 22 octobre 2018 à 01h15min
Recherche Scientifique et innovations : Bâtir un pont entre le monde de la recherche et l’entreprise

Le top départ de la 12e édition du Forum national de la recherche scientifique et des innovations technologiques (FRSIT) a été donné ce 20 octobre 2018 à Ouagadougou. « Création et renforcement de la compétitivité des entreprises pour un développement durable : Rôles de la formation, de la recherche scientifique et de l’innovation », c’est le thème de cette biennale qui met à l’honneur les chercheurs, innovateurs et inventeurs. Jusqu’au 25 octobre prochain, des communications et expositions rendront compte de la fertilité de la recherche nationale, et traceront des sillons pour relever les défis futurs.

Dans les laboratoires, ateliers, centres ou bureaux, ils font travailler leurs méninges pour trouver les solutions idoines aux préoccupations de la société, permettre au Burkina Faso d’avoir droit de cité dans un monde en perpétuelle mutation. Les chercheurs, innovateurs et inventeurs burkinabè, sans grand bruit, cherchent et trouvent. Il suffit de faire un tour dans les stands à chaque édition du Forum national de la recherche scientifique et des innovations technologiques (FRSIT) pour se convaincre de l’ingéniosité de la recherche nationale.

A cette 12e édition du forum qui met en lumière les génies du savoir-faire burkinabè, le thème porte sur la création et le renforcement de la compétitivité des entreprises pour un développement durable. Avec un focus sur les rôles de la formation, de la recherche scientifique et de l’innovation. Le Pr Alkassoum Maïga, ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation qui a officiellement lancé la biennale, a rendu hommage à la communauté scientifique des chercheurs et innovateurs. Ces hommes et femmes qui, de par leurs génies, permettent au Burkina Faso d’amorcer les sentiers du développement.

La recherche scientifique et l’innovation sont les leviers majeurs pour relever les défis présents, anticiper ceux de demain et permettre au Burkina Faso de développer une compétitivité nécessaire à son équilibre économique et social, a expliqué le ministre.

Industrie et recherche : le mariage gagnant

En décidant de mettre l’accent sur les rôles de la formation, de la recherche scientifique et de l’innovation dans la compétitivité des entreprises, il s’agit d’établir un pont entre deux mondes dont le rapprochement profitera à tous. « Il est souhaité désormais que le monde des affaires s’approprie les résultats de la recherche, des inventions et des innovations, pour leur valorisation au profit du développement économique et social de notre pays », a dit le président du comité d’organisation de la 12e édition du FRSIT, Pr Tanga Pierre Zoungrana.

Il est d’une nécessité, ce d’autant plus que « dans un contexte de mondialisation ou la compétitivité entre les Etats est très exacerbée, la recherche nationale doit jouer un rôle essentiel pour permettre aux différents acteurs de s’engager collectivement dans des modes de développement durable (...) », a ajouté le Pr Alkassoum Maïga pour qui, « nous devons exploiter au mieux, les opportunités offertes par le nouvel environnement de recherche et d’innovations pour renforcer notre compétitivité , conforter notre prépondérance scientifique , et en appeler de nouvelles ».

Le ministre a avoué que la recherche a un coût. Malgré les initiatives du gouvernement, l’insuffisance des financements est un problème à résoudre. Pour ce faire, il a invité le monde de l’entreprise à financer la recherche, à avoir des contrats d’objectif avec le monde de la recherche. Aux institutions financières, il a appelé à s’investir pour la promotion des produits de la recherche et de l’innovation.

Renforcer la passerelle entre monde de la recherche et monde des affaires

Les participants à la cérémonie d’ouverture

Le parrain de cette 12e édition est d’ailleurs le président de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF). Absent à la cérémonie d’ouverture, c’est son représentant qui s’est exprimé en son nom. Pour le vice-président de la CCI-BF, Mamadi Sanon, le thème de cette année interpelle tous les acteurs, « sur la constante nécessité d’arrimer les programmes de formation et projets de recherche avec les besoins des entreprises constituées en grande majorité des petites et moyennes entreprises ».

Il a de ce fait, souhaité la création d’une synergie et le renforcement de la passerelle entre le monde universitaire, de recherche et celui des affaires, pour assurer aux entreprises burkinabè une bonne place dans un environnement mondial concurrentiel. D’ores et déjà, Mamadi Sanon a rassuré que la CCI-BF en tant qu’institution faitière des acteurs économiques est disposée à soutenir toute initiative allant dans le sens du renforcement de la compétitivité des entreprises du BF.

visite de stands

Durant les cinq jours du FRSIT, il y aura des communications sur le thème en séances plénières, en panels et sous forme de tables-rondes. Des expositions dans les stands donneront également l’occasion d’apprécier les résultats de recherche, des innovations et des inventions dans la cours de la maison du peuple de Ouagadougou.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Education au Burkina : L’avenir se trouve dans l’enseignement bilingue, selon des chercheurs
Université Joseph Ki-Zerbo : Des chercheurs s’intéressent aux politiques agricoles en faveur des femmes
Financement de la recherche : Le FONRID octroie 182 millions de F CFA à trois universités et des instituts de recherche
Les ambiguïtés de la politique de transport urbain à Ouagadougou : le cas des taxis verts
Institut des sciences et des sociétés : Une doctorante décortique l’institution chef de file de l’opposition
Soutenance de thèse unique : Mention très honorable pour le Dr Bazombié Yidain Jacob Daboué
ENAM : Huit opérateurs économiques reçoivent des toges de reconnaissance
Championnat international du débat francophone : Mathilde Zerbo félicitée par son établissement l’USTA
Communication et Journalisme : Tiga Cheick Hamed Sawadogo s’intéresse aux koglwéogo dans une recherche
Université de Ouagadougou : Vincent Zoma décroche son doctorat en géographie
Université Ouaga I Pr-Joseph-Ki-Zerbo : Admis à la retraite, le Pr Prosper N. Zombré reçoit l’hommage de ses pairs
Les obstacles à la participation communautaire à la santé
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés